AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 1er cours : Histoire d'un sport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Re: 1er cours : Histoire d'un sport   Dim 29 Oct - 12:56

Je fus très heureuse que le professeur Binns m’eut remarquée mais un peu moins quant il dit encore, ce qui devait signifier que je parlais un peu trop à son cours ou que j’en savais un peu trop sur le sujet.

Avant de parler du célèbre Barberus Bragge, il me faut avant tout commencer par l’histoire du Vivet Doré, dis-je en regardant le professeur, depuis le début du douzième siècle, la chasse au Vivet était très répandue dans le monde des sorciers. Le Vivet doré est aujourd’hui une espèce protégée mais, à l’époque, c’était un oiseau commun dans le nord de l’Europe, bien qu’il fût très difficile à détecter par les Moldus en raison de son exceptionnelle aptitude à se cacher et de l’extraordinaire vitesse de son vol. La taille minuscule du Vivet alliée à sa remarquable agilité en volet à sa faculté d’éviter les prédateurs en faisait un gibier très difficile à attraper et ceux qui parvenaient à le capturer en tiraient d’autant plus de prestige. Une tapisserie du douzième siècle, conservée au musée du Quidditch, montre un groupe de sorciers partant à la chasse au Vivet. Dans la première partie de la tapisserie, certains chasseurs sont équipés de filets, d’autres utilisent des baguettes magiques, d’autres encore essaient d’attraper l’oiseau à mains nues. Une des scènes représentées montre que le Vivet était souvent écrasé par le chasseur. Dans la dernière partie de la tapisserie, on voit le sorcier qui a réussi à capturer sa proie recevoir un sac d’or. La chasse au Vivet était à bien des égards contestable. Tout sorcier de bon sens ne peut que déplorer la destruction, au nom du sport, de ces petits oiseaux paisibles. Par surcroît, la chasse au Vivet se pratiquait en plein jour et augmentait de ce fait, plus que toute autre activité extérieure, les risques que des Moldus aperçoivent des balais volants. Le Conseil des Sorciers de l’époque fut cependant incapable de modérer l’enthousiasme suscité par le sport – en vérité, il apparaît que le conseil lui-même n’y voyait pas grand mal comme nous allons le constater -. La chasse au Vivet finit par croiser le chemin du Quidditch en 1269 lors d’une partie à laquelle assistait le chef du Conseil des Sorciers en personne – et voilà où je voulais en venir-, dis je en regardant le professeur Binns, Barberus Bragge, nous le savons grâce au témoignage adressé par Dame Modesty Rabnott, du Kent, à sa sœur Prudence, d’Abrdeen, cette lettre se trouve également au Musée du Quidditch. Selon Dame Rabnott, Bragge avait apporté à la partie de Quidditch un Vivet enfermé dans une cage en annonçant qu’il offrirait une récompense de cent cinquante Gallions – c'est-à-dire plus d’un millions de Gallions actuels. On ignore si Barberus Bragge avait véritablement l’intention de payer cette sommes-, au joueur qui parviendrait à attraper l’oiseau au cours de la rencontre, dis-je toujours en regardant le professeur Binns. La lettre de Dame Rabnott dit ceci : tous les joueurs s’envolèrent du même élan sans s’occuper du Souafle mais se protégeant des Cognoirs. Les deux gardiens abandonnèrent leurs paniers pour se joindre à la chasse. L’infortuné Vivet filait d’un côté et d’autre en grands efforts pour s’enfuir mais la foule des sorciers l’empêchait de s’éloigner en lui lançant des sortilèges de Repoussement. Tu n’ignores pas, ma bonne Pru, ce que je pense de la chasse du Vivet et quelle furie je deviens quand le courroux me prend. J’ai accouru au milieu du terrain et poussé force clameurs. Chef Bragge, c’est grande injustice ! Qu’on laisse libre le Vivet et que le noble jeu de Cuaditch commence car c’est pourquoi nous sommes venus ! Or voici que cette brute me répond d’un grand rire et lance sur moi la cage vide. Ma bonne Pru, la fureur m’a fait voir rouge et ce rouge-là était très vif si tu m’en crois. Alors que le malheureux Vivet volait vers moi, j’ai jeté un sortilège d’Attraction. Tu sais comme je suis habile en cette matière. Il était facile pour moi d’atteindre ma cible puisque je n’étais pas sur mon balai à cet instant. Le petit oiseau s’est précipité dans ma main, je l’ai abrité dans ma robe et j’ai couru comme une diablesse. Ils m’ont attrapée mais pas avant que j’eusse échappé à la foule et relâché le Vivet. Le Chef Bragge en a été saisi de rage et j’ai bien cru finir en crapaud, ou pis, mais par grande chance ses conseillers l’ont ramené à la raison et j’ai dû payer dix Gallions pour avoir été cause de tant d’émoi. Bien sûr, je n’ai jamais possédé dix Gallions de ma vie et j’ai été privée de ma maison pour prix de ma dette. Je viendrais bientôt habiter sous ton toit. Par chance, ils n’ont pas pris l’hippogriffe. Et je puis te dire, ma bonne Pru, que je n’aurais pas choisi le chef Bragge si le droit d’élire m’avait été donné. Ta sœur qui t’aime, Modesty, dis-je en regardant cette fois toute la classe, car j’étais de ne pas avoir oublié cette partie qui selon moi était quand même importante à retenir. Le geste courageux, repris-je, de Dame Rabnott a sans doute sauvé un Vivet mais elle pouvait les sauver tous. L’idée que le chef Bragge avait eue ce jour-là allait changer à jamais la nature du Quidditch. Des Vivet dorés furent bientôt lâchés au début de toutes les parties de Quidditch, un joueur de chaque équipe qu’on appelait à l’époque le Chasseur, avait pour unique tâche de l’attraper. Lorsque l’oiseau était tué, la partie prenait fin et l’équipe du Chasseur victorieux se voyait attribuer cent cinquante points supplémentaires, en souvenir des cent cinquante Gallions promis par le chef Bragge, voilà ce que je sais au sujet de monsieur Bragge, j’espère que cela vous convient professeur, lui demandais-je en lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Dim 29 Oct - 13:34

Binns donna la parole à Aelita et... il en avait pour une bonne heure à tout écouter... Vivet...Bragge...Doré...diablesse...chasseurs...gallions...on buvait ses paroles !

Ce fut long, mais long alors, mais alors bon, mais bon alors !

- EXCELLENT ! 15 points sont accordés à Serdaigle ! Peu de fois dans ma vie on ne m'avait fait un tel discours ! J'ai du mal à m'en remettre ! Et allez, encore 5 points supplémentaires !

Reprenons donc nos esprits et continuons... Une synthèse de tout cela... Barberus Bragge lacha un vivet doré, offrant 150 gallions au joueur capable de l'attraper. Le succés fut tellement grand que l'action se reproduisit à chaque match.
Le vivet doré est, comme nous l'a dit miss Stones, un animal qui vole. Aujourd'hui, cette espèce est protégée, et vous devinez pourquoi. Car prendre un vivet à chaque match engendre des disparitions, puisque la tradition veut que l'on tue l'animal après le match. Et en accumulant la chasse et le quidditch, les vivets étaient en voie de disparition.

Et nous arrivons à une autre personnalité... Bowman Wright... Qui veut nous en parler
?


Aelita Stones : 27 pts.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Professeur

Parchemins : 1930
Âge : 33 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Professeur de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: 1er cours : Histoire d'un sport   Dim 29 Oct - 13:56

Susan avait retrouvé un semblant d'espoir lorsque Marietta avait été butée en touche par Binns. Finalement, elle n'était peut-être pas si larguée que cela... C'était compter sans Aelita qui, la cruelle, réduisit en miettes ce sursaut galvanisant. Au fur et à mesure que la jeune fille avançait dans son monologue, Susan s'avachissait de plus en plus sur sa chaise, sentant des larmes de rage, de frustration et d'impuissance menacer d'inonder ses joues. C'était vraiment trop injuste ! Elle avait beau faire de sérieux efforts, elle était toujours tellement nulle par rapport aux autres ! Si même l'histoire de la magie l'abandonnait, alors elle n'avait plus aucun espoir.
La fillette déglutit et baissa les yeux vers son parchemin. Elle se sentait parfaitement découragée, c'était tout simplement trop difficile. Elle n'était pas faite pour la magie, voilà tout, elle devait certainement être une cracmol à qui on avait envoyé une lettre d'admission à Poudlard par erreur, parce que ses parents étaient sorciers. Quelque part dans ce pays, une autre petite Susan Bones devait se morfondre dans un collège moldu alors qu'elle aurait dû se trouver à Poudlard.

La Poufsouffle se mordillait la lèvre avec nervosité. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait le sentiment de ne pas avoir sa place dans le petit monde des apprentis sorciers. Dès sa première année, elle avait passé de nombreuses soirées à s'interroger sur la pertinence de sa présence au sein de cette école. Elle n'était plus très sûre d'avoir envie de continuer à y étudier d'ailleurs. Bien entendu, son orgueil était piqué par son appartenance à la noble communauté des sorciers mais au fond, pourquoi se montrait-elle si conciliante ? Etait-ce réellemet pour elle ? N'était-ce pas plutôt pour satisfaire parents en professeurs ? Et si tel était le cas, resterait-elle toute sa vie sous la domination des autres, à suivre leurs désirs en les prenant pour les siens ? Au fond, c'était son grand drame : elle était trop sage. Elle l'avait toujours été. Sans doute par peur des conséquences qu'engendreraient la désobéisance. Aujourd'hui, elle n'avait plus envie d'être sorcière, elle se sentait lâche, sotte et indigne de l'honneur qui lui était fait.

Mais parce qu'on ne balayait pas douze années de discipline muette d'un coup de désespoir, Susan reprit sa plume et nota d'une main molle le résumé de Binns. C'était toujours ça de pris, n'est ce pas ?
Elle soupira, posa sa tête entre ses mains et lança un coup d'oeil discret par la fenêtre : elle aurait donné n'importe quoi pour être une mésange voletant joyeusement dans l'air frais de ce début de printemps. Certes, les oiseaux avaient aussi leurs soucis, mais en cette heure, l'inquiétude d'avoir à bâtir un nid lui semblait préférable à sa situation.
Ne cherchant même pas à réfléchir à la question suivante, Susan attendit passivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Dim 29 Oct - 18:02

Lukas était assit au milieu de la classe. Il écoutait le vieux Binns, et trouvait en fait le cours assez interessant contre toute attente. Mais ce qui lui faisait aimer ce cours, c'était Aelita.
Pour Lukas, Aelita Stones était la "femme" parfaite : belle et intelligente. Quand il a été envoyé à Serdaigle, il était tellement heureux. Et pourquoi ? Parce-qu'Aelita est à Serdaigle !

Mais elle avait surement un fiancé, et qui n'était pas en première année. Bref, son amour pour Aelita était impossible... Mais cela ne l'empechait pas de voir un rayon de soleil devant lui dès qu'elle était dans la même pièce, comme c'était le cas dans la classe...

Il arreta de rêvasser pour reprendre le fil du cours. Aelita (!) venait de répondre très justement à une question et Binns faillit sauter au plafond. Puis il en posa une autre, concernant Bowman Wright. Lukas leva la main pour y répondre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Dim 29 Oct - 19:27

Cuthbert, après ce moment de joie intense qu'était la réponse d'Aelita Stones, replongea dans un état commateux. Il se rassit et feuilleta le libre, oubliant completement la question qu'il avait posé. Page 78, la révolte des gobelins... Il regarda toutes les photographies les une après les autres, souriant de plus en plus grand.

Il vit alors un jeune homme lever la main, mais il ne savait pas pourquoi. Aurait-il posé une question ? Ah oui c'est vrai...

- Monsieur Spieller ?

Et aussitot avoir donné la parole à Mr Spieller, il se remit à loucher sur la révolte des gobelins page 78, 79, et 80. Quelles pages bénites !


Susan Bones : 14 pts. Lukas Spieller : 1.5 pts.


Dernière édition par le Dim 29 Oct - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Dim 29 Oct - 20:19

Lukas venait d'être interrogé. Certes, sa réponse allait être beaucoup moins éloquante que celle d'Aelita mais tout le monde n'est pas si parfait.

- Bowman Wright était un ensorceleur de métaux qui habitait à Godric's Hollow. Il essaya de trouver un moyen de remplacer les vivets dorés, qui étaient interdits dans le quidditch depuis quelques temps. Il inventa donc le vif d'or. Cette idée fut très bien reçue, et elle se rependit rapidement. Beaucoup pensent que c'est à cette époque que le quidditch moderne débuta.




Il espérait ne pas avoir répondu trop à coté... Binns était complétement avachit sur son fauteil, presque allongé, sa pipe à la main, et un doigt dans le nez...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: 1er cours : Histoire d'un sport   Dim 29 Oct - 20:28

Je fus enchantée qu’un autre Serdaigle réponde à une question du professeur Binns, je ne voulais pas que les autres se décourage et tente eux aussi de répondre, même si leur réponse n’était pas claire ou pas assez précise. Il fallait tenter au moins pour essayer de gagner des points, nous étions si loin de Serpentard à présent, je voulais tellement que Serdaigle arrive à leur hauteur pour le prouver que l’intelligence pouvait mener aussi loin que la ruse et la tricherie. Même si je n’étais pas tout à fait sur qu’ils trichaient vraiment, mais la ruse j’étais sûr qu’ils l’employaient, il faut dire que les rumeurs sur les Serpentard courraient bon train dans l’école. Surtout depuis que la chambre des secrets avait été ouverte une nouvelle fois. Je levais donc ma main pour donner plus de précisions au professeur Binns et sourit à Lukas pour l’encourager à donner de nouvelles réponses.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Dim 29 Oct - 20:36

Binns s'était fourré le doigt dans le nez... et tellement fort qu'il en tomba à la renverse la pipe dans le gosier !
Il essaya de se redresser, chose ardue pour un fantôme. Puis une fois la pipe et le doigt remis où il faut, il écouta la réponse de Mr Spieller.


- Bowman Wright était un ensorceleur de métaux qui habitait à Godric's Hollow. Il essaya de trouver un moyen de remplacer les vivets dorés, qui étaient interdits dans le quidditch depuis quelques temps. Il inventa donc le vif d'or. Cette idée fut très bien reçue, et elle se rependit rapidement. Beaucoup pensent que c'est à cette époque que le quidditch moderne débuta.

- Très bien 10 points pour Serdaigle ! Ah ?
Cuthbert apperçut miss Stones lever encore une fois la main, peut-être voulait-elle apporter des compléments...

- Miss Stones ?


Lukas Spieller : 2 pts. Aelita Stones : 2 pts.


Dernière édition par le Dim 29 Oct - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: 1er cours : Histoire d'un sport   Dim 29 Oct - 20:58

Merci, de m’accorder une nouvelle fois la parole dans votre cours monsieur Binns, je sais que je parle beaucoup mais j’adore le Quidditch et je ne peux m’empêcher d’argumenter, lui dis-je en lui souriant chaleureusement. L’invention du Vif d’or est attribuée à un sorcier du nom de Bowman Wright, de Godric’s Hollow, comme la si bien dit Lukas, dis-je en regardant Lukas. Tandis que, à travers tout le pays, les équipes de Quidditch cherchaient des oiseaux de substitution, Wright, qui était un habile ensorceleur de métaux, entreprit de créer une balle imitant le comportement et la façon de voler du Vivet doré. Ses efforts furent couronnés de succès, comme en témoignent les nombreux rouleaux de parchemin qu’il laissa à sa mort, aujourd’hui propriété d’un collectionneur privé, et qui contenaient la liste des commandes reçue de tout le pays. Le Vif d’or, ainsi que Bowman appela son invention, était une balle de la taille d’une noix qui pesait exactement le même poids, qu’un Vivet. Ses ailes d’argent étaient équipées de jointures rotatives qui imitaient les articulations de l’oiseau et lui permettaient de changer de direction avec la même vitesse fulgurante et la même précision que son modèle vivant. A la différence du Vivet, toutefois, le Vif d’or avait été ensorcelé de telle sorte qu’il ne puisse dépasser les limites du terrain. On peut affirmer l’introduction du Vif d’or a marqué la fin du processus d’évolution commencé trois cents ans plus tôt dans les Marais de Queerditch. Ce fut la véritable naissance du Quidditch, dis-je pour clôturer mon discours.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Dim 29 Oct - 21:13

Binns écouta Aelita à nouveau. Il devait y avoir une sorte d'étincelle divine chez cette Serdaigle, une force au dessus d'elle.

- Quelle vivacité d'esprit miss Stones ! 15 points pour Serdaigle !
J'en tombe de ma chaise !


Binns, alors qu'il prononça cette parole sans penser aux conséquences, il se prit ses pieds translucides dans un cordon et se ramassa par terre. L'avantage d'être un fantôme, c'est que tomber la tête la première ne fait pas mal : ça chatouille.
Il se releva facilement.

- C'est donc une très bonne réponse ! Passons à un autre évenement. Que s'est-il passé en 1357, au niveau du quidditch bien naturellement ? Peut-être quelqu'un d'autre que miss Stones ?


Aelita Stones : 4 pts.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1er cours : Histoire d'un sport   

Revenir en haut Aller en bas
 
1er cours : Histoire d'un sport
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» COURS : Histoire de la magie ? (1ère année - 6e cours de l'année)
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» Gérard Gourgues l'homme par qui le cours de l'histoire aurait pu changer
» De bon matin, un cours de sport qui s'est mal passé [ PV Sergueï Von Beilschmidt ]
» Cours privé d'histoire ou petit flirt avec le prof? (a) [Benjamin ft Evy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2 :: Cours année 2-
Sauter vers: