AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Aux nouvelles ! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Commerce

Parchemins : 366
Âge : 36 printemps [01-10-76]
Actuellement : Propriétaire de la pâtisserie Warldof


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Aux nouvelles ! [PV]   Mar 26 Déc - 13:26

Aux nouvellesJuillet 2013

« Oh, bonjour monsieur Woolahan ! Comment allez-vous ? » C’est ainsi que commença la conversation. Cordélia était avec deux de ses trois enfants, les deux plus jeunes, Teodor et Eireen. Elle était venue à Londres pour faire quelques courses et vérifier que tout se passait bien dans sa succursale, car même si son aîné était maintenant entré dans le monde des adultes, les deux petits qu’elle avait eu avec son second compagnon lui prenait beaucoup de temps alors elle ne pouvait pas venir voir Ashaiah et Astoria aussi souvent qu’elle l’aurait souhaité. L’été était plus calme que d’autres périodes, elle en avait donc profité, Eireen en poussette et Teodor accroché à son bras. Autant Stephen avait toujours été un enfant calme (il devait tenir de son père?), autant Teodor était une petite boule d’énergie. Mais elle se disait aussi que c’était parce qu’il avait pleinement sa place d’enfant contrairement à son premier fils qui avait du mûrir plus vite en raison de son père absent et de sa mère très occupée.

Cordy avait toujours été très douée en potion, d’ailleurs elle en utilisait certaines pour donner un côté magique à ses pâtisseries. Elle se fournissait alors en ingrédients chez Owen quand elle passait sur Londres. C’est d’ailleurs ce qu’elle était venue faire mais elle n’avait pas les mains vides car comme elle savait que le patron aimait les douceurs de son magasin, elle lui en avait emmené en sortant du magasin de Londres. « Je suis contente de vous voir, je n’étais pas sûre de vous trouver alors que je vous ai pris quelques pâtisseries. Est-ce que la commande que je vous ai passé par hibou est prête ? » Demanda la brunette avec un sourire chaleureux. Cordélia avait toujours eu une personnalité solaire. Autant dire qu’elle ne s’était pas toujours sentie à son aise à Durmstrang, la preuve c’est qu’après son passage au Royaume-Uni pour le Tournoi des Trois Sorciers, elle avait pris la décision de s’y installer pour de bon. Il faut dire qu’elle s’était fait des amis et qu’il était plus facile pour elle de travailler sur un continent où son père – un célèbre PDG moldu, elle était sorcière par sa mère – ne pouvait pas lui faire d’ombre.

Toutefois, la visite de Cordélia n’était pas tout à fait aussi innocente qu’elle en avait l’air. Certes, elle appréciait Owen professionnellement parlant, mais elle avait entendu dire qu’il ferait parti des nouvelles recrues de Poudlard, or, Cordélia avait beau n’y avoir plus d’enfants comme élève pour l’instant, elle avait encore celle qu’elle considérait comme une nièce, Payton, qui s’y trouvait. Et celle-ci avait subi un sortilège d’oubli voilà quelques mois. Cordy avait fait parti des parents qui avaient fortement insisté pour que la sécurité soit renforcée dans l’école, que les professeurs soient plus présents, et elle se demandait comment un commerçant allait s’y prendre pour assurer cette tâche, aussi aimable soit-il par ailleurs. Le sujet était toutefois dur à amener naturellement, surtout qu’elle n’avait jamais été bien douée pour la subtilité, sa maladresse en dehors de ses cuisines était d’ailleurs presque proverbiale. Elle espérait que le sujet viendrait naturellement, en dépit de Teodor qui lui tirait le bras pour aller voir les différentes plantes.

2981 12289 0


Amour sucré
Ce ne sera pas facile. Ce sera même très difficile. Il va falloir qu'on travaille sur ça tous les jours. Mais je veux le faire parce que je te veux toi. Je te veux, pour toujours, toi et moi tous les jours. (⚡) N'oublie jamais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: Re: Aux nouvelles ! [PV]   Mar 26 Déc - 21:47

Aux nouvelles !
ft. Cordélia
Plus...Peu avant la rentrée, Owen reçoit la visite de Cordélia dans sa boutique. Mais il s'agit visiblement de plus qu'un simple visite de courtoisie ! -739 mots
Merci de votre confiance, Ms. Staunton, et surtout n'oubliez pas de nourrir votre Datura Dentala au moins trois fois par semaine, moins par temps sec !Avec un air jovial de commerçant aimable.


Je garde mon sourire le temps que Ms. Staunton quitte la boutique, mais à peine la porte refermée, je m'autorise un long soupir de soulagement, les mains posées sur les hanches. Cette cliente ne m'est pas spécialement insupportable, mais avec l'approche de la rentrée, mes journées sont plus chargées que jamais. Vivement que je prenne mon poste à Poudlard. Cette pensée me fait sourire par sa naïveté ; comme si faire face chaque jour à des hordes de petits monstres était un sort plus enviable que le rush estival ! Mais je préfère aborder ces nouvelles responsabilités avec légèreté.

Une trille du pétrel gravé près de l'entrée m'avertit qu'un nouveau client vient d'arriver. Je reprends immédiatement ma façade de commerçant, un sourire de convenance aux lèvres. J'espère qu'il ne s'agit pas encore de M. Sykes, qui est déjà passé une quinzaine de fois depuis le début du mois m'acheter des potions de rejutage. J'ai presque de la peine pour ses plantes...
Mais à mon grand soulagement, ce n'est pas le crâne chauve de M. Sykes qui se devine derrière les pots en lévitation entre l'entrée et le comptoir.


Ah, c'est vous Ms. Warldof ! C'est un plaisir de vous voir.Avec sincérité et un soulagement presque audible.


Mon sourire se fait plus franc ; Cordélia est l'une des personnes dont j'apprécie sincèrement la présence, et pas uniquement pour le don qu'elle a de ravir mes papilles. C'est également une cliente régulière, et je sais qu'elle fait un usage parfaitement correct -et parfois gustativement louable- de ce que je peux lui fournir.

Je vais très bien, merci. Et vous, comment tournent votre établissement et sa succursale ?Simplement cordial


Tout en écoutant sa réponse, je feuillette mon grimoire afin de m'assurer que sa commande est bel et bien prête. Les notes de Pierce sont, comme toujours, d'une extrême clarté. C'est lui qui devrait reprendre les rênes de la boutique lorsque je me serai exilé en Ecosse, et nul doute qu'il fera des merveilles -s'il parvient à se défaire de son proverbial entêtement.

Priant Ms. Warldof de m'excuser quelques instants, je m'éclipse dans l'arrière-boutique afin de récupérer les plantes dont elle a besoin. Mon oncle avait bien essayé de mettre en place un système de récupération magiquement assisté, mais les choses avaient rapidement tourné au vinaigre -fournir un filet du diable au lieu d'un voltiflor en guise de cadeau pour un premier acte magique n'était pas la meilleure façon de faire la réputation de notre entreprise. Par miracle,
nous nous étions relevés de ce léger incident.

Quelques minutes plus tard, une ribambelle de plantes magiques et semi-magiques me suivant docilement, je reviens vers la pâtissière. Les pots s'alignent paisiblement devant elle, et je lui laisse le temps de vérifier l'état de ses plantes, tout en faisant la conversation.

En tous cas, si cela peut vous rassurer, c'est encore moi qui tiens la boutique ! Jusqu'à la rentrée, tout du moins. Ensuite, j'irai entraîner les plus jeunes esprits à mon art. Je vous avoue qu'il y a un aspect presque intimidant à opérer un tel revirement à mon âge, mais ma foi, comme le disait mon professeur d'alchimie : lorsqu'un sorcier arrête de réfléchir, il meurt.Avec un sérieux presque étonnant.


Je prends conscience, bien qu'un peu tard, que mon ton sérieux pourrait sembler déprimant, aussi je tâche d'enchaîner sur un sujet un peu plus léger.

Je crois que vos enfants sont encore trop jeunes pour aller à Poudlard, non ? Pas que cela m'aurait dérangé de les avoir comme élèves, mais comprenez que j'aurais été obligé de leur réclamer quelques unes de vos pâtisseries, et ce ne serait pas très professionnel !Sur le ton de la plaisanterie


Il ne s'agit bien sûr que d'une boutade, mais je lui fais suffisamment confiance pour ne pas prendre ce genre d'inepties au premier degré. Je laisse passer quelques instants, avant de m'enquérir :

Je crois n'avoir rien oublié dans votre commande, les plantes vous conviennent-elles ?
(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 366
Âge : 36 printemps [01-10-76]
Actuellement : Propriétaire de la pâtisserie Warldof


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Aux nouvelles ! [PV]   Mer 3 Jan - 17:52

Aux nouvellesJuillet 2013

Cordélia répond avec son amabilité ordinaire. Elle est plus connue pour être joviale que pour ses récents accès de panique (qu’elle continuait de trouver parfaitement justifié quoi qu’on en dise, une enfant qu’elle avait connu bébé l’avait totalement oubliée tout de même!). Il était toujours de bon ton entre commerçants de prendre des nouvelles de l’économie, mais même en temps de crise, les sorciers continuaient à manger des gâteaux, tout comme ils devaient se fournir en ingrédients pour leurs potions. Du moins c’était ce qu’elle supposait car Cordy ne s’occupait pas du tout des comptes de sa société, c’était sa meilleure amie, Julia, qui s’en chargeait depuis l’ouverture de leur première boutique. Quant aux autres papiers, c’était le boulot de Nolhan. Elle, elle faisait des gâteaux, inventait des recettes et faisait aussi dans la vente pour ce qui était de la boutique principale.

« Plutôt bien, merci. En ce moment, nous faisons de nouveaux parfums de glace, c’est plus de saison que les pâtisseries pleines de crèmes, mais je réfléchis déjà aux recettes pour cet automne. » Owen la quitta quelques instants pour vérifier sa commande, elle en profita pour réfléchir à la manière dont elle pouvait amener le sujet de Poudlard. Fort heureusement, il l’y aida en lui glissant quelques mots sur la question. Voilà qui allait lui éviter de faire quelques gaffes qui, pour aussi drôle qu’elles puissent parfois être, ne l’aurait pas mises très à l’aise. « Teodor et Eireen sont trop jeunes encore oui, mais mon aîné, Stephen, vient de quitter l’école. Je l’ai eu très jeune. » Jugea-t-elle utile de préciser. Il faut dire qu’elle avait eu son premier fils avec son premier amour - qui avait depuis disparu de la surface de la terre à sa connaissance, tout ça pour ne pas payer une pension, tss tss tss ! - alors qu’elle sortait tout juste de sa dernière année, très mouvementée, à Durmstrang. Qu’elle avait en réalité plutôt passé à Poudlard, ce qui expliquait pourquoi elle s’était installée au Royaume-Uni plutôt qu’en Pologne, son idée au départ.

« Toutefois, cela signifie en effet que je n’aurais pas à payer une dîme de pâtisserie, pas tout de suite en tout cas. » répondit-elle sur le même ton de plaisanterie, car ses deux plus jeunes étaient vraiment plus jeunes. C’était peut-être pour ça que Stephen était toujours un peu distant avec eux… Mais parler de Poudlard ne l’aidait pas vraiment à discuter du sujet qui la préoccupait. Elle chercha comment y venir tout en répondant à propos de sa commande… Cela lui fit se mordre légèrement la lèvre inférieure, un très léger pli se formant sur son front. Cordy était particulièrement expressive, tout se lisait sur son visage, la moindre joie et la moindre contrariété.

« Je pense que tout est là, mais pour être tout à fait honnête, je ne venais pas vous voir uniquement pour ma commande… je savais déjà que vous seriez professeur à la rentrée car la fille d’une de mes meilleures amies est encore élève, elle. Vous avez sûrement entendu parler d’elle, il s’agit de Payton Harris... » Elle laissa le nom planer, faisant mine de regarder ses plantes, espérant que le nom de sa protégée fasse réagir Owen. C’est qu’elle voulait que l’ex-préfète de Poufsouffle soit plus en sécurité avec la nouvelle équipe de professeur que les précédents !

2981 12289 0


Amour sucré
Ce ne sera pas facile. Ce sera même très difficile. Il va falloir qu'on travaille sur ça tous les jours. Mais je veux le faire parce que je te veux toi. Je te veux, pour toujours, toi et moi tous les jours. (⚡) N'oublie jamais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: Re: Aux nouvelles ! [PV]   Sam 6 Jan - 15:30

Aux nouvelles !
ft. Cordélia
Plus...Peu avant la rentrée, Owen reçoit la visite de Cordélia dans sa boutique. Mais il s'agit visiblement de plus qu'un simple visite de courtoisie ! -1097 mots
D'une certaine façon, la question que me pose Cordélia ne me surprend pas. Peut-être que quelque chose dans son comportement ou dans son regard avait déjà fait comprendre à mon intuition qu'elle n'était pas là uniquement pour sans plantes, mais mon cerveau avait tardé à faire le lien. C'est ennuyeux ; si je n'arrive même plus à décrypter les expressions d'une personne aussi transparente que Cordélia, comment pourrais-je même prétendre à voir venir les coups bas que mes futurs élèves ne tarderont sûrement pas à tenter ? Il va définitivement falloir que je fasse très attention à tout cela, et que je me reprenne.

Mais l'heure n'est pas à ce genre de réflexions ; la question qu'elle me pose est des plus légitimes, et n'est pas sans me rappeler celle que m'a posée la directrice McGonagall lors de mon entretien d'embauche. Pour autant, j'ai un peu plus de libertés dans le choix de mes mots à présent. Je prends néanmoins un peu de temps pour réfléchir à la meilleure façon de la rassurer. Certes, je pourrais me contenter de belles paroles, mais si c'était l'un des enfants de mes frères qui était concerné, je sais que ce serait bien loin de suffire.


Vous avez raison de vous inquiéter : après tout, je ne suis qu'un simple botaniste, à peine mieux qu'un fleuriste du monde magique. Comment, par Merlin,
pourrais-je protéger des enfants ? C'est en tous cas ce que bien des gens seraient tentés de dire.L'air espiègle.


L'air de rien, je m'empare de l'un des pots qui composent sa commande, avec une étrange délicatesse. Je le fais tourner quelques instants dans mes mains, et lance, sans donner l'air de m'adresser à une personne en particulier :

Les racines de guimauve sont tout naturellement un must have en matière de confiserie, de créations de crème glacée, et de bien d'autre chose. Les moldus s'en servent pour traiter de manière naturelle divers maux, comme la toux, les ulcères, et autres irritations cutanées. C'est aussi parce que ces racines sont vendues séchées, évidemment -qui voudrait manger de la sève, après tout.L'air absent.


Tout en parlant, je repose le pot et arrache simplement une feuille de la plante, avant de la broyer entre mes doigts. Je porte ensuite cette boule végétale à mes lèvres, l'enrobant de salive. Ce n'est certes pas l'exemple le plus élégant à fournir, mais c'est l'un des plus efficaces et inoffensifs qui m'est venu à l'esprit en observant la commande de Cordélia. Attendant un peu avant de fournir plus d'explications, je tire ma baguette de son étui, et la pointe sur l'ensemble afin de le faire sécher à grande vitesse. Puis, je pose le résultat sur le comptoir, ouvrant de ma main libre une de mes sacoches de ceinture pour en tirer une pincée de poudre d'un rouge incandescent.

Si, par le plus grand des hasards, vous veniez à activer le mélange à base de guimauve avec cette pincée de poudre de graine de feu, cela équivaudrait à allumer un puissant fumigène qui donnerait de grosses nausées à quiconque le respirerait, et qui brûlerait au moins trois bonnes minutes. C'est pourquoi je vous demanderai naturellement de ne pas tenter cette expérience dans l'immédiat.Avec un fin sourire.


Certains me traitent de vieux grincheux élitiste lorsque je défends mon métier ; pourtant, il faut bien reconnaître que les plantes ne sont pas simplement bonnes à servir d'ornement et d'ingrédients pour diverses potions et autres fantaisies plus ou moins comestibles.

Je n'ai jamais compris comment des sorciers ayant appris à manipuler des plantes pourtant reconnues comme mortelles lors de leurs études font aussi facilement abstraction de la dangerosité des espèces que nous autres, botanistes, pouvons être amenés à manipuler.Un peu grognon.

Bien sûr, je n'envisage pas de mettre entre les mains de tous les étudiants des boules puantes magiques, et autres choses qu'ils pourraient utiliser à titre de farces et attrapes, mais j'ai longuement considéré l'idée de mettre au point des... kits de secours, dirons-nous. Soins d'urgences, outils de diversion... il ne me reste plus qu'à voir avec la directrice McGonagall, afin d'avoir son accord, et de discuter des modalités de distribution. Il est essentiel d'éviter les dérives.Plus sérieux et posé.


J'ignore si cette perspective est plus rassurante qu'inquiétante pour Cordélia ; néanmoins, à part d'installer des filets-du-diable dans le parc, je ne suis pas sûr de voir comment je pourrais lutter activement contre la Menace. Et pour concentrer cette lutte, il faudrait que j'apprenne aux filets-du-diable à ne cibler que les Magicis Sacra. Et pour avoir essayé, je sais que ces vignes sont de sacrées têtes de mule.

C'est pour cette raison qu'une solution certes plus passive et individuelle m'était apparue comme plus logique et plus sécuritaire. Néanmoins j'avais trop souvent tendance à partir du principe que chaque personne du monde magique était capable de faire preuve de raison et d'entendement, mais c'était oublier que j'allais avoir à faire à des enfants, certains à peine sortis du cadre familial. Il allait falloir que je trouve une façon rassurante de présenter ces kits, s'ils devaient effectivement voir le jour et prendre une tournure officielle, mais également que j'oeuvre à donner à chaque élément un aspect qui le rende à la fois réconfortant et facile à identifier, que ce soit en un clin d'oeil ou simplement au toucher. Car si Magicis Sacra décidait de frapper en plein coeur de Poudlard, je doute fort qu'ils laisseraient bien gentiment le temps à leurs victimes de farfouiller dans leurs poches à la recherche du meilleur outil pour lutter.

Je l'admets, Cordélia : ça vaut ce que ça vaut, et ce n'est encore qu'un projet. Mais je ne suis clairement pas habilité à apprendre aux jeunes comment se défendre de la plus magique des façons, alors je m'efforce de trouver des solutions dans mon domaine de prédilection. Depuis que la jeune demoiselle Harris a eu son accident, je me suis penché sur les plantes qui pourraient l'aider à recouvrer la mémoire, mais je crains avoir été prétentieux en pensant trouver une chose qui échappait aux médicomages. Je ne peux peut-être rien faire pour réparer le tort qui lui a été causé, mais je veux être capable de fournir à ces jeunes des outils pour se protéger.D'un ton grave.


(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 366
Âge : 36 printemps [01-10-76]
Actuellement : Propriétaire de la pâtisserie Warldof


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Aux nouvelles ! [PV]   Jeu 1 Mar - 10:29

Aux nouvellesJuillet 2013

« Oh… mais, je ne voulais pas vous froisser ! » Commença-t-elle quand Owen reprit la parole, parce qu’elle avait l’impression, dans les mots de l’herboriste, qu’elle avait peut-être gaffé. Ce ne serait pas très surprenant de sa part, elle avait toujours été excessivement maladroite… il n’y avait que quand elle était dans ses fourneaux qu’elle se sentait capable de tout, ou presque. De fait, elle ne ratait jamais ses gâteaux. Ce devait être parce qu’elle était un peu étourdie, mais dès que sa concentration était moins affûtée, elle se mettait à dire n’importe quoi et à se cogner un peu partout.

Toutefois, il semblait qu’elle se soit trompée car Owen continua de parler. Il lui expliqua – par bien des détours compliqués si on voulait son avis à elle, mais elle avait toujours eu l’esprit simple – qu’il comptait éventuellement mettre à la disposition des élèves un kit de survie qui protégerait les élèves en cas de danger imminent. Cordy ne savait trop quoi en penser car elle avait du mal à imaginer que cela aurait aidé Payton, ce soir là, quand elle avait été attaquée. Cela lui paraissait surréaliste d’imaginer la jeune fille se défendre contre de la magie puissante, de la magie noire utilisée par des adultes malveillants. Rien que l’idée mettait Cordélia de nouveau en colère. Elle se contint mais ses traits, habituellement si doux, se durcirent. Sûrement que ses enfants le sentirent car ils devinrent tous les deux bien plus calmes. Elle ne le remarqua pas, de son côté, cherchant quoi répondre, cette fois-ci en étant sûre de ne pas passer à côté de ce qu’elle voulait dire.

« Je m’inquiète beaucoup… quelque soit les moyens, j’ai peur que les élèves ne puissent pas les utiliser au bon moment. Les membres de Magicis Sacra peuvent paralyser, transporter, et souvent ils ne sont même pas réellement là. » Sa voix était blanche : elle n’arrivait pas à se remettre de la perte de mémoire de Payton. Elle la connaissait depuis sa naissance, elle avait plein de souvenirs toutes les deux, mais l’ancienne préfète, elle, elle ne s’en rappelait pas. Elle ne se souvenait même plus de Stephen… Son fils avait souffert lui aussi, indirectement, de tout ça, et elle détestait le voir malheureux, lui qui était si calme. Bien sûr, il faisait tout pour s’en cacher. Il avait une trop grande fierté, peut-être parce qu’il avait été à Serpentard, allez savoir, après tout, elle, elle avait bien été à Durmstrang.

« J’ai peur… peut-être vais-je vous sembler ridicule, mais j’ai peur de l’avenir. J’ai peur pour celui de Payton, j’ai peur aussi pour mes enfants… je ne vous dis pas ça pour vous mettre une pression quelconque… c’est seulement que… j’avais besoin de vous le dire. » De le dire à quelqu’un de Poudlard, car elle avait essayé de parler quand elle avait manifesté au Ministère, mais personne ne l’avait écouté alors. Elle avait besoin qu’on l’écoute, même s’il n’y avait pas de solution miracle, qu’on lui assure au moins, comme le faisait Owen, qu’ils allaient vraiment essayé de protéger les élèves.

2981 12289 0


Amour sucré
Ce ne sera pas facile. Ce sera même très difficile. Il va falloir qu'on travaille sur ça tous les jours. Mais je veux le faire parce que je te veux toi. Je te veux, pour toujours, toi et moi tous les jours. (⚡) N'oublie jamais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: Re: Aux nouvelles ! [PV]   Sam 19 Mai - 16:03

Aux nouvelles !
ft. Cordélia
Plus...Peu avant la rentrée, Owen reçoit la visite de Cordélia dans sa boutique. Mais il s'agit visiblement de plus qu'un simple visite de courtoisie ! -734 mots
L'inquiétude de Cordélia, qui était déjà évidente à son arrivée, devenait plus palpable à chaque mot qu'elle prononçait. Si je le comprenais parfaitement, je devais admettre que je ne savais pas vraiment quelle réponse elle attendait de ma part. C'était un sentiment que j'avais déjà eu lors de mon entretien d'embauche, comme si mes employeurs comme les parents d'élèves attendaient de moi que je sois capable, à moi seul, de protéger l'ensemble des étudiants. Chaque fois, je devais me faire violence pour m'empêcher de leur rappeler qu'il y avait un professeur de Défense contre les Forces du Mal dont c'était plus vraisemblablement le rôle, et que s'il était possible de me laisser m'occuper tranquillement de mes plantes, ce serait apprécié.

Enfin. Il faut que je me calme. J'expire lentement, me pinçant l'arrête du nez, et force un sourire contrit.

Ne vous en faites pas, je ne suis pas vexé. Et je comprends votre inquiétude. Pour tout dire, je suis inquiet moi aussi ; j'ai parfois la désagréable impression que quoi que je puisse faire ou proposer, ça ne suffira pas.


J'aurais aimé pouvoir me convaincre que je ne disais ça que pour être tranquille et l'encourager à ne pas me charger d'une mission qui n'était pas la mienne. Mais... il y avait un fond de vérité dans mes mots, c'était indéniable. Cela m'irritait bien plus que je ne voulais l'admettre ; ma propre insuffisance m'était insupportable. C'était néanmoins une chose que je ne pouvais pas me permettre de laisser transparaître trop ouvertement.

Je n'étais pas vraiment une personne sociable. Je ne l'avais jamais été. J'avais toujours éprouvé de grandes difficultés à apprécier les autres gens, à leur consacrer ma patience et mon intérêt. Alors pourquoi fallait-il que je me réveille, à quarante-six ans, et que je me découvre subitement un instinct protecteur ? C'était pour le moins ennuyeux.

Je coule un regard vers les enfants de Cordélia. Il faut que je fasse attention à ne pas les inquiéter non plus -je ne supporte pas les bruits stridents, et les enfants inquiets en sont des fournisseurs incomparables. Je dois peser mes mots, si je ne veux pas les terroriser, et si je veux avoir une chance, si infime soit-elle, de rasséréner leur génitrice.

Il serait présomptueux de ma part de parler pour mes collègues que je ne connais pas encore. Mais en ce qui me concerne, je peux vous assurer que je ferai de mon mieux pour garantir la sécurité des élèves. Vos inquiétudes sont parfaitement fondées, et vous auriez tort d'être parfaitement sereine. Mais...


"Poudlard est un lieu sécurisé". Voilà ce que j'aurais voulu dire, mais j'étais parfaitement conscient que c'était un vœu pieux. Après tout, c'était dans le château que l'attaque de Payton avait eue lieu ; et si cela s'était produit une fois, rien ne disait que la Menace ne se promenait pas régulièrement sur les terres de l'école, prête à frapper à nouveau...

Si j'avais dû parier, j'aurais dit que les sorts de protection lancés après la Bataille de Poudlard pour remplacer ceux que Voldemort avaient détruit étaient largement insuffisants. Malheureusement, personne à ma connaissance n'était capable de produire une magie aussi brute et puissante que celle des Fondateurs... L'école allait devoir se contenter de ces protections imparfaites. Dans ces moments, je regrettais presque d'être spécialisé dans la botanique. S'il existait une multitude de plantes capables de repousser les intrusions physiques, les "spectres" projetés par Magicis Sacra n'étaient pas le genre qu'un géranium dentu particulièrement aigri allait effrayer. C'était... frustrant.

...mais je suis sûr que tous, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir la sécurité des élèves. Peut-être que personnellement, je serai aussi utile qu'un Episkey sur une jambe de bois, mais je ferai de mon mieux, et je suis certain que mes collègues se sentiront eux aussi impliqués.


Et voilà que j'avais réussi à me contredire en l'espace de cinq minutes. Et je prétendais être capable de prendre la tête des Serdaigles dans cet état ! Il allait vraiment falloir que je retrouve mon tranchant avant la rentrée.

Pourtant... Je ne pouvais pas nier que j'avais le sentiment d'avoir fait quelque chose de bien, en m'efforçant de réconforter Cordélia. Il était des plus difficiles pour moi de me mettre à sa place, n'étant ni père, ni parrain, et difficilement oncle ; les sentiments d'attachement familial et l'inquiétude qui en découlait m'étaient globalement inconnus, mais je ne pouvais pas simplement rester de marbre face à sa détresse.

(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux nouvelles ! [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux nouvelles ! [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Les nouvelles de Paris
» Pas de nouvelles? Bonnes nouvelles.
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Magique :: Chemin de Traverse :: Woolahan, Bros.-
Sauter vers: