AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Débriefing [PV Victoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Douglas MacLeod
Serdaigle

Parchemins : 62
Âge : 11 ans (7/04/2003)
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan


Débriefing [PV Victoire] Empty
MessageSujet: Débriefing [PV Victoire]   Débriefing [PV Victoire] EmptySam 27 Juil - 22:21

Douglas rôdait à proximité de la salle commune de l’ennemi Gryffondor. Trois semaines s’étaient écoulées depuis la tragédie la défaite de l’équipe de Serdaigle, mais, en cette froide soirée de Décembre, alors que l'Ecosse plongeait dans la nuit hivernale et que le château bruissait des préparatifs du bal de Noël, le jeune garçon ne l’avait toujours pas digérée. Il rêvait encore, nuit après nuit, qu’il volait au-dessus du terrain de Quidditch, penché sur la Comète de l’école, les yeux fatigués à force de scruter le ciel, et le cœur inquiet à l’idée de ne jamais voir le vif d’or percer les nuages chargés de neige. Parfois, il se réveillait avec des courbatures dans les jambes et dans les bras, comme s’il sortait d’une séance d’entraînement. D’autres fois, durant cette courte, cette délicieuse poignée de secondes qui marquait la frontière entre les songes et la pleine conscience, il oubliait que le match avait déjà été joué, et qu’ils avaient perdu. Bizarrement, il semblait être le seul élève de Serdaigle à ressasser leur débâcle : ses camarades n’en parlaient jamais, et c’est tout juste si le sujet avait été évoqué au sein même de l’équipe. Douglas analysait ce silence comme un aveu de faiblesse, la preuve que sa maison était engluée dans une sorte de léthargie générale, qui l’amenait à considérer le fiasco qu’avait été le match avec résignation, comme si l’échec était, désormais, une fatalité avec laquelle il fallait composer : au fond, depuis combien de temps les Aigles n’avaient-ils pas décroché une coupe ? Même en classe, les autres maisons récoltaient plus de points qu’eux. A croire qu’ils avaient collectivement renoncé à briller. Douglas en était scandalisé. Jamais il ne lui vint à l’esprit que, si personne n’évoquait la défaite en sa présence, c’était uniquement parce qu’on ne lui adressait pas la parole cherchait à ménager sa susceptibilité : après tout, il était celui qui avait manqué le vif et ses cent cinquante points…

- Vous savez, jeune homme, ce n’est pas parce que vous faites des tours de couloirs depuis trente minutes que je vais vous prendre en pitié : je vous le répète, vous n’avez rien à faire ici !
La voix cassante de la grosse dame, dont le portrait gardait l’entrée « secrète, ultra secrète, du coup tout le monde la connait » de la salle commune de Gryffondor, tira le sorcier de ses pensées. Il lui lança un coup d’œil méprisant, et hésita à lui signaler que, quand on avait la carrure d’un jeune cachalot et la figure qui allait avec, on avait au moins la décence d’être aimable, ou, pour le dire autrement « Sois poli si t’es pas joli », mais, finalement, il préféra tout simplement l’ignorer, et effectua un nouveau demi-tour juste sous son nez. Douglas détestait parler aux personnages des tableaux dont les murs de Poudlard étaient – hélas – recouverts (d’ailleurs, il trouvait le génie des peintres sorciers extrêmement limité : il suffisait de compter le nombre de bouches tordues, pieds bots et autres strabismes sévères dont leurs sujets étaient affublés pour s’en convaincre. Quant à la perspective… Mais non, mieux valait-il ne pas le lancer sur le sujet. Comme quoi, la magie ne remplaçait pas le talent, et, en son for intérieur, Doug avait rebaptisé les couloirs du château le « musée des horreurs »). Ils étaient bornés, bavards, bruyants et, d’une manière générale, ils se mêlaient de tout et n’importe quoi comme les gens, en fait, maintenant qu’il y réfléchissait. Et puis, il trouvait franchement avilissant d’être obligé de s’en remettre à eux pour pénétrer dans certaines pièces, trouver son chemin, ou savoir si, oui ou non, on avait un épi à l’arrière du crâne (sombre histoire dans laquelle il avait dû impliquer la naïade qui ornait un des murs de la salle-de-bain). La race humaine ne s’était pas élevée aussi haut pour tailler la bavette avec de vulgaires taches de peinture, nom d’un chien !

Alors, quand il avait découvert, trente minutes plus tôt, qu’il ne pouvait entrer dans la salle commune de Gryffondor comme il l’avait escompté ce grand optimiste, il l’avait très mal pris. Lui qui s’était attendu à triompher aisément d’une devinette beaucoup trop facile pour son intelligence supérieure, du genre de celles que leur servait le heurtoir de Serdaigle, avait été fort surpris de découvrir qu’il lui fallait un mot de passe pour atteindre son but. Il était fort possible qu’il eût plus ou moins laissé entendre que les Gryffondors devaient définitivement être des « crétins mal dégrossis, incapables d’utiliser leurs cerveaux au quotidien » pour avoir opté pour un système « aussi profondément bas-étage » que celui-là. Mais que pouvait-on attendre d’autre d’une maison qui avait visiblement choisi de « privilégier les muscles sur l’intellect ». Depuis, la grosse dame et lui se battaient froid et Douglas en était réduit à arpenter le couloir en long, en large et en travers.

Mais, soudain, le visage du Serdaigle s’éclaira : enfin, enfin, le portrait pivota sur lui-même et laissa apparaître – coup de chance - celle qu’il attendait depuis le début.
- Ah Weasley, parfait, pile la personne que je cherchais, dit-il en se frottant les mains d’un air satisfait. Puis, sans laisser le temps à la jeune fille de respirer, il fonça sur elle, telle la torpille à tête chercheuse ayant identifié sa cible, et lui serra la main avec le plus grand sérieux. Pour un peu, Victoire aurait pu se croire à un dîner d’ambassadeurs. Douglas MacLeod, l’attrapeur de Serdaigle. Je voulais savoir : quel balai utilises-tu pour voler ? C’est le tien ? Tu en es satisfaite ? Pourrais-tu me dresser, s’il te plaît, une liste exhaustive de ses qualités et de ses défauts ? Dirais-tu qu’il correspond particulièrement à ton poste ? C’est que je songe à investir moi-même, vois-tu, et personne ne semble capable de me renseigner, c’est parfaitement insensé… Précisa-t-il, d’un ton pompeux.
Car, en trois semaines, Douglas avait largement eu le temps de se repasser le film du match, et il en était arrivé à la conclusion suivante : il avait nettement mieux joué que Victoire et ne devait son échec final qu’à la médiocrité du balai prêté par l’école. De toute façon, qui pouvait sérieusement croire qu’une fille était capable de le battre à la loyale ?

[1016 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Victoire Weasley
Capitaine de Gryffondor

Parchemins : 764
Âge : 14 ans [2 mai 2000]
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam


Débriefing [PV Victoire] Empty
MessageSujet: Re: Débriefing [PV Victoire]   Débriefing [PV Victoire] EmptyLun 12 Aoû - 0:21

Victoire & Douglas

Depuis trois semaines et sa première victoire en tant que capitaine de l’équipe de Quidditch des Gryffondors, Victoire tenait une forme olympique. Au bout d’un match particulièrement long, glacée par un froid ambiant et quelques flocons de neige qui venaient cingler son visage, elle avait finalement attrapé le vif d’or, commençant ainsi la saison des lions sous les meilleurs auspices. Victoire en était évidemment des plus satisfaites. Elle n’avait pas été nommée capitaine pour faire figuration, ça non, et elle était bien déterminée à remporter la Coupe de Quidditch cette année, la dérobant enfin aux Poufsouffles qui la détenait depuis bien trop longtemps, et ainsi infliger un sacré revers à Alan Carmichael, le capitaine des jaunes et noires et son rival. L’équipe à abattre avait, elle aussi, gagné son premier match mais rien n’était encore joué. Victoire espérait convaincre un de ses joueurs de prendre le rôle d’attrapeur pour leur second match, qui se déroulerait justement face aux Poufsouffles. Elle avait beau eu un rôle décisif dans leur première victoire, elle ne se sentait pas à l’aise à ce poste. Vic se mettait déjà suffisamment la pression pour ne pas, en plus, en rajouter une supplémentaire en étant attrapeuse. Poursuiveuse était son poste idéal, son poste de cœur, son futur poste lorsqu’elle intégrerait une équipe professionnelle de Quidditch. Elle ne voulait pas perdre la main en se focalisant trop sur la tâche d’attrapeuse.

Décembre était arrivé, emprisonnant toute l’école de sorcellerie dans une froideur mordante, heureusement canalisée par les divers feux de cheminée qui brûlaient dans les pièces du château il serait vraiment temps d’installer le chauffage central à Poudlard. Victoire avait particulièrement été gelée dans la salle de classe de Divination, en haut de la tour nord. La professeure Trelawney, enveloppée dans une dizaine de châles, ne devait pas sentir l’air glacial c’est parce qu’elle se réchauffe à coups de boissons alcoolisés. La bonne humeur de Victoire avait été quelque peu refroidie lorsque la vieille toupie lui avait prédit en lisant dans sa tasse, ses grands yeux arrondis comme des soucoupes et ses cheveux volant dans tous les sens lui donnant l’air d’une illuminée totale, qu’elle « devait craindre l’homme changeant au prochain soir de fêtes » avant de déclarer, à grand renfort de soupirs et de secouages de tête, que « de grands malheurs vous attendent ma pauvre, pauvre enfant. » Victoire n’avait pas prêté une oreille très attentive à la soit disant prédiction, pas plus qu’aux avertissements de la sorcière qui, si elle était très amusante, aurait mieux fait d’être internée à Sainte-Mangouste pour guérir de son obsession de la mort.

Après ses cours de la journée, Victoire avait passé son heure de permanence à avancer sur ses devoirs : la rédaction de deux parchemins sur l’utilité du philtre calmant (pour elle, vu le nombre de crise de nerfs qu’elle pouvait se taper, ce serait sacrément bénéfique) et elle avait aussi dû s’entrainer au sortilège d’Evanesco sur son chaudron de Potions. L’heure passée, la blondinette sortit de la Grande Salle et se rendit à sa salle commune en compagnie de Vanellope et Psychée, ses camarades de chambre. Après avoir déposé ses affaires dans son dortoir, Vic passa un bon moment à papoter avec Stef. Ayant convenu de rejoindre Teddy avant le dîner, elle laissa son amie et s’engouffra par la sortie, marquée par le dos du tableau de la Grosse Dame. A peine avait-elle posé un pied dans le couloir du septième étage qu’un minuscule petit brun l’aborda. A son air satisfait, elle se dit qu’il devait l’attendre depuis un bon bout de temps et cela l’inquiéta, serait-il un de ces fans psychotiques qui finissent par tuer la personne qu’ils admirent pour éviter que d’autres ne posent le regard sur elle ? Elle avait bien senti une ombre la suivre ces derniers temps l’intrigua. Vic ne reconnut pas de suite le garçon, même si elle se rappelait l’avoir vu dans la troupe d’élèves prêts à être répartis lors du banquet de rentrée. « Salut… » avança-t-elle prudemment, légèrement décontenancée par la poignée de mains vigoureuse du jeune bleu et bronze. Lorsqu’il se présenta, le visage de la blonde s’éclaira –le replaçant enfin, et elle lui adressa un sourire lumineux. Ce sourire faiblit quelque peu lorsque Douglas la harcela de questions et elle comprit rapidement pourquoi personne ne parlait à cet individu détestable trouva également insensé que personne d’autre qu’elle, au choix chez les Serdaigles, ne puisse le renseignee.

Victoire pensa un instant à congédier le première année. Après tout, elle ne le connaissait pas et elle n’avait aucun intérêt à le renseigner. D’ailleurs, elle trouvait tout à fait étonnant qu’il soit venu la voir elle pour des informations. Elle n’était tout de même pas vendeuse dans un magasin de balais par Merlin ! Néanmoins, Vic était de très bonne humeur ce qui n’arrivait pour ainsi dire jamais cf les topics précédents aussi accepta-t-elle de répondre à Douglas avec amabilité : « Tu sais Douglas, je ne sais pas si je devrais vraiment te répondre. Tu joues pour l’équipe adverse et en tant que capitaine, je ne voudrais surtout pas avantager mes adversaires. » La malice brillait dans le regard de Victoire, faisant miroiter la mer prisonnière de son regard. « Je rigole. J’ai un Brossdur 13. Mon oncle me l’a offert il y a quatre ans, avant ma première rentrée à Poudlard. J’en suis très satisfaite, c’est un bon balai, qui obéit bien et il atteint les 120 kilomètres en dix secondes ! Je suis poursuiveuse normalement, et je trouve qu’il est idéal pour ce poste. En dehors de la vitesse, il encaisse bien les chocs des Cognards. » Que pouvait-elle dire d’autres ? Vic n’avait jamais trop regardé les défauts de son bon vieux Brossdur. Bien sûr, de meilleurs balais existaient sur le marché mais ceux-ci avaient un certain coût et pour le moment, le sien lui convenait. « Je trouve indispensable d’avoir son propre balai pour jouer aux matchs, on se demande encore comment ceux de l’école réussissent à voler…Après tout dépend de ton budget. Si tu comptes rester attrapeur, je te conseillerais plutôt un des modèles récents de Nimbus ou encore un Eclair de feu. Ils atteignent des pointes de vitesse assez phénoménales donc si tu te retrouves en duel avec un autre joueur pour attraper le vif d’or, c’est l’idéal. » Les yeux clairs de Vic brillaient et tout son visage reflétait sa passion pour le Quidditch. D’ordinaire, elle parlait des balais avec son cousin James qui tentait de convaincre ses parents (et réussirait probablement, ce garnement était une teigne) de lui acheter le nouveau Eclair de Feu.

[1 105 mots]



   
proud to be a Weasley
Sur toi jpouvais compter ça m'a eu à l'usure tu commences à me manquer Le temps passe et je dviens possessive quand tu réponds pas jsuis agressive A la base t'étais mon ami mais ça s'est passé autrement jsuis entrain de faire une connerie jcrois que j'ai des sentiments. Jamais sans lui, jamais sans nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoshisavatars.tumblr.com/
 
Débriefing [PV Victoire]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Acte malsain à l'église (PV Victoire)
» [En pause] Ce sera sans poésie qu'on s'aimera. [Kerian Shabishisa/Victoire Dremso]
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» Mirlande Manigat genyen nan Latibonit, Nodès, Nodwès, Sant, egalite nan Sidès.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Lieux de passage :: Les Couloirs et Escaliers-
Sauter vers: