AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [THEME] Magicis Ministerium [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 587
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Lun 7 Aoû - 12:59

Ca y'est, enfin, on pouvait dire que quelqu'un à part les jeunes élèves de Poudlard avait avancé sur la Menace. Le Ministère de la Magie himself – rien que ça – grassement payé par le contribuable juste le contribuable anglais, écossais, gallois et nord irlandais hein, faut pas déconner non plus, daignait enfin donner des résultats. Ils n'avaient pas arrêté tous les tenants et tous les aboutissants de l'affaire, non, ils n'avaient pas non plus mis fin au combat en éradiquant efficacement le danger, non, ils n'avaient pas non plus trouvé chacune des motivations des méchants (même si ça avançait de ce côté là), ils avaient, ils avaient... - suspense - Comment ça 'Y'a pas de suspense', vous connaissez déjà la nouvelle ? trouvé le nom de la Menace ! You-hou !

Faites péter le jus de fraise, ce soir on se met la race.

- Putain, ils sont sérieux ?

Absorbé par sa lecture de la Gazette du Sorcier fraichement envoyée par maman (l'Irlandais avait expressément demandé pour Noël un abonnement à la Gazette du Sorcier), Alan Carmichael, posé nonchalamment sur un coin d'herbe du parc de Poudlard, ne pouvait retenir un juron fasse à l'énormité de la situation. Eux, petits êtres chétifs âgés de moins de 17 ans, Poufsouffle, Serdaigle, Gryffondor ou Serpentard, avaient trouvé au péril de leur vie, le vase des sangs purs, dans les cachots de l'école. Rien que ça. Ce vase même - créé visiblement par Salazar Serpentard - que la Menace chercha ardemment pendant plusieurs semaines au sein du château, en ensorcelant à distance pas moins de 3 membres de l'école ! Ils avaient même dû se servir de l'infirmière et avaient été obligés de vandaliser la salle commune de Serpentard via une jeune élève pour parvenir (en vain) à leur fin. Un autre élève était encore soupçonné d'être leur pantin, sans que personne ne puisse en être sûr.
Le Ministère, lui, n'avait réussi qu'à trouver un misérable nom. Malgré l'absurdité de la situation, le Poufsouffle était incapable de décrocher sa lecture.

- Magicis Sacra ? Ouais. Hum... Ah ouais, c'est pour ça... Han...

Absorbé par la Gazette, Alan aperçut à peine un élève qui passait à plusieurs mètres de lui , devant, sans l'apercevoir. C'était Lucas en fait, son camarade de Poufsouffle qui marchait seul en direction du lac, qui ne l'avait pas vu, caché par l'ombre d'un arbre. Alan hésita quelques secondes, puis finit par interrompre sa lecture et cria :

- Lucas !

Boarf, raté. Il avait chou blanc, le jaune et noir poursuivait sa route sans l'entendre. Réalisant qu'il n'avait pas crié assez fort, Alan recommença à le héler, plus intensément cette fois-ci, sans pour autant hurler. Il n'était qu'en 2ème année, soit tout en bas de l'échelle alimentaire, Poufsouffle de surcroit, la clé était d'être invisible.

- Lucas !

Le sorcier ne l'entendit pas non plus et emprunta la direction des grands escaliers menant au hangar à bateaux, près du lac. Résigné à renoncer, Alan se remit dans sa lecture en haussant les épaules et en donnant un signe de la main vers le haut, désinvolte. Tant pis, ce devait être un signe du destin ou un truc comme ça.

Puis Alan termina l'article de la Gazette quelques secondes après et se décida finalement d'un seul coup, d'un saut – comme un petit chien qui entend un paquet de gâteaux – à se lever. Hop, il allait suivre Lucas pour entamer une conversation, c'était décidé. Alan avait besoin de parler, avec tout ce qu'il avait lu, il était clair qu'il ne pouvait pas garder ça pour lui. Surtout que la Gazette lui était parvenue dès ce matin, Lucas n'avait peut être pas encore eu les infos, ce serait un bon moyen de le tenir au courant.

Rangeant son journal sous son bras, Alan se leva et partit au pas de course à la suite de Lucas Montgomery. Lucas n'était pas véritablement ce qu'on appelait un 'ami'. Il était assez solitaire, n'était pas comme Alan (avec Prue et Magnus), entouré d'amis proches et s'accommodait parfaitement de sa situation. On pouvait néanmoins dire que des trois Irlandais de 2ème année, Alan était celui dont il était le plus proche. Ils avaient partagés quelques petites aventures ensemble (Rien de Faradesque, mais tout de même) et avaient échangés quelques mots plusieurs fois. Du tempérament solitaire de Magnus à l'énergie électrisante de Prudence, c'était le calme et la sérénité d'Alan qui s'accommodait le mieux avec le caractère de Lucas. Puis, il était gentil, de la même maison que lui, et ne paraissait pas vraiment agacé quand on venait lui parlait, ça donnait assez de raisons à Alan pour ne pas hésiter plus longtemps.

Il la suivit dans les escaliers du hangar à bateaux qu'il descendit deux à deux. Quand Lucas fut assez proche pour l'entendre, il héla une troisième fois :

- Lucas, attends moi !

Cette fois-ci, le sorcier l'entendit et s'arrêta. Il fallait reconnaître qu'Alan détestait se faire remarquer un peu comme ses meilleurs amis, Harry Potter au féminin et le Newt Scamander de la gemmologie, ainsi, même quand il 'criait', il détestait que des visages se tournent vers lui. C'était sans compter que sortir quelqu'un de ses pensées, parfois, ce n'était pas chose aisée.

Rejoignant un Lucas visiblement étonné (on était en droit de se demander à quel moment Alan l'avait vu et avait décidé de le suivre), Alan lui adressa un sourire ravi et se justifia :

- Pardon, je te suis depuis le parc, je t'ai vu passer ! Je te dérange pas ? Je viens de lire la Gazette du Sorcier de ce matin et j'ai besoin de quelqu'un à qui en parler !

Puis, réalisant qu'il était le dernier des impolis, s'empressa de rajouter en plantant ses yeux dans ceux de Lucas :

- Comment tu vas ?

Il était décidément tellement retourné par ce qu'il venait d'apprendre qu'il en perdait son latin. Il ne fallait pas s'étonner ensuite que Lucas ne soit pas vraiment son ami, s'il était aussi peu sympathique avec les gens à qui il parlait. Le cliché du Poufsouffle docile et agréable n'avait jamais été aussi loin de la réalité.

(1010)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 166
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Mar 8 Aoû - 14:00

Lucas était désormais préfet, même si sa nomination ne serait réellement officielle qu’à la rentrée prochaine vu que c’était plus un concours de circonstance qui l’amenait à occuper ce poste qu’une volonté réelle de l’établissement d’ajouter un autre Montgomery à la liste, fort longue, des préfets de Poudlard à travers les ans. Cette tâche n’étant pas vraiment faite pour un troisième année, le jeune garçon était un peu fatigué, même si certains diraient que c’était parce qu’il s’obstinait à fournir la même dose de travail qu’avant alors que désormais il devait consacré ses soirées à faire des rondes avec les autres préfets. De fait, il était en recherche d’un endroit calme pour terminer un livre pour le prochain cours de défense contre les forces du mal, un cours encore plus en vogue ces derniers temps si cela était possible. Mais plus que du calme, Lucas recherchait de la solitude, car il n’était pas sociable de nature et, depuis qu’il devait remplacer Payton, il était toujours avec d’autres personnes. C’était vraiment usant pour lui, il n’avait pas vraiment le caractère pour ça, contrairement à la pauvre jeune fille qui avait complètement perdu la mémoire… et sa bonne humeur par la même occasion, mais comment lui en vouloir ?

Le jeune Montgomery n’atteignit même pas son objectif car il entendit une voix le héler. Il se retourna et reconnut la silhouette de Alan. Bon. Et bien. Il réviserait une autre fois. Il devinait que son camarade avait du, comme lui, recevoir le journal du monde sorcier britannique et avoir quelques opinions sur la question. Lucas trouvait que c’était un peu se moquer du monde que de ne parler que de la découverte du Ministère, quand, quelques semaines plus tôt, les adultes avaient passé sous silence le fait qu’ils avaient mis la main – eux, les élèves hein, pas les adultes ! - sur le vase des sang-purs. Les aurors qui étaient en poste dans Poudlard avaient dit que c’était pour que La Menace ne sache pas que le vase avait été trouvé et leur avait d’ailleurs conseillé de ne pas faire fuiter la nouvelle en dehors de Poudlard. Pas de risque en ce qui le concernait, il n’avait aucune envie d’aller dire à ses parents qu’il était sortie après le couvre feu pour résoudre des énigmes potentiellement mortelles. Ses parents avaient connu la guerre et pouvaient être cool, mais vu ce qui s’était passé depuis avec Payton, ils ne seraient peut-être pas ravis-ravis.

« Pas de problème, j’allais juste réviser un peu. La bibliothèque n’est pas très calme ce matin. »
Ce qui n’était qu’à moitié étonnant quand on y songeait vu que même Alan était un peu retourné par sa lecture. Pour quelle raison, ça, Lucas ne le savait pas encore. « J’ai lu rapidement la Gazette aussi. Au moins maintenant on sait pourquoi ils ont un M sur leur blason alors que ce sont des journalistes qui les ont surnommés la Menace… Mais pour le moment, je trouve les résultats de l’enquête un peu maigre, pas toi ? On se doutait bien que c’était pour des histoires de pureté de la magie qu’ils s’en prenaient à nous, ils l’ont assez dit haut et fort. Puis il y a cette coupe là, ou ce vase qu’on a trouvé l’autre fois… ils nous prennent un peu pour des pigeons, non ? » Il eut un air pensif pendant quelques secondes et soupira, en même temps, vu que tout avait commencé un peu parce que la Gazette avait publié une lettre anonyme pro-serpentard sans réfléchir aux conséquences, peut-être que c’était aussi bien que le Ministère ne leur en dise pas trop.

« Sinon ça va. Je suis juste un peu fatigué à cause des rondes. Et toi ? Tu n’es pas avec Prudence et Magnus ? » Car ils allaient souvent par trois, même si Lucas avait remarqué que parfois Prudence allait de son côté avec Viska, pour monter les plans visant à faire un pied de nez aux adultes le plus souvent. Il y avait aussi eu la brouille entre Alan et son cousin, mais ça semblait derrière eux maintenant. Tant mieux car Lucas n’avait pas la douceur et la diplomatie de Payton si des conflits éclataient au sein de leur maison… méfiance donc !

{712}


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 587
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Mer 9 Aoû - 9:11

Trop content d'avoir enfin pu rattraper Lucas pour réaliser que peut être le sorcier pouvait être dérangé par une présence potentielle, Alan lui adressa un sourire radieux rien à faire de te déranger, et oui !. Sourire qu'il perdit quand il apprit que la bibliothèque de l'école n'était apparemment qu'un brouhaha ambulant. Flûte, ça ne pouvait dire qu'une chose : tout le monde avait lu la Gazette du Sorcier ce matin, toute l'école, et peut être même que Lucas en faisait partie. C'était une excellente nouvelle en tout cas d'apprendre que tout le monde s'insurgeait, le Poufsouffle de 2ème année n'était au moins pas la seul à avoir pris l'article sur le Ministère comme un scandale à l'état brut REVOLUTION !.

Lucas lui confirma immédiatement après qu'il avait également lu le quotidien sorcier flûuuuuute !! et lui donna même son avis. Alan était un peu déçu de ne pas avoir eu l'occasion d'annoncer à quelqu'un ce qu'il savait sur l'affaire, il aimait bien combler le vide des gens apprendre les nouvelles importantes aux personnes qui l'entouraient. On l'écoutait, on faisait attention à lui et il aimait bien ça. Ça ne serait pas pour aujourd'hui donc.

- Non mais à la limite, ça explique pourquoi le Royaume-Uni a été le premier pays touché, c'est parce qu'on a une Ministre de la magie née moldue je l'avais dit que c'était une mauvaise idée.

Alan essayait de paraître 'sport', mais c'était difficile, cet article l'avait plus énervé qu'autre chose. On pouvait dire que ce matin, la Gazette l'avait instruit à 10% et fait bouillir son petit sang de sorcier Irlandais à 90%, au moins.

-  Non, ce qui est révoltant, c'est que ces bouses d'aurors et de policiers magiques ont mis trois plombes  à juste... trouver un nom ! Qu'est-ce qu'on s'en tamponne l'Hippogriffe, sans rire ? Nous on enfreint le règlement de l'école pour trouver le Vase des Sang purs de Salazar Serpentard en personne quoi – là où la Menace a échoué, manifestement – et on a moins de 17 ans ! Tu le sens le truc bien logique ?

Alan parlait avec les mains comme un rital excédé devant tant d'injustice. L'injustice ça l'atteignait toujours très efficacement.

- Qu'ils ne nous citent pas, je comprends ! Je comprends qu'ils ne puissent pas dire qu'un groupe d'élèves de Poudlard a trouvé une relique de Serpentard dans l'école, une relique que cherche encore peut être la Menace, mais sans déconner, ils pourraient quand même se remuer. Non ? On dirait qu'ils font du sur-place.

Qu'on ne s'y trompe pas, Alan était très fier que lui et ses petits comparses aient fait preuve d'autant d'efficacité dans leurs recherches. Déjà la bibliothèque l'an dernier, puis maintenant dans les cachots : c'était un vrai travail d'équipe qui avait porté ses fruits. Ce qui l'exaspérait en revanche, c'était de voir que les aurors restaient au point mort jeu de mots. En soi ça pouvait se comprendre, la Menace était puissante et ils n'allaient pas éradiquer un complot mondial en quelques jours.
Mais ces défaites rappelaient justement à Alan combien la Menace était puissante et que leur petite victoire à Poudlard n'était finalement aussi pas si grande que ça. Un plus grand danger se profilait peut être encore, qui savait ? Jamais Alan ne s'était senti aussi peu en sécurité quelque part.

- Ah oui, c'est vrai que tu remplaces Payton en tant que préfet. Comment elle va ? Et toi, comment tu t'en sors ?

Lucas semblait choqué de voir qu'Alan n'était pas avec Magnus ni Prudence : ça n'avait hélas rien de très nouveau. Déjà, l'Irlandais prenait souvent du temps pour lui, loin de tout le monde. Sans pour autant que ça dure très longtemps, mais il aimait être seul. S'en était de même pour Magnus, qui acceptait très bien la présence de quelqu'un quand il rôdait dehors, mais qui appréciait aussi beaucoup être seul. Quand à Prudence, elle avait des copines maintenant, une copine du moins, et elle ne pouvait pas rester collée 100% avec ses amis garçons, déjà qu'elle passait le plus clair de son temps avec eux dans la salle commune. Alan avait mis suffisamment de temps pour s'y faire, pas la peine de remuer le couteau dans la plaie.

- Non, on se rejoint à midi pour déjeuner. J'ai remarqué que prendre un peu de temps loin l'un des autres permettait d'avoir plus de choses à se dire quand on se retrouvait. Alors comme j'adore parler...

Alan adressa un sourire farceur à Lucas. Sûrement qu'il s'en était rendu compte, oui ! Sans compter que Lucas n'était pas un gros bavard, il avait effectivement peut être remarqué qu'Alan ne s'arrêtait que pour respirer, et encore. Peut être que ça passait avec le temps, après tout. Qui pouvait dire si en première année Lucas Montgomery n'était pas une vraie pipelette tout le monde, a priori ?, hein ?

Avant qu'ils se remettent en marche vers le hangar à bateaux oui car Alan compte bien suivre Lucas jusqu'au bout, Alan remarqua quelqu'un en haut des escaliers. Un élève de Serdaigle manifestement, - puisqu'il portait du bleu - qui comptait les imiter juste avant de les apercevoir. Sans attendre, il fit demi-tour, freiné par le fait que la place était sûrement déjà 'prise'.

- Tiens, c'était Julian Farrow, le Serdaigle. Brrr, moi je l'évite en ce moment, à chaque fois que je le vois j'image ce que pense la Menace. Va t'en savoir ce qu'ils ont pour projet, ils pourraient très bien vouloir encore le vase des sangs-pur. Je me dis que le pauvre garçon n'y est pour rien, mais ça me fait peur de passer à côté de lui quand même, on ne sait jamais. La Menace pourrait très bien se servir de lui à nouveau.

Le cas Julian Farrow donnait beaucoup à réfléchir à Alan. Plus d'une fois, par altruisme et parce que lui aussi était souvent seul, le Poufsouffle avait décidé d'aller parler à l'Américain. Hélas, la peur de trop en dire sur ce qu'il savait lui passait par la tête – lui qui était au cœur des recherches sur la Menace, sans exagération -  et il se ravisait à chaque fois. Alan savait par Tempérance que Julian se tenait en dehors des recherches de la Menace (alors qu'elles auraient dû l'intéresser plus que quiconque, lui qui en avait été la victime) pour justement éviter de les informer par accident des informations qu'elle ignorait encore. C'était très noble et très intelligent de sa part. Ça n'enlevait hélas pas le fait que bien qu'il soit très gentil et très bien intentionné, la Menace pouvait encore à tout moment prendre le contrôle de lui et lui faire faire ce qu'elle voulait.

(1107)


Dernière édition par Alan Carmichael le Jeu 10 Aoû - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 166
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Jeu 10 Aoû - 15:23

Lucas écoutait Alan rouspétait tout en pensant à leur ministre de la magie. Il l’avait vu de loin une ou deux fois car elle avait été en classe avec son père, même année, même maison, mêmes ennuis, il savait désormais d’expérience combien ça pouvait rapprocher, même s’ils avaient chacun eu leur propre cercle d’amis. Hermione – Granger à l’époque – avec son futur mari le sieur Weasley et le très connu Harry Potter, son père Edward avec et bien... sa mère supposait-il ? Et bien sûr ses frères et sœurs, surtout Quentin et Isabelle dont il était le triplé. Lucas devait bien admettre qu’il connaissait étrangement peu d’amis à son père alors qu’il avait pourtant été plus sociable (par la force des choses) que sa mère. Mais ses histoires de famille compliquées n’étaient pas vraiment le sujet du moment. Et pour en revenir sur leur actuelle ministre de la magie, personne autour de lui n’ayant jamais remis ce choix en cause, il n’avait jamais pensé que cela puisse être le motif des attaques visant l’Angleterre. Il n’avait même pas pensé au statut de sang de la ministre. Pour reprendre les termes imagés de son camarade de maison : on s’en tamponnait l’hyppogriffe de savoir que Hermione Weasley était née moldue, non ? Lui, en tout cas, s’en moquait, alors que pourtant il était d’une pureté de sang désormais rare.

« Ils font du sur place. Ce n’est pas juste une impression. Mais à leur décharge, que veux-tu qu’ils fassent concrètement ? Certes, nous avons trouvé le vase, et c’est une véritable prouesse, et il vaut aussi bien mieux qu’il soit gardé par le département des mystères qu’utilisé par Magicis Sacras, mais ça ne nous en a pas appris plus sur l’identité des membres de ce groupe. Peut-être qu’en avoir retrouvé les origines historiques est plus utile ? » Même si ne pas avoir pensé que l’objet que cherchait La Menace pouvait être dans Poudlard mais juste dans un autre endroit que la salle commune, ce n’était effectivement pas bien fin. Ne pas les remercier un peu plus chaudement non plus. Quoique, il n’avait pas vu son oncle Quentin depuis cet épisode, peut-être qu’il allait avoir un super cadeau d’anniversaire pour avoir enfreint presque tout le règlement de l’école et failli se faire dévorer par mille serpents ? Qui sait...

On notera que Lucas était globalement d’accord avec Alan, il l’avait d’ailleurs exprimé dans un premier temps en relevant le fait qu’ils les prenaient un peu pour des pigeons à ne pas rendre à César ce qui était légitimement à César. Toutefois, Lucas savait aussi que les choses étaient souvent plus compliquées qu’elle n’y paraissait alors il évitait simplement de jeter la première pierre. Il avait bien d’autres chats à fouetter depuis l’accident de Payton.

« Moi, ça va, c’est pour mes résultats scolaires que je m’inquiète par moment. Payton en revanche... elle a l’air différente. Elle est différente. Sans sa mémoire, elle n’est plus vraiment Payton. Mais je n’ai pas le temps de beaucoup la voir, c’est Tempérance surtout qui l’aide quand elle peut, ainsi que ceux de sa classe. » Bien que Payton ne suive plus les cours normaux mais des cours particuliers de rattrapage. Pour ce que Lucas en savait ce n’étaient pas ces savoirs qui posaient le plus de problème mais bel et bien la personnalité de la jeune fille qui était plus distante et froide qu’autrefois. Il faut dire qu’elle était entourée de visages inconnus, sans aucun repère, comme un nouveau né, mais avec des obligations bien plus importantes et qu’une conscience de soi qui n’était pas en adéquation avec la page blanche qu’elle était devenue.

« Je vois. » Répondit simplement Lucas à Alan par rapport au fait qu’il n’était ni avec Prudence, ni avec Magnus. Il lui paraissait plus sage de ne pas trop s’étendre sur la question. Ce n’était pas comme s’il était un véritable expert : il avait peu d’amis et même ceux qu’il avait ne lui manquaient pas outre mesure quand ils n’étaient pas avec lui.

Ils avancèrent un peu plus et croisèrent Julian. Comme Alan, Lucas le suivit des yeux quelques instants avant de reposer ses prunelles claires sur son cadet, un pli soucieux barrant son front. En début d’année scolaire, Julian s’était ouvert un peu plus, mais avec le récent accident de Payton, c’était comme s’il y avait eu une espèce de retour en arrière. Il n’osait pas s’en mêler,car il ne connaissait pas personnellement Julian, c’était plutôt Tempérance qui lui en parlait à l’occasion.

« S’ils décident de l’utiliser encore, ce ne sera pas l’éviter qui permettra d’échapper aux ennuis. Ils te retrouveront si tu es la cible. Ils ne m’ont pas l’air de s’encombrer de beaucoup de scrupules... le chemin de traverse, la manipulation de Julian et Erin, l’effacement de la mémoire de Payton... ce n’est pas Julian que je crains. En revanche, lui, je pense qu’il se fait peur. Il nous a évité, non ? Ou c’était une impression ? » Lucas fronça de nouveau les sourcils. Bien que fataliste, il espérait que ce qui était arrivé à Payton était un cas isolé, quelque chose qui ne se reproduirait pas. Une seule élève touchée avait déjà suffit à mettre en émoi toute l’école... quant au cas précis de Julian, Lucas ne lui parlait jamais parce qu’il ne jamais à personne, il n’avait aucune méfiance à son égard. Encore une fois, Lucas ne se sentait de toute façon pas réellement en danger. Si le but était de purifier la magie, il était tout dans l’intérêt de Magicis Sacras de le garder en bonne santé puisqu’il était un des rares sang-pur de l’école. Mais il ne pensait pas que Payton ait été attaqué sans raison, elle était sûrement présente à un mauvais moment. C’était Graham qui l’avait retrouvée et il lui avait dit que c’était comme si elle avait été touchée lors d’un duel de sorcier. On pourrait croire qu’elle avait essayé de se défendre, mais Lucas pensait plutôt qu’elle avait essayé d’attaquer. Qu’elle en avait trop vu et qu’on lui avait effacé la mémoire pour que cet acte soit une fin en soi : si elle ne se souvenait de rien, elle ne pourrait rien répéter.

{1 039}


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 587
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Ven 11 Aoû - 0:28

Le père d'Alan, Eddie Carmichael, avait lui aussi connu le trio de Gryffondor. Dans une période de sa vie peu glorieuse où l'ex-Serdaigle aidait illégalement des élèves à égaler ses propres résultats scolaires (à savoir excellents), Alan avait appris par ses cousins Angus et Sidney que son père – leur oncle – avait vendu à Ron Weasley et Harry Potter (entre autres, sa liste d'acheteurs ne s'arrêtant pas là) un Élixir Cérébral de Baruffio, sensés les aider à cartonner à leur BUSEs. Bien évidemment, être un Gryffondor désespéré et impulsif vous faisait faire de drôles de choses parfois pour ne pas dire franchement crétines, aucun des deux ex-Gryffondor n'avaient pris en compte le fait que si Eddie Carmichael avait obtenu 9 Optimal à ses BUSES, c'était avant tout en travaillant dur, pas en buvant du lait de chèvre en bouteille. Pour ce qui était d'Hermione Granger, les jumeaux n'en avaient pas su plus, Eddie Carmichael avait juste confié à son frère que la Miss Granger n'était sans aucun doute pas sorcière à user de stratagèmes pour cartonner en classe Serdaigle refoulée va.

- Je ne sais pas, en tout cas moi ça m'angoisse. Pas qu'un troupeau d'élèves soit plus efficace que le Ministère, ça encore ça peut être dû à la chance – ou à l'emplacement dans notre cas – non, mais plus que la Menace soit si indestructible qu'on ne puisse rien faire contre elle. Elle arrive à frapper tous les pays et nous, on subit, on n'est même pas en mesure de riposter. C'est quoi la prochaine étape, on cache les nés-moldus dans les placards pour ne pas qu'ils soient exécutés en pleine rue ? Voldemort fois dix, quoi.

Voldy a côté, c'était du pipi de licorne. Alan bénissait le ciel de ne pas avoir vécu durant le règne du plus célèbre mage noir de tous les temps. Hélas pour ses parents et ceux de leur génération, ils allaient connaître deux grandes périodes obscures dans toute leur vie. Trois pour ceux qui avaient connus la pré-guerre avec Voldemort au sommet de son pouvoir. Y'a des moments où c'est calme le monde des sorciers ou bien ?

- Tu as moins de temps pour travailler, c'est ça ? Pour Payton, c'est clair que c'est atroce ce qui lui ai arrivée. Je suis déjà allée la voir mais... c'est dur. Elle ne se rappelle rien, elle a tout oublié, qui on est. Qui ELLE est. J'espère vraiment qu'elle se souviendra à nouveau... C'est comme si on lui avait volé une partie d'elle, en fait. A côté, savoir qui lui a fait ça et pourquoi, ne rime à rien. Je veux dire, bien sûr qu'on aimerait savoir pourquoi on lui a fait ça, mais ce qui est vraiment important c'est qu'on lui a volé une partie de sa vie, une partie dont elle n'aura peut être plus jamais conscience ! La pauvre.

Cette histoire bouleversait complètement Alan. L'Irlandais adorait Payton, elle était la bonté née et ne faisait jamais aucune vague. Elle était parfaite, drôle, gentille, sociable, altruiste. Le sorcier en pleurait parfois la nuit, attendant que tous les garçons de son dortoir soient endormis. Alan aurait aimé être plus fort pour accompagner son amie au quotidien – il lui devait bien ça – mais à seulement 12 ans, s'occuper d'une personne avec un tel handicap était perturbant. Il doutait vraiment de pouvoir l'aider, alors égoïstement, il laissait cette tâche aux personnes qui la connaissaient mieux, qui étaient plus forts.

Les deux Poufsouffle furent interrompus par le passage éclair de Julian Farrow tout en haut des escaliers. Interrompus était un bien grand mot puisqu'on le vit à peine quelques secondes : quelqu'un de normal aurait renoncé à aller à un lieu déjà emprunté, après quelques secondes de réflexion, lui, évitait carrément les gens. Ce ne devait pas être facile tous les jours, dis donc.

-  Non mais moi ce qui me fait peur, c'est qu'un beau jour on lui donne l'ordre de tirer à vue. Là mon coco tu seras bien content de pas être dans les parages, je te le dis !

Alan plaisantait à moitié. C'était de ça dont il avait peur, qu'un beau jour la Menace décide de faire une incroyable diversion en lançant l'arme fatale dans Poudlard. Après tout, le Ministère l'avait dit, ils n'avaient pas réussi à lui retirer le collier ! Julian pouvait très bien à l'avance s'être renseigné sur qui avait du sang moldu dans les veines, et bam, c'était cuit pour eux ! Bon, il serait bien embêté si tel était le cas, tout le monde ou presque avait du sang moldu dans son sang. Les sangs purs devenaient très très rares ! Sans compter qu'il ne ferait sûrement pas grand dégât, dès qu'il commencerait à attaquer quelqu'un – tout le monde était tellement à cran en ce moment – il se ferait désarmer par la moitié de l'école avant d'avoir pu dire pitié.

- Non je plaisante mais ce n'est pas rigolo. Oui, oui, il nous a évité on dirait. Mais ça doit pas être drôle pour lui tous les jours. J'ai entendu dire qu'il était venu à Poudlard à cause de ses parents, qui agissaient contre leur gré pour la Menace, ça veut dire qu'en plus de tout ce bordel dont il est victime, il n'a plus aucun de ses amis pour le soutenir ? Il est à Poudlard à cause de Magicistruc là, en fait ! Pourquoi il ne repart pas à Ilvermorny, d'ailleurs ?

Se rappelant soudain que Lucas était un sang pur – bien Eureka ! - (comme tous les Montgomery, non ? Il était perdu, il y'en avait tellement maintenant de ces petites bêtes là, qu'on ne savait plus !) et il lui posa la question cash, comme si maintenant les sangs purs étaient devenus si rares qu'on pouvait les recenser pour plus de praticité.

- Tu es bien un sang pur toi, non ?

Pure curiosité non on ne te fera rien, ne t'inquiète pas, Alan lui, n'en connaissait aucun autre, de sang pur. Tous ses proches étaient des sang-mêlés en fait. Que des gens bien, donc !

- T'es bien un des rares qui ne risque rien, en fait. Enfin, sauf si quelqu'un crois que tu es mêlé à la Menace, là, je te souhaite bonne chance pour t'en dépatouiller !

Alan rigola : il aurait été très idiot de soupçonner un élève, sang pur de surcroit,  en particulier Lucas Montgomery et qui sait ! Pourtant....

(1071)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 166
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Sam 12 Aoû - 20:29

Lucas réfléchit en silence aux paroles de son cadet. Il n’était pas de ceux qui parlent longuement pour finalement ne rien dire. Les mots utilisés par Alan, ainsi que sa référence à Voldemort, firent ressurgir d’autres éléments de la mémoire du nouveau préfet. Alan avait tout à la fois raison et tord, incroyable mais vrai, Lucas devait donc reprendre la parole, malgré le peu de goût qu’il avait à tenir ou entretenir une conversation (il s’était fait une raison sur ses révisions de toute façon…). « C’est vrai qu’ils sont partout en même temps, on a du mal à imaginer que les ministères vont réussir à se mettre d’accord pour se coordonner et les attraper. Mais par contre je ne crois pas qu’ils soient dans leurs plans de tuer les nés-moldus. Depuis cet été, ce qui s’est passé sur le Chemin de Traverse l’été dernier a pas mal fuité, et ils y ont dit qu’ils voulaient voler aux moldus leurs enfants avec des pouvoirs magiques pour que les sorciers restent entre eux. Dans cette logique, ceux qui doivent craindre pour leur vie sont plutôt les Cracmol : ils ne sont ni sorciers, ni moldus. » Lucas espérait avoir été à peu près clair, comme il n’aimait pas parler, il essayait d’aller à l’essentiel, mais il manquait parfois des informations au milieu. Tout dépendrait d’à quel point Alan avait suivi de près ce qu’il s’était passé ces derniers temps dans les informations. Le sort réservé à Payton avait pas mal délié les langues des adultes sur l’été précédent, y compris chez les journalistes. Quoi qu’il en soit, ils étaient dans un processus subtilement différent de celui de Voldemort qui était un meurtrier aveuglé par sa haine en premier lieu.

« Il n’y a pas de remède au sortilège d’oubli. Il faut juste être là pour elle et… je ne sais pas… lui ré-apprendre qui elle est peut-être. »
Facile à dire, pas facile à faire, quant à son travail : « En tout cas, elle avait bien du mérite, être préfet est usant. » Il savait qu’en réalité Payton avait de bien moins bons résultats que lui au même âge, mais il ne pensait pas qu’elle déméritait pour autant car elle était clairement dotée d’une patience qu’il n’avait pas. Heureusement qu’il avait encore quelques mois devant lui avant d’avoir à s’occuper de l’accueil des premières années. S’imaginer devoir répondre à leurs multiples et incessantes questions le perturbait au plus haut point.

« Tu as l’imagination trop fertile. Il m’apparaît évident que Julian n’est pas utilisé comme arme mais comme espion. Dépeupler le monde sorcier n’est pas vraiment non plus le meilleur moyen de rendre la magie plus pure. Pour peu qu’elle puisse l’être. » Il fronça de nouveau les sourcils, passant outre la plaisanterie quelle idée d’essayer de plaisanter avec lui !. Il fallait vraiment arrêté avec cette idée vicieuse qu’il y aurait un mérite à être de sang pur. La famille de sa mère avait pensé ça pendant des siècles, allant jusqu’à faire des mariages entre cousins germains, et ça n’avait fait que provoquer des maladies et des problèmes. Pas plus de magies en tout cas. Quant à lui, il était de sang-pur, mais il n’avait rien fait pour ça, il était juste , en quoi est-ce que ça valait la peine d’être valorisé ? Il préférait avoir de bonnes notes.

« Il ne peut pas. Même s’ils voulaient bien de lui avec son collier ensorcelé, le Ministère ne le laisserait pas retourner là-bas, on a été frappé les premiers, nous avons la primeur sur les indices. » Il haussa les épaules, il ne parlait qu’à moitié sérieusement : le Ministère avait sûrement des raisons bien plus intelligentes qu’un simple droit à faire valoir en tant que première victime. Sauf que Lucas l’ignorait, ce n’était pas ça qui paraissait dans la Gazette ou qu’il pouvait trouver dans un livre de la bibliothèque.

« Oui, je suis de sang-pur. Mais c’est un pur hasard, le mariage de mes parents n’a pas été arrangé dans ce but. D’ailleurs, ma sœur, Psychée, elle a été adoptée, on ne connaît pas son statut de sang. » précisa-t-il, plus par habitude que par nécessité. Les Montgomery passant souvent par Serpentard, on leur attribuait souvent des idéaux qu’ils n’avaient plus depuis ses grands-parents. « Je ne vois pas pourquoi on me croirait affilier à La Menace vu qu’en fait je suis un des rares sang-pur restant chez les Montgomery. Il n’y a que mes cousins du côté de notre prof’ assistante de Sortilège, tante Susan, qui sont sang-pur comme moi. Ah. Et Alex’ aussi est sang-pur il paraît, ce que j’ai toujours trouvé bizarre parce que Cousin Alexis ne l’est pas, mais ma mère m’a dit que c’étaient des histoires d’adultes… il ne s’appelle même pas Montgomry sur son dossier d’inscription pour l’an prochain. » Lucas ne parlait plus à Alan, comme souvent, il pensait tout haut, seul moment où il pouvait donner l’illusion d’être bavard.

Revenant sur terre au bout de quelques nouvelles secondes où il tâcha de se souvenir quel autre membre de sa famille allait rejoindre la bande à Poudlard l’an prochain, il tourna à nouveau ses yeux bleus délavés vers Alan : « Tu es sang mêlé je suppose ? Quand on a trouvé la coupe, j’étais le seul à me revendiquer de sang pur pour boire dedans. » Même si ça avait beaucoup énervé sa tante et sa cousine… mais ça, c’était une autre histoire. Lucas avait l’habitude des caractères forts des femmes de sa famille, cela avait peut-être plus surpris Alan qui ne devait pas beaucoup les connaître, ou seulement par leurs faits d’armes et de beauté dans le Hibou Bavard. Quoique, il avait sûrement aussi joué contre Opaline au Quidditch, mais comme il n’allait voir qu’un match sur deux, même quand Poufsouffle jouait, il évitait toujours soigneusement le sujet. Il était un des rares élèves de l’école à se moquer éperdument des matchs et de leur résultat. Ou plutôt, il adorait quand il y avait un match : il avait la salle commune pour lui-seul ! Mais là encore, ce n’était pas une chose à dire, surtout pour un nouveau préfet…

{1 032}


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 587
Âge : 12 ans [10/05/2000]
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Julian, Quentin & Jason

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Dim 13 Aoû - 20:52

Lucas jugea préférable d'expliquer deux - trois choses à Alan, que le deuxième année avait mal comprises. A priori, le jaune et noir faisait fausse route depuis quelque temps déjà, Alan – qui ne parlait qu'avec Prue, et Magnus plus récemment – avait rarement l'occasion de confronter son avis à celui de quelqu'un d'autre. Et il aurait dû ! En fait, il n'était pas si incollable que ça sur Magicis Sacra.

- Attends ça veut dire qu'ils sont pas attachés au sang, mais juste au pouvoir ? Qu'on soit né-moldu ou sang-pur ça ne fait aucune différence, donc ? Je pensai qu'ils étaient contre les unions avec les moldus, donc que du coup ils rejetaient aussi les né-moldus, par extension. C'est pas forcément encourageant s'ils kidnappent les né-moldus tu me diras, je veux dire, la mort à côté c'est pas tellement pire. Puis dans ce cas là, il suffit que tu aies un moldu dans ta famille pour être visé. Et c'est hyper courant d'avoir un moldu dans sa famille ! Moi je connais plein de moldus dans des familles de sorciers ! En Irlande, c'est limite courant. Ils font quoi dans ces cas-là, ils kidnappent le moldu, ou bien l'enfant-sorcier ?

Alan avait suivi les actualités sorcières, mais de ses douze ans quelques aspérités du problèmes lui échappaient. Lucas lui, était bien au fait de tout un peu trop d'ailleurs, c'était louche et en parlant un peu il pourrait peut être éviter qu'Alan soit si perplexe sur certains points. Comme quoi, on croyait savoir des choses, mais la Gazette n'était pas hyper claire non plus. Chacun y allait de son interprétation et au final, certains étaient à côté de leur pompes. Les plus jeunes surtout, sans leurs parents pour les guider, devaient communiquer entre eux et proposer des théories pas toujours confirmées des fois très extravagantes quand elles étaient de Prudence Faraday. Et de l'imagination, ils en avaient ! Il n'y avait pas encore de cours à Poudlard pour expliquer les agissements de la Menace : tout le monde y serait allé sinon !

Pour ce qui était de Payton, Alan avait grandement besoin d'espoir et les gens comme Lucas lui étaient donc néfastes. Il avait besoin d'être rassuré, besoin de croire qu'un jour ça irait mieux. Si lui-même ne le croyait pas, il serait incapable dans l'avenir d'aider ou de convaincre Payton. Et sa 'guérison' lui tenait tellement à cœur qu'il voulait vraiment tout faire pour la soutenir.

- Mais il y'a quand même eu des cas où le sujet se rappelle de son passé, hein ? En tout cas je vais être là pour elle et tout faire pour qu'elle se sente mieux !

Dès à présent, Payton devenait sa priorité. Personne en ce moment n'avait plus besoin de quelqu'un qu'elle. Il ne la lâcherait pas et ferait tout pour l'aider au mieux. Ça commencerait par lui remémorer tous les souvenirs qu'ils avaient en commun (à l'aide de photos par exemple, Alan en avait des dizaines !) et les lui faire bien intégrer, puis il finirait en étant en mesure de répondre à toutes les autres questions qu'elle pourrait se poser sur la vie en général. S'il ne savait pas, il n'hésiterait pas à arpenter de fond en comble la bibliothèque et à harceler chacune de ses connaissances, parce que dorénavant, Payton passerait avant tout.

La réflexion de Lucas sur l'imagination trop fertile de Lucas embêta sérieusement Alan. Depuis toujours ses parents s'accordaient à dire qu'il fallait développer son imagination et la nourrir constamment. Papa arguait même qu'avoir une bonne vision de toutes les éventualités possibles vous aidait souvent à ne pas vous faire avoir, à mieux anticiper le futur. Alan avait donc grandi avec l'idée que plus on anticipait de cas de figure, moins on avait de mauvaises surprises. Concernant Julian, Alan préférait voir le pire : avec la Menace on ne savait rien, on tâtonnait, bien que le Ministère soit très fier de ses trouvailles. C'était eux qui avaient le contrôle, dans tous les sens du termes, et en ça il ne fallait désormais plus se reposer sur ses lauriers. Voir le pire, par les temps qui couraient, pouvait vous sauver la vie.

- Mouais, à voir...

Alan n'était pas convaincu du tout pour le point de vue de Lucas. Il en savait quoi, de ce que voulait vraiment la Menace après tout ? D'où il les croyait sur parole, il les connaissait personnellement ? Des gens qui avaient leur pratique et leur pouvoir, il fallait s'en méfier, peu importe ce qu'ils avaient dit. Depuis quand on croyait sur parole les méchants ? Ce n'était pas parce que leurs actes étaient cohérents avec leurs précédentes revendications qu'il fallait leur faire confiance et les laisser faire. Un sorcier qui manipule quelqu'un à travers un collier à distance, contre sa volonté, ce n'est ni plus ni moins qu'un Impérium décoratif. Et c'était puni par la loi. Alan avait pour principe de ne jamais faire confiance à un hors-la-loi, surtout quand il prônait la loi du plus fort.
Pour le coup, Lucas pouvait bien dire ce qu'il voulait, une imagination 'trop fertile' ne serait jamais un handicap pour Alan. Mieux valait prévoir à tort que bêtement se laisser surprendre.

- Donc en plus le pauvre, il est bloqué à Poudlard et ne peut même pas revoir tous ses amis. Heureusement qu'il a Tempérance, moi je suis là depuis 2 ans, je pourrai jamais partir pour une autre école.

Lança un Alan renfrogné à l'idée de quitter le Royaume-Uni un comble. Il porta un regard sur le lac noir qui de dessinait devant eux. Poudlard, il s'y était fait, finalement. Ce n'était pas si loin que ça de l'Irlande et ça pullulait de nouvelles créatures magiques. Non, définitivement, c'était un bel endroit et maintenant qu'il y était, il ne pourrait jamais en partir.

- Vous les Montgomery, vous êtes tous cousins en fait ? Vous êtes sacrément nombreux dans cette famille, il faudrait 40 ans pour faire votre arbre généalogique, non ?

Une nouvelle fois, Alan lança une blague... qui tomba à l'eau. Ça lui arrivait de rire à Lucas, des fois ? Alan avait l'impression de passer pour le mec le plus plombant de la terre, ou alors, il venait de toucher un point sensible (encore une fois ?) pour que le jeune sorcier ne sourît pas non plus cette fois là.

- Oui sang mêlé. Je connais pas de sang pur à part toi, je crois.

Ou alors, ils étaient bien cachés ! En même temps comme disait Lucas, il était de sang pur mais ce n'était pas 'prémédité', par ses parents, comme à l'époque. Les sang pur actuels n'étaient pas tous des Serpentard qui snobaient les autres élèves nés-moldus, comme à l'époque. Enfin, c'est ce qu'on disait des anciens sang purs en tout cas ! Alan n'était pas là avant et il n'en connaissait pas des masses en Irlande, ça devait expliquer. Il fallait dire qu'à Galway, il n'y avait pas 50 familles de sorciers. Ou alors il y'en avait beaucoup moins de sang pur qu'avant dans le monde sorcier, ce qui était aussi explicable : les mœurs avaient bien changé depuis l'époque de Voldemort.
Quoiqu'il en soi, ça ne changeait rien pour Alan, qu'on soit de sang pur ou né moldu ne faisait aucune différence tant qu'on pouvait pratiquer la magie. C'était ça le plus important !

(1222)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 166
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   Mar 15 Aoû - 17:17

« Aucune différence, je ne sais pas, mais ils n’ont pas l’intention de les tuer, plutôt de les enlever à leurs parents, oui, puis de les embrigader dans leur doctrine de la magie sacrée. Ce sont plutôt les cracmols qu’ils veulent tuer si on va jusqu’au bout de leurs idées. Et ils veulent que le monde sorcier soit séparé plus sévèrement du monde moldu, ce qui n’est pas vraiment dans l’air du temps, surtout chez nous. » Vu que leur ministre avait des parents moldus, forcément… Mais Lucas ne saurait dire le plan réel de La Menace, il ne faisait que répéter bêtement ce qu’il avait lu ou entendu dire des paroles de leurs ennemis lors de l’incident au Chemin de Traverse. C’est que ses cousins avaient été enlevés alors même si au début personne ne disait rien, avec le temps, c’était devenu de plus en plus facile de les entendre en parler, jusqu’à ce qu’ils se mettent à le faire ouvertement avec l’accident de Payton et sa nomination. Le savoir c’est le pouvoir. D’après lui et d’après sa mère, donc elle lui avait répété tout ce qu’elle savait, et il avait ensuite recoupé avec la Gazette pour compléter. Lucas n’étant pas très sociable, il passait surtout du temps avec sa famille, mais elle formait à elle seule un réseau bien rôdé quand on avait besoin de savoir où en était le monde. Sauf pour l’enquête, car ça, c’était trop sensible comme information, et Quentin n’était pas oncle à se laisser si facilement soudoyer.

« Le sort qui a été jeté sur Payton était très puissant mais paradoxalement très bien fait. Il ne l’a pas rendu folle ou complètement stupide, elle a juste… oublié. Et dans ce cas là, lancer un contre-sort serait plus risquer que la laisser dans sa situation actuelle. Mais même si elle est plus âgée que nous, elle est encore jeune, elle peut ré-apprendre avec nous à être… Payton. » Il haussa les épaules, trop cartésien pour rassurer Alan, mais trop Poufsouffle pour ne pas croire que les choses s’arrangeraient à leur manière. « Être là pour l’y aider, c’est encore ce que tu peux faire de mieux. » Lui assura tout de même Lucas car il sentait bien qu’Alan avait besoin d’être utile dans cette histoire là où, lui, il évitait d’y être mêlé plus car être préfet suffisait pour le moment comme charge mentale supplémentaire.

Il sentait qu’il ne convainquait pas Alan mais il en fallait plus pour décourager Lucas car après tout, si Alan ne voulait pas de son avis, il n’avait pas qu’à pas venir lui parler en premier lieu. Il ne releva pas pour Julian, se contentant de hocher la tête, lui non plus n’aimerait pas changer d’école, en partie parce que toute sa famille était là. Il ne se voyait pas aller tout seul à Durmstrang par exemple, alors que c’était l’école de la famille de sa mère… même s’ils avaient bien perdu de leur standing aux yeux des Maiden depuis qu’ils avaient refusé Roze à cause de sa maladie. A l’époque, il n’y avait que Dumbledore pour accepter la maman de Lucas, et c’était bien au final, vu qu’elle avait rencontré son papa au passage !

Lucas sourit vaguement à la énième tentative de plaisanterie de Alan mais le coeur n’y était pas. Déjà parce qu’il ne pouvait pas savoir qu’il n’y avait pas là matière à plaisanter. Les familles Montgomery et Maiden n’étaient restées de grandes familles qu’au prix de sacrifices énormes… que son jeune camarade ne pouvait probablement même pas imaginer, donc il aimait autant se contenter de ce sourire et de ne trop rien ajouter pour ne pas faire dévier une conversation déjà sensible.

« Je ne suis pas le seul à Poudlard, tu en connais peut-être et tu ne sais même pas qu’ils le sont. Il n’est quand même pas très fréquent de se présenter en indiquant son statut de sang. Ce serait aller dans le sens de La Menace, tu ne trouves pas ? »
Puis, il regarda l’heure. Adieu révision, il était l’heure de retourner faire une ronde dans le château pour la sécurité de tous. « Je dois rentrer au château, ma pause est terminée. Tu viens avec moi ou tu restes ici ? » Lui prenait déjà le chemin du retour car il ne voulait pas faire attendre Bartley qui était son binôme du jour. Il y avait de plus en plus de rondes… Lucas espérait que se faire grignoter ses temps de révisions en valait la peine… dans tous les cas, sa conversation avec Alan était finie, ou simplement reportée, car ils n’en avaient pas terminé avec La Menace.

{Terminé pour Lucas}


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [THEME] Magicis Ministerium [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[THEME] Magicis Ministerium [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [THEME] En prévision du bal [PV]
» Theme Soubrette maintenant ^^
» [THEME] Tu arrêtes de me bouder ?
» THEME ; Farce de mauvais goût (PV)
» [THEME] Retour à Poupou... [Alexey] [RP Clos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Extérieur du chateau :: Hangar à bateaux-
Sauter vers: