AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Si j'avais su... Je t'aurais demandé de rester avec moi en gage de mon amitié...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Indépendant

Parchemins : 768
Âge : 25 ans - 12 Juin 1988
Actuellement : Psychologue dans un centre de prévention suicide


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Eliot Walsen, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Si j'avais su... Je t'aurais demandé de rester avec moi en gage de mon amitié...   Mer 19 Avr - 20:15

Depuis la tentative de suicide de son ami Nicolas, elle était un peu sur les nerfs, voire inquiète pour lui. C’était un peu normal puisque Nick, c’était son meilleur ami. Savoir qu’il ne va pas bien, c’était un peu un appel au secours trop tard. Elle savait bien qu’il était dépressif, mais il ne laissait pas cette impression qu’il était au fond du baril pour qu’il fasse un geste qui allait mener à cette conséquence de ce qu’il en est aujourd’hui.

Il ne pouvait sortir sans avoir l’accord des médecins, psychologue et surtout de Mégan, sa sœur dont elle vous scrutait de ses yeux noirs à chaque pas, chaque parole. C’était en fait agressant. En prenant le recul, elle aurait agi de la même manière. Sa sœur ne voulait que son frère aille bien. Qu’il se remette en selle le plus rapidement possible. Sibelle avait bien pensé alors qu’elle était à un cheveu de le perdre pour de bon. Elle savait bien qu’au fond d’elle-même qu’elle ne s’en remettrait jamais. Elle avait l’impression que Nick, c’était elle et qu’elle c’était lui. Deux âmes sœurs finalement… Ses idées noires ne faisait qu’empirer son état à elle-même à sont tour pour ne plus ressentir le goût de continuer puisqu’elle souffrait continuellement. La meilleure idée, c’était de se sacrifier ses poignets pour qu’elle puisse diriger sa douleur vers les cicatrices de plus en plus visible en raison de l’inquiétude qu’elle recevait à cause de l’état dépressif de son meilleur ami.

Dernièrement, alors qu’elle vivait comme elle le pouvait, reçu une lettre de Mégan, sa sœur qui l’informait de son état avancé. Qu’il était maintenant chez sa soeur pour se remettre de sa tentative de suicide et qu’il était suivit par les médecins pour le stabiliser. La torpeur de la jeune femme était quasi foudroyante. La réaction en lisant cette lettre lui avait assommée au point de s’en vouloir de n’avoir rien vu venir. Encore plus touché alors qu’elle s’adonnait à un métier où elle travaillait dans un hôpital traitant les gens aux prises avec la maladie mentale. Elle AURAIT dû sentir venir à cet acte qui est de lourd de conséquence. Elle aurait pu le perdre pour de bon, mais le destin en a décidé autrement que de le garder en vie heureusement. Mais malgré tout, Sibelle ne se pardonnait pas d’avoir baissé sa garde même si elle n’était pas sur ses heures de travail et qu’elle ne lui avait pas donné de ses nouvelles depuis ce temps.

Après de multiples d’échanges de lettres de correspondance, ils se sont convenus à cette date, c’est-à-dire aujourd’hui. Mégan était disponible à la maison et il ne fallait certainement pas le rencontrer sans que celle-ci soit là. Son rendez-vous étant à  sept heures, c’est à dire après souper, elle avait décidé de partir sur l’heure du souper. Habillé d’un large pull et de jogging. Elle protégeait ses yeux fragiles par la fatigue de grosse lunette de soleil. Elle marcha tranquillement sur le trottoir aidée de sa canne puisqu’elle ne se sentait pas vraiment à l’aise, surtout quand c’est un endroit qu’elle ne prenait pas habituellement. Elle songeait à toute sorte de choses et elle ne savait pas comment la rencontre allait se dérouler. Elle était anxieuse et avoir l’impression de toujours avoir envie de pleurer, ce qui l’a rendait vulnérable. Après quelques minutes de marches, la demoiselle arrivait enfin à une station de métro pour voyager rapidement. Après avoir fait le trajet, quelques instants plus tard, elle arrivait non loin de l’endroit d’où Mégan habitait. Elle ne se sentait vraiment pas bien, même qu’elle se sentait malade d’angoisse. La nervosité lui faisait manquer d’air qu’elle cherchait sa respiration. Surtout, elle sentait qu’elle allait craquer, mais elle réussissait à se retenir. Il ne faut pas lui demander comme elle le faisait! Mais il fallait qu’elle le fasse pour alléger son inquiétude. Son état de conscience. La raison est simple : Nick était là, dans cette maison. C’était la raison de tous ses tourments. Elle avait hâte de le revoir, mais elle hésitait vraiment si c’était toujours une bonne idée. Mais le mal était fait, le rendez-vous était pris et il n’était plus question de reculer.

Elle se dirigea vers la maison tremblante à un coin de rue. Montant les marches difficilement. Heureusement que sa canne l’aidait pour garder son équilibre puisque son corps était tendu et rigide à cause qu’elle arrivait devant la porte d’entrée. Laissant échapper quelques pointes de sa respiration sifflante, elle frappa la porte timidement. Puis, quelques secondes seulement, la porte s’ouvrit lentement.

« Bon…Bonjour Mégan, je suis Sibelle. Je viens voir Nick. »

Qu’elle avait prononcé d’une voix filante. Elle savait d’avance que Mégan n’était visiblement pas heureuse de sa présence. Elle lui ouvrit alors la porte. Le malaise s’installa chez Sibelle. Elle réussit tout de même à suivre la jeune dame et elle lui montra la porte qui s’avéra la chambre de son meilleur ami Nick.

« Merci… Mégan. »

Elle ne savait pas combien de minutes qu’elle était devant la porte. Une minute? Deux minutes? Cinq Minutes? Elle ignorait vraiment. Armant de son rare courage, elle cogna doucement à sa porte. Maintenant, la balle est dans son camp. Pour s’occuper son esprit chamboulé, elle se mit dos de sa porte à la recherche de truc intéressant sur les murs malgré sa vue sombre en raison de lunette de soleil qui était encore sur son visage. En attendant que Nicolas lui ouvre sa porte. Sa main libre passa machinalement de son geste habituel qui est celui de jouer avec son bracelet qui lui permettait de cacher ses nombreuses cicatrices visibles rougeâtres et qui n’étaient pas encore cicatrisé.

À l’instant même, elle se demandait si c’était la meilleure chose à faire, qu’elle sera sa réaction en voyant Nick. A-t-il changé depuis son accident? Est-ce qu’elle le reconnaîtra sous ses yeux marron celui qu’elle a toujours connu? L’inconnu lui faisait peur, mais elle s’arma de courage en se disant que les interrogations seront bientôt terminées… Enfin, elle espérait beaucoup de choses…
[998 mots]


Dernière édition par Sibelle Grown le Jeu 7 Sep - 6:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Professeur

Parchemins : 498
Âge : 26 ans
Actuellement : Professeur d'étude des runes


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Si j'avais su... Je t'aurais demandé de rester avec moi en gage de mon amitié...   Mar 9 Mai - 17:03

Nick avait fini par obtenir que Sibelle puisse lui rendre visite chez Megan. Depuis sa tentative de suicide, il vivait à Pré-au-lard chez sa sœur aînée, en compagnie de sa nièce. Il avait pleinement investi la chambre d’amis mais il ne voyait quasiment personne en dehors de sa famille et d’Emma, parce que son autre meilleure amie (en dehors de Sibelle) était aussi son médicomage. Jusqu’ici, seule Emma avait eu le loisir de voir Nick, et il était presque évident pour le jeune homme que ça n’avait pas du être une partie de plaisir. Même une fois ses plaies cicatrisées, il avait refusé de s’alimenter. Ou plus exactement, c’était comme si son corps refusait la nourriture : il vomissait dès qu’elle franchissait ses lèvres. Petit à petit, les choses étaient revenues à la normale à ce niveau, toutefois, il mangeait encore peu par rapport à avant et avait énormément maigri. Ses joues étaient un peu plus creuses et ses cheveux avaient poussés en boucles blondes sur sa nuque. Physiquement, il paraissait très faible, toutefois son regard était clair et aussi intelligent qu’autrefois. Il avait été un temps dans le brouillard, poupée de chiffon laissant Megan et Emma décider pour lui, s’en fichant pour tout dire, mais il avait fini par se réveiller de cet état à cause de celui de Sibelle. Il s’inquiétait pour elle.

Problème : ils étaient trop pareils tous les deux. Les ennuis de Sibelle étaient proches des siens (le courrier de Nick était lu par sa sœur). Sa famille n’avait pas envie qu’il replonge à cause d’une influence extérieure. C’est pourquoi il s’était passé deux mois supplémentaires entre la première lettre de Sibelle et sa première visite. Durant ce temps, Nick avait essayé de reprendre un semblant d’activité, néanmoins il fatiguait vite. Son esprit dominait encore son corps, lui imposant le repos forcé sous peine d’épuisement immédiat.

C’est pour cette raison qu’il ne se leva pas à l’arrivée de son amie. Il se tourna seulement vers elle depuis son fauteuil : « Entre Sib’ ! Je serais bien venu jusqu’à toi, mais je pense que je vais rester assis pour le moment. » Avec le stress et l’agitation de l’arrivée prochaine de son amie, il avait de nouveau eu du mal à manger. Mais derrière sa pâleur et ses traits tirés, on reconnaissait parfaitement la chaleur propre à Nicolas, le garçon qui aidait les autres depuis sa prime enfance, au détriment de lui-même bien souvent.

« Megan n’a pas été trop désagréable ? Elle ne fait pas partie de tes plus grands fans. » Autant ne pas se mentir. Si ça avait été n’importe qui d’autre, l’autorisation n’aurait pas posé autant de question. C’était parce que Sibelle pouvait emmener Nick dans ses propres et profondes ténèbres que cela avait été aussi compliqué de convaincre tout le monde du bien fondé de cette rencontre. De son côté, le jeune homme était relativement confiant : même si Sibelle se scarifiait, c’était leur unique point commun. Il n’avait pas les mêmes raisons de le faire qu’elle. Et il n’avait pas essayé de se suicider parce que quelqu’un lui aurait soufflé l’idée (c’était une théorie ridicule à ses yeux, ne pouvait-il pas faire quelque chose de stupide de son propre chef?!). Au contraire, il avait agi dans un moment d’intense solitude… et maintenant, il allait mieux. Ou il essayait d’aller mieux en tout cas.



L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !
[Victor Hugo - Les Voix Intérieures]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Indépendant

Parchemins : 768
Âge : 25 ans - 12 Juin 1988
Actuellement : Psychologue dans un centre de prévention suicide


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Eliot Walsen, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Re: Si j'avais su... Je t'aurais demandé de rester avec moi en gage de mon amitié...   Jeu 7 Sep - 6:01

Derrière la porte se cachait son meilleur ami. Elle ignorait de ses humeurs et de comment il allait. Les gens se refusaient de lui en glisser un mot. Même Emma ne voulait rien lui dire. Elle savait la raison de leur silence, mais elle continuait tant bien de s’obstiner, mais rien n’y faisait du tout. Elle avait dû se débrouiller comme elle se le pouvait pour prendre son mal en patience. Depuis la dernière lettre qui lui avait sembler une éternité, elle avait pleuré beaucoup, jusqu’à se rendre malade. Elle était comme ça, elle s’inquiétait pour les autres. Elle se souvenait quand sa mère était malade. Elle passait son plus claire de son temps à s’occuper d’elle à en oublier de vivre pour elle-même. C’est-à-dire de vivre un peu et de respirer quand le trop plein d’émotions qui lui faisait claquer sa santé déjà fragile. Même en réfléchissant un peu quelques minutes, elle ne se rappelait pas du tout de la dernière fois qu’elle était heureuse. Le dernier souvenir qu’elle se rappelle vraiment, c’est d’avoir cru un instant qu’elle pouvait se le permettre de vivre une expérience inoubliable avec Nick que de se mettre avec lui. Mais, son bonheur a été de courte durée et elle s’est renfermée encore plus avec les années. Malgré tout, elle tenait plus que tout à lui, parce qu’elle croyait qu’il l’a compris plus que tous les gens qu’elle croisait. C’est ironique de constater l’ampleur de la dévastation pour en arriver au point creux de ce que les gens ne penseraient pas quand ceux-ci sont heureux.

Elle avait frappé alors à la porte de ce qui semble la pièce ou Nick est actuellement. Elle ne faisait que trembler. Elle s’imaginer a beaucoup de choses qui n’étaient pas nécessaire en ce temps critique. Ses jambes lui semblaient lâcher à tout moment, mais elle réussit à se tenir debout malgré tout. C’est alors qu’elle entendit son ami lui demander d’entrer. Toujours le dos à la porte, elle se retourna pour ouvrir nerveusement la porte. On pouvait entendre le bruit métallique se faisait aller alors qu’elle tentait de tourner la poigné de porte. Elle se sentait de plus en plus ridicule et son stress augmentait au fil de sa frustration. « Oh tu vas ouvrir ou non cette fichue porte !?!?! » Puis, la porte s’ouvrit doucement et vit son ami à travers ses lunettes de soleil. Il avait bien changé, il avait maigri un peu. Elle pourrait voir que ses vêtements flottaient sur lui. Elle rentra alors dans la pièce et s’approcha tranquillement de lui… En s’avança vers lui, elle vit qu’il semblait épuisé. Ses yeux le trahissaient dans ses pupilles marrons.

Hey… Salut Nick… humm… Comment tu vas?

Le voir devrait l’a rassuré en temps normal, mais elle semblait terrorisée de le voir si… Si vulnérable. Elle scruta un peu autour d’elle et vit plusieurs affiche, question de se sentir chez lui. Elle tomba alors sur un mur qui était proche de son lit, plusieurs photos dans le temps de Poudlard. C'est alors que son regard tomba soudainement sur une des vieilles photos qu’on voyait Sibelle avec Nick qui souriaient vraiment. Elle se rappelait vaguement de cette photo, c’était posé alors alors que Noël approchait à grand pas, Nick, Emma et plusieurs de sa bande de son année s'étaient réunient pour procéder l’échange de cadeau. Ce n’était pas le meilleur noël qu’elle avait passé puisqu’elle vivait son deuxième année de la période du temps des fêtes sans sa mère. Pendant qu’elle passa le reste des photos en rafale, Nicolas lui avait demandé si Mégan lui avait bien accueillie. Il faut dire qu’elle ne lui portait pas dans son cœur et elle le comprenait. Elle se détacha du mur et se tourna vers lui qui était assis sur le fauteuil.

« Ça va, elle ne m’a pas torturée… Ce n’était pas un accueil les plus joyeux, mais je m’y attendais aussi… »

Elle lui acquiesçait un sourire timide. Elle ne savait pas quoi faire, le mieux qu’elle avait trouvé à faire, c’est de s’amuser à jouer avec son bracelet, ce qu’elle faisait en cas de stress intense. Pendant ce laps de temps, elle se cherchait une conversation intéressante pour faire passer le silence qui lui faisait augmenter son anxiété.

« Sinon, je vois que tu t’es bien installé ici. Il faut croire que Mégan sait prendre soin de toi… »

Même si elle n’aime pas sa sœur, il faut bien admettre que Nick s’est bien installé dans sa chambre. Malgré ses lunettes fumées, elle pouvait remarquer qu’il a tout ce qui lui faut pour qu’il ressente chez lui. Des affiches, des photos, des livres qu’il aime lire. C’est ce qu’elle prône aussi à son travail à l’hôpital. On amène les patients à ressentir chez eux en demandant aux familles ou amis d’apporter ce qu’ils préfèrent. Pour que ce moment d’angoisse se passe mieux. Ce n’est pas toujours parfait, mais se rapporter à un livre qui leur est cher, ou un morceau de musique par exemple leur permet de se sentir rassurer dans une pièce qu’il leur n’est pas familier du tout, pour le temps de leur convalescence le temps d’assurer d’apporter des soins appropriés.

« J’imagine qu’un psy passe te voir, comment ça se passe? Est-ce que ça te fait du bien au moins? Parce que… Je ne veux pas revivre une autre fois et que cette fois… »

Elle n’arrivait pas à terminer sa phrase. Pendant une seconde d’imaginer qu’il serait plus là lui faisait peur. Peut-être qu’il l’ignore encore, mais elle avait BESOIN de lui. C’était une question qui ne se posait pas. L’imaginer qu’il aurait réussi, elle se serait bien faite elle aussi. Elle se disait toujours que personne ne va s’en faire. Puisqu’avec les années, elle avait bien perdue ses amies. Ses anciens camarades de Poudlard pouvaient bien l’abandonner. À bien y penser, elle pouvait les comprendre. Elle était toujours solitaire et se renfermait. Ses blessures ne cessaient de s’allonger alors que les années passent. Elle se disait que c’était un mal pour un bien. Si… disant le franchement qu’elle disparaissait de la circulation. Nick pourrait enfin faire sa vie sans une folle, qui lui ressemblait était un sacré fardeau qu’il pouvait s’enlever de ses épaules. Il aura sans doute de la peine. Mais… Avec le temps, il s’en fera de nouveaux souvenirs. C’est ce qu’elle disait souvent. Mais curieusement, recevoir une lettre de Mégan qui lui expliquait qu’il avait fait une tentative de suicide était une nouvelle catastrophique pour elle. Son ami n’avait pas le droit de le faire ainsi, mais si on prend l’inverse, elle avait bien le droit, elle avait vraiment des idées contradictoires. Bref, elle avait envie de pleurer mais heureusement ses lunettes lui cachaient ses yeux fragiles. Cela lui rassurait beaucoup un peu pour le moment. Pour s’occuper comme elle se le pouvait, elle claqua alors vivement son bracelet pour se chercher un réconfort. Cela lui faisait ressentir un pincement de ses scarifications de la veille, qui n’avait pas bien eu le temps de se cicatriser. C’était le seul moyen qu’elle arrivait à s’échapper de son esprit un peu embrumé pour ne pas perdre complètement le contrôle. Elle priait intérieurement que Nicolas ne s’en apercevra pour ne pas l’alarmer une fois de plus que sa meilleure amie était dans une phase fragile.

« Sinon, que fais-tu quand tu es libre? »

Il fallait qu’il ait une occupation, le temps de se rétablir complètement. Elle se souvenait très bien à l’époque de Poudlard que Nick passait son temps avec son autre ami Corey à jouer des jeux société ou vidéo, c’était selon. Peut-être qu’il s’est découvert une nouvelle passion qu’elle ignorait à ce jour. Il faut dire qu’elle ne savait plus grand-chose de lui. Parce qu’elle d’abord, elle travaillait beaucoup à son emploi qu’elle occupait quasi la plupart de son temps et le reste, c’était pour dormir et de s’occuper de certaines commissions nécessaires pour qu’elle puisse manger et se laver. Puis, elle regrettait qu’elle n’ait pas eu trouvé une façon dans son emploi du temps de passer un peu de temps avec son meilleur ami. Depuis sa tentative, c’était une des choses qu’elle regrettait le plus et ne passait pas une journée après avoir reçu cette lettre de s’en plaindre. Si elle avait pris le temps, peut-être que le sort de Nick serait différent à l’heure actuelle? Elle savait bien qu’au fond d’elle, elle n’en saura jamais la vraie vérité. Mais pour l’instant, en ce moment. Elle était maintenant avec lui et essayera de se rattraper de ses absences. Il le fallait et c’était pour son bien et ce tant pis pour Mégan! Elle n’abandonnera plus, elle l’a fait et elle vivra avec ses regrets maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si j'avais su... Je t'aurais demandé de rester avec moi en gage de mon amitié...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si j'avais su... Je t'aurais demandé de rester avec moi en gage de mon amitié...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si j'étais... J'aurai...
» Si j'étais, si j'avais, si jamais...
» Si j'avais ton visage à la place de mon cul, j'aurais honte d'aller chier.
» J'aurais cru que...
» "Et si j'avais une maison"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 22 (2012-2013)-
Sauter vers: