AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 PV • A un jet de cheveux près.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 1689
Âge : 03.08.93 ... 19 ans
Actuellement : Assistante de Ernie MacMillan • Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: PV • A un jet de cheveux près.   Lun 6 Fév - 16:40

A un jet de cheveux près.
You've been chosen by this house because you've got the potential to be great, in the true sense of the word
Depuis un an maintenant, Jade était stagiaire au Ministère de la Magie, au département de la Coopération Magique Internationale. Et la jeune femme adorait ça. Elle était tout simplement ravie, chaque matin, de se lever pour aller au travail. Sa vie lui souriait et elle en était ravie. Tout allait merveilleusement bien avec Aiden, qui était sans nul doute l’homme de sa vie et qu’elle n’attendait qu’une chose, de pouvoir épouser. S’ils habitaient ensemble depuis l’été, ils étaient fiancés depuis quelques temps maintenant, le jeune homme ayant fait sa demande à la blonde lors de leur dernier bal de Noël. Cela avait été le plus beau que Jade ai jamais reçu. Et pourtant, pourrie gâtée comme elle l’était, il y avait matière à évaluer. Mais son amour pour Aiden était tellement fort et tellement immuable que la preuve qu’il voulait passer le reste de sa vie avec elle ne pouvait que surplomber tout le reste. Enfin bref. Elle était donc fiancée à l’homme le plus merveilleux de la terre et son travail était juste génial, que demander de plus ? Et bien c’était très simple. Elle voulait une bonne place, maintenant que son stage se terminait. Et elle en aurait connaissance aujourd’hui. Aujourd’hui, son destin serait scellé. Enfin, pas tout à fait, mais presque. Et la demoiselle voulait vraiment être utile et pouvoir aider de son mieux.

Pour l’occasion, Jade avait mis le paquet niveau tenue et maquillage. Elle était déjà tirée à quatre épingles en temps normal, mais elle voulait être sûre de faire bonne impression à son nouveau chef. Elle avait d’ailleurs un doux rêve qu’elle caressait tendrement. Celui d’être l’assistante personnelle de Ernie MacMillan, présent dans le département depuis un bon nombre d’années et qu’elle idolâtrait un peu comme elle avait idolâtré Maximilien et d’autres lors de son adolescence. Alors oui, il y avait beaucoup de sorciers impressionnants au Ministère, et dans le département de Jade encore plus, même que parfois, elle y rencontrait Lexy Terence, qui travaillait maintenant pour le Ministère de la Magie suédois, mais Ernie MacMillan avait une aura particulière qui attirait Jade comme un aimant. Et la demoiselle convoitait donc secrètement la place d’assistante pour ce grand homme.

Elle avait travaillé dur durant son année de stage pour se faire une place de choix dans le service. Et qui disait être assistante de Ernie MacMillan disait forcément voir de nouvelles choses, des choses importantes et qu’elle ne verrait sans doute pas si elle n’était qu’une petite secrétaire -même si elle aurait été une secrétaire de premier choix. C’est donc nerveuse qu’elle arriva dans le couloir menant au bureau du directeur du Service. Elle ne tremblait pas, avait toujours sa fierté de Serpentard qui prenait le dessus sur tout le reste, mais elle n’en menait pas large. Elle n’avait pas envie de voir ses rêves exploser en fumée, parce qu’une autre aurait pu être meilleure qu’elle. Après tout, elle était une Hummingbird ! Ses parents étaient connus dans tout le Royaume-Uni. Bien que Serpentard et Sang-Pur, Jade était loin des stéréotypes racistes. Elle sortait avec un Serdaigle, bon nombre de ses amies étaient des Poufsouffle et elle avait adulé grand nombres de sorciers n’étant pas des Serpentard. MacMillan en étant l’ultime preuve, n’est-ce pas ? Enfin bref. Elle attendit son tour, voyant les autres stagiaires avec qui elle avait passer l’année entrer et sortir, tantôt avec un sourire, tantôt aussi froid qu’un iceberg. Puis se fut son tour. Elle entra dans le bureau, salua son patron et s’assit, attendant, impatiemment que le résultat tombe. « Mademoiselle Hummingbird. Votre travail a été remarquable. Aussi nous avons décidé de vous assigner à un de nos membres, monsieur MacMillan. Vous trouverez toutes les informations dont vous aurez désormais besoin dans ce dossier. Bonne journée. »

Jade remercia son chef et sorti du bureau, dossier sous le bras, ravie. Elle n’avait pas montré sa joie à son supérieur, de peur de paraître un peu hystérique, mais elle laissa sa joie exploser une fois en dehors du bureau. Il fallait à tout prix qu’elle le dise à Connor ! Mais elle devait aussi aller se présenter de suite à son nouveau chef. Sans en attendre d’avantage, elle prit la direction du bureau de Ernie MacMillan et une fois devant, pris une profonde inspiration. Elle espérait qu’il avait déjà été mis au courant… Mais sinon, elle serait la bonne nouvelle de la journée de toute manière ! Elle frappa donc deux petits coups à la porte du bureau, et attendit patiemment qu’on lui offre d’entrer.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 361
Âge : 32 jets de cheveux (7 Octobre 1979)
Actuellement : Adulte [Département de la coopération magique internationale]


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Re: PV • A un jet de cheveux près.   Mar 7 Fév - 22:18

Quand on lui avait annoncé qu’il allait avoir une nouvelle assistante personnelle, Ernie avait commencé par dire que « non, merci, c’est très gentil, mais vous pouvez la garder », ce à quoi on lui avait répondu que « si, merci, il allait la prendre, et il était prié de ne pas discuter, non mais dites donc ». C’en était suivi un échange musclé sur les prérogatives des employés du Ministère, l’intérêt des assistants personnels et l’équité de leurs contrats de travail. Ernie avait fini par céder contre l’assurance qu’on lui laisserait désormais la main sur l’épineux dossier yéménite, pour lequel il avait jusqu’alors dû concilier avec deux fieffés imbéciles, plus habitués aux négociations de bas-étages qu’aux finasseries de la diplomatie africaine, et qu’il soupçonnait d’ailleurs de ne toujours pas savoir placer le Yémen sur une carte du monde. La perspective d’avancer enfin efficacement sur cette affaire ajoutée à celle de récolter tous les honneurs une fois les négociations achevées, compensait bien l’embarras que pouvait causer une assistante personnelle.

Si le jeune homme avait pu se permettre une telle prise de bec avec le directeur de son département, c’est que, après des années de dur labeur, il avait fini par compter, dans le petit monde très verrouillé de la diplomatie sorcière. Grâce au Professeur Slughorn, qui avait appuyé sa candidature, il avait rejoint la Coopération Magique Internationale dès sa sortie de l’école, d’abord comme simple stagiaire, balloté de service en service, préposé aux tasses de thé et aux copies de documents, puis comme employé à part entière. A force de patience, d’abnégation et de nuits blanches, il avait acquis une certaine réputation auprès de ses pairs tandis que ses supérieurs s’étaient mis à lui confier des affaires de plus en plus complexes. Petit à petit, il était  même parvenu à s’imposer comme le spécialiste des questions africaines, ce qui lui conférait une aura bien établie, et l’assurait de chapeauter tous les gros dossiers concernant les relations que le Ministère entretenait avec ce continent. En somme, il avait fait en sorte de se rendre indispensable et, sans être devenu un des grands pontes du Ministère - pour le moment du moins –, son nom s’était élevé au-dessus de ceux de la masse des anonymes qui oeuvraient à ses côtés. Il savait déjà qu’il pourrait compter sur de solides soutiens le jour où le Département de la Coopération Magique aurait besoin d’un nouveau directeur, et escomptait en rallier d'autres à sa cause d'ici là.

Pourtant, quelques mois plus tôt, Le jeune homme avait failli tout envoyer promener pour rejoindre l’aventure des produits capillaires MacMillan, dans laquelle sa sœur cadette s’était lancée (« Shampooing à l’extrait de larmes de Phénix, donne une seconde vie à vos cheveux ! », « Pour des cheveux souples et brillants, osez la lotion MacMillan ! » et « Un démêlant qui fait vraiment gagner du temps ? C’est le Défrich’tout Macmillan ! » étaient quelques-unes des nombreuses réclames que l’on pouvait lire sur les murs du Chemin de Traverse, ces derniers temps). Les horaires de travail à rallonge, les congés sans cesse reportés, les longues nuits passées à annoter des dossiers, le sentiment latent que, quoi qu’il fît, le budget alloué à la collaboration africaine demeurait le parent pauvre du Ministère, avaient presque eu raison de ses ambitions. Semaine après semaine, il avait traîné un malaise grandissant à travers les couloirs de son Département : il avait houspillé les stagiaires et maltraité les assistants, sauté bon nombre de repas et oublié de dormir, eu envie de mettre le feu à son bureau et d’insulter copieusement son supérieur, quand celui-ci lui avait annoncé que l’employé à temps plein, qu’il réclamait à corps et à cris, avait finalement été accordé au service des relations Nord-Américaines, où ils étaient déjà bien plus nombreux que partout ailleurs, alors qu’ils avaient moins de pays à gérer que des glandeurs amateurs de bouffe trop grasse, dans ce service.

Il conservait dans un coin de sa mémoire le souvenir douloureux du jour où, recevant un nouveau dossier « urgentissime, à traiter pour avant-hier dernier délai », il avait dû quitter précipitamment les lieux pour ne pas se mettre à pleurer. Le soir-même, il avait rédigé une lettre de démission, qu’il avait gardée, soigneusement cachetée, dans sa serviette de travail et, s’il ne l’avait pas utilisée, la savoir là, près de lui, prête à être déposée sur le bureau d’Hermione Granger, l’avait étrangement soulagé. Il avait caressé du doigt les avenirs possibles et cela l’avait aidé à tenir. Triste, peut-être, déprimé, sans doute, mais à tenir tout de même.
Puis, au cours d’une soirée – une de plus  - qu’il s’apprêtait à passer en tête-à-tête avec un dossier, il avait retrouvé Lisa. Et son existence entière en avait été bouleversée. Elle l’avait obligé à sortir du Ministère et à envisager sa vie autrement que comme une longue suite de batailles diplomatiques. Elle l’avait fait rire et rendu plus heureux que jamais. Il s’était de nouveau levé avec plaisir le matin, et avait eu moins de scrupules à quitter son bureau le soir. Bref, il était totalement amoureux et, bien qu’il n’eût pas encore osé avouer ses sentiments à Wilma Verity Lisa, il se  considérait comme le plus chanceux des hommes… A une assistante personnelle près. Hélas, il ne pouvait plus y faire grand-chose : elle arrivait le matin même, et il se demandait franchement ce qu’il allait bien pouvoir en faire. Des confettis ?

Oh ! Ernie n’avait rien contre les assistants personnels. La plupart du temps, il les plaignait même, à les voir courir d’un couloir à l’autre, les bras chargés de documents dont personne ne voulait s’occuper. Seulement, il détestait la manière dont le Ministère semblait multiplier leur embauche, depuis quelques temps, pour moins les payer que l’employé lambda et les jeter plus facilement dès que l’activité du service se ralentissait. Il détestait leur statut un peu bâtard – plus stagiaire, mais pas tout à fait membre du département non plus – qui rendait difficile la circonscription de leurs tâches. Il détestait l’idée de perdre du temps à les former pour qu’ils aillent voir ailleurs ensuite, alors que les Affaires Africaines manquaient cruellement de personnel compétent. Il détestait  la façon un peu obséquieuse qu’ils avaient de vous coller aux basques en cherchant à être utiles. Mais, plus que tout ceci encore, il détestait le sentiment de puissance qu’ils lui donnaient. Les assistants personnels éveillaient une partie de sa personnalité – celle qui tenait du petit tyran fier de sa supériorité - qu’il aurait préféré ignorer, et qui l’inquiétait. Aussi se surveillait-il en permanence, quand on lui en attribuait un, se faisant un point d’honneur à le traiter avec la plus grande courtoisie pour dompter ses instincts despotiques.

Ernie poussa un profond soupir et tira la note de service qui lui avait été remise sur Jade, du tiroir où il l’avait rangée, sans la consulter. Dire qu’il avait toute une histoire de droit de recherches botaniques à régler avec la Tanzanie… S’efforçant de repousser ce problème, il parcourut d’un air résigné la fiche de son assistante. Peine perdue ! Son esprit revenait sans cesse aux documents qu’il avait préparés pour la délégation Tanzanienne, qu’il devait accueillir le lendemain matin, et à côté desquels les états de service de l’ancienne stagiaire faisaient pâle figure. Il venait de relire, pour la troisième fois de suite, la liste des ASPIC qu’elle avait obtenus à sa sortie de Poudlard, sans réussir à en retenir un seul, quand on frappa à la porte de son bureau.
- Oui, oui, entrez, dit-il d’un ton distrait, juste avant que Jade ne fasse son apparition.

Ernie la gratifia d’un regard perçant. Ah oui… Il se rappelait avoir croisé la jeune femme à plusieurs reprises, lors de l’année écoulée. De ce qu’il en savait, elle était intelligente… C’était toujours ça de pris. Mais était-elle débrouillarde ? Saurait-elle seulement apprendre les grandes lignes de la diplomatie africaine ? La plupart de ses collègues, assignés aux autres continents, les comprenaient à peine, alors une jeunette fraîchement débarquée de Poudlard… Le jeune homme réalisa subitement qu’il était en train de laisser son côté « vieux briscard ronchon » prendre le dessus, et il s’obligea à davantage de souplesse. Après tout, lui-même n’y connaissait pas grand-chose rien du tout, au début de sa carrière, et il n’aurait jamais progressé sans la patience et les conseils avisés des employés plus aguerris que lui. Il adressa donc un de ses fameux sourires ultra bright à la Serpentard, et, désignant d’un geste de la main le fauteuil qui se trouvait en face de son bureau, l’invita à s’asseoir :
- Venez, Mademoiselle, je vous en prie… Peut-être désirez-vous une tasse de thé ? J’allais m’en faire une moi-même…

Sans attendre la réponse de Jade tyrannie, plus deux points, Ernie agita sa baguette pour faire apparaître deux tasses et une théière pleine, sur le bureau paf, les accords de libre-échange avec le Gabon.
- Félicitations pour votre poste d’assistante, reprit-il, en servant le thé, c’est la preuve que votre stage a pleinement satisfait vos supérieurs… J’espère seulement que vous n’êtes pas trop déçue de rejoindre ce service.
Il tendit une tasse de thé à Jade et, s’asseyant à son tour, prit le temps de siroter une gorgée avant de poursuivre :
- Je sais que la collaboration avec les continents qui sont plus… hum… disons… Familiers, comme l’Europe continentale ou l’Amérique du Nord, attire davantage, mais vous allez voir, la diplomatie africaine, c’est très formateur… Et puis, comme nous sommes peu nombreux dans le service, vous ne risquez pas de vous ennuyer. D’ailleurs, si vous avez une vie privée, vous pouvez lui dire adieu tout de suite.
Il se tut un instant, et se passa une main désinvolte dans les cheveux, pour s’assurer que son « coiffé-décoiffé » était toujours bien en place.
- Mais dites-moi plutôt, demanda-t-il finalement, souriant d’un air ouvert à la jeune femme, comment concevez-vous ce poste d’assistante personnelle ? Etes-vous prête à aller promener mon caniche à poil roux si je vous l'ordonne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 1689
Âge : 03.08.93 ... 19 ans
Actuellement : Assistante de Ernie MacMillan • Coopération Magique Internationale


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: PV • A un jet de cheveux près.   Mar 14 Fév - 21:08

Jade pouvait comprendre que l’Afrique ne soit pas un service qui plaisait particulièrement. Elle-même, à dire vrai, avait été un poil sceptique, en pensant à la chose, au tout début. Mais elle avait potassé son sujet, s’était renseigné sur Ernie MacMillan et elle avait trouvé quelque chose qui lui plaisait. Le challenge. Parce que tout ce qui était coopération avec les Etats Américains, ou encore le reste de l’Europe n’était en soit, pas vraiment intéressant, dans le sens où tout était fait et plus rien n’était à faire. Il suffisait simplement de continuer à entretenir de bonnes relations avec les Ministères, pour la plupart. Rien de bien folichon, rien de bien transcendant, rien de très intéressant en somme. Elle avait lorgné, bien sûr, sur l’Europe de l’Est. La Russie et les pays avoisinants auraient pu être un challenge, du fait qu’ils soient si singulièrement de l’actuel Ministère britannique, campant toujours de vieux clichés et aprioris, notamment sur les Nés-Moldus et parfois même les Sang-Mêlés. Du coup, elle avait envie d’une découverte complète et totale d’une nouvelle culture. Et quoi de mieux pour cela qu’un continent vers lequel elle n’aurait jamais pensé se tourner au début ? Le fait qu’il était sous la responsabilité de Ernie MacMillan avait été un point fort. Jade ne savait pas vraiment pourquoi cet homme s’était imposé à elle comme une évidence, mais c’était le cas. Il était… Il respirait la confiance, le travail bien fait et l’exigence. Tout ce que Jade recherchait. Même si ce n’était qu’une façade, pas de bol ma petite, t’es bonne pour finir aux archives !

C’est pour cela qu’elle était prête à sauter partout lorsque son affectation avait été révélée. Elle avait en plus de cela potasser son sujet en amont pour être parfaitement opérationnelle dès le premier jour, juste au cas où. Elle n’était pas devin, n’avait aucun talent pour la Divination, mais elle avait décidément bien fait. Quand elle entra dans le bureau de son chef, un sourire aux lèvres tandis que lui semblait plus que dépité, elle eu à peine le temps d’ouvrir la bouche que monsieur MacMillan parlait déjà. Il lui proposa du thé, qu’elle accepta en un hochement de tête auquel il n’avait sûrement pas prêté attention, et la félicita pour le poste qu’elle venait de décrocher. Bombant le torse de fierté, la jeune femme pu enfin en placer une, espèce de grosse pipelette va. « Merci beaucoup monsieur MacMillan. C’est un honneur pour moi que d’être votre assistante. » Prenant place dans le fauteuil en face du bureau, elle prit la tasse de thé et en bu une gorgée, alors que Ernie semblait tout faire pour lui faire regretter son choix lui expliquait ce que le service basé sur l’Afrique allait lui apporter.

« C’est bien simple, c’est un challenge. Il vous faut toutes les informations nécessaires sous la main, vous n’avez pas forcément le temps de plonger au coeur d’un dossier pour l’éplucher et je suis là pour vous aider. Non pas pour faire le travail à votre place, je n’oserai pas prétendre cela, mais pour vous simplifier la tâche. » Elle fit une légère pause pour reprendre un peu de thé et continua sur sa lancée. « Je me suis permise de me renseigner sur la délégation Tanzanienne que vous aller rencontrer demain. Peu de leurs plantes sont connues en Grande-Bretagne, ou les sorciers ont simplement peur d’utiliser des plantes dont il n’ont pas l’habitude. Si vous souhaitez mon avis, il serait tout à votre honneur de leur permettre d’étendre leurs connaissance en botanique, et surtout de les faire reconnaître. Non seulement pourrions nous avoir de nouvelles plantes découvertes, mais en plus de cela, l’évolution de l’Afrique dans ce domaine se ferait grâce à votre aide. Certes, le Brésil est le leader dans ce domaine et risque de poser quelques problèmes à intervalles réguliers, mais l’Afrique et le Brésil étant deux endroits fondamentalement différents, il est fort possible qu’ils n’agissent ainsi que pour récupérer tous les honneurs. » Cela n’était que son avis, mais franchement, elle croyait dur comme fer qu’il y avait de quoi réussir une alliance solide si on aidait un tant soit peu les pays en pleine évolution magique !
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PV • A un jet de cheveux près.   

Revenir en haut Aller en bas
 
PV • A un jet de cheveux près.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Cheveux doux et brillants
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]
» cheveux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Le Londres Magique :: Ministère de la Magie-
Sauter vers: