AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Le temps des reproches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 152
Âge : 12 ans [04.08.2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lisa

MessageSujet: Le temps des reproches   Ven 3 Fév - 1:48

C'était seulement la deuxième rentrée de Magnus à Poudlard, mais elle aurait très bien pu ne pas arriver du tout. Son père étant moyennement chaud pour laisser son fils unique retourner dans un château où apparemment on pouvait rentrer comme dans un moulin, même quand on était susceptiblement dangereux. Toutefois Magnus avait su faire appel à la logique de son père impliquant la volonté de continuer son apprentissage magique, la peur de devenir le cracmol de la famille et le fait que Magnus ne se mettait jamais en danger sauf autorisation d'un adulte responsable. Pour cet argument il avait presque révélé à son père qu'Alan et Prudence étaient allés dans la forêt interdite sans supervision. Mais ça aurait été briser la confiance que son cousin avait en lui et même si Magnus était un peu chafouin d'avoir été laissé de côté comme une carte de Dumbledore, il n'en était pas encore là.

Finalement, et peut être parce qu'il savait que son fils n'allait pas lâcher l'affaire, Wayland avait cédé et accepté que le jeune Poufsouffle retourne à Poudlard à la condition que « au moindre problème c'est retour au bercail ». Magnus espérait donc que la Menace se tiendrait tranquille, au moins à Poudlard.
C'est donc relativement guilleret, ravi de sa victoire qui aurait fait les grand titres de la joute oratoire de la Rome Antique, au moins, que le jeune Poufsouffle arriva à King's Cross avec le reste de la tribu Fitzpatrick/Carmichael/ Faraday, en provenance directe l'Irlande. Magnus n'avait pas trop eu le temps ni l'occasion de discuter avec son cousin en chemin, mais il se disait qu'ils auraient la journée de train pour ça. Les deux garçons ne s'étaient quasiment pas vu de tout l'été, Magnus avait attendu que son aîné fasse le premier pas, après tout il était plus vieux de quelques mois, ce devait donc être lui qui fait le premier pas en toute logique. Il ne l'avait pas fait. Sauf rassemblement familial pour l'anniversaire de Magnus, quand même. Mais le garçon avait l'impression qu'il avait loupé tellement de trucs importants dans la vie de son cousin qu'ils ne savaient plus trop comment se parler.

Après une bonne dizaine de recommandation de dernière minute de la part de ses parents, un câlin à chacun et des grands signes à la porte du wagon, le Poudlard Express prit la direction de l'Écosse et abandonna Londres derrière lui.

Magnus rejoignit Alan dans le compartiment où leurs parents respectif avaient déposé leur affaires, dans une tentative pleine de bonnes intentions d'obliger les deux garçons à partager un espace commun et confiné pendant environ 6 heures. Le jeune garçon hésita un instant sur le comportement à adopter avec son cousin avant de pousser la porte du wagon. Il avait l'impression qu'Alan ne l'aimait plus ou n'avait plus besoin de lui et il ne savait pas comment lui en parler sans lui faire de reproche. Après tout c'est vrai qu'avec Prudence ils avaient fait plein de trucs interdits et que Magnus, les trucs interdits c'était pas son truc

Il s'installa sur la banquette faisant face à Alan sans dire un mot.

Peut être que ce n'était pas vraiment à lui de faire le premier pas après tout c'est lui qui avait été mis de côté.

Magnus aurait aimé sortir son fiddle et jouer un peu mais il craignait de déranger Alan. Alors il sorti de son sac une boîte contenant de nouvelles gemmes qu'il avait trouvé en allant à la plage quelques jours plus tôt et entreprit de les classer selon un système qui lui était bien particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 734
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Dim 5 Fév - 19:50

Alan avait passé les meilleures vacances de sa vie. Il était retourné au pays, avait revu les lochs Irlandais, la mer, ses parents, ses cousins de Kinsale, avait arpenté les forêts qui lui étaient si chères et avait - pour couronner le tout - passé le plus clair de son temps avec Prudence, sa meilleure amie. Les vacances avaient été inoubliables, sans tâche, parfaites. Enfin, parfaites, certes l'ombre de Magnus flottait inlassablement depuis juillet sur lui, et force était de constater que l'absence de son cousin n'avait pas été si bénéfique que cela. Alan dirait le contraire, bien entendu, d'ailleurs le Poufsouffle avait joué la comédie comme jamais pendant tout l'été. Un visage heureux 24h/24 aurait dû attirer les soupçons de ses proches Alan étant plutôt changeant, mais Prue avait tout gobé été convaincue, ce qui était le principal. Pas question que quelqu'un sache que Magnus lui manquait. Magnus qui, d'ailleurs ? Ce monstrueux cousin qui l'avait critiqué à Poudlard et qui n'avait pas fait le moindre premier petit pas vers lui depuis ? Il se permettait, lui, de lui dire en face qu'il avait l'air d'un imbécile à jouer avec des cailloux ? Non.

Comme de coutume, la fratrie Carmichael-Fitzpatrick et la famille de Prudence se rendaient ensemble à King's Cross pour déposer toute cette jolie marmaille en partance pour Poudlard. Cette année, Sidney et Angus, les cousins de Kinsale d'Alan étaient du voyage, ce qui allait compenser la triste ambiance générée par Magnus. Du moins, il l'espérait.
Alan n'avait pas le moins du monde envie d'adresser la parole au Poufsouffle, malgré les vives protestations de Prue. Pourquoi ce serait à lui de faire le premier pas, pouvait-il savoir ? Il n'avait rien fait de mal, lui. Pas question de lui jeter ne serait-ce même qu'un regard. Dire qu'ils étaient cousins et que cet odieux petit sorcier ne l'aimait plus. Oui, il ne l'aimait plus. Et ce n'était pas les « Mais bien sûr que ton cousin t'aime, tu dis des bêtises ! » de Prudence qui allaient le convaincre. Surtout que dans cette histoire, Alan savait bien de quel côté était la jeune fille. Si elle se figurait qu'il n'avait pas vu ses réactions quand il lui proposait de réviser avec lui, à Poudlard, Judas elle était bien sotte. Il n'était pas né de la dernière pluie, merci pour lui. Et une coalition tacite entre les deux jaune et noir n'était pas à exclure j'ai des yeux partout, petit traitre.

Assis dans le wagon qu'avaient choisi ses parents pour eux, Alan constata avec regret que ce n'était pas Prue qui le rejoint en premier, mais Magnus. Tournant brusquement son regard vers la fenêtre pour faire mine de chercher ses parents, le maintenant 2ème année pria pour que Prue, Sidney ou même Angus soient les prochains à arriver. Et qu'ils ne tardent pas, hein, parce qu'Alan ne comptait pas chopper un torticolis avant d'arriver à Poudlard, merci. Son cousin avait bien évidemment choisi la place en face de lui et il était hors de question qu'il lui parle en premier. D'ailleurs, Magnus lui même n'avait pas l'intention de se lancer.

Seulement, faire la tête à quelqu'un qui n'était pas là était bien plus facile que de la faire à quelqu'un assis en face de vous. Alan attendit que le Poudlard Express quitte le quai, après avoir adressé de nombreux signes de main à sa famille « Oui c'est ça, au revoir. Oui, au revoir. Oui, allez. », sans qu'aucun Irlandais ami ne rapplique t'attends quoi Prudence pour te pointer, le déluge ?, pour flancher. Avoir Magnus en face de lui et l'ignorer était maintenant devenu trop dur, Alan ne pouvait s'y résoudre, c'était son cousin oui je change d'avis très rapidement, et non je ne suis pas bipolaire.

« Alors... Content de revenir à Poudlard ? »

Lança t-il, froidement digne héritage des Carmichael, conscient qu'un « Tes vacances se sont bien passées ? » aurait été déplacé, dans la mesure où il l'avait ignoré pendant 2 mois. Désolé, mais Alan ne pouvait pas faire mieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 152
Âge : 12 ans [04.08.2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lisa

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Mar 7 Fév - 23:06

Quand Magnus remarqua que son cousin tournait délibérément la tête vers la vitre afin d'éviter de devoir le regarder, le jeune garçon senti ses yeux le picoter. Et il n'était pas du genre à pleurer pour rien Magnus, par exemple, ce matin même il n'avait pas du tout eu besoin de retenir ses larmes quand il avait fallu dire au revoir à Morel, le setter irlandais de la famille. Il expira lentement par la bouche en essayant de ravaler ses sanglots. Il connaissait bien Alan, ils avaient, pour ainsi dire, grandit ensemble et certes, on avait bien expliqué à Magnus que parfois en grandissant les gens perdaient contact parce qu'ils s'étaient trop éloignés et qu'ils n'avaient plus suffisamment de choses en commun, mais clairement ça ne s'appliquait pas à lui. Clairement Magnus et Alan avait des tonnes de trucs en communs. Pour se rassurer et penser à autre chose qu'à cette boule qui grandissait dans sa gorge et au fait que son cousin préféré l'ignorait royalement, Magnus commença à énumérer mentalement les choses qu'Alan et lui avaient en commun. L'Irlande, le quidditch, la nature, la musique, les yeux bleus et encore plein d'autres choses qu'il oubliait, mais au moins il avait réussi à ravaler ses sanglots.

Il se concentra à nouveau sur ses cailloux avant de voir Alan se tourner vers lui. Se pouvait-il ? Allait-il ? Vraiment ? Magnus redressa la tête, les yeux pleins d'espoir, un sourire sur le point de se former au coin des lèvres. Alan allait s'excuser de l'avoir ignoré et tout rentrerait dans l'ordre. Ils se prendraient, bras dessus, bras dessous, danseraient quelques pas de danse avant d'aller clamer à tout le Poudlard Express ou au moins à qui voudrait l'entendre que Magnus Fitzpatrick et Alan Carmichael s'étaient rabibochés, on pouvait commencer l'année scolaire tranquillement, tu crois que tu nous fais peur la Menace ? Mais c'est rien à côté de Magnus et Alan fâchés ! Mais son sourire retomba comme un soufflé trop cuit. Alan ne s'excusait pas, loin de là, il faisait la conversation.

Il-faisait-la-conversation...

Magnus était trop abasourdi pour répondre quoique ce soit, son cousin préféré (le seul en fait), la CHAIR DE SA CHAIR, lui faisait la conversation ?! Qui était-il ? LA BOULANGERE ?
Magnus était à la fois complètement outré parce qu'Alan venait de dire et définitivement désespéré sur le sort de leur amitié. S'il avait était d'humeur théâtrale il se serait jeté à genoux sur le sol du compartiment, levant les bras au ciel et hurlant un très très long non. Mais il n'était pas d'assez bonne humeur pour être amusant.

Complètement défait il fit un petit bruit de pet avec sa bouche et haussa les sourcil, montrant sarcastiquement combien la question d'Alan volait haut.

En plus il n'y avait pas que la question, il y avait le ton, il y aurait eu un détracteur dans le compartiment qu'il n'aurait pas été plus froid. Pourquoi posait-il la question s'il en avait de toute évidence rien à faire, hein ? Et après on allait bifurquer sur quoi ? Le temps qu'il faisait ? Le cadeau d'anniversaire qui venait visiblement de son oncle et de sa tante ? un livre, non mais vraiment, ils auraient au moins pu se renseigner, prendre un truc sur les cailloux. Sa super meilleure amie mademoiselle Prudence Faraday.
N'y tenant plus il répondit à Alan du ton le plus sec qu'il avait en magasin

-Trop.

Avant de pousser un soupir à faire naviguer le bateau de Dumstrang.
Voilà, il avait à nouveau envie de pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 734
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Jeu 16 Fév - 20:27

Alan lança le regard le plus froid qu'il avait en magasin à son cousin, quand Magnus imita un bruit de pet et lui répondit un nonchalant "Trop." qu'Alan situait – environ – plus bas que le niveau de la mer. Il était sérieux là ? Alan faisait un effort pour faire le premier pas alors que Magnus n'avait jamais songé à s'excuser durant deux mois et Miss Fitzpatrick se payait le luxe de jouer les divas. On rêve ! Qu'il n'inverse pas la situation, c'était lui qui était en tort et qui avait été blessant en CM2 l'an dernier.

- Trop ?

Les yeux bleus d'Alan crachaient des éclairs. Tout d'un coup, deux mois de silence, de rancunes, d'incertitude, d'incompréhension et de regrets se changeaient en colère. La fierté du Poufsouffle lui hurlait qu'ils n'étaient pas deux à avoir tort alors que si, mais que Magnus, dans ses paroles, n'avait pas pensé au mal qu'il avait fait à Alan. On ne traitait pas son cousin de ravagé, avant de claquer la porte du dortoir et de l'ignorer juste après, sans même penser à s'excuser plus tard. Avoir eu de surcroit les même critiques (moins virulentes, certes) de la part de Prue, ça n'était pas trop passé. Et depuis, Magnus n'était pas venu s'excuser et l'ignorait, donc normal qu'Alan l'avait mis de côté. Il n'était pas Mère Théresa.

- Si ma présence te dérange, je peux trouver un autre compartiment, il n'y a pas de soucis.

A présent, c'était la guerre. Si l'Irlandais avait quelque chose à dire, qu'il prenne son courage à deux mains et qu'il le dise. S'il avait un truc à lui reprocher, c'était le moment de le dire, pour Alan du moins, l'abcés était crevé. Il n'y avait aucun problème, Alan voulait bien qu'on lui dise ce qu'il avait fait de mal, mais il ne supportait pas les hypocrites qui se croyaient plus fort que le roquefort et qui n'avouaient pas ce qu'ils pensaient. "Trop ?" "Trop ?" Aie au moins le courage de m'ignorer franchement ou d'avoir des remords, au choix. Sans rire.

Alan pouvait être très froid quand il voulait (il n'avait qu'à imiter papa) mais il avait également le sang chaud de sa mère et quand la situation le touchait beaucoup il lui était difficile de faire semblant.

- Oh et puis non, j'étais là avant. Je ne vois pas pourquoi je partirais. Je n'ai rien fait de mal, moi.

Alan tourna son visage vers la fenêtre, l'air visiblement énervé. Il ne savait pas pourquoi, mais Magnus lui donnait le sentiment d'être dans son droit, et c'était ça qui l'énervait. Comment pouvait-il penser ne pas être en tort ? Il avait quelque chose contre lui ?
Mais il n'avait rien fait ! A part lui proposer un programme de révision tellement parfait que Minerva McGonagall en aurait pleuré de joie en toute modestie, en fin d'année. Le but était de réviser à trois pour avoir de meilleurs résultats parce que oui, Alan voulait aussi que son cousin et son amie réussissent, scolairement parlant. Et s'ils n'avaient pas besoin de lui, il y avait des manières de le dire. Sans crier, déjà, et surtout sans traiter son cousin de 'ravagé' et de 'maniaque de l'organisation'. Alors oui certes, Alan était parfois un peu enthousiaste et aimait bien contrôler des situations quand Magnus et Prue préféraient la spontanéité, mais ça n'excusait rien. Ça n'excusait pas qu'on dise ça à son cousin. Et ça n'excusait pas de ne pas faire le premier pas.

(580)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 152
Âge : 12 ans [04.08.2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lisa

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Ven 17 Fév - 1:21

Tout le monde chez les Fitzpatrick savait avant même que Magnus ne mette un pied dans le Poudlard Express que le garçonnet allait être réparti chez les Poufsouffles, enfin sauf si Alan et Prue s'étaient retrouvé parachuté dans une autre maison auquel cas Magnus aurait probablement pris la décision de changer de maison à la place du choipeau. Le blondinet était un être sensible, il n'y avait pas une once de méchanceté à l'intérieur de lui, il n'avait aucune ambition que celle qu'on lui laisse passer le plus de temps possible dehors et était incapable de briser une quelconque règle. C'est pourquoi il aurait pu paraître un peu étonnant que le garçon garda une rancune aussi longtemps, car vraiment ce n'était pas la fierté qui l'étouffait. Néanmoins il était extrêmement buté, il avait décidé, il était certain même ! que c'était à Alan de lui présenter ses excuses. Et comme toutes les bonnes excuses, s'il demandait à ce que son cousin s'excuse celles-ci n'auraient aucune valeur. Alan devait donc deviner, par lui même, que c'était ce que le benjamin de notre formidable trio attendait, c'était pourtant bête comme chou.
Magnus savait parfaitement qu'en répondant en monosyllabe à Alan ce dernier aller forcément prendre la mouche, il avait un peu tendance à réagir à tout et n'importe quoi avec un maximum d'excès, il y avait qu'à voir la déprime de 6 mois qu'il avait fait en début de première année parce que l'Ècosse n'était pas l'Irlande. Le garçon avait vu juste car Alan démarra au quart de tour et Magnus ne pu s'empêcher de grimacer en croisant son regard furieux.
Lorsqu'il répéta ce qu'il venait de dire, Magnus songea pendant le plus bref des instant qu'Alan allait peut être se lever pour le tabasser et eu un mouvement de recul imperceptible sur sa banquette. Oui, Magnus avait souvent peur qu'on en vienne au mains, c'était un peu sa hantise parce qu'il n'avait aucune notion de comment se battre, en plus il ne voulait pas abîmer ses mains, comment ferait-il pour jouer de Minus après, hein ? Pouvait-on se battre avec les coudes ? Oh et pourquoi pas un coup de tête ? mais non, Alan était déjà un peu plus grand que lui...Est-ce que la distance entre les deux banquettes était suffisamment grande pour que Magnus utilise ses pieds pour repousser Alan si jamais il lui prenait l'envie de lui sauter dessus ?
Soudain Alan lui signifia qu'il pouvait très bien quitter le compartiment et la déclaration fit l'effet d'une gifle à Magnus et tout comme une gifle ses yeux s'embuèrent, si Magnus avait refoulé ses larmes un tout petit peu plus tôt, cette fois si elle roulèrent sur les joues du garçon comme les fromages au bas de la colline, dans cette course traditionnelle étrange du Gloucester. Sa bouche se contracta dans une expression tendue qui essayait tant bien que mal de contenir les sanglots du garçon. Puis Alan lui porta le coup de grâce et Magnus se leva d'un bon

- C'eéééÉÉst dégueulaAAAaaaAAsse ce que tu, il suffoqua un peu tentant de ravaler ses sanglots, dis. T'as paAAaaaAA l'droit d'me me me me parlééÉÉÉÉr comme çççççça. Ses pleurs prirent le dessus pendant quelques secondes et il s'essuya misérablement les yeux.

Comment Alan pouvait être à ce point aveugle pour considérer que de l'avoir laissé de côté à de nombreuses reprise pour ensuite l'ignorer complètement quand Magnus avait osé l'ouvrir, c'était n'avoir rien fait ? Magnus n'arrivait pas à s'arrêter de pleurer, toute la frustration et la tristesse dû à l'absence de son cousin resurgissait et maintenant que les vannes étaient ouverte il était impossible de faire machine arrière, le Titanic allait couler.

- Moi MOI j'ai rrirririeeen fait Alaaaaaaan. C'est toooooooooouuuuuuuaaahhh, mmmmonsieur le cocomandant en chef. Bwwaaaawawwaaaa et puuuisOuuuuiiiiin moi jeejejeje bwwwaaaawaa touoooujouuuurs lalalal poouououbwawawa.
Les propos de Magnus devenait inintelligible, plus il pleurait plus il voulait lâcher ce qu'il avait sur le coeur, moins ce qu'il parvenait à articuler n'avait de sens, plus il s'agaçait de ne pas réussir à se faire comprendre moins ce qu'il disait avait de sens. En somme on était mal barrés.

[687]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 734
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Ven 17 Fév - 8:30

Alan avait la chance d'avoir grandi dans un foyer où ses parents voyaient la vie d'une façon diamétralement opposée, mais cependant fort complémentaire. Isleeen Fitzpatrick Carmichael, sa maman, était quelqu'un de très spontanée, très ouverte et très empathique. Elle était pleine de vie et adorait son métier de joueuse de Quidditch professionel, même si son enfant était toujours passé avant. A Poudlard elle était travailleuse – car répartie à Poufsouffle ce qui ne voulait absolument rien dire, en fait, quand on voyait la nouvelle génération – mais sa qualité essentielle était son incroyable loyauté. Elle était entourée de bon nombre d'amis et sa joie de vivre n'avait d'égal que son dynasmisme.
Eddie Carmichael était un Serdaigle assez réservé, renfermé et studieux. Durant ses 3 premières années scolaires, Eddie n'avait qu'un seul ami, son camarade de dortoir. Travailleur dans l'âme, plutôt intelligent et adorant la lecture original pour un Serdaigle, il privilégiait sa réussite scolaire à la qualité de ses relations sociales. Ses parents à lui, avaient aussi grandi comme ça : assez isolés, ne comptant que sur eux-même pour réussir et fiers d'y être arrivé seul. Eddie reproduisait.
Alan était un savant mélange de ses deux parents.
Il était loyal et altruiste avec les gens Je t'ai entendu Magnus ! Arrête de rire., mais avait quand même ce côté très casanier, très solitaire et indépendant de papa. Alan avait du mal à s'enlever de l'esprit l'image de papa lisant dans sa bibliothèque sombre durant des heures pendant que maman elle, sortait avec ses copines et passait le plus clair de son temps en l'air, sur un balai. Comment ne pas être original quand on était l'enfant unique d'un couple aussi désassorti ?

- Ah, c'est reparti, je suis le commandant en chef, maintenant !

Alan leva les yeux aux ciel, il trouvait déjà sidérant que Magnus puisse crier haut et fort qu'il n'avait rien fait mais alors qu'il en rajoute une couche ! Il avait la mémoire courte ou quoi ? Non parce que les mots de son cousin résonnaient encore dans sa tête comme de grands coup de marteau, depuis 3 mois. Jamais ils ne s'était critiqués, jamais ils ne s'étaient fait la gueule, jamais ils ne s'étaient criés dessus. C'était la première fois de leur vie. Il fallait dire que non plus, ils n'avaient jamais vécu 24 heures sur 24 ensemble. Et c'était le cas depuis l'an passé : Alan et Magnus dormaient ensemble, se lavaient ensemble, déjeunaient ensemble, allaient en cours ensemble, et le soir dans la salle commune de Poufsouffle avant de se coucher ensemble, ils faisaient leur devoir côte à côte des fois, quand Alan était vraiment très en retard. C'était normal que deux caractères aussi discordant que ceux des parents Carmichael-Fitzpatrick fasse, à un moment donné des étincelles. Et puis sans parler du fait qu'Alan avait besoin de temps pour lui et loin des gravillons de Magnus, Prudence était sa meilleure amie depuis toujours et il passait depuis son enfance plus de temps avec elle qu'avec son cousin. C'était normal après tout, elle n'avait pas la chance de faire partie de la famille, il fallait la traiter avec plus d'égarts. Magnus avait toujours très bien compris ça, et n'avait jamais fait aucune histoire jusqu'à aujourd'hui.

- Et je peux savoir ce que j'ai fait moi ? Il ne me semble pas t'avoir traité de 'ravagé de l'organisation', de 'taré du devoir' ou de je ne sais plus quoi.

Puis, vexé parce que Magnus venait de le traiter de commandant en chef alors qu'on savait tous que c'était Prudence qui décidait qu'il n'avait l'impression de commander personne, surtout deux esprits libres comme ceux de Prue et Magnus, il ajouta :

- Et puis je suis pas un commandant en chef...

Certes, papa avait ce côté là autoritaire et sûr de lui qui faisait que des fois, il décidait pour deux. Alan avait déjà entendu maman et papa se disputer à cause de ça. Serait-il possible qu'il soit pareil ? Non, c'était impossible, il n'était pas comme ça, personne ne l'écoutait jamais. Si c'était le cas, s'il l'était devenu, c'était uniquement parce que Magnus et Prue étaient deux vrais têtes de mule et qu'avec le temps, il avait dû tenter de se faire une place parmi eux deux et de s'imposer. Et ça n'avait même pas marché en plus, Magnus continuait de collectionner ses cailloux et Prue arrivait toujours à lui faire faire ce qu'elle voulait Pré-au-Lard, nous voilà bientôt !. Alors certes, il aimait avoir une table ordonnée pour faire des devoirs et un plan détaillé pour mieux réviser, mais ça n'avait rien d'extraordinaire ! Tout le monde faisait ça et les autres sont des hippies.

Le petit sorcier était cependant en train de pleurer à chaudes larmes et c'était carrément devenu embarassant. Magnus n'avait pas pleuré depuis longtemps comme ça et Alan en était le premier choqué. "Vas-y, ferme la porte du comportiment s'il te plait, j'ai peur qu'on t'entende. Et qu'on te voit. Et qu'on me voit avec toi.". La dernière fois, tonton Wayland avait donné une fessée à Magnus parce qu'il avait été accusé à tort d'une bêtise qu'il n'avait pas commis. Magnus avait mis des jours à s'en remettre et Alan était si choqué d'avoir du son cousin se faire battre fesser et pleurer just'après qu'il n'avait pas pu trouver les mots pour le réconforter. Encore une fois, heureusement que Prudence était là.

Là, c'était pareil, mais en pire. A présent Magnus hurlait à la mort ne pouvait même plus parler tellement il pleurait et vu qu'ils avaient maintenant 12 ans et qu'ils étaient à Poudlard, c'était devenu très gênant. Extrêmement gênant même, parce qu'il avait une réputation à tenir, merde ! le Poudlard Express était loin d'être désert et que quelqu'un pouvait arriver à tout moment. Alan préféra ne pas surrenchérir pour laisser du temps à son cousin de se calmer. D'un il n'aimait pas le voir pleurer, de deux la discussion n'avancerait nulle part avec des "bwwwa, bibobbu, arrrriippp" chargés de sanglots. Il lui fallait du temps, Alan savait que deux mois de frustration venaient de sortir à cet instant là. Il ne comprennait juste pas qu'elle frustration pouvait ressentir son cousin. C'était lui qui était frustré aux dernières nouvelles, non ? Et si à chaque fois que Magnus avançait un argument pour s'expliquer, il balançait une nouvelle critique, il était clair que le débat n'allait pas avancer.

(1063)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 152
Âge : 12 ans [04.08.2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lisa

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Sam 18 Fév - 14:08

Magnus n'arrivait pas à comprendre comment Alan pouvait encore croire qu'il n'avait rien fait de mal. Se fichait-il si peu de ce que les autres pouvaient ressentir pour penser qu'il était dans son droit ? Pourtant d'eux deux, c'était certainement Alan qui avait l'esprit le plus vif, Magnus avait les idées, parfois loufoque certes, mais c'était toujours Alan qui se chargeait de la réalisation, c'était lui l'esprit logique. Magnus avait certes beaucoup d'imagination mais il avait un peu trop tendance à la rêverie pour être aussi efficace que son cousin. Le jeune garçon voulait juste qu'il s'excuse de l'avoir laissé de côté, il ne songeait même pas qu'Alan ait pu avoir quoique ce soit à lui reprocher.
À travers les larmes qui brouillait sa vision Magnus arrivait quand même à se rendre compte que son aîné ne ressentait aucune compassion face au spectacle accablant du jeune Fitzpatrick entrain de geindre comme un lamantin à qui on a retiré sa laitue de mer. Non pas que Magnus se soit mis à pleurer pour adoucir Alan, s'il avait pu éviter de ressembler à un blobfish pour sa deuxième rentrée à Poudlard ça lui aurait été aussi voyez-vous ? Mais généralement les gens étaient plus doux avec une personne triste, soit pour qu'ils arrêtent de pleurer, soit parce qu'ils compatissait, Alan faisait apparemment parti de ceux qui s'en battait l'oeil avec une patte de doxy, voir même ceux que ça énervait. Et cet énervement calma aussitôt notre petit bouchon, il était interloqué, pourquoi son cousin était-il si en colère ? Est-ce que c'était les hormones de l'adolescence et qu'Alan entrait dans la période où chaque chose devenait potentiellement source d'angoisse existentielle ? Est-ce qu'Alan était triste de quitter l'Irlande une fois de plus et avait décidé de passer de la tristesse à la colère, histoire de varier les émotions d'année en année ? Est-ce que Prudence et lui s'étaient disputés et Alan reportait sa frustration sur son cousin ? Est-ce qu'enfin, Magnus avait fait quelque chose de mal ?
Hébété, de grosse larmes encore accrochées au bord de ses yeux, mais les sanglots ayant pris fin, le jeune Fitzpatrick regardait Alan avec des yeux rond. Non seulement il lui en voulait mais en plus il ne se rendait pas compte qu'il l'avait blessé.
La voix encore chevrotante, mais de nouveau intelligible, Magnus demanda médusé

-Tu m'en veux POUR ÇA ? Tu m'as laissé moisir tout seul pendant deux mois pour ce que j'ai « osé » dire quand t'as voulu m'imposer TON PROGRAMME DE RÉVISION TORDU ?

Il y avait pas que son programme de révision qui était tordu finalement, Alan était purement et simplement un psycopathe...Magnus se rassit et commença à ranger sa boîte de caillou dans son sac. Il était hors de question qu'il essaie de résonner Alan, et après on osait dire que c'était Magnus qui était un peu bizarre. C'était l'hopital qui se foutait de la charité.

- J'avais bien compris que tu voulais te débarrasser de moi, t'aurais pu trouver un meilleur prétexte.

C'était donc bien vrai, il ne l'aimait plus, un haut le coeur secoua Magnus. Tout ce qui c'était passé l'année précédente faisait sens, il avait cherché à l'évincer, faisant des trucs interdit avec Prudence pour être certain que Magnus ne se joigne pas à eux et trouvant un prétexte débile pour lui faire la tête. Le trouvait-il ennuyeux ? Était-il fatigué de devoir être constamment avec son cousin ? Mystère

-Tu sais quoi, c'est pas grave. Je suis plus un bébé, je peux me débrouiller tout seul. Je suis sûr que plein de gens voudrons joindre M3 et on a pas besoin d'un harpiste de toute façon.

Il se mordu l'intérieur de la joue pour s'empêcher de recommencer à pleurer. C'était faux, évidemment que M3 avait besoin d'un harpiste! Magnus n'était habituellement pas du genre à blesser volontairement les gens, mais il ne pouvait pas s'accrocher indéfiniment à Alan alors que celui ci en avait clairement plus rien à faire de lui.

[645]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 531
Âge : 12 ans (27/07/2000)
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Mar 21 Fév - 21:37

Contrairement à ses habitudes, Prudence n'avait pas collé aux basques des cousins terribles de Magnus et d'Alan après être montée à bord du Poudlard-Express ("Ouais, ouais, maman, promis, juré, craché sur le quai, que je vais t'écrire, mais lâche-moi maintenant, parce que si tu m'embrasses encore une fois, je meurs de honte..."). La jeune sorcière avait déclaré, d'un air à la fois mystérieux et très affairé, qu'elle avait des "trucs à régler" avant de poser ses fesses dans un compartiment pour les longues heures de voyage qui les séparaient de l'arrivée à l'école. En réalité, elle espérait surtout mettre la main sur Viska et Tempérance, pour discuter avec l'une des derniers événements de l'été - elle avait surpris une conversation fascinante entre sa mère et ses grands-parents - et demander à l'autre si elle voulait bien continuer à lui apprendre des sortilèges interdits "de grande" pendant l'année.

Tandis qu'elle progressait de wagon en wagon, Prue croisa un certain nombre de têtes connues, parmi lesquelles celle de Louise Blue, sa voisine de dortoir, dont elle avait plus ou moins oublié l'existence pendant les vacances. Elle en conçut un peu de honte. Louise était dans la même année qu'elle, occupait le lit à côté du sien et avait toujours été gentille avec Prudence, qui - quelle ingrate ! - n'avait pas pensé une seule fois à elle durant les vacances. Elle dissimula sa gêne sous une exubérance suspecte quand elle salua sa camarade ("Ooooooh ! Louise ! Je suis trooooop contente de te voir ! Tu m'as tellement manqué ! J'ai hâte que tu me racontes tes vacances mais pas maintenant parce que je dois retrouver des gens plus importants que toi !"), et s'acheta une conscience en refourguant à la Poufsouffle une poignée de caramels achetés durant les vacances ("Tu vas voir, ils sont si bons qu'on a du mal à partager... Mais comme c'est toi, je consens volontiers à ce sacrifice, hein ! T'es quand même ma seule copine de dortoir préférée !"). Avant de quitter Louise, elle s'était même entendu lui promettre une soirée pyjama, aussitôt le banquet de rentrée terminé, pour rattraper les deux mois de séparation estivale. Mais au nom des chaussettes de Merlin, qu'allaient-elles bien pouvoir se dire ? Lucide, Prue songea qu'elle s'endormirait sans doute bien plus tôt que ce qu'elle avait prévu, ce soir-là.

Le vague sentiment de culpabilité qu'elle éprouva après avoir rencontré Louise - mais était-ce sa faute, à elle, si sa camarade était aussi barbante ? - s'effaça vite, pendant qu'elle remontait les couloirs du Poudlard-Express. Elle avait l'impression d'être très mature, comparée à tous ces bébés qui entraient en première année, et qui avaient envahi le train. Ils semblaient tantôt surexcités, tantôt totalement flippés mais, quel que fût l'état de leurs nerfs, Prue trouvait qu'ils étaient trop mignons, et elle bombait fièrement le torse chaque fois qu'elle en apercevait un, pour bien montrer, qu'elle, elle était une grande de deuxième année, et qu'elle connaissait déjà tout un tas de sortilèges importants, comme Lumos, Nox, Wingardium Leviosa et Alohomora, vachement pratiques quand on voulait forcer l'entrée de la bibliothèque en pleine nuit au quotidien. Elle regrettait presque de ne pas avoir enfilé son uniforme, qui lui eût certainement donné plus de prestance que son short rouge (Merlin ! N'allait-on pas la confondre avec une vulgaire Gryffondor ?), mais son enthousiasme retomba quand elle découvrit une véritable guerre des bagages au niveau du troisième wagon. Apparemment, tout un groupe d'élèves avait jugé malin de laisser des malles et des cages à hiboux au beau milieu du passage, si bien qu'il était difficile de passer par dessus cette barricade sans risquer de se briser la nuque... Or, Prudence tenait à conserver son intégrité physique, d'une part parce que passer sa première nuit à l'école à l'infirmerie n'était pas très engageant - et puis ses parents, échaudés par les incidents de l'année passé, en feraient une jaunisse et la retireraient aussi sec de Poudlard - d'autre part parce qu'elle tenait à rester entière pour passer les sélections de Quidditch.

Avec un grognement dépité, Prudence fit volte-face ("Ah, ces bébés de première année, même pas capables de faire rentrer les malles dans les filets !"), et se fraya un chemin jusqu'au compartiment dans lequel elle avait vu Alan s'engouffrer, au moment où le train s'ébranlait.
- C'est dingue, y'a des valises partout dans le couloir, j'ai même pas pu trouver Tempérance ! La dame qui vend des friandises va pas être jouasse, quand elle va devoir faire passer son chariot par dessus tout ce bazar... J'suis sûre que... Oh... avait-elle commencé, en ouvrant la porte. Elle s'arrêta net quand elle découvrit la tête que faisaient les deux cousins, et faillit faire demi-tour, pour fuir l'atmosphère glaciale qui régnait dans le compartiment ("Oups, pardon Messieurs, je vous ai confondus avec deux sympathiques Irlandais..."). Elle hésita un instant, mais finit par entrer et s'asseoir précautionneusement en face d'Alan.
- Alors... ça roule ? demanda-t-elle maladroitement.




     

Meilleure Poufsouffle 2017

Prudence Faraday

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 734
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Ven 24 Fév - 8:24

- Je t'ai... laissé moisir ?! Attends, t'avais juste qu'à t'excuser et c'était oublié ! T'es même pas venu me voir !

Alan ne réagit pas au 'programme de révision tordu', le débat allait vite être stérile si les deux cousins s'envoyaient des fions sans même essayer d'avancer la discussion. Magnus cherchait à le provoquer, il cherchait à lui faire dire des choses qu'il ne pensait pas, en pleurant bien fort. Il voulait pouvoir dire, plus tard, que son cousin lui avait balancé "telle insulte" et "telle insulte", sans ménagement et qu'il était à plaindre. Et il y mettait du cœur ! Mais ça ne marcherait pas. Alan n'avait jamais été blessant avec des mots et ça ne commencerait pas aujourd'hui. Que son cousin pleure le touchait beaucoup, évidemment -il détestait le voir triste et le voir pleurer- mais il trouvait encore plus révoltant que Magnus ne se remette pas une seule seconde en question. Il venait de lui dire franchement ce qui n'allait pas et lui, il inversait totalement la situation. D'un il trouvait la raison d'Alan absurde, de deux, pas un seul instant il n'avait songé à s'expliquer lui. Comment Alan pouvait deviner que son cousin avait subitement pris Prudence en grippe et était jaloux d'elle ? Comment pouvait-il deviner que son crétin de cousin était jaloux qu'Alan soit allé de force dans la forêt interdite avec elle ?! Ça relevait tellement de la 4ème dimension que même pour Magnus Fitzpatrick, c'était farfelu.

Magnus lui porta le coup de grâce quelques seconde plus tard. Ça y'est, on y était. Le point de non-retour. Magnus – non content de ne pas avancer le moindre argument dans ce débat qui avait tout du 'je suis en tort, je le sais, donc je vais biiien te donner mauvaise conscience en n'avançant aucun argument pour que ce soit toi, qui sois en tort' – venait de lui donner le coup fatal. Son cousin venait, purement et simplement, alors qu'ils étaient en train de parler et de vider leurs sacs afin de se rabibocher, de le virer de M3. M3 : Magnus and the Melodics Mermaids, le groupe de musique au nom de son cousin certes, mais dont ils étaient les deux créateurs. Magnus venait de le congédier, de lui dire qu'on n'avait pas besoin de lui. Un harpiste ça faisait manifestement tâche, il se garda d'ailleurs de lui dire qu'un chanteur aussi, ça ne servait à rien dans un groupe de musique.
Plus choqué et vexé qu'énervé, les larmes montèrent aux yeux d'Alan, qui ne pouvait pas en croire ses oreilles. Il y'avait des bases, des fondamentaux, des choses auxquelles on ne touchait pas. Des choses à ne pas dire, pas faire, des choses que même quand on était fâchés on ne s'amusait pas à formuler. Des choses qui faisaient si mal qu'on savait, qu'une fois qu'on les dirait, que rien ne serait plus pareil après. Par exemple dire à Prudence qu'elle n'était pas sa meilleure amie. Ou dire à ses parents qu'il n'était pas leur fils. Là, Magnus avait franchi le pas.

- ...

Il ne sut quoi dire, il ne pouvait parler. Ses yeux étaient embués de larmes et Alan peina à distinguer Prue, quand elle arriva toujours au bon moment, dans leur compartiment. Il tenta bien d'articuler quelque chose, mais Magnus avait largement gagné le duel du cousin le plus méchant. Il était peut être le plus blessé, mais plus depuis cet instant là, c'était Alan, à ne pas en douter sans aucun doute.

Prue lui porta le coup de grâce quand elle décida de s'asseoir à côté de Magnus. Si ça ce n'était pas un signe du destin. A peine rentrée, à peine au fait de la dispute qui s'abattait sur les cousins, l'Irlandaise choisissait déjà un camp, comme pour donner tort à la fois à Magnus, et aussi à Alan. Très bien... si tout était contre lui, rien ne servait de lutter.

Il se leva, ne sécha pas ses larmes car le faire d'un geste de la main venait à valider leur présenter parce que personne ne les a vues, t'inquiète, et lança, la voix tremblante.

- Je vais me trouver un autre compartiment.

Il sortit, ferma la porte, sécha ses larmes (il ne voulait pas quelqu'un le voit) et chercha un nouveau endroit où aller. Il chercha surtout Angus et Sidney, avec qui il pourrait faire le voyage. Ses deux petits cousins étaient tout nouveaux à Poudlard et ils auraient besoin de quelqu'un pour les guider. Il avait en ce moment besoin d'eux pour oublier ce qu'il venait de ses passer. Du moins peut être, parce que la présence d'un détestable cousin comme lui n'était pas désirée par tout le monde.

(Terminé pour Alan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 152
Âge : 12 ans [04.08.2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lisa

MessageSujet: Re: Le temps des reproches   Mer 8 Mar - 16:16

Lorsqu'Alan affirma à Magnus qu'il n'aurait eu qu'à s'excuser pour que son cousin daigne lui accorder de l'attention, les sourcils du jeune garçon se haussèrent si significativement qu'ils étaient à la limite de s'envoler au-dessus de sa tête, heureusement ils furent retenus par son épaisse frange. La piètrerie de cette attaque surprenait le garçon plus qu'autre chose. Est-ce que son cousin était devenu aussi mesquin pour le bouder aussi longtemps parce qu'il ne s'était pas excusé d'un bref accès d'agacement face au programme de révision de son aîné? C'était tout bonnement aberrant. Magnus en était comme deux rond de flan, immobile et prêt à se faire gober tout cru.
Il ouvrit la bouche, puis la referma, et la rouvrit encore, tel un poisson hors de l'eau.

-Quoi ?

Parvint-il enfin à articuler, particulièrement loquace. Mais Alan n'avait pas l'air d'avoir particulièrement envie de développer. Magnus chercha une réponse plus élaborée dans les yeux d'Alan, après tout c'était comme regarder dans un miroir, c'était la même incompréhension, la même colère, la même tristesse, leurs émotions étaient tellement similaires qu'on aurait pu penser qu'ils étaient sur la même longueur d'onde. Malheureusement Magnus avait toujours passé plus de temps à s'intéresser aux cailloux à la nature qu'à ses compatriotes humains, et s'il voyait bien qu'Alan était chaffouin, la subtilité des différentes émotions de son cousin lui passait complètement au dessus de la tête tant il était submergé par sa propre colère et sa propre incompréhension. Son visage froissé et les larmes encore aux bords des yeux il attendait mais rien ne venait.
Rien à part Prudence qui rentra à ce moment là dans leur compartiment. Magnus avait toujours adoré Prudence et son franc parlé le fait qu'elle aussi elle adore explorer et découvrir des trucs. Mais elle était bien plus casse-cou et téméraire que Magnus ne l'avait jamais était et il avait l'impression que depuis qu'ils étaient à Poudlard c'était vers ça qu'Alan c'était tourné. Faire des trucs interdit. Sortir la nuit, ou aller dans la forêt interdite. Même s'il savait bien qu'elle était comme ça, il avait fini par se demander si elle ne faisait pas exprès de proposer ce genre de trucs pour être sûre qu'il ne vienne pas. Il avait lentement mais surement développé un sentiment de jalousie mal placée face à Prudence, il n'aimait pas tout ce temps qu'ils passaient juste tout les deux. Non seulement parce que ça voulait il passait moins de temps avec Alan, mais aussi qu'il en passait moins avec Prudence et c'était dommage, parce qu'ils s'entendait vraiment bien et ils rigolaient bien.
Le jeune garçon sorti de sa torpeur quand la jeune fille posa ses fesses à côté de lui. Qu'est ce que ça voulait dire ? Et est ce que ça voulait dire quelque chose qu'elle s'assoie à côté de lui et non pas d'Alan ? Est ce que c'était une façon de dire « on fait la paix » ? Est ce que c'était pour pouvoir être en face d'Alan ? Est ce que Prudence préférait simplement être dans le sens de la marche ?
Magnus regarda la jeune fille avec circonspection. Mais il n'en était pas de même pour Alan qui se leva brusquement et dit qu'il allait chercher un autre compartiment. Est-ce qu'il boudait aussi Prue ?
Le garçon ne comprenait plus rien.

- J'y comprends plus rien, admit-il à Prudence.

Il avait aussi un peu honte de l'admettre, mais il se sentait coupable, soit Alan entrait prématurément dans sa phase adolescente soit Magnus avait effecivement quelque chose à se reprocher. Il allait falloir qu'il se renseigne sur l'adolescence parce que cette année commençait bien assez mal.

[terminé pour Magnus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps des reproches   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps des reproches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Le Londres Moldu :: King's Cross :: Poudlard Express-
Sauter vers: