AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Préfet de Poufsouffle

Parchemins : 239
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Lun 2 Mai - 17:27

Le solitaire et la fille qui n'aimait pas la solitude
Lucas & Tempérance
Poufsouffle, comment se soutenir mutuellement en période troublée.



Lucas avait reçu une lettre de sa mère à propos des tracts qui disait ceci :

« Mon fils chéri, sois plus intelligent que la moyenne, n'entre pas dans ces histoires de conflit. Que ce soit pour protéger tes cousins, ou que ce soit au contraire par esprit de maison, surtout, ne t'en mêle pas. Je ne sais pas ce que ton père en pense mais selon moi, si une nouvelle guerre devait se préparer, il vaudrait vraiment mieux que vous en restiez très loin ta sœur et toi. Vous êtes tous les deux des sang purs (du moins officiellement), mais vous n'êtes pas à Serpentard non plus. Reste neutre, ne fais rien que je ne ferai pas. C'est ainsi que tu seras en sécurité.

Roze Montgomery
Comtesse Maiden

Et accessoirement ta mère. »


La dernière phrase de la lettre était beaucoup plus dans le ton habituel de sa mère Roze que ce qui précédait. Il était au courant de l'histoire de ses parents. Ils étaient de la génération de Harry Potter et si son père s'était activement opposé à celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom purée c'est casse bonbon à taper, pauvre Rowling, sa mère avait quant à elle opté pour la neutralité. Malgré son originalité, elle était pourtant une sorcière très douée, mais elle avait considéré que ses pareils ne méritaient pas sa protection vu qu'ils l'avaient toujours méprisée plus ou moins ouvertement. Ici, elle lui conseillait de suivre son modèle plutôt que son père, et soyons franc, si Lucas avait le courage de son père quand il s'agissait de défendre sa famille, il n'avait pas son altruisme, pour ça, il tenait plus de sa mère. Il ignorait si Psychée avait eu le même genre de lettre, ou si Roze s'était méfié de sa réaction à lui après l'incident du début d'année où il s'était battu avec un groupe de Gryffondor pour défendre sa cousine Candys.

Roze était neutre et aussi non-violente. Elle n'avait pas vraiment apprécié cet épisode, même si elle avait compris qu'il s'agissait principalement d'un concours de circonstances. Mais quoi que sa mère en dise, alors que le mois de novembre avait été une accalmie agréable, les tracts avaient fait remonté les problèmes du début d'année. Et pour que le Choixpeau leur chante une chanson sur la tolérance, c'était qu'ils étaient en passe d'imploser… Car le Choixpeau n'avait chanté en dehors des répartitions, dans l'histoire de l'école, que quand les maisons étaient en danger. Il appelait alors toujours à l'union. Finalement, tout ça c'était très Poufsouffle. Sauf si, comme Lucas, on était à Poufsouffle parce qu'on était pas assez ambitieux pour Serpentard, pas assez intelligent pour Serdaigle et pas assez téméraire pour Gryffondor. Cela dit, il aimait l'effort, le travail bien fait, et c'était tout de même une valeur très Poufsouffle. Lucas pêchait plutôt de côté de la tolérance, de l'amour des autres etc. mais franchement, qui pouvait aimer la terre entière ? Personne ! Il savait très bien que Poufsouffle n'était pas une maison de bisounours contrairement à ce que beaucoup disaient d'eux. Enfin. Ce que disaient ceux qui savaient ce qu'étaient des bisounours. Lucas se demandait parfois pourquoi chez lui on avait autant de référence moldus (en dehors du fait que son père avait été professeur d'étude des moldus avant de lâcher cette carrière d'enseignant naissante pour ne plus travailler que dans la musique comme sa mère).

Ne sachant pas trop quoi répondre à sa mère, il observa la salle commune et aperçut sa camarade Tempérance qui était seule dans un coin. Tout le monde était un peu perplexe face à la chanson du Choixpeau et les dernières nouvelles de manière plus générale, plusieurs petits groupes discutaient ça et là, mais pas sa camarade.

Sachant combien elle détestait la solitude, il s'approcha d'elle et s'assit à son côté, près de la cheminée. « Bah alors, tu ne discutes pas des derniers événements avec les autres ? » demanda-t-il sans savoir si elle était seule parce que les gens présents à cette heure n'étaient pas les amis de la demoiselle de troisième année ou si c'était leurs conversations qui l'avaient poussé à s'éloigner. Lui-même était souvent très seul, mais c'était plutôt un choix de sa part qu'autre chose. Il n'avait pas du tout le même caractère que son aîné, et ce n'était pas rien de le dire, même s'il ne la trouvait pas désagréable pour autant.

{727}


Mister Poudlard 2013

Lucas Montgomery



Dernière édition par Lucas Montgomery le Mar 3 Mai - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 298
Âge : 15 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Lun 2 Mai - 20:15

Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude
Lucas & Tempérance


Emi Burton


Le début de cette troisième année de Tempérance au sein de Poudlard avait été marqué par la parution d'un article des plus controversés à la Gazette du Sorcier, et l'onde de choc ayant touché le monde sorcier suite à celui-ci. Pour sa part, bien qu'ayant été quelque peu secouée par ce qu'elle y avait lu - l'auteur ne faisait certainement pas dans la dentelle ! - la petite Poufsouffle s'était vite sentie indignée par la méfiance adoptée par certains - du jour au lendemain - à l'égard des élèves de Serpentard. Et il aurait été bien beau de dire que "ah, ces Poufsouffle, toujours plus naïfs prêts à jouer la carte de la tolérance", mais pour être tout à fait réaliste, cette réaction relevait plus d'un heureux concours de circonstance que d'une vibrante fibre Poufsouffle. Le raisonnement était en vérité très simple: Tempérance avait des amis à Serpentard. Amis qui n'étaient ni maléfiques, ni racistes, merci pour eux. Donc, les Serpentard ne pouvaient pas être le mal incarné. L'inverse lui avait déjà été démontré par A + B. Et puis en plus, déclarer que tous les Serpentards étaient démoniaques sur le compte d'un article écrit par un sorcier ayant vraisemblablement sombré dans la désillusion la plus totale, ce serait comme déclarer que tous les moldus étaient de parfaits imbéciles, sous prétexte que L'Autre Crétin était un moldu. Ça ne semblait pas mérité. Certes, Tronche-de-Pruneau était un sacré spécimen. Certes, elle le détestait de toute sa petite personne. Certes, il était odieux et sa présence dans son existence totalement superflue. Certes, certes, certes. Mais on ne la voyait pas généraliser pour autant. Et jusqu'à preuve du contraire, elle se refusait à suivre la vague de suspicion à l'encontre des Serpentards.

Et puis, en ce mois décembre qui aurait pu être somme toute banal, des tracts haineux avaient été éparpillés à travers les boîtes aux lettres de Londres. C'est ainsi qu'une Tempérance pensive s'était retrouvée installée dans un coin un brin isolé de la salle commune de Poufsouffle. La chanson du Choixpeau était sur toutes les lèvres, mais les commentaires qui en découlaient n'était pas toujours des plus charitables. Il n'était pas dans les habitudes de Tempérance de se mettre à l'écart. Au contraire, ce qu'elle préférait depuis qu'elle était entrée à Poudlard, c'était l'opportunité d'être entourée de ses camarades, à toute heure de la journée ses camarades de dortoir en sont ravies: "Hé, hé, hé, tu dors ?". Pas de silences, pas de regards en chiens de faïence oui, je suis poète à mes heures perdues. Seulement, en l'occurrence, elle ne se sentait pas capable de rejoindre les débats de ses amis Poufsouffles. Il aurait fallu qu'elle exprime une opinion qui différait grandement de celle de certains, et ça l'angoissait franchement. Cela étant, elle ne se voyait pas non plus rester là à écouter des commentaires vindicatifs en silence, au risque d'avoir l'air d'adhérer, ce qui serait tout aussi regrettable.

Incapable d'intervenir mais incapable aussi de monter se coucher aussi tôt (et puis les devoirs, n'en parlons pas, merci !), la petite Poufsouffle leva un regard reconnaissant vers Lucas lorsque celui-ci apparut auprès d'elle et vînt s'installer à son tour à proximité de la cheminée. « Je n'aime pas trop ce qu'ils disent. » avoua-t-elle doucement, adressant un regard timide à son cadet. Elle avait toujours apprécié la compagnie de Lucas, même si celui-ci ne partageait pas son attrait pour les foules. Il n'était pas le plus excentrique des Poufsouffle - loin de là -, mais ils discutaient ensemble avec aisance et dans le cas présent, elle était assez soulagée qu'il soit venu interrompre son dilemme. « Tu en penses quoi, toi ? » reprit-elle avec incertitude. Il était de notoriété publique que Lucas n'était pas le seul Montgomery à Poudlard. D'ailleurs, ses cousins du même âge que Tempérance, Noé et Candys, se trouvaient tous deux à Serpentard. « J'veux dire, cet article est abominable... Et c'est effrayant qu'ils aient pu le diffuser partout comme ça. J'espère qu'ils vont vite retrouver le coupable. Mais c'est un cas - relativement - isolé en soi, pas de quoi généraliser ! » Elle s'interrompit, ses joues s'empourprant quelque peu au vu du caractère tout sauf neutre qu'avaient pris ses paroles. « Sauf que, il parait que le Choixpeau fait ce genre de discours uniquement avant des événements vraiment graves ? Ça aussi c'est inquiétant du coup... C'est un peu comme un mauvais présage. » Elle avait bien conscience d'enfoncer des portes ouvertes, mais ça lui faisait du bien de pouvoir exprimer tout haut ce qu'elle avait pensé tout bas depuis le dîner. Elle n'était pas particulièrement proche de Lucas, mais elle était plutôt rassurée de pouvoir lui parler à lui. Peut-être parce qu'une partie de sa famille était à Serpentard et que ça le rendait d'autant plus disposé à discuter du sujet sans faire preuve de préjugés envers ces derniers.

[ 815 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet de Poufsouffle

Parchemins : 239
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Mar 3 Mai - 19:52

Lucas n'aimait pas spécialement ce qu'il entendait maintenant que Tempérance pointait le doigt dessus. Son oreille n'avait jusque là pas vraiment traîner car il pensait à ce qu'il pourrait éventuellement répondre à sa mère, mais maintenant que sa camarade le disait… il grimaça en premier lieu et haussa les épaules dans un second temps. « Je pense qu'il ne faut pas paniquer pour des bouts de papier et que notre directrice ne laisserait pas les Serpentards apprendre la magie noire dans son dos. Ni les autres professeurs d'ailleurs. » Malheureusement beaucoup d'élèves ne pensaient pas comme lui et se concentraient uniquement sur les médisances et la peur. La dernière guerre n'était pas assez loin peut-être… à moins que ce ne soit l'élection d'une née-moldu comme ministre de la magie qui ait mis le feu aux poudres. Lucas avait assez rapidement cessé de lire vraiment les journaux après sa mésaventure où il avait essayé de défendre Candys, alors il ne savait plus bien quels étaient les réelles paroles de La Menace, mais quand la Gazette avait compris sa bourde et arrêté de le ou la publier, voilà qu'il ou elle envoyait des tracts chez tous les sorciers, y compris les incartables… Il ne s'agissait peut-être même pas d'une seule personne mais de plusieurs, en fait, on ne savait rien de La Menace, à part qu'elle était pro-Serpentard, pro-Sang pur et qu'elle appelait au retour des Mangemorts. Un sacré programme… où les jeunes élèves de Poudlard n'avait rien à faire. Que vouliez-vous qu'un première année des verts et argents fasse exactement ?

Tempérance continua sur sa lancée et il la laissa dire un moment avant de lui répondre. « En effet, l'histoire de Poudlard prétend que le Choixpeau n'intervient en dehors des répartitions que quand les choses sont graves… mais l'ambiance en ce moment est peut-être assez inquiétante à ses yeux. C'est lui qui est chargé de répartir les élèves en maison depuis la création de l'école après tout. » Lucas tourna son regard clair vers la cheminée et son feu brûlant. Il resta silencieux quelques instants. Il n'était pas le genre de garçon qui parlait beaucoup en temps normal, même si c'était surtout vrai parce qu'il ne supportait pas la foule et qu'à Poudlard la solitude ou les conversations privées étaient des denrées rares.

« Mes parents l'ont vécu, tu sais, la guerre contre celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom. Mon père a même combattu. Il était en fin de septième année pendant la bataille de Poudlard. Plus personne ne veut vivre ça et ces tracts réveillent de mauvais souvenirs... » Ce qui n'excusait pas le comportement de certains envers les Serpentards, mais ça expliquait au moins le vent de panique que même sa mère, un modèle de calme (ou d'absence de réaction, au choix), semblait ressentir à sa façon. Sinon elle ne l'aurait pas exorté à ne pas prendre parti, y compris pour ses cousins… ce qu'il n'était pas sûr d'être capable de faire. Heureusement, Candys et Noé étaient tout à fait en mesure, à leur manière, de se débrouiller sans lui, surtout que Candys était préfète et que Lucas avait un an de moins. Mais bon… il n'avait pas tellement hérité du calme olympien de sa mère quand on se moquait de sa famille ou qu'on les menaçait. En ceci, il était plus proche du caractère de son père. En fait, il avait vraiment pris de ses deux parents, ce qui expliquait peut-être pourquoi il n'avait atterri dans la maison ni de l'un, ni de l'autre (même si une de ses tantes avait été à Poufsouffle, les Montgomery n'étaient pas sectaires).

{597}


Mister Poudlard 2013

Lucas Montgomery

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 298
Âge : 15 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Mer 4 Mai - 19:00

Tempérance détestait l'idée de se mettre les gens à dos. Ami proche, connaissance, inconnu croisé au détour d'un couloir: même combat. Elle aimait être aimée, et ça lui causait parfois du tort. Pas au sens où elle recherchait la gloire et la célébrité - pour le coup, même si elle appréciait d'être entourée, elle n'avait pas forcément envie d'être au centre même de l'attention - mais plutôt parce que ça l'obligeait souvent à restreindre ses paroles. Elle tempérait - justement - plutôt que d'offrir un franc "non", se montrait conciliante même si son interlocuteur ne l'était pas, et il était somme toute plus que rare de la voir se disputer avec qui que ce soit - face-de-Triton exclu du lot. En cela, elle avait conscience de ne pas être assez courageuse, malheureusement. Le fait qu'elle ait été capable d'exprimer aussi clairement sa position concernant le débat "Serpentards: gros nounours incompris ou élégants psychopathes ?" était à la fois la preuve de l'aisance qu'elle ressentait en compagnie de Lucas - il ne l'abandonnerait pas là d'un air dégoûté devant son éhontée prise de parti sans dramatiser - et de l'agitation dans laquelle la plongeait cette situation.

Elle acquiesça d'un hochement de tête aux paroles raisonnables de son cadet, contente de voir que - comme elle s'y était attendue -, il penchait du même côté qu'elle. Notons tout de même que bien qu'ayant fait un effort appréciable, elle ne s'était pas non plus jetée dans le vide les yeux fermés et sans parachute: au fond, elle se doutait que Lucas serait plutôt d'accord avec elle. « Oui, c'est sûr, tu as raison... » Elle se mordilla la lèvre, hésitante. « Cela dit, à l'époque de Tu-Sais-Qui, des élèves avaient réussi à le faire. » avança-t-elle précautionneusement, comme si chaque mot était une bombe pouvant détonner à tout moment. Au fond, elle le disait plus pour la forme que par une réelle crainte de voir ce scénario se reproduire. Déjà, elle ne savait pas qui était le directeur (ou la directrice !) à l'époque, mais pour sa part, Tempérance vouait un respect absolu à Minerva McGonagall et était intimement convaincue que si un truc pas net se tramait à l'école, elle le saurait.

Plus que la perspective de voir ses camarades de Serpentard prendre les armes et la trucider dans son sommeil, c'était la chanson du Choixpeau qui préoccupait actuellement Tempérance. Elle en avait eu des frissons pendant qu'il s'exprimait, et ça avait certainement jeté un froid sur le reste de la soirée. Elle avait entendu des élèves plus grands dire que c'était de mauvaise augure, qu'on ne l'avait pas vu s'exprimer de cette manière depuis bien longtemps à présent, et elle avait commencé à se demander si finalement, la situation n'était pas plus critique qu'elle ne l'avait pensé. Lucas, lui, semblait prendre les choses avec plus de philosophie. « Je n'avais pas l'impression que c'était à ce point-là... Enfin, oui, le climat est un peu tendu, mais de là à nous chanter une chanson pour essayer de nous raisonner ? Remarque, ça a dû être vraiment horrible pour les première années répartis à Serpentard. T'imagines débarquer à l'école et être catalogué 'maléfique' sans avoir rien demandé ? » réfléchit-elle à haute voix, les sourcils froncés. Quoi de plus innocent qu'un élève de première année ? Elle n'avait pas connu Roy.

C'est avec surprise que Tempérance écouta Lucas lui parler de sa famille, et plus précisément du rôle qu'avait eu son père durant la guerre. Le père de la jeune Poufsouffle avait lui aussi connu la guerre, mais il avait alors déjà quitté l'école de sorcellerie. « Je ne savais pas, non ! Dix-sept ans... Il n'avait que quatre ans de plus que moi. C'est difficile de réaliser que des gens étaient à peine plus âgés que nous lorsqu'ils ont combattu Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer le nom ! » En principe, elle le savait bien sûr, mais entre le savoir et être capable de l'imaginer, se mettre à leur place ? Ce n'était pas avec son maléfice du Saucisson ou son sortilège de Chatouillis - jugé des plus prometteurs par le professeur Flitwick, si, si ! - qu'elle irait faire frissonner un mangemort qui ne reculait devant rien, même pas le meurtre pur et simple. « C'est vrai que c'est effrayant de penser que ça pourrait se produire à nouveau. » acquiesça-t-elle, pensive. Et frustrant aussi de savoir que son père avait su survivre à une guerre effroyable mais avait été emporté par un sombre duel dont elle ne savait rien. Le monde était bizarement fait, c'était indéniable.

[ 761 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet de Poufsouffle

Parchemins : 239
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Mer 4 Mai - 20:22

Ce que disait Tempérance n'était pas faux, mais Lucas n'arrivait pas à s'en inquiéter pour autant. Sûrement que la présence de son cousin et de sa cousine dans cette maison le rendait partiale. Sans compter le fait que la majorité de ses oncles et tantes étaient aussi issus de Serpentard, et ils étaient dans cette maison à l'époque des Mangemorts et de la montée au pouvoir de vous-savez-qui. Or, ils n'étaient pas devenus des mangemorts pour autant, alors qu'il y avait des anciens élèves d'autres maisons dans leur rang. Ok. Majoritairement les mangemorts étaient passés par Serpentard, mais ça c'était à cause des valeurs de la maison, l'ambition ça pouvait vite dégénérer et Salazard Serpentard n'était pas le plus sympathique des quatre fondateurs de Poudlard. Si ça ne tenait qu'à Lucas, on en brosserait même un portrait moins élogieux vu ce qu'il avait engendré (au sens quasi-propre). En dépit de ce dernier point, notre blondinet considérait vraiment qu'il était ridicule de s'en prendre à la génération actuelle pour ce qui s'était passé il y avait tellement longtemps… enfin, bon, pas si longtemps que ça… mais avant sa naissance et celle de Tempérance en tout cas.

« C'était une autre époque… et tous les Serpentards, déjà à l'époque, n'étaient pas dans le camp de tu-sais-qui. Mes oncles et mes tantes n'ont jamais pris parti pour lui… même s'il faut bien admettre qu'à ma connaissance, ils étaient plus neutres qu'opposant… mais à cette époque, être à Serpentard, c'était un peu avoir le cul entre deux chaises si tu me permets l'expression. » Quand on était dans le camp de Voldemort, on était forcément un criminel (ce qui restait logique jusque là) et quand on était du côté de l'Ordre du Phénix, on était un traître à son sang/à sa maison. A la limite, pour les plus pacifistes, ne pas choisir était peut-être la seule solution… et il y avait aussi eu des héros chez les Serpentards. Monsieur Severus Rogue était un exemple parfait du fait qu'on pouvait être passé chez les vipères et n'être pas spécialement un partisan du mal absolu.

« Surtout pour les nés-moldus. » Ajouta Lucas à propos des premières années. « Cela dit, le Choixpeau sait peut-être des choses qu'on ne sait pas, ou alors il préfère prévenir que guérir cette fois-ci… même si ce n'est qu'un objet animé, lui aussi a connu la guerre, et pas que celle-ci si on y pense, il a aussi connu le conflit des fondateurs… ça ne doit pas être très drôle d'être le Choixpeau. » Une réflexion qui pouvait paraître étrange mais Lucas avait des moments comme ça, une habitude qu'il tenait de sa mère. Elle disait tout ce qui lui passait par l'esprit sans réfléchir, et si Lucas n'était pas aussi spontané, il lui arrivait d'avoir des remarques un peu décalés lui aussi… simplement parce que chez lui ça paraissait normal. Son père, qui n'était pas malade lui, contrairement à sa mère, ne s'en était jamais choqué. En même temps, il aimait sa mère, donc c'était logique. Et Psychée aussi pouvait paraître lunaire… c'était de famille quoi, à défaut d'être génétique (puisque Psychée avait été adoptée, au plus grand bonheur de Lucas qui aimait sa sœur et était bien content qu'en cette année compliquée elle soit à Gryffondor).

« Mon père parle rarement de cette époque… C'était difficile pour lui. Il est sang pur, ma mère aussi, alors au début ça allait, mais mon père détestait l'injustice alors il a fini par rejoindre le groupe des rebelles… enfin… quelque chose comme ça. En tout cas, il parle rarement des amis qu'il a perdu pendant cette bataille, mais quand il le fait, il est assez triste. Beaucoup de Gryffondor se sont battus et sont morts. » Lucas soupira. « Ce doit être ça le problème. Il y a eu de nombreux deuils… le monde sorcier ne veut plus perdre personne… et ça vire à la parano. Mais en tout cas, ma mère m'a dit de ne pas m'en mêler. » Il avait beau raconter l'histoire de ses parents, ce n'était pas la sienne, il avait du mal à s'imaginer ce que ça faisait que de vivre une guerre alors qu'on est encore un simple élève… c'était complètement surréaliste. Mais même s'il analysait très bien la peur des sorciers, l'histoire de leur monde, il n'en acceptait pas pour autant ce qui se disait sur les Serpentard. La preuve : « Tu avais su que je m'étais battu en début d'année pour défendre ma cousine ? » Bon. Il avait perdu. Mais son orgueil s'en était remis depuis le temps, merci pour lui.

{770}


Mister Poudlard 2013

Lucas Montgomery

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 298
Âge : 15 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Ven 6 Mai - 0:00

Tempérance n'était pas angoissée par les devoirs, les examens, ou même les retenues, événements triviaux de son point de vue qui ponctuaient toute année scolaire (les retenues restant plutôt facultatives, si possible). Souvent dans la lune, elle s'importunait peu de ces préoccupations qui provoquaient parfois une folie indéniable chez certains camarades trop portés sur la compétition. "Quoi ? Tu n'as pas révisé ça ? Mais comment tu vas faire ? Le professeur Harris a dit que ça ne servait à rien de se présenter à l'examen si on ne connaissait pas la page 57 du manuel de Potions par cœur..." était le genre de déclarations enflammées qu'elle avait souvent entendues en fin d'année, alors que tous ses petits camarades attendaient bien gentiment devant l'entrée de la Grande Salle. Insensible à ces tactiques de déconcentration qui faisaient pourtant fondre en larmes bien des élèves innocents, elle était en revanche plus que susceptible de perdre son sang-froid si on la mettait face à face avec un Argus Rusard aux yeux fous - séquelles post-traumatiques obligent - ou toute figure d'autorité lui rappelant de près ou de loin La Créature. Dernièrement, les plans machiavéliques du concierge de l'école avaient néanmoins été relégués au second plan pour laisser la place à un problème de plus grande envergure.

Sang-Mêlée, puisque son père était un sorcier mais sa mère bel et bien une moldue, Tempérance ne serait logiquement pas la cible première des gens de la "Menace". Jusqu'à maintenant, elle ne s'était de toute façon jamais vraiment inquiétée de sa propre sécurité dans cette histoire - peut-être, justement, parce qu'elle n'était pas une Née-Moldue. Si elle rejoignait entièrement les propos de Lucas, elle ne pouvait cependant s'empêcher de pointer du doigt une vérité alarmante: pendant la première et la deuxième guerre, des élèves s'étaient entraînés à la magie noire au sein même du château. C'était le peu d'informations qu'elle avait retenues de deux années de cours d'Histoire de la Magie - encore que le professeur Watters était réellement intéressante, le problème venait plutôt de la défiance naturelle de Tempérance envers toute matière impliquant de l'apprentissage par cœur. « C'est vrai que c'était une autre époque, mais si ça s'est déjà produit à deux reprises, en soi rien n'empêche que l'histoire se répète une fois de plus. C'est comme si on n'apprenait rien du tout de nos erreurs. » commenta-t-elle en secouant la tête. « Oui je comprends ! Ils devaient être dans une position compliquée. De toute façon, maintenant on sait bien que ça n'était pas que des Serpentards. » ajouta-t-elle en songeant que cet état de fait ne rendait la situation que d'autant plus inquiétante. Du moins, si la Menace s'avérait être plus qu'un ou plusieurs pro-Sang Purs réactionnaires répandant leur venin sans réelle suite dans les idées. S'ils n'étaient que ça, des vieux racistes en manque de sensations fortes, alors il n'y avait pas de quoi paniquer. Mais si c'était plus que ça... Eh bien là, ils seraient fichtrement fichus. Cela dit, avec des si, on mettrait Poudlard en bouteille disait-on...

Tempérance esquissa un léger sourire à la déclaration de Lucas concernant le Choixpeau, pas pour se montrer moqueuse mais parce que c'était une remarque qu'elle ne s'était pour ainsi dire jamais faite. « Maintenant que tu le dis, c'est pas faux... En plus ça doit être sacrément ennuyeux une fois que la répartition est passée ! Qu'est-ce qu'il peut bien faire pendant tout le reste de l'année ? » A part composer des chansons appelant à la solidarité et la tolérance une fois de temps en temps, quand il pressentait un danger imminent ? Il ne pouvait même pas se déplacer sans qu'on le porte d'un point A à un point B. Et puis, c'était quand même un poste à haute responsabilité ! La répartition dans telle ou telle maison pouvait avoir de sacrées conséquences. La preuve en était la crise actuelle. Une soirée de stress pour 364 jours passés à se tourner - figurativement - les pouces. Drôle de vie que celle de Choixpeau.

Lucas en vînt ensuite à développer avec plus de détails l'histoire de son père, que Tempérance écouta avec grande attention. Dix-sept ans... C'était si jeune pour se retrouver projeté dans une pareille situation. C'était l'âge de celui qu'on avait baptisé l’Élu cela dit, et également celui de ses amis, lorsqu'ils avaient sauvé le monde sorcier. Du haut de ses treize ans, Tempérance était à peine capable de choisir les mêmes chaussettes en s'habillant le matin et avait, récemment, sursauté en apercevant son propre reflet dans le miroir on vous a dit qu'elle n'était pas du matin ? « Oh, il faisait partie de la résistance à Poudlard ? C'est vraiment terrible... Si on y réfléchit, c'est une époque qui n'est même pas si lointaine que ça. » Elle soupira à son tour, arborant une expression de tristesse qui tranchait nettement avec le sourire de pub pour dentifrice habituel. « Mon père était à Gryffondor. » souffla-t-elle par réflexe, l'évocation de la maison des Lions ayant automatiquement attiré son attention. « Enfin, pas pendant la bataille, il avait déjà fini ses études à ce moment-là. Mais avant. » s'empressa-t-elle de préciser, cherchant à éviter toute confusion.

Elle leva un regard surpris vers son cadet quand celui-ci lui annonça que sa mère lui avait demandé de ne pas se mêler du débat. Elle lui adressa un léger sourire, mal à l'aise à l'idée de passer pour une commère - ou d'une personne à l'écoute des commères ce qui n'est pas faux mais chut ! - mais acquiesça d'un hochement de tête en réponse à la question ayant suivi cette déclaration. « J'en ai entendu parler vite fait, mais je ne suis pas au courant des détails. C'était très courageux de ta part, en tout cas. C'est pour ça que ta mère ne veut plus que tu t'en mêles ? Elle a peur qu'il t'arrive quelque chose ? » se permit-elle d'interroger avec curiosité. Sa mère à elle n'était pas au courant de tout ce qui se passait à Poudlard. Elle ne voulait pas l'inquiéter inutilement. Et si cette histoire de Menace s'apaisait toute seule ? La guerre avait été suffisamment éprouvante pour elle, Tempérance se refusait à l'impliquer tant que ça n'était pas absolument nécessaire.

[ 1043 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet de Poufsouffle

Parchemins : 239
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Dim 8 Mai - 18:03

« En même temps, je ne vois pas pourquoi on fait tout un flanc de cette histoire de magie noire. Ici, normalement, on ne l'enseigne pas, mais à Durmstrang c'est une matière à part entière et l'Europe de l'Est n'a pas encore implosé pour autant. » Il était parti sur tout à fait autre chose car il n'avait rien à répondre sur le fait que les sorciers répétaient leurs erreurs. C'était indiscutable. Mais il n'aimait pas beaucoup cette idée, surtout quand sa mère lui disait de ne pas s'en mêler. Car si La Menace devenait plus qu'une espèce d'allégorie d'un passé lointain, Lucas n'était pas sûr de pouvoir rester neutre. Il n'avait pas un très grand courage et l'altruisme sous-entendait une foi en l'être humain qu'il ne possédait pas, mais il croyait en des valeurs de paix et d'équité que rien ne pourrait le laisser les bafouer. Pour ce qui était du fait que les mangemorts n'étaient pas que des Serpentards, il hocha simplement la tête en signe d'assentiment. Pour ce qu'il en savait, c'était assez varié, certains étant juste fascinés par le charisme de vous-savez-qui. La puissance aussi attirait énormément. C'était un peu dingue vu par lui, mais il l'avait entendu assez raconté pour ne pas douter du fait que c'était vrai. Peut-être qu'en vieillissant tout ça lui paraîtrait un peu moins abstrait, parce que là, il se disait juste qu'il aurait suffi que plus de monde dise « non, on ne veut pas de votre tyrannie » et basta. Mais visiblement, ça ne se passait pas comme ça dans le monde réel, les choses étaient plus nuancées, et plus de personnes qu'on ne croyait avaient des idées tordues. Et pour ces gens là, c'était que des nés-moldus fassent de la magie et finissent par devenir ministre de la magie qui était tordu… comme quoi… le prisme à travers lequel on voit les choses était un facteur important dans tous les conflits grands et petits.

« J'sais pas, peut-être qu'il hiberne… ou alors il discute avec les tableaux… et les fantômes… enfin, ça reste assez restreint tout de même comme occupation. » Lucas voulait bien croire que composer des chansons ça occupait, mais pas toute une année quand même, surtout que ça tournait toujours autour des mêmes thèmes : les quatre maisons, l'histoire de Poudlard, les valeurs de chacun et de la sorcellerie… Même pour les rimes, il devait finir par tourner en rond ce pauvre Choixpeau (et encore, même pas puisqu'il ne pouvait pas bouger tout seul ! Gryffondor était un sadique en fait… il avait créé un pauvre être destiné à s'ennuyer des siècles durant avec une seule soirée dans l'année où il était la star – situation de crise exclue -).

Puis, vint le sujet de la guerre, pas si éloigné que ça de celui du Choixpeau. Tout était intimement lié. « Quatorze ou quinze ans je crois, je ne sais plus… mais mes parents se sont mariés peu après. Alors ça a plus de douze ans... » Et ensuite il était né plus ou moins dans la foulée… sauf que les raisons de cette précipitation n'avait rien à voir avec la guerre qui avait surtout frappé Londres, ça concernait plutôt les histoires de succession en Allemagne. Sa mère avait du se débarrasser de son titre presque de force en s'engageant très vite, lui-même étant né à la suite parce que ses parents étaient du genre à vouloir tout construire en une fois. Du coup, ils étaient très jeunes à sa naissance, sans pour autant être encore des adolescents non plus. La guerre les avait de toute manière rendu adulte de force. « Le mien aussi était à Gryffondor, il a même été préfet à une période. Et ma mère était à Serdaigle. » Il ne demanda pas pour la mère de Tempérance car il lui semblait qu'elle n'était pas sorcière, il n'en était pas certain cependant, ils n'étaient pas assez intimes pour discuter de leur famille. Sauf ce soir, parce qu'ils étaient encore dans l'émotion du discours et que le fait qu'ils soient d'un avis différent de leurs camarades autour créé comme une barrière entre eux et le reste du monde. « Je me doutais qu'il était un peu plus vieux que mon père, déjà parce que tu es un an plus âgée que moi et mes parents m'ont eu très jeune. » Sourit-il sans savoir si Tempérance apprécierait qu'il ait été capable de faire le calcul tout seul ou au contraire serait déçue qu'il n'ait pas imaginé le père de la demoiselle dans la bataille.

Quant à son propre combat… il n'avait pas été très glorieux, il fallait bien l'avouer. Il s'était démené comme un beau diable mais ne s'en était sorti avec quelques bleus que grâce à l'intervention de sa tante Opaline qui faisait peur à tout le monde bien plus que son autre tante présente à Poudlard, Susan, même si cette dernière était du corps professoral. « Je pense… Je suis un sang pur donc La Menace n'en a pas après moi, et je suis à Poufsouffle, donc je n'ai pas non plus les autres sorciers à dos… elle doit se dire que ce serait bête que j'aille me mettre dans les ennuis alors qu'ils ne viennent pas à moi naturellement. Et puis, elle est une non-violente convaincue. Elle n'a pas du tout apprécié que je me batte, même si elle a compris pourquoi je le faisais. » Sauf que Roze n'avait pas envie que son fils joue les héros, pas même pour protéger ses cousins (qui étaient plus vieux, il est vrai). « Seulement, je ne sais pas… Je n'aime pas entendre dire du mal de mes cousins. Je les connais, je sais bien qu'ils ne sont pas des mages noirs en puissance… ce jour là, j'ai agis bien avant de réfléchir, sinon je me serais rendu compte que tout seul je n'allais récolter que des bleus. » La seule chose qu'il s'était réellement promis c'était que si ça devait se reproduire, il ne foncerait pas tête baissé et se montrerait un peu plus malin que ça. Après, il devrait bien répondre quelque chose à sa mère quand même…

« Et toi, tu ferais quoi à ma place ? » même si ce n'était pas une question facile, comme ils n'avaient pas le même caractère du tout, Lucas trouvait intéressant d'avoir l'opinion de sa camarade.

{1 063}


Mister Poudlard 2013

Lucas Montgomery

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 298
Âge : 15 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   Ven 13 Mai - 19:12

Tempérance percevait la magie noire et tout ce qui y était associé comme quelque chose de finalement assez nébuleux. Certes, elle était consciente de son existence, et elle savait les ravages qu'elle avait pu causer par le passé, mais elle n'y avait jamais été confrontée pour de vrai. Elle avait grandi durant l'après-guerre, et même si elle avait entendu les histoires et observé les conséquences, elle ne réalisait pas pour autant. Et tant mieux, d'ailleurs. Être projeté dans une guerre sanglante et terrifiante alors qu'on n'était encore qu'un simple étudiant... C'était effroyable.

Ses inquiétudes exprimées à haute voix concernant la magie noire - et qui restaient donc plutôt abstraites - ne semblaient pas partagées par Lucas, puisque celui-ci en vînt d'ailleurs à prendre pour exemple l'école de sorcellerie bulgare, Durmstrang. « Je suppose que tu as raison, oui... Oui c'est vrai, je n'y avais pas pensé comme ça ! » accorda-t-elle, acquiesçant d'un léger hochement de tête. C'était un très bon argument, en fin de compte. Les rumeurs disaient que la magie noire était enseignée légalement et tout à fait librement à Durmstrang. Après, elle ne suivait absolument pas ce qui se passait du côté de l'Europe de l'Est, mais elle osait espérer qu'elle serait au moins au courant si quelque chose de vraiment dramatique venait à s'y produire. Par conséquent, c'était que ça devait aller ? Toucher à la magie noire ne suffisait pas forcément à créer d'événements dramatiques en série.

La vie du Choixpeau n'avait jamais été un sujet sur lequel Tempérance aurait pensé à se pencher, pourtant les deux Poufsouffles en vinrent bien vite à plaindre le pauvre artefact magique, destiné à finir ses jours moisissant dans le bureau de la directrice. C'était bizarre quand même, qu'il lui ait fallu atteindre sa troisième année pour réaliser qu'être le Choixpeau était franchement nul ? Elle ne comprenait pas pourquoi elle n'y avait pas songé plus tôt. Et même là, il avait fallu que ça soit Lucas qui le lui fasse remarquer. Appréciant ce moment de légèreté, la blonde écouta les hypothèses de son cadet d'un air souriant. Cependant, la conversation retrouva bien vite une tonalité plus grave, étant donné le contexte dans lequel ils se trouvaient.

Quatorze ans et des poussières, ce n'était pas si énorme que ça. Elle-même en avait treize. Il y avait des élèves à Poudlard qui étaient même nés pendant la guerre. C'était bien plus proche que ça n'en avait l'air, mine de rien. Et certains prédisaient désormais que ça ne tarderait pas à recommencer. Tempérance ne voulait pas y croire. Cependant, la chanson du Choixpeau  - toute emplie de bonnes intentions fut-elle - avait plutôt eu tendance à l'angoisser. Sa discussion avec Lucas avait néanmoins le mérite de lui permettre d'exprimer ses craintes, et de trouver un certain apaisement dans les réponses de son cadet. Elle évoqua naturellement son propre père, et sourit en apprenant que celui de Lucas avait lui aussi été à Gryffondor jadis. « Oh, beau sens du calcul ! Pas mal du tout. » reconnut-elle avec appréciation lorsque Lucas lui révéla ses suppositions.

La nouvelle de la bagarre dans laquelle s'était retrouvé Lucas n'était pas passée tout à fait inaperçue chez les Poufsouffles. Du moins, Tempérance n'était-elle qu'un an au-dessus de son camarade, aussi l'information était-elle facilement parvenue jusqu'à ses oreilles. De manière lacunaire, certes, mais tout de même. Bien que curieuse par nature, la blonde tâchait de se tenir sagement loin des ragots, par conséquent elle n'avait jusque là pas cherché à creuser l'affaire davantage. Cependant, maintenant que son cadet avait évoqué le sujet de lui-même, elle lui tendait une oreille attentive et intéressée. « Elle s'inquiète pour toi, c'est ce que les parents font ! Surtout qu'il aurait pu t'arriver quelque chose de grave... Tu n'as pas eu peur ? » interrogea-t-elle naturellement, scrutant le visage du garçon avec... Inquiétude ? Admiration ? Un peu des deux, sans doute. « Oui, je comprends ! » Elle n'avait certes pas de famille à Poudlard pour sa part, mais elle n'appréciait déjà pas qu'on dise du mal de ses amis. Et ils ne partageaient même pas son sang !

Pensive, Tempérance leva un regard surpris vers Lucas lorsque celui-ci lui demanda ce qu'elle aurait fait si elle avait été à sa place. Doux Merlin. "Se jeter dans la bataille les yeux fermés et les poings serrés en pleurant toutes les larmes de son corps dans l'espoir que ça attendrira ses adversaires", c'est une réponse valable ? En tant que Sang-Mêlée, elle avait elle aussi une certaine marge avant d'être directement concernée par la Menace. Les Sang-Purs ne représentaient de nos jours qu'une poignée de sorciers, il faudrait bien que ces esprits diaboliques se contentent de sang à moitié souillé, tôt ou tard. De là à rester en planque bien tranquillement en laissant les autres s’entre-tuer... Non, certainement pas. Elle finit par hausser doucement les épaules, l'incertitude se lisant sur son visage. « Honnêtement, je ne sais pas. Pour la bagarre, je ne crois pas que je me serais lancée là-dedans, comme tu l'as dit c'est un coup à prendre une raclée sans forcément réussir à changer les choses ? Mais il doit y avoir d'autres moyens de lutter contre cette situation. C'est normal que ta maman s'inquiète, mais je pense... Je pense que si les choses devaient continuer, voire encore empirer, c'est un peu notre devoir d'essayer d'y remédier ? » Elle se mordilla la lèvre, détournant le regard pour se concentrer sur le feu brûlant dans la cheminée. Elle en avait dit plus - et surtout bien plus sincèrement - qu'elle ne l'avait prévu en arrivant dans la salle commune. Mais si elle était sûre d'une seule chose, c'était qu'elle ne regrettait pas ses propos. Ils ne pouvaient pas laisser l'école se retourner contre les Serpentards sans raison valide, sur la base de préjugés datant d'une guerre révolue et d'une Menace venue rouvrir des blessures qui commençaient à peine à cicatriser.

Constatant que la rumeur des conversations s'était nettement amoindrie depuis qu'elle s'était tue tout le monde me regarde c'est ça ?, Tempérance leva la tête et jeta un regard circulaire à la salle commune, constatant que les petits groupes qui s'étaient formés suite au retour du dîner s'étaient clairsemés. Quelques élèves s'étaient lancés dans une partie de cartes, tandis que les autres discussions paraissaient plus légères qu'elles ne l'avaient été une demie heure plus tôt. « On dirait que ça s'est calmé... Je vais en profiter pour monter, en comptant sur le fait qu'elles auront trouvé un autre sujet de discussion, là-haut ! » annonça-t-elle à son cadet, se redressant. « Hm, Lucas ? » Elle scrutait le visage de son cadet d'un air indéchiffrable, que vînt égayer un sourire timide. « Merci... Ça m'a vraiment fait du bien de parler avec toi. » Et sur cette note vibrante de reconnaissance, elle tourna les talons et se dirigea d'un pas qui avait presque retrouvé son dynamisme habituel vers les escaliers menant aux dortoirs. Tout n'était peut-être pas tout rose chez les sorciers dernièrement, mais le plus important c'était de réussir à trouver une petite lueur d'espoir même dans la plus grande des adversités, non ?

[ Terminé pour Tempérance ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le solitaire & La fille qui n'aimait pas la solitude [Thème]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Ame solitaire...pas très longtemps [PV][FINI]
» Chasse entre mère et fille
» |Selena Kristen Stiwart ? Une fille parmis tant d'autres...|
» Le petit chat m'aimait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 21 (2011-2012)-
Sauter vers: