AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 A l'orée de la forêt [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 394
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyLun 8 Avr - 17:00

Fonçant telle une fusée à travers le mur de la voie 9 ¾, tirant sa valise derrière elle, les roues volant presque, Joséphine de Guise – alias la Filante rousse, une nouvelle étoile naine du système solaire – tentait péniblement – devrions-nous même dire laborieusement ? - de ne pas rater son train en direction de Poudlard. Papa de Guise ('Paps', qu'elle l'appelait, le vieux), toujours si soucieux de ne pas se faire prendre en flagrant délit de magie par les moldus « T'emmener à Beauxbâtons était quand même plus facile ! » avait transplané à une distance raisonnable de la Gare de Kings Cross. L'étudiante aurait plutôt parlé de distance astronomique mais l'heure n'était pas aux critiques, ni au chipotage. « Couurs, purée ! Tu vas rater ton train ! » lança paps de Guise, essoufflé d'une si longue course dans la gare et à deux doigts de l'infarctus. Sidérée du toupet de son père, la jeune fille fut toutefois bien obligée d'obtempérer : il était hors de question qu'elle rate le Poudlard Express, donc, elle courut.

Bousculant au passage tous les parents d'élèves ces boulets se trouvant sur son chemin, qui agitaient niaisement la main à leur petite progéniture «  BOUGEZ VOUS ! Allez, ça dégage ! Y'en a qui ont un train à prendre. Allez, DÉCAREZ BORDEL ! » la jeune fille sauta presque dans le train en marche. Elle jeta sans ménagement sa valise dans le couloir « Oups j'ai écrasé un première année. Ça va ? Et oui, faut faire attention petit. » et sauta à son tour dans le wagon, devant le regard sidéré des parents restés sur le quai. C'est bon, elle y était. A quelques secondes près, ça aurait été trop tard, mais elle y était. La jeune fille s'adossa contre le mur quelques secondes pour reprendre son souffle : il s'en était fallu de peu qu'elle regagne Poudlard à pattes.

Arrivée trop en retard pour avoir pu rejoindre ses amis, la française devait à présent trouver où s'asseoir. Elle partit donc à la recherche d'un wagon presque vide, valise derrière elle, sachant pertinemment qu'elle allait à un moment ou un autre être obligée de croiser quelqu'un dans l'étroit corridor et se serrer un maximum pour le laisser passer. Jo détestait arriver en retard.

Après plusieurs minutes de marche, elle trouva un compartiment vide et s'y installa. Contre toute attente, c'est Cole Prinston qui la rejoignit et elle passa tout le trajet avec lui. Elle trouva la discussion avec le Serdaigle très enrichissante et se félicita d'avoir – pour une fois – su se passer de ses amis. Hélas, elle ne pouvait toutefois pas arriver au château avant de les voir. Elle sortit du Poudlard Express et alors qu'elle approchait des calèches – sans toutefois trouver aucun de ces amis (ils se cachent ou quoi ?) - la jeune fille porta son attention sur un groupe de 7ème année qui discutaient entre eux. «  Vous avez lu l'article de Skeeter, cet été ? Apparemment, le petit Lupin est un chaud lapin ! Héhé ! Il a pas l'air comme ça, hein.... Sacré Lupin ! »  « Quoique je le comprend. Moi aussi, avec la Weasley, je suis pas sûr de résister bien longtemps. Franchement t'as vu son... » Incapable de se contenir plus longtemps, la française intervint, sans trop réfléchir à ce qu'elle faisait sa spécialité : «  Hey, les crétins des Alpes, vous n'avez rien de plus constructif à faire ? J'sais pas, aller éclater les pustules que vous avez sur la tronche, par exemple ? Mêlez-vous de vos oignons un peu, ça fait très midinette de commérer comme ça. » Leur lança t-elle, le regard plein de mépris, sans toutefois essayer de ne pas trop trembler.

C'est là qu'elle aperçu, en face d'elle, arriver nonchalamment l'objet de la discorde : Teddy, mains dans les poches complètement déconnecté de la réalité, venait en sa direction. Elle foudroya du regard les quatre imbéciles, sans toutefois se déconfire alors qu'en fait elle ne faisait pas la maligne, ils étaient plus grands et plus nombreux qu'elle et avança d'un pas engagé dans la direction de son camarade de classe. En principe, elle lui aurait sauté au cou pour le saluer, trop heureuse de le trouver après toute cette attente, mais hors de question de donner du grain à moudre à qui que ce soit : elle n'était pas suicidaire « Après la belle blonde au sang de Vélane, le petit Teddy s'amourache d'une autre volcanique camarade de classe : une française au tempérament de feu, toute droit renvoyée sortie de Beauxbâtons ! ». Elle attrapa donc le bras du Poufsouffle et l'attira vers la forêt, où elle se cacha avec le jaune et noir derrière un arbre. Là, à l'abris des regards, elle s'autorisa à parler.

« Ah ! Heureusement que tu étais là ! » Elle colla deux bises sur les joues du jeune sorcier, sans ménagement la douceur, sa plus grande force « Franchement tu es arrivé à temps. Désolé, j'ai passé tout le trajet avec Cole. Bref, franchement... quels crétins, ceux-là ! Quoi qu'eux encore, ont l'excuse d'être des adolescents immatures et au cerveau atrophié par les hormones. Mais l'autre, là, la Skeeter. Putain, elle je la croise, je lui fait bouffer ses plumes ! »

Jo remit une mèche de cheveux en place (pas consciente pour un sous que Teddy devait ignorer ce qu'elle avait fait juste avant) et attrapa les pans de la chemise de Teddy, pour planter son regard dans le sien. Pas question qu'il élude une de ses questions avec son petit air nonchalant de je-m'en-foutiste cool.

« Bon toi, comment ça va ? Comment Victoire a pris cette saloperie d'article ? Mal j'imagine. Enfin la connaissant, ça a dû être un feu d'artifice. Cette Rita Skeeter est vraiment un sale petit cafard, elle n'a vraiment que ça à faire ! »

Le visage de la française avait légèrement rougit, complètement (encore) sidérée qu'une journaliste de renom (enfin, qui aurait dû l'être) n'écrive un torchon sur les histoires fausses ou pas d'adolescents de Poudlard. Sans déconner, c'est ça le journalisme ? Les ados de leur âge n'avaient pas assez à gérer entre les hormones, les changements physiques, les études et les passages surprises de Magicis Sacra à Poudlard, pour s'épargner d'avoir à penser à ce que la presse allait divulguer sur leur vie privée ? Jo fulminait depuis qu'elle avait lu ça, cet été, déjà parce qu'elle détestait qu'on s'en prenne à des enfants et surtout parce que – peut être – Teddy faisait partie de ses amis proches. Et elle ne supportait pas qu'on touche à lui, et par extension Victoire, de qui il était très proche.

(1091)[/strike]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ted Lupin
Poufsouffle

Parchemins : 134
Âge : 16 ans { 15/04/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyDim 14 Avr - 11:57

Ted Lupin se dirigeait avec flegme vers sa sixième année d'étude à Poudlard. Sa grand-mère aurait appelé ça de la désinvolture - d'ailleurs, elle l'avait fait, debout sur la plateforme 9 3/4, l'observant avec un mélange de fierté et d'inquiétude difficilement dissimulée. Andromeda Tonks était une femme forte. Adolescente, elle avait tenu tête à sa famille aux idées étriquées pour épouser un Né-Moldu. Adulte, elle avait été arrachée à son mari alors qu'il fuyait l'oppression et avait dû apprendre sa mort à des kilomètres d'elle et de leur fille. Et puis, elle avait dû puiser dans les forces qu'il lui restait alors que sa fille partait participer à la Bataille de Poudlard aux côtés de son mari, malgré les dangers, malgré son fils l'attendant patiemment à la maison, gazouillant en toute insouciance et ignorant tout du destin qui attendait ses parents. Andromeda était une femme forte, mais la perspective de perdre son petit-fils menaçait de la faire vaciller pour de bon.

Harry apparut pour la rassurer, et Teddy adressa un regard reconnaissant à son parrain. Il y avait un moment où répéter inlassablement que "le foudre ne peut pas frapper deux fois au même endroit" ne suffisait plus tout à fait. Il se sépara des siens en apercevant Tempérance traverser le mur menant à la plateforme, arborant cet air qui lui était si particulier et qui parvenait à mêler à la fois un enthousiasme sans bornes - "Je suis tellement contente de te voir Teddy parlons doucement au cas où Victoire rôderait dans les parages !" - et une confusion indéniable - "Je crois que j'ai perdu mon ticket pour le train. Je ne comprends pas, je l'avais mis dans une pochette spéciale exprès et oh- oups elle est par terre ! 'Scuse moi Graham je ramasse juste mon dû, ne te dérange pas pour moi !" Observant son amie avec un amusement évident, il l'aida à traîner ses affaires jusqu'au train.

Il écouta Tempérance lui raconter ses vacances à Dublin et la venue de Jo', mais ne put longtemps ignorer les regards s'arrêtant sur lui lorsque les autres élèves passaient devant leur wagon. Tempérance lui adressa un regard éloquent: "C'est à cause de l'article..." Irrité par le comportement de leurs camarades - le monde sorcier était en péril et tout le monde s'inquiétait de savoir s'il sortait ou pas avec Victoire -, le jeune Poufsouffle espéra un peu sauvagement qu'au moins, Théo ferait partie de cette bande de petits moutons.

Il perdit Tempérance lorsque celle-ci aperçut Erin ("A tout à l'heure Teddy ! Arg, mais où est passée ma baguette ?!"), et fourra les mains dans les poches de son uniforme, cherchant Victoire des yeux. A la place, il observa un curieux spectacle : Joséphine De Guise, debout près des calèches, en train de gesticuler avec animation. Haussant les sourcils, il s'approcha d'elle d'un pas tranquille. « Bah alors, qu'est-ce qu'il t'arrive ? » s'étonna-t-il avec un tact sans égal, avant de se faire traîner sans ménagement jusqu'à l'orée de la forêt interdite. « Euh ? » Il lança un dernier regard confus derrière lui adieu monde cruel mais se laissa faire sans (trop) broncher. Il connaissait assez bien Jo' désormais pour savoir que si elle avait une idée en tête, il ne servait à rien d'essayer de l'arrêter. Elle lui expliquerait bien assez tôt de quoi il en retournait.

D'abord perdu - de quoi parlait-elle, au juste ? -, l'évocation de Rita Skeeter fit s'éclairer le visage du Poufsouffle avec compréhension il comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps. « Ahhh, ils parlaient de l'article, c'est ça ? T'sais t'as pas besoin de te faire de la bile pour ça Jo', laisse les parler. » Il haussa les épaules. S'il avait entendu les paroles précises échangées par ses camarades, peut-être n'aurait-il pas fait preuve d'autant de sang-froid. « Ouais, Skeeter s'attaque à mon parrain depuis plus d'une décennie maintenant. A force il a fini par prendre ça à la rigolade... Et puis, Ginny nous a un peu vengés. » Ce n'était pas pour rien que les sortilèges de Chauve-Furie de Ginny Weasley étaient célèbres. Rita Skeeter avait eu l'opportunité d'en faire l'expérience de très près.

Se retrouvant soudainement avec le visage très près de celui de Jo'- décidément, elle se montrait encore plus intense que d'habitude aujourd'hui ! Le retour en France aurait-il altéré son comportement ? - Teddy sentit son visage chauffer avant de répondre dignement aux interrogations de son amie : « Honnêtement, ça va Jo' ! Vic' l'a moins bien pris, effectivement... » Ce qui constituait un euphémisme. La blonde avait été particulièrement agitée par la nouvelle. « Ça va finir par se tasser, de toute façon. Franchement, je m'en fiche. » La définition même de la force tranquille. Ce n'était pas comme si on lui avait inventé une relation secrète avec Irma Pince, après tout !

[ 808 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 394
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyVen 31 Mai - 8:17

Le flegme emblématique de Teddy, qui aurait du calmer toute personnalité un tant soit peu raisonnée et normale, ne fit qu'aviver la colère de la française. Que le sorcier resta calme devant une injustice pareille avait le don de mettre la Poufsouffle dans tous ses états : Victoire elle au moins était une fille normale. Elle s'énervait peut être un peu vivement parfois – et souvent pour rien – mais au moins elle avait l'intelligence de détecter quand une situation méritait qu'on se battît pour elle. L'anéantissement pur et définitif de Rita Skeeter par exemple, en était une.

Tandis qu'elle tentait péniblement de ne pas se remémorer le trajet qu'elle venait de penser en la charmante compagnie de Cole Prinston – sous peine de voir ses joues virer franchement au rouge, signe authentique d'un trouble sincère – Joséphine dû se contenir pour ne pas prendre Ted par les bras et le secouer franchement. « Laisse-les parler. » Vraiment ? Mais vraiment ? Pourquoi pas les remercier, rire avec eux et les féliciter d'être de si grands esprits, tant qu'on y était ? Ted Lupin ou l'art de pardonner n'importe quoi à n'importe qui fait le malin mon gars, que si tu avais entendu ce qu'ils avaient dit, ça serait pas la même.

- Tu le prends comme ça ? Rita Skeeter fait peut-être rire Harry Potter mais moi elle ne me fait pas rire du tout. Cette dinde me rend dingue et ça rime.

Jo' étouffa un cri de rage, visiblement plus touchée que son ami par ce qu'on disait de lui. C'était fou ça, à sa place, Jo aurait facilement pu cramer le siège de la Gazette du Sorcier après la lecture de l'article de Skeeter. Mais à ce qu'il paraît, dans le trio qu'ils formaient avec Tempérance, c'était elle la plus impulsive sans blague. Peut être avait-elle parfois des réactions disproportionnées et c'était Teddy qui était dans le vrai, optant toujours pour la patience et la pondération ? Non. C'était n'importe quoi. On ne pouvait pas rester calme dans une situation pareille.

- Franchement, j'ai envie de faire des choses que je n'ai pas le droit de faire... Je ne pourrai pas tenir l'année, je te préviens Teddy. Cette Skeeter, vraiment, j'ai envie... Hum... de lui dire deux mots waow.

Remettant une mèche de cheveux derrière son oreille toutes ses péripéties l'avaient décoiffée Joséphine ignorait qu'au fond d'elle un combat faisait rage : d'un, l'envie irrépressible d'envoyer nager dans le lac noir toute personne manquant de respect à ses amis – tel le maître d'un animal de compagnie incontinent qu'on aurait renvoyé hors de la maison – et d'un autre, le sentiment qu'elle devait par sa présence auprès de son ami compenser le fait qu'elle s'était évaporée aux yeux de ses camarades de toujours Teddy et Temp' (qui l'avait en plus de ça reçue l'été dernier, bonjour la honte) – dans le Poudlard Express – pour ne réapparaître qu'à son arrivée à Pré-au-Lard. Qu'allaient-ils penser ? Qu'allait penser Tempérance ? Elle qui avait eu la bonté de l’accueillir dans sa maison en Irlande pendant les vacances scolaires... Elle qui s'attendait sûrement à voir sa meilleure amie lui sauter dans les bras dès son entrée dans le Poudlard Express, comme Joséphine comptait d'ailleurs le faire à la seconde où elle la verrait. Comment leur expliquer qu'elle avait failli rater son train et qu'elle avait fini par discuter des heures durant avec un garçon qui manifestement n'avait ni la maladresse de Tempérance, ni le flegme de Teddy ? Comme ça par exemple. Au fond, la colère que Joséphine éprouvait pour le groupe de 7ème année n'était peut être que la traduction de l'atrabile qu'elle ressentait pour elle-même oui c'est cadeau : sous son manque évident de calme, la jeune fille semblait cacher aussi la peur qu'on lui demande pourquoi cette année-ci, elle n'avait pas rejoint ses amis de Poufsouffle dans leur wagon habituel. Elle avait d'ailleurs peur de ne pas connaître la réponse à cette question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ted Lupin
Poufsouffle

Parchemins : 134
Âge : 16 ans { 15/04/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptySam 1 Juin - 21:38

Ted avait été traîné de force jusqu'à l'orée de la forêt interdite (mais sans trop de protestation) par Jo', et l'incrédulité se lisait clairement sur son visage. Pensant initialement que son amie retrouverait un peu de calme grâce à ses paroles rassurantes - oui, il se fichait des ragots, non ce n'était pas grave, oui peut-être que Victoire commettrait prochainement un crime le meurtre de Joséphine probablement et finirait à Azkaban pour avoir voulu se venger de ces outrecuidants -, il déchanta pourtant rapidement. Au contraire, ses mots semblèrent tourner la colère de Jo' vers lui, et le regard étincelant que lui jeta la Française ne le rassura pas-du-tout. C'était un regard qu'il voyait parfois dans les yeux des femmes de son entourage - Victoire, sa grand-mère, Ginny - et qui ne signifiait généralement rien de bon pour lui un plaisir de revenir à Poudlard.

« Dingue, dingue, c'est un grand mot. Après, c'est vrai que la bave aux lèvres et les yeux fous, c'est un peu beaucoup. A ce point-là ? » demanda-t-il d'un air étonné, se grattant la tête avec perplexité. Les paroles de Victoire concernant Jo' lui revinrent à l'esprit et il observa la jeune fille avec plus d'attention tandis qu'elle gesticulait avec animation. Jo' avait-elle réellement des sentiments pour lui ? « Je ne dis pas que ça me plaît, mais je préfère espérer - naïvement peut-être - que les gens ne croiront pas à ce torchon. » ajouta-t-il précautionneusement, guettant la prochaine réaction de Jo' comme on guette le comportement d'un animal sauvage en somme.

Teddy ne comprenait vraiment pas pourquoi Jo' se mettait dans de tels états. Certes, il n'avait pas entendu les paroles de leurs camarades, et nul doute que si ça avait été le cas, sa propre réaction aurait pu différer, mais en l'occurrence, il ne pouvait qu'écouter son amie pester contre Rita Skeeter, ses paroles insufflées d'une rage rarement vue va pas te faire virer d'une école de plus José. Il était touché qu'elle s'en fasse autant pour lui, mais au vu de sa propre implication dans la Cause, tout ça semblait démesuré pour le très tempéré Ted. Adressant un sourire rassurant à son amie, il posa les deux mains sur ses épaules pour tâcher de la rassurer. « Hé, c'est pas grave je t'assure. Pourquoi t'es agitée à ce point ? C'est juste à cause de ces idiots ou il y a autre chose ? On ne t'a pas vue dans le train avec Tempérance. » remarqua-t-il finalement d'un air concerné. De toute évidence, Jo' avait fait le voyage avec une ou plusieurs personnes autres que Tempérance et lui scandaleux. Peut-on parler de Poudlard Gate ou pas encore ? Bien sûr, Jo' avait d'autres amis qu'eux et il était tout à fait normal qu'elle souhaite voyager en leur compagnie - si Tempérance et lui avaient donc bien constaté son absence, ils ne s'en étaient pas inquiétés outre mesure "Oh tu sais, elle est probablement en train de coller la tête de Noé Montgomery dans une vitre : RAS". Mais maintenant qu'il la voyait aussi perturbée, Teddy ne pouvait s'empêcher de faire le lien avec la situation actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Victoire Weasley
Capitaine de Gryffondor

Parchemins : 638
Âge : 14 ans [2 mai 2000]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyLun 10 Juin - 0:43

Ce jour-là, pour changer, Victoire était sur les nerfs comment ça je ne l’écrit que quand elle est comme ça ? Sa joie de retrouver Poudlard, ses amis, ses camarades, son dortoir, son lit confortable, et surtout de passer une année de plus à faire des bêtises avec Prudence et à vivre des aventures avec Teddy s’était envolée. Depuis sa première année, elle avait toujours passé le trajet en train vers l’école avec son meilleur ami. C’était un de leurs rituels, comme aller au bal de Noël tous les deux. Sauf que cette année, elle avait dû y renoncer. Alors qu’après cette rentrée, elle ne pourrait plus vivre qu’un seul trajet aller avec Teddy ! Oui décidément, elle était en colère. Toute cette rage était tournée vers la raison de sa non présence auprès de son ami à savoir Dominique. Sa petite-sœur. Dom entrait à Poudlard pour la première fois et évidemment, ses parents avaient voulu que Vic reste auprès d’elle dans le Poudlard Express. Et elle n’avait pas dû se trimbaler uniquement sa sœur, mais aussi Molly, la fille aînée de Percy qui effectuait également sa première rentrée. Bien sûr, la blondinette aimait sa sœur et sa cousine. Mais il lui fallait bien avouer qu’elle aurait préféré être avec ses amis plutôt que devoir écouter les bavardes des deux comparses tout en tâchant d’ignorer tous les regards qu’elle sentait se poser sur elle et dont elle suspectait l’article de Rita Skeeter d’en être à l’origine. Et puis il avait été hors de question pour elle d’aller dénicher Teddy et de lui imposer la compagnie de deux gamines de onze ans folles de lui il en avait assez d’elle seule, quelle générosité de sa part, n’est-ce pas ?

Victoire fut débarrassée des deux fillettes en descendant du train. Hagrid les prit en charge pour les emmener aux barques. Vic se mit alors à la recherche de Teddy. Son meilleur ami était plutôt repérable avec ses cheveux bleus vif et sa silhouette dégingandée. Sur le chemin vers les calèches, elle tomba sur Théodore Zabini. Elle s’empressa alors de lui vanter son nouveau titre. Elle affichait fièrement sur sa robe de sorcière le badge de capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor. Un véritable accomplissement dont elle ne cesserait de parler de sitôt. Après un moment, elle n’avait toujours pas vu Teddy passer devant elle et se décida à déterminer où il était passé. Elle laissa Theo, surprise de constater qu’elle ne sentait désormais plus son cœur s’emballer à sa vue.

Alors que la petite rouge et or se dirigeait vers la lisière de la forêt interdite, des phrases lancées par un groupe de septièmes années l’interpella. « Tu as vu comment elle l’a tiré ? Ah ces Françaises... » « Il avait l’air bien content de se laisser embarquer. Si j’étais sa copine, je inquiéterai » Alors que Victoire flairait le bon potin et se demandait de qui les garçons pouvaient bien parler, on lui décrocha un regard qu’elle aurait qualifié de lubrique. « Eh Weasley, si tu cherches ton petit copain louveteaux, je crains qu’il ne se soit trouvé une nouvelle dulcinée et qu’il ne la pelote actuellement dans la forêt interdite. Mais si tu veux de la compagnie je suis là... » Peu décidée à le détromper sur la relation avec Teddy, Victoire lui lança un regard noir et sortit sa baguette à la vitesse de l’éclair. Elle était prête à lui envoyer un maléfice cuisant, l’humiliant devant ses camarades pour avoir osé lui faire des avances dégoûtantes, avant qu’il ne lève les mains en signe de reddition. Elle s’éloigne rapidement de cette bande de crétins et partit d’un pas décidé vers la lisière de la forêt. Son cœur gonflé par la haine, la fureur déformait son visage d’habitude si angélique, la jalousie obscurcissait ses pensées. Sa baguette toujours à la main, elle arriva à sa destination et ce qu’elle vit l’acheva. Joséphine, les mains tripotant la chemise de Teddy, le touchant, riant avec lui. Teddy, les mains sur les épaules de la rouquine, posait un regard doux sur elle, comme si elle était le centre de son monde. Victoire n’était même pas étonnée qu’il soit avec sa camarade. Elle s’en doutait depuis un moment. Et que Teddy nie lorsqu’elle lui en avait parlé ne l’avait que rassuré pendant un bref moment. Peut-être même qu’à force de lui en parler, elle l’avait poussé dans les bras de la Poufsouffle.

Victoire resta un bref instant immobile, trop loin d’eux pour entendre leurs paroles. Elle s’attendait presque à ce qu’ils s’embrassent. Peut-être qu’elle le souhaitait, juste pour voir ce que ça lui ferait de voir son Teddy, son meilleur ami, embrasser une fille. Mais cette image renforça sa colère et elle s’avança vers le duo. Sans être parfaitement consciente de ce qu’elle faisait, elle dirigea sa baguette vers la rouquine et lui jeta le sort le plus violent, une violence animée par sa rage, de Chauve Furie qu’elle avait jamais pu lancer. « Éloigne toi de Teddy salope ! » s’exclama-t-elle en français. Si elle l’avait entendu, sa mère l’aurait tué pour user d’autant de vulgarité. Et pour avoir jeté un sort sur quelqu’un, aussi. Prenant peu à peu conscience de son acte, Vic se força à se calmer, quelques larmes brouillaient son champ de vision. Elle était à bout de nerfs. C'était tout. C’était uniquement pour ça. Pas parce que elle aurait aimé, rien qu’une fois, que Teddy la regarde comme il regardait Joséphine. Elle aurait aimé qu’il la regarde comme une vraie fille. La Gryffondor s’obligeait à examiner Jo plutôt que son meilleur ami. Elle était dans un tel état qu’elle avait peur d’utiliser ses pouvoirs de Vélane sur lui, juste pour pouvoir voir ce regard dans ses yeux. Elle l’avait fait par inadvertance l’année scolaire dernière et elle s’en voulait toujours. Elle s’était alors juré de ne plus jamais activer son don en sa présence, sauf cas de force majeure où elle devrait ensorceler quelqu’un pour les sortir d’une mauvaise situation. Et aussi parce qu’elle avait soudainement peur de lire tout le dégoût et la haine qu’il ressentait face à ce qu’elle venait de faire. Malgré tout ce que Victoire avait pu subir à Teddy pendant leurs nombreuses années d’amitié, il ne l’avait jamais dévisagé, au pire, qu’avec un tantinet d’agacement, un agacement contenu, s’équilibrant avec tout l’affection qu’il lui portait et qui en faisait un regard qui la faisait craquer. Elle n’avait pas envie que cela change mais peut-être, elle le réalisait pleinement désormais, que ce qu’elle avait fait était irrémédiable.

[1 091 mots]



   
proud to be a Weasley
Sur toi jpouvais compter ça m'a eu à l'usure tu commences à me manquer Le temps passe et je dviens possessive quand tu réponds pas jsuis agressive A la base t'étais mon ami mais ça s'est passé autrement jsuis entrain de faire une connerie jcrois que j'ai des sentiments. Jamais sans lui, jamais sans nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 394
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyMar 11 Juin - 0:30

Maintenue par les épaules par les mains de Teddy, Joséphine essayait de se calmer, réalisant que sa réaction mettait mal à l'aise le sorcier. Ses amis le savaient, la Française était très impulsive et les rares fois où elle s'était emportée, les murs de l'école avaient tremblé. Ils n'avaient cependant que très rarement eu la 'chance' d'assister à l'éruption du volcan De Guise, la jeune fille ayant dès son arrivée à Poudlard beaucoup pris sur elle comprendre qu'elle tuait tous les mois un chaton pour apaiser sa rage : la perceptive de se faire renvoyer d'une seconde école de magie l'angoissait énormément « Bon Joséphine, le renvoi de Beauxbâtons passait, mais Poudlard là, ça fait trop. Tu es déshéritée. » « Mais enfin Béa', tu sais bien que c'est déjà fait. En 2009, quand elle a mis le feu à la permanente de Louise Floriot. » « Ah oui pardon. Bon... tu peux retourner dans ta cellule chambre. »

Très rapidement, l'intelligence/l'empathie/le discernement de Teddy rayez les mentions inutiles lui firent l'effet d'une douche froide : d'où – mais d'où ? - le sorcier anglais arrivait à savoir avant elle ce qui la chiffonnait ? Son ami la connaissait si bien qu'il avait deviné que l'attaque des 7ème année envers Victoire et lui n'était pas la seule cause de son énervement. Il la connaissait cependant assez mal pour ignorer le fait que cette mésaventure seule aurait très bien pu la rendre folle, la sorcière exécrant qu'on touche à ses proches plus encore qu'à elle-même.

– Hein ? Non aucun rapport.

Lança t-elle mal à l'aise, en regardant ailleurs, les sourcils arqués.

– J'étais juste avec Cole et c'est vrai qu'on n'a pas vu le temps passer...

Argumenta t-elle, un peu sur la défensive. Bien évidemment qu'elle s'en voulait d'avoir piétiné le rituel qui réunissait le golden trio de 6ème année dès leur arrivée dans le Poudlard Express, afin de débriefer de leur vacances d'été. Elle s'en voulait plus encore, d'avoir passé de merveilleuses vacances chez Tempérance et de n'avoir pas pu la rejoindre à la première occasion venue : Temp' était une amie qu'elle ne méritait décidément pas. Qu'allait-elle croire : qu'elle s'en fichait d'elle ? Qu'elle ne s'était pas régalée en Irlande ? Ou la stricte vérité : que Joséphine était la pire amie du monde ?

Puis, Jo' chassa le trouble que lui avait occasionné le Serdaigle (mais d'où un ami d'ami d'ami arrivait à la perturber – elle – à ce point ?) pour se concentrer sur le principal, le plus important, le vrai :

– Comment l'a pris Tempérance ? Elle ne s'est pas vexée ?

Elle savait que Teddy, ne se formalisait pas de ce genre de choses « Aucun de mes amis ne m'adresse plus la parole depuis plusieurs semaines ? Ils doivent être tous très occupés, je ne suis pas inquiet. », mais Tempérance elle était plus sensible, et surtout plus proche d'elle : elles partageaient leur dortoir depuis longtemps à présent.

Joséphine n'eut pas le loisir d'entendre la réponse de Teddy, puisque des bruits de pas précipités se firent entendre à sa gauche. Elle eut juste le temps d'entrapercevoir un éclair blond arriver sur eux, une microscopique petite silhouette braquer une baguette sur elle et avant qu'elle ait eu le temps de prendre la sienne ou même de penser le faire - ne comprenant absolument pas ce qui se passait - repoussa Teddy d'elle pour lui éviter d'être touché par le sort – qu'elle savait pour elle – inévitable.

Elle ne comprit pas immédiatement pourquoi le sortilège ne lui avait pas décroché la tête des épaules, tellement l'intention était violente. La française compris cependant très rapidement que l'effet était tout autre : une nuée de bestioles volantes - aux griffes acérées - lui foncèrent droit sur la tête, avides de sang. La jeune fille tenta de repousser les multiples attaques des animaux incontrôlables mais ils étaient trop nombreux pour qu'elle réussisse à les empêcher de se prendre dans ses cheveux « Nooonn !!! », mais surtout de lui lacérer le visage. Elle gesticulait, encore et encore, attrapant les ailes des bêtes, pour les lancer au loin les bêtes, pas les ailes hein, en les regardant impuissante revenir à elle, telle une lanceuse de boomerang amateur.

Devant l'inaction de Teddy l'interminable inninterruption des attaques portées à son visage, Joséphine eut l'idée de sacrifier une de ses mains – qu'elle estimait à présent être ses seules armes afin de rester en vie – pour saisir sa baguette à sa ceinture « Avada Kedavra ! » Hop, fin du couple Teddoire. Ne me remerciez pas. et lancer un sort « AVIS ! Allez petits oiseaux, amusez-vous avec les Chauves-Furies !  ».

- Finite Incantatem ! 

Les Chauves-Furies s'envolèrent aussitôt, Joséphine s'appuya sur un de ses genoux, penchée en avant, les cheveux complètement arrachés ébouriffés et pointa sans attendre sa baguette vers Victoire. Elle aurait bien pris une seconde pour récupérer un peu de force, faire le bilan de son état physique et accessoirement respirer, mais elle préférait tenir Victoire (et oui, parce que c'était elle la petite garce peroxydée au QI de moule) en joue.

La Poufsouffle lança un regard si noir à la Gryffondor qu'il aurait suffit à faire fondre toute personne un tant soit peu normale, et vit l'instant où un sort – plus terrible encore – la claquait de plein fouet. Elle regarda ensuite Teddy, non loin d'elle, et réalisa en voyant ses yeux ce qu'elle s’apprêtait à faire. Ses vieux démons étaient revenus au grand galop. Beauxbâtons, Héloïse, Gaspard, l'accident, son renvoi, tout lui revenait en tête et elle blêmit, retenant par la même un sort qui menaçait de fuser vers la lionne et Joséphine abaissa un peu sa baguette vers le sol. La 6ème année se redressa et frotta machinalement sa cicatrice, petite, discrète et invisible aux yeux de tous – sauf d'elle – dans son cou. Le visage lacéré de morsures, vampirisé par des dizaines de petites cicatrices rougeoyantes et saignantes à souhait, elle planta ses yeux dans ceux de Victoire, et cracha :

- Mais t'es fêlée ma fille, ou quoi ?! Qu'est-ce qui t'as pris ?

Disons-le nous, Victoire avait de la chance d'être Victoire. Si la jeune sorcière avait été une inconnue, pas une amie, ni une amie d'ami, elle serait dès à présent sur un brancard direction l'infirmerie - édentée - condamnée à bouffer de la soupe jusqu'à la fin de ses jours. C'est parce qu'elle la connaissait que Joséphine avait réussi à se calmer et à ne pas lui renvoyer un sort dans la foulée ça et la perspective de repartir avec sa valise dans le Poudlard Express avant même d'avoir pu l'ouvrir. Complètement essoufflée, le visage et les avant-bras très douloureux, Joséphine ne voulait qu'une chose : non pas qu'on la soigne, mais comprendre. Pourquoi cette allumée de Victoire Weasley s'en était pris à elle.

(1117)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ted Lupin
Poufsouffle

Parchemins : 134
Âge : 16 ans { 15/04/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyDim 14 Juil - 18:38

Les paroles prononcées par Victoire au cours de l'été résonnèrent dans l'esprit de Teddy, et celui-ci se mit à observer Jo' plus attentivement, cherchant à déceler dans son visage une quelconque trace des soupçons formulés par sa meilleure amie. Ce qu'il y vit surtout c'était de sacrées poches sous les yeux, dis donc tu ne dors plus ma vieille ? une étrange difficulté à le regarder dans les yeux, elle qui était d'habitude si intense et sûre d'elle qui a dit 'un brin flippante' ? Pas Ted ! « Ok... Tant mieux alors ! Vous auriez pu nous rejoindre, remarque. » lui fit-il noter distraitement. Après tout, Cole était fort sympathique, et il n'y avait pas de raison pour qu'ils passent tous leurs voyages tous les trois comme des reclus. Plus on est de fous, plus on rit, non ?

« Tempérance ? Vexée ? » Il haussa les sourcils, adressant un regard surpris à son amie. « Le jour où tu vexeras Tempérance, je crois qu'on sera bons pour vivre la fin du monde, Jo'. Elle n'était pas vexée, par contre elle était un peu inquiète de ne pas te voir apparaître, surtout avec tout ce qui s'est dit pendant l'été sur le fait de retourner ou pas à Poudlard. Mais elle disait aussi que tes parents et toi, vous y étiez d'accord pour que tu reviennes alors bon... On a conclu que t'avais juste tué Noé et que t'étais occupée à cacher le corps, du coup. » Il haussa les épaules avec simplicité. Rien à signaler, en somme. Et certainement rien qui justifie la mine anxieuse affichée par Jo'. Cependant, alors que Teddy s'apprêtait à ajouter quelques paroles rassurantes supplémentaires - non, Tempérance ne te déteste pas en fait elle n'a même pas remarqué que tu n'étais pas là, elle a fait exploser une boîte de friandises au début du trajet et a passé tout le reste du voyage à essayer de toutes les ramasser, en revanche, moi, je t'en veux à mort, etc, etc - plusieurs événements s'enchaînèrent trop vite pour qu'il n'ait le temps de comprendre ce qu'il se produisait avant qu'il ne soit trop tard.

Des bruits de pas, une voix familière, un sortilège... Et Teddy se fit éjecter sur le côté par Jo' dis tout de suite que je pue, Jo', se prenant l'arbre le plus proche de plein fouet. Déboussolé, il leva la tête pour croiser le regard de Victoire, déformé par la rage et laissant Jo' se débrouiller toute seule avec ses chauve-souris, bonne chance camarade ! « Victoire...? » Il avait levé sa baguette à son tour, incertain sur la marche à suivre. Son premier instinct avait été de penser que sa meilleure amie était à son tour sous emprise de l'un des sales coups de MS. Comment expliquer autrement qu'elle vienne de s'en prendre ainsi à Jo' ? Il se tourna vers cette dernière, qui était parvenue à se libérer de l'attaque. «  Jo', ça va ? Tu saignes... » Mais il hésitait à se détourner trop longtemps de Victoire. Seulement, elle n'avait pas l'air possédée, juste furieuse, et refusait obstinément de regarder dans  sa direction. « Ok, pardon my French c'est quoi ce bordel ? » Fronçant les sourcils, et pour en avoir le cœur net, il dirigea sa baguette vers Victoire, et murmura : « Finite Incantatem. » Bien que conscient au fond de lui que son sort n'aurait aucun effet.

Il croisa le regard d'une Jo' échevelée, et sentant sa fébrilité, tâcha de la calmer silencieusement. Quelle que soit la raison de cette situation hallucinante, il n'était pas question de laisser la rousse s'en prendre à Victoire à son tour - il refusait de laisser cette histoire prendre des proportions encore plus désastreuses. « Protego. » souffla-t-il, faisant apparaître un bouclier invisible entre les deux filles, et se retrouvant du même côté de la barrière que Jo'. « Victoire ? » répéta-t-il, confus et comptant sur sa meilleure amie pour lui apporter une explication raisonnable à tout ça. Seulement, il voyait difficilement quoi. Surtout au vu des mots qu'il l'avaient entendue prononcer avant qu'elle ne s'en prenne à Jo'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Victoire Weasley
Capitaine de Gryffondor

Parchemins : 638
Âge : 14 ans [2 mai 2000]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyLun 22 Juil - 1:29

Qu’on se le dise, Victoire avait toujours été une fille spontanée. Que cela soit une caractéristique des Gryffondors, des Weasley, ou juste une partie prépondérante de sa personnalité, elle réagissait constamment de manière instinctive. Parfois c’était complètement imprudent mais elle parlait et agissait sans vraiment réfléchir. En plus, Victoire était l’incarnation même de l’excès. Quand elle était sur les nerfs, elle ne faisait pas semblant. Et quand elle était heureuse, elle rayonnait littéralement, elle dégageait une aura tellement solaire qu’on pouvait même se demander si elle n’activait pas son don de Vélane. Aucune demi-mesure chez Victoire : elle s’impliquait toujours à fond dans tout ce qu’elle faisait, elle ne savait pas faire autrement, et elle prenait les choses très à cœur. Mais elle était encore plus sensible, encore plus prompte aux réactions excessives quand il s’agissait de Teddy. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle avait toujours été comme ça. Pot de colle. Possessive. Épuisante. Parfois, non, souvent, elle se demandait comment son meilleur ami pouvait la supporter depuis aussi longtemps. Parfois, non plutôt tout le temps, elle se disait que c’était parce qu’il avait intégré sa famille tout petit, qu’il avait trouvé en elle une comparse de jeux pas trop ennuyeuse. Elle avait tellement peur qu’il la laisse tomber en se rendant enfin compte qu’elle n’était qu’un poids agaçant qu’il se traînait depuis bien trop longtemps. Alors elle s’accrochait. Elle ne pouvait pas faire autrement. Il n’y avait pas de Victoire Weasley sans Ted Lupin.

Sa possessivité avait atteint de tels sommets irrationnels qu’elle sentait qu’il n’y aurait aucun retour en arrière possible. Pas après avoir lancé un sort violent sur Joséphine devant son meilleur ami. Il ne comprendrait pas son geste. Et elle-même ne le comprenait pas totalement à vrai dire. Elle était jalouse, bien sûr, comme toujours lorsqu’il accordait son attention à une autre fille qu’elle. Mais Victoire sentait que c’était différent. Son pouls battait très fort. Son petit corps vibrait d’une colère intense. Ses larmes se contenaient à peine dans ses yeux clairs où soufflait une tempête mal contenue. Il y avait quelque chose de plus profond que sa simple paranoïa habituelle. Elle avait toujours tellement eu peur de perdre Teddy qu’elle venait peut être de faire l’une des rares choses qui le pousserait vraiment à se détourner d’elle. Elle s’était toujours tellement inquiétée qu’il finisse par s’apercevoir qu’il y avait des personnes bien plus intéressantes qu’elle qu’à force, elle le poussait à bout. Et son geste de fureur était sans doute la goutte qui faisait déborder la potion.

Que pouvait-elle dire pour se justifier ? Qu'elle avait été prise d'une folie passagère ? Qu’elle était sous l’emprise d’une potion malfaisante ou d’un Impérium particulièrement efficace ? Alors que Vic cherchait une excuse plausible pour se justifier auprès de Teddy -parce qu’honnêtement, elle s’en fichait complet de Jo, et même, lorsqu’elle avait réalisé ce qu’elle avait fait, elle s’était dit que sa tata Ginny serait incroyablement fière de l’effet de ses Chauves Furies, la rouquine eut le bon goût de renforcer son agacement. « Ce n’est pas très sensée de ta part d’insulter quelqu’un qui vient de te lancer un sort et qui tient toujours sa baguette à la main » cracha-t-elle avec amertume et colère. Elle ne devait aucune explication à Joséphine, encore moins devant Teddy. Elle avait déjà trop laissé entrevoir ce qu’elle ressentait lorsqu’elle l’avait insultée en Français. Elle n’était pas désolée de son geste au fond, et si Jo attendait des excuses de sa part, elle pouvait toujours aller se gratter.

Victoire refusait toujours de regarder Teddy. Pourtant, tout son être lui criait de se précipiter vers son ami. Dans son accès de folie, elle l’avait vu se heurter contre l’arbre et elle craignait qu’il n’ait une belle bosse. Même quand il prononça son prénom d’un ton déboussolé, même quand il avait lancé un Finite incantatum dans sa direction, elle ne lui avait pas jeté un seul coup d’œil. Il avait tellement foi en elle. Il pensait qu’elle n’était pas dans son état normal, qu’elle était forcément possédée et ce constat lui brisa le cœur. Refoulant un sanglot, elle se jugea assez calme pour remettre sa baguette dans la poche de sa robe de sorcier mais son corps était toujours pris de tremblements.

Quand Teddy lança son Protego pour éviter d’autres incidents, il se retrouva du côté de Joséphine. Elle le prit comme un rejet et elle fut profondément blessée. Mais après tout, c’était bien ce qu’elle méritait. Il prononça de nouveau son nom, complètement perdu, et elle se décida enfin à le regarder même si elle n’était pas sûre qu’un Protego, aussi puissant soit-il, puisse le protéger des effets du charme de Vélane si son don s’activait inconsciemment. Des pointes de douleur cisaillèrent son cœur en le voyant aussi près, mais aussi loin en même temps. De voir ses beaux yeux hantés par la confusion. « Désolée que tu aies assisté à ça Teddy, je ne sais pas ce qui m’a pris. » Une seule larme dévala sa joue et elle la chasse d’une main impatiente, exaspérée de cet accès de faiblesse. Pour sa déclaration, ce n’était qu’un demi-mensonge. Elle savait que sa possessivité avait pris le pas sur la part raisonnable de son cerveau et avait agis pour elle. Mais elle ne savait pas réellement pourquoi. Pourquoi c’était aussi douloureux de voir Teddy aussi proche de Joséphine. Ce n’était pas que l’impression de perdre son ami au profit d’une autre. C’était autre chose, quelque chose qu’elle avait toujours complètement refoulée et refusée d’admettre. Sans doute se voilait-elle la face depuis bien trop longtemps sur ses sentiments envers Teddy. Parce que malgré toutes ses affirmations, lancer un sort à quelqu’un par pure jalousie n’était pas une action normale que l’on réalisait dans une relation purement amicale. Au fond, avec Teddy, cela avait toujours été beaucoup plus fort qu’une simple amitié. Mais sans doute manquait elle de clairvoyance, de maturité, et ironiquement de courage sur le coup mais elle refusait toujours de s’avouer cette vérité-là. Parce que cette vérité était beaucoup trop effrayante. Elle changerait beaucoup trop de choses. Et puis, ce n’était pas comme si Teddy risquait de ressentir la même chose pour elle. Malgré tout ce qu’il pouvait bien lui dire pour la rassurer, elle aurait toujours l’impression qu’il ne la considérait que comme une pseudo petite sœur. Alors peut-être que c’était complètement lâche, mais elle préférait refuser d’admettre qu’il était sans doute plus, bien plus, qu’un ami pour elle. C’était plus simple ainsi.

[1 080 mots]



   
proud to be a Weasley
Sur toi jpouvais compter ça m'a eu à l'usure tu commences à me manquer Le temps passe et je dviens possessive quand tu réponds pas jsuis agressive A la base t'étais mon ami mais ça s'est passé autrement jsuis entrain de faire une connerie jcrois que j'ai des sentiments. Jamais sans lui, jamais sans nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 394
Âge : 16 ans (03/11/97)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charlotte, Alan, Julian & Quentin


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptySam 27 Juil - 18:26

Vous le dites, si je vous dérange Joséphine, complètement essoufflée, n’arrivait plus à parler. Elle avait craché des mots à Victoire, mais était bien incapable de recommencer. Elle tenait toujours la lionne en joue, prête à contrer le moindre sort qui arriverait en sa direction.
Clairement, la française voyait Gaspard. Son ancien collègue de Beauxbâtons, qui sous l’effet de l’emprise de Magicis Sacra avait violenté une de ses amie pour obtenir des informations : Jo ne lui avait laissé aucune chance. Il avait finit à l’hôpital dans un état lamentable et même elle, portait les cicatrices – à vie – de cet épisode noir. Si Victoire n’avait pas reçu un maléfice plus cuisant encore que celui de Chauve Furie, c’était juste pour ça. Jo n’aurait pas supporté s’en prendre à nouveau à quelqu’un qui n’était pas maître de ses actes.

La Victoire, cependant, pas peu fière de son coup, ne semblait pas le moins du monde possédée par qui que ce soit par le bon sens, surtout. Jo s’apprêta à lancer un Expelliarmus bien senti afin de la désarmer pour parler, tranquilou, entre quatre yeux et en venir – si l’occasion s’y prêtait, pourquoi (prions le ciel !) – en venir au mains, pour régler ça une bonne fois pour toute tu vas voir si tu fais toujours ta maligne avec ta perruque en moins sur la tête. Hélas, cette crêpe abyssale de Teddy Lupin lança un Protego afin de protéger sa meilleure amie de la française. Jo lui lança un regard courroucé, complètement dépassée qu’il prenne la défense de la lionne. T’étais là coco ? T’as assisté à la même chose que moi ? Ce démon sorti de l’enfer a besoin d’être neutralisé, et le plus rapidement possible, merci bien ! Agacée que Victoire soit protégée de son courroux par Teddy encore une fois, qui tenait certainement à les garder en vie toutes les deux le faible, la jeune française ne put s’empêcher de rétorquer, à la phrase ô combien comique de la rouge et or.

- Parce que t’es sensée toi, avec les deux neurones qu’il te reste ? Je t’ai posé une question !

Jo fulminait. Elle voulait comprendre. Plus le temps passait, plus finalement la Poufsouffle écartait la thèse de la possession : plus ça allait, plus Victoire restait Victoire, désespérément impulsive, agressive et provocatrice. Jamais elle ne s’en était pris à Jo et n’avait jamais hostile et ce pour une raison très simple : elle était une des plus proches amies de son meilleur ami. Alors pourquoi là ? Maintenant ? Ça n’avait aucun sens. Victoire n’était pas possédée : Jo le voyait, elle avait vu les yeux de Gaspard. Elle savait. Non, c’était autre chose.

- HO ! Je te parle, Barbie !

Victoire s’obstinait à la boucler. Ah ben là, bravo ! On aura tout vu ! Victoire Weasley qui ne trouve pas ses mots. Jo bouillit quand Victoire retrouva l’usage de la parole t’aurais dû continuer à la boucler en fait et balbutia quelques excuses un peu pouraves, à Teddy. WHAT ? Elle s’excusait auprès de Teddy ? Quel rapport ? Et puis quoi encore, elle va faire un discours après ? « Merci, merci. Je tenais à remercier ma famille et mes amis, pour leur soutien. Une attention toute particulière à tatie Ginny, qui m’a appris ce sort. Merci, merci à tous ! Je suis très émue. » Complètement décoiffée, la bouche écumante de bave sur les nerfs, la jaune et noir écarquilla des yeux de la taille d’une soucoupe qu’elle lança sur Victoire oui elle lance des yeux, pas des regards, puis sur Teddy. Sérieusement ? Sérieusement ? Elle n’allait rien lui dire ? Juste elle lui balance une armée de Chauve Souris vengeresse sur la tronche et l’histoire se termine par un [color:ecd7=crimson « Je ne sais pas ce qu’il m’a pris, Teddy d’amour » Pas de soucis. « Oh mais, hé tu sais Victoire, ça arrive à tout le monde ! Je suis bien placée pour savoir de quoi je parle. Allez, sans rancune ! On se fait la bise. »

Jo ne réalisa pas tout de suite que ses petites cicatrices commençaient à suinter saigner, elle avait à présent le visage, le cou, les oreilles, des endroits du crane et les bras ensanglantés. Elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer, mais commençait à en redouter la raison. Son instinct, pourtant oublié derrière sa surprise et sa souffrance physique, lui soufflait que tout ça n’était en réalité qu’une histoire de jalousie. Elle ne voulait pas y croire. Victoire devait savoir que Teddy et elle n’étaient qu’amis s’imaginer avec Teddy ? Yeurk ? Oh mon Dieu quelle horreur !. Elle savait que Jo les défendait toujours, même la lionne, alors qu’elle n’était que l’amie d’un proche. Non, ce n’était pas ça, c’était forcément autre chose. Quelque chose échappait à Jo… mais elle ne voyait pas quoi.

(816)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ted Lupin
Poufsouffle

Parchemins : 134
Âge : 16 ans { 15/04/1998 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma


A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] EmptyMer 31 Juil - 22:44

Au milieu du drame en cours, Ted songea avec philosophie que décidément, il ne pouvait pas gagner. Victoire avait enfin tourné la tête vers lui après qu'il ait jeté un Protego entre eux, et la peine était immanquable dans ses yeux. Quant à Jo', elle lui adressa un regard particulièrement courroucé, ayant l'air de considérer qu'il lui avait fait un tort spécial en l'empêchant de se jeter sur sa meilleure amie. Courroucé et sanglant à souhait : il commençait à se dire qu'il ferait des cauchemars de cette soirée jusqu'à la fin de sa triste existence.

Mais Victoire avait beau se conduire de manière totalement insensée, il ne retirerait pas son sortilège du bouclier pour autant, que Jo' lui lance des regards furibonds autant qu'elle le souhaitait. Il faisait ça pour les protéger l'une de l'autre. Il était bien placé pour savoir ce dont Joséphine était capable, elle lui avait après tout raconté la raison pour laquelle elle avait été expulsée de Beauxbâtons, ce fameux soir où Victoire l'accusait d'avoir eu un rendez-vous galant avec elle dans les cuisines. Pas question que Victoire finisse à Sainte-Mangouste, merci bien. Et bonne chance pour aller expliquer à Bill ou à Fleur Weasley que leur précieuse petite fille s'était pris un petit Bombarda dans la face, hein. Ce n'était pas les regards de hérisson offensé de Jo' qui calmeraient ces deux-là. Quant à Vic', il aurait été bien en peine de prédire ce dont elle était capable en cet instant, et c'était ce qui l'inquiétait plus que tout le reste.

Il ravala sa salive devant les piètres excuses de Victoire - qui, comble de l'ironie, lui étaient adressées à lui. Il pouvait pratiquement sentir la fureur émanant de Joséphine -, son regard se durcissant. Il avait voulu croire qu'elle était possédée par MS plutôt que de faire face à la vérité, qui était pourtant toute simple et nettement moins maléfique. Elle s'en était pris à Jo' parce que. Parce ce qu'elle pensait qu'ils sortaient secrètement ensemble, et que faute de lui en vouloir à lui, l'autre Française avait constitué une cible plus facile. Jo' ne devait pas tout à fait en être arrivée à cette conclusion-là, et continuait à insister auprès d'une Victoire qui décidément n'en avait cure. Il se tourna vers elle.

« Tu saignes, Jo'. »
répéta-t-il calmement. « Tu veux que j'essaye de te soigner ? Tempérance serait peut-être meilleure à ce type de sortilège. Je peux aussi t'accompagner à l'infirmerie. » proposa-t-il d'un ton pratique, détaché. Le dernier point n'arrangerait pas Victoire outre mesure, car l'infirmière risquait d'avoir des questions sur l'origine des dizaines de petites coupures parsemant le visage de la rouquine, et le fameux "je suis tombée dans les ronces, quelle empotée !" ne suffirait pas nécessairement à la convaincre - sans parler du fait que Jo' ne voudrait peut-être pas mentir pour le bénéfice d'une personne qui venait tout juste de l'attaquer dans un moment injustifiable de pure folie.

Il soupira, ramenant les yeux vers Victoire. « 'Je ne sais pas ce qui m'a pris' n'est pas une explication, Vic'. Je crois que Jo' a le droit à un peu plus, non ? » C'était surréaliste : la situation, ses propres mots, le comportement de Victoire. Il avait la vague impression d'être un professeur de maternelle, en train de demander des excuses plus poussées à un élève pris la main dans le sac, en train d'étrangler à mains nues l'iguane de la classe dans cette analogie, Jo' est l'iguane, de rien. Il se frotta les yeux, espérant se réveiller en sursaut d'un rêve particulièrement réaliste. « Ce qui vient de se produire est totalement absurde. » énonça-t-il plus pour lui que pour les deux filles, faisant preuve d'un flegme qu'il ne ressentait pas tout à fait. Mais c'était un peu trop d'émotions en trop peu de temps. Il avait encore du mal à accepter que c'était bien réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





A l'orée de la forêt [PV] Empty
MessageSujet: Re: A l'orée de la forêt [PV]   A l'orée de la forêt [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'orée de la forêt [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La forêt morvandelle
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» Le Roi de la Forêt Noire, Thranduil Verte-Feuille
» Forêt Notre Dame (Val de Marne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: King's Cross-
Sauter vers: