AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 PV • The revolution's coming.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Préfete de Serpentard

Parchemins : 421
Âge : 14 ans [05.1998]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: PV • The revolution's coming.   Lun 6 Mar - 17:49

The revolution's coming.
The revolution's coming, it's a minute away. I saw people marching in the streets today. You know we are made up of love and hate but both of them are balanced on a razor blade.
Un mois déjà que Candys était de retour à Poudlard. En une semaine, voire deux, tout son petit monde avait été chamboulé. Elle passait beaucoup plus de temps avec Bartley, qu’elle ne connaissait pourtant que peu auparavant, et par extension, avec le meilleur ami de ce dernier, Cole. Elle avait rencontré et avait eu l’occasion de se faire une opinion sur Derek Bradford, ancien élève d’Ilvermorny arrivé une semaine après tout le monde et réparti à Serpentard. Disons que le premier échange ne s’était pas passé comme sur des roulettes. Si Candys avait été adorable comme à son habitude, Derek avait réussi à l’énerver en très peu de temps. Il ne l’écoutait pas, sembler se ficher complètement de ce qu’elle pouvait vouloir faire pour l’aider et pire encore, il faisait des « vannes » franchement pourries. Rigoler sur la Menace, qui pouvait avoir une idée pareille, franchement ?! Surtout quand on savait que des élèves mais aussi du personnel avait été manipulé l’an passé ! C’était complètement stupide. Candys n’avait pas été jusqu’à soupçonner Derek de vraiment en faire partie. Elle était jeune et peut-être, un peu trop naïve de ce côté là, mais elle pensait sincèrement qu’un vrai membre de la Menace ne s’en vanterait pas. Surtout que Derek avait son âge - à un an près-, donc il aurait du être conditionné depuis son enfance pour faire partie d’une organisation aussi mal faites, n’est-ce pas ? Du moins, Candys l’espérait.

Candys devait se rendre de le parc, pour y retrouver son frère. Elle décida, de par l’endroit où elle se trouvait, de passer par la cour intérieure du château et donc le Pont Suspendu. Parce qu’elle n’avait pas franchement envie de faire un détour juste pour passer par les grandes portes de l’école. Au final, la distance devait de toute manière être sensiblement la même. Lorsqu’elle arriva dans la cour, elle repéra plusieurs élèves formant un groupe et parlant à voix basse. Elle ne s’en approcha pas et passa son chemin. Si elle y allait seule, elle risquait de se heurter à une rébellion. Si Bartley avait été avec elle, nul doute que tout aurait été parfaitement bien, mais il était un garçon, de cinquième année, là où elle n’était qu’une quatrième année, à Serpentard de plus. Certains élèves les voyaient toujours comme des pestiférés, allez savoir pourquoi.

Sur le Pont, une silhouette maintenant familière. « Cole ! Hé Cole ! » La brunette accéléra la cadence jusqu’à arriver à la hauteur du Serdaigle et lui adressa un sourire bienveillant. « Salut ! Tu vas bien ? » Elle avait pu affronter Cole durant des matchs de Quidditch les années précédentes, mais étrangement, ils n’avaient jamais vraiment parlé, jusqu’à cette année et la nomination de Bartley au poste de Préfet. Il avait également repris le club du journal de l’école, et Candys avait du coup sauté sur l’occasion pour le rejoindre. Et depuis, elle croulait sous les lettres anonymes de rumeurs diverses et variées, mais c’était autre chose qui lui posait problème. « Tu sais, pour le Hibou Bavard, j’ai reçu une lettre de la Plume Empoisonnée… Je pensais qu’on serait un jour tranquille, mais visiblement, il y a toujours quelqu’un pour la reprendre… Je me demande vraiment qui pourrait être derrière ça… » Car si les lettres anonymes n’étaient au final que des rumeurs sans fondement, la Plume Empoisonnée elle, s’attaquait généralement à ses camarades de façon bien plus belliqueuse.
acidbrain


english rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Serdaigle

Parchemins : 113
Âge : 15 ans (août 1997)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   Lun 13 Mar - 8:22

Cole commençait à réfléchir à son propre article pour le Hibou Bavard maintenant qu’il avait réparti les tâches entre les différents membres. La majeure partie de son travail consisterait à faire la mise en page, toutefois, il voulait quand même continuer à écrire car c’était une passion. Ça et les livres ! En tout cas, Cole était fier d’être le nouveau rédacteur en chef du Hibou Bavard et il espérait bien qu’ils allaient en mettre plein la vue à toute l’école avec le prochain numéro.

Il venait d’aller prendre quelques clichés de l’extérieur de l’école quand il entendit qu’on l’appelait. Il reconnut presque aussitôt Candys, une de ses journalistes, mais aussi préfète de Serpentard. Dernièrement, il la voyait souvent parce qu’on trouvait rarement Cole sans Bartley, les deux garçons étaient dans la même année, la même maison, le même dortoir et en plus ils s’entendaient toujours bien ! Alors ils étaient un peu les siamois de la maison Serdaigle. Ce qui ne les empêchaient pas, parfois, d’être séparés, comme c’était le cas en cet instant.

« Salut Candys ! Bah écoute ça va plutôt pas mal, j’étais en train de faire des photos pour voir si je pouvais faire quelque chose pour la mise en page du journal. » Et sinon, il rangerait les photos pour un usage ultérieur, c’était aussi à ça que servait la salle de rédaction. « Et toi, comment tu vas ? » Il avait su – parce que tout se sait au bout d’un moment – que les cousins de Candys avaient fait parti des enfants enlevés sur le Chemin de Traverse au mois d’août. Il se demandait comment il aurait réagi si ça avait été Galadrielle qui avait été enlevée… en effet, il était très proche de sa cousine. Peut-être que dans les familles nombreuses, le choc était moins grand…

La jeune fille lui parla ensuite du journal et plus particulièrement de la Plume Empoisonnée, une vieille tradition de l’école qui était en général publié dans le Hibou Bavard car dans le cas contraire le club était harcelé de beuglantes anonymes absolument insupportables. « Je suppose que quand une Plume arrive en septième année, elle forme la suivante et ainsi de suite. Savoir qui c’est actuellement serait intéressant, mais dans tous les cas, nous sommes obligés de la publier... je pense que tu as entendu parler de ce qui se passe quand La Plume est censurée, pas vrai ? » Ils n’avaient sûrement pas envie, ni l’un, ni l’autre, d’être les victimes – encore plus en tout cas – de cette langue de vipère (qui n’était peut-être pas à Serpentard, c’est juste une expression!).

« Tu vas où comme ça au fait ? » Parce que le Pont était en général un lieu de passage, on n’y restait pas, quoique, ça avait un certain charme… mais Cole était du genre poète. Il sourit à Candys avec sa bonne humeur habituel, c’était ce qui était agréable avec lui, il n’y avait que son père pour lui faire avoir grise mine. Sinon, il était presque toujours égal : cordial, poli, un parfait gentlemen. Leur grand jeu l’année dernière avec Bartley était de forcer le trait et de dire encore plus souvent bonjour aux Serpentards juste pour que les idiots qui les maltraitaient se la ferme. Il avait des idéaux… pour son père c’était ce qui le rendait faible, pour Cole, c’était juste ce qui faisait qu’il était lui. Rien de plus.

{571}


«Ravenclaws prize wit, learning, and wisdom. It's an ethos etched into founder Rowena Ravenclaw diadem: 'wit beyond measure is man's greatest treasure'»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfete de Serpentard

Parchemins : 421
Âge : 14 ans [05.1998]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   Lun 17 Avr - 10:53

Connaître le tout Poudlard était quelque chose de relativement normal quand on était un préfet. Mais il y avait forcément des gens qu’on ne pouvait pas connaître. Il y avait de nombreux élèves, beaucoup de nouveaux chaque années… Heureusement, la petite vipère étant plutôt sociable, elle n’avait pas trop de soucis de ce côté là. « Ca va aussi, merci ! » Souriante, la préfète des vert et argent aborda un sujet quelque peu sensible assez rapidement. Parce que cela la tracassait un peu quand même.

Candys aimait les potins, c’est pourquoi, dans un premier temps, elle avait décidé de rejoindre le club du journal de l’école. Parce qu’elle avait eu envie de lui redonner vie, de peut-être pouvoir changer l’apparence encore tenace des Serpentard viles et sadiques, destinés à être des mages noirs. Le fait que Cole en soit le responsable aidait grandement, puisqu’elle s’était rapproché du Serdaigle suite à son omniprésence lors des rondes que Candys faisait avec Bartley, préfet des Serdaigles. Du coup, elle avait décidé d’en faire partie et avait eu la chance de pouvoir s’occuper des potins de l’école. En tant que préfète, elle était la mieux placer pour tout ce qui pouvait être bruits de couloirs et rumeurs plus grosses que les citrouilles du potager à Halloween. Ce qu’elle avait moins apprécié soit le fait d’être au coeur même d’une des rumeurs stupides de la Plume Empoisonnée. Elle ne pouvait rien faire contre cela, elle savait qu’en entrant dans le club, la Plume se ferait connaître et qu’il valait largement mieux publier les lettres qu’elle envoyait plutôt que de les brûler dans la cheminée des vipères.

Le sort que réservait la Plume Empoisonnée à ceux qui la censurait était… Plutôt moche. Cela pouvait aller de l’humiliation publique avec une rumeur plus grosse que le château lui même mais basée sur tellement de « preuves » qu’elle finissait par s’ancrer dans les esprits de tous les élèves pendant un long, très long moment… A l’humiliation quotidienne, prenant le journaliste en herbe pour son bouc émissaire et lui faisait toutes les crasses possibles et imaginables, en s’insinuant jusqu’au plus profond des dortoirs. Et à chaque fois, l’auteur de ces « farces » comme elles étaient appelées savait se fondre dans la masse, espionner sans se faire voir et bien évidement, ne se faisait jamais prendre. Jamais. Depuis sa première apparition il avait de cela plusieurs années, la Plume Empoisonnée n’avait jamais été découverte et mise à mal. Elle régnait sur l’école comme un vautour attendant que sa proie se meurt pour plonger dessus. Candys frémit quant à l’idée qu’elle pouvait se faire de ce qui l’attendait si jamais elle ne publiait pas cette lettre. « Je préfère ne pas y penser… Mais tu ferais bien d’y jeter un coup d’oeil… On en prend tous les deux pour notre grade. Sans compter Bartley, Oliver et le nouveau, Derek… » Manque de bol pour Candys, les quatre garçons et elle étaient tous liés dans cette lettre idiote… D’où son envie de ne pas la publier…

« Oh, je vais dans le parc, je dois retrouver mon frère. Je viens de quitter Bartley, si jamais tu le cherches, il m’a dit qu’il allait à la bibliothèque. » Un lieu en soi peu étonnant pour un Serdaigle, mais autant le préciser, puisqu’il était le meilleur ami du jeune homme. « Tu as pris des photos de quoi du coup ? Du château ? » Il fallait l’avouer, Poudlard était particulièrement majestueux. Du moins, Candys le pensait, mais elle n’avait jamais vu que ce château, donc les autres étaient peut-être encore plus phénoménaux…

[589]
acidbrain


english rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Serdaigle

Parchemins : 113
Âge : 15 ans (août 1997)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   Sam 22 Avr - 18:20

Cole n’avait jamais été la victime de la Plume mais en même temps maintenant il n’avait plus vraiment la même position qu’autrefois : il était l’ami intime d’un des préfets et il dirigeait le journal. C’était normal qu’il devienne une cible, alors qu’avant il était trop discret pour ça. Enfin… au final ce n’était pas vraiment lui qui était devenu plus remarquable, mais les gens autour de lui. « Je la lirai pour me préparer aux conséquences, mais bon… il faut prendre ce qu’elle raconte avec recul. » Il haussa les épaules et déduit : « Je suppose qu’elle a inventé une sombre histoire dans laquelle nous te courtisions tous ou quelque chose de ce genre ? » La Plume adorait les histoires de coeur ! Pas que Cole ne s’y intéresse pas, mais il n’oserait jamais s’intéressait de celle des autres et encore moins leur en inventer une. Ce qui était amusant dans ce que Candys lui disait c’était que visiblement même le nouveau en prenait pour son grade. Bah. Cela réconforterait peut-être Julian de voir que son meilleur ami était dans une galère lui aussi – même si à choisir, mieux valait La Plume que La Menace -.

« Hum ? Oui, oui, je sais pour Bartley, je dois l’y rejoindre plus tard. » Cole et Bartley étaient de vrais inséparables, mais il fallait bien vu que bon, à Serdaigle comme dans toutes les maisons, il y avait des gens stupides, et depuis le départ des anciens septièmes années, Cole avait trouvé que cela se faisait un peu plus sentir qu’avant. Il faut dire que le groupe Aliénore-Alice-Dwayne en imposait sans pour autant s’en vanter : Dwayne mettait l’ambiance, Alice était le cerveau qui menait ses affaires avec rigueur et prônait la justice dans la salle commune (et le silence aussi tant qu’à faire) tandis qu’Aliénore était surtout la force de dissuasion avec son don d’hypnose. Ils manquaient à Cole, même si dire au revoir aux anciens était une habitude qu’il avait pris, plus il devenait lui-même plus âgé plus il avait connu ses aînés. Cole réalisa alors que la tante de Candys était justement en septième année et qu’elle allait bientôt partir de l’école.

Mais avant d’en venir là, il répondit à la question sur les photos : « J’ai pris un peu tout en photo, j’essaie de maîtriser mon nouvel appareil en faisant différentes prises de vues et je garderai les meilleurs pour s’il nous manque des illustrations. » Il verrait ça au moment de la mise en page. Pour le moment, il n’avait pas encore les articles de ses camarades, loin de là. Il n’avait pas non plus écrit son édito car il voulait y mettre des nouvelles neuves et pas des trucs qui dateraient du début de l’année. Tout pouvait changer si vite à Poudlard !

« Au fait, ça te convient cette partie là du journal ? Tu n’aurais pas voulu la place de Prudence ? » Prudence devait interroger Opaline pour le prix de Miss Poudlard, il avait préféré Prudence car elle avait demandé la partie interview en priorité et qu’en plus il avait pensé qu’elle serait plus objective que Candys. Mais bon, ça n’avait peut-être pas convenu à la principale intéressée pour autant.

{541}


«Ravenclaws prize wit, learning, and wisdom. It's an ethos etched into founder Rowena Ravenclaw diadem: 'wit beyond measure is man's greatest treasure'»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfete de Serpentard

Parchemins : 421
Âge : 14 ans [05.1998]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   Mar 13 Juin - 15:33

La Plume Empoisonnée, élève (ou groupe d’élèves, personne ne le savait vraiment) mystérieux de Poudlard, s’amusait à inventer les plus grosses histoires possibles et imaginables à Poudlard. La mère de Candys lui avait dit de faire attention à ces ragots et ne pas y prêter attention. La personne derrière cette commère était sans doute jalouse ou n’avait rien d’autre à faire de son temps libre. Candys ne pensait cependant pas être un jour la cible de cette dernière. A croire que le fait d’être devenue préfète l’exposait plus désormais que ses autres petits camarades. « Presque, c’est plutôt moi, qui ne sait pas sur quel pied danser et qui, de fait, oscille entre vous quatre… Du grand n’importe quoi donc, surtout concernant Derek. » La brunette leva les yeux au ciel, comme si la chose était la pire des trois. En soit, qu’on lui prête une relation avec Bartley, Cole ou même Oliver, elle s’en fichait pas mal. Quand bien même Oliver était plus un pot de colle qu’un ami, elle n’avait rien contre lui… Que Derek… Derek s’était attiré les foudres de la demoiselle dès son arrivée et depuis lors, ils parlaient à peine, se regardaient à peine, donc franchement, elle ne voyait pas trop d’où venait ce soudain intérêt de la mettre potentiellement en couple avec l’américain.

« Oh, d’accord ! C’est le dernier appareil photo sorcier sorti ? Celui qu’on a à la maison a plusieurs années, et mes parents ne veulent pas trop qu’on y touche avec mon frère et ma sœur. Ma mère a plein d’albums de quand elle était mannequin aussi, j’aime bien les regarder. Mais beaucoup sont des photos moldues qui ne bougent pas. Tu ne trouves pas ça triste toi ? » Elle n’avait absolument rien contre les moldus, que l’on soit bien d’accord là-dessus, mais il était vrai que pour certaines choses, les sorciers étaient plus avancés et cela lui plaisait d’avantage. Mais comme elle était très ouverte d’esprit, ce n’était pas un gros problème pour elle.

Concernant le journal, Candys ne voyait pas trop ce que Cole voulait dire. Après tout, Opaline était de sa famille, elle n’avait pas spécialement besoin de l’interviewer pour lui demander ce qu’elle voulait ! « Oh non, ne t’en fait pas, ça me va très bien ! Prudence est mieux placée que moi pour interviewer Line, elle la connait moins que moi, après tout ! Et puis les potins, en tant que préfète, j’en entends pas mal ! » Elle pourrait lui en faire un parchemin long de trois mètres au moins, elle en était quasiment sûre ! « Mais ne t’en fais pas pour moi en tout cas, ça me va très bien ! Et au cas où tu as quelque chose, tu peux toujours m’envoyer un petit hibou ! Ou m’en faire part pendant une ronde. On ne devrait demander à McGonagall de te nommer préfet, avec tout le temps que tu passes avec nous, d’ailleurs ! » Candys n’était pas du tout en train de se plaindre, loin de là, elle appréciait les rondes en compagnie de Cole et Bartley, mais il est vrai que les préfets manquaient de représentants mâles… Un en plus, ça ne ferait sans doute pas de mal.


[541]
acidbrain


english rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Serdaigle

Parchemins : 113
Âge : 15 ans (août 1997)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   Ven 14 Juil - 18:16

Contrairement à Candys, même s’il reconnaissait que c’était agaçant, il trouvait surtout marrant que La Plume s’en prenne à eux. Surtout à lui, car encore Bartley ou Candys étaient préfets et c’était bien connu qu’ils étaient souvent des cibles faciles… « Je comprends ce que tu ressens, surtout par rapport au nouveau qu’on connaît à peine, mais je dois bien avouer que je trouve risible d’être du lot alors que je suis monsieur Ordinaire par excellence. A moins que je ne sois monté en grade en même temps qu’Alice me confiait les rênes du journal ? Après tout, on ne sait jamais... » Admit-il, désormais, il n’était plus un simple gratte papier, il était président d’un club, et pas n’importe lequel puisque c’était le club journal donc le relais de La Plume. Celle-ci trouvait sûrement assez drôle de son côté de leur ajouter un coup de pression supplémentaire en les incriminant directement.

Concernant l’appareil photo, il signifia d’un signe de tête que c’était bien ça. Il l’avait eu pour fêter son poste de rédacteur en chef de la part de ses parents, tous les deux le voyait très bien devenir journaliste plus tard, en plus c’était le genre de métier qui parlait autant au côté sorcier qu’au côté moldu de sa famille… même s’il y avait en effet une différence de taille entre les photographies des deux mondes : les unes bougeaient et pas les autres. « Chez moi, presque toutes les photos aux murs ne bougent pas. C’est ma mère qui les fait et c’est une moldu. » Précisa-t-il bien qu’il ne fasse pas très bon avoir de la famille moldu depuis quelques temps, cela dit, les plans de La Menace reposait plus sur la scission que sur le meurtre, c’était toujours ça de pris quand on connaissait les autres conflits antérieurs sur la question… « Je ne pense pas vraiment que ce soit triste, c’est juste différent. Mais bon, moi j’ai le droit à des appareils sorciers quand même ! » Car il ne manquerait plus qu’ils fassent paraître des images qui ne bougeaient pas dans un journal de sorciers… ce serait perturbant pour la majorité des lecteurs, certains ne connaissaient pas du tout les photos moldus, d’autres, comme Candys visiblement, trouveraient ça décevant. En bref, Cole s’adaptait à ses deux univers, dans la vie, ce n’était pas vraiment son plus gros soucis. Ne pas être intéressé par le sport, les filles et la violence était nettement plus problématique dans son rapport à la vie en générale et avec son père en particulier.

Puisqu’ils en étaient à parler matériel, ils dérivèrent facilement sur le contenu du Hibou, et Cole s’inquiéta de ce que Candys ne soit pas tout à fait à l’aise avec sa rubrique, mais elle le rassura aussitôt en lui certifiant que ce n’était pas le cas. « Tant mieux alors ! En plus Prudence était tellement motivé pour cette partie… c’était difficile de lui dire non. » La jeune Poufsouffle ne manquait pas d’énergie, c’était au moins une chose de sûre et certaine. « Et je ferai un très mauvais préfet, je ne vous accompagne pour les rondes que parce que Bartley n’aime pas le faire tout seul. Il n’était pas très emballé au départ par sa nomination, puis finalement, il s’est dit que ça irait. » Si Cole était là pour le soutenir moralement en tout cas, puis son ami faisait déjà régner la loi à Serdagle avant ça, au fond ça ne changeait pas grand-chose.

{582}


«Ravenclaws prize wit, learning, and wisdom. It's an ethos etched into founder Rowena Ravenclaw diadem: 'wit beyond measure is man's greatest treasure'»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfete de Serpentard

Parchemins : 421
Âge : 14 ans [05.1998]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   Lun 24 Juil - 11:04

« Oh, tu n’as pas envie de le connaître, crois-moi ! » Quoi ? Candys, rancunière et vexée du comportement de l’américain ? Pas du tout voyons ! Pour ce qui était d’Oliver, la demoiselle ne savait pas trop pourquoi la Plume le lui mettait dans les pattes. D’accord, elle avait été au bal avec lui l’an passé, mais c’était tout ! Ils parlaient de temps à autre mais n’étaient même pas réellement amis… Pour Bartley, sa position de préfet et les nombreuses rondes qu’ils partageaient expliquaient la chose… Pour Cole… Peut-être était-ce le journal, ou bien le fait que Cole accompagnait les deux préfets lors des rondes, elle n’en savait rien. « Peut-être, c’est possible… A moins que le fait de nous accompagner pour les rondes n’y soit pour quelque chose, mais bon… » Tout ce qu’elle savait, c’était que ce qui l’énervait le plus dans cette histoire –en plus de passer pour quelqu’un qu’elle n’était pas- c’était d’avoir Derek dans le lot !

La demoiselle avait beau être une Serpentard pure souche, elle n’avait cependant absolument rien contre les moldus et les nés-moldus. Elle avait même bien du mal à comprendre pourquoi on leur en voulait d’être tout simplement là, d’exister. La question était peut-être un peu trop philosophie pour son âge, mais elle ne comprenait pas et ne cherchait même pas à essayer de comprendre. « Ah oui ? Et tu sais si elle préfère les photos qu’elle fait ou celles des sorciers ? » Elle comprenait où Cole voulait en venir en disant que ce n’était pas triste mais différent. Après tout, les moldus ne savaient en soit, pas ce qu’ils manquaient, puisque techniquement, ils ne savaient pas que les sorciers et donc les photos qui bougeaient existaient. Mais Candys n’ayant connu que ce mode de vie, avait un peu du mal. Même les photos de mannequina de sa mère, qui ne bougeaient, l’intriguait. Sa mère faisait, sur ces dernières, très… Plastique ? Comme une poupée qu’on ne pouvait toucher. Alors que si les photos avaient été animées comme chez les sorciers, Candys était sûre qu’elles donneraient une toute autre idée de sa maman !

Concernant l’article qu’elle avait à écrire pour le journal de l’école, Candys était à des lieux de se douter que Cole se souciait autant des attributions d’articles. « Ne t’en fais pas, je pense que je peux lui pardonner de m’avoir subtilisé ma tante quelques heures pour cet article ! » Elle esquissa un sourire et fit un clin d’œil au jeune Serdaigle. « Il s’en sort bien. Promis, je m’occupe bien de lui. Mais ça fait du bien d’avoir un garçon et demi dans l’équipe. En tout cas, j’aime beaucoup faire les rondes avec vous deux. » Candys et Bartley étant très souvent sur la même longueur d’ondes, ça aidait. Le Serdaigle réussissait même à canaliser la pile électrique qu’était la vipère, c’est dire !


acidbrain


english rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PV • The revolution's coming.   

Revenir en haut Aller en bas
 
PV • The revolution's coming.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Romain D. Parnasse ? revolution is coming
» Christianity and the ongoing Haitian Revolution (1791-2010)
» bonne fete revolution russe
» Y A T IL ?AVAIT-IL UNE PENSEE OU UNE REVOLUTION LAVSSIENNE?
» OU EST PASSE 100 MALICE ???LA REVOLUTION OU LA COMPROMISSION ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Lieux de passage :: Pont Suspendu-
Sauter vers: