AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 On est potes, hein ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 23
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: On est potes, hein ? [PV]   Lun 5 Fév - 12:03

Qui dit nouvelle année à Poudlard dit nouvelles bêtises. Et deux mois de vacances, c'est deux mois susceptibles d'être consacrés à imaginer de nouveaux plans encore plus rigolos que les précédents. A treize ans, ce ne sont pas les idées qui manquent ! Ainsi, Joaquín passait pour la troisième fois les portes  d'entrée du château, bien déterminé à redoubler de prudence d'efforts pour mettre à profits ses machinations diaboliques. Lors du buffet de rentrée, il avait entendu que de nouveaux professeurs avaient été admis à Poudlard, que l'accès à la forêt interdite était - devinez ! - interdit, et caetera. Tout ce blabla prononcé gracieusement par le professeur McGonagall était rentré dans l'oreille du greco-argentin pour en ressortir par l'autre. Son but actuel était de s'amuser, et ce n'est pas la nouvelle ribambelle de membres du personnel de Poudlard qui allait l'en empêcher ! De plus, il comptait bien emmener Alan et Prudence dans ses nouvelles aventures cette année !

Quino ne mit pas longtemps avant de se faire à nouveau remarquer. Le matin du deux septembre, il se leva de bonne heure, beaucoup trop excité pour rester encore au lit. La petite tête blondinette de son ami Alan dépassait de la couette du lit d'à côté, et bien qu'il aurait pu l'ennuyer comme il savait si bien le faire - par exemple, en le réveillant avec des bruits d'animaux exotiques (Quino s'était entraîné pendant l'été à imiter, entre autres, l'orang-outan et le perroquet) ou en lui renversant délicatement une bassine d'eau sur la figure - son ventre réclamait son envie de se rendre à la Grande Salle illico presto pour déjeuner. Son hôte ne se fit pas prier et enfila ses habits d'élève modèle (on y croirait presque) avant de dévaler les escaliers d'une démarche allègre.

Arrivé à la table des Poufsouffle, il salua ses camarades déjà présents, s'assit - en prenant bien soin de s'éloigner le plus possible des préfets et de la table des professeurs - et entreprit de se remplir le gosier. Treize ans, c'était aussi l'âge où on avait tout le temps faim, et le Poufsouffle ne manquait pas à la règle. Quelle belle maison que celle des blaireaux, d'ailleurs ! Depuis deux ans, le jeune Kostas s'y sentait à son aise et avait su se lier d'amitié avec plusieurs élèves. Ce qui était dommage, c'est que Gabriel et Stef n'étaient pas avec lui et que du coup, il ne pouvait plus autant les embêter que dans leur demeure familiale. En pensant à cela, Quino leva la tête de son quatre quarts et jeta un coup d'oeil à la table des Gryffondor, qui était, malheureusement pour Stef, assez proche de celle des Poufsouffle. Sa petite soeur ne s'y trouvait pas, elle devait encore dormir à poings fermés. Le deuxième garçon de la famille avait toujours été un lève-tôt, étant donné qu'il libérait difficilement son trop plein d'énergie en restant allongé dans un lit.

Songeant que la voie était libre, il entreprit de mettre au point une catapulte, tout simplement à l'aide d'une cuillère et de son index. Les céréales au miel lui semblaient tout destinés pour endosser le rôle de projectiles. Avec toute l'adresse dont il pouvait faire preuve, il visa la tête d'un de ses camarades jaune et noir, et avant que l'obus n'ait atteint sa cible, Quino fit mine de regarder ailleurs, en prenant bien soin d'éviter tout contact visuel avec sa victime et en cachant son arme du crime dans la manche de sa robe. Bingo ! Le tir fit mouche et l'étudiant pris pour cible protesta dans le vent, car personne ne semblait savoir d'où venait cette attaque sournoise. Le troisième année décida de réitérer l'exploit, histoire de voir s'il n'avait pas perdu toute capacité à viser correctement. Les sélections pour l'équipe de Quidditch arrivaient bientôt, il devait être prêt ! Seulement, cette fois-ci, la victime tourna le regard au mauvais moment et se rendit compte de la supercherie. Le projectile atteint une nouvelle fois sa cible, ce qui rassura le blaireau, mais il était à présent démasqué. L'élève visé lança un regard noir à son agresseur - autrement dit, Quino - puis, assoiffé de vengeance, saisit ce qu'il avait sous la main et le lança en direction du greco-argentin. Sûrement trop énervé pour être conscient de son geste, il se rendit compte trop tard que le contenu de son verre, c'est-à-dire du jus de citrouille, ne se dirigeait pas du tout dans la direction voulue, et qu'une jeune fille qui n'avait absolument rien demandé se ramassa tout le liquide en plein dans le visage. Découvrant ce spectacle, Quino ne put s'empêcher de rire à pleins poumons, tandis que la jeune fille semblait touchée par un Petrificus Totalus tellement elle ne savait plus quoi faire. Un garçon à ses côtés - son copain, peut-être - voulut prendre sa défense et renvoya un morceau de tarte à la rhubarbe sur le second agresseur. Joaquín jubilait. Son plan qui consistait à déclencher une bataille de nourriture semblait docilement se mettre en place et il songea qu'il était de son devoir d'attiser le feu. Il attrapa un bout de tarte à la mélasse qu'il lança vigoureusement sur l'étudiant qui avait pris la défense de la jaune et noir. « Youpiiii ! » Mais quelle maison accueillante, franchement ! Bien sûr, sa petite partie de franche rigolade allait certainement être écourtée si l'un(e) ou l'autre préfet(e) décidait de pointer le bout de son nez…

[967]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 295
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Mar 6 Fév - 0:43

On est potes, hein ?
Dahlia & Joaquín

made by black arrow


Comment définir Joaquín Kostas ? Comme un sacré enquiquineur, d'après l'avis très objectif de Dahlia Lloyd. L'année précédente, non content d'avoir été puni (tout comme elle, mais c'était un détail objectivité vous dit-on), il avait réussi à l'entraîner dans ses bêtises. En avaient résulté une punition supplémentaire pour les deux acolytes, et une amertume sincère à l'égard du Poufsouffle. Mais vraiment - et dans le fond, c'était ça plus que tout le reste qui était enquiquinant avec Kostas -, elle n'arrivait pas à lui en vouloir indéfiniment. La majorité du temps, ses côtés positifs dominaient les mauvais grand banditisme, crime en bande organisée, bonbon-napping et elle s'ennuyait rarement en sa présence.

Mais elle avait été punie alors qu'elle voulait maintenir un dossier respectable, et elle l'en tenait responsable. Certes, cette petite tache dans sa scolarité ne l'avait nullement empêchée d'être élue choisie pour le poste de préfète, mais il n'empêche que la fillette pouvait avoir la rancune tenace charmante enfant. De toute manière, Merlin savait que traîner avec des Poufsouffles ne rapportait jamais rien de bon. C'est d'ailleurs la pensée qui lui traversa fugitivement l'esprit lorsqu'elle entra dans la Grande Salle ce matin-là, et que ses yeux se posèrent presque naturellement sur la table des Blaireaux, qui se trouvait juste à côté de celle de Serdaigle. Son regard chercha Lucas, avec qui elle s'entendait bien et appréciait passer du temps pour un Poufsouffle. Contrairement à d'autres, le jeune préfet semblait toujours peser chacun de ses mots, et ne parlait pour ainsi dire jamais pour ne rien dire. Ce qui n'était pas le cas de tous ses petits camarades, qui avaient le bavardage facile et le chahut dans le sang coucou Prudence. Le seul autre élève de leur maison un tant soit peu calme s'avérait être nul autre que le nouvellement devenu capitaine de Quidditch, Alan Carmichael, mais de fines observations de la jeune Galloise lui avaient fait réaliser que si Alan se montrait silencieux ce n'était presque qu'en sa présence. Ce qu'elle commençait à trouver passablement bizarre. S'il ne l'aimait pas: soit ! Mais qu'il fasse alors comme tout le monde elle, et qu'il le lui dise franchement, plutôt que de faire preuve d'une sorte de politesse malvenue purement Poufsoufflienne un adjectif à retrouver dans la prochaine édition du Larousse et lui adresser quelques mots forcés par-ci par-là. Au contraire, elle se fichait comme de la guigne qu'il ne l'apprécie pas tant cela ne les empêchait pas d'effectuer leurs travaux ensemble si on les mettait en binôme.

Balayant avec irritation son analyse de la maison Poufsouffle de son esprit, Dahlia se décida à aller s'asseoir à sa propre table, puisque Lucas n'était pas dans les parages, ni Peony ou encore Jensen. Elle eut le temps d'ingurgiter une bouchée de porridge avant que l'apocalypse ne s'abatte sur la Grande Salle sans exagérer. Au premier abord, le remue-ménage provenant de la table honnie des Poufsouffles ne la perturba pas plus que ça: ils étaient toujours en train de s'agiter, ceux-là. Parce qu'elle commençait à sentir des regards insistants dans sa direction j'ai quelque chose sur le visage ?, elle finit par se tourner, au moment où une portion généreuse de ce qui semblait être de la tarte à la mélasse s'envolait vers d'autres cieux atterrissait sur la tête d'un Poufsouffle de première année. Kostas.

Un regard vers la table des professeurs lui fit réaliser que hormis une Trelawney à l'air un peu hagard le matin c'est dur pour tout le monde Sybill aucune figure d'autorité n'était présente. Evidemment. Pas de préfets-en-chef non plus. Personne en fait, à part elle. L'idée d'ignorer ce joyeux bazar lui traversa l'esprit. Elle avait habilement évité d'être confrontée à Joaquín jusqu'à maintenant, et même s'il n'était pas dans ses habitudes de faire la tête à qui que ce soit - autant gueuler se disputer un bon coup et être débarrassé -, elle n'avait pas encore décidé si elle passait outre l'incident, ou pas. Finalement, les elfes nettoieraient, et ce serait oublié, n'est-ce pas ? Bonjour la vie de privilégiée.

Cependant, le visage mécontent du professeur McGonagall - sans parler de son nouveau directeur de maison - vînt vite s'imposer à son esprit, et Dahlia sut qu'elle n'avait pas d'autre choix. Fronçant les sourcils, elle sortit sa baguette magique de la poche de sa robe. C'était là que ça se compliquait. Pointant sa baguette droit sur le bol de céréales posé devant Kostas, elle profita de son hilarité pour ensorceler sa nourriture un peu d'arsenic et le tour est joué. "Stop les âneries. Ou c'est la retenue." dessina-t-elle en utilisant les céréales en forme de lettres, non sans effort et concentration. Le tour effectué, elle attrapa le scone qui traînait dans l'assiette de sa voisine - qui lui adressa un regard offensé que la préfète ignora royalement despotisme -, plissa les yeux, et l'envoya droit dans la tête de Kostas pour attirer son attention. Une fois celle-ci obtenue, elle désigna son bol du doigt avec insistance, un regard éloquent sur le visage, avant de croiser les bras sur sa poitrine.

[ 881 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 23
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Ven 9 Fév - 18:12

Tandis que la bataille de nourriture commençait à prendre une ampleur acceptable, Quino fut témoin d'un tour de magie particulièrement splendide. Devant lui se dressaient maintenant ses céréales, comme pour l'aider dans son combat. En effet, il avait maintenant à sa portée nombre de projectiles déjà prêts à être expédiés en direction de ses camarades à l'aide de sa cuillère. Cependant, les corn-flakes n'avaient pas pu décider de léviter d'eux-mêmes, ainsi le jeune Poufsouffle voulut savoir qui, d'après lui, souhaitait lui apporter son soutien dans cet affrontement matinal. Il leva la tête pour voir si Stef avait décidé de se joindre à ses activités marginales, mais ne l'aperçut toujours pas. C'est alors qu'une pâtisserie vint le toucher en plein dans l'arrière de la tête Bravo mlle Lloyd, je vous veux dans mon équipe !. Il se retourna pour jeter un oeil à la table des Serdaigle, qui était la table derrière celle des jaune et noir, et c'est là qu'il croisa le regard de - son amie ? - Dahlia Lloyd. À sa vue, Quino lui fit un grand sourire ainsi qu'un coucou de la main, et con comme un ballon, ne comprit pas l'intention de la jeune fille. Ainsi, il émit deux hypothèses à son sujet : soit Dahlia voulait se joindre à la bataille de nourriture, soit elle s'impatientait que son homologue n'ait toujours pas utilisé les projectiles qu'elle avait mis à sa disposition pour l'aider à mener sa bataille. En songeant qu'elle n'était pas du genre à entrer dans ce genre de perturbations aussi spontanément, le troisième année opta pour la deuxième suggestion. Sans perdre une minute, il saisit son arme du crime et commença à mitrailler ses voisins de graminées, ce qui eut pour effet de le faire rire inconditionnellement. Ce coup de pouce de la part de l'aiglonne lui apportait un avantage non négligeable et ses compagnons de table ne semblaient pas spécialement apprécier son habileté à atteindre directement sa cible.

Il se retourna pour remercier Dahlia, et c'est là qu'un détail le perturba : un reflet sur sa poitrine avait attiré son attention. Était-ce un blason ? Ce ne pouvait pas être possible… La jeune Serdaigle serait donc devenue préfète pendant les grandes vacances ? Les méninges de Quino se mirent à travailler et il comprit qu'elle avait maintenant un pouvoir supplémentaire. Elle pouvait ainsi distribuer des retenues à la volée à tous les fauteurs de trouble du château. Bien sûr, pour le gréco-argentin, écoper d'une retenue, cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Surtout qu'elle ne pourrait pas lui faire ça, à lui son meilleur ami ! L'air un peu moins rassuré, il se retourna à nouveau pour observer la forme que ses corn-flakes avaient pris en lévitant. Il avait déjà catapulté la plupart de ceux qui étaient à sa portée, mais il remarqua que les céréales avaient dû former une phrase et que le dernier mot était "retenue". S'il ne craignait pas les heures de colle, il se dit qu'il allait quand même jouer la carte de la Prudence prudence, non sans ajouter sa petite touche d'arrogance, évidemment. Ainsi, il se retourna, esquiva un morceau de pudding qui était dirigé dans sa direction - on remerciera le quidditch pour les réflexes - et leva les mains en l'air, comme pour prouver qu'il ne participait pas à la confrontation. Bien sûr, Dahlia l'avait déjà grillé. Mais rien n'empêchait Joaquín de prétendre que ce n'était pas lui qui était à l'origine de cette partie de rigolade. Tout le monde le sait, c'est un ange, voyons ! Un air faussement innocent sur son visage, il se retourna vers sa camarade de classe. « Regarde, je n'ai rien à voir avec tout ça, moi ! » prétendit-il, en sortant son meilleur jeu d'acteur. Bien sûr, au fond de lui, il était très satisfait de la tournure des évènements. Alors qu'une pelure d'orange vint décorer son cuir chevelu, il se leva de son banc pour se rapprocher de Dahlia. Quiconque rentrerait maintenant dans la Grande Salle ne pourrait manquer la bataille qui faisait rage au sein des jaune et noir. Le garçon arbora son sourire le plus mesquin et s'adressa une nouvelle fois à la jolie fleur la brunette. « Tu n'oserais quand même pas me mettre une retenue, hein ? En plus, tu serais même pas là pour m'accompagner ! » Oui, il était indéniable que Quino était un petit diable.

[780]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 295
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Dim 11 Fév - 1:43

"Il ne peut pas être sérieux." pensa-t-elle, indignée. Et pourtant, pourtant, Kostas venait bel et bien de lui sourire de toutes ses dents, heureux comme un loir, insouciant comme un Kostas elle ne connaît pas Stef c'est pour ça. Non content de jouer les innocents, il s'était surtout saisi de ses céréales afin de les utiliser comme projectiles, ce qui eut le don d'exaspérer Dahlia. Il la rendait complice de son crime ! Encore une fois, qui plus est ! Sauf qu'à présent, elle était préfète, et elle ne pouvait pas se permettre d'être associée à ses manigances. Déjà que du haut de ses - presque - quatorze ans, elle se retrouvait à encadrer des élèves bien plus âgés qu'elle, il était totalement inenvisageable qu'elle passe pour trop indulgente - voire carrément irresponsable.

Elle n'avait de toute façon pas la réputation d'être une mollassonne, que ce soit dans leur année, ou sa maison, et arrivait à se faire respecter sans trop de soucis jusqu'à maintenant. Seulement, il fallait que ça dure. Et pour ça, il fallait que le remue-ménage créé par Joaquín Kostas cesse. Elle devait lui reconnaître une qualité: il visait bien. Mais elle aussi - comme il avait eu l'occasion de le découvrir en se prenant un scone dans le crâne de bon matin. Le chaos perdurait à la table des Poufsouffles, et Dahlia se redressa à moitié, n'ayant aucune envie de se mêler à cette bataille rangée, mais n'ayant vraisemblablement pas d'autre choix. C'est là que Kostas se tourna à nouveau vers elle, son regard glissant presque naturellement vers sa poitrine. Mes yeux sont en haut, Joaquín son badge. La surprise qu'elle lut dans son regard la rassura au moins sur un point: Kostas n'était donc pas totalement fou. Il ne savait pas.

Elle haussa les sourcils, un air éloquent sur le visage tandis que le Poufsouffle levait les mains en l'air. Oh non non non. Elle connaissait par-fai-te-ment cette expression, mêlant innocence et fourberie. Il allait essayer de l'amadouer, ce petit sournois. Mais il ne l'aurait pas ! Foi de Dahlia. « La pelure d'orange dans tes cheveux enlève toute crédibilité à tes propos, Kostas. » répondit-elle du tac-au-tac, avant que le brun ne quitte sa table pour rejoindre la sienne. Que le jeu d'échec commence.

« Je sais que c'est toi, je t'ai vu, gros malin. » mentit-elle sans sourciller. Techniquement, elle ne l'avait pas tout à fait pris la main dans le sac, c'était vrai. Elle n'avait pas assisté au début de la bataille de nourriture qui faisait actuellement rage à la table des Poufsouffles, aussi n'avait-elle pas la garantie irréfutable que Kostas en était bien l'instigateur. Pourtant, Dahlia n'avait aucun doute sur le sujet. Certes, elle ne l'avait pas vu commencer, mais elle s'était tournée pile au moment où il projetait de la tarte à la mélasse à travers la pièce, et surtout, surtout, elle connaissait très bien le regard qu'elle avait vu dans ses yeux à cet instant. Il était coupable. Provoquer une bataille rangée complètement aléatoire dès le petit jour était exactement le genre d'activité qui amuserait Joaquín Kostas. L'évocation de la retenue la fit cependant tiquer, et elle haussa un sourcil. « Encore heureux, la dernière que j'ai passée avec toi m'a largement suffi ! Je t'avais dit qu'on se ferait prendre avec ton plan tout pourri. Ou plutôt, ton absence de plan. » lui reprocha-t-elle sans pour autant élever la voix. Il la rendait parfois chèvre, ça pour le coup c'était irréfutable, mais ils étaient tout de même amis, ou quelque chose qui s'y apparente.

« Si tu es aussi doué pour faire arrêter ce chaos que tu l'as été pour le provoquer, pas besoin de retenue. » Elle espéra que Kostas n'allait pas prendre sa remarque pour un compliment, bien que ça en fut en quelque sorte un. Il n'était pas mauvais dans ce qu'il faisait, elle le savait. Elle n'avait pas envie de le reconnaître à haute voix pour autant. D'autant plus que s'il mettait son énergie au service de quelque chose de vraiment utile de temps à autres, plutôt que de chercher à semer la zizanie partout où il passait, ça ne pourrait qu'être bénéfique à tout le monde.

[ 701 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 23
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Ven 16 Fév - 21:46

Joaquín n'avait pas encore revu Dahlia depuis la rentrée, ou alors l'avait-il seulement aperçue de loin. Ainsi, il n'avait pas appris la nouvelle fâcheuse de la nomination de sa camarade. Encore qu'il l'aurait appris plus tôt, cela n'aurait changé en rien ses plans de bataille de nourriture de bon matin. Mais peut-être qu'il aurait été plus prudent en compagnie de la nouvelle préfète. Même s'il était persuadé qu'elle ne pourrait pas briser leur solide amitié. Elle avait beau arborer un badge scintillant désormais, Quino savait, au fond de lui, que la demoiselle n'était pas toute blanche non plus. Une preuve des plus simples était leur petite escapade l'année précédente, au cours d'une retenue censée être supervisée par Rusard. Autant dire que Poudlard avait bien intérêt à revoir son système de surveillance s'il ne voulait pas que le jeune Kostas passe son entière scolarité à mettre en place encore plus de farces et attrapes en tout genre.

Cela lui paraissait logique que Dahlia cherchait à l'aider en lui fournissant de nouvelles munitions dans cette bataille acharnée. Cela lui paraissait illogique qu'elle cherche à lui infliger une énième retenue. Qui, à treize ans, a envie de faire régner l'ordre dans le château, franchement ?! Quino allait devoir mener l'enquête auprès de tous les préfet(e)s de l'école comment ça, ils ont pas choisi ?.

Avant qu'il ne se lève pour se rapprocher de la jeune fille histoire de pas tout le temps gueuler dans la Grande Salle, elle lui fit remarquer un petit détail au niveau de sa chevelure. Le garçon se tâta le crâne pour y découvrir un couvre-chef improvisé et s'en débarrassa immédiatement, une expression de dégoût sur le visage. « Beerk. » Puis, ayant réussi à esquiver la plupart des aliments dirigés vers lui, il s'éclipsa temporairement de la table de sa maison pour fuir la situation comme un lâche. Le greco-argentin n'avait pas vérifié, en entrant dans la salle, qui pouvait être assis(e) chez les Serdaigle. Ainsi, il ne savait pas s'il pouvait croire son interlocutrice sur paroles, quand elle avançait l'avoir pris la main dans le sac. N'est pas Kostas qui veut après tout, il devait tenter quelque chose ! « Et quelle preuve as-tu pour soulever de telles accusations ? » demanda-t-il. Tout en exprimant cette question, il avait affiché un air faussement hautain et avait imité la voix bien clichée d'un aristocrate dans la quarantaine. Hollywood allait bientôt le contacter, c'était certain.

Quand Dahlia lui rappela la formidable heure de colle - qu'on avait pu décliner au pluriel par la suite, vu l'intelligence dont avait fait preuve Quino ce jour-là - qu'ils avaient passée ensemble, le sorcier sourit. Certes, avec lui, on ne s'ennuyait jamais. Mais avec lui, on se faisait souvent prendre, aussi. Mlle Lloyd pouvait en témoigner. Comme simple réponse, il lui dit « L'improvisation, c'est tellement plus fun ! » Il était convaincu qu'elle avait quand même passé un bon moment avec lui cette fois-là. En même temps, tout était bon à prendre plutôt que de nettoyer des serres remplies de pus. Il se prit à rêvasser, songeant comment rendre ses futures retenues plus amusantes.

Il dut bien vite redescendre sur terre quand la brunette lui fit part d'une suggestion. Comment ça ? Arrêter cette bataille de nourriture si habilement élaborée ? Impensable ! Quino soupira, aussi bruyamment qu'il put. « T'es moins marrante que Peony… Tu crois vraiment que je serais capable d'arrêter ça ? » déclara-t-il, en pointant du doigt l'affrontement qui faisait rage au sein des Poufsouffle. « C'est beaucoup plus marrant de faire ça ! » ajouta-t-il, et de tirer sa baguette d'un geste furtif pour la pointer sur un pudding qui volait dans les airs à ce moment-là. « Expelliarmus ! » clama Joaquín. Le sortilège atteint la pâtisserie qui vit sa trajectoire déviée pour revenir en plein dans la figure de son lanceur. Fier de son geste, le blaireau se retourna vers sa camarade avec un grand sourire. « Non ? » demanda-t-il, d'une voix innocente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 295
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Sam 3 Mar - 17:25

Le couvre-chef improvisé de Kostas - une pelure d'orange venue atterrir sur son illustre crâne durant la bataille - fit esquisser un rictus moqueur à Dahlia, qu'elle accompagna d'une pique censée faire se départir (au moins un peu) le brun de son assurance excessive. Oui, elle connaissait Quino. Non, elle ne se ferait pas avoir aussi facilement. Faire régner l'ordre dans le château n'était pas exactement son but dans la vie - elle avait elle-même été une participante active à plusieurs retenues au cours de sa scolarité, dont une, à son grand damne, en compagnie de Kostas -, en revanche, briller en tant qu'élève l'était - elle avait des ambitions à l'issue de ses études -, et le poste de préfète était l'échelon idéal pour sa petite personne. Ainsi, elle ne pouvait décemment pas passer pour laxiste, même pas pour le sourire enjôleur de Kostas.

Elle joua le bluff sans sourciller, affirmant haut et fort qu'elle avait vu Joaquín lancer la bataille de nourriture, et qu'elle le considérait donc naturellement comme coupable. Si elle avait espéré que cela suffirait à rabattre le caquet du jeune Poufsouffle, alors elle fut déçue: prenant des airs pédants, il lui réclama aisément des preuves - qu'elle n'avait pas. Franchement, quel genre de preuve aurait-elle pu avoir, même en admettant qu'elle l'ait réellement pris sur le fait ? Ce n'était pas comme si elle se baladait dans les couloirs de l'école en filmant Kostas dès qu'il lui passait sous le nez. Elle avait mieux à faire que de le poursuivre pendant qu'il faisait le pitre c'est-à-dire H24, merci bien. Elle haussa un sourcil, peu impressionnée. « Je n'ai pas besoin de preuve, Joaquín. A ton avis, de nous deux, qui a le plus de crédibilité auprès des profs ? » Pas qu'elle compta décemment le tirer par la peau des fesses jusqu'au bureau de sa directrice de maison. Elle l'aimait bien. Elle comptait simplement sur le fait qu'il finirait pas se débiner, et qu'elle pourrait obtenir de lui qu'il se calme un peu. Il était bien trop tôt pour se lancer dans une activité aussi inepte qu'une bataille de nourriture.

Pas question de finir à nouveau en colle avec Kostas, même si elle avait - une fois n'est pas coutume - techniquement utilisé sa baguette magique en dehors des cours à l'instant, ce qu'elle n'était pas censée faire - le professeur Flitwick le lui avait suffisamment répété l'année précédente. Seulement, désormais elle était préfète, et il serait simplement humiliant de se retrouver à récurer les toilettes du deuxième étage en compagnie de cet idiot de Kostas. « Tu parles. Remarque, si tu ne fais qu'improviser, ça explique que tu te fasses choper aussi souvent. » remarqua-t-elle en levant les yeux au ciel, songeant aux nombreuses fois où elle avait vu Kostas se faire tirer les oreilles. Quelle triple buse, franchement. Néanmoins, il lui était sympathique, pour des raisons qu'elle avait encore du mal à s'expliquer.

S'il croyait que la comparer à Peony allait la faire déchanter, alors il se mettait le doigt dans l’œil, et jusqu'au coude ! D'un, ce n'était pas la première fois qu'elle entendait un tel discours, et de deux, il ne lui faisait ni chaud, ni froid. Peony et elle étaient différentes, certes, mais elles s'entendaient à la perfection, et s'entendre dire que Peony était plus laxiste rigolote qu'elle ne la choquait nullement. « Dommage que tu ne sois pas tombé sur elle alors, plutôt que moi. Et je sais que tu es capable d'arrêter ça, ils t'écouteront. » contra-t-elle en tournant à son tour le regard vers la table des Poufsouffles. Grave erreur: Quino en profita pour sortir sa baguette et envoyer valser un morceau de pudding. Se retenant de sourire à la vue - ridicule - du Poufsouffle touché par le projectile, elle fronça les sourcils en se retournant vers Kostas. Elle sortit discrètement sa baguette à son tour, non sans avoir vérifié que hormis Trelawney, aucun membre du corps professoral n'était présent. « Pas vraiment. Expelliarmus ! » lança-t-elle à son tour, la baguette pointée sur la main de son ami. Elle n'appréciait pas que l'on se moque d'elle. S'il fallait qu'elle se lance dans un duel avec Quino pour mettre fin à cette histoire, alors elle le ferait. Il poussait les bornes des limites et elle ne passerait pas pour une mauvaise préfète à cause de lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 23
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Jeu 12 Avr - 16:08

Quino était toujours en pleine négociation avec la policière préfète qui l'avait arrêté dans ses activités malhonnêtes. Bien sûr, il cherchait à gagner du temps, histoire que la une du prochain Hibou Bavard soit quelque chose dans le style de "La plus grosse bataille de nourriture de toute l'histoire de Poudlard a eu lieu pendant la troisième année de Joaquín Kostas ce 1er septembre 2013 à la table des Poufsouffle. Témoignages des victimes…" Le Poufsouffle avait bien des ambitions. Certes, elles n'étaient pas spécialement honorables mais c'était toujours mieux que de n'avoir aucun projet dans sa vie.

Fort de ses années d'entraînement au sein du foyer Kostas, Quino avait acquis une certaine aisance à jouer les innocents. Cependant, Dahlia le connaissait depuis quelques temps maintenant et, le poste de préfète aidant, elle ne se laissait pas aussi facilement duper que d'autres de leurs camarades. Elle joua ainsi la carte de l'élève modèle, balançant une vérité indéniable au nez de son interlocuteur. Pas encore à court d'arguments, Joaquín lui répondit « Oui, c'est vrai. Mais encore faut-il que tu ailles me dénoncer. Ce que tu ne feras pas, hein ?. », le tout accompagné de ses plus beaux yeux. En plus de ça, elle l'avait appelé par son prénom, ce qu'uniquement les professeurs faisaient. « Et au fait, depuis quand tu m'appelles par mon prénom ? Moi c'est Quino ! » ajouta-t-il fièrement. Un prénom qu'ils ne supportaient pas, voilà ce que sa soeur et lui partageaient.

Dahlia lui fit ensuite remarquer sa fâcheuse tendance à se faire attraper lors de ses méfaits. Il y avait bien une raison à ça : Quino faisait tellement le pitre qu'il y avait bien des fois où son plan ne fonctionnait pas comme prévu ! Il avait maintes et maintes eu recours à l'improvisation, point sur lequel il travaillait depuis peu, histoire de devenir inaccessible aux yeux des enseignants. « Je me fais souvent choper parce que je mets au point beaucoup de plans minutieusement étudiés. ». déclara-t-il, un sourire mesquin aux lèvres. « Mais, les profs ne voient pas la face cachée de l'iceberg ! » Sur le coup, le garçon était plutôt fier de sa répartie. Comprenez par là que, proportionnellement, il ne s'était pas tant fait prendre que ça, au vu du nombres de bêtises qu'il avait effectuées.

Dans l'idée de la faire un peu culpabiliser, le troisième année avait comparé Dahlia à sa soeur, affirmant que cette dernière était plus marrante. En entendant la réponse de l'aiglonne, Quino poussa un énième soupir bien bruyant. « Imaginons que je décide d'arrêter cette splendide bataille de nourriture, je suis pas sûr qu'ils m'écouteront. Tu m'as déjà vu ?! Je suis haut comme trois pommes ! » En effet, il y avait à la table des élèves bien plus âgés et bien plus grands que lui. Il n'était donc pas sûr d'avoir un quelconque semblant d'autorité auprès de ceux-ci.

Comme son amie avait pu s'en rendre compte, le jeune Kostas était plutôt doué dans ce qu'il faisait et c'était bien dommage qu'il ne consacre pas toute son énergie à des activités plus éducatives. Ainsi, son expelliarmus avait parfaitement été exécuté et avait touché sa cible en pleine face. Fidèle à ses talents en magie, Dahlia avait directement réagi pour expulser la baguette magique du fauteur de trouble en face de lui. La joie de Quino fut ainsi de courte durée. Quelque peu surpris, au lieu de courir récupérer sa baguette, une idée lui vint à l'esprit. Chassant son air dépité, il s'empara d'une baguette (une vraie, cette fois-ci, celle qu'on mange au petit-dej') et bomba le torse devant son amie. « Bon ok, tu es une princesse et je suis le chevalier qui viendra à ton secours ! Mais tu me revaudras ça ! » déclara-t-il, en se retenant de rire à sa propre bêtise. Il escalada alors l'un des bancs de la table des Poufsouffle et monta sur la table, au milieu des projectiles qui fusaient de toute part. Avec l'habileté qu'on lui connaissait, il dévia la nourriture qui était envoyée dans sa direction à l'aide de sa baguette de pain et s'empara d'une serviette blanche qui trainait sur la table pour la lever haut en l'air, en guise de drapeau blanc. Tel un chef indien, il ferma les yeux et cria, bien fort pour que tout le monde l'entende. « STOP ! Je viens en paix. Ugh. » et d'attendre la réaction de ses camarades. Ces derniers s'étaient arrêtés un instant, étonnés ou bien amusés par la prestation de leur camarade. À voir si cela serait suffisant pour que la paix règne à nouveau à la table des blaireaux.


Dernière édition par Joaquín Kostas le Dim 6 Mai - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 295
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Lun 30 Avr - 11:51

Malgré son accession au poste de préfète et son comportement actuel, Dahlia n'était elle-même pas toute blanche, et elle en était consciente. Elle avait tendance à se montrer impulsive lorsqu'on lui courait sur le haricot et perdait alors facilement son sang-froid. Raison pour laquelle elle s'était initialement retrouvée en retenue avec Quino l'année précédente. Si on l'enquiquinait de trop, alors elle ne pouvait pas s'empêcher de répliquer, et étant plutôt douée en sortilèges, c'était alors au détriment de sa victime cible. Egalement une raison pour laquelle Quino aurait tout aussi bien fait de se méfier. Elle avait beau être sereine pour l'instant, rien ne garantissait que ça durerait. Cela étant, on l'avait quand même choisie pour être préfète de Serdaigle, ce qui devait impliquer que son parcours académique impeccable ne contrebalançait pas si mal que ça ses écarts de comportement.

Quino décidant de jouer la carte des sentiments - et prétendant qu'elle ne le dénoncerait jamais -, la fillette haussa les épaules avec nonchalance, un fin sourire aux lèvres. « A toi de voir si tu veux vraiment tester cette théorie. » répondit-elle sans perdre de son assurance excessive. Il était bien connu que Quino aimait jouer avec le feu, mais gare à lui: il n'était pas forcément le seul. « C'est plutôt ton surnom, non ? » corrigea-t-elle par pur réflexe, amusée de la réaction du brun. « Je t'appellerai à nouveau Quino quand tu te décideras enfin à entendre raison. » Elle décréta cette dernière décision d'un ton sans appel, ne craignant nullement de recourir au chantage s'il le fallait. Avec des stratagèmes pareils, il était étonnant que Dahlia n'ait pas fini à Serpentard comme sa jumelle, et si le Choixpeau avait en effet hésité, sa répartition à Serdaigle s'était tout de même faite avec assurance. Dommage alors que Peony n'ait pas négocié pour la rejoindre elle !

La déclaration suivante du Poufsouffle semblait emplie de sous-entendus et d'une pointe de menace, qui firent arquer les sourcils à Dahlia. Doux Merlin. Que pouvait-il encore mijoter ? « Tu devrais peut-être songer à privilégier la qualité plutôt que la quantité, ça t'éviterait sans doute de passer tes soirées en tête à tête avec Rusard. » lui fit-elle remarquer avec ce qui était de son point de vue beaucoup de sagesse, mais qui contenait tout de même une once de condescendance qui allait finir par devenir sa marque de fabrique. Pas que les soirées de Kostas l'intéressent tant que ça: il pouvait bien faire ce qu'il voulait, tant que ça ne l'impactait ni ne l'impliquait elle. Sans compter sur le fait qu'essayer de raisonner avec le Poufsouffle semblait depuis longtemps être peine perdue. Mais qui sait, peut-être qu'aujourd'hui serait le jour où il aurait les oreilles suffisamment débouchées pour entendre ses arguments ? Si près du but ! Malheureusement, ses oreilles doivent déjà être enduites de tarte à la mélasse à l'heure qu'il est.

La référence à Peony n'ayant pas fait mouche auprès de Dahlia, Quino en vînt à se dévaloriser en prétendant qu'il n'était pas capable de stopper la bataille de nourriture, même s'il l'avait voulu. Elle supposait qu'il n'avait pas tort, dans le sens où celle-ci avait désormais pris des proportions plutôt alarmantes, mais la brune restait convaincue de ses capacités. En outre, elle ne se voyait absolument pas se planter comme un piquet sur la table des Poufsouffles pour les arrêter, alors elle préférait encore que ça soit lui qui s'y colle mais à part ça elle n'est pas manipulatrice du tout. « Je suis sûre que tu sauras te montrer créatif ! » déclara-t-elle avec une légèreté qu'elle perdit très vite lorsque le Poufsouffle décida d'en rajouter une couche en jetant un Expelliarmus sur un morceau de pudding. Cette fois, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase ! Même si - et elle détestait devoir le reconnaître, ne serait-ce qu'à elle-même - la tête qu'avait fait la victime de Kostas avait été franchement comique.

S'il sembla que son propre sortilège termina de convaincre le brun, Dahlia ne se détendit pas pour autant. Elle connaissait trop bien le personnage. Serrant toujours sa baguette dans sa main droite, elle observa avec circonspection le Poufsouffle tandis qu'il s'emparait d'une baguette de pain. Elle se retînt difficilement de rire devant la déclaration qu'il lui fit alors. « Hein ? Sérieusement ? » put-elle tout juste lâcher avant qu'il ne file se lancer dans ce qui s'avéra rapidement être une opération suicide. Si son comportement suscita initialement une surprise compréhensible, Dahlia fut déçue de constater que le brun n'avait pas tout à fait l'influence espérée. Un pancake savamment tiré vînt interrompre l'inertie brièvement instaurée, et atterrir droit dans le visage de Kostas. Shit.

« Repli stratégique, repli stratégique ! » Elle tira le brun par le bas de sa robe de sorcier pour le forcer à descendre, tandis qu'un semi-chaos reprenait son cours chez les Poufsouffles. Maudits blaireaux. Sa baguette à la main, elle envoya valser sur le côté le muffin qui menaçait d'arriver droit dans le visage de Bartley Dubthaigh, préfet-en-chef peu connu pour sa tolérance vis-à-vis des infractions au règlement. L'arrivée de celui-ci ne tarda pas à jeter un froid chez les derniers résistants, hormis un Poufsouffle visiblement moins fut-fut que les autres, qui écrasa joyeusement un pancake enduit de sirop d'érable sur la tête de sa voisine et qui se retrouva généreusement promettre une heure de retenue dans la semaine. Game over. « Dis-toi que ça aurait pu être toi ! » fit-elle remarquer à Quino tandis que Bartley s'en allait sereinement prendre place à la table des Serdaigles. Elle désigna du doigt les vêtements du brun, un rictus moqueur sur le visage. « On dirait que le preux chevalier a un peu souffert de la bataille. » Ah ça, elle ne comptait pas oublier sa petite fanfaronnade lancée avant d'essayer de stopper le conflit. Elle se serait même sentie coupable de l'avoir placé dans cette situation, si elle n'avait pas su qu'il en était l'instigateur. On récolte ce que l'on sème ! Et Joaquín avait récolté un pancake nature: pas si terrible comme rétribution.

[ 1013 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 23
Âge : 13 ans
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Dim 6 Mai - 21:07

Certes, on pouvait dire que Quino était proche de Dahlia. Mais de là à savoir si elle allait vraiment le dénoncer pour ses méfaits, rien n'était certain. Évidemment, le fait d'écoper d'une retenue ne ferait ni chaud ni froid au greco-argentin, mais on n'était que le premier jour de l'année scolaire, aussi était-il préférable de ne pas directement être collé. Il y avait plusieurs autres mois pendant lesquels le garçon aurait le loisir de s'adonner à son activité favorite : semer le trouble dans le château. Alors, s'il fallait se tenir à carreaux le deux septembre, pourquoi pas. Cependant, Quino tendait à croire que la préfète des aigles était assez son amie pour ne pas le dénoncer. Le troisième année était effectivement en tort, mais il n'apprécierait pas spécialement que ce soit quelqu'un qu'il considère comme une amie qui soit la raison de sa première retenue de l'année ! Il haussa un sourcil et, un peu moins sûr de lui, répondit « À toi de voir si tu veux perdre une précieuse amitié. » et de ressortir son sourire le plus innocent possible. Quino excellait également dans l'art du chantage, comme on pouvait le remarquer. Ensuite, il entreprit d'éclairer son interlocutrice : « Ben, Dahlia, personne m'appelle Joaquín. » Il insista bien sur le dernier mot en dévoilant son plus bel accent espagnol. Pas prête à baisser les armes, la jeune fille procéda, elle aussi, à une sorte d'intimidation pour perturber son adversaire le présumé fauteur de trouble. « Eh, mais c'est moi qui fais du chantage, tricheuse ! » réagit-il, l'air amusé. Dahlia avait néanmoins touché un point sensible car Quino détestait qu'on l'appelle par son vrai prénom.

Lorsque le sujet s'orienta vers ses futurs projets de réduire en cendre la moitié du château farces et attrapes, Quino eut un autre sourire enjoué. « Rusard est devenu mon pote à l'heure qu'il est. Je connais tous ses petits secrets, comme danser en robe de chambre avec Miss Teigne le soir quand il croit que personne ne le regarde, par exemple ! » blagua-t-il. Les soirées en tête-à-tête avec le concierge, si on reprenait les mots de la demoiselle, n'affectaient en rien les activités du jaune et noir. Poudlard devrait certainement revoir son système de correction Ombrage, ou étais-tu lorsqu'on avait besoin de toi ? s'il souhaitait obtenir de Joaquín qu'il se calme un tant soit peu.

Demander à Quino d'être créatif était probablement l'une des pires idées jamais inventées. Autant se tirer une balle dans le pied. Ainsi, le garçon ne manqua d'étaler toute la créativité dont il pouvait faire preuve : après avoir parfaitement envoyé valsé un pudding en plein dans la face d'un blaireau, le sorcier, maintenant dépourvu de sa baguette magique, opta pour un substitut moldu, et eut la folle idée de créer un remake d'une bataille entre Jedi et Sith. Son adresse eut cependant ses limites car, après avoir esquivé quelques projectiles, un pancake enduit de sirop d'érable lui servit de nouveau masque de beauté. Autant dire que sa tentative de trève n'avait clairement pas eu le succès escompté.

Ainsi, les rôles s'inversèrent, et ce fut au tour de Dahlia de sauver la mise de son camarade : elle lui permit d'échapper aux griffes de Dubthaigh, le redoutable préfet-en-chef qui, en deux temps trois mouvements, réussit à mettre un terme à la bataille de nourriture en collant l'un des trouble-fêtes. Finalement, Quino avait fait ce qu'il pouvait, mais il était évident qu'il n'avait pas et n'aurait jamais la stature pour être préfet et gérer les autres élèves ; lui, il préférait les stimuler, les inviter dans son délire, entrainant punitions et retraits de points occasionnels. En voilà une tactique élaborée : blâmer les autres maisons pour ses propres délits ! Seulement, dans ce cas-ci, c'étaient les Poufsouffle qui étaient au centre du méfait, aussi Joaquín devrait-il revoir sa stratégie à l'avenir. Tandis qu'il tentait toujours de réaliser ce qui venait de se passer, l'aiglonne lui démontra le pot qu'il avait eu. Tel un âne, le Poufsouffle retira le morceau de pancake qu'il restait sur son visage et le mit en bouche, tout en commençant à assimiler les paroles de la brunette. Si on avait été dans un manga, on aurait pu voir des étoiles apparaître dans les yeux du garçon. « Tu m'as sauvé la vie ! » réalisa-t-il, un peu tardivement. Pas gêné pour un sou, il serra Dahlia dans ses bras, oubliant momentanément qu'il avait la moitié de la nourriture de la Grande Salle étalée sur sa robe de sorcier. La bleu et bronze souligna ce détail, qui fit rire Quino. « C'est vrai, répondit-il, mais je te dois une fière chandelle maintenant ! N'oublie pas de me le rappeler à l'avenir ! » Cette déclaration n'allait probablement pas tomber dans l'oreille d'une sourde. Il valait mieux avoir le jeune Kostas en dette que l'inverse !

[868]


Dernière édition par Joaquín Kostas le Dim 6 Mai - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfète de Serdaigle

Parchemins : 295
Âge : 13 ans {16/09/1999}
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma

MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   Dim 6 Mai - 21:57

Dahlia leva les yeux au ciel: le chantage affectif, elle connaissait. Elle avait d'ailleurs essayé de l'employer sur Quino sans une once de culpabilité, histoire de l'obliger à calmer un peu le jeu - avec plus ou moins de succès. Cela dit, elle n'avait pas vraiment envie qu'il croie qu'elle irait le dénoncer. Elle n'était pas une balance. Et ils étaient amis. Dahlia pouvait être beaucoup de choses, mais elle n'était pas un monstre, et même si Quino la fatiguait parfois à faire constamment le pitre - surtout maintenant qu'elle était censée le cadrer -, elle ne tenait pas à ce qu'il finisse en retenue par sa faute. Merlin savait qu'il s'y retrouverait bien assez tôt, avec ou sans son aide. « Ça va, ça va, je ne te dénoncerai pas... » Elle esquissa un rictus moqueur. « Joaquín. » répéta-t-elle, écorchant bien le prénom du Poufsouffle avec son accent gallois. Eh, quand il s'agit d'empêcher une bataille rangée dans la Grande Salle, tous les coups sont permis. A la réaction scandalisée du brun, elle haussa modestement les épaules, tout aussi amusée que lui. Peut-être qu'il aurait pu tenter sa chance à Serpentard lui aussi - une éventualité envisageable si Quino n'avait pas été aussi profondément Poufsouffle on cache la moue déçue Dahlia, merci.

Un reniflement mi-amusé mi sceptique accompagna les déclarations de Quino concernant Rusard, en particulier la mention "Rusard est mon grand pote", qui aurait pu faire s'étouffer une âme plus sensible que la sienne. Argus Rusard haïssait Joaquín Kostas, c'était aussi évident que la couleur bleue du ciel enfin, pas en Ecosse, mais en général ou la supériorité de Serdaigle sur les autres maisons chauvinisme bonjour. « Tu diras à ton pote de se brosser les dents alors, parce que ça sent le chameau là-dedans ! » observa-t-elle avec une pointe de cruauté directement corrélée avec le tête-à-tête qu'elle avait eu avec le concierge la veille, avant de récupérer un première année de Serdaigle qui s'était perdu d'après les rapports officiels, mais qui, d'après Rusard, "arpentait les couloirs du château en préparation d'un grand méfait". Etant donné que le petit avait failli se faire dessus pendant le temps qu'il avait passé avec le concierge, elle se permettait de douter de ses capacités en tant que grand génie du mal.

Lorsque Dahlia avait demandé à Quino de mettre fin à la bataille de nourriture, elle s'était vraiment dit que le Pousouffle y arriverait et surtout, elle n'avait pas envie de salir sa robe. Il était un peu le roi des farces dans sa maison, il avait forcément de l'influence sur ses camarades: la preuve, c'était bien lui qui était à l'origine de cette charmante situation. Cependant, les grands gestes et déclarations théâtrales du greco-argentin ne générèrent qu'un répit de courte durée. Flûte, le plan A avait échoué ! Elle se dépêcha de faire descendre le brun, qui était à présent la cible par-faite pour ses petits collègues. Et elle fit bien: quelques instants plus tard, le préfet-en-chef, Bartley Dubthaigh débarquait dans la Grande Salle et imposait le calme chez ces agités de Poufsouffles trop d'amour. S'armant comme toujours de cynisme, la fillette ne vit absolument pas venir la réaction de Quino.

Individu dans le périmètre, je répète, individu dans le périmètre, alerte jaune ! Le brun la serra dans ses bras, et elle en fut si surprise qu'elle resta les bras ballants, les yeux écarquillés, avant de lui tapoter maladroitement le dos. Help. Ce n'est que lorsqu'il s'écarta qu'elle se souvînt qu'il avait été un participant actif à la bataille, et qu'elle avait donc l'immense joie d'être couverte de substances diverses - sirop d'érable, morceaux de tarte à la mélasse - à son tour. Quino. « Ça me paraît un peu exces- » commença-t-elle, avant d'être interrompue par une déclaration des plus étonnantes de la part de son ami: il lui devait une faveur ? S'époussetant avec autant de dignité que possible nope, rien à faire: il ne lui restait plus qu'à jeter sa robe, elle lança un regard circonspect au brun avant de l'entraîner dans son sillage, vers la table des Serdaigles. « Bon, dans ce cas... Je retiens alors. Que dirais-tu d'espionner les faits et gestes de Lucas Montgomery ? C'est pour un ami. Tu viens manger ? Ou tu préfères continuer à t'étaler de la confiture dessus ? »

[ 725 ]

[ Terminé pour Dahlia Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On est potes, hein ? [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On est potes, hein ? [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Potins entre potes au dortoir des filles [Alice, Lucie]
» Je t'ai manqué, hein?
» Tu me protégera, hein ? [pv Blit]
» Look for a partner for rp (c'est bien ça en anglais hein?)
» [Débat] Une comédie musicale ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Pièces de vie :: La Grande Salle-
Sauter vers: