AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Lun 6 Juin - 8:47

L'esprit de la maison Serdaigle
Alice & Julian
“Le règlement est semblable aux rites d’une religion, qui semblent absurdes, mais qui façonnent les hommes.”  (Antoine de Saint-Exupéry)


Cela faisait déjà dix minutes qu'Elena ennuyait le nouveau. La neige avait bloqué Poudlard et tout le monde était un peu à cran à force de rester à l'intérieur, mais il n'y avait que cette insupportable peste pour en venir à embêter les plus jeunes qu'elle. Et un élève transféré à Halloween qui plus est, ce qui faisait qu'il ne connaissait pas grand monde et que personne ne semblait se préoccuper de lui venir en aide. Elena lui avait pris son livre et refusait de le lui rendre ! (Et après c'était Alice la voleuse ?! Non mais vraiment!)

La blonde Alice se tourna brièvement vers la brune Aliénore et lui demanda : « On y va ? » Avant qu'au signe affirmatif de son amie, elle se lève et se dirige vers Elena. Leur camarade de dortoir était en guerre contre Alice (et Dwayne) depuis des années, presque depuis leur entrée à l'école. Or, Alice devait se la farcir même lorsqu'elle dormait puisque son lit était à côté du sien. Mais en général, en journée, elles s'évitaient. Elles n'avaient, de toute manière, pas les mêmes fréquentations. Mais on pouvait quand même remarquer qu'elles avaient passé leur adolescence ensemble à des signes infimes. Le regard de mépris qu'elles se lançaient, certes, mais aussi le fait qu'elles portaient l'uniforme de la même façon toutes les trois et qu'elles avaient toutes les trois les cheveux détachés retenus par des barrettes en forme d'aigle, très en vogue l'année précédente chez les filles de Serdaigle. Cela étant, les ressemblances s'arrêtait là.

Alice était blonde, les yeux bleus, très clairs, une peau blanche et diaphane, une ossature fine et un port de tête fier et assuré. Elle ressemblait à une fragile poupée de porcelaine.
Aliénore, derrière elle, était plus grande (même si Alice dépassait difficilement le mètre cinquante alors ce n'était pas bien dur), globalement, elle faisait moins douce physiquement, rien que par son expression, très hautaine – surtout face à Elena -. Ses cheveux étaient bruns, quasiment noirs en hiver. Sa peau était assez pâle à cette période de l'année, mais des tâches de rousseur discrètes coloraient ses joues. Quant à ses yeux, ils étaient bleus, mais pas de la même nuance. De toute manière, mieux valait ne pas la regarder trop dans les yeux, car sinon on finissait hypnotisé au sens littéral. Pulpeuse, elle aurait pu faire femme fatale si on ne sentait pas chez elle un certain je-m'en-foutisme.
Elena, qui s'en prenait à Julian, faisait à peu près la même taille que Aliénore. Elle avait des cheveux châtains et bouclés qui lui tombaient sur les épaules en cascade disciplinés. De l'avis d'Alice, Elena aurait pu être jolie si sa méchanceté ne se lisait pas sur son visage. Les yeux gris, elle avait toujours un rictus au coin des lèvres qui donnait envie à la blonde de la claquer. Chose qu'elle avait renoncé à faire après plusieurs heures de colle pour violence ses premières années à Poudlard.

Le garçon était quasiment encerclé par les trois filles de septième année qui se jaugeaient d'un air mauvais. « Rends-lui son livre Loigerot. Certains sont à Serdaigle pour travailler contrairement à toi. » le ton était sec mais à peu près neutre. « Sinon quoi Orwell ? » Grogna plus que ne dit Elena Loigerot. « Sinon je t'hypnotise pour que tu fiches un peu la paix à cette salle commune. » Répondit calmement Aliénore qui, pour l'instant, fixait un point au-dessus de l'épaule d'Elena pour ne pas la regarder dans les yeux. « Pfff… Vous êtes vraiment chiantes. » Et elle lança le livre sur la table de la salle commune, juste devant Julian.

Alice sourit, autant pour elle-même que pour le cinquième année ou Aliénore. Elle s'assit à côté de Julian mais pas Aliénore qui resta debout derrière elle. « Ne fais pas attention à Elena, parce qu'elle est sang pur, elle se croit tout permis. » Commença Alice d'un ton amical. « Moi c'est Alice Orwell. » « Et moi Aliénore Blake. Tu m'as remplacé au dernier match. » La brune souriait aussi mais regardait l'heure de temps en temps, trop souvent en fait. « On est en septième année toutes les deux, enfin, toutes les trois, Elena aussi. » Alice fit une pause et leva le nez vers Aliénore. « Vas-y Ali', même s'il y a de forte chance que Drake soit en retard, mieux vaut mettre toutes les chances de ton côté. » « Ok ! Bon bah… Salut Julian ! Alice, on se retrouve tout à l'heure ! » Alice répondit seulement par un signe de la main à son amie qui disparut assez vite. L'amour vous faisait pousser des ailes paraît-il. Remarquez, c'était seulement ce que la blonde en avait lu dans les livres, car elle n'avait jamais éprouvé elle-même ce sentiment au grand dépit de Hugh. Mais Aliénore avait tout son soutien en la matière.

« Tu t'appelles Julian alors… Enchanté. » Sourit Alice en fouillant dans sa besace. « Est-ce que je peux te tenir compagnie quelques temps ? Mes amis sont tous sortis et j'ai des matières à réviser pour les ASPIC. » De fait, elle était la plus sérieuse des septièmes années. C'était bien pour ça qu'elle restait dans la salle commune alors que les autres étaient on ne sait trop où. Quoique Hugh devait être en train de travailler aussi, mais plutôt dans la bibliothèque. Sauf qu'Alice détestait avoir froid (elle en avait assez souffert lors de son enfance dans la rue) et en ce moment la bibliothèque n'était pas l'endroit le plus douillet de Poudlard pour réviser.

Joignant le geste à la parole, elle sortit plusieurs parchemins dans lesquels il y avait toutes ses notes pour les cours du lendemain. Alice ne savait pas encore ce qu'elle ferait l'année suivante. Elle voulait juste trouver un travail correct, légal et sûr. Elle visait principalement le ministère, mais comme elle ne savait pas quelle section en particulier, elle avait gardé beaucoup de matière à l'issu de sa cinquième année. Un peu trop de l'avis de certains. Pas de celui de la principale concernée qui n'était certes pas la jolie poupée que laissait penser son physique mais qui, en revanche, était dure à la tâche presque autant qu'une Poufsouffle.

« C'était quoi le livre qu'Elena t'avait pris au fait ? » demanda-t-elle en levant le nez de ses révisions quelques minutes après s'y être plongé. C'est qu'un mauvais souvenir revenait de monter à la surface. « Moi, elle m'avait déchiré mon livre d'Alice au Pays des Merveilles il y a quelques années. Heureusement que ma grande sœur avait pu me le réparer. » Bien que son prénom ne vienne pas du fameux livre de Lewis Caroll (c'était l'orphelinat qui lui avait donné ce prénom – ils étaient dans les A à son arrivée - et ses parents adoptifs ne l'avaient pas changé), elle avait beaucoup d'objets y faisant référence. C'était son meilleur ami, Dwayne, qui lui offrait souvent des trucs en rapport, dnt le bracelet à breloque qu'elle agitait de temps en temps, machinalement, sans y penser. Elena était vraiment une peste… et elle en voulait aussi un peu aux autres élèves de Serdaigle présents de n'être pas intervenus pour défendre l'un des leur. Même si Julian n'était là que depuis quelques mois, il était des leur, point final !

{1 222}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 115
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alan, Joséphine & Quentin

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Lun 6 Juin - 23:59

L'hiver tombait sur Poudlard comme d'orangées et rougeâtres feuilles mortes quitteraient lentement les arbres à l'automne. La neige se faisait fort insistante et de ses yeux de petit habitant de New York, Julian ne pouvait s'empêcher de noter qu'elle tombait... trop. Trop vite et trop fort, à tel point qu'il était à présent impossible de quitter le château. Un comble pour Noël ! Comment pouvait-on être à Noël, avoir un climat propice et ne pas pouvoir sortir pour fêter ça en faisant des bonhommes de neige ou des batailles jusqu'à mourir d'épuisement ?

Julian s'était résolu à trouver une réponse : enfiler des chaussettes de laine, boire un thé chaud à la menthe, un livre à la main, collé à la cheminée de sa salle commune. C'était ce qu'il faisait le plus souvent chez lui pendant les vacances d'hiver et cette fois-ci il n'avait hélas pas d'autres alternatives.

Comme beaucoup de Serdaigle l'avaient copié, Julian ne put s'asseoir sur les canapés proches de la cheminée, il opta donc pour une chaise près d'une table. Le sorcier posa son livre sur la table et alors qu'il allait s'occuper de porter le thé à sa bouche, une jeune fille lui pris son livre sans se manifester d'aucune manière.

Peu prêteur des affaires qui ne lui appartenaient pas, Julian se contenta de lancer un regard à la jeune fille, sans même prendre la peine de lui parler. C'était à elle de comprendre qu'elle pouvait au moins lui demander la permission, ne manquerait plus qu'il fasse comme si tout allait bien

Après quelques secondes de questions – réponses dans lesquelles Julian mit toute la meilleure volonté du monde à ne pas avoir l'air sympathique «Tu l'as eu où ce livre ? » « Ça te regarde ? A la bibliothèque. » « Et pourquoi tu as pris celui-ci ? » « Pour faire parler les bécasses le lire. », vint le moment où la jeune fille ne voulut plus lui rendre son livre.
Bien. Encore une dérangée donc, Julian les attirait toujours. Toujours... et ça n'arrivait qu'à lui.
A croire qu'il avait un aimant à fêlés sur lui, systématiquement il attirait les gens un peu bizarres, comme si quelqu'un s'était amusé à lui coller une pancarte invisible dans le dos "Si pour vous la vie n'est qu'un long calvaire ou que pour vous 1+4 font 52, approchez !". Ça n'avait rien de très nouveau pour Julian, mais c'était à chaque fois assez énervant. Généralement il laissait passer l'orage et si ça ne suffisait pas, il montrait les dents.

Mais cette fois là, ce ne fut pas nécessaire. Alors que le regard noir de Julian et sa main tendue pour recueillir le livre aurait suffit à cramer en 3 secondes le moindre des petits toasts, deux Serdaigle plus vieilles que lui jugèrent bon de venir à sa rescousse. Visiblement, la fêlée du livre n'était pas à son coup d'essai.

A coup de menace et d'intimidation (ben elles étaient deux contre une déjà, ça impressionnait un peu quand même), la jeune fille finit par se rendre et jeta négligament le livre de Julian sur la table. Il n'en fallut pas plus au Serdaigle pour faire faire un tour complet à son sang. L'Américain ne prenait jamais à la rigolade le sort d'un livre. On prenait soin des objets qu'on avait, en particulier quand ils étaient précieux, en particulier quand c'était Mme Pince qui vous les prêtait ils n'étaient pas à vous.

« Et tu peux faire attention, aussi ! »

Lança Julian, à la jeune fille galvanisé par un soudain courage, furieux, quand elle tourna les talons et quitta la salle commune de Serdaigle. Julian n'était pas un garçon agressif de nature, mais depuis plusieurs semaines son caractère avait passablement changé. En mal, il fallait le reconnaître. Et cette altercation n'avait rien arrangé à la chose.

« Enchanté Alice. Enchanté Aliénore. »

Julian se calma assez rapidemment (l'apanage des personnes au sang froid), surtout parce qu'il avait retrouvé son livre, que l'autre fille était partie et que deux nouvelles élèves (au visage assez sympathique, pour le coup) étaient arrivées. Il leur adressa à toute deux un franc sourire. Se fut Alice qui prit la parole la première et Aliénore les quitta assez rapidemment. Au plus grand regret du jeune garçon, en fait, qui lui aurait volontiers posé plusieurs question sur elle, mais sur le Quidditch en particulier. Et puis Aliénore lui plaisait assez, aussi, il fallait bien le reconnaitre. Pas qu'Alice n'était pas une fille ravissante, bien au contraire, mais le visage d'Aliénore était resté en tête de Julian à la première seconde où il l'avait vue, il y'avait quelques semaines de celà.

« Salut ! Aliénore... »

Lança t-il maladroitement en regardant la jeune Serdaigle les quitter et l'autre s'asseoir à ses côtés.

« Non non, bien au contraire. Qu'est-ce qui a piqué la furie de tout à l'heure, au fait ? »

Julian venait de se rassoir correctement sur sa chaise et ne put s'empêcher de s'approcher un peu plus près d'Alice pour avoir plus d'informations sur la fille qui l'avait accosté. C'était vrai, il lui avait fait quoi, à elle, après tout ? Strictement rien ! Elle avait un problème avec les étrangers, peut être ? Déjà qu'il se sentait bien seul à Poudlard, personne n'avait besoin d'en rajouter, croyez-le bien.

« Je lis Merveilleux Vagabonds de Wigtown de Kennilworthy Whisp. Je l'ai emprunté à la bibliotèque hier. »

Alice s'était installée plus vite que son ombre sur la table de Julian. Ça ne dérangea l'Américain en rien, bien au contraire, de voir toutes ses affaires de 7ème année éparpillées sur la table. On lui parlait rarement dans la salle commune, c'était donc une bonne première.

« Alice au Pays des Merveilles dis-tu ? J'adore Tim Burton Lewis Carroll ! Je relis Les Aventures d'Alice au Pays des Merveilles et De l'autre côté du miroir chaque année. J'adore sa gestion de l'absurde, je le trouve unique. Et addictif. Franchement, il a changé ma vision de la littérature. A ce titre je dois te dire que tu as un prénom vraiment ravissant. »

Alice venait malgré elle de lancer Julian sur deux de ses sujets préférés. Et Il en était ravi ! Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pu parler à quelqu'un sans qu'il s'agisse de la directrice d'une école, au siècle bien tassé et ça faisait du bien de converser de ses sujets favoris.
Dans son euphorisme, Julian n'avait même pas remarqué qu'en ouvrant la porte de la salle commune avec son départ, Elena avait laissé entrer un petit nuage dans celle-ci. Pourtant face à la porte, l'Américain était bien trop centré sur son interlocutrice pour voir quoique ce soit, ce qui était un comble pour quelqu'un d'aussi observateur.

(1126)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Mer 8 Juin - 14:11

Si Julian avait admis ouvertement sa préférence pour le physique d'Aliénore car nous éviterons de mentionner son caractère, Alice se serait sûrement contenté d'approuver chaudement. Aliénore était une bombe qui s'ignorait à passer trop de temps avec des garçons (Dwayne et Hugh pour Serdaigle, mais aussi Stephen, son meilleur ami qui était à Serpentard une année en-dessous d'elles). La blondinette, bien que peu coquette elle-même, essayait d'encourager la brune à se mettre un peu plus en valeur, mais il n'y avait rien à faire. Ali' se fichait comme de son premier abécédaire de comment elle était vêtue. Enfin… sauf lors des grandes occasions comme le bal évidemment. Heureusement qu'à Poudlard il y avait un uniforme, sinon elle serait en jean/basket /sweat à capuche en permanence… Alice, qui se trouvait elle-même très ordinaire – la preuve, elle existait en double dans l'école ahah ! - enviait un peu son amie pour son physique très avantageux car Alice n'aime pas être petite et plate, merci pour elle, et était parfois contrarier qu'Ali' ne fasse pas plus d'effort que ça pour être simplement époustouflante. Enfin… la beauté c'est comme la santé, on ne naît pas tous égaux. Et de toute façon, c'était Alice la plus studieuse et la plus intelligente des septièmes années. Chacun ses qualités ! (Puis, elle n'était pas laide non plus, alors elle ne complexait pas non plus tant que ça)

De toute façon, le sujet n'arriverait probablement jamais car Aliénore était partie pour un rendez-vous avec Drake dont elle ne reviendrait pas avant deux heures, surtout si l'aiglonne arrivait à persuader le blaireau de réviser la métamorphose en vu de leur prochain devoir.

« La Furie ? Ah ! Tu veux dire Elena ! » Répondit d'abord Alice, tellement habituée au comportement de sa camarade de dortoir qu'elle n'y faisait même plus vraiment attention à force. « Comme je te disais, c'est une sang pur, alors elle a tendance à se croire supérieure aux autres. Et elle adore embêter les gens. Pour ce que j'en sais, elle n'a pas besoin de raison pour ça, mais là, c'est peut-être juste à cause de l'enfermement. En plus, ses copines sont à Serpentard et elle a décidé de les snober avec tout ce qui s'est passé depuis la rentrée, alors elle doit se sentir un peu seule. » Alice haussa les épaules, défaitiste, avant de sourire d'un air encourageant : « Mais ne fais pas attention à elle. Si besoin, menace-la de prévenir Aliénore, Elena a une peur panique de son don. » Le fait qu'Aliénore et Alice passaient beaucoup de temps ensemble depuis l'année où Dwayne avait été absent pour cause de transfert temporaire à Salem avait permis à la blonde de prendre ses distances avec Elena. Cette dernière craignant Aliénore, elle s'approchait moins d'Alice que quand elles étaient dans leurs premières années. Mais il y avait encore des accrochages. Elles ne pouvaient pas se supporter et rien ne pourrait jamais vraiment changer ça.

Après un court temps de travail pour la bleue et bronze, ils se mirent à parler littérature. « Ah, un livre de Quidditch… Je t'avoue que je lis plutôt de la fiction, et en général moldu. » Mais puisque Julian semblait être connu d'Aliénore par leur équipe de Quidditch, il était plutôt normal qu'il s'intéresse au sujet. Elle-même n'en avait pas le goût, en plus d'être atteinte d'un affreux vertige qui la faisait tomber dans les pommes dès qu'elle s'élevait du sol (et donc, au final, tomber tout court).

« J'aime beaucoup aussi ces livres mais pour être honnête j'y suis surtout attaché parce que mon meilleur ami m'associe au personnage principal. Non seulement je m'appelle Alice, mais je suis de la maison dont la couleur est le bleu et je suis blonde… alors c'est un peu son thème récurrent pour les cadeaux. Enfin, cela n'empêche pas que je relise régulièrement mon livre avec plaisir. J'aime beaucoup le passage où Alice tombe dans le terrier et qu'elle se pose des tas de questions, comme par exemple si elle va arriver au centre de la terre etc. Je trouve ses réflexions amusantes car elle n'a pas du tout conscience du danger. » Alice tapota ses ongles sur le parchemin étalé en face d'elle, l'air rêveur quelques instants car plongée dans des scènes de son livre. Mais cet instant ne dura pas car Alice se rendit compte qu'une ombre se profilait sur son parchemin, et comme ils étaient à l'intérieur, ce n'était pas normal.

Elle leva le nez et aperçut un nuage. Elle ouvrit grand les yeux et prononça un « Oh ! » éloquent tout en tapotant le bras de Julian pour qu'il regarde aussi. « Qu'est-ce que c'est que ce truc ?! » Mais les deux élèves n'étaient pas au bout de leur surprise car le petit nuage se mit à répandre une neige poudreuse sur eux, lentement dans ce qui n'était peut-être qu'un premier temps. « De la neige ? À l'intérieur ?! » S'exclama Alice en se levant brusquement, partagée entre l'envie de ranger ses affaires pour les protéger et celle de tendre le bras pour essayer d'examiner le nuage. Elle opta pour la première idée, vraisemblablement plus raisonnable. Elle plia son parchemin et le rangea dans son sac, abris tout relatif contre l'humidité. Au vu de la température ambiante de la salle commune, dès qu'un flocon touchait une surface, il fondait en une petite flaque qui grossissait à l'arrivé de ses camarades.

« Et bien, tu disais aimer Alice au pays des Merveilles, tu es servi, de la neige à l'intérieur, c'est digne du bouquin ! » Constata-t-elle en balançant entre deux sentiments : la curiosité et l'agacement. Visiblement, elle aurait aussi bien fait de suivre les autres en dehors de la salle commune, car elle n'allait probablement pas pouvoir réviser si Serdaigle (ou tout du moins la petite partie où elle était avec Julian) était détrempée. Comme d'autres choses ces derniers jours, cela sentait la blague d'un élève frustré de ne pas pouvoir sortir dehors… mais Alice devait reconnaître que ce sortilège était brillamment exécuté. Elle se demandait si c'était un Serdaigle qui l'avait lancé ou quelqu'un d'une autre maison…

{1 026}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 115
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alan, Joséphine & Quentin

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Jeu 9 Juin - 8:06

Qu'Alice soit habitué au comportement outrecuidant de sa conseur Serdaigle choqua un petit peu Julian. Certes elles étaient toutes les deux en septième année et avaient à ce titre passé toute une longue (très longue même, si Elena avait toujours été comme ça) scolarité ensemble. Alice était donc certainement accoutumé des crises d'une sang pur au caractère pas très facile. Mais ça n'enlevait rien à la chose : c'était choquant parce qu'on ne pouvait pas s'habituer à l'impolitesse et à l'arogance de quelqu'un pendant 7 années. Ça restait parfaitement logique qu'Alice et Aliénore interviennent dans une situation provoqué par Elena, pour Julian ça restait quelque chose d'absolument surréaliste « On peut être tranquille dans sa salle commune, ou bien ? ».

« Qu'est-ce qui s'est passé à la rentrée avec les Serpentard ?  »

Bien évidemment Julian avait entendu parler du contexte politique de l'Angleterre quand il était arrivé dans le pays. Mais très franchement, il s'en fichait. Ici ce n'était pas [b]son[/u] pays, au mieux une patrie d'adoption qu'il allait quitter dans les plus brefs délais. L'Américain vivait comme une promesse d'envoyer chaque deux jours une lettre à ses parents pour lister les nombreuses raisons qui devraient les faire repartir aux Etats-Unis. Et croyez-bien qu'il y en avait beaucoup, Julian Farrow en trouvait sans cesse de nouvelles.
Tout ça pour dire qu'à Poudlard, la ségrégation 'Serpentard' contre le reste des élèves lui passait largement au dessus de la tête. C'était qui Serpentard déjà ? Les rouges ou les verts ? Il s'en fichait. S'il avait eu des amis ou des gens qui lui importait, il aurait peut être pris la peine de s'y intéresser, mais c'était encore loin d'être le cas.

« Son don ? Qu'est-ce qu'Aliénore a de particulier à part son incroyable beauté ? »

En posant sa question Julian se souvint très clairement avoir entendu Aliénore menacer la cagole peste d'hypnose. Ce n'était visiblement pas une façon de parler, à y réfléchir. Aliénore avait peut être le don d'hypnotiser les gens, ce qui expliquerait beaucoup de choses. Pourquoi à chaque fois qu'il la voyait il se rapellait de son visage, alors que tous les autres étaient aussi mémorables que des fantômes, par exemple.

« Je suis très roman aussi, et les auteurs moldus ne me dérangent absolument pas. Mais je suis un grand fan de Quidditch, j'ai lu presque tous les livres de stratégie de vol et les équipes Américaines sont de loin mes favorites. Tu sais qu'on détient un petit nombre de record en Quidditch, aux States Etats-Unis ? Par contre ne me demande pas lesquels, je suis incapable de répondre. »

Et Julian n'en était pas peu fier. L'actuelle composition de l'équipe de Quidditch Américaine était excellente. Malgré la perte d'une de leurs poursuiveuses phares il y'avait plusieurs années de ça, l'équipe ne s'était jamais aussi bien portée. Julian se rapella d'ailleurs qu'une des plus anciennes poursuiveuses de l'équipe, Elizabeth Follet, était d'origine anglaise et avait même joué pro plusieurs années dans une équipe locale du pays (les Harpies de Holyhead). Les Anglais devaient être très fiers qu'elle les ai quittés pour une équipe nationale aussi exceptionelle !


« C'est ça ! Mais j'aime beaucoup son évolution entre les deux livres, en fait, c'est ça aussi qui est vraiment interessant. »

Julian aurait pu parler d'Alice au Pays des Merveilles pendant des heures, pour la simple raison qu'aujourd'hui plus que jamais, il aurait fort apprécié de s'y trouver. Hélas c'était impossible, le monde était cruel et injuste et la vie prenait toujours un malin plaisir à vous en faire voir de tous les couleurs. Julian pouvait évidemment le vérifier depuis quelques semaines (il aurait d'ailleurs très bien pu en écrire un livre, s'il en avait eu l'envie).

Et aujourd'hui encore ! Non content de lui pourrir son Noël en le séquestrant dans le château alors que dehors la poudreuse était immense, l'Angleterre s'acharnait sur lui en lui balançant de la neige à la figure en plein intérieur.

« C'est quoi... ça... ? »

Julian n'aurait trop su que dire de cette situation. Et bien il était nouveau déjà, ce qui ne lui permettait pas de dire si ce genre de phénomènes était normal au non. A priori non hein, il y'avait quand même peu de chance pour que mettre de la neige dans l'école soit autorisé par le règlement et que cela – en plus -  arrive chaque année. Ça n'empêchait pas que la situation, bien qu'elle soit nouvelle, soit problématique. Il y'avait tout un tas de livres et parchemins, sur cette table !

« Punaise, ça va tout mouiller ! »

Comme on l'aura compris, le sort du matériel scolaire tenait beaucoup à coeur Julian. On ne plaisantait pas avec ça.
Sans attendre, le bleu et bronze posa son livre sur une chaise qui se trouvait encore sous la table, histoire de le protéger de la neige. Hélas, la neige tombait aussi sur Alice qui avait toutes ses affaires étalées sur la table et qui se transformait en petites flaques sur chacun des parchemins qu'elle touchait. Dans un réflexe altruiste mais rapide, le Serdaigle jugea bon de s'éloigner d'Alice et ce sur plusieurs pas. L'idée était que le nuage le prenne en chasse lui et non la Serdaigle et tout son matériel scolaire.

Moqueur jusqu'au boût, le nuage ricanna au nez de Julian se scinda en deux part égale et une partie suivit Julian dans son mouvement, alors que l'autre partie continuait d'arroser Alice de poudreuse.
Le comble de l'humour.

« La blague... Tu as un parapluie ? Ou un contresort pour ça ? Moi je n'ai jamais vu ça de ma vie. »

Et pourtant il était sorcier depuis longtemps ! Des petites nuages qui vous prennait en chasse dans un endroit clos et qui vous balançait de la neige à la figure, ça ne pouvait qu'être une invention anglaise, ça !
Julian regarda Alice ranger ses affaires et une fois que ce fut fait, planta son regard bleu dans les siens, l'air de dire 'On fait quoi maintenant ? On attends qu'il neige ? d'être trempés ?'. A part porter un parapluie qu'il n'avait pas et attendre que ça passe, Julian voyait mal quoi faire.

(1034)



JULIAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Sam 11 Juin - 15:06

Alice posa le menton sur sa main tout en regardant le plafond, sourcils froncés, cherchant comment expliquer au jeune homme ce qui s'était passé avant son arrivée. C'est que tout n'était pas clair, même pour Alice qui avait pourtant vécu les choses depuis son départ comme elle récupérait la Gazette dans les poubelles des lieux sorciers lorsqu'elle était à Londres l'été. Finalement, elle opta, justement, pour une explication chronologique, ou du moins à peu près. « Tu te souviens de la chanson du Choixpeau il y a peu sur la nécessité de rester unis etc ? » Commença-t-elle avant de poursuivre : « Et bien, en fait, depuis août dernier il y a une personne – ou un groupe de personnes, on ne sait pas bien – qui appellent les Serpentards à rejoindre un mouvement qui viserait à faire renaître les Mangemorts. Bien entendu, aucun Serpentard ne se sent concerné par cet appel, mais ça a rendu les gens nerveux, ils se sont mis à croire que les Serpentards étudiaient peut-être la magie noire en cachette et qu'ils préparaient une nouvelle guerre. C'est complètement ridicule, ma jumelle est à Serpentard et mon jeune frère aussi, et ils n'ont rien de mages noirs. Ils sont prétentieux et ambitieux mais ça ne fait pas d'eux des fous destructeurs. Mais une partie des élèves des autres maisons se sont mis à les martyriser… ou à simplement ne plus leur parler, comme Elena avec ses soit-disant amies. » Bien sûr, Alice ne faisait pas parti de ces personnes là. Certes, en dehors de sa famille, elle ne connaissait pas beaucoup de Serpentard, mais Lana et Micah lui suffisaient pour savoir que tous les Serpentards n'étaient pas des fous furieux prêts à tuer tous les nés-moldus. En fait, du coup, elle trouvait que c'étaient plutôt les bien-pensant comme Elena qui devenaient dangereux, car certains Serpentard s'étaient carrément faits taper dessus ! D'où l'appel à l'apaisement du Choixpeau… même si peu d'élèves l'avaient pris en compte.

« Ali ? Elle a le don d'hypnose. Quiconque croise son regard peut être hypnotisé et être temporairement soumis à sa volonté. Mais ce n'est pas tout à fait comme un imperium, quand tu es sous son hypnose, tu as envie de faire ce qu'elle te demande, sincèrement. C'est comme si elle était devenue la plus belle et la plus importante chose au monde pour toi et que tu ferais n'importe quoi pour lui faire plaisir. Alors tu te doutes bien que quelqu'un d'aussi orgueilleux qu'Elena n'aime pas beaucoup ça… cela dit, Aliénore ne contrôle pas son don. » Ce n'était pas faute d'essayer et elle avait fait des progrès, maintenant elle pouvait regarder quelqu'un dans les yeux sans l'hypnotiser si elle n'était pas sujette à un fort sentiment en même temps. Mais par habitude, elle continuait simplement à ne pas croiser le regard des autres. Et comme Alice n'avait visiblement pas tant de motivation que ça pour travailler, elle poursuivit ses explications (qui sait, ça pouvait servir à Julian de savoir tout ça).

« Le plus souvent, elle hypnotise par erreur. Heureusement, ça ne dure tout au plus qu'une heure, Ali' m'a dit que si elle laissait la personne hypnotisée toute seule ça pouvait traîner, mais sinon, les effets s'estompent et après tout redevient normal. Ça m'est arrivé une fois quand j'étais en troisième année, c'était pas franchement agréable de sortir de l'hypnose car c'est comme si on te faisait ressentir quelque chose de très doux et pouf après on te l'enlève... » Suite à cet incident, elles s'étaient faites la tête pendant un certain temps, et puis Alice avait trouvé que ça en devenait ridicule, et elle avait arrêté de bouder. Mais il fallait admettre qu'elles étaient vraiment restée en froid un bon moment. A la décharge d'Aliénore, le problème de fond venait plus d'Alice que d'elle, la blonde détestait perdre le contrôle, ce qui était le principe même du don d'Ali'.

Julian lui parla ensuite de Quidditch, Alice lui adressa un sourire poli. Là, on était pas du tout dans son domaine ! « Non, je ne savais pas, mais en fait je suis très nulle sur un balai et je viens d'un milieu extrêmement défavorisé, alors le Quidditch ça n'a jamais été mon truc. Enfin, je suppose que c'est surtout le premier point le vrai problème puisque mon frère le plus âgé est joueur de Quidditch maintenant. » Cela dit, elle n'avait effectivement découvert vraiment le Qidditch qu'arrivée à Poudlard, et ça lui avait tout de suite déplu. Non seulement c'était un jeu sur balai (alors que rien de les regarder du sol lui filait la nausée), mais en plus elle n'avait jamais compris l'intérêt de ce genre de sport, autant la danse c'était artistique, autant les sports de ballon bah… on pourrait leur donner une balle à taper à chacun, non ? Puis c'était violent en plus. Aliénore revenait couverte de bleue à cause des Cognards ! Non, ce n'était vraiment pas fait pour elle !

« L'évolution d'Alice ? Elle reste pourtant bien cruche en dépit de cette histoire d’échiquier, surtout que le second livre est une suite de petites histoires sans vraie rapport les unes avec les autres en dehors du fil rouge de la distorsion de l'espace. En fait pour être honnête, autant j'aime les deux livres de manière général, autant je ne trouve pas qu'Alice ait une grand intérêt par elle-même. Mais sans elle, il n'y aurait pas d'histoires. » Et elle ne détestait pas Alice, elle ne la trouvait juste pas très maline, elle tombait systématiquement dans le piège, alors que la plupart du temps elle était prévenue. Et ce n'était pas parce qu'il n'y avait pas écrit poison sur une étiquette qu'il fallait le boire nom d'un lutin ! Mais encore une fois, sans elle, pas d'histoire, et elle avait quand même son moment de gloire face à la Reine de Cœur lors du procès. Encore que notre véritable Alice, à sa place, aurait envoyé sa chaussure sur le lézard idiot du jury, mais là encore, ce n'était que son opinion (on ne dirait pas comme ça, mais Alice était un peu plus violente que ce que son apparence laissait croire).

Leur conversation littéraire (très Serdaigle donc) fut interrompu par le nuage qui, non content de leur neiger dessus, s'était scindé en deux pour mieux les suivre. Pour la deuxième fois de la journée, Alice leva le nez en fronçant les sourcils une fois que ses affaires furent entassées à l’abri dans son sac. « J'ai un parapluie mais ça porte malheur de l'ouvrir à l'intérieur. » Les voleurs étaient tous superstitieux dans son quartier, elle n'échappait pas complètement à la règle. Puis cela ne réglerait pas le fond du problème. « Je vais essayer les contre-sort basiques, sinon, il faudra trouver autre chose. C'est peut-être un sort temporaire remarque. Car j'ai bien l'impression que ça ressemble à la blague de quelqu'un qui s'ennuyait. » Elle songea aussi à une vengeance éventuelle d'Elena, mais c'était peu probable, le nuage était arrivé trop peu de temps après son départ, et Elena n'était pas douée à ce point en dépit de sa maison (les erreurs de répartitions, ça arrive, la preuve – ça c'était du moins l'avis d'Alice -). Elle sortit sa baguette et la pointa sur son propre nuage, elle n'avait pas besoin de prononcer les sorts pour les lancer alors des filets de lumières en sortirent sans bruit, mais le nuage était toujours là…

Elle jeta un coup d'oeil du côté de Julian. « Peut-être qu'il ne faut pas qu'il soit scindé en deux pour être annulé ? » Suggéra-t-elle en faisant signe à son camarade d'approcher. Il fallait tout essayer, surtout que les autres élèves n'avaient pas l'air de vouloir les aider (les traîtres!).

{1 293}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 115
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alan, Joséphine & Quentin

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Dim 12 Juin - 8:56

Alice eut la gentillesse de lui expliquer toute l'histoire depuis le début. Bien évidemment Julian en avait entendu un peu parlé, même à New York. Il en avait aussi entendu parler un peu à Poudlard. Mais rien n'avait été clair. Très franchement depuis son arrivée ici il se fichait de tout et vu qu'il n'était ni sang pur, ni Serpentard, Julian devait bien avouer qu'il avait été égoïste et n'avait pensé qu'à lui. Mais maintenant, tout devenait un peu plus clair (et le fait que ce soit Alice qui lui en parle le sensibilisait déjà un peu plus).

« Et le Ministère de la Magie n'a toujours pas mis la main sur les coupables ? Ils attendent quoi ?! »

Le MACUSA à New York aurait eu vite fait de trouver le petit rigolo qui s'amusait à mettre la pagaille. Il fallait dire qu'en Amérique, on ne rigolait pas avec ça, leur Ministère de la Magie était hypra efficace pour contrer la violence. Bon certes on ne pouvait pas trop comparer les Ministères Américains et Anglais, parce que ces derniers avaient eut Voldemort dans leur pays comme circonstance atténuante. On ne pouvait que constater avec regrets qu'on ne guérissait jamais vraiment totalement d'un ennemi pareil. Ses parents en parlaient souvent à la maison.

« Mais effectivement ça devient un vrai problème à Poudlard. Enfin moi je ne connais aucun Serpentard je ne connais personne en fait mais ça doit vraiment être difficile pour eux de subir toute cette agressivité. Ils n'ont rien demandé, pour le coup ! »

Bien que Julian ne pouvait pas être aussi catégorique sur la généralité faite par Alice (comment pouvait-elle savoir que tous les Serpentard n'avaient plus aucune idée pro-sang pur ?), il ne pouvait quand même s'empêcher de trouver ça injuste sur la forme. Surtout que les 3 autres maisons de Poudlard n'avaient certainement pas à intervenir. Ou alors si, mais pour montrer leur soutien et pas autre chose.

« Après, tu as beau connaître ta sœur et ton frère, ça ne veut pas forcément dire que certains Serpentard n'ont pas toujours eu des idées pro-sang pur, tenues de leurs parents. Sans pour autant vouloir conquérir le monde, j'émets encore quelques doutes face à la totale rédemption de tous les nombreux ex-Mangemorts, en fait. Peut être que certains font bonne figure depuis longtemps pour se noyer dans la masse et qu'ils attendent justement une occasion comme celle-ci pour se manifester. Mais à mon avis ça concerne plus les parents que les enfants... »

Et encore une fois dans un conflit d'adultes, c'était les enfants qui trinquaient. Quelle honte !

En parlant d'Aliénore, Alice captiva complètement Julian. Déjà passablement sous le charme, cette révélation donnait à Julian l'impression qu''Ali' était encore plus exceptionnelle qu'elle n'y paraissait.

« Enfin moi je n'aurai pas besoin de son don pour faire ce qu'elle me dit de faire ! »

Le Serdaigle avait-il trahit ses pensées à cet instant là ? Peut être, mais il s'en fichait. Il sentait Alice digne de confiance.

« Ah, ça arrive par erreur ? C'est un pouvoir difficile à contrôler pour elle ça, ça ne doit pas être évident tous les jours... »

C'était le moins que l'on pouvait dire. Lui, fort heureusement, n'avait rien de similaire sur lui.

« Je ne suis pas du tout d'accord avec toi ! » Lança Julian à Alice en rigolant plus choqué qu'autre chose, devant la vision simpliste d'Alice à propos... d'Alice. « Au contraire, je trouve qu'elle passe carrément du statut de pion au statut de... C'est quoi... ça... ? »

Julian venait d'apercevoir le nuage qui arrivait tranquillement vers eux. C'était assez surprenant pour lui ôter toute idée de débat à propos de l'une de ses héroïnes préférées.


Quand Alice lança que ça portait malheur d'ouvrir un parapluie à l'intérieur, Julian ne put s'empêcher de lui lancer un regard franchement étonné. Ah, encore une qui faisait partie de ses allumés de supersticieux. Julian n'avait jamais compris ça, JAMAIS, c'était tellement illogique et contre ses principes qu'à chaque fois il ne pouvait retenir ses yeux au ciel.

« Ouais, paye tes blagues va. C'est franchement irresponsable de faire ça dans une pièce avec des livres, je trouve. Finite Incantatem ! »

Julian avait aussi tenté de son côté de mettre fin au règne despotique du petit nuage. Sans succès. Alice proposa au Serdaigle de le rejoindre pour que les nuages ne fassent plus qu'un et ainsi tenter un nouvelle contre-attaque avec le nuage entier et non coupé en deux. Ça pouvait peut être marcher, en tout cas il fallait essayer !

« J'arrive. »

Lança Julian en se rapprochant d'Alice devant le regard amusé des autres élèves assis sur les canapés, aussi altruistes et efficaces que des limaces congelées.

(794)



JULIAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Dim 12 Juin - 19:14

« Je ne sais pas trop. J'ai pas les moyens de m'abonner à la Gazette alors je n'ai pas vraiment pu tout suivre, mais le ou les coupables courent toujours. On l'aurait tous su si il y avait eu des arrestations probantes. » Car à Poudlard, tout finissait par se savoir pour peu que ce soit assez important pour l'être. Sinon, vous saurez d'abord qui est en couple avec qui avant d'être au courant des derniers événements mondiaux (bref, c'était un internat plein d'ado' quoi encore que c'était plutôt humain tout court).

Quant à l'agressivité que devaient supporter les Serpentards et donc le cousin de Julian, il était évident que ce n'étaient pas facile pour eux, même si, pour ce qu'Alice en savait, ils prenaient ça avec philosophie, ou tout au moins, ils rongeaient leur frein. En effet, répondre par la violence n'aurait fait qu'aggraver leur mauvaise réputation, et les Serpentards étaient presque tous intelligents (oui, presque, toutes les maisons ont leurs moutons noirs, regardez eux avec Elena ce qu'ils pouvaient se coltiner!).

« Lana n'est pas ma sœur. » Commença-t-elle par répondre par habitude avant de se reprendre en se souvenant des remarques de Hugh à propos de cette habitude qu'elle avait de mettre cette distance entre Lana et elle. « Enfin, Lana est ma sœur jumelle biologique, mais nous avons été adoptées par deux familles différentes, donc elle n'est pas vraiment ma sœur. » S'empressa-t-elle donc de préciser avant de passer la main dans ses cheveux nerveusement. « Bref. C'est pas le sujet. En fait ce n'était pas ce que je voulais dire pour les opinions des Serpentards. Il y a sûrement des enfants d'anciens mangemorts ou de familles comme celles d'Elena qui prônent encore le sang pur et tout le bazar, mais je suis à Poudlard depuis ma première année alors je sais bien qu'aucun élève n'apprend la magie noire. Il y a des écoles comme Durmstrang où ça se fait, d'ailleurs ma jumelle y était élève avant alors elle a quelques notions, mais ici à Poudlard c'est strictement interdit. Donc aucun Serpentard n'est actuellement un mage noir. Ils vireront peut-être mangemort en sortant d'ici, mais à l'intérieur de Poudlard, tout est très surveillé, surtout que la guerre n'est pas si vieille que ça… Ici, c'est une école, et en fait je ne crois pas que stigmatiser les Serpentards va les encourager à faire le bien quand ils seront adultes... » Même si pour Lana et Micah elle ne s'en faisait pas trop, pour les autres Serpentard, justement, ça dépendrait peut-être de comment tournerait la situation à l'avenir… ils ne continueraient pas indéfiniment à s'en prendre plein la tête sans rien dire hein !

Le sujet dériva sur Aliénore et à la réaction de Julian sur l'explication de son don, Alice remarqua qu'elle plaisait bien au jeune homme. La blonde se pencha d'un air de conspiratrice vers le jeune homme : « Ah oui ? Vraiment ? C'est vrai qu'elle est belle notre Ali' ! Même si elle n'a pas l'air de le savoir ! » puis la blonde se remit droite et eut un petit rire. Elle se dit que du coup elle n'allait pas s'étaler plus sur la question d'Aliénore, histoire de lui laisser une part de mystère à découvrir. Toutefois, elle conclut quand même sur cette histoire d'hypnose involontaire : « Non, ce n'est pas évident, et en plus c'est de naissance. Mais une fois qu'on sait, on fait attention et tout se passe très bien. » Sauf quand on avait tendance à vouloir tout contrôler comme elle et que du coup on boudait au moindre incident, mais elle n'avait que treize ans à l'époque, alors elle n'allait pas se vanter de cet épisode hein… (bien qu'Aliénore se fasse parfois un plaisir de le lui rappeler! Surtout quand elle avait besoin des notes d'Alice pour un cours!)

Un débat commença à poindre son nez au sujet du personnage d'Alice (mais Alice, justement, connaissait le personnage par coeur et elle avait déjà des exemples en tête pour contrer tout argument), sauf qu'ils furent interrompus, et ce un peu brusquement. Alice avait rangé toutes ses affaires avec une certaine précipitation normal, il neige, banane, cela lui avait fait oublier toutes velléités de discuter de littérature.

Quant à sa superstition, elle était toute relative, mais elle n'ouvrirait quand même pas son parapluie à l'intérieur (quel intérêt, le nuage resterait là!). En fait, pour Alice, c'était plutôt de mauvaises habitudes que de la réelle superstition. Elle n'y croyait pas vraiment, mais on le lui avait tellement répété qu'elle le faisait (ou ne le faisait pas) car il y avait une crainte indélébile en elle, gravée depuis l'enfance par ses parents et tous ceux qu'elle avait côtoyé à l'époque où elle volait dans les rues.

De fait, elle avait remarqué la réaction de Julian mais elle ne releva pas et préféra s'occuper de son nuage puisqu'il n'avait pas jugé utile de dire quoique ce soit. Sinon, elle lui aurait expliqué. Elle n'avait pas honte de son passé, de toute façon, maintenant, avec les quatre Orwell passés par l'école, tout le monde était bien au courant de leur ancienne condition de vie (depuis que Mattew et Nasira étaient adultes et que Alice et Micah pouvaient travailler l'été, ça s'était bien amélioré). Et puis Elena le rappelait assez souvent à qui voulait bien encore l'écouter !

Lorsque Julian se rapprocha d'elle pour qu'ils essaient de faire partir le nuage, elle jeta un regard glacial (bien plus que la neige qui tombait) à leur camarade : « Ne nous aidez pas surtout » Leur lança-t-elle avant de leur montrer son profond mépris en prenant Julian par l'épaule (ce qui ne fut pas si facile car Alice n'est pas très grande, en général, passé la troisième année, tous les garçons la dépassaient d'une bonne tête!). Le nuage se reforma ce qui lui confirma qu'il y avait un truc à ce niveau. « On essaie de lancer le contre sort ensemble ? » Ce qu'ils firent et là… plus de nuage ! « Ouf… Bon… visiblement ce n'était pas un sort si compliqué que ça… je me demande qui a eu l'idée débile d'amener un nuage de neige à l'intérieur alors que la tempête n'est pas finie dehors ! » Râla-t-elle un peu en s'époussetant pour enlever les flocons de son uniforme. « Je ne sais pas ce que tu en penses, mais on va avoir besoin de se changer. » remarqua-t-elle car ils avaient eu le temps d'être mouillés. Et pendant que eux ils feraient ça, les autres épongeraient le sol. Ils ne le savaient juste pas encore.

{1 105}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 115
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alan, Joséphine & Quentin

MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   Dim 19 Juin - 18:45

Julian n'était pas prêt en menant son laïus sur les divergences d'opinions des Serpentard, à entendre ce que lui confia Alice. L'Américain était entendu sur le fait que la jumelle de son interlocutrice et son petit frère, qu'elle avait précédemment cités comme étant répartis à Serpentard, étaient de sa famille. Non, selon Alice toujours (qui avait donc perdu la raison), sa jumelle n'était  pas sa sœur.
Fort heureusement pour le sorcier, le Choixpeau Magique ne l'avait pas réparti à Serdaigle pour rien. Après quelques secondes de réflexion, les explications d'Alice devinrent claires.

« Ah bon, comment ça se fait ? Vous avez perdus vos parents ? »

C'était forcément le cas, mais Julian avait parlé plus vite qu'il ne l'aurait voulu. Le Serdaigle espérait juste que le décès de ses parents (si s'en était un) ne soit pas trop récent, les peines étaient toujours plus difficiles à partager quand elles étaient fraiches.

Le point de vue que défendit Alice pendant plusieurs secondes capta totalement l'attention du jeune Farrow. Il était d'accord avec elle. On ne devient pas 'mangemort' quand on est à Poudlard sauf quand on s'appelle Drago Malefoy , on le devient après. Et les parents en sont souvent les uniques responsables, le point de vue que défendait donc Julian quelques minutes plus tôt.

« Oui c'est sûr. »

Une fois arrivé prêt d'Alice, Julian se colla à elle pour que 'leurs' nuages ne fassent plus qu'un. Ce qui se produit. Leur idée était la bonne, il ne restait donc plus qu'à tester la formule d'annulation de sort, mais tous les deux ensemble cette fois. En espérant que ça marcherait un peu mieux que le premier essai, car Julian commençait à avoir les cheveux dégoulinants et les épaules quasiment trempées.

« FINITE INCANTATEM ! »

Leurs baguettes tendues laissèrent voir une étincelante lumière blanche qui sembla dissoudre intégralement le nuage de neige. Bingo ! Ils avaient réussi, en faisant équipe ce que deux Serdaigle n'avaient jamais réussi à faire en plusieurs siècles d'existence et en combinant leurs forces. Ça faisait toujours du bien au moral de réussir à un sort qui n'avait pas été 'programmé' dans une salle de cours.

« Va savoir, il y'aura toujours un petit rigolo pour faire ce genre de choses. »

Et Julian en était infiniment convaincu : déjà dans une situation normale, avec une telle rivalité entre les élèves et les maisons, mais surtout en ce moment, en ce contexte magique un peu particulier.

Alice soumit l'idée de changer d'habits. Julian devait reconnaître qu'il avait perdu toute envie de lire au coin du feu avec son thé à la main. En le mouillant de la tête au pied, la neige l'avait sorti de son état apathique et discuter avec quelqu'un lui avait fait plaisir.

« Oui, je suis trempé moi aussi. Je vais me changer, on se retrouve tout à l'heure ? »

Hors de question de laisser Alice partir comme ça. Maintenant qu'il avait appris à l'apprécier, plus question de la quitter.

[Terminé pour Julian]



JULIAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'esprit de la maison Serdaigle [Thème - PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Infos officielles de la maison Serdaigle
» -Claire-"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit" Serdy forever.~
» Maison de Nara
» MATCH #1 SERDAIGLE vs POUFSOUFFLE
» MATCH #3 - POUFSOUFFLE vs SERDAIGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 21 (2011-2012)-
Sauter vers: