AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 400
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


MessageSujet: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Mar 5 Mar - 19:52

Frénésie estivale
Joséphine & Tempérance

[ Dublin - Août 2014 ]

made by black arrow


Libre. Libre, libre, libre. C'était le premier mot qui avait traversé l'esprit de Tempérance lorsque MS avait enfin quitté Poudlard. Fini de vivre sous l'oppression, finie la séquestration et la coupure avec le reste du monde ! Certes, Freja n'était pas vaincue et tout ça n'avait pas le goût d'une victoire définitive, mais c'était déjà quelque chose, non ? Elle avait enfin pu revoir sa mère - non accompagnée de l'Abominable Beau-Père, merci bien - et partager son soulagement. Elles allaient toutes les deux bien. Et puis, d'autres réalités s'étaient très vite succédé... Comment ça ils devaient passer leurs examens ? Comment ça Julian quittait l'école ? Comment ça ils devaient passer leurs examens ?

Allant de déconfiture en déconfiture, l'été était arrivé comme une délivrance. Ou du moins, un répit temporaire. Restait à recevoir les résultats de ses BUSEs (ou : une catastrophe annoncée), et à se forcer à quitter son état de déni constant. Julian ne serait pas à Poudlard à la rentrée de septembre, c'était une réalité qu'il lui fallait accepter qui va faire ses devoirs maintenant, hein ? Tout comme le fait que Magicis Sacra sévissait toujours et que rien n'empêchait Freja et ses affreux acolytes de revenir leur rendre visite l'année suivante. Inutile de préciser que sa mère était tombée de très, très haut en apprenant qu'une charmante organisation menaçait d'arracher les nés-moldus à leurs familles, effaçait des mémoires comme on change de chemise et, oh, accessoirement, s'était emparé de Poudlard, élèves, professeurs et mobilier inclus. Si jusqu'à présent, Tempérance n'avait laissé transparaître qu'un dixième de ce qu'il se passait réellement dans le monde sorcier à sa mère, elle le regrettait désormais amèrement. Une fois les retrouvailles larmoyantes passées, elle avait bien compris à quel point elle était foutue. Ce qui était compréhensible, supposait-elle. Si on essayait de voir les choses du point de vue de sa mère Freaky Friday. Pour sa part, elle continuait à penser qu'elle avait essayé de bien faire. Et quasiment réussi. Avant que Freja ne décide d'opérer un petit siège de l'école, rompant l'ignorance dans laquelle elle avait savamment gardé sa mère - moldue de son état - et brisant en mille morceaux une relation jusque là basée sur une confiance aveugle. Et ça ne pouvait pas plus mal tomber.

Contre toute attente, c'était cette même Freja décidément qui allait potentiellement la sauver de l'impasse dans laquelle elle (et une dose généreuse de mensonges voilés) l'avait mise. Si leurs parents ne les laissaient pas retourner à Poudlard, alors on les kidnapperait et les enverrait illico presto à Ilvermony. Ça avait le mérite d'être radical. Si sa mère protestait encore en imaginant des scénarios surréalistes où Tempérance rejoignait l'école moldue à l'insu de Freja et de ses sbires, la jeune Irlandaise était à peu près convaincue qu'il ne s'agissait bien que de douces illusions créées pour se rassurer, et que venu septembre, elle rejoindrait le quai 9 3/4 comme elle l'avait fait les cinq années précédentes. Une nouvelle qu'elle avait hâte de partager avec sa meilleure amie, Joséphine, qu'elle avait invitée à venir lui rendre visite au cours du mois d'août. L'expérience lui avait appris que s'organiser pour voir ses amis au cours de l'été lui permettait de briser la monotonie et la vague déprime créees par la présence continue de la Septième Plaie d'Egypte dans l'appartement qu'elle partageait avec sa mère. En outre, elle se doutait que son amie devait avoir des tonnes de choses à lui raconter, elle aussi !

Le jour venu, Tempérance trépignait d'impatience, guettant l'arrivée de son amie par la fenêtre de l'appartement de sa mère, situé dans la banlieue nord de Dublin. L'idée était d'ailleurs de ne pas s'y attarder: pour l'instant, l'Autre n'était pas là, et l'Irlandaise comptait bien en profiter pour permettre à son amie de faire un rapide tour du propriétaire avant de sortir profiter d'un temps irlandais des plus agréables en ce mois d'août. Les idées ne lui manquaient pas, et elle avait hâte de présenter toutes ses propositions à Jo' jusqu'à l'apoplexie : adieu monde cruel ! La sonnette de l'entrée la prit ainsi par surprise et la blonde sursauta, se précipitant vers la porte et se prenant le mur du couloir au passage (compteur de bleus du jour : 2). « Jo' ! Tu as trouvé facilement, ça va ? C'est pas toujours évident avec la cour à passer et les bâtiments qui se ressemblent tous... » Elle adressa un sourire lumineux à son amie, l'invitant à rentrer. « Tu verras c'est pas très grand... Mais tu peux poser tes affaires dans ma chambre. Il n'y a que nous pour l'instant. Tu veux un truc à boire ? Je me disais qu'on pourrait sortir dans le centre, il fait super beau et il y a un parc très chouette où on pourrait se balader. Et je connais le meilleur glacier de Dublin. » enchaîna-t-elle attaque surprise tout en remontant le couloir menant à sa chambre. L'appartement n'était en effet pas très grand, sentiment renforcé par la quantité d'objets divers et variés accumulés au cours du temps et occupant de nombreuses surfaces. Elle avait d'ailleurs surpris une conversation entre sa mère et l'Abominable Scroutt à Pétard quelques soirs plus tôt, au cours de laquelle celui-ci argumentait justement pour un changement de décor. Discussion qui la faisait fulminer à chaque fois qu'elle y repensait. De quel droit voulait-il les arracher à leur appartement ? S'il ne lui plaisait pas, eh bien il n'avait qu'à partir, lui ! Personne ne le retenait (en tout cas, certainement pas elle.)

[ 926 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 342
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Mer 6 Mar - 23:55

Farouchement accrochée au bras de son père, Jo' avait failli dégobiller tout son déjeuner du midi pléonasme sur les chaussures vernies de son padre, une fois leur transplanage terminé. La française avait déjà transplané avec un adulte - la plupart du temps pour se rendre chez son cousin Sebastian, au Royaume-Uni terre sauvage peuplée de buveurs de thé brûlant – mais jamais aussi loin Irlande, terre sauvage située apparemment à l'autre bout du monde, donc.

- Une seconde.

Elle posa la main sur l'épaule de son paternel, histoire de reprendre ses esprits quelques secondes – et surtout possession de la quasi-totalité de ses organes, merci on a perdu la rate, je répète, on a perdu la rate ! – et une fois ressaisie, ouvrit les yeux et adressa un sourire radieux à Maximilien de Guise.

- C'est bon, tu peux y aller.

Hors de question que quelqu'un la voit elle – une sorcière âgée de 16 ans – au bras de son papa, qui  l’amènerait elle dormir chez une copine c'est pourtant ce qu'il fait. Elle avait passé l'âge d'être accompagnée jusqu'à la porte comme une enfant de 4 ans, merci bien.

- Quoi ?
- Allez papa, c'est bon, quelqu'un va te voir. C'est ok, Tempérance habite juste là, regarde. Merci de m'avoir accompagnée. Bisous à maman et Nathan. Allez.

Elle déposa un baiser sur la joue de son père (histoire de ne pas le froisser, elle ne voulait pas qu'il sache croit qu'elle avait honte de lui franchement c'est pas de la honte, juste du bon-sens) et se planta devant lui, attendant son départ. Joséphine s'autoproclamait depuis peu – très peu en fait, c'était très récent (elle était revenue de l'occupation de Magicis Sacra à Poudlard toute retournée) – adulte.
Oui, elle estimait avoir réussi à tenir tête à l'organisation despotique que représentaient 'la Menace' (comprendre qu'elle avait réussi à ne pas pleurer à chaque fois qu'elle croisait quelqu'un de MS qui lui faisait repenser à la traumatisante aventure des cachots) et avait été suffisamment courageuse pour gérer - seule à une Prudence près - des séances clandestines du club de duels. Non, elle n'était plus une petite fille. Oui, elle pouvait être fière d'elle.
Sans compter que Noé Montgomery était toujours en vie et qu'elle n'avait pas encore été renvoyée de Poudlard pour mauvais comportement. A la réflexion c'était une bonne chose, parce que – Jo y avait déjà réfléchi – le climat de Durmstrang ne lui siérait pas du tout.

Papa de Guise embrassa sa fille et partit. Son sac de voyage sous le bras, Jo sonna à la porte de la maison des Biel. A l'instant où son père l'avait laissée seule, un mystérieux et puissant sourire s'était accroché à ses lèvres : elle était tellement impatiente de passer ces quelques jours chez Temp' ! La Poufsouffle ouvrit quelques secondes après : sans attendre, la française sauta dans les bras de sa meilleure amie pour l'enlacer. Elle ne l'avait pas vue depuis tant de semaines, que ça lui paraissait être une éternité. Jo n'aurait jamais cru que partager un dortoir à Poudlard offrirait une si forte proximité avec une personne : c'était un fait, durant le mois de juillet, Tempérance lui avait manqué.

- Oui, j'ai trouvé facilement, tu m'avais bien expliqué ! Papa m'a amené par transplanage. =)

Jo ne se fit pas prier pour entrer : elle avait tellement hâte de voir où vivait l'Irlandaise. Et de voir, de tout voir ! De voir comment était sa chambre, de voir son quartier, sa ville, tout ! Même sa famille, Jo avait hâte de la rencontrer pas tout le monde au même niveau, ceci dit.

- Oui, oui, oui ! Tout ce que tu veux ! Je suis tellement contente d'être là !

Lança t-elle, un sourire radieux accroché aux lèvres.

- Je n'ai pas soif, merci. Par contre, je ne dis pas non à une bonne glace !

Pour sûr, ces quelques jours en Irlande allaient être supers après un mois de juillet assez relatif.

(651)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 400
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Sam 9 Mar - 11:03

La septième plaie d'Egypte avait dû quitter Dublin pour quelques jours - tout ce que Tempérance avait retenu était le mot 'partir' et 'travail' -, et la jeune Irlandaise avait profité de cette aubaine pour inviter sa meilleure amie chez elle. Elle ne voulait pas infliger la présence de l'Autre à Joséphine. Elle ne l'assumait pas. Ils s'apercevraient peut-être au moment de son départ, mais elle comptait bien sur le fait qu'il ne s'agirait que d'une croisée très rapide. Moins on était en contact rapproché avec l'Autre, mieux ça valait. Quant à sa mère, elle était pour l'instant au travail, raison pour laquelle au moment où Jo' sonna enfin à la porte tu t'étais perdue ou quoi ?, Tempérance était seule chez elle occupée à mettre le feu aux rideaux.

La vue de sa meilleure la ravit tellement qu'un torrent de paroles s'échappa aussitôt de sa bouche tant elle était impatiente de lui faire visiter sa ville natale et lui montrer à quel point l'Irlande, c'était mieux que la France. « Oooh, tu as transplané c'est vrai ? C'était comment ? On va commencer les cours en plus cette année ! J'ai tellement peur de me désartibuler... » Elle afficha une moue vaguement dégoûtée. Laisser un bout de sourcil derrière soi, passons, mais un bout d'organe vital ? En outre, le transplanage restait jusqu'à maintenant un principe très théorique aux yeux de la blonde : sa mère étant à la fois sa seule famille proche et une moldue, elle n'avait jamais côtoyé de personne avec qui transplaner - si ce n'est Julian, désormais.

Sans tarder, l'Irlandaise invita son amie à entrer, lui indiquant les différentes pièces - qui n'étaient finalement pas si nombreuses que ça : un salon, une cuisine, une salle de bain, la chambre que partageaient sa mère et l'Autre, et enfin, la sienne. « Tu peux poser tes affaires ici ! Moi aussi je suis trop contente que tu sois venue ! Il fait super beau en plus on va pouvoir faire plein de trucs. » promit-elle avec enthousiasme, les yeux pétillants. « En route pour la glace alors ! On va devoir prendre le bus par contre, il faut de la monnaie moldue mais j'en ai t'inquiètes. » Ce disant, elle attrapa son sac, vérifia que ses clés s'y trouvaient - il aurait été fort dommage de se retrouver à la rue en revenant et là : mon caniveau préféré ! et mena Jo' jusqu'à l'extérieur de l'appartement.

« Alors, tes parents aussi ont reçu la lettre de Freja ? Comment est-ce qu'ils ont réagi ?  » interrogea-t-elle, n'y tenant plus. Elles étaient les seules à l'arrêt de bus : elles étaient tranquilles. « Moi ça commence à faire beaucoup d'infos à digérer pour ma mère... Au début elle disait que j'irais à l'école moldue et que Magicis Sacra n'y verrait rien que du feu mais je lui ai fait comprendre que ça n'était pas du tout réaliste. Le truc c'est que je sens bien qu'elle ne me fait plus entièrement confiance. Mais en même temps, pourquoi je mentirais là-dessus ? Ce n'était pas comme si j'avais envie d'être séquestrée syndrome de Stockholm : j'adore Freja. » Elle haussa les épaules, pensive. Quoi qu'en dise sa mère, elle savait bien qu'elle retournerait à Poudlard à la rentrée. Elle ne prendrait pas le risque que sa fille se retrouve expédiée à Ilvermorny sur les traces de Julian. Dis donc, sacrée réputation aux Etats-Unis Juju ! Le besoin confus de protéger sa fille sans vraiment savoir dans quoi elle mettait les pieds torturait clairement Siobhan Biel je ne sais plus si elle avait déjà un nom oupsi. Cela étant, Tempérance n'avait jamais été une grande courageuse, et il était évident que la seule raison pour laquelle elle avait éludé certains détails récents était pour protéger sa mère. Elle n'était pas suicidaire pour autant : quand elle disait que MS ne plaisantait pas, elle était tout à fait sérieuse. Pas question de mettre sa mère en porte-à-faux en défiant cette affreuse organisation.

[ 672 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 342
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Dim 10 Mar - 12:17

A peine rentrée, Jo jetait des coups d’œils frénétiques un peu partout dans la maison « Hiiii, un abat-jour !! Il est trop beau ! Et oh mon dieu, tu as une cuisine ?! Elle est trop beeeelle!!. Elle était tellement heureuse de se rendre chez une amie à elle qu'elle avait presque oublié ce que ça faisait : voir des amis pendant les vacances était quelque chose d'over cool, ça voulait dire beaucoup beaucoup de choses. Ça voulait dire qu'on n'était pas amis que de 'classe' ou de 'dortoir', mais qu'on n'était de vrais amis : quand on voulait se voir en dehors du temps 'obligatoire', c'était que quelque chose de solide s'était créé entre deux personnes « En fait Jo, je ne te l'ai pas dit, mais c'est ma mère qui m'a obligée à t'inviter. Elle voulait être sûre que j'avais bien des amies sorcières. » et ça Jo en était très fière me tarde de voir Noé l'été, dis donc !

- Transplaner ? Comme d'hab : gerbant. J'espère que le transplanage d'escorte est ce qu'on fait de pire dans le milieu et que transplaner seul sera plus agréable. Il me tarde aussi, tellement, d'aller où je veux !

Jo' fut ravie de constater que Tempérance était dans le même état d'esprit qu'elle « Hiii, on va s'amuser comme de petites folles ! On fait faire des batailles de polochon, et manger du pop-corn devant The Notebook ! Et même se maquiller, allez, si si, on va oser se maquiller ! » : excitée comme une puce. Parce qu'en dehors de ces retrouvailles estivales géniales, il y  avait aussi le cadre : elles étaient en Irlande, à Dublin précisément ! Un endroit que Jo' avait toujours eu envie de voir.

- Parfait pour le bus alors, je n'en ai jamais pris ! Ça va être trop cool !

Intégrer comme ça le monde moldu de plein fouet allait être génial pour la française : habituée à côtoyer des moldus de temps à autres, Jo' vivait surtout entourée de sorciers. Sa famille proche ainsi que ses cousins étaient tous des sorciers, ainsi il était normal qu'elle passe plus de temps à parler 'Magicobus' et 'Sortilège Recurvite' que 'Métro' et 'Lave-vaisselle'.

- Mais tu crois que je suis habillée comme il faut ?

Jo essayait toujours d'être plus ou moins bien sapée, mais elle ignorait si elle entrait bien dans la 'norme' de l'apparence moldue. Elle n'aurait surtout pas voulu se faire remarquer et attirer l'attention sur leur bizarrerie : le code international du secret magique était très important pour elle depuis que Freja lui avait promis d'y faire très attention.

- Oui, ils l'ont reçue. On en a parlé ensemble. Pour résumer : on sait que ça craint mais on sait aussi que ça craindrait encore plus de ne pas se rendre à Poudlard cette année. Mieux vaut faire profil bas et attendre de voir ce qui va arriver. Mes parents m'ont demandé de continuer comme cette année, sans faire de vagues, que ça c'était bien passé. Je ne leur ai pas dit que je comptais continuer à organiser des réunions du club de duels, donc.

Lança t-elle, avec un sourire mi-fière, mi-gênée : elle était contente d'avoir réussi à rester discrète et à gérer tout ce beau monde s'en se faire gauler par Magicis Sacra, mais en même temps elle n'était pas très fière d'avoir menti à ses parents. Elle était à Poudlard depuis trop de temps pour leur avouer qu'elle mettait déjà sa sécurité en danger. Ils n'avaient pas non plus besoin de tout savoir parce que c'est une adulte, maintenant.

- Je comprends... Peut être que si je lui parle elle sera plus rassurée ? De voir que tu n'es pas seule dans cette galère. Ou si tu veux, mon père pourra lui parler quand il reviendra me chercher. Elle connaîtra d'autres sorciers que les parents de Julian, comme ça.  

Jo pouvait tout à fait comprendre les craintes de la mère de sa meilleure amie, elles étaient plus que fondées. Déjà que les sorciers étaient en émoi, la maman moldue d'une sorcière étudiante devait plus encore paniquer :  elle devrait angoisser tout ce qu'elle pouvait.

(671)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 400
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Dim 10 Mar - 14:21

La description que lui fit Jo' du transplanage ne fit qu'accentuer la mine déconfite de Tempérance en songeant à ce mode de transport sorcier. N'y avait-il donc rien de pratique et d'agréable ? De tout ce qu'on lui avait raconté jusqu'à maintenant, aucun d'entre eux ne pouvait trouver grâce à ses yeux : le transplanage ? Dangereux et source de nausée, la poudre de cheminette ? Salissant et étourdissant, sans parler de toute cette suie..., les balais ? Elle connaissait et elle n'approuvait pas. Suspendu des mètres et des mètres au-dessus du sol, avec pour seul salut un vulgaire manche à balai s'élevant dans les airs par pure magie ! Quant au Portoloin, elle n'avait fait qu'en entendre parler, mais elle n'était pas sûre d'approuver non plus. Quoi que, celui-là eut le mérite de permettre de voyager sur des très longues distances en très, très peu de temps et avec des effets peut-être moins dramatiques que ses compatriotes. Pour ce qui était du Magicobus, elle n'en avait eu vent, et c'était sans doute mieux comme ça : trop de risques de chute pour une personne qui se retrouvait déjà projetée à tout va dans un bus standard "Ouplà scusez moi m'sieur, je n'ai pas fait exprès de vous écrabouiller les deux pieds !"

« Tu penses ? Peut-être que c'est mieux quand tu contrôles toi-même le trajet, oui... Mais... Et si tu laisses un bout de toi derrière ? En plus, si c'est quelque chose de visible, passe encore, mais si c'est un organe genre un poumon, et que tu ne t'en aperçois que des mois et des mois plus tard ? » Elle adressa un regard éloquent à son amie. Elle y avait réfléchi à ça, hein, avant de se dire que transplaner pourrait être agréable et qu'elle irait où elle voudrait quand elle voudrait ? Qu'elle dise ça aux organes internes de Tempérance, tiens ! Les pauvres en tremblaient déjà.

Tempérance avait beau savoir que Jo' était une pure sorcière, elle avait oublié pendant un instant que son amie n'était pas une habituée des moyens de transport normaux bus. Ce n'est que l'accentuation utilisée par Jo' pour prononcer le mot qui la fit tiquer - ça et le fait qu'elle trouvait les bus 'trop cool', pauvre innocente ! « Tu en as déjà pris, au fait ? Il faut qu'on aille en haut, ok ? Objectif les sièges tout devant : c'est les meilleurs, on voit tout ! » Elle préférait prévenir. Pour quelqu'un qui n'était généralement pas trop compétitif, elle vouait pourtant une passion ardente pour les premiers sièges des bus à impériale, et se faufilait avec une agilité qu'on lui connaissait rarement pour les obtenir. On avait alors une grande vue sur tout le trajet, et l'impression dérangeante et excitante de se prendre le véhicule de devant à tout instant. La beauté des bus. Toute dévouée à ses stratégies pour piquer les premières places, elle se tourna rapidement pour observer la tenue de son amie. Il fallait admettre que les sorciers n'étaient pas toujours les rois du camouflage. Elle adressa pourtant un sourire rassurant à Jo' : « Vire le bob et le poncho et on est bon ! Tranquille, t'inquiètes ! Tant que tu ne portes rien de bizarre, ça va. » affirma-t-elle, jugeant qu'au vu des accoutrements de sorciers qu'elle avait déjà croisés dans la ville, Jo' était vêtue de manière tout à fait standard. Voire terriblement ennuyeuse, ça manque de paillettes José! normale.

Profitant du temps d'attente pour leur bus et de l'absence de toute oreille indiscrète, Tempérance enchaîna très vite sur le grand sujet des vacances, qui était contre toute attente le futur retour à Poudlard. "L'école me manque trop laissez-moi y retourner" : Douglas, c'est bien toi ?. Jo' rassura l'Irlandaise en lui apprenant qu'elle retournerait à l'école, sans que ça ait visiblement été un trop gros débat. C'était donc bien la chose à faire, elle n'était pas folle. « Oui, c'est ce que j'ai essayé de faire comprendre à ma mère ! C'était vraiment cool d'avoir au moins le club de duels l'an dernier, t'as eu tellement raison ! Au moins ça donnait l'impression de pouvoir faire quelque chose... » Même si elle émettait des doutes sur sa propre capacité à neutraliser un membre de Magicis Sacra. Elle avait toujours été douée en sortilèges, et aimait à croire que c'était une chose qu'elle avait hérité de son père mort pendant un duel, mais faisons l'impasse sur ce détail, mais les membres de MS étaient à la fois plus expérimentés et sournois.

Le bus arrivant finalement à leur hauteur, Tempérance interrompit sa conversation pour sortir son portefeuille, dont quelques pièces dégringolèrent dans un joyeux tintement. « Oups ! Bon c'est pas grave ! » L'heure n'était pas au sortilège d'attraction pour les récupérer. Et elle avait encore moins envie de se mettre à califourchon alors qu'elle était en jupe, pour les récupérer sous les roues du bus. Adressant un sourire gêné au conducteur, elle fit glisser le nombre de pièces requises  pour acquérir le ticket de Jo' dans la machine, puis le lui tendit avant de passer sa propre Leap Card sur le lecteur. « Et hop, on est en règle ! » lâcha-t-elle rapidement avant de s'empresser de monter les escaliers, poussant un petit cri ravi en s'apercevant que personne n'occupait les places désirées. Assise avec l'air d'une enfant à laquelle on aurait offert des friandises, elle attendit sagement que Jo' vienne la rejoindre, avant de reprendre : « Je veux bien oui ! Je pense que ça la rassurerait d'avoir des avis extérieurs, elle aura moins l'impression que j'essaye de l'embobiner, comme ça. » approuva-t-elle en adressant un regard reconnaissant à sa meilleure amie. « Elle s'inquiète pour moi, mais elle ne se rend pas compte à quel point tout ça pourrait être dangereux pour elle. Au fond, Sang-Mêlée ou pas, je suis une... » Elle jeta un regard des plus suspects en arrière. Un vieux monsieur était occupé à se curer le nez dans la plus grande détente. « Tu-sais-quoi. » termina-t-elle en lançant un regard appuyé à la Française.

[ 1016 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 342
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Dim 10 Mar - 23:54

Malgré son trajet compliqué en transplanage d'escorte, Jo pouvait tout à fait répondre aux questions ('aux doutes et aux angoisses' serait plus justes) de Tempérance : tout ce qui avait attrait au monde magique – et donc à son quotidien – et qui semblait sorti d'un livre de compte de fée pour Tempérance « Attends mais vous pouvez découper ces carottes hyper précisément sans utiliser de couteau ? », était tout à fait naturel chez la Française. Autant – en fait – que tout ce qui touchait au monde moldu pour Tempérance : elle aurait été bien incapable de dire à quoi servait cette petite boite métallisée, dans la cuisine – pas plus haute qu'un gros chat – qui affichait l'heure et qui semblait s'ouvrir par une porte à moitié transparente « C'est votre cheminée à vous ça ? C'est ici qu'on utilise la poudre de cheminette ? »

- Non mais rassure-toi, c'est très rare qu'on laisse quelque chose derrière soi. Qui plus est un organe entier, c'est quand même très peu probable : je veux dire un bout d'organe à la limite, mais pas entier. Mais ne sois pas inquiète, transplaner seul ça a l'air hyper cool, j'ai jamais vu mes parents s'en plaindre. Je suppose que ça doit être plus confortable qu'à plusieurs – déjà – mais surtout plus tu en fais, plus ça passe. Moi j'en fais un ou deux par an, maxi, on peut pas dire que j'y sois habituée.

Puis elle ajouta, persuadée que ses paroles avaient fait mouche :

- Non mais vraiment ça va être cool l'an prochain, on va enfin être libres de nos mouvements. 

A plus d'un titre : l'an prochain elles sauraient transplaner et elles n'auraient plus MS dans les pattes pour les gonfler, l'année de rêve, un peu.

- Ben non, du coup. D'accord, je te suis !

Lâcha t-elle à sa meilleure qui venait de lui demander si elle avait déjà pris le bus alors que les mots 'Je n'en ai jamais pris' avaient été prononcés quelques secondes plus tôt on va mettre ça sur le compte de la surdité précoce. La jeune fille acquiesça presque de bon cœur de monter à l'étage avec Tempérance : trop enthousiaste à l'idée de montrer les rues de Dublin en plein écran à Joséphine, l'Irlandaise avait oublié un détail importante : la française avait le vertige.
Celle-ci avait finalement préféré ne rien dire et prendre sur soi et profiter du spectacle que son amie avait tellement hâte de lui montrer, l'allure toutefois peu assurée.

- Je suis sûre que je saurai la rassurer. Franchement il ne faut pas qu'elle se sente seule. Je comprend que ça doit pas être évident d'appréhender tout ça sans ton papa, mais le monde magique ne doit pas lui faire peur. Enfin, même si en ce moment tout le monde a un peu peur, c'est vrai...  

Voyant que ses mots étaient aussi rassurants qu'un revolver flanqué sur la tempe, Jo tenta de se ressaisir et convaincre Tempérance que vraiment, tout irait bien.

- Mon père saura la rassurer, il a des amis moldus et il s'entend très bien avec eux. Je suis sûr qu'il trouvera les mots juste pour la réconforter...

Plus Jo parlait, plus elle réalisait combien ses paroles sonnaient faux : tout le monde magique était en panique devant Magicis Sacra, la nouvelle puissance anti-moldu et une dame qui élevait seule une enfant sorcière aurait dû être rassurée ? Mme Biel plus que quiconque avait des raisons de paniquer de la situation. Mais Jo se disait qu'avec la présence de son papa – même si ses paroles rassurantes étaient peu convaincantes – la maman de Tempérance serait déjà rassurée : elle ne serait plus seule. S'ils devenaient amis ils pourraient même s'écrire, plus tard et même se revoir.

(615)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 400
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Jeu 14 Mar - 21:07

L'explication donnée par Joséphine ne rassura nullement Tempérance. Ah, elle ne perdrait donc qu'un bout de cerveau oui, il existe ? Une broutille alors ! Et 'très rare' ? La jeune Irlandaise n'aimait pas beaucoup cette probabilité-là. Nope, elle préférait largement un bon gros pas du tout. Il était par exemple très rare de fondre en larmes devant toute sa classe de primaire au moment de réciter son poème. Et pourtant, ça s'était produit. Il était également très rare de manquer de projeter le concierge de l'école par-delà les escaliers mouvants et droit vers un vide vertigineux. Et pourtant. Affichant donc une moue peu convaincue, la blonde finit par lâcher un : « Si tu le dis ! » faisant difficilement illusion, tandis qu'elle terminait de préparer son sac pour sortir. De toute évidence, elle n'aurait la réponse à ses craintes qu'après avoir vécu les cours de Transplanage. En attendant, elle avait déjà bien assez de problèmes, comme le fait de savoir si elle retournerait effectivement à Poudlard, ou si Magicis Sacra viendrait plutôt la cueillir en pleine pause pipi dans l'école moldue que sa mère lui aurait choisie.

« Enfin, libre, libre, seulement si MS ne décide pas de revenir saucissonner les profs dans les cachots et occuper les locaux. » fit-elle observer à Jo', les sourcils haussés. Elle avait beau être prône à l'optimisme, elle avait tendance à se sentir sceptique ces derniers temps. La faute à Freja et ses sympathiques petits sbires. Elle s'était mise dans de beaux draps avec sa mère, et elle craignait que le retour à la normale ne soit que de courte durée. De quoi pourrir des vacances qui s'annonçaient déjà mi-figue mi-raison de base. Passer du temps avec la Septième Plaie d'Egypte n'était jamais un cadeau.

En ce qui concernait le bus, toute raison sembla quitter l'esprit de la jeune Irlandaise lorsqu'elle se mit à songer à ses places préférées au sein du véhicule moldu. « Ah, jamais jamais ? » interrogea-t-elle tout de même de manière rhétorique cette fois, intriguée, car même si son amie le lui avait bien annoncé, elle n'avait pas tout à fait réalisé à quel point sa déclaration était littérale il est bien connu que le mot 'jamais' est interprétable enfin José. « On ne peut pas vraiment faire sans à Dublin depuis chez nous, enfin sauf si tu as une voiture. Ou que tu aimes beaucoup marcher. » Elle haussa les épaules. Pour sa part, ça ne la dérangeait pas spécialement, mais le chemin n'avait en l'occurrence vraiment rien de très attractif.

Une fois installée avec excitation à sa place préférée - et ayant complètement zappé le vertige de Jo' : elle faisait du Quidditch, elle n'avait pas peur du bus, hein ? -, Tempérance reprit avec un sujet bien moins fun : la lettre que Freja leur avait envoyés. Siobhan avait semblé se résoudre à accepter les arguments de sa fille, mais la blonde sentait bien que sa mère restait angoissée par cette situation. Et sans doute à juste titre. « C'est de ma faute en vrai, si je lui avais parlé de tout ça plus tôt, elle aurait pu digérer ça un peu plus graduellement plutôt que de tout se prendre dans la face quand MS a pris possession du château... » dit-elle, un ton plus bas histoire de ne pas exposer le monde sorcier au passage. Ce serait bête. « Maintenant elle panique complètement. » soupira-t-elle tout en observant la rue devant elles. Elles se dirigeaient lentement mais sûrement vers le centre de Dublin, ce qui ramena le sourire à la jeune Poufsouffle. « J'espère que t'as raison ! De toute façon ça lui fera du bien de parler à d'autres parents, elle se sent trop isolée. Et ce n'est pas L'Autre qui va aider. » L'Autre qui pensait d'ailleurs qu'elle se rendait en pensionnat pendant toute l'année. Quelle triple buse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 342
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Sam 16 Mar - 8:14

Jo avait beau croire que Magicis Sacra avait pour passion intime celle de gâcher la vie des gens, elle était cependant presque certaine  qu'ils ne remettraient pas les pieds à l'école écossaise l'an prochain. Son petit doigt lui disait qu'ils avaient hélas d'autres projets, plus ambitieux et effrayants certes, mais pas celui de revenir crécher aux frais de McGonagall, qui avouons-le, avait été très accueillante l'an passé à Poudlard. La française n'était cependant pas décidée à confier ses nouvelles craintes à sa meilleure amie : déjà parce qu'elles étaient purement hypothétiques, et ensuite parce qu'il était vain de surcharger l'esprit déjà angoissé de l'Irlandaise avec des suppositions farfelues "Revenir à Poudlard ? Oh non ! J'ai entendu dire qu'ils allaient kidnapper les enfants sorciers de moldus à Durmstrang pour s'entraîner sur eux !".

- Oh, je ne pense pas.

Catastrophée par le fait que Joséphine n'était jamais montée dans un bus – ce qui pour la française revenait  à dire qu'il était choquant de voir qu'elle n'avait jamais chevauché un dauphin dans un ballet aquatique – Tempérance lui demanda une énième fois si c'était vrai. Souriante, la sorcière acquiesça vivement de plusieurs hochements de tête, comme pour confesser quelque chose d'incroyable. A ses yeux, le 'bus' n'était même pas le mode de transport moldu qu'elle connaissait le mieux. Elle avait déjà vu des moldus en voiture ou en moto, mais rarement dans des grands engins, comme eux le Magicobus.

- Oui, ça a l'air très grand. C'est une belle ville ?

Jo connaissait la réponse : Temp' lui en avait déjà parlé. Rectification, Temp' lui en avait déjà amoureusement parlé ! La jaune et noir espérait cependant un peu plus de détails, des anecdotes intéressantes ou bien des lieux que Miss Biel se plaisait à fréquenter.

Essayant de faire fi de la hauteur du bus, Joséphine posa ses fesses sur un siège et tenta par tous les moyens de regarder la route, au démarrage du bus : ce moyen de transport n'avait rien à envier au transplanage, vraiment. La sorcière souffrait d'un vertige pétrifiant depuis toujours. L'an passé elle avait bien tenté de prendre des cours de vol pour vaincre sa phobie et parvenir à monter un jour sur un balai – pour remplir les rangs de l'équipe de Quidditch de Poufsouffle, au hasard, comme le lui avait si gentiment proposé Alan – mais malgré tout son courage, la jeune fille avait rapidement laissé tomber : jamais elle ne montera sur un balai. Autant tenter un numéro de funambule sans filet et avec un partenaire unijambiste, c'était moins risqué.

- Non, tu n'y es pour rien, tu ne pouvais pas savoir. Tu ne voulais que la protéger, ne t'inflige pas ça.

Joséphine n'aimait pas quand Temp' s'infligeait toute seule des punitions morales injustifiées : il était hors de question que ces pourritures de Magicis Sacra arrivent à déstabiliser l'équilibre parfait ou presque qui régnait entre Tempérance et sa mère. Élever seule une sorcière quand on était moldue devait être passablement compliqué et avec les temps qui courraient, ce devait être extrêmement stressant pour tout le monde.

Jo se fit la promesse d'être le plus agréable possible avec la maman de Temp, le soir venu. Elle voulait que sa présence rassure un peu la jeune femme : la pauvre ne devait plus savoir sur quel pied danser.

- A moins que l'Autre soit comme nous. Ça expliquerait peut être pourquoi il est comme ça : j'ai entendu dire qu'un Focifère avait rendu fou-fou un mec qui lui ressemble, il y'a plusieurs années.

Joséphine ria de bon cœur : Temp lui avait raconté comment était 'l'Autre', comme elle se plaisait à l'appeler, et ça ne ressemblait pas à de la folie. Jo plaisantait sur le fait qu'une créature magique ait rendu fou le moldu alors que Joséphine ne l'avait jamais vu de sa vie, même pas en photo mouarf, la meilleure de l'année : Temp a une photo de lui dans sa chambre !. Elle trouvait juste très drôle d'imaginer qu'il aurait pu être un sorcier. D'ailleurs, c'était la première fois que la française osait se rallier à son amie en appelant son beau-père 'l'Autre' : solidarité oblige.

- On va passer une super journée, j'en suis sûre ! Ça va être trop bien !

Et Jo en était persuadée : passer du temps avec Temp était ce dont elle avait besoin.

[Terminé pour Jo]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 400
Âge : 16 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   Sam 16 Mar - 13:27

Jo' semblait croire que Magicis Sacra ne remettrait jamais les pieds à Poudlard, et contre toute attente, c'était à Tempérance de se montrer sceptique. Elle s'était trop faite avoir par le passé : on ne l'y reprendrait plus (ou presque pas, si elle avait son mot à dire !). Elle ne vivait pas tout à fait dans l'anxiété pour autant - contrairement à sa mère, elle était plutôt résignée à son sort, ce qui était rare chez elle. Si les membres de MS décidaient de revenir, ils reviendraient, qu'importe ce qu'une ado un peu (beaucoup) gauche de seize ans aurait à dire sur le sujet. La perspective de devoir se passer de la compagnie de Julian à partir de la rentrée l'attristait davantage pour l'instant que le futur et potentiel retour de Freja (ou madame Blomberg, ça dépend qui demande) dans sa vie dis donc, t'as changé quelque chose, non ? Une nouvelle coiffure ? Des kidnappings récents ?

Parler de Dublin avait le mérite de réconforter Tempérance, qui retrouva très vite le sourire lumineux qui était devenu sa signature. Au sujet de la taille de la ville, elle haussa néanmoins les épaules : « Ce n'est pas si grand que ça pourtant, surtout si tu compares à genre... Londres. On habite un peu loin du centre en fait ! Mais c'est très beau oui ! Enfin, je suis biaisée, mais je pense que c'est quand même vrai. On va passer par Grafton tu vas voir, il y a tout le temps des musiciens là-bas c'est chouette et plein de petites boutiques ! » détailla-t-elle avant de désigner un bâtiment du doigt à travers la vitre. « Je prenais des cours de danse ici quand j'étais plus petite... Pas glorieux. Mais les autres filles étaient super sympas ! » De bons souvenirs de camaraderie mêlés à une inhabilité avouée pour la danse, en somme. Elle aimait bien, mais elle n'était pas sûre que secouer les bras de manière désordonnée soit tout à fait l'objectif de ces cours - et c'était pourtant le meilleur 'move' qu'elle en ait gardé de l'argent bien investi.

« C'est sûr. Mais ce n'est pas très réussi. » ajouta-t-elle concernant sa mère et suite aux paroles rassurantes de sa meilleure amie, un sourire mélancolique aux lèvres. Au moins l'aurait-elle protégée de l'inquiétude pendant presque deux années. Elle supposait que ce n'était pas si mal, si on oubliait le fait qu'en contrepartie, ces deux mêmes années lui étaient lourdement et soudainement tombées dessus début 2014, sans prévenir. Elle savait que les choses s'amélioreraient, sa mère et elle avaient toujours été extrêmement proches - encore plus avant l'arrivée de L'Autre dans leurs vies -, alors elles se débrouilleraient. Mais c'était une chose de se le dire, une autre de le réaliser vraiment.

Elle éclata de rire suite aux allusions de Jo' concernant L'Autre justement, s'attirant un regard effarouché de la part du couple qui était venu s'installer sur les sièges parallèles aux leurs. « C'est trop mignon les Focifères ! Mais je crois que ça ferait une surprise de trop pour ma mère ça, il ne manquerait plus qu'Il soit comme nous... » Un mari et une fille sorcière, ça suffisait pour une vie, sa mère le lui avait bien assez répété. Un mari qui se faisait tuer lors d'un duel sorcier et une fille qui se faisait séquestrer par une organisation maléfique, c'était même trop. Alors un affreux fiancé sorcier ? Ce serait certainement la goutte qui ferait déborder le vase.

« On est arrivé, vite vite vite ! Tu vas voir, ces glaces sont trop bonnes. » garantit-elle avec un air de spécialiste avant d'entraîner Jo' à sa suite pour sortir du bus. Elle avait eu la présence d'esprit de ne se lever qu'après que celui-ci se soit bien arrêté : elle avait trop d'expérience sur le sujet pour risquer d'être projetée à travers les escaliers à nouveau. On ne plaisantait pas avec ça, ce n'était pas du transplanage, mais un bus, ça restait une affaire de pro. Par chance pour Jo', Tempérance en était une.

[ Topic terminé ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [THEME] Frénésie estivale [ Jo ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[THEME] Frénésie estivale [ Jo ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [THEME] En prévision du bal [PV]
» Theme Soubrette maintenant ^^
» [THEME] Retour à Poupou... [Alexey] [RP Clos]
» Pause Estivale
» [THEME] Chouette alors ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Royaume-Uni :: Irlande-
Sauter vers: