AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 This is it [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 364
Âge : 26 ans {25/03/1986}
Actuellement : Employée au Département de la Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: This is it [ PV ]   Mer 1 Fév - 14:56

This is it
All that I knew then fades to oblivion, so sure that I had what I needed. I should've seen it from the beginning
Maïlys ✧ Adam
© Starseed


Adam sort avec Laurell. C'était les quatre petits mots que Cameron avait adressés à Maïlys un beau matin. Quatre petits mots somme toute innocents, qui furent pourtant les déclencheurs d'une série d'événement que la blonde n'aurait jamais pu prévoir - elle qui aimait pourtant tout organiser, planifier et revérifier au moins deux fois mais à part ça elle est facile à vivre. Dans un premier temps, il lui sembla que ça n'était pas une nouvelle si surprenante que ça, ni si dramatique. Adam vivait avec deux jolies filles après tout, et Laurell était effectivement célibataire. Maïlys elle-même avait eu ses doutes sur la question. Mais cela faisait quelques temps qu'Adam semblait enchaîner les conquêtes d'un soir la faute à qui: il s'agissait probablement de la même chose. Rien de sérieux. Rien d'alarmant. D'ailleurs, ça n'était pas ses oignons: Adam ne lui parlait même plus de toute façon.

Et puis, une semaine plus tard, elle les avait vus ensemble. Elle avait été avec Cameron à ce moment-là. Et elle s'était clairement sentie nauséeuse, comme si la pauvre salade qu'elle avait ingurgitée au déjeuner voulait faire son grand comeback, s'envoler de ses propres ailes, monter son petit groupe de banjo, qui sait. Ça avait été la situation la plus bizarre et gênante qu'elle ait vécu ces dernières années. Elle voyait Laurell parler, sa bouche s'ouvrir, ses yeux se poser alternativement sur Cameron ou sur elle, mais elle ne comprenait rien, n'arrivait pas à se concentrer. Tout ce qu'elle arrivait à enregistrer, c'était le regard qu'Adam posait sur Laurell, leurs doigts entrelacés et le fait que si elle ne bougeait pas immédiatement, elle allait rendre son déjeuner sur les chaussures immaculées de Laurell Heap est-ce que ça serait vraiment un si grand tort, au fond ? Elle ne savait même pas quelle excuse elle avait réussi à articuler. En quelques instants, elle était partie.

Adam était en couple. C'était son droit. Elle le savait, s'y était préparée. Il avait le droit de vivre sa vie comme bon lui semblait, et elle, Maïlys, n'avait aucunement le droit d'être jalouse. Elle le savait. Alors pourquoi est-ce qu'elle avait aussi mal, bon sang ? Sa relation avec Cameron n'y survécut bien évidemment pas. Il y avait des limites à la capacité de Maïlys à se voiler la face. Et à travers son désarroi, le trouble du brun ne lui avait pourtant pas échappé. Il n'y avait pas qu'elle qui était affectée par cette relation entre Adam et Laurell. Mais Maïlys était trop prise dans ses propres états d'âme pour venir en aide à Cameron.

Son patron lui avait proposé une mission en Australie une semaine avant que Cameron ne lui fasse part des quatre maudits petits mots. Elle avait alors tempéré la situation: elle avait sa famille en Europe, ses amis, ses racines. Elle ne pouvait pas partir comme ça, pour six mois, à l'autre bout de la Terre. Le lendemain, elle accepta l'offre sur un coup de tête. C'était une opportunité incroyable, c'était indéniable. Elle travaillait au Département de la Coopération Internationale depuis neuf ans à présent, et ce serait sa première mission en solo. C'était même la raison pour laquelle elle n'avait pas dit 'non' dès que son patron avait énoncé le nom Sydney. A présent, ça s'apparentait à une véritable bouée de secours, parce qu'elle était vraisemblablement incapable de supporter l'idée de croiser Adam et Laurell au détour de l'Atrium du Ministère. Elle aurait six mois loin de tout ça. Six mois pour oublier Adam pour de bon, comme elle avait été censée le faire il y a plusieurs mois déjà. Il était son meilleur ami. Son meilleur ami qui lui avait déclaré sa flamme et qu'elle avait recalé par peur.

Elorah lui apprit qu'Adam et Laurell s'étaient séparés deux jours avant son départ pour Sydney. Elle se convainquit que ça ne changeait rien à la situation. Elle avait un nouveau plan à présent. Certes, elle avait déconné, perdu tous ses repères en croisant les deux ex-Serpentards fous amoureux, mais elle s'était reprise. Elle allait partir, éblouir le Ministère Australien par son talent, obtenir une promotion, et revenir en Angleterre en étant une Maïlys 2.0: meilleure. Elle ne dit pas au revoir à Adam, parce que ça lui semblait simplement trop difficile. Elle ne voulait pas changer d'avis, ou dire, ou faire quelque chose qu'elle pourrait regretter. Ne rien faire plutôt que de vivre dans le remord: la devise Di Bartolomeo.

Les six mois qu'elle passa en Australie furent merveilleux, loin de la grisaille et du temps pluvieux de Londres. Elle avait de bons retours du Ministère, contactait régulièrement sa famille, ses amis. Elle rencontra plusieurs hommes tout à fait convenables. Mais quelque chose clochait toujours. Quelque chose lui rappelait toujours Adam, ou bien elle ne pouvait s'empêcher de les comparer au jeune homme et réaliser qu'ils ne tenaient simplement pas la comparaison dans son cœur. C'était ridicule ! Ils ne se parlaient même plus, ne se voyaient plus, et elle restait incapable de tourner la page. Probablement parce qu'il n'y avait jamais eu de véritable fin à cette histoire, songea-t-elle dans l'avion qui la ramènerait en Angleterre - plus sûr que de transplaner d'un bout à l'autre du monde. Il fallait qu'elle voie Adam, qu'elle lui parle... Qu'elle soit honnête avec lui, pour une fois.

Elle sut par Elorah que son ancien meilleur ami travaillait à l'Oxygen ce soir-là. Elle avait beau avoir rencontré des hauts dignitaires venant des quatre coins du monde, la perspective de revoir le brun la mettait dans tous ses états. Elle avait l'impression d'avoir quinze ans à nouveau, sentant l'impatience dans tout son être alors qu'elle allait revoir le brun pour la première fois après les vacances d'été. Et elle se demanda depuis combien de temps elle l'avait aimé. Et s'il était trop tard pour sauver quoi que ce soit entre eux. Elle s'arrêta au bar, commanda un verre de vodka-pomme pour se donner du courage tout en évitant consciencieusement le regard insistant du type debout à côté d'elle. Se détournant, elle repéra Adam un peu plus loin, et se fraya tant bien que mal un chemin jusqu'à lui.
« Salut, Adam. » lança-t-elle avec une timidité qui ne lui était pas coutumière, serrant son verre pour se donner contenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 134
Âge : 26 ans ;; 1986
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Mer 1 Fév - 22:15

This is it.
When all of your flaws and all of my flaws are laid out one by one. A wonderful part of the mess that we made we pick ourselves undone. There's a hole in my soul, can you fill it?
Adam avait l’esprit légèrement -mais seulement très légèrement- tordu parfois. Couplé aux idées foireuses de Laurell, généralement, ça détonnait plutôt bien. Leur dernier plan en date avait d’ailleurs été une franche réussite. Du moins, du côté de Laurell. Les colocataires avaient décidé de jouer au faux couple pour rendre les deux personnes pour qui ils avaient réellement des sentiments jaloux et de leur faire ouvrir les yeux. Aussi, Adam s’était-il donné à 99% pourcent de son être. Oui, quand même, un minimum de dignité et de respect, il n’allait pas non plus se retrouver dans le lit de Laurell pour rendre jalouse Maïlys et faire sortir le balais des fesses de Cameron. Un peu de décence, enfin ! Toujours est-il qu’une fois leur plan mis en oeuvre, Adam et Laurell avaient joué au couple le plus heureux du monde. Des regards dignes de la plus romantique des comédie, où manquaient seulement les effets spéciaux ringards des télénovélas. Des regards dégoulinants d’amour, des doigts constamment entrelacés et des baisers volés dès que l’ennui se faisait sentir. Autant dire qu’ils étaient insupportables pour quiconque posait les yeux sur eux. Surtout quand ils n’avaient jamais agit que comme de simples amis et colocs par le passé. Mais que voulez-vous, un « C’est le destin, on a ouvert les yeux » passait généralement très bien et on leur fichait la paix.

Ce petit manège dura un certain temps. Jusqu’à ce que Cameron et Maïlys finissent par rompre. L’étape une de leur horrible plan avait fini par marcher. Encore que, était-ce réellement à cause -ou grâce, suivant le côté duquel on se plaçait- de ce plan qu’ils avaient rompus ? Adam ne pouvait pas vraiment savoir. Maïlys de toute manière, s’était envolée pour l’Australie très rapidement et le brun n’avait désormais plus aucune nouvelles d’elle. Il se retenait d’en demander à Elorah, bien que la brune laissait parfois échapper quelques informations. L’italienne était donc « en vie » et c’était là bien la seule chose qu’Adam savait encore sur elle. Pour se changer les idées, et surtout éviter de se dire qu’au final, le plan sadique de Laurell n’avait marché que pour elle, qui filait désormais le parfait amour -ou du moins le pensait-il- avec son coincé du Ministère, Adam s’était plongé dans son travail. Il avait profité du départ de Maïlys pour faire tout ce qu’il n’avait pas osé avant, parce qu’il ne voulait pas quitter la blonde d’un centimètre. Mais sans elle dans sa vie, il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Il avait donc voyagé dans tout le Royaume-Uni, concernant l’Oxygen. Il avait même, et ce, à plusieurs reprises, eut des rendez-vous au Ministère de la Magie britannique mais également Français et d’autres européens pour bien montrer que l’Oxygen était une salle de concert complètement sûre pour les sorciers. Et Merlin merci, tout s’était bien passé. Du coup, l’Oxygen était complet pour de nombreuses soirées et Faith en était ravie. Cela donnait un peu plus de boulot à Ruth, mais elle était douée dans la recherche de talent, donc Adam ne se faisait pas de soucis là-dessus.

Ce soir là, un groupe sorcier français se représentait sur la scène de l’Oxygen. Et Adam était bien évidement de la partie. Une pinte de bière à la main, il surveillait que tout se passait bien pour le groupe, tout en discutant avec de charmantes demoiselles qui, comme chaque soir, tentaient de le séduire pour des places gratuites dans le futur. Autant dire qu’Adam ne se laissait pas avoir. Il en profitait parfois, mais elles pouvaient toujours courir pour les places. Oui, il était un vrai con. En tout cas, il devait bien avouer que malgré le fait de se plonger dans le travail, Maïlys restait, hélas pour lui, toujours quelque part dans un recoin de sa tête. Il ne s’attendait cependant pas à la voir ce soir là, encore moins à l’Oxygen. Comprenez, ce n’était pas réellement son environnement de prédilection. Il manqua de recracher sa gorgée de bière quand elle lui adressa la parole et passa nerveusement une main dans ses cheveux. Il devait avoir l’air décontracté. Dé-con-trac-té. « Salut. Je ne savais pas que tu étais rentrée.» Techniquement, il ne savait pas non plus officiellement qu’elle était partie. Donc bon… Peut-être venait-il de se vendre ? Ou de vendre Elorah sans faire attention ?

acidbrain


love me, no more second guessing. no, there’s no more questioning. i’ll be the one defining who i'm gonna be. no concealing feelings, or changing seasonly. i’m gonna love myself, the way i want you to love me. burning inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 364
Âge : 26 ans {25/03/1986}
Actuellement : Employée au Département de la Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Jeu 2 Fév - 22:09

Maïlys était nerveuse, ce qui n'arrivait pour ainsi dire jamais. Au fil des années, elle avait développé un masque d'impassibilité à toute épreuve, dont elle se targuait même fièrement. Rien ne l'affectait - du moins, c'était l'image qu'elle renvoyait. Cette caractéristique avait été mise à mal lors de l'année de la Disparition de la Magie, lorsqu'elle était encore à Poudlard, mais pour sa défense, à circonstances exceptionnelles, réactions exceptionnelles. Elle s'était alors promis que l'on ne l'y reprendrait plus. Et pourtant, debout au milieu de l'Oxygen, un verre de vodka-pomme un poil trop alcoolisé en main, elle sentait bien que ses belles résolutions allaient être mises à rude épreuve. Elle le sut dès qu'elle posa les yeux sur Adam, après six mois passés loin de lui.

Elle s'approcha de lui de sa démarche habituelle, respirant l'aisance et la confiance en soi, et pourtant, sa prise un peu trop ferme sur son verre n'y trompait pas. Et peut-être que ça n'était pas si mal, finalement ? Certes, elle avait envie de se cacher derrière un rideau de cheveux blonds, comme le ferait une adolescente mal dans sa peau, mais elle ne le fit pas. Mal à l'aise ou pas, elle restait Maïlys Di Bartolomeo. On l'avait mieux éduquée que ça. Mais si elle pouvait faire tomber le masque rien qu'une fois, ce serait bien en cet instant-là. Ne s'était-elle pas promis d'être honnête envers Adam ? Quoiqu'il advienne, ce soir, elle avançait dans sa vie. L'alternative n'était saine pour personne.

Elle hocha doucement la tête, rassurée devant l'apparente neutralité du ton qu'avait pris le brun. Pas d'hostilité, un bon point. La dernière fois qu'ils s'étaient vus, les éclairs - métaphoriques - avaient volé à travers la pièce. Il ne semblait pas contrarié ou agacé de la voir, et ça comptait pour quelque chose. « Oui, je suis arrivée tout à l'heure ! » acquiesça-t-elle, nullement surprise qu'il soit au courant de son départ. Elle s'était montrée lâche en lui en parlant pas, mais elle comptait sur Elorah pour le lui dire, dans tous les cas. Et puis, elle espérait bien qu'il avait remarqué qu'elle avait disparu pendant six mois, quand même ! Malgré tout, elle se sentit obligée de développer: « Elorah t'avait dit pour l'Australie alors ? C'était vraiment génial, Adam. La meilleure mission qu'on m'ait confiée depuis que je suis arrivée au Ministère... » Elle s'interrompit, laissant un sourire gêné se dessiner sur ses lèvres à nouveau. Elle sentait qu'elle partait dans une tangente, et ça n'était pas l'objectif. Elle n'était pas venue lui parler de tout et de rien, ça n'aurait aucun sens. Mais il n'était pas si facile que ça de crever l'abcès après six mois de silence radio. Allez Maïlys, un peu de courage. Le plus difficile était de commencer. Elle prit une grande inspiration.

« Je suis désolée de ne pas t'avoir prévenu de mon départ. » Ok, bon début. Ne pas s'arrêter, surtout, enchaîner. Sinon elle n'y arriverait jamais. « Ça s'est fait très rapidement - » Stop: ça c'était un mensonge. « Enfin, pas si rapidement que ça. C'est juste... » Help. Elle passa la main libre dans ses mèches blondes, frustrée. « Je ne v-pouvais pas rester. » déclara-t-elle plus fermement. Par Merlin, elle n'était pas douée pour faire ça, pour se montrer vulnérable. Pour être honnête, elle ne s'était jamais retrouvée dans cette position avant. Elle était toujours si sûre d'elle parce qu'elle habituée à avoir toutes les cartes en main, s'arrangeait pour être en position de force. En l'occurrence, elle ne l'était pas. Elle était incapable de prédire les réactions d'Adam. Il avait toujours été imprévisible à ses yeux, mais au moins elle le connaissait. Ils avaient grandi ensemble, à Poudlard, et elle avait appris à lire ses expressions. Mais après tout ce temps... ça s'avérait sacrément plus difficile. Et s'il ne voulait plus rien avoir à faire avec elle ? Et s'il sortait à nouveau avec Laurell, ou quelqu'un d'autre, qu'il lui adressait juste la parole par charité, en souvenir d'une époque lointaine où il avait été son meilleur ami ? L'Italienne fut dégoûtée de ses propres pensées. Depuis quand était-elle ce genre de fille ? Si Adam la détestait à présent et pour toujours, au moins elle le saurait. Et s'il avait trouvé l'amour de sa vie en son absence, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Mais au moins elle serait fixée. Elle n'avait pas été prête lorsqu'il lui avait déclaré ses sentiments au mariage d'Heaven et Raphaël, six ans plus tôt, et elle se demandait parfois comment seraient les choses si sa réponse avait été différente à l'époque. Peut-être qu'ils en seraient au même point. Peut-être pas.
« Tu m'as manqué, Adam. » glissa-t-elle dans le moment de silence qui précédait l'arrivée du groupe sur scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 134
Âge : 26 ans ;; 1986
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Dim 5 Fév - 16:11

Adam apparaissait décontracté, mais en vrai, il bouillonnait. Six ans auparavant, quand Maïlys lui avait demandé de l’accompagner au mariage de sa cousine, il s’était ouvert à elle. Il l’aimait, oui, et voulait être plus qu’un simple ami. Et honnêtement, il avait espéré que la blonde lui tombe dans les bras. Il avait espéré, longuement, qu’une fois  la surprise de cette révélation passée, l’Italienne serait revenue vers lui. Mais au contraire, elle était restée quatre ans, voire plus –il avait arrêté de compter pour ne pas se faire plus de mal qu’autre chose- avec un imbécile qu’elle avait trouvé au Ministère de la Magie et qui présentait bien pour ses standards. Et Adam, lui avait été relégué au statut d’ami. Il ne pensait même plus pouvoir prétendre au statut de « meilleur ami » qu’il avait longtemps occupé. A vrai dire, il n’en n’avait pas vraiment l’envie non plus. La situation était bien trop étrange et compliquée.

Il ne s’attendait pas à voir Maïlys débarquer aussi. Il nota mentalement qu’il devrait tuer Elorah pour ne pas l’avoir prévenu. Car il était sûr que la jeune femme était parfaitement au courant de ce qu’il se passait dans la vie de l’italienne. La preuve, elle avait été mise au courant pour le départ précipité en Australie et également pour le retour. Adam lui, n’était au courant que parce que la brune avait été sympathique et l’avait mis au parfum. C’est pour cette raison que lorsqu’elle lui expliqua que l’Australie était la meilleure des missions qu’elle avait pu avoir, la réponse de l’anglais fut plus froide et expéditrice qu’il ne l’aurait cru et voulu au premier abord. « Cool. » A vrai dire, il ne voyait pas vraiment quoi lui dire d’autre. Il n’était pas ravi pour elle, il n’était pas super heureux de voir que l’Australie était la meilleure chose que la blonde avait pu vivre. Il espérait que certains moments ensemble auraient pu la rendre nostalgique. Mais visiblement, Maïlys n’avait pas pensé une seule seconde à lui là-bas, ou alors elle le cachait bien au principal concerné. Non pas qu’il soit jaloux mais… Bon, d’accord, un peu quand même. Parce qu’ils avaient tout planifié avec Laurell, pour que tout soit comme ils le voulaient. Que Laurell soit enfin avec Camero, et qu’Adam puisse être avec Maïlys. Mais ce n’était pas le cas. Seule Hell avait eu son happy ending.

Lui avait du faire face à au départ de celle qu’il aimait, à son plus grand désarroi. Non, il n’avait pas compris. Mais comprenait-il encore Maïlys ? Là était toute la question. Son charabia sur son départ énerva le brun, mais qu’elle lui dise qu’il lui avait manqué ? Ce fut la fin. « A d’autres Maïlys. Pourquoi t‘es là ? Ton copain coincé s’est trouvé une nouvelle copine et du coup t’es paumée ? T’as trouvé un mari en Australie et t’es venue me dire à quelle point tu étais heureuse de ton mariage à venir ? » Et m*rde. Il avait pété un câble, quand il ne le fallait pas. Elle était venue vers lui, alors qu’elle rentrait à peine d’Australie. Il devait donc compter un minimum pour elle encore, non ? Et pourtant, il venait de lui cracher du venin en pleine face, alors que le groupe entrait sur scène. Comme s’il n’en n’avait rien à faire d’elle. Ce qui était faux, ce qui était complètement faux, et Adam se détestait pour cela. Mais au bout de six ans à aimer dans le vent, disons qu’il était légèrement sur les nerfs.
acidbrain


love me, no more second guessing. no, there’s no more questioning. i’ll be the one defining who i'm gonna be. no concealing feelings, or changing seasonly. i’m gonna love myself, the way i want you to love me. burning inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 364
Âge : 26 ans {25/03/1986}
Actuellement : Employée au Département de la Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Dim 5 Fév - 23:45

Maïlys songeait parfois qu'Elorah avait bien de la malchance de s'être retrouvée coincée au milieu d'Adam et elle. Si à l'époque de Poudlard ils avaient formé une fine équipe, il ne restait désormais plus grand-chose des souvenirs qu'ils avaient partagé. Cependant, si elle n'avait pas prévenu Adam de son départ pour l'Australie, c'était à peine si elle en avait averti la brune. Un passage en coup de vent chez elle, pour lui dire qu'elle partait, et lui demander si elle pourrait le dire à Adam, lorsqu'elle le verrait. En revanche, elle avait fait en sorte de garder contact avec sa meilleure amie une fois arrivée sur le continent océanien. Dans le fond, on pouvait compter ses amis proches sur les doigts d'une main. Et Jenson se faisait des plus discrets ces derniers temps, aussi ne pouvait-elle pas se permettre de perdre Elorah à son tour, surtout avec tout ce qui se passait avec Adam.

Depuis qu'elle était arrivée en face d'Adam, Maïlys avait adopté un comportement dans lequel elle ne se reconnaissait pas. La timidité d'abord, et à présent les bavardages futiles concernant l'Australie, pour retarder le moment où elle devrait parler de choses vraies et où elle se retrouverait exposée à la colère (justifiée) du brun. Elle se souvenait encore trop bien de ses remontrances quand ils s'étaient disputés pour la dernière fois, dans l'Atrium du Ministère le lieu de rencontre par excellence, et même si elle s'en sortait bien en joutes verbales, elle craignait les répercussions que pourrait avoir celle-ci.

Le ton froid d'Adam ne la surprit pas - c'était même ce à quoi elle s'était préparée en guise d'accueil initial. Elle ne s'en formalisa pas non plus, même si ça n'avait rien d'agréable. Il fut un temps où Adam était son meilleur ami, avec qui elle pouvait parler de tout et de rien (mais pas de tatouages, merci !) avec aisance. Depuis le mariage de Heaven, tout n'était que malaise et conflits entre eux. Mais quoiqu'il arrive, ce cercle prendrait fin aujourd'hui, Maïlys se l'était promis.

Prenant son courage de Serpentard à deux mains, l'Italienne se força finalement à aborder un sujet plus critique - son départ inopiné. Peu habituée à se montrer vulnérable - pour ne pas dire pas du tout -, elle s'emmêla cependant bien vite dans ses explications, d'autant plus que le regard que lui adressait Adam tout du long aurait pu congeler un volcan en éruption. D'ailleurs, il craqua après qu'elle ait glissé qu'il lui manquait - ça semblait toujours être le point sensible avec lui, nota-t-elle distraitement -, ce qui tombait assez mal: le groupe venait d'entrer sur scène. C'est à ce moment-là que Maïlys se sentit gagnée par un calme et une détermination qu'elle pensait perdus à jamais.

Posant son verre sur le comptoir le plus proche, elle attrapa doucement la main du brun, en espérant de tout son cœur qu'il conservait suffisamment d'affection pour elle pour ne pas se dégager avec dégoût. Le cœur battant la chamade, elle l'entraîna avec elle jusqu'à l'entrée de la salle, et enfin, à l'extérieur. « On ne s'entendait plus. » commenta-t-elle simplement, lâchant finalement la main du brun et faisant quelques pas sur le trottoir, avant de se tourner à nouveau vers lui. « Cameron et moi, c'était une erreur. » annonça-t-elle dans un souffle, histoire d'adresser les premières remontrances du brun. Une erreur était peut-être un terme excessif. Elle avait aimé l'ancien préfet de Serpentard. Elle n'en avait jamais été amoureuse. Ils s'étaient leurrés pendant quatre longues années sur le sujet, et là était l'erreur. Ça n'aurait jamais dû prendre aussi longtemps. « Je n'ai jamais été amoureuse de lui, et je pensais que ça n'était pas grave. Que c'était même mieux, parce que ça simplifiait les choses. Pas de risques. » continua-t-elle avec sincérité, espérant que le brun la laisserait aller jusqu'au bout de son histoire avant de l'envoyer paître.

Elle prit une inspiration, parce que c'était là que les choses devenaient compliquées, et c'était précisément maintenant qu'il fallait qu'elle tienne le cap. « Et je n'ai pas trouvé de mari en Australie comme tu dis, non. On m'invitait à prendre un verre, et j'entendais cette voix dans ma tête... Qui me disait à quel point les histoires de boulot de ce type étaient chiantes, ou que celui-là avait un nez vraiment bizarre, ou encore que la blague qu'il venait de dire et à laquelle je ne voulais même pas me forcer à sourire était sacrément pourrie... » Elle lâcha un petit rire sans joie, un sourire fin se dessinant sur ses lèvres. « Et je m'amusais plus à imaginer ce que dirait cette Voix dans telle ou telle situation, que d'écouter ces mecs parler. Ridicule, non ? » Elle marqua un temps de pause, se redressant pour scruter le visage du brun.

« Tu m'as vraiment manqué, Adam. Et pas seulement ces six derniers mois. Ces six dernières années. Et j'en ai assez de me voiler la face, c'est fini. » Elle secoua la tête. « Je n'étais pas prête pour ce que tu me demandais, il y a six ans. Et c'était facile de vivre dans l'illusion avec Cameron, au début. Mais te voir avec Laurell... Je ne pouvais pas le supporter. Je pensais que partir rendrait les choses plus aisées, mais j'avais tort. C'est pour ça que je suis là, Adam. » termina-t-elle d'un air tendu. Elle avait le sentiment d'en avoir à la fois trop, et pas assez dit, et elle détestait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 134
Âge : 26 ans ;; 1986
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Jeu 9 Fév - 1:14

Adam avait couru pendant deux ans après Maïlys une fois le mariage de sa cousine passé. Il lui avait dit et répété qu’il l’aimait, et l’italienne n’en n’avait fait qu’à sa tête. Au Ministère, elle lui avait fait l’affront -oui, l’affront, parfaitement ! Non, il n’exagérait même pas- de sortir avec un mec dont elle ne connaissait absolument rien, qui n’avait pour lui qu’un statut de bon élève anciennement préfet, qui supportait sans râler le costume et la cravate. Et cela l’avait mis hors de lui. Parce qu’il savait, au plus profond de lui-même, que la blonde n’était pas insensible à son charme, certes, atypique, mais présent quand même. Il ne pouvait pas en être autrement. Elle ne pouvait pas n’en n’avoir juste rien à faire de lui. Si tel avait été le cas, ils ne se seraient pas disputés à cause de ce McQueen de pacotille. D’ailleurs, il se demandait encore ce que Laurell pouvait lui trouver mais évitait grandement la question, se souvenant parfaitement que la seule et unique fois où il l’avait posée, Hell n’avait pas pris la chose très bien. Et s’il pouvait éviter de se mettre sa colocataire à dos et ainsi éviter d’être trucidé en plein sommeil, il n’allait bien sûr pas manquer l’occasion !

Bref. Tout ça pour dire qu’il avait aimé la blonde beaucoup trop pendant bien trop longtemps. Lui-même, à vrai dire, se demandait comment cela était possible. Même si sa cousine filait désormais le parfait amour avec un mec dont il ne savait pas grand chose, elle n’avait pas couru après ce dernier pendant six ans. Six ans ! Pourquoi avait-il encore des sentiments pour elle, six ans après ? C’était complètement idiot. Elle l’avait pris pour un abruti fini, s’était tourné vers un autre, et ne lui avait plus adressé la parole pendant des mois ! Adam devait donc être totalement masochiste dans l’âme. Pourtant, vu la peur bleue que lui flanquait les aiguilles, il ne pensait pas. Mais visiblement, entre les aiguilles et l’amour, il y avait un monde. Dommage. Il aurait franchement aimé se détacher de tout cela et passer à autre chose. Parce qu’il ne serait jamais le mec bien, chemise blanche, cravate noire et chaussures cirée que voulait Maïlys. Même si elle avait des exigences complètement à côté de la plaque et d’un autre siècle, il ne pouvait tout simplement pas changer qui il était. Même pour elle. Il avait fait des efforts, à de nombreuses reprises. Un temps, il avait même arrêté de renouveler ses sorts pour ses faux tatouages. Pour quelqu’uns du moins. Il avait même fait attention à ce qu’il portait, s’était orienté vers des jeans plus serrés et des hauts qui n’avaient pas des trous ou des têtes de mort partout. Mais tous ses efforts avaient été vains. Elle avait été vers Cameron, se voilant la face.

Quand elle lui pris la main cependant, il ne tenta pas de se dégager. Le simple contact de sa peau sur la sienne l’avait comme électrisé. Oh, il était toujours sur les nerfs et pas franchement volontaire pour une longue discussion, mais elle avait ce pouvoir sur lui depuis des années, de le calmer presque en un instant. Quand, bien évidement, elle y mettait du sien et qu’elle n’était pas en couple avec un abruti doté d’un nimbus 2000 comme colonne vertébrale. Il la laissa donc l’emmener en dehors de la salle, même si, techniquement, il n’aurait pas vraiment du en bouger. Mais il s’agissait de Maïlys, s’il avait voulu l’envoyer bouler, il l’aurait fait dès le départ. Quand elle lui dit que le couple qu’elle avait formé avec McQueen était une erreur, il leva les yeux au ciel. Comme s’il ne le savait pas. Il le lui avait pourtant dit, plus d’une fois même… Il se tut néanmoins, la laissant continuer. Il s’attendait à ce qu’elle lui parle d’un homme riche et de bonne famille qu’elle avait rencontré en Australie, avec qui elle parlait déjà mariage et maison. Du Maïlys quoi. Mais il n’en fut rien. Et à vrai dire, ses paroles laissèrent un peu Adam sans voix sur l’instant. Six ans. Six ans qu’il attendait qu’elle lui dise « moi aussi ». Six foutues années qu’elle le faisait mariner. Pourquoi ? Parce qu’Adam était tellement à l’opposé de ses idéaux que rien que d’y penser, elle flippait. « P*tain Maïlys… » Bon, il y avait mieux comme réponse à tout ce qu’elle venait de lui dire. Cela faisait six ans qu’il attendait cela. L’attendait-il encore, enfin de compte ? Oui, visiblement. Parce que son coeur s’était tout d’abord serré puis avait fait un saut périlleux dans sa poitrine. Elle était là, pour lui. Pour eux. Parce qu’elle avait enfin accepté ses sentiments. « T’es vraiment blonde des fois. » Avant qu’elle ne puisse protester, Adam passa un bras autour de la taille de l’italienne et l’attira vers lui. Il l’embrassa, doucement. Six ans qu’il attendait cela. Six ans, que tout ce qu’il voulait entendre, c’était qu’elle l’aimait aussi. Bon, en soit, si l’on voulait être pointilleux, elle ne l’avait pas dit. Pas explicitement. Mais Adam n’était pas stupide, il comprenait la blonde et son langage codé. Quand il se sépara d’elle, il posa son regard sur elle. Six ans. Où en seraient-ils, si six ans plus tôt, elle lui avait dit oui ? Auraient-is survécus, en tant que couple ? Voulait-il vraiment le savoir ? Non. « Ne t’avises plus jamais de repartir en Australie, ou n’importe où, sur un coup de tête. » Adam, rancunier ? Si peu enfin !
acidbrain


love me, no more second guessing. no, there’s no more questioning. i’ll be the one defining who i'm gonna be. no concealing feelings, or changing seasonly. i’m gonna love myself, the way i want you to love me. burning inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 364
Âge : 26 ans {25/03/1986}
Actuellement : Employée au Département de la Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Ven 10 Fév - 16:46

Foutue pour foutue, Maïlys avait décidé de se jeter à l'eau. Elle avait passé tant d'années à se protéger du monde extérieur que se montrer (enfin) sincère envers Adam lui avait un temps semblé être un exploit impossible. Elle n'aimait pas les risques, pas s'ils n'étaient pas calculés en tout cas. Et se montrer vulnérable devant son meilleur ami (même si en l'occurrence les choses paraissaient trop brisées entre eux pour qu'elle puisse le qualifier ainsi, ce n'était pas comme s'il y avait d'autre prétendant à ce titre) était, à ses yeux, le plus grand risque qui existe.

Elle avait beau ne pas avoir le courage (ou l'inconscience, chacun son terme de prédilection) d'un Gryffondor, l'Italienne n'était pas une poule mouillée. La peur qui la tenaillait - même si elle restait raisonnable - était un signe de faiblesse. Et ce n'était certainement pas ça qui l'empêcherait de mettre fin à six ans de jeu du chat et de la souris. Soulagée qu'Adam n'ait pas dégagé sa main de la sienne - et consciente qu'il avait un travail à faire -, la blonde l'entraîna à l'extérieur de la salle de concert, pour pouvoir lui parler sans que la musique et les déhanchements du groupe présent sur scène ne l'interrompent ou ne la déconcentrent.

L'air frais dut lui faire du bien, car elle se sentit enfin capable de prendre la parole pour dire autre chose que des banalités. Tenant le cap malgré les réactions - silencieuses - d'Adam, Maïlys lui parla de Cameron, et de la façon dont s'était réellement déroulé son séjour en Australie. Oui, elle avait adoré sa mission, et le pays lui-même. Elle avait apprécié le beau temps, le professionnalisme de ses collègues et les opportunités qui s'étaient ouvertes à elle depuis. Mais elle n'avait pas rencontré l'amour de sa vie là-bas, non. Même pas quelqu'un avec qui elle veuille tenter une relation. A cause de cette maudite voix. A cause du fantôme d'Adam qui semblait la poursuivre où qu'elle aille, même si elle quittait le continent et se retrouvait entourée de kangourous. Maudit Crawford.

Elle n'était pas allée jusqu'à lui dire qu'elle l'aimait, mais c'était tout comme. Bien sûr qu'elle avait été jalouse en le voyant en compagnie de Laurell. Pour sa défense, leur comportement était - objectivement - à vomir. Les roucoulements, les démonstrations publiques d'affection... Peut-être que si elle n'avait pas eu de sentiments pour Adam, elle n'en aurait pas eu la nausée, mais elle aurait tout de même été dégoûtée. Quand elle se tut enfin, l'incertitude se lisait clairement sur son visage. Et s'il l'envoyait bouler ? Et s'il la détestait tellement désormais que rien de ce qu'elle dirait ne pourrait changer son avis sur la question ? Et s'il sortait à nouveau avec Laurell, ou avec une autre péronnelle qu'il était im-pa-tient de lui présenter, si, si ? La réaction d'Adam - même si elle ne comprenait pas l'évocation d'une quelconque petite-amie aux allures de mannequin - ne fit rien pour la rassurer. Mais le soupçon d'affection qu'elle crut percevoir dans les mots suivants fit naître un infime espoir en elle. Et si...?

C'était comme si tout ce qui se trouvait dans son esprit s'était envolé d'un seul coup. Elle enregistra à peine qu'il avait passé le bras derrière sa taille, parce qu'il venait de poser ses lèvres sur les siennes et qu'en cet instant, c'était tout ce qui semblait compter. Les éclats de voix, les déceptions, la torture de le voir avec Laurell... Tout ça paraissait bien loin. Elle qui détestait les démonstrations publiques d'affection, elle était en train d'embrasser Adam Crawford devant l'entrée d'une salle de concert londonienne de renommée. Lorsqu'ils se séparèrent finalement, elle se sentait un peu étourdie. Elle avait voulu l'embrasser, six ans plus tôt, lorsqu'il lui avait fait la cuisine chez lui et lui avait annoncé qu'il avait enfin trouvé un job. Mais alors qu'elle l'observait, les yeux brillants, se remémorant la bière qu'elle avait senti sur son souffle, elle savait que les choses étaient différentes cette fois-ci. Elle voulait Adam, vraiment, et elle ne laisserait plus les doutes empoisonner son esprit. Elle se rapprocha, le tirant doucement par l'avant de son t-shirt pour l'obliger à se pencher vers elle, et l'embrassa à nouveau. « On partira ensemble la prochaine fois... » promit-elle en souriant pleinement. « Il faudra prévenir Lorah aussi, elle doit penser qu'on s'est entretués à l'heure actuelle, la pauvre. » ajouta-t-elle après réflexion. Pas qu'ils lui en avaient fait voir des vertes et des pas mûres, mais un peu.

S'écartant un peu, et encouragée par la vodka qui avait enfin atteint son sang, la blonde détailla Adam avec circonspection. « Au fait, c'était quoi tous ces épanchements amoureux révoltants avec Laurell ? Je ne te pensais pas aussi... baveux.  » dit-elle, visiblement dégoûtée. Qu'on soit bien clair: il la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle ne s'exposerait ja-mais au vu et au su de tous comme les deux tourtereaux l'avaient fait, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 134
Âge : 26 ans ;; 1986
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Sam 11 Fév - 1:17

Maïlys n’avait pas l’habitude de parler autant. De parler pour ne rien dire et de tourner autour du pot. C’était en grande partie pour cela qu’ils se disputaient la majeure partie de ces six dernières années. Parce qu’elle disait clairement ce qu’elle pensait, qu’Adam démarrait au quart de tour et que tout finissait par monter crescendo et finissait par exploser. La pauvre Elorah, au milieu des deux, avait eu de quoi faire sans doute. Il ne savait pas trop si la blonde lui avait ouvert son coeur et lui avait parlé de toute cette histoire, mais Adam lui, ne s’était pas gêné. Surtout quand elle l’avait envoyé baladé deux fois, quand elle s’était mise avec McQueen, et pire encore quand elle était partie pour l’Australie sans rien dire. Comme Elorah le lui avait appris, la pauvre avait été celle qui s’était pris toute sa colère. Du coup, la brune s’était énervée aussi et lui avait dit de prendre son courage à deux mains et d’aller confronter Maïlys. Comme s’il ne l’avait pas déjà assez fait.

Adam n’en n’avait rien eu à faire des habitudes de la blonde pour le coup. Il avait agit par instinct. Parce qu’il s’était dit que s’il ne l’embrassait pas maintenant, il remettait encore la chose à plus tard et aurait fuit à la place de la blonde. Et il en était simplement hors de question. Qu’ils soient devant la salle de concert, l’anglais n’en n’avait absolument rien à faire. Il entendit à peine les gamins à peine majeurs et déjà bien trop alcoolisés se foutrent d’eux. Maïlys contre lui, il ne pensait même pas à ce qu’il se passerait après. Seul le moment comptait, leur baiser et rien d’autre. Quand ils se séparèrent, Adam s’attendit à une réaction singulièrement différente de la part de la blonde. Il s’attendait à ce qu’elle lui mette une claque, qu’elle s’insurge du geste qu’il avait pu avoir, de ce qu’il avait pu faire. Tout simplement parce que Maïlys était comme cela. Dans son souvenir tout du moins, elle était la blonde qui lui foutait un râteau depuis des années. Au contraire, elle l’attira à nouveau vers elle pour un second baiser. Les railleries des gamins d’à côté passèrent au-dessus d’Adam, qui leur adressa simplement un signe grossier de la main. Ils ne lui feraient rien. Ils savaient qui il était à l’Oxygen et ils ne pouvaient pas risquer leurs entrées. « Tu crois ? Lui foutre la trouille, c’est marrant tu sais… » Il l’avait fait quelque fois et la brune avait a chaque fois réagit un peu trop fort, du moins contrairement à ce qu’elle voulait bien laisser paraître habituellement.

Quand Maïlys lui parla du comportement qu'il avait eu avec Laurell, Adam un rire nerveux avant du lui balancer, tout naturellement, la vérité. « Oh ça ? Juste une technique pour vous faire rompre avec le Nimbus 2000. Ca a marché, encore heureux. » Adam avait lâché la vérité tellement nonchalamment qu’on aurait pu penser que cette histoire de plan machiavélique avec Laurell avait été inventé de toute pièce. Maïlys pourrait croire ce qu’elle voulait, si au final elle décrétait qu’il s’agissait d’une grosse blague, elle ne pourrait pas lui en tenir rigueur, vu qu’il ne lui avait pas menti sur ce point. « Pourquoi ? T’es jalouse ? Tu sais, je peux faire pire… » Un malin sourire étira ses lèvres. Adam pouvait faire tellement pire… Il tut néanmoins ses arrières pensées pour éviter de se faire étriper par l’italienne, mais il n’en pensait clairement pas moins. Heureusement, avec Laurell, il n’avait pas eu à aller bien loin. Deux trois baisers, des étreintes toutes les cinq secondes et le tour était joué. Avec Maïlys, il espérait clairement passer au moins à un niveau supérieur.
acidbrain


love me, no more second guessing. no, there’s no more questioning. i’ll be the one defining who i'm gonna be. no concealing feelings, or changing seasonly. i’m gonna love myself, the way i want you to love me. burning inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 364
Âge : 26 ans {25/03/1986}
Actuellement : Employée au Département de la Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Jeu 16 Fév - 18:07

Maïlys avait enfin sauté le pas, et elle n'aurait pas pu en être plus ravie qu'elle ne l'était en cet instant. Elle était arrivée à l'Oxygen sans trop oser espérer. Elle s'était dit qu'elle se forcerait à parler Adam pour de vrai, qu'elle lui dirait tout ce qu'elle avait sur le cœur, et que peut-être sa sincérité pousserait-elle le brun à la pardonner. Suffisamment pour qu'ils redeviennent amis, au moins, car son absence avait laissé comme un trou béant dans son existence nettement rangée. De là à ce qu'il ait toujours des sentiments pour elle, qu'ils soient enfin sur la même longueur d'onde ? Ça aurait été trop beau pour être vrai. Et Maîlys n'aimait pas se voiler la face - même si elle l'avait fait pendant quatre longues années.

Les années et des efforts conscients et pénibles avaient fait que la blonde était parvenue à venir à bout d'une bonne part de l'hypocondrie qui avait tourmenté sa jeunesse - à Poudlard, en particulier -, et elle n'était plus aussi angoissée à l'idée de contacts avec autrui qu'elle avait pu l'être à l'époque. Elle connaissait Adam depuis si longtemps et était si familière de tout ce qu'il était qu'elle expira avec soulagement en constatant qu'elle ne s'était pas crispée au moment où il l'avait embrassée. Mais, la surprise avait aussi joué, se dit-elle avec pragmatisme. Ce qui - combiné à un besoin irrépressible - la poussa à renouveler l'expérience. Elle sourit, sincèrement heureuse lorsqu'elle se détacha finalement du brun. Pour une fois dans leurs vies, tout allait bien. Et elle espérait que ça durerait.

« C'est vrai... » reconnut-elle, une moue amusée aux lèvres quand il fut question de faire peur à leur meilleure amie commune, Elorah. « Mais elle ne mérite pas ça. En outre, on sait tous les deux que si elle décide de se venger, on va passer un sale quart d'heure. Voire un sale mois. » lui fit-elle remarquer, haussant les sourcils d'un air entendu. Adam savait très bien de quoi elle parlait. Lorah était loin d'être le genre de personne à se laisser faire sans broncher. S'ils la vexaient, elle allait contre-attaquer à vitesse grand V, leur faisant regretter le jour où ils avaient décidé de l'enquiquiner. Mais à part ça c'était une fille charmante. Et puis, ils lui en avaient déjà fait voir de toutes les couleurs ces dernières années, non ? L'Italienne trouvait qu'elle avait assez donné.

Lorsque Maïlys évoqua le sujet 'Laurell' - c'était plus fort qu'elle, elle avait su retenir sa langue pendant six mois, mais ça la démangeait trop à présent -, elle s'était attendue à tout sauf à la réponse qu'elle obtînt d'Adam. « Quoi ? » Comment ça "une technique pour vous faire rompre" ? Ses sourcils se levèrent si hauts qu'ils disparaîtraient bientôt sous ses mèches blondes si Adam lui balançait une bombe de plus. « Ne l'appelle pas comme ça. » dit-elle par réflexe, tout en analysant la situation. « Tu plaisantes ? » demanda-t-elle lentement, son ton indéchiffrable. Elle était incapable de déceler la vérité dans les propos du jeune homme. Il faut croire qu'elle avait perdu la main, avec le temps. Elle leva les yeux au ciel lorsque le brun lui déclara qu'il pouvait faire pire - elle n'en doutait pas, mais gare à lui ! -, restant cependant toujours focalisée sur sa déclaration précédente. « Est-ce que tous ces grands déballages affectifs ignominieux faisaient vraiment partie d'un plan quelconque ? » Elle haussa un sourcil, scrutant le visage d'Adam avec circonspection. Dans le fond, ils étaient tous deux des Serpentard - et Laurell aussi, au passage -, ils avaient l'habitude des plans machiavéliques. Mais elle ne savait pas comment elle vivrait le fait d'avoir été la victime de l'un d'entre eux. Surtout quand il s'agissait d'un plan qui lui avait donné la nausée pendant des jours et l'avait pratiquement faite décamper en Australie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 134
Âge : 26 ans ;; 1986
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   Dim 26 Fév - 21:05

A vrai dire, Adam ne s’attendait pas à voir Maïlys ce soir. Il ne s’attendait pas à la revoir tout court même. Il s’était fait à l’idée qu’elle était partie en Australie et qu’elle avait sans doute trouvé quelqu’un là-bas qui serait conforme à tous les points sur la longue liste du « parfait mari » que devait sûrement tenir la blonde. Aussi, quand elle lui avait dit la nature de ses sentiments et qu’il l’avait embrassé, il s’était presque attendu à être giflé. Au contraire, l’italienne lui rendit son baiser et, il devait bien l’avouer, il était un peu au paradis à cet instant.

« Voire qu’elle nous maudira jusqu’à notre mort sur trente génération. Bonne idée, on va aller la voir hein! » Si Adam était un peu suicidaire quand il s’agissait de Maïlys, il ne l’était pas non plus tout le temps et ne comptait clairement pas être l’origine d’une malédiction pour sa progéniture. Non, il ne se voyait pas père de suite, mais un jour peut-être. Et quand cela arriverait, il préférait avoir à éviter une partie douloureuse à base de « Papa et Maman ont un peu trop embêté tata Elorah, et du coup… Vous êtes maudit depuis votre naissance, c’est pas trop cool ? » Et comme il était sûr qu’Elorah était pleine d’imagination, il se doutait qu’elle pouvait trouver quelque chose de très vil et fourbe. Quelque chose de Serpentard quoi. Genre, aller, au pif, ne pas savoir marcher avec des talons pour les filles… Mieux valait éviter de provoquer la brune, c’était plus sûr pour tout le monde.

Lorsqu’Adam parla de son super plan, il avait secrètement espéré que la blonde prenne le tout à la rigolade. Mais on parlait de Maïlys, pas d’une écervelée -quoi que, des fois. Il balaya la remarque qu’elle fit sur l’adorable surnom qu’Adam donnait à Cameron, et lorsqu’elle lui demanda si le déballage affectif faisait réellement partie d’un plan, Adam tenta le tout pour le tout. « Et même si ça l’était, qu’est-ce que ça peut faire ? Tu viens de le dire toi-même, tu m’aimes. Ce qui t’as poussé à le comprendre et l’accepter, c’est du passé ! Et tu ne peux décemment pas me plaquer maintenant. Ca ne fait même pas cinq minutes qu’on est ensemble… Et je suis bien trop sexy ! » Adam savait que Maïlys allait péter un plomb. C’était presque normal. Après tout, il avait oeuvré pour qu’elle se sépare de son Nimbus 2000, afin de pouvoir l’avoir pour lui tout seul. Bon, il n’était pas seul dans l’histoire, mais il se doutait que la blonde n’avait absolument rien à faire de Laurell. Encore que. Juste histoire de lui donner tort, elle serait capable d’être une véritable peste avec la colocataire d’Adam, pour lui faire payer ce petit plan diabolique qu’ils avaient eu. En attendant, si ce plan n’avait pas existé, Hell ne serait pas avec son Nimbus 2000 et Maïlys n’aurait pas compris qu’elle aimait Adam plus que de raison. Donc la meilleure option était de faire comme si de rien n’était et de passer l’éponge, non ? De penser à autre chose. Râler tout ce qu’elle savait ne l’aiderait de toute manière pas, quoi qu’elle veuille bien penser !

« Aller viens, on va chercher Elo. Elle doit être morte de peur à ne pas nous voir ! Tu m’engueuleras demain si t’en as encore envie. » Un sourire et une main pressante sur la taille de la jeune femme, Adam ne lui laissa pas vraiment d’autre choix. Il n’avait clairement pas envie de l’entendre crier à l’infamie ce soir. Parce qu’il avait attendu ce jour depuis bien trop longtemps. Il était donc hors de question que l’italienne ne vienne tout gâcher avec une moue boudeuse. Pas ce soir ! Une fois à l’intérieur, les deux jeunes sorciers retrouvèrent Elorah, la mine plutôt soucieuse. Un sourire et des mains entrelacées discrètement vinrent l’apaiser. La soirée pouvait désormais continuer ! Ce n’était pas comme s’ils venaient de manquer la moitié du concert de toute façon… Ah bah bravo, ça bosse dur !
acidbrain


• terminé pour Adam •


love me, no more second guessing. no, there’s no more questioning. i’ll be the one defining who i'm gonna be. no concealing feelings, or changing seasonly. i’m gonna love myself, the way i want you to love me. burning inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This is it [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
This is it [ PV ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Le Londres Moldu :: La ville :: Oxygen - Salle de Concert-
Sauter vers: