AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 La Dahlia et le botaniste [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: La Dahlia et le botaniste [PV]   Mer 3 Jan - 16:11

La Dahlia et le botaniste
ft. Dahlia
Plus...Alors que la journée touche à sa fin, Owen reçoit la visite d'une de ses futures élèves, qui s'avère également être la préfète de la maison dont il aura la charge. - 684 mots
J'étouffe difficilement un bâillement. La journée a été longue, et avec l'approche de la reprise, ça ne va pas aller en s'arrangeant. Pierce est parti il n'y a pas un quart d'heure, ce qui doit signifier qu'il me reste encore deux bonnes heures avant la fermeture. Le bon côté des choses, c'est que la fin de journée est rarement le moment le plus chargé. Cela me laisse le temps de m'occuper des diverses plantes non-magiques dans l'arrière-boutique. Achillée sternutatoire, hellébore, livèche, sauge... Je me dis parfois que les moldus seraient étonnés de savoir tout ce que nous, sorciers, faisons de ces herbes qu'ils se contentent de regarder sans vraiment les voir.

Et puis, s'il faut être sincère, le temps que je passe à m'occuper de ces plantes est aussi un peu de temps que je ne consacre qu'à moi-même. Dans ces moments, aucune réclamation intempestive, aucune question idiote, aucune commande au montant exorbitant à préparer... Cette partie de l'arrière-boutique en est venue à occuper la place d'un havre de paix.

Ma baguette sagement rangée dans son étui, lui-même solidement attaché à mon avant-bras gauche, j'enfile mes gants en peau de dragon, me surprenant à siffloter un vieil air des Bizarr' Sisters. Le temps lui-même semble s'effacer lorsque je travaille la terre.

C'est pour cette raison que, lorsque la trille du pétrel me tire de mes réflexions, je suis bien incapable de savoir si je suis là depuis deux minutes ou deux heures. A en croire la position du soleil, encore haut dans le ciel, je suis plus proche de la première option que de la seconde. Annonçant mon arrivée prochaine d'une voix forte, je finis de tailler le pommier nain qui accaparait mon attention, ôte mes gants, et retourne dans la boutique principale.

J'y trouve une jeune femme, encore élève à Poudlard si j'en crois son air juvénile. Elle est sûrement venue se renseigner, ou mieux, se fournir en matériel pour l'année. Le bon côté des choses, c'est que mon nouveau poste m'a forcé à revoir les fournitures scolaires demandées aux élèves, aussi ne suis-je plus aussi perdu que les années précédentes. Accrochant mes gants à ma ceinture, je me dirige vers elle avec mon sourire le plus avenant.

Bonsoir, mademoiselle. Êtes-vous venue acheter vos fournitures pour Poudlard, avez-vous besoin d'un conseil, ou êtes-vous simplement passée jeter un oeil à la boutique ?Commerçant et amical


D'expérience, je sais que la plupart des parents emmènent leurs jeunes sorciers chez l'apothicaire plutôt que chez nous. Après tout, je ne peux pas leur en vouloir ; il vend uniquement les morceaux de plantes les plus couramment utilisés et surtout, il les vend prêts à l'emploi. Cela rend d'autant plus satisfaisant le constat que j'ai pu faire ces derniers temps, qui tend à montrer que de plus en plus d'étudiants s'intéressent à nos plantes pour d'autres raisons que leurs potions. M'emparant du registre et d'une plume, j'ajoute :

Si c'est pour votre rentrée, nous avons des packs tout prêts, et à un tarif préférentiel pour les étudiants, bien naturellement. Dites-moi simplement votre nom et votre année, et j'irai vous chercher ça.


Tout en disant cela, je ne peux m'empêcher de grimacer intérieurement. Bien que je tire une immense satisfaction de cette boutique et des responsabilités que j'ai acquises, je ne me suis jamais considéré comme un très bon commerçant. Les techniques de vente "agressives" me feraient fuir à la place du client, mais j'ai également eu le temps de constater que se contenter de laisser les clients agir à leur guise ne donnait que rarement un résultat concret. Cela faisait des années que j'étais en quête d'un parfait équilibre, mais ces recherches me semblaient aussi vaines et futiles que mes premières expériences alchimiques, tant le résultat tardait à se faire voir.

J'espère simplement que mon désarroi ne se lit pas sur mon visage, sans pour autant éprouver une inquiétude réelle ; à moins que cette demoiselle soit empathe, je suis toujours parvenu à dissimuler mes sentiments sans trop de difficultés. Je me contente donc d'attendre sa réponse, toujours souriant, et ne pouvant m'empêcher de me réjouir à l'idée de n'être bientôt plus obligés de jouer cette comédie commerciale.
(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.


Dernière édition par Owen Woolahan le Mer 24 Jan - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 287
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Jeu 18 Jan - 22:31

La Dahlia et le botaniste
Dahlia & Owen

made by black arrow


A la fin du mois de juillet, Dahlia avait reçu la traditionnelle lettre de Poudlard, leur indiquant la date et le quai duquel partirait le Poudlard Express à la rentrée - inévitablement le même, et pourtant la mère des jumelles s'emparait toujours de l'une des missives d'un air affairé, survolant les lignes écrites à l'encre noire jusqu'à atteindre l'emplacement dudit quai, et hochant finalement la tête avec un apaisement qu'elle jugeait excessif -, ainsi que les fournitures - dont les manuels - à amener dans leurs - énormes - valises. Seulement, cet été-là, non contente d'apprendre qu'il lui faudrait acquérir un volumineux livre d'Arithmancie ainsi qu'un ouvrage de Soin aux Créatures Magiques au nom douteux merci Hagrid, la fillette vit également tomber de son enveloppe un petit objet métallique qui vînt atterrir sur la table du petit-déjeuner dans un tintement.

Préfète ? Elle attrapa l'insigne à la forme d'un 'P', et l'observa d'un air circonspect. Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Certes, elle était une élève exemplaire, ce qui semblait généralement être un pré-requis pour accéder à ce poste *kof kof* Ron *kof kof*. Mais elle n'était pas exactement la personne la plus sociable qui soit. Charitablement, on aurait pu dire qu'elle avait au moins le mérite de ne pas être hostile envers son prochain - sans pour autant se montrer chaleureuse. Elle avait fait des efforts en fin d'année, ne serait-ce que pour que Peony cesse de la tanner à ce sujet, mais de là à devenir la personne à laquelle tous les petits première année perdus viendraient se coller comme des sangsues ? Nope. Mais elle aimait Serdaigle, et elle aimait briller, et après quelques instants de méditation, elle songea que ce n'était peut-être pas si enquiquinant que ça. De fait, il lui faudrait endurer les regards larmoyants des plus jeunes, mais elle aurait également des arguments solides pour faire régner l'ordre tremblez, mortels, et ça, c'était plutôt agréable.

Ainsi, un début d'après-midi d'août, armée de son nouveau poste et forte de son futur statut de troisième année - adieu les bizuts, bonjour les droits d'accès à Pré-au-Lard, les options un peu plus cool et la fin de la vie de 'petit' -, Dahlia débarqua sur le chemin de Traverse en compagnie de ses parents et de Peony. L'achat des manuels et de diverses fournitures scolaires leur prit une bonne partie de l'après-midi, si bien qu'après un accrochage particulièrement musclé avec une sorcière s'étant auto-attribué le dernier exemplaire du Livre des sorts et enchantements (niveau 3) disponible en boutique, leur mère décréta qu'il valait mieux diviser pour mieux régner. Abandonnant à regret Peony, Dahlia fit quelques mètres avec son père avant de remarquer l'air envieux que celui-ci jetait à intervalles réguliers à la vitrine du magasin d'accessoires de Quidditch. « Je peux aller chez l'herboriste toute seule, tu sais ? C'est juste à côté. » Il n'en fallut pas plus.

Elle poussa la porte de la boutique avec assurance, faisant retentir la sonnette. S'il était plus traditionnel de se rendre chez un apothicaire pour récupérer les ingrédients demandés pour le cours de Potions, cette année, Dahlia avait fait ses recherches en amont, et avait décidé d'opter pour Woolahan, Bros, à la place. Elle voulait s'essayer à des décoctions un poil plus compliquées que celles qu'ils voyaient en classe, et à cet effet, elle avait besoin d'ingrédients plus rares. En outre, on en vantait la qualité du personnel. Salut Owen des plantes et la diversité des produits eux-mêmes.

Elle fit plusieurs pas, détaillant les lieux avec intérêt avant qu'un homme d'une quarantaine d'années ne sorte de ce qu'elle déduisit être l'arrière-boutique, le sourire aux lèvres. « Bonjour. Je viens pour mes fournitures scolaires et celles de ma sœur, effectivement. Et pour faire un tour. » admit-elle, plus timide qu'à l'accoutumée: il faut dire que le vendeur n'était pas sans ses charmes, et la jeune fille en fleur qu'elle était se sentait quelque peu impressionnée - tout arrive. « Lloyd. On entre toutes les deux en troisième année. » ajouta-t-elle sans rien noter du tumulte intérieur de son interlocuteur. « J'aimerais également acheter quelques plantes autres que celles demandées dans la liste de fournitures. » Histoire d'annoncer la couleur. Peut-être quelques produits destinés aux quatrième année ? Elle avait jeté un œil à leur programme, et il y avait là de quoi l'intéresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Mer 31 Jan - 21:32

La Dahlia et le botaniste
ft. Dahlia
Plus...Alors que la journée touche à sa fin, Owen reçoit la visite d'une de ses futures élèves, qui s'avère également être la préfète de la maison dont il aura la charge. - 815 mots
Lloyd avec deux "L", c'est bien cela ? Dahlia et Peony ?Feuilletant un mince grimoire


Tout en vérifiant son identité dans la liste que nous avons mise au point, je m'efforce de retenir les traits de la jeune fille. Pierce m'a souvent dit que je risquais d'effrayer les gens, à les détailler ainsi sans retenue, mais pour être parfaitement honnête je ne m'en suis jamais vraiment soucié -et je ne compte pas commencer aujourd'hui. Une fois sûr d'avoir enregistré ses traits dans ma mémoire -et parfaitement indifférent à l'effet que cette inspection a pu produire sur la demoiselle-, je la prie de m'excuser, et vais chercher les deux packs de troisième année qui correspondent à sa demande.

Si vous souhaiter jeter un oeil, je vais garder vos plantes sur le comptoir. Autant ne pas vous encombrer inutilement.


Alors que je m'apprête à refermer le registre, je remarque que ce que j'avais pris de prime abord pour une tâche dans la marge est en fait une note qu'à du prendre Fraochán. En m'y penchant un peu, je constate qu'il s'agit d'un genre de P bien trop travaillé pour être honnête. En fouinant un peu dans les autres pages, je remarque une demie-douzaine de symboles identiques. Combinée à un petit effort de mémoire, cette observation me permet de définir pourquoi son nom me semble familier.

Ahhhh, mais c'est bien sûr. L'une d'entre vous est la préfète de Serdaigle cette année. Sans indiscrétion, est-ce vous ou votre sœur ?Avec un professionnalisme teinté de curiosité


Si c'est elle, le comique de la situation est loin de m'échapper. Essayant d'anticiper sa réaction, je me demande s'il vaut mieux que je joue cartes sur table avec elle, annonçant d'emblée ma future position et ma double casquette, ou s'il serait plus amusant de ne rien lui en dire. Je réalise néanmoins rapidement qu'avoir laissé échapper le nom de sa maison ne me mets pas à mon avantage, car s'il était envisageable que nous nous soyons procuré la liste des élèves, le fait que les préfets y soient mentionnés semblait déjà plus improbable, quant à la mention de leur maison... Et voilà que je me suis tiré un expelliarmus dans le pied. C'est malin.
J'étouffe un grognement de déplaisir. Il faut croire que trop travailler avec les plantes a émoussé mes capacités de lecture et d'anticipation de l'esprit humain, et m'a rendu sinon incapable, au moins incompétent dans tous les domaines qui nécessitent de faire preuve de finesse et de contenir mon franc-parler. Non que celui-ci ait un jour été réellement caché à autrui, mais j'avais simplement pris l'habitude de le modérer.

Cela étant, je suis peut-être simplement en train de trop anticiper, justement. Peut-être va-t-elle se contenter d'un timide "Oui" -car timide, elle semble l'être-, et retourner observer les plantes sans ajouter un mot. Ou peut-être encore s'agit-il d'une troisième Lloyd qui n'aurait aucun lien de parenté avec elle, mais simplement par une heureuse ironie le même patronyme. Dans tous les cas, j'estime que sa réaction, comme le reste de sa visite, peut être d'un certain intérêt s'il s'avère qu'elle est la préfète. Cela me donne une opportunité de la jauger et de l'évaluer avant même d'avoir posé un demi-orteil à Poudlard.
Car si je suis leur directeur de maison, il n'en reste pas moins vrai que les préfets seront les premiers guides vers lesquels se tourneront les élèves de première année. Je trouve d'ailleurs qu'une élève de troisième année est peut-être un peu jeune pour remplir ce rôle, mais ma foi, si McGonagall estime qu'une jeune fille de cette âge peut occuper ces fonctions, ce n'est pas à moi d'en décider autrement -du moins, pas cette année. Je me demande également si les deux Lloyd sont à Serdaigle, comme c'est souvent le cas avec les fratries. Si c'est bien le cas, qu'elle soit ou non la préfète importe peu, car un échange avec elle me permettra d'estimer le niveau auquel m'attendre avec les élèves dont j'aurai la charge.

Je suis sûrement en train de m'emporter, ou de mettre la barre un peu haut, si ce n'est les deux à la fois. Néanmoins, ma curiosité de pure politesse s'est lentement muée en intérêt réel, certes tout juste éclos et fragile en conséquence, mais indéniable. Je garde pour autant ma façade de bonhomie, sachant néanmoins que mon regard ne peut dissimuler ce changement de posture de ma part. Pour répondre à ma dernière interrogation, je me contente de demander :

Par ailleurs, êtes-vous dans la même maison, votre soeur et vous ?


(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 287
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Lun 5 Fév - 0:09

Contrairement à ses habitudes, Dahlia se sentait quelque peu impressionnée par l'herboriste, qui - bien que s'étant annoncé au préalable - était apparu hors de l'arrière-boutique, un sourire avenant aux lèvres. Elle s'était plutôt attendue à un vieux croûton fana des plantes, une sorte d'Ollivander de la botanique, l'air sage et la voix chevrotante - certainement pas à un grand sorcier à l'air élégant - malgré les gants de botanique accrochés à sa ceinture et le fait qu'il avait certainement été occupé à dépoter des plantes seulement quelques instants plus tôt.

« Oui, c'est ça. » confirma-t-elle, son accent laissant trahir ses origines galloises tandis qu'elle songeait qu'il était un peu incongru de débarquer dans une herboristerie et de dévoiler en toute tranquillité que sa jumelle et elle portaient toutes les deux des noms de fleurs. Il ne manquerait plus qu'elle s'achète un petit bouquet de dahlias histoire d'enfoncer le clou. Elle dut cependant s'extraire de ses réflexions lorsqu'elle prit conscience que le vendeur la dévisageait depuis plusieurs secondes. Flippant. « Parfait, merci ! » eut-elle tout de même le temps de répondre avant qu'il ne disparaisse pour aller chercher ses plantes. Drôle de personnage. Elle fit distraitement quelques pas dans la boutique, s'arrêtant devant un géranium dentu qu'elle observa avec intérêt. Elle approcha ses doigts de la fleur, lâchant un petit rire et retirant sa main avec agilité lorsque les crocs claquèrent pour l'attaquer. Occupée par la plante, elle fit volte-face en entendant le vendeur revenir, lui adressant un regard surpris quand il déclara que l'une des deux Lloyd devait être la préfète de Serdaigle.

« C'est moi, oui, j'ai été promue cette année mais... Sans indiscrétion » Ses lèvres affichèrent un rictus amusé tandis qu'elle reprenait les mots du sorcier. « Comment le savez-vous ? Ce n'est pas exactement un fait public. » Elle fixa le sorcier, le détaillant comme il l'avait fait avec elle quelques instants plus tôt. Elle était fière de son poste, aussi était-elle plutôt satisfaite d'avoir l'opportunité de le dévoiler publiquement, mais l'idée qu'un sombre inconnu soit au courant des détails de sa vie à Poudlard n'était pas des plus rassurants - surtout par les temps actuels. Elle réfléchit rapidement. Son regard se posa sur le grimoire qui se trouvait devant le botaniste et qu'il avait été occupé à feuilleter avec attention un peu plus tôt. Son nom et celui de Peony étaient là-dedans. Se pourraient-ils que leurs maisons y soient aussi, aussi étrange et superflu cela paraisse-t-il ? Après tout, les maisons n'avaient pas d'incidence sur les cours qu'ils suivaient, ou le matériel qu'ils devaient emmener.

Elle ne précisa pas que Peony était également préfète, jugeant qu'elle saurait bien assez tôt de quoi il en retournait et peu désireuse d'offrir des informations gratuites sur sa sœur jumelle. Non content de l'observer avec une curiosité qui commençait franchement à perturber la brune, le sorcier l'interrogea justement sur les maisons des jumelles, ce qui sembla provoquer un déclic chez la jeune Serdaigle. « Non, ma sœur est à Serpentard. Est-ce que vous travaillez à - ou pour - Poudlard ? Vous avez beaucoup d'informations sur les élèves, pour un herboriste. » remarqua-t-elle, retenant de justesse le "simple" qui avait menacé de lui échapper et qui aurait été témoin de son manque de tact habituel. Sous ses airs d'enfant sage et timide, Dahlia n'avait pourtant pas sa langue dans sa poche, et ne s'en cachait pas. Il était juste question de savoir quand faire étalage de quoi. En l'occurrence, même si l'herboriste l'avait impressionnée au premier abord, elle se sentait scrutée, et avait surtout le sentiment de ne pas avoir toutes les cartes en main. Peut-être s'ennuyait-il simplement, tout seul dans sa boutique, mais elle avait l'impression que c'était un peu plus que ça. Il la regardait comme s'il la connaissait, or elle était sûre d'une chose: elle ne le connaissait pas. Elle pouvait supposer que les parents avaient fait l'étalage des promotions récentes des jumelles à travers le Pays de Galles, mais le vendeur n'avait pas l'accent gallois et elle doutait qu'il soit un ami de la famille - elle l'aurait déjà vu.

[ 686 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Sam 19 Mai - 15:22

HRP:
 

La Dahlia et le botaniste
ft. Dahlia
Plus...Alors que la journée touche à sa fin, Owen reçoit la visite d'une de ses futures élèves, qui s'avère également être la préfète de la maison dont il aura la charge. - 545 mots
La réaction de la jeune fille est... plaisante, et assez surprenante dans son côté fier et direct. Il est évident que je ne vais pas m'ennuyer cette année. Pour autant, elle semble sur la défensive -et il serait idiot de sa part de ne pas l'être par les temps qui courent. Je lève les mains dans un geste de reddition, un sourire amusé venant agiter mes rides d'expression.

Je suis démasqué. L'information n'a pas encore été diffusée, mais j'occuperai le poste de professeur de botanique pour la prochaine année scolaire... Entre autres choses.


J'espère que cet élément d'information suffira à la rasséréner, mais je ne suis pas pour autant enclin à lui livrer sur un plateau d'argent toutes les informations qu'elle pourrait rechercher. J'essuie mes mains terreuses sur l'arrière de mon pantalon, et reprend, toujours souriant :

Félicitations pour votre... promotion, comme vous dites.


Elle doit en être fière, mais par Merlin, qu'elle me semble jeune pour occuper ce poste ! Je me rappelle avoir été à sa place, avoir arboré avec fierté le badge -et ce à deux reprises ! L'anxiété de la responsabilité mêlé à l'orgueil des responsabilités était un poison auquel j'avais fini par m'accoutumer, et qui parfois me manquait. Depuis ma nomination officieuse au poste de professeur, je n'avais pas vraiment cessé de me demander ce qui m'avait réellement motivé à changer ainsi de cadre.

J'avais prétendu lors de mon entretien que c'était ce brave et bon Tilden qui m'avait transmis le virus de la communication, mais je savais, au fond de moi, que c'était avant tout une excuse, une façade facile que je m'étais trouvé. Certes, Toots m'avait appris la patience et la pédagogie, et ces qualités allaient être pour moi des outils essentiels... Pourtant, il y avait autre chose. Autre chose aussi que la lassitude du commerçant simplement désireux de changer d'environnement, autre chose que la crise de la quarantaine.

J'en étais venu à la conclusion, tristement logique, que j'avais besoin de flatter à nouveau mon ego. J'avais besoin de me sentir utile. Cela ne me suffisait plus d'être un expert dans mon domaine : j'avais besoin de reconnaissance. La botanique n'était paradoxalement pas un milieu florissant ; les spécialistes étaient pour la plupart installés depuis des dizaines d'années, et s'il n'était pas impossible de détrôner cette élite, le chemin était semé d'embûches et le résultat, incertain. En un mot comme en cent, j'avais probablement fini par décider inconsciemment que le résultat ne valait pas les efforts à fournir, et à chercher autre chose.

Et après tout, qu'y avait-il de mieux que de servir de mentor à la nouvelle génération ? C'était un bon équilibre entre mes capacités et cette soif de gratitude, en plus de me proposer un nouveau défi.

Mais l'heure n'est pas à l'introspection. Je me ressaisis, cette interlude entre mes pensées et moi n'ayant heureusement duré qu'une fraction de seconde. Mon sourire s'efface, faisant place à un air plus sérieux et concentré.

Je pense que nous serons amenés à travailler ensemble une fois à Poudlard, j'espère que vous n'y verrez pas d'inconvénients.


Cette fois, inutile de le cacher, je sonde sa réaction. Je l'observe attentivement, curieux, espérant qu'elle réussira à relier les éléments. Dans le pire des cas, ah... Elle aura la surprise de découvrir l'identité de son directeur de maison au banquet de rentrée.

(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 287
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Mer 6 Juin - 23:10

Dahlia avait toujours été directe. Elle était bien évidemment consciente des conventions sociales et des limites à ne pas franchir, mais décidait parfois tout de même d'aller jusqu'au bord. Pour elle, il n'y avait pas de raison de tourner autour du pot: autant se montrer brute de décoffrage et savoir au moins à quoi s'attendre. Ainsi, bien que le botaniste soit visiblement plus âgé qu'elle mais non Owen tu n'es pas vieux et qu'elle se sente un poil intimidée, elle n'hésita pas à lui demander comment il en savait tant sur elle. Au final, elle jugeait même que c'était son droit: au vu du contexte actuel, il n'y avait rien de bon à ce qu'un parfait inconnu en sache trop sur vous et même en dehors du contexte actuel.

Comme elle avait commencé à s'en douter, le sorcier travaillerait prochainement à Poudlard, ce qui fit redoubler d'intensité son inspection. Ainsi, il serait leur prochain professeur de botanique ? Mais un détail la fit encore davantage tiquer. « Entre autres choses ? » répéta-t-elle doucement tout en haussant un sourcil. Qu'entendait-il par là ? Voulait-il également piquer le poste d'Hagrid et cumuler sa position d'enseignant avec celle de garde-chasse ? Il n'en avait pas tellement le profil. « C'est la première fois que vous enseignez ? » préféra-t-elle finalement demander, visiblement curieuse. Difficile de croire qu'il avait jonglé entre les fonctions de botaniste et de professeur toute sa vie. En tout cas, pas à Poudlard, autrement elle aurait déjà entendu parler de lui, non ? Certes, elle n'y entrerait que pour sa troisième année à la rentrée, mais son frère Leo y était depuis plus d'années qu'elle, et à sa connaissance, il avait toujours connu les professeurs Chourave ou Lorne.

Elle fut néanmoins distraite du semi-interrogatoire qu'elle menait par l'évocation de son poste de préfète, et des félicitations qui lui firent esquisser un sourire fier. « Merci ! » Pas d'aveu du moindre doute de sa part, elle était tout à fait convaincue qu'elle serait à la hauteur non, ce n'est pas la modestie qui l'étouffe. Il ne serait sans doute pas évident de faire la morale aux élèves plus âgés du haut de ses - bientôt - quatorze ans, mais après tout, elle n'avait jamais eu trop de mal à se faire respecter. En outre, loin d'elle l'idée de vouloir jouer les apprenties dictatrices. Tant qu'on ne l'impliquait pas dans des magouilles l'obligeant à intervenir coucou Quino, elle se garderait bien de se mêler des affaires privées de ses petits camarades et vive l'anarchie.

Les dernières paroles du botaniste déclenchèrent une association d'idées presque immédiate chez la jeune Serdaigle, dont les yeux s'écarquillèrent. Professeur entre autres choses, travailler ensemble ? Pas de doute, il voulait la kidnapper ! Et ils venaient tout juste d'aborder son poste de préfète. « Vous aurez un poste qui a un rapport avec Serdaigle ? Mais... Je ne comprends pas, le professeur Flitwick est notre directeur de maison, et je doute vraiment qu'il prenne sa retraite, il a l'air d'être là depuis des siè- » Elle s'interrompit, jugeant qu'il n'était peut-être pas bon de casser du sucre sur ce bon vieux Flitwick - ou du moins sur son âge canonique - auprès d'un futur professeur. « Est-ce qu'il est arrivé quelque chose au professeur Flitwick ? » Elle fronça les sourcils. Par les temps actuels, on ne savait jamais. Une nouvelle pareille aurait eu de quoi la décontenancer. Elle n'était pas amoureuse de Flitwick grand bien lui en fasse mais elle l'aimait plutôt bien. Ses cours avaient tendance à partir un peu dans tous les sens dans leurs phases pratiques, mais c'était loin d'être un mauvais bougre et il était juste dans ses décisions. Quant au sorcier debout devant elle, elle ne le connaissait pas. Quitte à choisir, ne valait-il pas mieux se fier au demi-gobelin connu, plutôt qu'au botaniste sexy dont elle ignorait tout ?

[ 651 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Serdaigle

Parchemins : 179
Âge : 46 ans, né un 17 janvier


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Allistair O'Mara

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Dim 10 Juin - 16:49

La Dahlia et le botaniste
ft. Dahlia
Plus...Alors que la journée touche à sa fin, Owen reçoit la visite d'une de ses futures élèves, qui s'avère également être la préfète de la maison dont il aura la charge. - 736 mots
Une chose est sûre, la demoiselle ne manque pas d'aplomb. Peut-être ai-je fait preuve de trop d'inquiétude en redoutant que son jeune âge ferait obstacle à sa fonction... mais ce n'est pas au vieux botaniste qu'on apprend à faire un sourire, après tout. Dahlia ne semble pour autant pas décidée à s'épancher, et avec le recul je ne peux que lui donner raison : à sa place, je me méfierais certainement de mon interlocuteur comme de la dragoncelle. Bon, il est vrai que j'ai tendance à me méfier de tout le monde comme de la dragoncelle, mais c'est un détail, n'est-ce pas ? C'est pour cela que sa question me donne l'opportunité parfaite de me présenter et de faire à mon tour preuve de franchise.

Ce ne sera pas la première fois. J'ai passé plusieurs années à Beauxbatons, tout d'abord en tant que jardinier, puis assistant de leur professeure de botanique.


Jardinier. Voilà bien un terme que je déteste. Il renvoie pour beaucoup l'image d'une personne peu qualifiée et passant ses journées à arroser les fleurs, alors qu'un jardinier -à plus forte raison ayant des plantes magiques sous sa responsabilité- est aussi responsable de la conception des espaces. Et autant dire que pour faire cohabiter des géraniums dentus et des tarantulas vénéneuses, il faut être motivé et compétent... Pour autant, le terme de paysagiste ne me plaît guère plus ; il m'évoque simplement un jardinier glorifié...

J'espère que ma future élève n'a pas cet a priori. Non que son avis soit à même de me blesser d'une façon ou d'une autre, mais les Serdaigles étaient censés être réputés pour leur ouverture d'esprit, et j'osais croire qu'elle ne me donnerait pas tort sur ce point.

Si ses questions suivantes ne me renseignent pas sur ce point, elles me rassurent néanmoins sur sa capacité de déduction. A bien y penser, peut-être avais-je trop peu foi en autrui : après tout, cette petite association d'idée ne devait pas être des plus complexes à trouver. Mais il est vrai que depuis plus d'une décennie, je travaillais presque exclusivement en compagnie de ma fratrie et de mes plantes, et je savais parfaitement quoi attendre de leur intellect respectif. Il était évident que côtoyer de nouvelles personnes, autant de ma génération que des suivantes, ne pourrait que me faire le plus grand bien et me sortir des -mauvaises- habitudes que j'avais pu prendre ces dernières années.

Je lui accorde un sourire satisfait, qui se reflète d'ailleurs dans mon regard, le rendant un tant soit peu moins inquisiteur.

Je vous rassure, le professeur Flitwick se porte à merveille, pour autant que j'en sache. Vous aurez l'opportunité de le recroiser à Poudlard, puisqu'il continuera à se charger de la chorale. Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de lui demander depuis combien de siècles il enseigne.


J'avais sciemment insisté sur le terme, amusé par le franc-parler à la limite du raisonnable de la préfète de Serdaigle. Pour autant, il m'est difficile de lui donner tort : ma scolarité semblait remonter à une éternité de cela, et pourtant Filius était déjà professeur de sortilèges à l'époque. J'ignorais quelle était l'espérance de vie des hybrides de gobelin, mais il m'arrivait parfois de me demander si ce bon Flitwick ne nous survivrait pas tous.

Aussi incroyable que cela puisse vous sembler, il a effectivement choisi de partir à la retraite.


En réalité, l'énoncer à voix haute m'aide aussi à accepter la nouvelle, qui me semble tout aussi improbable. Flitwick faisait déjà partie des meubles lors de ma scolarité, et imaginer Poudlard sans lui me désarçonnait. Oh, comme je l'avais mentionné, il ne serait pas totalement absent du château... Mais prendre sa place ne s'annonçait pas comme une partie de plaisir. C'était un professeur éminemment apprécié de ses élèves, et un directeur de maison des plus respectés. Cela rendait mon fardeau d'autant plus lourd, mais je n'avais pas accepté cette responsabilité sans y réfléchir. Je me sentais prêt à endosser ces rôles ; mon discours de début d'année était prêt, d'ailleurs, et j'espérais ne pas endormir les élèves qui l'écouteraient.

Espérant avoir rassuré Dahlia sur le sort de son précédent directeur de maison, je croise les bras et incline très légèrement la tête, pesant le pour et le contre d'une petite touche d'espièglerie. Au final, il faut croire que la perspective de changer de décor me motive plus que je ne l'aurais pensé, car je ne peux m'empêcher de lancer :

J'espère que vous n'êtes pas trop déçue du changement !

(c) Yvi


Owen
Il avait cette lèvre hautaine et moqueuse qui donne aux paroles qui s'en échappent ce caractère particulier qui fait qu'elles se gravent profondément dans la mémoire de ceux qui les écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 287
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   Dim 15 Juil - 10:54

Si Dahlia ne s'était absolument pas attendue à une telle rencontre en se rendant chez l'herboriste ce jour-là, la jeune fille n'en montrait pourtant rien, modèle même de l'impassibilité - comme à son habitude. Pourtant, le comportement du vendeur avait de quoi l'intriguer: non seulement il semblait la connaître, ou du moins, connaître des choses à son sujet, mais qui plus est, il devenait de plus en plus évident qu'il avait un lien fort avec Poudlard.

Faisant fi d'une réserve dont aurait pu faire preuve une demoiselle moins assurée qu'elle, elle ne se retînt pas de demander au botaniste si sa future fonction au château constituerait sa première expérience en tant que professeur. Après tout, elle était destinée à devenir son élève - autant savoir à quoi s'attendre. La botanique était une de ses matières préférées, elle n'avait certainement pas envie que celle-ci se retrouve gâchée par professeur incompétent - bien que ça ne soit nullement l'impression que lui donnait jusqu'à maintenant le sorcier se trouvant face à elle. « Ah, Beauxbâtons ! » Elle se garda de dire qu'assistant n'était pas tout à fait la même chose que professeur - pas envie de passer pour plus impertinente que nécessaire alors qu'elle rencontrait son enseignant pour la toute première fois. « Vous êtes français ? » interrogea-t-elle, sceptique. Son accent n'avait en tout cas rien de français.

A force d'indices, Dahlia finit par comprendre que le sorcier s'avérait également être son futur directeur de maison, ce qui provoqua en elle un bref - et rare - élan de sollicitude envers le professeur Flitwick. Par les temps actuels, qui sait ce qu'il aurait pu advenir du vieux sorcier ? C'est pourtant avec le sourire que le botaniste vînt lui apprendre que Flitwick se portait tout à fait bien. L'évocation de la chorale arracha un rictus un brin sarcastique à la jeune fille, n'affichant aucune gène vis-à-vis de son petit égarement précédent. « Contente qu'il se porte bien... Je lui demanderai peut-être ! Sans doute pas en ces termes en revanche... » reconnut-elle. Flitwick avait beau être très (trop ?) gentil, elle respectait le vieux sorcier et n'aurait jamais fait preuve d'une telle insolence à son égard seulement quand il n'est pas là. On n'est pas chez les bêtes !

Il restait tout de même étrange d'apprendre que le demi-gobelin quittait ses positions de professeur et de directeur de maison. Il semblait avoir été là depuis si longtemps qu'il aurait presque pu faire partie du mobilier. Et à un drôle de moment qui plus est: après plusieurs années de calme, le monde magique était à nouveau confronté à des remous quelque peu inquiétants. Peut-être que Flitwick profitait justement de l'occasion pour échapper aux nouvelles batailles à venir ? En tout cas, cette nouvelle faisait tout de même naître une pointe de méfiance elle: l'inébranlable Flitwick décidait brusquement de s'effacer, et un botaniste venu de France apparaissait pour prendre sa place ? Drôle d'affaire. Elle avait plus que hâte d'en parler plus en détail avec Peony.

« Surprise, mais pas déçue, non. » corrigea-t-elle avec un accent de politesse de rigueur lorsqu'on s'adressait à son professeur et directeur, et qui semblait nécessaire après les prises de liberté précédentes. En outre, elle ne mentait pas: Flitwick avait beau être un bon prof, il n'avait pas tout à fait la même allure que son remplaçant. Dans ces conditions - et malgré l'étrangeté de ce remplacement -, comment se montrer déçue ?

Décidant qu'il était temps de lever le camp avant de se faire trucider par son père et que la situation ne devienne trop gênante, elle sortit de son porte-monnaie l'argent que lui avaient confié ses parents. « Je vais vous laisser retourner à vos affaires. Je vais prendre un géranium dentu aussi, avec les fournitures. » précisa-t-elle, désireuse d'étudier la plante qui lui avait tapé dans l’œil de plus près mais pas trop non plus « A bientôt ! » lança-t-elle, une fois ses acquisitions en main et son porte-monnaie un peu plus léger. A n'en pas douter, cette rentrée s'annonçait des plus intéressantes...

[ Terminé pour Dahlia ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Dahlia et le botaniste [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Dahlia et le botaniste [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La candeur du dahlia ( PV Nuage de glace )
» Répartition de Dahlia Odébois.
» [0177] Dahlia C Black, l'éclair rose ! [MENTALI]
» Sweet dreams are made of you ? Dalia
» together, we feel alive •• dahlia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Magique :: Chemin de Traverse :: Woolahan, Bros.-
Sauter vers: