AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [THEME] Les portes du pénitencier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 121
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: [THEME] Les portes du pénitencier...   Lun 13 Mar - 8:19

Les portes du pénitencier
Le soleil n'est pas fait pour nous C'est la nuit qu'on peut tricher. Toi qui ce soir a tout perdu Demain tu peux gagner. Ô mères, écoutez-moi, Ne laissez jamais vos garçons Seuls la nuit traîner dans les rues.
by Wiise


« Oh purée tu m’as fait peur ! » Lucas était entré dans un autre élève qui s’était révélé être simplement Alan, un camarade de sa maison à qui il parlait assez peu, sauf quand ça se présentait. Mais Lucas avait beau être « gentil », il était clairement associable : avare de paroles, agacé par le bruit, toujours plongé dans un livre, il n’avait vraiment pas le profil du mec bien intégré. Heureusement, à Poufsouffle on laissait chacun être ce qu’il voulait, et il avait quand même des amis (disons qu’il avait au moins Tempérance et dernièrement il invitait souvent Graham à bosser avec lui), sans compter sa famille. Lucas ne se sentait jamais seul, sûrement parce que le plus souvent il aurait aimé l’être !

Mais là n’était pas la question, ce soir là, il essayait de filer en douce de la salle commune, sauf qu’arrivé à la sortie dans les cachots, il était tombé sur Alan. Le couvre-feu était pourtant passé depuis longtemps. « Qu’est-ce que tu fais là d’ailleurs ? » On pourrait lui retourner la question, ça ne lui poserait pas de soucis. En fait, il avait l’impression que les détraqueurs faisaient peur à Psychée même s’il y avait les aurors pour les gérer. Lucas s’était un peu renseigné et il semblait que les détraqueurs se nourrissaient du désespoir, même le plus enfoui. Or Psychée avait été abandonnée peu après sa naissance devant un bâtiment. Roze, leur mère, l’avait trouvée et confiée au seul orphelinat sorcier anglais, fondé après la dernière guerre. Elle allait souvent la voir et lui avait donné son prénom, Psychée, pour ensuite l’adopter au bout d’un an en voyant que la petite n’était pas choisie par les familles sorciers. Edward avait souvent raconté à Lucas comment Roze était arrivée chez eux avec la petite dans les bras en lui annonçant que ce serait maintenant leur fille. Lucas lui se rappelait juste qu’il avait été content d’être grand frère. Mais le fait était que sa petite sœur avait des traumatismes qui au quotidien se voyait par sa très grande timidité, son manque de confiance en elle, mais qu’est-ce que ça allait donner avec des détraqueurs à proximité ? Cette idée l’avait empêché de dormir alors il avait décidé de sortir prendre l’air. Peut-être que s’il allait du côté de la salle commune des Gryffondors, il trouverait un moyen de joindre sa petite sœur à l’intérieur ou, à défaut, leur tante Opaline.

Bref. Lucas avait une raison, aussi discutable soit-elle. Le jeune garçon entendit un bruit, il attrapa Alan et le tira contre un renfoncement pour qu’ils soient cachés. « Si on nous chope, on va perdre au moins cinquante points à nous deux ! » Bon, Lucas s’en fichait un peu, il n’était pas très coupe des quatre maisons, peut-être parce qu’ils avaient gagné déjà l’an dernier… il n’était pourtant pas le dernier pour donner des points, élève sérieux, il en rapportait régulièrement grâce à son travail. Pour ce qui était du reste, il n’était pas très activité extra-scolaire. De fait, il n’était inscrit dans aucun club : le collectif ce n’était pas son truc, un point c’est tout ! Même si, là, tout de suite, il était coincé avec Alan… mais ça c’était la faute du Ministère… quelle idée de mettre des détraqueurs à côté d’une école ! Surtout que ça n’avait pas été concluant la dernière fois qu’ils l’avaient fait (ses parents étaient alors en troisième année, comme lui!). Bon. Heureusement, il y avait des aurors aussi. Même si, là, il n’avait pas envie de les croiser et de finir dans le bureau de la directrice… cette école était vraiment devenue une prison ! On ne pouvait probablement pas entrer… mais aucun risque qu’ils en sortent non plus !

{629}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 497
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Mar 14 Mar - 0:11

Loin de s'être rabibochés, Alan et Magnus replongeaient dans leur bouderie habituelle dès que l'un – ou l'autre – n'y mettait pas du sien, c'est à dire tout les deux jours. Entendons par là que dans les situations où les deux cousins auraient pu tout à fait faire la paix, se parler ou avoir une attention bienveillante pour l'autre, ils laissaient s'exprimer leur fierté et continuaient à s'ignorer. Les tensions repartaient donc de plus belle et alors que tout était fait pour les rapprocher, ça repartait pour une nouvelle journée. Que c'est beau d'avoir 12 ans !

- Je vais faire un tour.
- Où ça ?
- Je t'en pose des questions ? Dehors.

Le camarade de chambrée d'Alan était très gentil, mais parfois un peu trop curieux. Il fallait dire qu'il arrivait rarement à Alan de passer du temps avec une autre personne que son cousin, dans leur dortoir. Depuis qu'ils s'évitaient soigneusement, les deux Irlandais avaient été forcés de communiquer avec les autres Poufsouffle de 2ème année. Pas qu'ils n'étaient pas amis à la base, mais il était vrai que les sorciers de Galway passaient tout leur temps entre eux mais ça, c'était avant, ils avaient donc été obligés de s'ouvrir un peu plus aux autres pour ne pas plomber l'ambiance ce qui a quand même été le cas. " Tu diras bien à Magnus que je suis sorti. Qu'il comprenne bien que 22h n'est pas une heure pour ranger des cailloux dans des boites.

Boudant, le poursuiveur officiel de Poufsouffle se dirigea vers la salle commune. Quand il réalisa que des 7ème années squattaient le canapé au nez et à la barde des préfets et qu'il préférait que personne - dans la mesure du possible - ne le voit en pyjama bleu et blanc à rayures, il longea discrètement le mur, et s'approcha, en pantoufles, de l'entrée de la salle commune. Sans même hésiter - il voulait rester seul - le jaune et noir franchit la porte du tonneau et s'engouffra rapidement dans le couloir sombre et hop, moins 50 points pour Poufsouffle.

Il regretta aussitôt son geste. D'un, l'heure du couvre-feu était passée, ce qui faisait de lui un pur Faraday hors-la-loi, mais surtout, on se caillait sévère dans les sous-sols. Serrant ses épaules dans ses bras, le sorcier décida de faire un petit tour vite fait et de revenir aussi sec dans la salle commune. Il emprunta presque sans hésitation le chemin des cuisines, histoire de prendre une direction. Alan n'y était pour l'instant jamais allé seul, ainsi, il ne savait pas comment entrer. Ça n'avait manifestement pas l'air trop compliqué, mais Alan avait mis un point d'honneur à ne pas regarder quel fruit il fallait gratouiller : il voulait éviter, précisément, de céder à une de ses pulsions nocturnes. Passé 20h, s'il mangeait quelque chose de sucré, il ne dormait pas.

BAAAAM. A l'angle du couloir, Alan venait d'heurter quelque chose de mou un obstacle. Il s'agissait manifestement d'un être humain et Alan fut dans un premier temps content que la chose s'exprime : il n'aurait pas supporté une seconde entrevue avec un épouvantard. Son épouvantard à lui prenait la forme d'une faucheuse en putréfaction toute dégoulinante de sang : il l'avait assez vue - merci - pour les 100 ans à venir. Il fut, par la suite, ravi de constater qu'il ne s'agissait pas d'un préfet, mais de Lucas, un Poufsouffle plus vieux que lui.

- Mais chuuuut ! Quelqu'un va nous entendre ! Lucas ? Et toi, qu'est-ce que tu fais là ? Tu vas faire perdre des points à Poufsouffle, à te promener dans le château, bordel !

Mince, mince, mince, mince, ça ne sentait pas bon ! Seul, Alan était discret, mais c'était clair que deux élèves réunis dans les couloirs attiraient toujours Rusard, ou Miss Teigne, ou les deux ! Plus paniqué par la peur de faire du bruit, que de se faire attraper par Payton, leur préfète, Alan répondit le plus rapidement possible.

- Moi je fais juste un tout petit tour pour prendre l'air, mais je ne vais pas loin. J'allais rentrer là.

Alan se retourna et estima la distance qui le séparait de l'entrée de la salle commune : il était allé plus loin qu'il ne l'aurait cru. Perdu dans ses pensées, il avait du passer le portrait des cuisines sans même le voir. Crotte, il ne voulait pas que Lucas pense qu'il lui arrivait fréquemment de faire des excursions nocturnes, c'était pas vrai. Il ne voulait pas aller loin, lui, juste prendre un peu l'air dans le couloir !

Mais la poisse semblait lui coller aux basques depuis l'année dernière, de toute manière : Lucas venait d'entendre quelqu'un approcher. Nom d'un strangulot constipé, sans déconner ?! Il était condamné à ne pas avoir une vie reposante ou quoi ? Prudence aurait frétillé de joie comme un poisson dans une poële hors de l'eau, lui, il préférait mourir tout de suite plutôt que de faire une nouvelle crise d'angoisse. Mais ça lui pendait au nez, à force !

Collé contre le mur glacé du sous-sols, fermant les yeux pour faire passer plus vite ce mauvais rêve, Alan venait de passer une nouvelle fois d'un profond sentiment de plénitude à un stress qui lui bouffait l'estomac. Machinalement, il plaqua sa main sur celle de Lucas et la serra comme si son ainé allait prolonger un don d'invisibilité inné jusqu'à lui. Sans rire, ça n'arrivait qu'à lui ce genre de chose ! Prue elle adorait des situations pareilles, pourquoi ça ne lui arrivait jamais ? Lui il détestait ça ! Lui, Alan Carmichael, était taillé pour les fauteuils chaleureux et moelleux de la bibliothèque, pas pour les romans d'Agatha Christie de Prudence !

- C'est passé ?

Alan n'entendait rien, il demanda donc discrètement à Lucas si le bruit s'était éloigné ou non. Il avait murmuré, pas question que quelqu'un d'autre que le Poufsouffle ne l'entende. Il pouvait s'agir de n'importe qui, quelqu'un de bien comme Payton, qui ne dirait trop rien, comme quelqu'un de moins cool comme un autre préfet, un professeur, le concierge, ou pire, un détraqueur. Qui nous disait que la nuit, ils ne patrouillaient pas dans le château. Ça aurait été le pompon, tiens, sérieusement ! Ahlala... Quelle horreur, cette soirée, vraiment !

(1040)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 121
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Mar 14 Mar - 11:53

« Je voulais trouver un moyen de joindre Psychée chez les Gryffondor. » Répondit-il le plus platement du monde, à défaut d’en faire un secret, il n’avait pas très envie de s’étendre sur les raisons pour lesquels il croyait devoir prendre des nouvelles de sa sœur en pleine nuit. Il n’était pas connu de leurs camarades que sa sœur avait été adoptée même si pour beaucoup d’adultes ça se savait du fait de l’année de battement entre le moment où Roze l’avait trouvé et celui où elle avait adopté Psychée. Tous ceux qui suivaient les news peoples de l’époque aussi connaissaient les moindres détails de leur vie : c’était le désavantage d’avoir une mère célèbre dans un groupe de rock, ça laissait peu de place au mystère. Mais tous leurs camarades de Poudlard étaient trop jeunes pour en avoir vent et il ne savait jamais trop comment sa jeune sœur se positionnait par rapport à tout ça. Souffrir de quelque chose ne signifiait pas forcément qu’on ne voulait pas en parler et vice-versa.

« Prendre l’air ? A cette heure-ci ? Tu es sûr que tu n’allais pas plutôt aux cuisines... » Chuchota Lucas parce que bon, c’était quand même la direction que prenait le jeune garçon quand il lui était rentré dedans. Lucas n’était pas un gros mangeur (sa mère lui trouvait la peau sur les os d’ailleurs), mais comme il venit d’une grande famille, le passage vers les cuisines n’avait aucun secret pour lui. « D’ailleurs, bien que je ne sois pas vraiment mieux à ce niveau, est-ce que tu trouves vraiment prudent de sortir en pleine nuit avec des détraqueurs pas loin ?! » Pour Lucas, ces créatures sinistres étaient tout à la fois l’objet de ses craintes et ce qui le poussait à sortir. Car le jeune homme n’avait rien d’un rebelle, du moins pas face aux institutions, cela pouvait se discuter d’une façon plus général à cause de son tempérament. S’il n’était pas un anarchiste, il pouvait quand même passer pour un original : dans une maison qui prônait la tolérance et l’amitié, il était un solitaire qui ne parlait presque pas ou, en tout cas, à un nombre restreint de personnes.

Ils eurent une frayeur juste après mais quand Alan lui demanda si c’était passé, Lucas jeta un coup d’oeil à droite et à gauche. « Oui, j’ai l’impression que c’est bon. » Il alla de nouveau dans le couloir, baguette à la main même s’il n’était qu’en troisième année. Son lumos éclairait légèrement le couloir. « Je me demande ce que c’était ce bruit… peut-être un préfet qui faisait sa ronde. Dans ce cas il vaudrait mieux pour nous que ce soit Payton, elle aurait pitié et nous enlèverait moins de points. Idem pour Candys. Mais si c’est Klara ou Bartley, on est mort. » Façon de parler, ils auraient juste quelques heures de colle et des points en moins. Lucas se ferait passer un savon par son père mais comme ses intentions de départ étaient louables, il devrait pouvoir supporter le tout avec son flegme habituel. Le fait était néanmoins que si préfet il y avait quand des couloirs attenants, mieux valait pour les deux hors-la-loi que ce soient la cousine de Lucas ou leur préfète à tous les deux.

{548}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 497
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Jeu 16 Mar - 8:19

Alan n'était clairement pas rassuré : à l'instant où il avait voulu quitter la salle commune pour éviter les élèves plus âgés, il l'avait regretté. Quelle idée, franchement de sortir de la salle commune de Poufsouffle après le couvre-feu ? Certes, l'air frais faisait du bien et lui changeait les idées, et surtout, ce couloir lui serait bénéfique plus tard : quand il serait bien content de rentrer dans son lit douillet et bien chaud. Mais c'était interdit !

Pour l'heure, il se retrouvait collé serré à Lucas à quelques dizaines de mètres de la salle commune, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'en serait bien passé. Lucas et lui n'étaient pas amis pour une simple et bonne raison : le 3ème année n'était pas un garçon attachant. Et bam. Dès qu'il 'parlait' à quelqu'un, il était froid, à la limite de l'indifférence et son visage était inexpressif. Alan revoyait son papa à table, qui, perdu dans ses pensées, ne se mêlait jamais de la discussion de son fils et de sa femme. C'était agaçant. Certes Alan aimait le silence et la tranquillité, il aimait aussi beaucoup parler aux gens et apprendre à les connaître. Manifestement pour Lucas Montgomery, parler aux autres était une option, pas vraiment prévue dans son programme de vie. Seule sa sœur Psychée comptait, Alan s'en était rendu compte. Et Alan n'avait jamais Lucas vu sourire, aussi.

- Tu es allé jusqu'à la tour des Gryffondor ?

Demanda Alan, interloqué. Ça t'amuse de vouloir faire perdre des points à Poufsouffle ? Tu crois que compter sur les matchs de Quidditch c'est suffisant ? Le moins que l'on puisse dire, c'était qu'il ne s'attendait pas à ça. La tour des Gryffondor, quoi ! L'endroit le plus éloigné du château ! C'était carrément du suicide avec les professeurs, les fantômes et les préfets qui vadrouillaient ! Mais c'était aussi carrément courageux, il fallait bien l'avouer. Jamais Alan ne s'y serait aventuré.

- Non ! Répondit-il, sur la défensive. Non je ne suis pas gros ! J'allais vers les cuisines, mais je faisais juste quelques pas. Je n'ai pas faim, je voulais juste éviter mon dortoir.

Alan n'avait pas faim, ce qui était assez extraordinaire pour être noté. On devait bien reconnaître que Lucas – en tout cas – ne se lassait pas abattre. Lui, il faisait carrément le tour du château en pleine nuit, à la barbe des préfets, et quand il croisait quelqu'un à deux pas de sa salle commune, guerre plus jeune que lui, il se permettait de le prendre de haut et de lui faire la leçon. C'était une blague ?! C'était lui qui aurait du avoir peur des détraqueurs oui ! IL était clair que certains étaient postés dans le grand hall !

- Des détraqueurs ? Oui, j'ai combattu un épouvantard l'an dernier tu sais. Alors un petit détraqueur... Ils sont dehors les détraqueurs, non ? Au pire dans le grand hall, mais certainement pas dans les sous-sols, si ? Demanda t-il, peu confiant. Et toi ? Carrément dans la tour de Gryffondor quoi ! Tu peux parler !

Alan ne savait pas trop pourquoi Lucas agissait comme ça, du coup, il l'analysait. Lucas voulait peut être être préfet et s'exerçait à se donner une contenance et à prendre 'de haut' (exagérément) certains élèves (il n'avait dans ce cas franchement rien compris, quand on voyait Payton, c'était tout l'inverse). Mais c'était peu probable. Bien qu'il soit froid, on sentait que Lucas avait un bon fond, que c'était un gentil garçon. Alan avait déjà noté ça en l'observant quelques fois. Ou alors il était juste inquiet pour les plus petits que lui. Certes c'était exprimé maladroitement, mais peut être que ses intentions étaient louables et altruistes. Il n'était juste pas très doué pour les relations sociales à l'inverse d'Alan, qui parlait à tout le monde. Le poste de préfet sera pour lui !.

Le comportement du 3ème année intriguait beaucoup Alan, il voyait par bien des aspects son papa, mais il y'avait beaucoup trop de dissonances pour que ce comportement soit clair. Alan devait apprendre à mieux connaître Lucas pour l'étudier. Il fut coupé dans ses théories par un bruit dans le couloir. Sans attendre, les deux garçons se plaquèrent contre le mur glacé en pierres.

- Dans la mesure du possible, je ne voudrais croiser personne. On rentre ?

Alan était transi de froid dans son petit pyjama en coton et n'avait qu'une hate, retrouver la sécurité et le confort de son dortoir. Pour le coup, dans des situations pareilles – où il imaginait bien un détraqueur glisser jusqu'à lui et lui donner un baiser mortel – Magnus lui manquait.

(770)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 121
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Ven 17 Mar - 15:43

Lucas n’était pas allé jusqu’à la Tour des Gryffondors, en effet, il s’était vite rendu compte que ça allait être vain et était passé au plan B, à savoir envoyer un hibou à Psychée. Mais il n’avait pour le moment obtenu aucune réponse, peut-être que sa sœur dormait et qu’il se faisait du soucis pour rien, tout simplement. « C’était ma première idée, mais finalement, j’ai été à la volière pour emprunter un hibou. » Ce qui n’était pas forcément plus facile, à part que la question du mot de passe ne se posait plus et que ce point était la faille de la première partie de son plan quand il songeait encore à aller voir sa sœur : jamais il ne serait entré à l’intérieur, le passage ne se serait pas ouvert pour un Poufsouffle. Comme quoi la sécurité basique fonctionnait encore à Poudlard, au moins pour empêcher les élèves d’embêter d’autres élèves.


« Pourquoi éviter ton dortoir ? » Lucas n’était pas spécialement curieux mais ça lui paraissait étrange que Alan évite un endroit aussi banal que l’endroit où il dormait. Cela sentait encore les affres de l’adolescence et des conduites immatures qui laissaient croire à notre troisième année qu’il n’était pas fait pour frayer avec les autres. Quand on était seul, on ne pouvait pas se disputer avec quelqu’un. Comme il n’avait presque pas d’ami, c’était limité en terme de possible : il ne pouvait en fait se disputer qu’avec Tempérance, sa seule amie tout bien pesé, encore qu’il s’entende bien avec certaines serdaigle d’années en dessous de lui. Toutefois, il imaginait mal qu’il puisse un jour fuir un quelconque endroit pour éviter quelqu’un d’autre…


« Je te l’ai dit, finalement, je n’ai pas été jusqu’au bout de ma première idée. » Donc il n’avait pas été à Gryffondor même s’il avait bifurqué assez tardivement sur son trajet. « Mais les détraqueurs sont en effet dehors, toutefois, ils sont instables. Quand mes parents étaient en troisième année eux aussi, ils étaient postés à Poudlard pour protéger les élèves, comme maintenant sauf que là le ministère a envoyé des aurors pour les surveiller. Et lors d’un match de Quidditch, ils sont arrivés sur le terrain et ça a été la panique. Les détraqueurs sont dangereux ! Ce n’est pas pour rien qu’on leur a enlevé la garde d’Azkaban. Je n’ai aucune confiance en eux. » C’était d’ailleurs la raison de sa sortie, il ne voulait pas qu’ils approchent de sa sœur. Elle avait trop de pensées négatives, ils risquaient de l’engloutir par leur seul présence. Moins peut-être que d’autres élèves (passé ses un an et quelques, Psychée avait eu une vie aussi heureuse que la sienne), mais plus que d’autres (certains n’avaient pas été abandonnés bébé!).


« Si tu veux… de toute façon, je ne crois plus que j’aurais des nouvelles de Psychée ce soir. J’aurais mieux fait d’écrire à Opaline. » Il haussa les épaules, légèrement défaitiste sur ce coup. Il remarqua que Alan n’était pas très couvert alors il dégrafa sa cape et la passa sur les épaules du deuxième année. Lucas était grand pour son âge mais pas bien épais alors c’était presque la bonne taille. « Tu auras moins froid avec. » Explicita-t-il au cas où cela serait nécessaire. C’étaient dans ces moments là qu’on remarquait que sous ses airs froids, Lucas était gentil… mais à sa manière. Passant à côté de Alan plutôt que devant lui, il désigna le trajet du retour. Quitte à rentrer autant ne pas traîner : se coller aux murs toutes les cinq minutes était désagréable, surtout dans ces sous-sols humides et froids.


{605}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 497
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Sam 18 Mar - 8:16

Lucas demanda à Alan pourquoi il avait quitté son dortoir, car cette idée lui semblait étrangement saugrenue. Comme si aller à la volière était plus raisonnable. Alan trouvait ça carrément fou de partir si loin – seul – et en pleine nuit ! Déjà il pouvait être très dangereux de croiser un détraqueur, qui étaient dehors donc, rappelons-le, mais on pouvait aussi très bien sur un préfet, un auror, Rusard, ou un professeur, ce qui était au moins aussi dangereux vu le contexte actuel. Lucas devait vraiment avoir une bonne raison pur faire ce qu'il avait fait !

- Je me suis disputé avec mon cousin et j'ai l'impression qu'il fait exprès de m'embêter.

Bien évidemment, au fond de lui, Alan savait que non. Il connaissait trop bien Magnus pour le croire mesquin, mais les dernières semaines n'avaient pas été de tout repos à vivre. Et la seule indifférence que se témoignaient les cousins laissait clairement dire qu'ils étaient tous les deux mesquins. Aucun ne rattrapait l'autre. Et bien qu'il ne se doutait pas que ses petitesses puissent vraiment blesser son cousin, il savait en revanche, que Magnus y arrivait très bien. Le gentil du groupe, c'était Prudence Magnus dans la logique des choses, la chose la plus méchance qu'il ait fait dans sa vie était de reposer un caillou par terre en lui disant qu'il n'était pas joli.

Mais encore une fois, Alan ne préférait pas en parler. Il préférait que le temps laisse faire les choses. Et que Prue se taise, surtout, parce que ses tentatives extrêmement peu subtiles pour les rapprocher agissait sur Alan comme effet inverse : il détestait se sentir forcé et Prue mettait bien toute son énergie à insister lourdement lourdement étant un synonyme de Prudence.

- Tu attends des nouvelles de Psychée ? Ça ne peut pas attendre demain ? Ou alors tu as des dons de voyance et il s'est passé quelque chose !

Alan était bien placé pour savoir que des cas de voyance dans une famille n'étaient pas chose rare. Il fallait généralement prendre ces visions avec sérieux et ne pas les négliger quand on en avait. Lucas avait peut être des prédispositions à la divination et avait ressenti le besoin de vérifier que sa soeur allait bien. Après tout, pourquoi sortir quérir des nouvelles de Psychée en pleine nuit, sinon ? Alan ne voyait que cette explication, à moins bien sûr que le Poufsouffle n'ait fait un mauvais rêve la concernant : mais à l'inverse d'Alan, Lucas ne semblait pas être quelqu'un qui attachait de l'importance à un simple cauchemar.

- Les détraqueurs sont déjà venus à Poudlard ? Et ils ont interrompu un match de Quidditch ? C'est fini, je ne joue plus.

Particulièrement choqué par cette révélation, Alan fixait son ainé avec des yeux ronds. WHAT ? Il était sérieux là ? Les aurors n'étaient pas chargés de veiller à leur sécurité justement ? Si, si, c'était trop gros. Ils ne devaient certainement pas être là à l'époque parce qu'avec eux dans les parages, rien ne se serait passé. En revanche, Alan ignorait que les détraqueurs étaient déjà venus à Poudlard. Ce n'était pas écrit dans l'Histoire de Poudlard ça, il serait temps de mettre ce bouquin à jour !

- Tu as raison de ne pas avoir confiance. Mais les aurors, eux, on peut compter sur eux. Moi je me sens en sécurité.

Enfin, du moins avant de savoir qu'un détraqueur pouvait débarquer pendant le prochain match de Quidditch pour lui aspirer sa bonne humeur. C'était chaud, quand même !

- Merci...

Lucas venait de donner sa cape à Alan, car il avait vu que le petit sorcier avait froid en simple pyjama. L'Irlandais lui en fut très reconnaissant. A présent il pouvait se vanter de n'avoir que 'froid', et plus 'très froid'. Les sous-sols étaient très humides et très froid, même en plein jour, le soleil n'y rentrait jamais. Alors imaginez en pleine nuit !

(650)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 121
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Dim 26 Mar - 9:33

« Avec Magnus ? Je ne savais pas que vous étiez fâché petit chanceux que je suis mais je pense que de toute façon, maintenant, il dort quoiqu’il en soit. » Lucas était à la fois pragmatique et déconnecté des problèmes sociaux. Il ne pouvait pas se disputer avec quelqu’un puisque pour ça il aurait fallu qu’il parle, or il trouvait l’acte en lui-même bien trop fatiguant. Toutefois, une fois qu’on lançait une conversation avec lui, on se rendait compte qu’il était tout à fait capable de parler, y compris de ce qu’il ressentait. Il n’avait pas de soucis pour communiquer tout court, seulement pour démarrer les conversations : il préférait tellement ses livres qu’il était dur de l’en sortir. C’est pourquoi, pour ce qui était de Psychée, il n’hésita pas longtemps avant de répondre.

« Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres aux détraqueurs. J’ai eu peur que ce soit le cas de Psychée. Mais si elle ne me répond pas, c’est sûrement qu’elle dort et que je m’inquiète pour rien. » Tout bien pesé, l’absence de réponse était une forme de réponse. Sa sœur allait sûrement bien si le hibou n’était pas revenu avec un message. Même dans les cachots, l’oiseau de proie l’aurait facilement trouvé. Toute cette histoire lui fit réaliser qu’il devrait peut-être acheter un hibou ou une chouette pour ne plus avoir besoin de sortir de sa salle commune (ou du moins, pas aussi loin, car il n’y avait pas de fenêtres à Poufsouffle) pour envoyer des messages. Il n’y avait jamais songé avant ce soir, comme quoi, il n’était pas si malin que ses bonnes notes le laissaient croire. Mais ça, il l’avait toujours dit : s’il avait été aussi intelligent que sa mère, il aurait été envoyé à Serdaigle, or il était travailleur, ce qui était une qualité de Poufsouffle.

« Ne t’inquiète pas, le professeur McGonagall était sous directrice à l’époque, je suis certain qu’elle se souvient très bien de l’incident et ne le laissera pas se reproduire. Par contre c’était à un match Poufsouffle contre Gryffondor je crois… Gryffondor jouait, ça c’est sûr, car c’est mon père qui m’a raconté ça. Et Poufsouffle avait gagné par forfait, quelque chose de ce genre… c’est vrai qu’on ne nous parle pas souvent de l’époque de Voldemort ici, et les livres ne racontent pas tout. » Dommage, Lucas adorait l’histoire, voire les histoires en général. Et surtout, il aimait savoir et les adultes (pas ses parents mais ceux de Poudlard) leur cachaient trop de choses à son goût.

« Tu as raison. Je suis juste d’un naturel inquiet. » Pour sa sœur en tout cas, et sa famille plus généralement. Peut-être pas toute sa famille vu la taille qu’elle faisait, mais au moins ceux qu’il voyait le plus… et vu l’ampleur que prenait la situation, il ne pensait pas qu’ils en réchappent sans y être mêlés les uns ou les autres.

Il prêta ensuite sa cape à Alan et ils marchèrent jusqu’à l’entrée de leur salle commune en silence. Une fois arrivé et au chaud, Lucas reprit sa cape sans un mot superflu : « Bonne nuit. » Dit-il avant de monter le premier aux dortoirs. Il avait eu raison un peu plus tôt de dire à Alan qu’il serait tranquille pour Magnus : le silence régnait et tout le monde dormait.

{Terminé pour Lucas}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 497
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   Dim 26 Mar - 16:41

- Ouais, j'espère...

Dans la mesure où Magnus prenait toujours un malin plaisir à se faire remarquer et à l'embêter non je ne suis pas paranoïaque, Alan doutait que son cousin soit tranquillement en train de dormir. Avec un peu de chance il avait eu envie d'attendre Alan pour recommencer à jouer avec ses cailloux, pile pour l'empêcher de dormir, mais avait succombé trop tôt aux bras de Morphée. Fort heureusement, Alan savait être très silencieux.

- Oui ne t'inquiètes pas, de toute manière elle est bien entourée à Gryffondor.

Alan pensait naturellement à Opaline, la superstar des rouges et or, qui se trouvait justement être parente avec Psychée. De toute manière la petite lionne n'était pas en sucre et Alan trouvait que Lucas la couvait un peu trop, après tout, il n'avait lui-même jamais considéré Psychée différente des autres élèves. Elle était tout à fait normale et c'est le comportement protecteur de Lucas qui avait fait voir à Alan sa camarade comme quelqu'un à surveiller de loin. Comme s'il fallait la protéger.

La fierté d'Alan fut piqué quand Lucas lui lança que Poufsouffle avait perdu un match contre Gryffondor par forfait, à cause des détraqueurs. L'info aurait du le pétrifier, mais au contraire, elle l'irrita. Lucas insinuait-il que Poufsouffle n'avait aucune chance sur le papier contre Gryffondor, quand Harry Potter jouait ? La maman d'Alan jouait dans l'équipe des jaunes et noir à l'époque – Alan venait de se souvenir d'une histoire qu'avait raconté maman il y'avait longtemps et qui incluait des détraqueurs à Poudlard - aux côtés de Cédric Diggory, et les blaireaux étaient très certainement en mesure de très bien se défendre, malgré une superstar connue comme Harry Potter contre eux.

- Maintenant que tu le dis je m'en souviens, maman jouait avec Cédric Diggory à l'époque, elle a déjà fait mention de cette histoire. J'espère franchement que ça ne se reproduira pas.

Les deux Poufsouffle arrivèrent ensemble dans la salle commune et vu le silence ambiant, Alan rendit sa cape à Lucas sans un mot. C'était clair, maintenant tout le monde dormait. Il se sépara de son camarade en le gratifiant d'un simple :

- Bonne nuit. que Lucas lui rendit.

(Terminé pour Alan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [THEME] Les portes du pénitencier...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[THEME] Les portes du pénitencier...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Portes de la Moria
» Gardiens des Portes
» [THEME] En prévision du bal [PV]
» Theme Soubrette maintenant ^^
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Lieux de passage :: Les Cachots et Sous-Sols-
Sauter vers: