AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 I really don't like feelings [Tempérance]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Serpentard

Parchemins : 858
Âge : 16 ans (mai 1998)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: I really don't like feelings [Tempérance]   Ven 28 Déc - 1:07

Noé & Tempérance


Noé vivait mal l’occupation de Poudlard par Magicis Sacra. Bien évidemment, il ne connaissait pas un élève qui était ravi de cette intrusion, du manque de contact avec leur famille, de l’interdiction de sortir à Pré-au-Lard. Noé avait subi en tout début d’année une attaque, si on pouvait l’appeler comme ça, de la part de la fameuse S. qui l’avait littéralement traumatisé. Depuis deux mois, Noé s’était renfermé sur lui-même, plus froid que jamais. Il aimait toujours passer du temps avec Candys et ses amis, surtout avec Erin qu’il essayait de soutenir de son mieux depuis que Viska lui avait demandé de tenter de faire parler la jeune fille, mais il mettait tout de même plus de distance avec les personnes qui l’entourait, sauf avec sa jumelle. Erin, malmenée également par MS pouvait comprendre la peur spécifique qui agitait Noé en ces temps sombres.

Ainsi Noé tentait par tous les moyens de se soustraire à la vue des sorciers de MS en dehors des cours. Il aimait se retrouver avec lui-même, isolé dans des endroits peu emprunté par les autres élèves. Le temps passait lentement et de nature peu optimiste, le jeune homme se sentait condamné. Condamné à supporter Magicis Sacra jusqu’à ce que sa scolarité se termine –si on le laisserait partir à ce moment là-, condamné à devoir regarder S. passer dans les couloirs alors qu’elle lui avait faire croire à la mort de Joséphine et avait menacé sa sœur, condamné à rester prostré en se sentant terriblement impuissant. Il se doutait que le Ministère devait être sur les charbons ardents et tenter de les secourir. Les dirigeants du monde sorcier anglais ne pouvaient décemment laisser des centaines d’élèves, pour la plupart mineurs, oppressés par une bande de sorciers considérés comme très dangereux. Seulement Noé ne voulait pas trop espérer une tentative de leur part au cas où cela n’arriverait pas ou que Magicis Sacra repousserait les adultes. C’était une possibilité tout à fait probable. Les sorciers de MS étaient extrêmement puissants et avaient déjà mis en échec les adultes lors de l’attaque du Chemin de Traverse. Noé ne s’abandonnait donc pas au fol espoir que tout s’arrangerait du jour au lendemain et que la vie pourrait continuer. De son côté, il tentait simplement d’éviter de trop se torturer même si les cauchemars qui peuplaient ses nuits avaient rarement été aussi violents.

Les week-ends étaient moins compliqués. Pas de cours, pas besoin de voir plus que nécessaire les membres de MS, hormis aux moments du repas. Peu désireux de trop rester dans la Grande Salle, Noé mangeait rapidement et se dirigeait ensuite vers sa salle commune pour passer des moments avec sa sœur. Mais en cette matinée de fin mai, Noé, après avoir bouclé une dissertation de trois parchemins en Potions, avait eu envie d’une activité autre que le Quidditch et les échecs sorciers. Il était descendu aux cuisines tata Susy lui a communiqué le moyen pour entrer dans l’idée de cuisiner des gâteaux. Regarder sa mère pâtisser avait toujours été un de ses passe-temps, quelque chose qui le relaxait. Il aimait l’aider surtout en léchant les restes des plats et appréciait lui-même de cuisiner, ça lui vidait la tête. Noé souhaitait préparer des cookies et avait commencé par poser tous les ingrédients dont il avait besoin sur un coin du plan de travail. Les elfes de maison gravitaient autour de lui, lui demandant s’il avait besoin de quelque chose ou lui proposer à manger. Noé les remerciait avec un sourire mais préférait se débrouiller seul. Mais il était déjà plus joyeux qu’en se levant. Entendant le bruit du tableau qui laissait passer quelqu’un, Noé releva la tête, vaguement curieux de savoir s’il s’agissait d’une personne de sa connaissance. Et c’était le cas. « Tempérance Biel. On dirait que tu viens toujours m’interrompre lorsque je débute une activité » l’accueillit-il, une lueur de malice illuminant son visage, en référence à leur rencontre à la bibliothèque en début d’année. « Tu venais te rassasier ou tu me cherchais peut-être ? » demanda-t-il avant de pouvoir se retenir. Que lui prenait-il ? Tempérance avait un petit ami –pourquoi pensait-il à ça ? il n’en avait aucune idée- et puis il ne pensait pas qu’il soit assez proche de la Poufsouffle pour qu’elle le cherche dans le château. A moins que Cole ne soit pas disponible pour l’aider à rédiger son devoir d’Histoire de la Magie. Un peu rougissant, il baissa les yeux vers ses ingrédients, se remémorant la raison de sa venue. « Je vais faire des cookies. Ça te dit de m’aider ? » finit-il par dire, ne sachant pas réellement ce qui le poussait à poser cette question à Tempérance. Il avait voulu être seul, tranquille, cuisiner ses gâteaux dans son coin et que personne ne le dérange. Mais maintenant que Tempérance était dans la pièce…Il pouvait difficilement l’ignorer.



   
Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 376
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: I really don't like feelings [Tempérance]   Lun 31 Déc - 2:32

I really don't like feelings
Noé & Tempérance

made by black arrow


Poudlard avait sombré aux mains de Magicis Sacra, et contre toute attente (ou en tout cas, au moins les siennes), personne n'était venu se débarrasser de Tempérance comme du petit 'désagrément' qu'elle se savait être pour une organisation comme MS. De Sang-Mêlé mais presque entièrement élevée par une mère on ne peut plus moldue, empotée à souhait, membre de la BAM pour couronner le tout... Mais apparemment, faire disparaître les élèves dérogeant un peu trop au moule du sorcier parfait version MS ne devait pas être dans les priorités immédiates de l'organisation. Hormis donc garder la tête baissée - ça, elle savait faire - et savoir sa mère probablement morte d'inquiétude à son sujet - d'autant plus qu'elle avait mystérieusement omis de lui transmettre certains faits récents concernant le monde sorcier "Tout va bien dans le meilleur des mondes. Je suis hyper dégourdie, il fait tout le temps super beau, et je passe par un arc-en-ciel pour aller en cours tous les matins. Bisous, Tempépé." -, la jeune Irlandaise ne s'était pas vue plus affectée que ça par la présence de MS à Poudlard. Enfin, ça, et le fait que tous leurs professeurs étaient retenus en otage une pensée émue pour Filius. Bones qui ça ?, que Teddy se débrouillait systématiquement pour finir en retenue et qu'on essayait de leur faire gober des faits prétendument historiques que même une cancre comme elle ne pouvait pas croire.

Cependant, Tempérance ne se laissait pas le loisir de sombrer dans le défaitisme. Erin était au plus mal, et quant à Julian, il se voyait partager les murs de l'organisation qui l'avait contrôlé pendant une année entière. Ses proches étaient suffisamment au fond du seau pour qu'elle n'en rajoute pas une couche avec ses propres angoisses somme toute assez communes. Elle avait peur, mais ça ne durerait pas. Déjà, l'année était bientôt finie. MS devrait bien les laisser rentrer chez eux tôt ou tard, non ? Si tenté qu'il reste un 'chez eux' digne de ce nom, cela va sans dire. Qui savait ce qu'il se passait à l'extérieur du château ? La jeune Poufsouffle ne pouvait espérer qu'une seule chose: que le Ministère de la Magie n'était pas tombé, et qu'on viendrait bientôt les secourir de ce cauchemar. En attendant, il s'agissait de ne mettre personne dans une plus grosse galère qu'ils ne l'étaient déjà - leurs professeurs les premiers -, et d'entretenir la désillusion l'espoir.

Faute de pouvoir délivrer ses amis de leurs démons, Tempérance s'était attelée à une tâche nettement plus facile ce samedi-là : l'une de ses camarades de dortoir on l'appelle José était tombée malade, et la blonde s'était naturellement portée volontaire pour une expédition aux cuisines, histoire de manger son propre poids en chocogrenouilles lui ramener de quoi vivre en autarcie un moment. Au moins le temps que les microbes se soient un peu assagis et qu'elle puisse décemment sortir du dortoir - sans ressembler à un cachet d'aspirine grandeur nature venu prendre l'air.

L'entrée des cuisines s'ouvrit sur plusieurs visages d'elfes tournés dans sa direction, mais également - et c'était là plus étonnant -, la silhouette familière de Noé Montgomery. Le sourire de la blonde s'élargit alors que son ami remarquait enfin à son tour sa présence. « Salut Noé ! Eh, si ça peut te réconforter, dis-toi qu'au moins cette fois-ci, ce n'est pas une attaque surprise : tu m'as clairement vue débarquer. » Elle lui décocha un sourire ravi tout en faisant plusieurs pas dans la pièce. Elle n'oubliait pas qu'elle avait une mission, après tout ! Détournée de ses réflexions - shortbreads ou scones ? Quels biscuits réconforteraient le mieux la grande malade ? - par l'intervention de Noé, elle lui adressa un regard étonné. « Pourquoi est-ce que je te chercherais ? » demanda-t-elle en toute innocence genre tu pues Noé, bisous, avant de rembobiner ses propres paroles et de rougir sensiblement. « Ce n'est pas ce que je voulais dire ! Enfin, pas comme ça ! Pas qu'il n'y ait pas de raison de vouloir te chercher mais moi je n'en avais pas particulièrement à ma connaissance et... Bref. Tu m'as comprise, hein ? » Panique à bord: elle avait - assez classiquement - commis un impair. Elle maudit sa propre stupidité. Noé devait suffisamment la prendre pour un cas social sans qu'elle n'en rajoute lourdement une couche !

Se raccrochant à la proposition du blond comme à une bouée de sauvetage, elle lui adressa un sourire lumineux. « Oooh, j'adore les cookies ! Je veux bien participer mais je te préviens, je pense être aussi nulle en cuisine qu'en botanique... Et ça n'est pas peu dire. » Au stade qu'elle avait atteint dans sa vie, autant jouer cartes sur table. A quoi bon prétendre ? Quant à Noé et Candys, elle savait que leur mère était gérante d'une pâtisserie, aussi n'était-elle pas plus étonnée que ça de voir le Serpentard mettre la main à la pâte. « Oh, par contre je venais juste chercher du ravitaillement pour Emily, elle a un horrible rhume la pauvre, elle était toute pâle quand elle s'est levée ce matin. J'ai cru qu'elle allait nous faire un malaise... Du coup je lui ai dit que je lui ramènerais quelques victuailles, histoire qu'elle n'ait pas à se traîner jusqu'à la Grande Salle tant que ça ne va pas fort. Je retourne rapidement à la salle commune et je reviens, d'accord ? » Forte de cette conclusion, elle demanda des shortbreads et des scones aux elfes, ainsi qu'un petit thermos de thé et un autre de bouillon. Pouvait-on vraiment avoir trop de nourriture ? La devise des Poufsouffles. Faisant léviter le tout - mieux valait ne pas tenter le diable ou plutôt : ses paluches maladroites -, elle adressa un petit signe de tête à Noé et s'empressa de rejoindre la salle commune à nouveau.

Quelques minutes et un éternuement vaguement dirigé dans sa direction plus tard, elle réapparaissait aux cuisines, équipée d'un tablier aux couleurs de sa maison. « Qu'est-ce que je peux faire ? » interrogea-t-elle avec toute la bonne volonté du monde. En espérant que ça suffise... Et bonne chance à tous !

[ 1006 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serpentard

Parchemins : 858
Âge : 16 ans (mai 1998)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: I really don't like feelings [Tempérance]   Mer 2 Jan - 16:51

Par ces temps obscurs, Noé avait bien besoin de se vider la tête d’où son envie de pâtisser, bien que la nostalgie de cette activité réalisée avec sa mère pouvait très bien poindre son nez. L’arrivée de Tempérance le fit sourire. Noé n’était pas spécialement surpris de la voir débarquer aux cuisines. Les Poufsouffles semblaient en effet en avoir fait leur seconde salle commune. Noé ne pouvait décemment pas les blâmer. En tant que grand gourmand, lui-même n’avait aucune honte à venir rendre visite aux elfes lors de fringales nocturnes. La salle commune des jaunes et noires était la mieux placée par rapport aux cuisines mais celle des serpents n’était pas trop loin non plus. Il eut un rire bref lorsque la blairelle c’est un vrai mot évoqua une attaque surprise lors de leur rencontre à la bibliothèque en début d’année. Croiser des élèves dans ce lieu d’étude n’avait rien de surprenant en soit, mais Noé n’aimait guère qu’on le dérange alors qu’il attaquait son travail. Cela semblait bien loin maintenant, et si Noé soupçonnait en tant que gros paranoïaque Woolahan d’être un espion à la solde de MS, il ne se serait jamais douté que les sorciers auraient réussi à occuper l’école. « Oui, pas de risque pour que je te hurle dessus c’est fois, tu peux être rassurée. Et puis je suis beaucoup plus relax quand je suis derrière les fourneaux que quand je dois me concentrer sur des devoirs. » Noé avait en effet une façon bien particulière et bien intense de prendre à cœur son travail. Cela dit, depuis deux mois, s’il se montrait toujours aussi sérieux (il ne fallait pas oublier les BUSEs à la fin de l’année, la Menace avait conservé toute leur routine hormis la Défense Contre les Forces du Mal alors pourquoi retirer cet examen là) il était un peu moins consciencieux. Pas de raison qu’il ne le soit lorsque Magicis Sacra rayait volontairement des pans entiers de l’histoire sorcière.

Il observa Tempérance se déplacer dans la pièce, visiblement en quête de quelque chose et eut alors une parole malheureuse. Déterminé à ne pas la regarder en face, soudain passionné par la farine, il se demandait ce qu’il pouvait répondre à la question de Tempérance qui, évidemment, avait été étonnée par le fait qu’il demande si elle le cherchait merci pour mon égo Tempépé. Noé était ami avec Tempérance (plus ou moins, elle était bien plus proche de Candys et d’Erin que de lui-même) mais il s’entendait mal avec Joséphine, sa camarade de dortoir. C’était uniquement de la faute de Joséphine si vous vouliez l’avis de Noé, n’empêche qu’il avait eu l’impression que Tempérance lui en voulait vaguement de sa conduite avec son amie et cela l’ennuyait. Alors qu’il allait bredouiller comme réponse un vague : « Aucune raison, je demandais ça comme ça » Tempérance eut l’air de penser que son étonnement était un impair à leur amitié et le sauva en bredouillant elle-même une réponse. Le sourire de Noé se fit malin (Tempérance était vraiment drôle et ce contre sa propre volonté merci de le rappeler Nono) et il répondit : « Je t’ai comprise, ne t’en fais pas. Ce n’était rien, en plus, je demandais ça comme ça. » Sa phrase avait pourtant bien commencée ! Il avait fallu qu’il en rajoute. Il se maudit et tenta désespérément de trouver un sujet qui permette d’oublier ses mots banals. Il proposa alors à Tempérance de l’aider. Une idée qui sortait de nul part car hormis avec sa mère, il avait tendance, comme un peu toutes les activités qu’il faisait dans la vie, à préférer cuisiner seul. Surtout que complètement effaré, il découvrit que, selon ses dires, Tempérance était aussi mauvaise en cuisine qu’en botanique. Dans quoi s’était-il embarqué ? Et volontairement en plus ! « Eh bien, heureusement que je n’avais pas prévu de les offrir à mes camarades et que je cuisine uniquement pour me changer les idées alors car nous ne sommes pas à l’abri d’une catastrophe visiblement avec toi Tempérance Biel » lança-t-il, l’amusement clairement perceptible dans sa voix.

Par la suite, la jeune fille lui expliqua la raison de sa venue aux cuisines (qui n’était donc pas, on l’a bien compris, de le chercher) à savoir chercher un ravitaillement pour cette chère José Emily. Noé ne savait absolument pas qui était cette Emily. Outre son cercle d’amis et les élèves issus de Serpentard, il fallait dire qu’il ne connaissait pas les noms de tous ses camarades. Par pur manque d’intérêt, il devait bien l’avouer. « C’est très gentil de ta part je suppose. » Les Poufsouffles semblaient toujours posséder un esprit de maison encore plus poussé que chez les autres, à moins que ce ne soit lui qui soit plus individualiste que les autres jeunes sorciers. Tempérance s’approcha près des elfes pour leur commander ce qui semblait être un vrai petit buffet de petit-déjeuner capable de nourrir un régiment entier, mais en fait destiné uniquement à une seule personne. L’appétit des Poufsouffles ne cesserait jamais de l’étonner et Noé se remémora avec amusement tous les ravitaillements qu’avait apporté les jaunes et noirs aux réunions de la Brigade Anti Menace aussi appelé Club de dégustation. Tempérance fit voltiger le tout et sortit des cuisines. Noé se retrouva seul, face à ces ingrédients, et il se demanda vaguement s’il lui était possible de s’enfuir à toute vitesse avant que la jeune blonde ne revienne. Pas qu’il n’apprécie pas Tempérance, elle le faisait beaucoup rire à ses dépens, quel moqueur ce Nono mais il ne voulait pas être responsable d’un carnage culinaire ou pire, de l’explosion des cuisines les elfes en colère déposent plainte contre deux élèves de Poudlard après un incendie présumé accidentel.

Finalement, ne souhaitant pas abandonner cette pauvre Tempérance qui avait, après tout, si gentiment accepté de l'aider, Noé l’attendit pendant quelques minutes il est brave ce garçon et la vit revenir, équipée d’un tablier aux couleurs de Poufsouffle. Vaguement ébloui par ce vêtement il te sied formidablement bien Tempépé, il dit, amusé : « On vous offre un tablier dès votre répartition à Poufsouffle ? Ils vous prennent pour des elfes de maison ? Si je n’étais pas aussi content de ma maison j’ai une vue imprenable sur les yeux globuleux du Calmar géant tous les matins je serai jaloux. » Il regarda de nouveau son plan de travail et pensa, une fois de plus, que les cookies, ce n’était vraiment pas une recette qu’on pouvait réaliser à deux. « Tu pourras verser la farine, la levure, le sel et les pépites de chocolat lorsque j’aurais malaxé le sucre avec le beurre. Il faudra ajouter un œuf aussi. » Il lui sourit avant de demander vaguement inquiet : « Tu ne cuisines jamais alors ? » Lui-même, hormis pour les pâtisseries, ne cuisinait pas tellement. Il savait globalement se débrouiller mais ne cuisinait pas de manière régulière.

[1153 mots]



   
Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 376
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: I really don't like feelings [Tempérance]   Sam 5 Jan - 0:20

Tempérance n'était pas d'une nature conflictuelle. Au contraire même, la jeune Irlandaise faisait tout pour éviter les embrouilles : elle contredisait rarement les gens - surtout ceux dont elle n'était pas proche -, et gérait très mal les disputes. Comprendre qu'elle aurait pu choisir de garder la tête dans le sable ad vitam eternam et ignorer un conflit sous-jacent avec toute la ferveur dont elle était capable plutôt que d'entrer directement en opposition avec quelqu'un. De fait, elle aimait être aimée, et ses ennemis pouvaient se compter sur les doigts d'une main. Evidemment, l'Affreux - aussi connu sous l'appellation de fiancé de sa mère - figurait en tête de liste. Madame Ronan, sa terrifiante professeure à l'école primaire moldue n'en était pas loin non plus. Et puis, plus grand-chose. Il y avait peu de ses camarades avec qui elle ne s'entendait pas. Bien sûr, elle n'avait pas toujours été la plus grande fan de Derek c'est un Spencer c'est pour ça, mes persos sont allergiques. L'américain avait débarqué à Poudlard avec ses gros sabots, pestant sur le Royaume-Uni et se montrant globalement un peu trop péteux aux yeux de la douce Tempérance. Mais Derek avait toujours eu une mais vraiment une seule hein qualité rédemptrice : il était un excellent ami envers Julian. Tempérance l'avait vu de ses propres yeux bigleux, et la loyauté dont faisait preuve le Serpentard avait longtemps été une raison suffisante pour tolérer ses excès. Et puis, il fallait admettre qu'il s'était ramolli avec le temps. Il paraissait bien mieux acclimaté à Poudlard désormais le pouvoir de l'amouuuur.

Son ire envers ses prochains était ainsi généralement de courte durée. Pourtant, avec Noé, il y eut une époque - récente - où ça n'était pas tout à fait gagné. Joséphine n'était peut-être élève à Poudlard que depuis un an, mais elle était très rapidement devenue une amie précieuse aux yeux de la jeune Poufsouffle, et apprendre - et même observer - la façon dont le frère de Candys s'était comporté avec Jo' avait eu le don d'offusquer Tempérance, au nom de son amie. Situation délicate : elle ne voulait pas être fâchée avec Noé, elle s'était toujours bien entendue avec lui, et il était qui plus est le frère jumeau de Candys qui était pour le coup une amie et même une confidente. Accessoirement, elle ne pouvait pas se fâcher avec Noé, car rien que la pensée d'une prise de bec la rendait vaguement nauséeuse anxieuse. Grand bien lui en fasse, les choses s'étaient quelque peu tassées d'elles-mêmes. Elle avait fini par laisser Jo' et Noé à leurs histoires, se tenant sagement écartée de ces chamailleries des plus injustifiées de son point de vue. Tout ce qu'elle demandait pour sa part, c'était qu'on ne l'implique pas dans tout ça. Sa sanité en dépendait.

En quête de victuailles pour Emily, Tempérance afficha donc un joyeux sourire en apercevant son camarade de Serpentard qui avait l'air suspicieusement de bonne humeur. Aurait-il assommé puis caché Jo' dans une des grosses marmites du fond ? « Tu dois en avoir l'habitude avec votre mère, non ? Elle travaille dans la pâtisserie il me semble ? » En tout cas, elle préférait nettement surprendre Noé en train de préparer des strudels plutôt que de se faire houspiller pour avoir piqué sa place et colonisé sa table de travail.

Comme à son accoutumée, Tempérance ne manqua pas de mettre les pieds dans le plat. Si elle avait répondu avec un naturel déconcertant à la question de son camarade, elle s'en voulut pourtant aussitôt. Ce n'était pas comme ça qu'elle voulait le formuler. Fort heureusement, Noé ce saint ne parut pas lui en tenir rigueur. « Bon, ça va alors ! Je dis toujours ce qu'il ne faut pas, c'est une malédiction... Ma mère dirait sans doute que ça relève davantage de mon incapacité à me taire quand il faut que d'un tour du sort, mais bon... Elle ne sait pas que les malédictions existent vraiment. » conclut-elle avec ce qu'elle jugeait être beaucoup de raison. Dans le fond, sans doute aurait-elle mieux fait de tourner un peu plus souvent sa langue dans sa bouche avant d'exprimer ses pensées désordonnées à haute voix. Si tenté qu'elle en fut capable.

La blonde ne put qu'adresser un sourire désolé à Noé après qu'il lui ait proposé de mettre la main à la pâte à son tour. De manière plutôt prévisible, elle était aussi douée en cuisine qu'en botanique - et en potions, tant qu'on y était -, ce qui devait certainement être un autre effet secondaire de sa Malédiction. Encore que la botanique fut vraiment devenu son Everest dernièrement. L'Histoire de la Magie gardait toujours une place honnie dans son cœur, mais le terreau, les plantes qui essayaient de vous étrangler à tout instant et les chutes douloureuses sur le sol des serres étaient officiellement son calvaire numéro un. A côté, avec un peu de concentration et une main pas trop lourde, les potions restaient bien plus gérables - quand les cloportes n'essayaient pas de se faire la malle avant d'avoir été plongés dans le chaudron -, et Tempérance se rassura intérieurement en songeant que la cuisine n'était finalement pas si éloignée des potions que ça. Après tout, dans les deux cas, on partait d'une recette, n'est-ce pas ? C'est ainsi que Noé Montgomery décéda tragiquement dans un incident de pâte à cookie que nous ne détaillerons pas davantage, pour ne pas choquer les plus jeunes.

« T'inquiètes pas va, je peux me contenter de mélanger les ingrédients dans un saladier, ça m'a l'air à peu près sûr comme tâche, non ? » Elle haussa les sourcils devant l'air désemparé du blond, tentée d'éclater de rire. Il en faisait des chichis pour quelqu'un qui n'avait généralement été qu'un témoin de ses frasques ! La vraie victime restait Erin, Tempérance ne l'oublierait pas et devrait probablement lui sacrifier son premier-né, soyons réalistes.

Ne perdant pas le nord, la blonde en revînt tout de même à sa mission principale, qui était de ramener de quoi grignoter à Emily. Armée d'une bonne dose de Pimentine fournie à l'infirmerie de l'école, sa camarade de dortoir restait tout de même mal en point - et peu encline à s'attarder dans un lieu de plus gouverné par MS. Tempérance effectua donc sa petite commande auprès des elfes, qui s'activèrent rapidement à lui fournir un ravitaillement digne de ce nom. A Poufsouffle, on ne faisait pas les choses à moitié ! L'Irlandaise fila en direction de son dortoir, dont elle revînt plusieurs minutes plus tard.

A la remarque de Noé, elle esquissa un rictus moqueur, tentée de lui tirer la langue devant tant d'effronterie. « Ha, ha et vous on vous fournit le sarcasme à l'arrivée ou vous le cultivez dans les cachots, petit malin ?. Désolée de te décevoir, mais c'est ma mère qui me l'avait acheté. C'est très pratique, crois-moi ! » Qu'il ne rigole pas trop : il risquait d'être éclairé sur la valeur de ce tablier bien plus tôt qu'il ne le souhaitait. « Aah, mélanger, je sais faire. Et si, je cuisine un peu avec ma mère pendant les vacances... Enfin, je la regarde surtout cuisiner. » avoua-t-elle en haussant les épaules. Elle savait néanmoins subvenir à ses besoins lorsqu'elle était toute seule, ce qui était tout de même arrivé régulièrement depuis le décès de son père. Et comme elle évitait L'Autre comme la peste quand elle rentrait, elle était encore souvent livrée à son propre sort. Elle savait préparer à manger, mais elle ne se certainement pas jugée comme étant un chef, et ne se faisait pas trop confiance en ce qui concernait la pâtisserie. Tous ces mixeurs, batteurs et autres appareils à broyer/mélanger/dissoudre ne lui inspiraient rien qui vaille.

[ 1292 ]


Dernière édition par Tempérance Biel le Mar 8 Jan - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serpentard

Parchemins : 858
Âge : 16 ans (mai 1998)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: I really don't like feelings [Tempérance]   Dim 6 Jan - 20:45

Noé, à l’instar de Tempérance, n’appréciait pas particulièrement les relations conflictuelles. De base, ce n’était pas en concordance avec le flegme britannique qui le caractérisait tant. Il n’était pas prompt à s’énerver et avait développé son self control à toutes épreuves en compagnie de la volcanique Opaline. Ses ennemis étaient rares, voire inexistants. Noé était, en fin de compte, un adepte du proverbe : "l’ignorance est le meilleur des mépris." Pourtant, Joséphine De Guise avait réussi à le sortir de son calme habituel. Elle l’avait agacé dès leur première rencontre et si le ton de leurs piques s’était fait moins acerbe après, surtout dans l’intérêt commun de ne pas s’écharper pour de vrai au club de duel, la française restait l’élève que Noé détestait le plus au château. Ce qui était très embêtant au regard de la relation qu’entretenait la rouquine avec Tempérance. Cela étant dit, hormis lors de la réunion de la Brigade Anti-Menace pour en découvrir plus sur les sortilèges de projection, Tempérance n’avait pas eu l’air d’en tenir rigueur à Noé. Cela rassurait le garçon qui appréciait décidément beaucoup la blondinette. Content de la découvrir dans les cuisines alors qu’il s’apprêtait à se livrer à une de ses activités favorites, il put constater au sourire brillant de la jaune et noire qu’elle n’avait pas prévu de le tuer aujourd’hui avec un couteau de cuisine en criant « Pour José ! » qu’elle ressentait à priori la même chose. « Regarder ma mère pâtisser a toujours été un moment que j’appréciais énormément. J’aime l’aider de temps en temps à la maison, ça me détend. Venir ici et cuisiner me la rappelle. » Il eut un sourire doux en repensant au visage concentré et appliqué de sa mère lorsqu’elle cuisinait. Elle semblait d’une patience infinie lorsqu’elle expliquait à Noé les instructions. « Effectivement, elle est pâtissière, d’où mon goût pour les cochonneries sucreries. » Il eut un rire bref. Son amour pour la nourriture ne se ressentait pas particulièrement sur sa silhouette mince et élancée.

Noé avait en effet remarqué, après plus de cinq années passées aux abords de Tempérance c’était inévitable, que la jeune fille avait le don de ne jamais dire ses pensées de la bonne manière. Une maladresse que Noé ne partageait pas du tout, lui d’ordinaire réfléchi et enclin à toujours bien choisir ses mots. Un trait, donc, qui montrait les différences entre les deux camarades. « Une malédiction me parait probable même si les plus courantes te font plutôt adopter des mots qui ne veulent absolument rien dire. » Il trouvait en tout cas que la spontanéité de Tempérance très comique et charmante, il devait bien l’avouer. Mais s’il le lui avouait, elle ne le prendrait probablement pas au sérieux, ou ne le croirait pas en tout cas.

« Je pense effectivement qu’on peut difficilement orchestrer une catastrophe en mélangeant simplement des ingrédients, surtout si je te prépare d’abord les bonnes proportions » répondit-il avec humour. En cinq ans de cours ensemble, Noé avait réussi l’exploit de ne pas être directement impacté par les multiples catastrophes de Tempérance Biel. Mais il en avait été le témoin et il avouait sans embarras qu’il n’appréciait pas particulièrement sa présence en cours de Botanique, lui qui désirait principalement briller par ses compétences et ne pas se faire remarquer par des frasques diverses "Montgomery, vous serez bien gentil de tenir Biel éloignée du snargalouf, j’aimerais éviter une autre attaque qui dévasterait la serre, personne ne veut revivre cette expérience douloureuse."

Tempérance, en bonne Poufsouffle, s’était elle-même investie de la mission d’aller ravitailler une de ses camarades de dortoir Nono lui, l’aurait plutôt laissé crever dans son coin et aurait changé de dortoir afin de ne pas choper la maladie. Les elfes de maison, toujours ravis de rendre service à un élève de Poudlard (Noé espérait qu’ils se montraient moins serviables avec les membres de Magicis Sacra voire qu’ils empoisonnaient carrément leurs plats Ron Weasley ne les avait pas sauvés pour rien lors de la Bataille de Poudlard par Merlin) lui livrèrent un vrai festin. Tempérance ne fut pas longue à le délivrer à sa camarade de chambrée j’espère que tu t’ai bien lavé les mains après Tempépé car sinon bonjour les bactéries et revint, en plus, équipée d’un tablier. « C’est adorable de sa part. Mais j’imagine qu’en effet, avec ta maladresse légendaire, un tablier ne peut que prouver son utilité » répliqua-t-il, adoptant le même ton moqueur que Tempérance. « Parfait, j’ai déjà préparé les bonnes quantités des produits histoire que tu ne fasses pas foirer la recette en rendant les cookies trop farineux. De même, j’aime surtout aider ma mère avec les pâtisseries mais outre ça, je n’ai pas vraiment commencé à cuisiner seul. » Non qu’il ne traitait sa mère en elfe de maison, mais il fallait bien avouer que Noé aimait se la couler douce. S’il travaillait sur ses devoirs pendant les vacances, il passait aussi beaucoup de temps à s’amuser avec Opaline, ses sœurs et ses nombreux cousins.

Alors que Noé commençait la recette et faisait fondre du beurre dans une petite casserole, dont le feu était le résultat d’un sort, il ne put s’empêcher de taquiner Tempérance : « En tout cas, je ne pensais pas que nourrir tous tes camarades malades faisaient partie de tes attributions de Miss Poudlard. On aurait pu penser que tu aurais des dizaines de groupies pour s’occuper de ça. » Le blondinet avait tellement passé de temps à embêter Graham sur ce titre, qu’il avait obtenu pour la seconde année consécutive, ainsi que son cousin Lucas, surtout que ce dernier était plutôt du genre discret et solitaire, qu’il avait presque oublié de charrier la Poufsouffle à ce sujet, un dommage qu’il s’efforçait donc de corriger aujourd’hui Tempépé ne te remercie pas Nono. « Ton petit ami n’est pas trop inquiet de la troupe de soupirants qui te courent après ? » demanda-t-il avec un ton nonchalant mais au fond, vaguement curieux de savoir comment Julian prenait la popularité de Tempérance.

[1008 mots]



   
Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 376
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: I really don't like feelings [Tempérance]   Sam 12 Jan - 22:21

Comment Noé pouvait-il se montrer méchant envers Jo' ? Tempérance avait bien du mal à le comprendre, il était toujours si gentil avec elle ! Peut-être pas forcément de bonne humeur - elle avait cru s'en être fait un ennemi à vie lorsqu'elle avait accidentellement chipé sa place (et tout son espace vital) à la bibliothèque -, mais elle compensait aisément une humeur inégale par sa propre jovialité à toute épreuve (ou presque : Argus Rusard demeurait l'exception qui confirmait la règle). Certes, elle était plus proche de Candys qui était tout de même plus souriante, fais un effort Nono, mais elle s'entendait sans difficulté avec Noé. Elle sourit d'ailleurs tandis que le Serpentard évoquait sa mère, ajoutant en riant à son tour : « Ah, tu as bien de la chance. Je n'ai même pas cette excuse là, moi ! » Nope, sa passion à elle pour les friandises lui venait tout bonnement de sa propre petite personne. Sa mère lui en achetait parfois cela étant - et dévorait tout le restant pendant la nuit, sans crier gare. La fourberie !

Parler de sa mère la fit assez naturellement opérer une transition vers l'un des reproches que lui faisait constamment celle-ci : elle parlait toujours sans réfléchir. Pas qu'elle crut que ses pensées étaient toutes des pépites d'une qualité telle qu'il fallut ab-so-lu-ment les partager à la seconde près, mais plutôt qu'elle s'exprimait plus par réflexe, et ne prenait le temps de ré-examiner ses paroles qu'ultérieurement. « On n'en est pas si loin, remarque... » fit-elle observer au blond. Parfois, même elle ne savait plus ce qu'elle avait voulu raconter initialement.

La réaction de Noé en apprenant qu'elle assimilait ses capacités en cuisine à ses prouesses en botanique amusa grandement Tempérance. Pourtant, le blond n'avait que rarement à travailler avec elle. Son binôme de prédilection était plutôt Erin. Cela dit, au vu du moral actuel de son amie, elle tâchait d'éviter d'en rajouter une couche en la traînant avec elle vers les tréfonds de la maladresse. Pour sa propre défense, c'était généralement l'Irlandaise elle-même qui était la victime de ses 'accidents', ses amis avaient surtout le malheur de devoir assister à ces scènes, de la même manière qu'on a du mal à détacher les yeux d'un carambolage. Déstabilisant à la vue, et pourtant quelque peu hypnotique. « Je te rappelle que c'est toi qui m'as proposé de participer, Noé, je ne me suis pas jetée sur toi en te suppliant de me laisser casser des œufs ! » Elle n'était pas volontaire, juste toujours prête à participer. Qui sait, elle pourrait peut-être même rapporter une petite portion de leurs créations à Emily ? Si Noé n'est pas trop radin sur les cookies.

Une fois qu'elle fut d'ailleurs venue au secours de son amie - et sans rien renverser en chemin, oui Monsieur ! Elle n'était pas très adroite, certes, mais elle maîtrisait en revanche ses sortilèges -, la blonde fit son grand retour dans les cuisines avoue tu croisais les doigts pour que je ne revienne pas, équipée pour la bataille et bonne chance à tous ! Il était important de porter la tenue adaptée en toute circonstance ! Être glamour est très important en cuisine, c'est un fait bien connu. « Rira bien qui rira le dernier Noé, ce serait terrible que tu deviennes une victime collatérale de cette situation... » Elle adressa un regard faussement empli de commisération au Serpentard. En vérité, elle avait beau blaguer, elle s'en voudrait extrêmement si elle venait à atteindre le blond - dont le seul crime avait été de lui proposer une activité pour passer sa matinée.

Alors qu'elle observait le Serpentard occupé à faire fondre du beurre tu aurais pu faire ça en mon absence Noé, ça manque d'efficacité !, celui-ci évoqua un titre dont l'existence avait pratiquement échappé à la jeune fille et à sa joueuse. Cette année, elle avait en effet eu l'étrange honneur de prendre la succession d'Opaline Montgomey - la tante de Noé, justement -, en tant que 'Miss Poudlard' aux côtés de ses amis Graham et Lucas toutes les trois miss, oui oui. Tempérance n'abhorrait pas le titre autant que Graham - difficile de faire pire de toute façon : le Gryffondor avait pâli à vue d’œil en apprenant la nouvelle de sa 'réélection' -, mais elle devait reconnaître que ça provoquait tout de même beaucoup d'attention pas forcément nécessaire ou même souhaitée. Surtout au début. Avec tout ce qu'il se passait à Poudlard désormais, son quart d'heure de gloire était quelque peu passé à la trappe - du moins à ses yeux, pour preuve, elle n'y songeait même plus. « J'avais presque zappé cette histoire... D'ailleurs, je n'ai toujours pas compris ce qu'il s'était passé avec ces votes ! » commenta-t-elle avec perplexité, s'approchant du saladier dans l'attente du beurre. « Que veux-tu, être Miss est un droit, mais tu n'es pas exemptée de tes devoirs. » ajouta-t-elle avec un fatalisme exagéré.

Par contre, la remarque suivante de Noé la laissa définitivement dubitative. « Mes soupirants ? » Elle sentit ses joues chauffer devant ce commentaire - cette blague ? Mais il paraissait plutôt sérieux ! - additionnel de la part du blond - en outre tout à fait grotesque : elle n'avait pas de soupirants personne ne l'aime bouhouhou ! « Euh, non. Pas que je sache, en tout cas ? Pas que cette 'troupe' existe, d'ailleurs ! » ajouta-t-elle après un instant de réflexion. Elle savait que Graham se faisait souvent poursuivre par des hordes de filles sans exagérer, mais elle n'avait pas spécialement eu ce souci jusqu'à maintenant - du moins, à sa connaissance. Peut-être parce qu'elle avait déjà Julian ? Il arrivait qu'elle sente qu'on l'aimait 'bien', mais elle laissait alors le 'problème' disparaître de lui-même. L'invasion de Poudlard restait plus préoccupante qu'une potentielle 'cargaison' de soupirants !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I really don't like feelings [Tempérance]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I really don't like feelings [Tempérance]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» [Carte] Fie toi à ton intuition - Trust your feelings
» How long can we hide our feelings like that? | Jike. [HOT] + Terminé.
» That hurt.... my feelings?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Pièces de vie :: Les Cuisines-
Sauter vers: