AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 I choose life [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Professeur

Parchemins : 486
Âge : 26 ans
Actuellement : Professeur d'étude des runes


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: I choose life [PV]   Sam 11 Fév - 9:20

Today, I choose life.
Today I choose life. Every morning when I wake up I can choose joy, happiness, negativity, pain... To feel the freedom that comes from being able to continue to make mistakes and choices - today I choose to feel life, not to deny my humanity but embrace it.
by Wiise


Nicolas devait recevoir la visite d'Emma qui était tout à la fois son ex-petite amie, sa plus ancienne meilleure amie et son médicomage, le tout pas forcément dans cet ordre. Megan lui avait apporté son petit déjeuner dans sa chambre accompagnée de Aylaen, sa nièce de six ans maintenant qui était sa compagne au quotidien depuis qu'il vivait chez sa sœur aînée. Cette situation temporaire donnait l'impression au jeune homme de ne jamais devoir se terminer parce que cela faisait déjà deux mois qu'il était sorti de l'hôpital pour venir ici. Mais, physiquement, il n'allait toujours pas mieux. Les cicatrices s'étaient refermées, toutefois, il était toujours faible car anémié et en mal-nutrition en dépit de tous les efforts conjugués d'Emma et de sa sœur. Son corps n'avait pas supporté cet énième choc qu'il lui avait imposé et avait fait part de toute sa désaprobbation en refusant toute nourriture pendant un certain temps. Et quand ça avait été mieux, qu'il ne vomissait plus, et qu'on l'avait laissé sortir de sa minuscule chambre d'hôpital blanche, il ne se nourissait que de miettes malgré toute la nourriture que Megan lui mettait régulièrement sous le nez dans l'espoir d'attiser sa gourmandise.

Sa sœur, habituellement tellement préoccupée par son travail, était passé à un tiers temps à son boulot. Elle disait que ce n'était pas plus mal maintenant que sa fille était passé dans la période charnière où elle allait devoir apprendre à lire, mais Nicolas savait que c'était pour qu'il ne soit pas seul. Quand Megan était au travail, il y avait toujours une autre présence dans la maison. Cela pouvait être Roman bien qu'il soit très occupé de son côté, mais c'était le plus souvent son père ou sa mère. Jamais plus d'une personne à la fois. Aylaen bénéficiait d'un passe-droit parce qu'elle n'était qu'une enfant et que lui faire faire ses devoirs ou jouer avec elle donnait toujours l'impression que Nick redevenait un peu lui-même.

Ce jour-là, Nick était bizarrement plus vivant justement, mais c'était parce que la dernière lettre de Sibelle (qui avait occasionné une dispute avec Megan) l'avait sorti de sa torpeur par inquiétude pour son autre meilleure amie. Il fallait qu'il obtienne d'Emma qu'elle dise aux psychiatres qui essayaient – en vain – de le faire parler qu'il devait pouvoir avoir des visites pour que Sibelle puisse venir à Pré-au-lard. Il ne pousserait pas jusqu'à demander à aller à Londres, il sentait que 1) c'était trop, 2) il n'était pas prêt. L'un de ses problèmes principaux était qu'il ne se pardonnait pas d'avoir survécu parce que sa voisine de l'époque, Marina, l'avait sauvé. Même si l'impression de solitude l'avait fait s'enfoncer dans sa dépression, ses ennuis n'avaient rien à voir avec l'étiolement de sa vie sentimentale. Ils avaient toujours été là mais avaient eu leur haut et leur bas. A une époque, par amour pour Emma, puis pour Linoah, il avait fait de gros progrès, mais ça n'avait pas tenu, tout simplement parce qu'il ne l'avait pas fait pour lui.

Nick était trop altruiste. Il ne fonctionnait jamais pour son propre bien. Ce qui le faisait redémarrer ce jour-là était son inquiétude pour Sibelle. Pour elle aussi, il avait des regrets. Il n'avait jamais réussi à éprouver les sentiments qu'elle attendait de lui. Elle lui ressemblait trop, il était attiré par des filles qui n'étaient pas comme lui. Pas forcément des filles sans problèmes, Emma en avait eu son lot, mais des filles qui ne réagissaient pas comme lui. Or ce qui avait rapproché Nicolas et Sibelle c'était justement les scarifications, l'auto-destruction… et Nicolas n'avait pas pu tomber amoureux de ce miroir féminin de lui-même. En revanche, il l'aimait beaucoup en tant qu'ami et il se demandait si elle ne suivait pas le même chemin que celui qu'il avait emprunté récemment. Or, comme Sibelle le faisait remarquer dans sa lettre, elle n'avait pas de famille pour veiller sur elle ! Lui, il avait quand même ses sœurs, ses frères, ses parents, et Carry qui devinait tout, Emma qui pouvait le soigner… Il avait eu beau passer à l'acte, il était le moins dans la merde des deux ! Étonnant mais vrai ! Et si cela lui redonnait un souffle de vie, cela le replongeait dans les affres habituels de la culpabilité… pourquoi lui et pas elle ? Pouvait-il la sauver ? Ou s'il ne le pouvait pas, est-ce que ses amis l'aideraient à le faire ?

Il entendit Emma au rez-de-chaussée qui arrivait. Il entendait aussi les murmures de Megan qui parlait sûrement de la lettre de Sibelle, du fait qu'elle pensait qu'elles auraient du lui couper aussi le courrier – Megan ou la dictature, qui l'eut cru ? -. Les yeux vairons de Nicolas restaient fixés sur la porte en attendant que son amie entre dans la chambre d'ami qu'il avait peu à peu envahi de ses effets personnels (entendez par là des livres, des jeux etc.). Il était dans son fauteuil, mains croisées devant lui. Il était toujours maigre et pâle, mais une certaine lueur était revenue dans son regard. Il fallait qu'il persuade Emma… c'était une obligation.

« Salut Emma ! » Lança-t-il quand elle entra dans la pièce avec un sourire. Le duel allait commençait, mais que son amie se réjouisse : il avait enfin fait son choix et il avait choisi la vie.



L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !
[Victor Hugo - Les Voix Intérieures]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1747
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Sam 11 Fév - 22:46

I choose life
Emma & Nicolas


Emi Burton


Emma vivait un peu sur auto-pilote depuis quelques temps. Il y avait eu un 'avant' l'arrivée de la lettre de Megan, la sœur aînée de Nick, et un 'après'. Petit-déjeunant dans l'appartement qu'elle partageait toujours avec Mary - quoiqu'en ait récemment dit Charlie -, elle avait levé un regard ensommeillé vers la fenêtre, où un hibou inconnu tapait du bec avec insistance. Elle ouvrit distraitement la missive qu'il portait, et posa les yeux sur une écriture qui ne lui était pas familière.
Elle crut alors que le sol s'était ouvert sous ses pieds. Les mains tremblantes, elle se força à lire la lettre jusqu'au bout, ne relâchant un souffle qu'elle n'avait pas réalisé retenir que lorsqu'elle eut l'attestation écrite noir sur blanc que Nick était en vie, qu'on était arrivé à temps pour le sauver. Et pourtant, ça ne semblait pas être assez. Elle avait besoin de le voir de ses propres yeux, s'assurer que oui, il respirait correctement, et comprendre pourquoi. Heureusement, Megan lui faisait aussi savoir que Nick, une fois conscient, avait exigé que ce soit elle, Emma, qui le traite, même si son cas n'avait rien de magique. Au moins, elle pourrait le voir.

La discussion concernant un potentiel emménagement avec Charlie avait été remise à plus tard, sujet qui était déjà sensible quand il avait été annoncé par le jeune homme quelques semaines plus tôt. Les tentatives d'esquive mises en place par la brune au sein de l'espace - restreint - de Sainte-Mangouste n'étaient pas exactement passées inaperçues. Mais ses pensées étaient à des lieues de cette anxiété-là, dernièrement. Tout ce qui lui importait était la santé de Nick. Faire en sorte qu'il aille mieux, que ce qui s'était passé ne se reproduise plus jamais. Elle craignait ne pas être la personne adaptée pour le job - même s'il avait aussi ses propres psychiatres (et encore heureux, parce qu'elle n'avait absolument pas de diplôme de psychiatrie). Dans le fond, c'était plus une excuse pour la voir elle plutôt qu'un sombre praticien sorti de nulle part, elle le savait, mais elle se sentait responsable. Elle aurait dû voir les signes à l'époque. Elle faisait une bien piètre meilleure amie - et une bien piètre petite-amie, à en croire les regards appuyés que lui jetait Charlie lorsqu'il pensait qu'elle ne le voyait pas.

Ce jour-là, elle quitta son appartement, laissant Hippocrate aux bons soins de Mary, qui était rentrée récemment de Bolivie. Elle devait se rendre à Pré-au-Lard pour son rendez-vous avec Nick. En l'espace de deux mois, l'ancienne Serdaigle était passée par bien des stades. La peur, d'abord. Celle de perdre Nick, de ne plus jamais le revoir, ne plus jamais lui parler. Puis, une fois l'état de choc passé, l'incompréhension. Elle savait d'où il venait. Pas jusqu'à pouvoir se mettre exactement à sa place, mais elle comprenait, ou pensait comprendre. Mais elle n'aurait jamais pensé qu'il passerait ce cap-là. Jamais. Et puis, la colère. Elle lui en voulait à lui, elle s'en voulait à elle-même. Pourtant, dès le moment où elle pénétrait dans la demeure de Megan, elle faisait tout pour se montrer des plus compréhensives. Elle avait l'impression de marcher sur des œufs. Mais - sans l'ombre d'un doute d'un poussée par la peur de le perdre - Megan se montrait particulièrement autoritaire auprès de Nick, et Emma ne pouvait pas se permettre d'être aussi inflexible, elle-aussi. Le problème était qu'elle ne savait simplement plus comment être.

A peine eut-elle fait son entrée chez la sœur de Nick que celle-ci la prit à part pour lui parler d'une lettre de Sibelle. Emma soupira, rassurant tant bien que mal la jeune femme mais ne sachant pas très bien où elle se situait elle-même sur la question.
« Salut, toi. » répondit-elle doucement en pénétrant dans la chambre d'ami - devenue chambre de Nick - et en posant les yeux sur un Nicolas Jones à l'air déterminé. Nouveau soupir. « Ta sœur m'a parlé de la lettre de Sibelle. » dit-elle franchement, faisant quelques pas dans la pièce. Autant ne pas y aller par quatre chemins, c'était la décision qu'elle avait prise. C'était les sous-entendus et les non-dits qui les avaient menés jusqu'à cet instant, elle en était convaincue. Elle voyait bien dans les yeux de son ex petit-ami qu'il était prêt à débattre, et même si elle était appréhensive, elle était au moins heureuse de retrouver un peu de l'ancien Nick en cet instant. Même si ça n'était pas pour les meilleures raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Professeur

Parchemins : 486
Âge : 26 ans
Actuellement : Professeur d'étude des runes


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Mar 14 Fév - 19:50

La meilleure des défenses étant encore l'attaque, Nicolas n'attendit pas longtemps pour répondre à Emma : « Ah oui ? Et je suppose qu'elle n'en a pas dit que du bien. » Il est vrai que Megan considérait que le comportement de Sibelle était trop proche du sien pour qu'ils se voient. Sa grande sœur pensait que c'était la destruction mutuelle assurée s'ils se revoyaient, pourtant, ce n'était pas à cause de Sibelle qu'il avait coulé puisqu'à ce moment là, il n'en avait même pas de nouvelles. Sa thérapie avait tendance à lui faire dire que son problème c'étaient les autres ce qui est très Sartre dans la pensée et c'était pour ça qu'on l'avait mis à l'écart, dans un endroit tranquille, mais pas complètement seul non plus. C'est pour ça qu'il n'avait pas le droit aux visites. Et visiblement Megan pensait qu'on aurait du lui interdire les lettres aussi. Et le téléphone. Un vrai despote ! Où était donc passé la sœur adorable, parfaite Poufsouffle, gentille employée et maman débordée ? Megan s'était transformée en un dragon qui avait sorti ses griffes pour protéger Nick contre lui-même. Rude tâche, lui-même en convenait.

« Écoute Emma, on ne va pas tourner autour du pot : il faut que Sibelle obtienne l'autorisation de venir me voir. » Ses yeux vairons étaient fixés sur sa meilleure amie, guettant la moindre de ses réactions. Depuis sa tentative de suicide, Nick n'avait plus ses bracelets. Sur un poignet, les cicatrices étaient simplement laissés à l'air libre, sur l'autre, il portait encore un bandage blanc et propre. Non qu'il en eut réellement besoin, c'était plutôt qu'au-delà de la blessure, il y avait le rappel constant de ce qu'il avait fait que chacun préférait s'épargnait. Encore que ce soit Meg' qui chaque matin vérifiait la plaie et refaisait le bandage à la main. Elle ne voulait pas utiliser la magie, elle disait qu'enroulait le bandage avait quelque chose de rassurant, parce que c'était du tissu, et qu'elle aimait les tissus. Dans ces moments là, Nick se disait que c'était sa sœur qui divaguait, pas lui… mais vu la pression qu'elle avait sur les épaules, il se montrait relativement obéissant…

Jusqu'ici. Parce qu'il ne pouvait pas laisser Sibelle toute seule. « Elle a besoin de moi. » Il serra les poings. Sa dispute avec Megan l'avait agacée. Qu'est-ce qu'elle voulait ? Que Sibelle finisse comme lui ? Et qu'est-ce qu'ils se diraient tous après pour se donner bonne conscience ?

« Elle n'est pas responsable de ce que j'ai fait. Personne ne l'est. » murmura-t-il ensuite car la lassitude, la fatigue, le reprenait très vite. Il manquait de force, il était devenu si faible après tout ça… Lui qui était déjà du genre très mince était devenu encore plus maigre. Il avait des moments d'absence, même avec Emma, où son regard vide fixait la fenêtre sans la voir. S'il n'en était pas là pour l'heure parce qu'il voulait se battre pour Sibelle, on ne pouvait que constater qu'il avait perdu en vitalité. Son geste ne l'avait pas définitivement détruit tout en contribuant quand même à lui enlever une partie de sa flamme.

Deux mois après, il ne savait toujours pas vraiment ce qui s'était passé. Il avait juste pensé que c'était la chose à faire. Puis, il s'était réveillé avec Megan près de lui, ainsi que ses parents… et la première personne qu'il avait demandé était Emma. Mais même à elle, il n'avait pas su expliquer. C'était seulement parce qu'il aimait mieux que ce soit elle que quelqu'un d'autre, parce qu'elle était son amie, et puis parce que ce ne serait qu'une demi-surprise… encore qu'il eut lu dans ses yeux toutes les étapes par lesquelles la nouvelle de son acte l'avait plongée. Sauf que les premiers temps, il n'était pas vraiment communicatif. Sur ses blessures, il restait factuel : est-ce qu'il avait mal, est-ce que le bandage le gênait… Et avec les psychiatres, souvent, il se murait dans le silence.

C'était fini. Il voulait bien parler, mais seulement s'ils sauvaient Sibelle.



L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !
[Victor Hugo - Les Voix Intérieures]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1747
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Sam 25 Fév - 17:04

Si Nick avait décidé de passer immédiatement à l'offensive, Emma, elle, privilégiait pour l'instant la neutralité. Elle savait que Megan se montrait stricte, ce qui irritait Nicolas, mais elle ne pouvait s'empêcher de comprendre la jeune femme. Elle voulait que Nick soit en sécurité. Qu'il aille mieux. Le retenir contre son gré n'était clairement pas la meilleure solution, elle en était consciente, même si c'était rassurant. Emma soupira, haussant faiblement les épaules tout en posant son sac sur la chaise la plus proche. Elle était quand même censée être là pour l'ausculter. « Elle est inquiète, c'est tout. » répondit-elle face au ton accusateur de son meilleur ami. Et elle n'était pas la seule à l'être: des émotions contraires se mêlaient et s'entremêlaient au sein d'Emma. Comment s'assurer qu'il ne recommencerait pas ? Comment faire pour qu'il aille réellement mieux, cette fois-ci ?

A la déclaration sans appel de Nick, Emma ne répondit rien dans un premier temps. Il était évident qu'elle avait entendu, cependant, et qu'elle considérait avec attention les paroles de son meilleur ami, tout en sortant finalement sa baguette de son sac pour pouvoir l'ausculter. Elle savait que Megan avait déjà changé le bandage dans la matinée, elle n'avait donc qu'à effectuer les vérifications habituelles ainsi qu'à s'occuper du traitement. Elle s'approcha du blond, attrapant délicatement son bras pour l'analyser avec sa baguette et notamment vérifier que rien n'était infecté. Une fois rassurée, elle expira doucement, posa les yeux sur ceux vairons de Nick et prit enfin la parole: « C'est à tes psychiatres de donner cette autorisation, Nick, pas à moi ou même à Megan. Ce sont les plus à même de dire si tu vas suffisamment mieux pour la voir. » répondit-elle d'une voix toujours mesurée, presque professionnelle. Le genre de ton qu'elle prenait lorsqu'elle s'adressait à ses patients, à Sainte-Mangouste. Si elle laissait parler ses émotions, elle avait peur de ce qu'elle dirait. Elle avait peur de trop s'emporter, ou pas assez. Peur de trop en dire, ou trop peu. Pourtant, son apparence extérieure était calme, imperturbable. Elle avait une tâche à accomplir: celle de suivre Nick. Elle était parfaitement consciente qu'il ne l'avait pas choisie pour ça. Pire, il se fichait probablement de ses contrôles routiniers ou d'une potentielle infection.

Cependant, aussi tempérée se montra-t-elle, Emma restait consciente que Nick ne lâcherait pas l'affaire aussi facilement. En tant que médicomage attitrée, elle pouvait intervenir de sa part auprès de ses médecins. C'était vrai. Elle n'était pas sûre du poids qu'elle aurait - elle n'avait, après tout, aucun diplôme de psychiatrie -, mais ça compterait sûrement pour quelque chose. Mais le voulait-elle ? Si Nick n'était - visiblement - pas en mesure de prendre les bonnes décisions pour se préserver, était-ce à elle de prendre les devants ? Est-ce qu'elle pouvait vraiment se donner ce droit ? Elle s'était toujours dit que son seul rôle était d'être présente pour lui, quoi qu'elle pense de ses choix. En l'occurrence, quelle que soit sa décision, l'impact pourrait en être considérable. Elle fronça les sourcils, et craqua un peu, abandonnant son masque de professionnalisme. « Et nous, on a besoin de toi, Nick. Megan, Carry... et Sibelle aussi. De toi allant mieux. Tu ne te préoccupes jamais de toi. Même maintenant, la seule chose qui t'ait fait sortir de ta torpeur, c'est la perspective de venir au secours de quelqu'un d'autre. » Le cœur battant un peu plus fort, elle se détourna du blond pour ranger sa baguette à nouveau - et surtout, cacher des larmes qui menaçaient de lui monter aux yeux. Elle avait eu si peur de le perdre. Elle ne voulait pas prendre ce risque à nouveau. Elle savait qu'elle se montrait égoïste, et ça n'était pas dans sa nature. Mais ça semblait plus fort qu'elle.

Nick finit par murmurer de dernières paroles, avant de se murer dans un silence qui avait de quoi perturber ceux le connaissant bien. Avant ces deux derniers mois, il semblait toujours impossible de faire taire l'ancien Serdaigle. Loquace et dynamique, il bavardait à tort et à travers, se souciant peu qu'Emma soit en train d'essayer de rédiger deux rouleaux de parchemin sur les propriétés de l'Elixir de Longue Vie, par exemple une histoire basée sur des faits réels. « Personne n'a dit qu'elle était responsable. » dit-elle en faisant quelques pas pour s'asseoir sur une chaise. « Tu penses qu'elle va se faire du mal ? » interrogea-t-elle ensuite, scrutant le visage de son meilleur ami. Aussi inquiète fut-elle pour Nick, elle ne pouvait pas laisser Sibelle se retrouver dans cette situation à son tour. Il n'y avait pas de solution magique, ici, pas de bonne réponse. Elle voulait aider Sibelle, si elle en était capable, mais elle ne voulait pas que ce soit au détriment de la rémission de Nick. Elle voulait qu'il se concentre sur lui. Mais elle savait bien que ce serait toujours plus compliqué que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Professeur

Parchemins : 486
Âge : 26 ans
Actuellement : Professeur d'étude des runes


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Mar 28 Fév - 19:29

Nicolas ne retint même pas un geste agacé quand Emma évoqua l’inquiétude de Megan. Il savait ce qu’il en était, c’est pour ça qu’il la laissait faire ce qu’elle voulait depuis deux mois, mais parfois il y avait des urgences qui nécessitaient qu’on fasse des exceptions, des entorses au règlement. Son regard se durcit quand il vit Emma se cacher derrière son masque de professionnelle de la santé pour ne pas avoir à réellement l’affronter. Il n’avait aucune envie de blesser sa meilleure amie, toutefois, il commençait à être las d’être traité comme un enfant. Il avait des problèmes depuis ses dix ans, il en avait maintenant vingt-cinq, il était temps que tous prennent sur eux pour réaliser que l’enfermer n’était qu’un palliatif temporaire. Il savait qu’il leur avait fait du mal en s’en faisant à lui-même, il en éprouvait une culpabilité complexe, ce qui ne changeait strictement rien à sa décision de revoir Sibelle. Il la laissa vérifier tout ce qu’elle voulait, histoire de lui laisser l’occasion de donner le change. Il ne désirait pas être cruel, seulement sauver une amie dans la même situation que lui.

« Tu pourrais appuyer ma demande. Physiquement, je ne vais pas si mal… et ce serait ici. Je sais que je ne peux pas encore sortir. » Ne pas aller si mal était un genre d’euphémisme pour « j’ai seulement la peau sur les os et j’ai du mal à manger par contre j’ai bien cicatrisé, merci », du Nicolas tout craché autrement dit. Avec lui, il n’existait jamais de problèmes l’impactant directement. Si, dans le cas présent, il ne pouvait pas se voiler la face car il avait franchi une limite, il pouvait encore en atténuer la réalité. Il était vivant, non ?

« Emma... » Soupira-t-il néanmoins quand son amie commença à montrer, pour la première fois depuis le début, qu’elle était affectée. Il l’avait toujours su, mais il était tellement enfermé sur lui-même, inaccessible, qu’elle ne lui avait rien dit non plus. C’était à peine s’il arrivait à se souvenir de quoi ils avaient parlé lors de ses précédentes visites. De la pluie et du beau temps sûrement… de sa nièce aussi… des jeux qu’il avait commencé sur la console que Megan lui avait ramené de chez lui. Que des choses sans rapport avec sa tentative de suicide.

Il était trop faible pour la prendre dans ses bras alors il se tendit simplement pour lui attraper une main et la presser dans la sienne. « Je suis désolé. » Que dire d’autre ? Elle avait raison en tout point, seulement, il ne savait pas faire ce qu’elle lui demandait. Il se moquait de ce qui lui arrivait. Il voulait aider autrui, il était devenu assistant social juste pour ça. Il n’aurait même pas du être encore là, il y a quinze ans qu’il aurait du être mort à la place de Marina. Mais ça, Emma le savait. Et elle ne l’acceptait pas. Comme Megan. Comme Carry. Pas comme Sibelle, car elle, elle était comme lui, ce qui ne lui apportait pas vraiment de réconfort, ce n’était pas tout d’être compris si c’était pour voir une autre personne à qui lui tenait sombrer tout autant.

On pouvait au moins considérer que cela lui donnait un petit aperçu de ce que ressentaient ses proches, encore qu’il fut très détaché. Il agissait en ayant l’impression de ne pas être exactement le même que celui s’était ouvert les veines quelques semaines auparavant. Carry n’était peut-être pas la plus folle de la bande après tout… Il resta silencieux un moment, comme enfermé en lui-même, avant de répondre. Parce qu’il le fallait. Il ne pourrait pas sauver Sibelle seulement avec des lettres – que Megan ouvrirait en plus de ça -. « Elle s’en fait déjà. Elle a de beaucoup augmenté ses scarifications. Le processus est légèrement différent du mien, mais c’est plutôt logique car les causes ne sont pas les mêmes non plus. Je pense qu’elle va continuer jusqu’à mortellement se blesser, sûrement sans le faire exprès d’ailleurs. » Sous-entendu que lui l’avait fait exprès, ce n’était pas comme si c’était un secret. Emma avait eu accès à tout son dossier médical. Dès qu’il l’avait désigné comme médicomage attitré, elle avait eu droit au récit de cette journée où tout était devenu noir. Nicolas avait toujours été plus mesuré que Sibelle, quelque part, il savait ce qu’il faisait. Il avait toujours correctement caché ses blessures aux autres et une poignet de proches seulement étaient au courant de son vilain petit secret. Il savait éviter les endroits stratégiques. Quand il l’avait touché, c’était volontaire. Son désespoir était emprunt d’une forme malsaine de pragmatisme tandis que celui de Sibelle ressemblait plutôt au fonctionnement d’une cocotte minute pouvant exploser à tout instant.

Nick et Sibelle se scarifiaient tous les deux depuis leur adolescence, mais Nick n’était pas Sibelle, les risques n’étaient pas les mêmes pour elle que pour lui… car Emma l’avait très justement dit, tant qu’il devrait vivre pour les autres, il le ferait. Il avait seulement eu l’impression à un moment qu’on n’avait plus besoin de lui : il vivait seul, sa petite amie l’avait quitté, ses ami(e)s étaient tous occupés à évoluer dans leur propre vie. Il pouvait partir. Il ne l’avait pas formulé ainsi, pour lui, ça avait été plutôt comme un rideau tombant sur le dernier acte de la pièce qu’était sa vie, ne laissant que l’obscurité. Quand il était revenu à la lumière, il avait compris son erreur… sans pour autant réussir à reprendre là où la pièce s’était arrêté : sûrement parce qu’il devait en commencer une nouvelle. Et peut-être qu’elle devait débuter avec une première scène de sauvetage d’une vieille amie avec l’aide d’une autre vieille amie.



L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !
[Victor Hugo - Les Voix Intérieures]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1747
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Dim 5 Mar - 22:50

Emma peinait à lutter contre la part égoïste de son tempérament, qui ne souhaitait qu'une seule chose: garder Nick en sécurité, quoi qu'il en coûte. Elle avait peur, et ça ne faisait certainement pas ressortir la plus belle facette de sa personnalité. Pourtant, elle savait qu'elle ne pouvait pas retenir le jeune homme tel un oiseau en cage, même si ça l'empêcherait de se faire du mal à l'avenir, même si ça permettait à Megan, et à elle, de garder un œil sur lui, même si c'était rassurant. Ce n'était pas une vie.

Elle parvînt à conserver une façade professionnelle pendant quelques instants, assez pour dire à son meilleur ami que ce type de décision ne dépendait pas d'elle. Parce qu'elle se rendait compte qu'outre son égoïsme, elle était aussi lâche. Elle ne voulait pas que cette décision dépende d'elle. Elle n'avait pas envie de vivre avec les conséquences qu'elle pourrait engendrer. L'effet que tout ça pourrait avoir sur Nick, ou sur Sibelle, et savoir que cette série d'événements ne connaîtrait qu'une seule et même origine: elle-même. Elle était lâche, et égoïste, et elle le réalisait avec dégoût. Quand était-elle devenue cette personne ? Au moment où elle avait reçu la lettre de Megan lui apprenant ce que Nick s'était infligé, ou avant ? Peut-être avait-elle toujours été ainsi. Mais ce n'était pas agréable à réaliser. Finalement, elle n'était peut-être pas si différente de sa mère que ça. Sauf que quand les choses étaient devenues trop difficiles, sa mère l'avait abandonnée, purement et simplement. Alors qu'Emma était toujours là. Fragile et bourrée de défauts, mais là.

Elle soupira faiblement, son calme extérieur se fissurant au fil des paroles du blond. « Pas si mal. » répéta-t-elle, un sourire sans joie aux lèvres. Pas si mal par rapport à quoi ? C'était à devenir folle. Oui, elle pourrait appuyer sa demande, c'était un fait. Et peut-être - sûrement même - que les psychiatres l'écouteraient. Elle avait un regard exceptionnel sur la question, après tout. Il serait chez Megan, ce qui constituerait au moins un lieu sûr. Et surtout, elle sentait bien que si elle ne l'aidait pas, Nick prendrait les choses entre ses propres mains, et dans une situation aussi désespérée, qui savait de quoi il serait capable. C'est cette pensée qui lui fit finalement perdre ses moyens, et elle se détourna lorsque Nick prononça son prénom. C'était trop. Pourquoi fallait-il que ce soit lui qui vienne en aide à Sibelle ? Pourquoi ne pouvait-il pas s'occuper de lui-même, pour commencer ? Mais elle savait que ces questions étaient futiles, et ne connaissaient qu'une seule et même réponse: il était lui. Et même si les raisons en étaient discutables, il était effectivement sorti de sa torpeur.

Elle se mordilla la lèvre, sentant une larme couler furtivement le long de sa joue tandis que son meilleur prenait sa main. Les mots restaient bloqués dans sa gorge. Que dire ? Qu'y avait-il à ajouter ? Il ne se souciait pas de lui-même. Et pendant un terrible instant, il ne s'était pas non plus préoccupé de l'impact qu'aurait son geste sur son entourage. Elle serra sa main, hochant doucement la tête mais ne sentant pas capable de rebondir sur ses excuses.

Mais Emma restait humaine, et surtout, dotée de compassion. Elle savait Sibelle prône à se faire du mal, elle aussi, et elle était également consciente du fort lien qui unissait les deux jeunes gens. Et même s'il n'y avait pas eu tous ces facteurs, la brune avait prêté un serment en devenant médicomage, qu'elle ne pouvait simplement pas ignorer sous prétexte qu'elle avait peur pour Nick. Elle déglutit à l'écoute des paroles de son meilleur ami, réfléchissant rapidement à la marche à suivre. Si elle ne pourrait pas se pardonner que Nick replonge à cause de son choix en cet instant, elle savait qu'elle ne pourrait pas non plus accepter d'être responsable de ce qui pourrait arriver à Sibelle. Elle connaissait la jeune femme, l'avait côtoyée à Poudlard, savait qu'elle n'avait rien à voir avec le geste de Nick. « Si j'appuie ta demande, ils la laisseront sûrement venir ici. Je peux même essayer de raisonner Megan. Mais avant ça, j'ai besoin que tu me fasses une promesse. » décida-t-elle, faisant écho à une promesse que Nick avait faite à sa voisine il y a de cela des années. Emma était consciente de profiter de la situation. Mais elle ne voyait pas non plus d'autre solution. « Je veux que tu me promettes de vivre pour toi. Pas à cause de la promesse que tu as faite à Marina, mais pour toi. Promets-moi au moins d'essayer de te soigner, s'il-te-plaît, Nick. Pas pour me rassurer, ou pour Megan, ou Linoah, ou qui que ce soit d'autre. Essaye. » Si elle avait commencé avec assurance, la fin de sa tirade était teintée d'une certaine urgence. S'il ne le voulait pas, alors ils se retrouveraient dans cette situation à nouveau, ils le savaient tous les deux. Il aiderait Sibelle, et il replongerait. Encore, et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Professeur

Parchemins : 486
Âge : 26 ans
Actuellement : Professeur d'étude des runes


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Mar 7 Mar - 19:54

Nick gardait les yeux fixés sur sa meilleure amie, l’air grave. Il sentait que la lettre de Sibelle, sa propre demande, le fait qu’il se remette à parler, honnêtement surtout, avait aussi débloqué quelque chose chez Emma. Il avait compté sur son amitié pour lui pour obtenir ce qu’il désirait ainsi que sur son bon coeur. L’ancienne préfète n’était pas de ceux qui abandonnent les personnes qui souffrent. C’était pour ça qu’il avait patiemment attendu qu’elle arrive plutôt que de continuer à se chamailler de manière parfaitement stérile avec sa sœur aînée. Si seulement Roman était là… Il pourrait détendre un peu l’atmosphère ! Mais son frère ne venait que rarement, très occupé par son travail, et peut-être peu désireux d’avoir à affronter la nouvelle Megan version maman ours.

Mais Nick ne se sentait pas vraiment l’âme d’un ourson qu’on avait besoin de protéger et de materner. Il ne remettait pas en cause les mesures prises pour sa protection. Il aurait été compliqué de le laisser retourner chez lui après ce qui s’était passé, surtout que sa convalescence ne se passait pas exactement comme s’il avait simplement eu une blessure physique. Le jeune homme était las de vivre avant même d’avoir réellement vécu. Il avait fait semblant d’être quelqu’un d’autre dans l’espoir de le cacher. En un sens, ça avait marché. Sur toutes les personnes qu’il avait côtoyé ces quinze dernières années, rares étaient celles qui connaissaient les noirceurs camouflées derrière ses sourires.

Quant à la promesse que Emma voulait lui soutirer, il eût été mentir de prétendre qu’il ne l’avait pas envisagé. Ce qui l’ennuyait, c’est qu’il n’avait jamais eu l’impression de ne pas essayer. Il avait, au contraire, l’impression d’avoir essayé jusqu’à l’épuisement. Toutefois, ce n’était pas non plus comme s’il comptait replonger. Ses traumatismes planeraient toujours au-dessus de sa tête comme une épée de Damoclès, attendant la moindre faille de sa part pour attaquer…

« Viens-là. » Dit-il en attirant Emma vers lui pour l’asseoir sur ses genoux. Même si elle aurait pu facilement se dégager vu son état actuel de faiblesse, sa prise sur la taille de la jeune femme était ferme. Il ne fallait par ailleurs pas y voir quoi que ce soit d’indécent, Nicolas était tactile. C’était sa façon à lui d’être sincèrement chaleureux, à l’inverse des personnes avec qui il n’était aimable que par habitude ou par façade. De plus, c’était à peine si on osait le toucher (à part sa nièce, moins embarrassée par les scrupules), un peu comme s’il allait se briser au moins choc physique. Il fallait que cette idée cesse car le brouillard dans son esprit avait disparu. Il était de nouveau là. Et il était celui qui protégeait, quoi qu’en pense Emma, au fond, c’était ce qui le faisait se lever le matin : un mal pour un bien.

« Ce n’est pas ce que tu as envie d’entendre… je peux te promettre d’essayer, encore, d’aller mieux. De me soigner. De prendre plus au sérieux les psychiatres, de les écouter. » Cela partait bien mais vu comme il avait commencé, il y avait forcément quelque chose derrière. « Mais je ne sais pas ce que ça veut dire de le faire pour moi. » Il la serra un peu plus fort, mais pas assez pour lui faire mal. Il avait caché son visage sur son épaule parce qu’il ne pouvait pas continuer en la regardant. Il manquait d’énergie… de courage aussi peut-être. Il avait été à Serdaigle après tout. Il était un poète, pas un chevalier. « C’est comme si j’étais un navire ballotté par les vagues… » Commença-t-il doucement... « Il fait nuit. Et par moment, les vagues m’engloutissent. Mais il y a de la lumière au bout, des phares qui brillent et qui m’appellent. Alors je continue de flotter sans me laisser emporter, ni engloutir, en espérant réussir à rejoindre ces lumières. » Il poussa un soupir… il suffisait d’une seule vague pour brouiller la vision et ne plus voir les lumières. Mais Emma devrait comprendre toute seule la fin de la métaphore filée car il en venait au but : « Tu es une de ces lumières Emma. Et Megan, Carry, Sibelle, mes frères, tout le monde… vous êtes tous ces lumières. Je n’ai jamais voulu ternir votre éclat… seulement, je me suis encore plus perdu que d’habitude. » On s’éloignait de la question de Sibelle, mais finalement, ses propres actes étaient intimement liés à la conversation et son objectif. Nick était un homme de parole, il ne ferait pas de promesse en l’air. « Si je te promets de faire tout ce que tu me conseilleras pour aller mieux, est-ce que ça te va ? L’obscurité ne peut pas disparaître juste avec une promesse, mais on peut peut-être essayer de créer un chemin de lumière… » Et oui, un poète vous disait-on.



L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !
[Victor Hugo - Les Voix Intérieures]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1747
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Jeu 16 Mar - 20:16

Emma se sentait dos au mur, et si elle avait un instant pensé perdre ses moyens et s'écrouler devant le meilleur ami qu'elle était censée venir soigner, elle se sentit rapidement gagnée par une détermination teintée d'un sentiment d'urgence. C'était sournois, une petite voix le lui soufflait, mais elle ne pouvait pas laisser passer une occasion qui était idéale. Nick lui demandait un service ? Elle pouvait donc en faire de même. C'était peut-être perdu d'avance, après tout, il avait promis à Marina de vivre, et il avait pourtant tenté de mettre fin à ses jours. Rien ne garantissait qu'il tiendrait celle-ci, même s'il le voulait, ce dont la brune ne doutait pas. C'était quelque chose qui les dépassait un peu, et c'était ce qui était d'autant plus frustrant. Emma voulait une action concrète, c'était la seule chose qui aurait pu rassurer ses craintes, mais malheureusement, ça semblait irréaliste.

Une lueur de détermination nouvelle brillant toujours dans ses yeux, l'ancienne préfète de Serdaigle laissa Nick l'attirer vers lui, prenant un certain confort dans cet acte familier. Contrairement à Emma, le blond avait toujours été tactile, ce à quoi elle s'était rapidement habituée une fois qu'il était devenu son binôme de classe et qu'elle avait donc dû on l'avait forcée, oui monsieur ! le côtoyer très souvent. Elle se détendit quelque peu, soupirant néanmoins quand il lui dit que ça n'allait pas être ce qu'elle voulait entendre. Ce genre d'annonce n'était jamais bon. S'il lui promettait d'écouter les psychiatres, et d'essayer, c'était déjà un pas dans la bonne direction, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de songer qu'il avait aussi essayé par le passé. Ce n'était pas comme s'il n'avait pas été suivi durant leur scolarité à Poudlard, ou qu'il y avait mis de la mauvaise volonté.

« Pourquoi ? » interrogea-t-elle d'une petite voix, à l'issue de la métaphore du blond pour décrire sa situation. « Pourquoi est-ce que tu t'es perdu plus que d'habitude ? » Emma était quelqu'un de cartésien. Elle avait besoin de faits, de comprendre exactement ce qui s'était passé, pour pouvoir s'assurer que ça ne se reproduise plus jamais. Elle savait qu'elle en demandait peut-être trop, même au moment où les mots quittaient ses lèvres. Mais c'était la première vraie conversation qu'ils avaient depuis que Nick avait essayé de prendre sa propre vie, et les anxiétés de la brune semblaient prendre le dessus sur sa raison, l'incitant à chercher l'explication, la solution miracle.

Un bruit retentit dans une autre pièce de la maison, et Emma se redressa, semblant s'extraire malgré elle de ce moment qui lui avait paru hors du temps. Et elle prit conscience de sa proximité avec Nick, qui, même si elle lui semblait parfaitement naturelle, ne le serait certainement pas aux yeux de son petit-ami, Charlie. Elle sentit une pointe de culpabilité au fond de son ventre, repensant à leurs disputes récentes, au fait qu'elle avait nettement négligé le jeune homme. Et elle se dégagea doucement des bras de Nick, un sourire d'excuse aux lèvres. « Charlie n'apprécierait pas... Il demande régulièrement de tes nouvelles, d'ailleurs. Et Mary aussi. Tu parles d'avoir des visites mais s'ils laissaient venir tout le monde, elle serait là en moins de temps qu'il n'en faut pour dire 'Quidditch', et elle te rabattrait les oreilles à longueur de journée, je te le garantis... » dériva-t-elle distraitement, retombant par réflexe dans une certaine routine.

Elle déglutit à la proposition de son meilleur ami, hochant doucement la tête en signe de dénégation. « Mais c'est ça le truc justement, je ne sais pas ce qu'il faut faire pour que tu ailles mieux. » avoua-t-elle avec l'énergie du désespoir. « Physiquement oui, mais au-delà... Faire en sorte que tu le fasses pour toi ? Je ne sais pas Nick... » Elle avait l'impression d'avoir avoué un secret honteux, horrible. Elle ne savait pas. Elle aurait voulu, pourtant. De tout son cœur. Mais à part enfermer le blond dans une tour d'argent et le surveiller 24 heures sur 24 - ce qui était absolument dingue -, elle ne savait pas. Elle ne savait pas ce qui se passait dans son esprit, ce qui s'était passé dans cet instant terrible. Elle sourit faiblement. « On peut essayer oui, même si j'ai l'impression qu'aucun de nous deux ne sait vraiment ce qu'il fait... » Eh, au moins ils étaient deux. Et même plus, d'ailleurs. Comme l'avait justement dit Nick, elle n'était pas la seule lumière prête à l'appeler. A eux tous, ils devraient bien s'en sortir, non ? Il fallait l'espérer en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Professeur

Parchemins : 486
Âge : 26 ans
Actuellement : Professeur d'étude des runes


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Mar 21 Mar - 13:17

« Je ne sais pas… » Commença-t-il à la question d’Emma. C’était faux. Il savait parfaitement, c’était juste que cela lui était difficile à formuler. Il n’avait pas envie de donner l’impression d’accuser qui que ce soit… or la vérité était moins manichéenne que ne l’aurait souhaité Nick, plus ambivalente. La vérité c’était que… « Je me sentais seul… je crois. » Ajouta-t-il prudemment, espérant qu’Emma ne s’étende pas trop sur cet aspect des événements. Qu’importait le comment, le pourquoi, au fond, tout ce qu’il fallait, c’était qu’il ne recommence pas, non ?

C’est le moment que choisit quelqu’un dans la maison pour faire du bruit, ce qui fit fuir Emma de ses bras, presque par instinct. Nick cacha une pointe d’amertume derrière un sourire amusé : n’était-ce pas coquasse d’imaginer qu’un brave type comme Charlie puisse être jaloux d’un geste répété au fil des ans depuis leur première année à Poudlard ? Ou peut-être qu’il n’y avait que lui pour voir à quel point cette idée était grotesque. Charlie n’était pas enfermé dans une chambre depuis deux mois, lui.

« C’est gentil à lui. » Même s’il paraissait moins gentil de sa part d’interférer dans leur conversation alors qu’il n’était même pas là. Mais cette attitude était sûrement plus à porter au crédit d’Emma qu’à celui de son petit ami. Nicolas la connaissait, elle avait du mal à faire face à la vérité… et n’étant pas vraiment en position de lui donner des conseils, il valait mieux simplement ne pas aborder la question. « Je ne crois pas que laisser tout le monde venir serait une bonne idée… Sibelle en a besoin, et peut-être qu’on pourrait autoriser Carry aussi. Plus elle va attendre longtemps avant de me voir et plus j’aurais à essuyé de remontrances terribles de sa part. Tu la connais. » Quant à Mary et les autres (ce qui incluait Charlie, même s’ils n’avaient jamais été très proches) : « Et si ça se passe bien, toutes les visites seraient ensuite autorisées. Enfin, il faudra quand même que Megan pose ses règles, je vis chez elle. » Tant que la règle n’était pas de filtrer les personnes qu’elle n’avait pas envie de laisser entrer, Nick jugeait plus correct qu’elle puisse poser des conditions, sur les horaires par exemple. Elle pouvait préférer être là plutôt qu’à son travail quand Nick voyait ses amis. Ou alors que ce soit quand la petite était à l’école, pour qu’elle ne voit pas trop de monde défiler. Il faudrait lui poser la question.

Mais la perspective légère de ces visites prit du plomb dans l’aile quand Emma revint sur le fond du problème : lui. « Je ne sais pas quoi te dire non plus Emma… parfois, faire tout ce qu’on peut, ce n’est pas encore assez. » Car il avait vraiment essayé de guérir, et c’était comme si une fois sorti des remparts rassurants de Poudlard, ses bonnes résolutions s’étaient étiolées une à une jusqu’à, simplement, ne plus exister. « Mais je vais essayer, encore une fois, ça c’est une promesse que je peux te faire en étant sûr de moi. » Promettre de réussir, en revanche, était bien trop hasardeux.



L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !
[Victor Hugo - Les Voix Intérieures]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1747
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: I choose life [PV]   Sam 1 Juil - 18:14

Pourquoi ? C'était la question qui hantait Emma. S'il existait une explication, alors il existerait aussi une solution. Une manière de s'assurer que Nicolas ne réitérerait pas ce geste. Et elle serait capable de laisser son anxiété à l'idée qu'il se retrouve à nouveau dans cette situation dans une semaine, un mois, un an, voire pire, qu'il aille jusqu'au bout la prochaine fois, un peu de côté. Aussi, lorsque Nick lui répondit initialement qu'il ne savait pas, elle sentit son estomac se nouer encore davantage. Et puis... « Seul ? Oh... » Elle déglutit, observant son meilleur ami avec attention. Elle aurait tellement voulu qu'il fasse appel à elle. Ou à qui que ce soit. Mais dans son heure la plus sombre, il n'avait eu - ou du moins avait cru qu'il n'avait personne. « Je sais que c'est trop peu trop tard, mais tu n'es pas seul Nick. Je suis là, Megan aussi, Carry... Si jamais tu ressens ça à nouveau, ne serait-ce qu'un tout petit peu, appelle-moi, s'il te plait. Ou quelqu'un d'autre si tu préfères je... je ne sais pas mais tu as beaucoup de gens qui t'aiment et qui tiennent à toi. » Elle avait le sentiment d'enfoncer des portes ouvertes mais en même temps, elle voulait que ça soit dit, exprimé explicitement et sans équivoque. C'était facile à dire maintenant, elle en était consciente. Il y avait eu un instant où tout ce qu'elle venait de dire n'avait pas compté pour Nick. Où malgré tout son entourage, il s'était senti seul.

Suite à un moment de flottement, Emma évoqua le nom de son petit-ami, Charlie, mais embraya bien vite sur le sujet de sa meilleure amie et son côté moulin à paroles. Elle acquiesça d'un hochement de tête discret tandis que Nick énonçait qu'il était gentil de la part de Charlie de demander de ses nouvelles. « J'en parlerai à Megan, pour Carry, je ne pense pas que ça devrait poser de problème. Elle se fait du souci pour toi, elle sera heureuse de te voir. Même si je n'exclus pas des remontrances, en effet. » confirma-t-elle d'un ton pas si compatissant que ça. Carry n'aurait pas forcément tort. « Oui, ça se fera sûrement progressivement. » Trop de monde d'un coup, ça ne serait certainement pas une bonne idée. Mais revoir quelques têtes connues, autres que Megan, ou Emma, ne pourrait que lui faire du bien. Même si Emma restait inquiète en ce qui concernait Sibelle.

« D'accord, ça me va. » capitula-t-elle en lui adressant un sourire presque timide. En effet, promettre qu'il allait réussir cette fois-ci serait trop présomptueux. Dans le fond, ils ne pourraient faire que de leur mieux, tous les deux, et c'est tout. Le reste ne dépendait peut-être pas d'eux. Elle soupira. « Pour en revenir à la raison initiale de ma présence. Pas de symptômes particuliers à me signaler ? Je n'ai pas vu de signe d'infection en t'auscultant. Est-ce que tu arrives à manger un peu plus ? » Chassez le naturel, il revient au galop. Elle avait perdu pied pendant plusieurs minutes, mais le mode 'médicomage' s'était rallumé en elle après avoir reposé les yeux sur le bandage de Nick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I choose life [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I choose life [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» I choose life [PV]
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Ecosse :: Pré-au-Lard :: Résidences-
Sauter vers: