AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Opération cuvette [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Préfète de Poufsouffle

Parchemins : 696
Âge : 13 ans (27/07/2000)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Opération cuvette [PV]   Mar 1 Mai - 14:50

-Salut. T’en as encore pour longtemps, tu penses ?
Le dernier cours de la matinée (une interminable leçon d’Histoire de la Magie durant laquelle Prue avait été obligée de donner des coups de coude à Magnus pour l’empêcher de s’endormir et de baver partout sur ses notes) à peine terminé, Prudence avait foncé jusqu’aux toilettes des filles, comme si sa vie en dépendait. A présent, penchée au-dessus d’une minuscule première année de Serdaigle, l’air hagard et les mains pleines de savon, la Poufsouffle s’efforçait de lui faire comprendre que sa présence était indésirable, et qu'il était urgent qu'elle déguerpisse (préfète bienveillante, moins dix points de puissance). Elle pressa son ventre d’une main et fit mine de contenir un renvoi, dans une imitation de la fille à deux doigts d’être malade que la Royal Shakespeare Company n’eût pas reniée. Puis, après avoir inspiré profondément, elle reprit d’un ton plaintif :
-C’est que, tu vois, je sens, comme qui dirait, mon petit-déjeuner qui remonte... Alors j’sais pas si c’est d’avoir vu des – eûrk – morceaux organiques s’agiter dans des bocaux, en cours de potions, ou si j’ai attrapé la gastro qui traîne à Poufsouffle, mais je t’avoue que pour ma dignité, ça m’arrangerait d’être seule quand tout va… Burp… Pardon… Sortir. Louise en a foutu partout sur son édredon la nuit dernière et c’était pas… Burp… Merlin… Je crois que cette fois ça vient ! D’un geste théâtral, Prue se plaqua une main sur la bouche et écarquilla les yeux en une mimique de panique plus vraie que nature.

L’effet ne se fit pas attendre : horrifiée à l’idée que sa camarade pût lui vomir dessus, la Serdaigle fila sans demander son reste et les mains à peine rincées. Prudence resta immobile quelques secondes avant de s’étirer avec une satisfaction évidente. Ça avait presque été trop facile, se dit-elle, en adressant un sourire content à son reflet dans le miroir… Et maintenant, place à la deuxième étape…
Après s’être assurée que plus personne ne squattait les toilettes, la jeune fille se dirigea vers la porte d’entrée, et laissa échapper un soupir dépité. Ce qui allait suivre eût été tellement plus cool si seulement ils avaient eu des Talkies Walkies ! Mais la dose de magie dans laquelle baignait l’école brouillait les ondes et rendait tout artefact moldu proprement inutilisable. En certaines circonstances, songea la Poufsouffle, le monde sorcier manquait cruellement de ressorts dramatiques.
-Alan… Pssst… Alan… Mission accomplie. La voie est libre, ramène-toi tout de suite… Chuchota-t-elle, aussi fort qu’elle l’osait, après avoir passé la tête par l’encadrure de la porte. Une précaution qui pouvait sembler bien futile – à cette heure de la journée, tout le monde sauf Louise devait être occupé à déjeuner dans la Grande Salle – mais à laquelle Prudence, qui n’aimait rien tant que la conspiration se prendre pour une espionne de classe internationale, n’était pas prête à renoncer.

Un instant plus tard, une ombre parut sortir de derrière l’imposante statue d’Edgar l’enchanteur trapéziste et sa fabuleuse troupe de gobelins (tous tragiquement décédés dans un étrange accident, impliquant une contorsionniste mythomane, une carte Chocogrenouille et deux chimères). Prudence afficha un large sourire, tandis qu’Alan se dépêchait de la rejoindre : Allô Tango Papa Charlie, le plan se déroulait comme sur des roulettes, et le meeting secret allait pouvoir démarrer. L’an passé, c’était dans les toilettes du deuxième étage, qu’Alan et Prudence avaient tenu la plupart de leurs réunions au sommet, car l’endroit, hanté par la présence très… envahissante de Mimi Geignarde, était déserté par leurs camarades (en tout cas, ils n’y avaient jamais croisé personne d’autre que la cyclothymique Mimi et deux ou trois araignées, mais peut-être avaient-ils simplement eu de la chance que leur emploi du temps ne coïncidât pas avec ceux des autres conspirateurs de l’école). Mais Prudence, qui ne supportait plus le caractère acariâtre de l’occupante des lieux, avait catégoriquement refusé de renouveler le bail l’expérience. Il avait donc fallu trouver un plan B, et le plan B s’appelait « les cabinets du quatrième étage Nord » Alan et Prudence, la passion de la cuvette, où les élèves se rendaient rarement en-dehors des urgences pendant les heures de classe.

-Alors ? Demanda-t-elle, après s’être effacée pour laisser son ami entrer (et, par là même, commettre une infraction au règlement intérieur de type 1), puis refermer la porte. C’est quoi le deal ? Pourquoi tu voulais qu’on se voit ? Tu veux qu’on retente le coup du polynectar ? Parce que très honnêtement, je ne suis pas sûre qu’on y arrive après les deux ratés de l’an dernier. J’veux dire, c’est pas exactement comme si j’étais devenue une pro de potions ou j’sais pas quoi pendant les vacances, alors…
L’année précédente, les deux amis s’étaient mis en tête de se rendre à Pré-au-Lard, au nez et à la barbe des adultes de l’école et de leur ridicule principe de précaution, mais leur stratégie avait lamentablement échoué. A bien y réfléchir, il était même miraculeux qu’ils n’eussent pas fait exploser le château, ou été pris la main dans le chaudron les anciens préféts étaient tellement nuls !. Toutefois, Prudence avait l’esprit pugnace : elle n’avait pas entièrement renoncé à leur projet, et imaginait naïvement qu’il en était de même pour Alan.

-Non, si tu veux mon avis, Poursuivit-elle doctement, le seul moyen qu’on a d’aller à Pré-au-Lard, du moins sans y être traînés de force par nos parents en mal de visites culturelles, ce serait de trouver une manière de sortir en douce du château. Ce serait quand même dingue qu'il n'y ait pas de routes secondaires pour y accèder ! P’têt qu’en passant par la forêt…
Elle laissa sa phrase en suspens, bien consciente de toucher là un sujet sensible. Depuis leur seule et unique aventure en terre interdite, un an et demi auparavant, Prue n’était plus jamais parvenue à convaincre Alan de retourner arpenter les bois avec elle. Elle ne désespérait pas de parvenir à ses fins, pourtant, et, tout en distillant ça et là quelques commentaires prudents sur le sujet, elle laissait l’idée d’une nouvelle escapade faire son chemin dans l'esprit du Poufsouffle.




[1017 mots]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine de Poufsouffle

Parchemins : 1232
Âge : 13 ans [10/05/2000]
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Joséphine, Julian & Quentin

MessageSujet: Re: Opération cuvette [PV]   Dim 6 Mai - 0:49

Caché depuis plusieurs minutes derrière la statue d'Edgar l’enchanteur trapéziste et sa fabuleuse troupe de gobelins (mais qui est chargé de la déco, à Poudlard ?), Alan commençait à trouver le temps d'attente de sa meilleure amie, long. Très long. Parfaitement conscient – surtout – que si quelqu'un arrivait par l'autre bout du couloir à l'improviste, il aurait sans problème découvert un capitaine de Poufsouffle tenter péniblement de se rendre invisible - collé à un mur, telle un crêpe bretonne - le troisième année tendait tout de même l'oreille, afin de voir si Prue parvenait enfin à débarrasser les toilettes de ses occupants. Visiblement, et vu le temps qu'elle mettait, les latrines du 4ème étage devaient servir de lieu de réception à la plus grosse bamboula d'étudiants de tous les temps. Magne, Faraday, on a pas la journée !

Finalement hêlé discrètement par sa meilleure amie, l'Irlandais n'attendit pas une seconde pour se rendre au pas de course vers la position de la jeune fille vingt degrés ouest, quarante trois degrés sud, juste après l'arbre feuillu en forme de tortue marine.

-  C'est pas dommage ! Tu l'as mis, le temps !

A peine rentré, Alan bloqua la porte avec son dos et tourna immédiatement la clé dans la serrure la serrure, la plus brillante invention du monde sorcier depuis la création de l'Alohomora. Ne manquerait plus qu'on le voit dans des toilettes de filles, tiens ! Enfreindre le règlement c'est une chose, mais avoir l'air d'un saucisson s'en était une autre.

-  Comment on fait si quelqu'un rentre ? Je t'avais dit que la salle vide du 6ème étage était plus sûre !

C'était Prudence qui avait insisté pour quitter les toilettes du deuxième étage leur fief toute une année durant, la tête de Mimi Geignarde ne lui revenant pas, elle avait décidé qu'il fallait impérativement trouver d'autres toilettes aller ailleurs. Alan était moins catégorique : les toilettes de Mimi étaient l'endroit parfait pour faire tout un tas de trucs illégaux : personne n'y venait jamais et en plus, il y avait de la place. Puis Mimi était sympa, des fois.

-  Le Polynectar, ça me coûte de le dire, mais ça attendra la quatrième année. C'était peut être un peu ambitieux de le faire l'an dernier avec toi, en fait. En plus je n'ai plus d'ingrédients.

Lança t-il, résigné. Le polynectar, c'était de trop nombreuses nuits blanches gaspillées l'an dernier : le Poufsouffle n'était pas du genre à abandonner, mais cette potion était trop technique pour lui ; il ne comptait pas réitérer l'opération encore et encore.
Mettant fin au débat 'Polynectar' (c'était déjà plus ou moins fait pour Prue depuis longtemps. A vue de nez la jeune donzelle avait renoncé à la réussite du Polynectar, à... leur premier essai, oui.), Alan fut satisfait de constater qu'une fois de plus, il était sûr la même longueur d'ondes que sa meilleure amie : elle aussi, n'avait pas tiré un trait sur la mission « Pré-au-Lard ». Et heureusement ! Ce paradis si proche et à la fois si inaccessible, était une grosse source de frustration pour les deux Irlandais.

-  Oui, voilà, passer par la forêt ! Ce n'est pas un couloir, Prudence. Je suis sûr qu'il doit exister un passage secret qui nous amènerait directement à Pré-au-lard, en nous évitant de mourir bouffés par un loup-garou. Ça vaudrait le coup de jeter un coup d'œil dans le bureau de Rusard ! Il doit sûrement connaître tous les accès vers l'extérieur. Tu me suis ?

Alan Carmichael : nom masculin. Preuve vivante que le pouvoir de persuasion d'une fille têtue persévérante n'a aucune limite. L'Irlandais était méconnaissable : depuis sa première année, le capitaine des Poufsouffle avait tellement changé qu'on oubliait presque le rat de bibliothèque fanatique du règlement intérieur collé à son cousin fou du gravillon nuit et jour. Dorénavant c'était réunions sécrètes et noms de code à tout va, mais toujours avec Prue, s'il vous plait préfet et capitaine, la baraque est entre de bonnes mains !

- Mais ce n'est pas pour ça qu'on s'est réunis. Je voulais te parler de quelqu'un.

Alan hésitait : il n'avait parlé de son secret à personne, pas à Magnus, pas même à Quino (et ça se comprenait, son meilleur ami n'était pas le garçon le plus discret de la création) : Prue était-elle la première personne à mettre au courant de la situation ? D'un côté, sa meilleure amie depuis l'enfance était du genre à faire tout un cinéma de cette petite affaire ; d'un autre, Alan avait toute confiance en elle et savait qu'elle mourrait avant de révéler son secret que tu crois. De toute manière, elle le tuerait dans la seconde, s'il mettait quelqu'un d'autre au courant avant elle Prudence Faraday, fille souple.

-  C'est une fille de notre âge Louise, c'est Louise. J'avoue tout, elle me plait bien, mais... je n'arrive pas à lui parler.

Et comme Alan, l'amour, le courage, tout ça, c'était pas encore un mélange bien homogène, il ajouta, sans transition :

- Du coup je vais faire mon propre Amortentia.

PAF, le chien. Et oui, maintenant on a deux poids deux mesures : un élève perturbateur ? Plus de punitions : exclusion définitive de Poudlard. Un ongle incarné ? Plus de petit pansement ridicule : coupage du doigt. Une Dragoncelle ? On ne s'embête plus avec des soins magiques : paf, euthanasie. Et oui, le nouvel Alan is in the place : aux grands maux, les grands remèdes !

- Oui, je pourrais l'acheter, mais si jamais ça tourne mal entre elle et moi, je pourrais toujours lui dire que je suis un as des potions. Et ça, c'est un plus, quand on veut séduire une fille ! Crois-moi, je m'y connais en gonzesse.

Sûr de lui, Alan était bien décidé à mettre son plan à exécution. Plus question de rester comme un flan devant les filles : s'il était incapable – malgré son rang social élevé capitaine c'est au même niveau que directeur de maison, c'est ça ? – de faire le premier pas, il était hors de question qu'il ne fasse rien. Et il comptait bien sur sa meilleure amie pour l'aider dans cette tâche. Être courageux, ne pas passer pour un lâche, parler à Dahlia, et puis quoi encore ? Pourquoi faire simple alors qu'on peut faire compliqué, sérieux ?!

(1012)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Opération cuvette [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}
» L'Opération d'Opium pour sa dysplasie ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Lieux de passage :: Les Toilettes-
Sauter vers: