AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [ Manchester ] Question de timing [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Mer 1 Fév - 22:59

Question de timing
In my mind when she's not right there beside me I go crazy 'cause here isn't where I wanna be.
Maximilien ✧ Ava
© Starseed


Maximilien Bowman avait désormais vingt ans, toutes ses dents (ou presque: une sombre histoire de course de vélo avec son frère aîné dix ans plus tôt, qui s'était terminée en voyage familial jusqu'à l'hôpital le plus proche voyagez avec les Bowman: une expérience hors du temps - et des conventions sociales), et bien plus d'espoir en l'avenir qu'il n'en avait eu durant son adolescence. Si ses jeunes années avaient été marquées par les conflits avec son frère, le divorce de ses parents et les hauts et les bas vécus durant ses sept années à Poudlard, son entrée dans l'âge adulte - bien que compliquée - avait aussi été synonyme d'un passage vers la normalité. Il avait des problèmes ordinaires, et il ne s'en plaignait pas trop. Pas de grand-frère prêt à lui casser les dents restantes s'il disait un mot de travers, pas de serres de botanique lui explosant à la figure, pas de petite-sœur écumant les bars de Pré-au-Lard never forget. Il avait été engagé au Ministère de la Magie pour de bon jusqu'à ce que la mort les sépare, etc, il avait (enfin) réussi à demander à Ava de sortir avec lui (et miracle: elle avait accepté), et il était (presque) parvenu à maintenir en vie le petit cactus qu'Alexandra lui avait offert lorsqu'il avait emménagé dans son studio de Manchester, deux ans plus tôt.

« Allez allez McCornick, on arrête de papoter sinon on va rater la séance de ciné ! » lança-t-il en passant la tête dans l'encadrement du bureau de sa petite-amie, qui était de fait occupée à parler à une jeune femme visiblement de leur âge - et donc pas sa supérieure, sinon il ne se serait pas permis ! l'espoir fait vivre. Il accompagna ses paroles de mouvements complexes des mains - quasi chorégraphiés, à ce niveau -, destinés à l'inciter à s'activer. Il faut admettre qu'ils n'étaient pas en avance, loin de là. Max' lui-même aurait dû débarquer - tout en grâce et élégance - une bonne dizaine de minutes plus tôt, mais avait été retenu par son patron, qui tenait absolument à terminer une série d'autorisations concernant les prochains matchs de la Ligue avant de partir. Il afficha une grimace qui s'apparentait vaguement à un sourire d'excuse à l'intention du moulin à paroles pas Ava hein, l'autre.

Max' soupira. « On a raté la séance. » Ils venaient (enfin) de transplaner à Manchester, où la première partie du plan ciné + resto venait donc de tomber à l'eau. Maximilien avait toujours aimé le cinéma. C'était, à ses yeux, une des preuves que les moldus pouvaient se montrer ingénieux eux aussi, même sans magie. Certes, il avait toujours été quelque peu péteux en ce qui concernait les films qu'il appréciait ou prétendait apprécier, on sait tous que ton film préféré c'est Love Actually mon petit pote, mais ça c'était un tout autre débat. De base, il aimait l'ambiance des cinémas. L'odeur de pop-corn, les fauteuils, le grand écran. En l'occurrence, ça semblait compromis. Il posa un regard interrogateur sur le visage de sa petite-amie. « Tu veux faire quoi ? Dîner ? Le resto italien en face de chez moi a enfin ré-ouvert je crois ! » déclara-t-il en haussant les épaules. Il sortait avec Ava depuis presque deux ans à présent, ça lui paraissait surnaturel lorsqu'il se posait pour y réfléchir. Deux ans ! Il fut un temps où tout espoir de relation avait failli disparaître aussi tragiquement que leur chance de voir le film de ce soir. Contre toute attente quand on connaissait les deux énergumènes, les choses se passaient plutôt bien jusqu'à présent: pas de morts ni de blessés graves à signaler comment ça "ça n'est pas placer la barre très haut ?"

Ce n'était pas non plus la première fois qu'ils se retrouvaient tous les deux à Manchester. Après tout, c'était la ville où Max' avait grandi, et aussi celle où il vivait actuellement. Il s'était toujours dit qu'il resterait là un an, le temps qu'Alexandra finisse ses études à Poudlard afin qu'il puisse être là pour la voir durant les vacances scolaires. Et puis il était resté. Il aimait sa ville, et il aimait le fait que ses parents s'y trouvent - il se passerait de Jérémy, mais la vie n'était pas parfaite ! -. Il aimait moins le fait que son studio soit assez petit et qu'on s'y trouve donc à l'étroit si on y était à plus de deux - trois à tout casser. Mais c'était temporaire. « Elle te racontait quoi la pipelette, au fait ? Si ses histoires sont suffisamment rocambolesques oui j'ai avalé un dico quand j'étais petit, elles pourront peut-être remplacer le film qu'on a raté ce soir ! » décida-t-il, sourire en coin aux lèvres tandis qu'il glissait ses doigts dans ceux d'Ava. Eh, il avait trouvé le bouc émissaire idéal pour leur séance ratée, il n'allait pas se priver ! Toujours rejeter la faute sur les autres: la méthode Bowman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 608
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Dim 5 Fév - 23:00

Question de timing
Maximilien & Ava



En cette fin de journée au Ministère de la Magie, Ava était plutôt contente. Même carrément contente en fait. Maximilien, son petit-ami depuis deux ans maintenant, l’avait invité à venir au cinéma ce soir après leur journée de travail, alors forcément, elle était ravie. Elle ne savait pas bien ce qu’il l’emmenait voir, mais à vrai, cela n’avait pas grande importance. Tant qu’elle était avec lui, c’était amplement suffisant. La journée était passée lentement du coup, surtout qu’elle savait qu’elle ne pourrait pas le voir avant la soirée comme ils avaient des emplois du temps très différents. Même pour le déjeuner, ils ne se verraient pas. Heureusement, la rouquine se rassurait en sachant qu’ils passeraient une bonne journée ce soir, et puis, elle passerait le temps aussi en se concentrant comme jamais sur son travail. Maintenant qu’elle avait vingt ans, avait terminé son stage, elle faisait partie intégrante du Magenmagot du Ministère anglais, et elle ne pouvait avoir un meilleur poste. Bien entendu, elle avait encore une supérieure, la même que pendant son stage d’ailleurs, mais elle pouvait enfin afficher distinctement sur sa robe le petit « m » prune brodé en fil de soie. Et ça, c’était vraiment le style le plus total ! Sisi, je t’assure, du prune, c’est très saillant pour les roux, ça fait ressortir les tâches de rousseurs. Bon, aujourd’hui, elle n’avait d’accord pas de cas magistral à traîter entends par là une bataille de Véracrasses illégale dans un quartier de la capitale, mais cela l’occupait pas mal en attendant l’heure prévue d’arrivée de Maximilien.

Seulement voilà, cet énergumène, comme d’habitude, avait décidé d’être en retard. Il ne serait pas lui s’il était tout le temps à l’heure, certes, mais Ava soupirait souvent devant l’attente qu’il lui imposait. Elle songea d’ailleurs a commencé à compter combien de temps à chaque fois il mettait à arriver, peut-être arriverait-elle, au bout d’une année, à un compte impressionnant. En fait, il aurait même carrément dû lui donner rendez-vous dans le Hall plutôt que devant son bureau à elle, cela aurait été beaucoup plus simple, il n’avait pas à traverser tout son département. Vraiment parfois, elle le trouvait incompréhensible. C’est alors qu’elle réprima un petit sursaut quand elle entendit sa voix. A vrai dire, elle n’était pas en grande discussion avec sa collègue – qu’elle avait alpaguer afin de tuer le temps et de ne pas passer pour la fille qui attendait éperdument son prince charmant prince quoi ? *kof kof* – mais elle ne s’attendait tout de même à voir sa tête blonde préférée passée par l’encadrement de son bureau de cette manière. Jetant un rapide coup d’œil à sa montre moldue, Ava ne put qu’approuver le fait qu’ils étaient loin d’être en avance tous les deux. Elle prit alors rapidement congé de sa collègue et attrapa la main de son copain quand elle réussi à le rattraper dans le couloir. « Bien le bonsoir Bowman. Puisque vous le demandez si gentiment, ma journée c’est bien passée effectivement, je vais très bien. Et vous donc ? » Lui affichant l’un de ses plus beaux sourires ironiques, la rousse suivit ensuite Maximilien jusque dans le Hall du Ministère puis dans la rue afin de transplaner.

Ava adorait l’idée qu’elle et le blond transplanent quand ils le voulaient pour aller dans l’appartement de ce dernier. Elle, elle habitait à Londres avec sa sœur jumelle, et même quand elle finissait sa journée de travail, elle ne rentrait jamais en transplanant. Elle aimait beaucoup prendre les transports en communs moldus et arriver un peu plus tard que prévu auprès de sa sœur. En fait, elle aimait l’idée de ne pas avoir rompu complètement le contact avec sa vie moldue d’avant. Quand on est née-moldue, et qu’on est, comme elle, attaché à ses racines, l’idée de perdre toute sa vie d’avant n’était pas facile, et prendre le métro était l’un des moyens qu’elle avait trouvé pour ne pas couper le cordon définitivement. Mais tout de même, pour une Née-moldue justement, l’idée de se dire qu’en un quart de seconde elle pouvait passer de Londres à Manchester la séduisait tout autant. Ava indécise ? Non, si peu. On aurait pu oublier la sensation de distorsion total de son propre corps, mais sinon c’était parfait. Parfait jusqu’aux paroles de Maximilien qui disait qu’ils avaient raté la séance. Ava savait que c’était de la faute de ce dernier, mais elle ne se formalisait pas. D’une part parce que ce n’était ni la première, ni la dernière fois qu’ils allaient tous les deux au cinéma en amoureux, mais aussi parce qu’elle ne se voyait pas lui faire la tête alors qu’à la base, c’était lui qui voulait l’inviter pour passer du temps avec elle. Et les initiatives, Ava, elle adorait ça. Souriant en coin, elle se leva sur la pointe des pieds pour murmurer à l’oreille de son petit-ami. « Tu es déçu parce que tu ne vas pouvoir mettre ta main sur ma cuisse en faisant croire que tu cherches le paquet de pop-corn. » Riant ensuite, elle se permit de rajouter. « Enfin Malouille, tu n’as plus besoin de ce genre d’excuse désormais. » Un petit clin d’œil et elle rit une nouvelle fois. Elle était quasiment qu’elle le mettrait mal à l’aise avec ces remarques et pourtant tu es un pervers Bowman, ne le nie pas ! mais justement, elle adorait ses réactions où il rougissait et ne savait plus vraiment où se mettre. Et puis oui, même après deux ans de relation amoureuse, elle l’appelait toujours par son surnom favoris, parce qu’après tout, on ne change vraiment une équipe qui gagne.

« Franchement, je m’en fiche ! Surprends-moi, je te suis. » Elle voulait par là, que le fameux petit restaurant italien en face d’où habitait le blond, et bien, elle le connaissait par cœur. Après deux ans, oui oui deux ans, ils y étaient allés de nombreuses fois. Alors, bon, la petite rouquine ne voulait pas clairement dire qu’elle ne voulait pas y aller, mais elle aurait bien aimé que Maximilien lui propose quelque chose de nouveau. Et dans le pire des cas, s’il n’avait pas d’idée, elle savait qu’elle pourrait quand même se gaver de pâtes carbonara dans l’endroit qu’ils connaissaient si bien.

Elle aimait aussi l’idée qu’il lui ait justement proposé de venir dans sa ville natale pour aller au cinéma et manger ensemble. Elle qui était très famille et origines, elle aimait se dire qu’elle parcourait les endroits que lui-même avait parcouru quand il était un petit garçon. Hello la psycopathe ! Parce que, quand on y pensait, elle n’avait pas dû l’emmener si souvent que ça à Edimbourg. En fait, elle se souvenait du nombre exact ; deux fois. C’était assez ridicule quand on se disait qu’ils avaient passés sept ans de leurs vies respectives à se côtoyer et deux de plus à être ensemble. Il connaissait maintenant bien sa famille, qui n’était pas très grande d’ailleurs, mais il ne connaissait pas vraiment la maison et la ville dans laquelle elle avait grandi. Elle se dit alors, que, s’il le voulait, elle pourrait l’emmener bientôt, quand ils seraient tous deux en congés. Enfin bon, pour l’instant, trêve de divagations, il fallait bien qu’elle réponde à ses questions. « Désolée de te décevoir mais clairement pas. Déjà, je venais juste de commencer une conversation quand tu es arrivé et ensuite, elle me demandait juste comment il fallait classer les dossiers que notre responsable lui avait demandé de rendre pour ce soir. » Voilà, qui était, en somme, très maigre pour remplacer un film. Il ne lui avait fallu pas moins de deux minutes pour exposer l’intégrité de la discussion qu’elle avait eue avec la brune, qui était, pour le coup, une des stagiaires de cette année. « Et toi d’ailleurs, comment ça se passe avec les nouveaux stagiaires ? » Bien sûr, s’il était doté d’un tant soit peu de jugeotte, ce qui n’était pas dit il saurait qu’Ava voulait parler de l’arrivée de la fameuse Hannah parmi les stagiaires du département des sports du Ministère. En soit, elle n’était plus jalouse. Enfin, elle, elle le disait, mais personne n’était dupe pour comprendre que c’était clairement pour asseoir le fait qu’elle était avec Maximilien, qu’elle l’embrassait bien plus qu’il n’était raisonnable quand Hannah se trouvait dans les parages. On ne se refait pas.    


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Lun 6 Fév - 14:49

Ce n'était pas la faute de Maximilien si Roderick - son supérieur hiérarchique -, avait choisi le dernier moment possible et imaginable pour lui demander de remplir quarante formulaires d'autorisation qui n'étaient, de son point de vue, absolument pas urgents. Partagé entre son perfectionnisme et l'envie de partir le plus vite possible rejoindre sa petite-amie, Max' s'était vraiment retrouvé au pied du mur. Pour être tout à fait honnête, il n'était même plus tout à fait sûr de ce qu'il avait autorisé, au final. Peut-être que les Chauves-Souris de Ballycastle seraient privés de Barny la roussette - leur célèbre mascotte - pour leur prochain match, faute d'accréditations suffisantes, qui sait. Tant pis pour eux, songea-t-il un peu sauvagement après un dérapage contrôlé juste devant le bureau d'Ava, leur mascotte était ringarde, de toute façon.

Il avait décidé d'emmener Ava voir un film américain qui avait fait parler de lui au festival du film indépendant de Sundance en début d'année non il n'est pas péteux, chut, et pour être honnête, il était assez impatient. Cependant, à son grand désespoir, le - léger on se calme McCornick - retard causé par Roderick, et le fait qu'Ava n'était pas i-mmé-dia-te-ment prête à s'envoler transplaner ce qu'il était probablement impossible de faire au beau milieu du département de la Justice Magique, de toute façon les empêcheraient immanquablement d'arriver à temps pour leur séance de cinéma. Mais avant cela, il eut droit aux paroles dégoulinantes d'ironie de sa petite-amie, auxquelles il ne se fit pas prier pour répondre à toute allure - empressement oblige: « Bonsoir McCornick ! Super, super. Je suis certain que tu- pardon, vous ? Que vous vous demandez, donc, pourquoi je suis en retard. Très simple: quarante formulaires compliqués et particulièrement ennuyeux se dressaient entre moi, Roderick, et la porte de mon bureau. Je pense avoir oublié de relire certains paragraphes dans ma précipitation, et Roderick n'est pas bon en orthographe, ou en calligraphie. Donc, si je reçois des places gratuites pour le prochain match des Charpies de Holyhead, j'espère que tu sauras feindre l'enthousiasme ! » termina-t-il dans un souffle, au moment où ils arrivaient dans l'Atrium pour transplaner. Il avait bien noté le regard appuyé de la jeune femme vers sa montre, et non, il ne serait pas envoyé au bûcher sans avoir défendu sa cause !

Il était évident que Maximilien était déçu d'avoir raté la séance - et son film indépendant alors ? Un thriller ! Sundance ! -, mais il sut rapidement en faire abstraction. D'un, parce qu'il passait quand même la soirée avec McCornick, film ou pas, et de deux, parce qu'elle se rapprocha soudain de lui pour lui glisser des mots qui le firent rougir à la vitesse grand V. La traîtresse. Le tic n'avait pas disparu avec les années: il se frotta automatiquement les joues, tandis qu'une lueur amusée brillait dans ses yeux bleus. « Tu veux entendre un secret ? » Il se rapprocha lentement d'elle. « Je n'aime pas le pop-corn. » répondit-il avec la même malice, fourrant les mains dans ses poches tandis qu'il lui adressait un clin d’œil à son tour. Eh, ils pouvaient être deux à jouer à ça.

Enchaînant avec un plan B dîner, Max' laissa d'abord carte blanche à Ava. Visiblement, cette dernière avait choisi de laisser le pilotage de la soirée au blond, ce qui ne le dérangeait pas forcément. Cela étant, il avait bien vu à sa réaction qu'elle n'était pas non plus emballée par la perspective d'aller au même restaurant italien que d'habitude. Qu'à cela ne tienne: Maximilien connaissait Manchester comme sa poche, et il était plein de ressources. « Sinon il y a un restaurant espagnol sympa, où on allait souvent avec mes parents quand j'étais plus jeune. Je n'y suis pas retourné depuis longtemps, Jér et moi on a commencé à se battre entre l'entrée et le plat principal une fois. Ma mère avait décrété qu'on avait déshonoré la famille sur au moins cinq générations. » Il haussa les épaules. « Je pense qu'ils m'ont oublié, depuis le temps. » Si Maximilien connaissait plutôt bien la famille d'Ava depuis le temps, il était resté pour sa part plus réservé en ce qui concernait les Bowman. Ses histoires familiales avaient toujours été compliquées, et il ne voulait pas mêler la jeune femme à ses rapports tendus avec Jérémy, en particulier. Il faisait de plus en plus d'efforts pour en parler, mais ça avait toujours été un sujet sensible pour lui, même avec Ally. Il radotait comme une maman poule parlait volontiers d'Alexandra, en revanche. Sa petite-sœur avait décidé de se lancer professionnellement dans le base-ball, tout en jonglant avec un travail de serveuse, comme il l'avait fait durant ses débuts au Ministère. Si accepter qu'Alex' leur ait caché à tous sa passion pour le base-ball pendant des années avait été difficile "C'est quoi la prochaine révélation Alex' ? Tu travailles pour le KGB ? Tu fabriques ta propre méthamphétamine et tu la vends depuis une caravane garée sur une aire d'autoroute ?", sa petite-sœur demeurait la prunelle de ses yeux.

Pour faire passer le temps - et par curiosité -, l'ancien Serdaigle interrogea Ava sur la discussion qu'il avait interrompue en débarquant de manière impromptue dans son bureau. Il fut incapable de cacher sa déception devant l'explication que lui donna la jeune femme. « T'aurais pu enjoliver un peu la situation, c'est quand même un peu banal, là ! » observa-t-il d'un air fataliste. Il n'eut pas le temps de l'embêter davantage avec ses commentaires, car la rouquine embraya sur une question lui étant adressée et qu'il sentit tout de suite piégée. Pas fou. « Aucun d'aussi talentueux que moi à l'époque, malheureusement. » déclara-t-il en soupirant avec un dramatisme exagéré. « Hanna m'a dit de te passer le bonjour, tout à l'heure. » glissa-t-il ensuite, l'air de rien. Après avoir vécu plus d'un an de psychoses concernant Tyler, le blond trouvait la jalousie-mais-pas-vraiment d'Ava à propos d'Hanna drôle - d'autant plus qu'il n'avait jamais été intéressé par la jeune femme en question. Certes, il titillait un peu Ava et il le savait, mais ça faisait partie du jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 608
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Mer 8 Fév - 20:45

Question de timing
Maximilien & Ava



Parfois, Ava se demandait bien pourquoi elle était avec Maximilien. Pas dans le sens où elle ne l’aimait pas, certainement pas, il ne s’agissait pas de ça. Il faut dire que depuis sa première année à Poudlard, il lui était devenu indispensable, depuis le bal de troisième année, encore plus, et lors de leur dispute en sixième année ou septième sorry, mémoire de poisson rouge ici elle s’était enfin rendu compte qu’elle était amoureuse de lui. Alors non, la petite rouquine ne doutait pas une seule seconde de ses sentiments envers lui. Seulement parfois, il la faisait tellement de fois soupirer en une seule journée, qu’elle en venait à penser qu’ils étaient radicalement différents. Mais après tout « les opposées s’attirent », non ? ouais et « qui se ressemble, s’assemble » aussi, tu vas aller loin McCornick avec tes dictons bidons. Seulement voilà, bien sûr, elle ne pouvait plus vivre sans voir sa tête de couillon sorry, not sorry et au bout de deux ans, elle trouvait qu’au final ils s’en sortaient tous les deux vachement bien. Elle balaya alors ses pensées négatives d’une main et recommença à sourire à son interlocutrice, comme à son habitude.

C’était sans compter sur l’arrivée, tardive certes, mais arrivée tout de même, de son petit copain qui vint la tirer de sa discussion. Ho, ce n’était pas très enflammé de toute manière et puis elle n’attendait que lui pour partir, alors bon, les aides aux stagiaires seraient reportées au lendemain. bouh, la mauvaise collègue, tu as été stagiaire pourtant toi aussi, vilaine ! Bien entendu, Maximilien était on ne peut plus pressé, vu l’heure, et Ava en profita pour le taquiner sur le fait qu’il ne lui avait ni dit bonjour, ni demander comment elle allait. Néanmoins, et, comme à son habitude, même en s’expliquant sur son retard, il trouva le moyen de la faire rire. « Parce que maintenant Môssieur dénigre volontairement un club de Quidditch ? Ha bah bien ça, vraiment très professionnel ! Tu crois pas que Roderick voudrait en entendre deux mots ? Ou mieux, imagine que tu aies malencontreusement bien écrit « charpies » au lieu de « harpies » quand tu as signés leur formulaire ? » Ava ne comptait pas sérieusement mettre le doute dans l’esprit de son Bowman, qui était, à sa connaissance plutôt aiguisée maintenant, déjà bien assez embrouillé comme cela, mais bon, l’occasion était là, elle ne put s’empêcher de la saisir. « Cependant, je valide ton excuse. » Et elle en profita pour lui afficher un sourire et lui voler un baiser en arrivant dans le Hall, juste avant qu’ils ne transplanent à Manchester.

« Je peux te reprendre le baiser que je viens juste de te donner ou pas ? » Oui, parce que bon, il venait de rater la séance à cause de ce retard, et donc, Ava en avait conclu qu’elle l’avait pardonné bien de trop vite. mademoiselle lunatique, pour vous servir ! Seulement voilà, au final, elle avait trouvé une bien meilleure manière de se venger en prétendant que Maximilien était déçu de rater la séance, seulement pour ne pas pouvoir agir de manière déplacée envers la jeune femme. bouh, pervers, va-t'en loin ! Le voyant rougir, la petite rouquine se dit très vite qu’elle venait de gagner. Cela dit, elle fit attention à bien le regarder et vit qu’il se frottait toujours les joues quand il rougissait, comme il l’avait toujours fait. Il avait beau avoir vingt ans et être avec elle depuis deux ans, certaines choses ne changeaient toujours pas, et remarquer des petits détails comme ça, Ava adorait ça. Concentrée alors à regarder la couleur rose de ses joues, elle fut surprise de sa réponse, mais n’en rit pas moins pour autant. « Alors comme ça, tu te mets au graveleux toi ? » Lui lançant un clin d’œil, elle savait aussi qu’elle taperait dans le mille avec cette remarque. Elle prétendit alors ne pas être affectée par sa réponse et essaya, tant que bien que mal, de ne pas rougir à son tour.

Pour la suite, le blond lui proposa d’aller manger au restaurant italien qui venait de ré-ouvrir juste à côté de chez lui. D’accord, peut-être qu'Ava ne faisait pas preuve d’un grand enthousiasme quant à manger à un endroit déjà vu, mais au final, il fallait bien qu’il prenne les choses en main le petit ! C’était à lui de se faire pardonner d’avoir raté la séance, pas l’inverse ! Et têtue comme elle l’était, la rouquine ne finirait certainement pas par céder et choisir où ils iraient tous les deux, ça non. Seulement voilà, elle ne s’attendait pas à ce qu’il commence à lui proposer d’aller manger dans un restaurant où il s’était battu avec son frère. Cela la mit quelque peu mal à l’aise, et ça se voyait certainement, parce qu’elle ne savait pas trop comment réagir. Elle, elle ne connaissait pas beaucoup la famille du blond mis à part Alex qui a déjà voulu la tuer au moins mille fois dont pas moins d’une centaine en la jetant du haut de la tour d’Astronomie et donc ne savait pas à quoi s’attendre en ce qui concernait Jeremy. Elle ne savait même pas d’ailleurs s’il connaissait son existence à elle, comme il était le seul qu’elle n’avait pour ainsi dire, jamais vu. « Si ça te rappelle de mauvais souvenirs, on peut ne pas y aller tu sais… Enfin c’est comme tu veux. Tu décides. » Elle esquissa un faible sourire suite à ses paroles. En fait, elle ne voulait pas embarrasser Maximilien, mais elle ne voulait pas non plus l’obliger à aller dans un endroit qu’il ne désirait pas juste parce qu’elle faisait un caprice et ne voulait pas retourner chez l’italien. D’ailleurs, maintenant qu’il venait d’évoquer le sujet, elle se dit qu’il faudrait bien qu’un jour elle lui demande ce qu'il s’était réellement passé pendant cette période de sa jeunesse. Elle l’aimait lui, et elle trouvait ça dommage qu’il ne se confie pas à elle sur des choses comme celles-là. Après, peut-être que cela ne l’affectait pas tant que ça, mais elle, comme elle adorait sa sœur, elle aurait du mal à se dire qu’une entrevue était automatiquement signée par une bonne baston des familles.

Et parce qu’elle le connaissait bien sûr, elle ne pouvait s’attendre à moins venant de sa part que le fait qu’il essaie de rejeter la faute de son retard sur elle. Habile, Bill ! Seulement voilà, elle n’avait rien de bien croustillant à raconter. Décidément, ce soir, elle se rendait compte que c’était la deuxième fois qu’elle manquait d’enthousiasme à l’égard de son petit ami. Elle trouverait le moyen de se rattraper plus tard ! « Ha oui, mais je peux pas inventer quelque chose là ! Enfin, je crois qu'en te rejoignant je suis devenue une collègue indigne ! » Oui, parce que, elle aussi avait été une stagiaire, et elle serait tombée un peu dénue je sais pas comment ça s’écrit ça, c’est une horreur. "des nues" peut-être? *ahem* si une collègue, qui était censée l’aider et l’aiguiller, l’avait laissée tomber comme ça. Bien sûr, vint alors la question piège. Apparemment, il avait clairement compris son sous entendu. L’autre sangsue d’Hanna était bien évidemment venue en tant que stagiaire dans le département de Maximilien. Et pour Ava ce n’était pas pour rien. Il y a baleine sous gravillon, moi je te le dis ! Seulement, il n’était pas aussi doué qu’elle à l’époque douance qui a provoquée une dispute de six mois, on s’en serait passée, merci bien et ne la regarda même pas dans les yeux quand il lui dit que la blonde lui passait le bonjour. « Dis donc, dis donc, elle fait des progrès, je ne savais pas qu’elle pouvait être aussi civilisée. » Ok, clairement en fait, Ava débordait de jalousie. Elle, elle ne le voyait même pas tous les jours, alors que l’autre là, oui. C’était scandaleux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Ven 10 Fév - 14:17

A l'époque de Poudlard, Maximilien avait été sérieux dans son travail - lorsqu'il le voulait bien. Il était le genre d'élève pouvant passer des heures à la bibliothèque, sa masse de cheveux désordonnés cachée derrière un énorme bouquin. Mais il suffisait de s'approcher de plus près pour s'apercevoir que le jeune Serdaigle était occupé à lire un ouvrage intitulé Tant qu'il y a de la magie, il y a de l'espoir ou encore Il volait comme un fou, la biographie de Dai Llewellyn, plutôt que de préparer son prochain cours de Métamorphose. Il était facilement distrait d'un sujet qui ne l'intéressait pas, et la simple mention d'une information mineure dont il avait jusque là ignoré l'existence suffisait à le lancer dans une quête littéraire pouvant durer des jours.

Depuis qu'il avait été engagé au Ministère, il était en revanche entièrement dévoué à son travail. Rejoindre le département des Jeux et Sports Magiques avait été son rêve depuis qu'il avait découvert l'existence du Quidditch, et il savait à quel point il était chanceux d'avoir pu y accéder. Ça et le fait qu'il s'était démené au cours de sa dernière année pour obtenir des résultats satisfaisants à ses ASPICs - entre deux disputes avec McCornick. Aussi n'était-il pas dans ses habitudes de négliger les tâches que lui confiait Roderick. Il espérait éventuellement qu'on lui donnerait des missions un peu plus conséquentes, en liaison avec d'autres départements par exemple. C'est pourquoi le récit qu'il fit à Ava expliquant son retard avait de quoi surprendre. Il commençait d'ailleurs à se dire qu'il aurait dû faire un peu plus attention en remplissant ces maudits formulaires. Les propos de sa petite-amie ne firent donc rien pour le rassurer. « Imagine ouais... » répéta-t-il, lâchant un petit rire nerveux. « Je viendrai plus tôt demain matin pour avoir le temps de tout relire avant qu'il ne les envoie aux autres départements. » se rassura-t-il à haute voix, souriant lorsqu'Ava lui déclara qu'elle acceptait son excuse. C'était déjà ça de pris ! « Bon bah si je me fais virer du Ministère au moins ça aura valu le coup ! Tu m'aimeras encore quand je serai condamné par le Magenmagot pour faute professionnelle ? » Il haussa les sourcils, imaginant la situation.

« Reprendre c'est voler ! » déclara-t-il d'un ton sans appel après qu'Ava ait prétendu vouloir lui reprendre son baiser. Non mais. Qui plus est, c'était la faute de Roderick, il n'y pouvait rien ! Il allait bientôt finir au chômage, au passage sans exagérer, alors le minimum qu'elle puisse faire, c'était de lui laisser ce malheureux baiser, ne serait-ce que par charité. Ne se démontant pas - comment toujours ! -, Ava enchaîna en prétendant connaître les vraies raisons justifiant l'envie du blond de se rendre au cinéma. Cependant, Max' n'était pas décidé à rendre les armes non plus - quoi que ses joues cramoisies puissent laisser penser ces traîtresses -, et il haussa modestement les épaules à la question de sa petite-amie. « Pas le choix ! C'est ta mauvaise influence ça encore... » Il lui adressa un sourire innocent, celui qu'il affichait jadis lorsque sa mère cherchait un coupable pour le pot de fleurs renversé devant l'entrée, ou le frigo sans dessus dessous pour sa défense, celle-là c'était vraiment Alex', et pas lui ! Effet garanti sur l'ex Madame Bowman, du moins, sur Ava ? Moins sûr.

Depuis le temps, il la connaissait la McCornick. Quels que soient les mots étant sortis de sa bouche, il voyait bien dans ses yeux qu'elle ne voulait pas de leur dîner 'classique'. Cela dit, Max' avait beau avoir grandi à Manchester, le nombre de restaurants un minimum classes dont il était familier restait restreint. Les Bowman n'avaient jamais roulé sur l'or, et lorsqu'il fallait se serrer la ceinture pour finir le mois, sortir pour les repas n'avait pas été la priorité. Il connaissait en revanche des pubs très sympas, mais pas forcément romantiques. Aussi, il parla du premier bon restaurant qui lui vînt à l'esprit, et réalisa trop tard - comme souvent -, qu'emmener Ava dans un lieu qui avait connu une des tristement célèbres bagarres des frères Bowman n'était pas forcément l'idéal. « Non non ! Enfin... Tu sais mon frère et moi, on s'est disputés à tellement d'endroits dans cette ville que si je ne devais plus me rendre dans aucun d'entre eux, les choix deviendraient très limités. » Il sourit par habitude même si ses propos n'avaient rien de drôle, regrettant amèrement de se retrouver à parler de Jérémy. « Oh, pourquoi pas là sinon ? » proposa-t-il brusquement, s'immobilisant devant l'enseigne d'un restaurant britannique traditionnel à l'air franchement chaleureux. « Si ça se trouve ils ont même du haggis. » ajouta-t-il, grimaçant à l'évocation du célèbre plat écossais. Et pourtant, il avait beau ne pas aimer cette maudite panse de brebis farcie, il préférait encore penser à ça qu'à son frangin.

Il s'amusa à l'idée qu'Ava puisse être une collègue indigne (impossible !): « Pauvre petite stagiaire... Tu penses qu'elle sanglote sur des dossiers à l'heure qu'il est ? Quand je pense que tu l'as abandonnée à son triste sort, comme ça... Tout ça pour un garçon... » Un scandale, vraiment ! Même s'il restait convaincu que ladite stagiaire survivrait très bien la soirée. Il leva un regard clairement amusé vers sa petite-amie lorsqu'elle s'étonna que Hanna - la stagiaire de son département cette fois - puisse se montrer civilisée. « C'est sûrement pour me séduire. » commenta-t-il ironiquement, sans se retenir de lever les yeux au ciel. Et puis, tout sourire mais craignant les représailles: « La pauvre, si elle savait que je préférais les filles qui ne sont pas civilisées. Si elle parlait vingt ou trente décibels plus hauts, elle aurait peut-être déjà plus ses chances. » Un air entendu sur le visage, il songea que sa petite-amie risquait de se montrer d'autant moins civilisée s'il se mettait à se moquer ouvertement d'elle comme ça. Eh. Il faut vivre dangereusement, dit-on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 608
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Mer 22 Fév - 22:18

Question de timing
Maximilien & Ava



Ava n’aurait jamais osé dire que son petit ami était quelqu’un qui n’était pas assidu à son travail. bhein non, tu parles, vieille fourbe. Cependant, comme on ne change pas une équipe qui gagne, n’est ce pas, et que ces deux protagonistes étaient justement loin de le faire, elle s’était sentie obligée de le taquiner. Elle s’était sentie obligée de prétendre qu’il avait sans doute fait une grosse bourde en dénigrant ainsi un club de Quidditch, peu importe son niveau. Parce qu’elle l’avait dit oui, si jamais il avait bel et bien écrit la petite insulte qu’il venait de faire sur le papier, cela pouvait être une faute grave. En soit, la petite rouquine pensait bien qu’il n’avais pas vraiment « charpies », mais apparemment, elle avait réussi à lui mettre le doute, donc elle avait réussi son petit coup. Ava : 1 ou 1000, Maximilien : 0 « Tu oserais faire ça Maximilien ? » Une idée venait d’apparaître dans la tête d’Ava, et elle ne comptait pas la lâcher avant de l’avoir fait figurer dans leur conversation. Il devait se douter que si elle venait de l’appeler par son prénom en entier comme une personne normale le ferait c’était qu’il devait y avoir un problème. Et puis, de toute façon, ça pouvait aisément se lire sur son visage outré, même si elle faisait semblant. kangourou courroucé, le retour part 154875269863 « Tu oserais écourter ta soirée et ta nuit avec moi à Manchester pour corriger un formulaire ? » Qu’on s’accorde hein, dans le fond, elle savait que ça ne gâcherait rien à leur petite escapade nocturne, mais elle le taquinait, encore et toujours. « Bah super, je vois où est le sens de tes priorités. » Néanmoins, il l’avait un peu devancé dans ses répliques, et le fait qu’il mentionne le fait qu’il serait sans doute jugé par son propre département ne pu la faire que rire. Elle perdit alors en un rien de temps son air choqué, et il devait donc s’être facilement rendu compte que tout ça, avant, c’était d cinéma. « Si je te juge et t’envoie quelque part où j’aurais choisi dans mon lit par exemple je pense que ça pourrait se négocier. » Et elle sourit. « Tu serais prêt à corrompre le juge, Bowman ? » Tu as finis oui, petite perverse ?

Elle rit au dicton qu’il utilisa pour lui signifier qu’elle ne pouvait pas reprendre son baiser quand ils arrivèrent devant le cinéma dont ils venaient de rater la séance. Seulement, avec son esprit vif et taquin ça va les chevilles ? elle en profita pour enchaîner sans tarder en prétendant connaître les véritables motivations de son petit-ami quant à son retard. Mais quand il évoqua le fait que c’était sa soi-disant influence qui le faisait lui répondre de manière si graveleuse, elle se mit à rire. « Et bien, je t’en prie Malouille, si mon influence est si mauvaise que ça, va-t-en, je ne retiens pas. » Bien sûr, cela était complètement faux, comme bien souvent en ce qui concernait Ava et son incapacité à juger des évènements qui se rapportaient, de près ou de loin, à Maximilien Bowman. Ils avaient galérer comme des sagouins à enfin se trouver et finir par être ensemble et filer le parfait amour, blabla, cacahuètes, chocolat et papillons pour qu’elle le laisse filer suite à sa remarque enfantine. Elle ne savait pas si elle ferait sa vie avec lui, vraiment, elle n’en savait, mais ce dont elle était sûre, c’était que là, tout de suite, et pour un bon de temps encore, elle voulait être avec lui. en gros, tu bouges, t’es mort, ok ?

« Vous n’avez donc plus aucun contact tous les deux ? » Ava se rendit compte de l’indiscrétion de ses paroles au moment où les mots franchirent ses lèvres. Elle était comme cela, à parler sans réfléchir, et c’est vrai que parfois cela pouvait sembler très déplacé. Tout en pensant à ce qu’elle venait de lui demander, elle sursauta faiblement quand il se mit à lui dire qu’il voulait entrer dans un des restaurants devant lequel ils venaient de passer. Après tout, oui, pourquoi. « Non mais par contre, je sais que le haggis, c’est vraiment mauvais. » Elle fit la moue à cette évocation. Tout ce qui était abats et trucs dans le genre, cervelle et cie, elle passait son tour volontiers. Alors de la panse de brebis farcie ? Non, sans façon. Elle n’était pas au point de devenir vegan pour autant – pratique qu’elle trouvait complètement ridicule soit dit en passant. – mais les abats, non, mais… non quoi, pas moyen. « Mais allons-y, ils ont certainement pas que ça ! C’est quoi ton plat préféré toi d’ailleurs ? » comment ça, elle change de sujet comme de chemises ?

« Regarde la tronche du garçon en question en plus. Vraiment, ça ne valait pas le coup. » Elle rit, mais se leva de la table sur laquelle ils venaient de prendre place pour l’embrasser entre les verres. Oui, ce qu’elle venait de dire ne collait pas du tout avec ce qu’elle de faire, mais elle s’en fichait, elle était contradictoire et puis c’était comme ça. Elle aimait aussi beaucoup le garçon qu’elle avait en face d’elle, et depuis deux ans qu’elle pouvait l’embrasser, elle se gênait plus. Surtout pas devant cette Hanna soit dit en passant, puisqu’ils venaient d’aborder la conversation ! Non, mais quelle peste celle-là ! Ava se revendiquait pas jalouse, mais c’était bien sûr complètement faux, elle puait la jalousie à quinze brasses ! cette poésie pardis ! « Je te jure que si jamais elle ose s’approcher trop de toi ou même ne serait-ce que penser tenter quelque chose avec toi, je vais devenir encore plus incivilisée que je ne le suis déjà. » Elle venait de lui dire ça en lui lançant un regard qui en disant et en se rapprochant de lui attention, tu vas foutre tes cheveux dans l’assiette pour bien lui faire comprendre qu’elle ne plaisantait pas. Elle n’irait pas jusqu’en venir au mains, ça non, mais vraiment cette Hanna n’avait pas intérêt à la provoquer. « Je t’aime. Même si je parle trop aigüe. C’est vrai que je t’aime. » Ava avait le don pour rendre une conversation très sincère avec un poil de dramaturgie en un rien de temps. Mais au final, ce qu’elle disait, c’était vrai, et elle savait qu’elle ne formulait pas souvent à l’égard du blond, donc dans des situations comme celle-là, elle se disait que c’était le bon moment. Parce que d’accord, le fait qu’elle avait dit qu’elle parlait aigüe gâchait peut être tout le romantique de la situation, mais au moins, c’était dit.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   Lun 27 Fév - 21:54

Maximilien lut un regard qu'il connaissait bien dans les yeux d'Ava, et il sentit qu'il était dans le pétrin avant même qu'elle n'ouvre la bouche. La petite lueur malicieuse, le coin des lèvres qui se relève... Et paf, l'usage du prénom et l'air courroucé: elle allait encore se ficher ouvertement de lui. Elle lui mettait le doute en insistant sur sa - potentielle - faute professionnelle responsable de son chômage prochain, et maintenant elle lui reprochait un excès de zèle - qui n'en serait pas un s'il s'était effectivement planté. Se retenant de lever les yeux au ciel - principalement avec attendrissement, mais avec une part d'amusement non négligeable -, le blond afficha une mine faussement scandalisée. « Tu parles déjà de nuit ? Paye-moi au moins un verre d'abord, McCornick ! Je suis choqué. Choqué ! » Oui, il était idiot, et il le vivait très bien. Il continua à faire les gros yeux à sa petite-amie pendant quelques secondes interminables, avant de reprendre: « En l'occurrence, je pense qu'il s'agirait plutôt d'écourter ma matinée ? Et tu sais, si tu es une petite-amie dévouée, tu peux très bien venir avec moi demain matin... Plutôt que de me laisser partir, seul, dans le Ministère désert... » Il exagérait à peine. Puis, inspiré à son tour: « D'ailleurs, quand il n'y a personne tu peux parler aussi fort que tu le souhaites, pas de collègues pour te lancer des regards offensés. Je t'écouterai même déclamer tes super argumentaires chiants à mourir en ne baillant pas plus de deux fois si tu veux. » déclara-t-il en concluant son propre argumentaire à l'appui d'un sourire des plus angéliques. Bon, il était parti dans les compromis suicidaires, mais en vérité, il ne serait nullement traumatisé qu'elle ne l'accompagne pas. C'était son problème, après tout. Mais même s'il préférait évidemment passer davantage de temps avec la rousse qu'avec les moutons de poussière s'entassant dans son bureau et le ménage, c'est pour les hippogriffes ?, sa conscience professionnelle lui hurlait qu'il fallait qu'il corrige toute erreur potentielle, et il ne parvenait pas à la faire taire.

« Oula, oula, ça part di-rect dans la corruption, c'est donc ça qu'on vous enseigne à la Justice Magique ! J'ai toujours su que vous étiez louches. Le Ministère part vraiment en cacahuète dis donc ! » répliqua-t-il sans hésiter à la proposition d'Ava, un grand sourire amusé aux lèvres. « Si tu veux tout savoir, je n'ai pas l'impression que le juge soit si difficile à corrompre que ça... » avança-t-il en haussant les sourcils d'un air espiègle.

Maximilien ne se gêna pas pour déclarer Ava comme étant une mauvaise influence sur lui - ce dont il ne se plaignait nullement, merci bien. Alors que sa petite-amie prétendait que rien ne le retenait dans ce cas-là - tu parles, elle avait beau sourire, il lisait parfaitement dans ses yeux vengeurs qu'un seul pas dans la mauvaise direction et il était cuit Maximilien est une victime en fait -, le blond fourra délibérément les mains dans ses poches, et secoua la tête en signe de dénégation. « T'es folle, je sais que je te manquerais trop. En plus, il faut bien que quelqu'un se dévoue pour te superviser, qui sait quelle pauvre âme innocente tu pourrais détourner du droit chemin sans ma présence ? Je me suis sacrifié pour le bien de la communauté, que veux-tu ! » déclara-t-il en toute modestie, un sourire satisfait aux lèvres. Il était un peu trop fier de lui, dans l'immédiat, ce qui était généralement le signe d'une chute - figurée de préférence. Sauf si, de rage, McCornick le pousse dans un caniveau - à venir. Son amour de la fanfaronnade avait toujours été l'une de ses plus grandes faiblesses.

Malheureusement pour le blond, il en vînt à parler de son frère aîné, presque par réflexe - Manchester avait le don de le rendre nostalgique -, ce qui suscita inévitablement une question d'Ava concernant Jérémy. Elle sembla aussitôt se sentir coupable de s'être laissée aller à la curiosité, et Max' regretta que son manque de loquacité sur le sujet ait pu générer une telle réaction. Bref, tout le monde s'en veut. « Je le voyais lorsqu'Alex' rentrait pour les vacances, l'an dernier. Mais là ça va faire un moment que je ne lui ai pas parlé, oui. C'est mieux comme ça, crois-moi. » répondit-il d'une voix rassurante. Ce n'était pas comme s'il ne reverrait jamais son frère aîné. Ils espionnaient Alex' ensemble pendant les week-end de toute façon, assis sur des branches d'arbres. Le problème était que les seules situations les forçant à être dans la même pièce étaient désormais les fêtes de famille - qui généraient également les pires tensions.

Le blond esquissa un sourire amusé lorsqu'Ava lui déclara d'un air vaguement dégoûté qu'elle n'aimait pas le haggis - qui était pourtant la spécialité des écossais ! Traître à ton sang. -, et lui ouvrit la porte du restaurant. « Ma mère fait de très bons plats français. Choucroute ou rien. Je ne sais pas si j'en préfère un en particulier cela dit... Les desserts sont super bons. T'en as un toi ? » Il ne savait pas trop comment ils en étaient arrivés à parler de leurs plats préférés, mais ce n'était pas Maximilien qui allait s'en plaindre: rien que d'y réfléchir, il avait l'eau à la bouche.

Un petit air fier vînt se glisser sur les lèvres du blond - dont Ava venait pourtant de se moquer une fois de plus. Mais ici, il était important de connaître ses priorités. Certes, elle prétendait qu'il avait une sale tronche c'est pas beau de se mentir à soi-même, McCornick, mais, elle venait de l'embrasser, et franchement, n'était-ce pas tout ce qui importait ? Il haussa donc les épaules d'un air nonchalant, acceptant volontiers la pique. L'évocation de Hanna fit cependant perdre toute envie de sourire à sa petite-amie, qui se pencha tellement en avant qu'il crut qu'elle allait l'embrasser à nouveau grosse déception, on ne va pas se mentir, le fixant de ses petits yeux vengeurs, toujours tandis qu'elle promettait mille tortures à Hanna. Etant donné qu'il ressentait des sentiments similaires lorsque Tyler-face-de-rat lui demandait des nouvelles d'Ava avec la subtilité d'un pachyderme entrant dans une boutique de porcelaine - "Et sinon... Ava et toi... C'est... euh... Toujours d'actualité ?" -, il pouvait difficilement lui en vouloir. « Eh, très franchement, on s'en fiche de ce qu'elle fait, c'est pas comme si ça m'intéressait le moins du monde. Et puis, elle ne tentera rien, elle n'est pas stupide. » garantit-il avec une conviction inébranlable. Il n'avait rien perçu jusqu'à maintenant en tout cas, et il doutait que ça arrive un jour. Il était clairement en couple avec Ava, et il ne s'en cachait pas. Souriant, il s'approcha pour embrasser l'ancienne préfète de Poufsouffle ce qui fut grandement facilité par le fait qu'elle était à moitié Avachie sur la table. « Je t'aime aussi. Même si tu parles trop aigu. » dit-il solennellement, se retenant avec peine de sourire en répétant les mots de sa petite-amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Manchester ] Question de timing [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Manchester ] Question de timing [ PV ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» [question] moyen de truquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Angleterre-
Sauter vers: