AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Le Deal du moment : -30%
Casque-micro sans-fil Sony pour PS4 + 1 jeu offert
Voir le deal
69.99 €

Partagez
 

 Oh ma belle [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 32
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptyMar 10 Sep - 20:58

Alfie & Ringo


Janvier 2015

« Pierre… » scandèrent en coeur Alfie et Léopold, tout en réalisant le célèbre geste avec leur main. « Papier… » la tension se faisait ressentir. Il faut dire que l'enjeu était de taille. « Ciseaux ! » conclurent-ils en définissant la figure choisie avec leurs doigts. Léopold avait choisi les ciseaux. Alfie, la feuille. Dans son raisonnement psychologique, le blondinet avait pensé qu'un garçon aussi bourru que Léo, et de surcroît l'un de ses amis les plus proches, brandirait fièrement son poing à la fin de la réplique. Il s'était planté en beauté. Des cris de victoire jaillirent de tous ses camarades présents. Le jeune Hartley sentit un bref frisson lui parcourir l'échine : il savait ce qui l'attendait. Toutefois, il gardait toujours un sourire amusé au coin des lèvres.

Léopold, Noé, Harvey et Alfie étaient assis en rond autour d'une table dans leur dortoir, table sur laquelle on retrouvait une bouteille de vodka à trois-quart remplie - qu'ils avaient habilement fait entrer dans le château sur les conseils avisés du capitaine de quidditch ricain de leur maison et quatre minuscules verres, le plus souvent appelé "verres à shots". Harvey ne se fit pas prier pour se saisir du flacon d'alcool pourvu qu'on a l'ivresse remplir le godet d'Alfie. Les deux autres garçons commencèrent à taper des poings sur la table pour encourager le perdant à siffler son shot de vodka. « Bon ok, d'accord les gars… Santé ! Mais pas des pieds ! » clama le principal concerné et de claquer son verre d'un geste habile, sous les rires plus ou moins prononcés de ses amis. Il faut dire qu'Alfie était un grand blagueur et, même si certaines de ses blagues étaient bien beauf, il ne perdait jamais une opportunité d'en placer une au bon moment. La liqueur russe traversa sa gorge et lui réchauffa l'estomac. Il ne put tout de même pas s'empêcher de toussoter quelques fois. Après tout, le jeune homme venait de devenir majeur et de ce fait, découvrait seulement les plaisirs - et les conséquences parfois désastreuses - de l'alcool.

Cependant, ce qui lui avait valu un instant de stress n'était pas le misérable shot qui l'attendait à la suite de sa défaite mais bien le gage qui l'accompagnait : dans la version du jeu par les Serpentard de sixième année ici présents, le perdant devait non seulement boire mais aussi tirer au sort un petit papier sur lequel chacun avait inscrit plusieurs défis, en y apportant sa petite touche personnelle afin que ceux-ci soient les plus humiliants possibles. Encore une fois, ce fut Harvey qui fut le plus insistant « Le gage ! Le gage ! Le gage ! » commença-t-il à demander, bientôt rejoint par Noé et Léo. Alfie soupira. Il ferma les yeux et piocha au hasard l'un des billets rédigés avec application par l'un des quatre garçons. Il déballa ensuite le petit papier, en découvrit son contenu et soupira une nouvelle fois, non sans ressentir une pointe d'excitation. Il étendit son corps entier sur le sol froid du dortoir des vert et argent et réfléchit quelques secondes, pendant que ses potes, interpellés, s'empressèrent de s'emparer du papier contenant le défi pour le lire à haute voix. « Tu dois écrire une déclaration d'amour à la fille de ton choix et lui en faire part oralement dans un lieu relativement fréquenté. » dévoila Léopold, d'une voix plus qu'amusée. De nouveau, des rires retentirent parmi les étudiants.

Après un court moment de méditation, Alfie se releva et attrapa des mains de Léo le gage version manuscrite. « Je vais le faire, bande de Scroutts à pétards, pour vous prouver que je ne suis pas une poule mouillée. » annonça-t-il fièrement. À vrai dire, il avait la cible parfaite en tête. Le souper se rapprochant, le jeune homme ne devait pas trop tarder et il se dirigea vers sa valise pour en sortir un parchemin et une plume, tout en narguant son ami Harvey. « En tout cas, vu le niveau de langage de ce gage, c'est sûr que ça vient pas de toi, Harvey ! » Le blondinet dut ensuite esquiver le coussin qui se dirigeait directement dans sa tronche, projectile rapidement choisi par son ami faussement vexé. Au fond, Alfie se fichait de savoir si c'était Léo ou Noé qui avait inventé ce défi ; il était joueur et très compétitif. On venait tout simplement de lui donner une nouvelle chance de prouver qu'il était un tombeur confirmé au cas où certain(e)s venaient à en douter. Une fois de retour à sa place, il hyppogriffonna un court poème puis le montra à ses camarades de chambrée qui ne purent s'empêcher de rire une nouvelle fois tellement le texte était ringard. D'un côté, c'était le but.

Par la suite, les quatre joyeux lurons se dirigèrent vers le Hall d'entrée, premier point stratégique du plan fomenté par Alfie, non sans continuer à se charrier inlassablement les uns les autres. Une fois devant la porte de la Grande Salle, laquelle était à moitié remplie, le blondinet jeta un coup d'oeil à la table des Serdaigle. Fort heureusement, sa cible pour la soirée ou pour la vie s'y trouvait encore occupée à bouquiner. Il se tourna alors vers ses comparses et leur dit « Allez, ouste, allez observer le spectacle d'un peu plus loin. » et de leur faire signe avec les mains de s'éloigner. Ne voulant pas rater une telle démonstration d'affection en public, les trois Serpentard s'exécutèrent et s'assirent aux premières loges sans tenir des pauvres première année qu'ils écrasaient à la table des Poufsouffle.

Ringo McConnell décida enfin de se lever et de se diriger vers la sortie de la salle. Le sixième année prit une grande inspiration et serra fermement le parchemin qu'il avait entre les mains. Une fois la jolie brunette à sa hauteur, il l'interpella : « Hey McConnell, ça fait longteeeemps… » et de se placer un peu plus devant elle, au cas où elle serait pressée et voudrait partir avant d'entendre le texte romantique qui lui était dédié. « Écoute, je ne peux plus garder tout ça pour moi, il faut que je te fasse part de quelque chose… » déclara-t-il, d'un ton mélodramatique, tout en s'essayant à sa plus belle imitation d'un acteur Shakespearien. Il s'éclaircit ensuite la voix tout en déballant son parchemin et commença l'élocution de ce doux poème qu'il avait écrit en deux minutes montre en main quelques instants plus tôt.


« McConnell, oh ma belle
Avec le temps, tu es devenu mon essentiel
De mes yeux, tu es sans aucun doute la prunelle
Ce que j'aime par dessus tout, c'est ton côté rebelle
Vers mon coeur, tu as creusé un tunnel
Dès que je croise ton regard, je me sens pousser des ailes
McConnell, oh ma belle
Quand voudras-tu enfin être mienne ? »


Plutôt satisfait de son discours, il leva les yeux de son parchemin et observa la jeune fille de son regard perçant, curieux de connaître sa réaction.

[1195]
Revenir en haut Aller en bas

Ringo McConnell
Ringo McConnell
Serdaigle

Parchemins : 724
Âge : 18 ans (1er octobre 1996)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 5


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptyLun 14 Oct - 22:25

Ringo & Alfie

Ringo n’avait pas vu passer le premier semestre de sa septième année. Les devoirs et les examens blancs censés préparer aux ASPICs s’étaient enchaînés à une vitesse affolante. Puis, Rin s’était retrouvé à Ilvermorny avec la Brigade Anti-Menace et, que Merlin lui en soit témoin, elle ne recommencerait pas de sitôt une aventure pareille. Elle avait bien cru que la panique la submergerait quand elle avait imaginé que ses camarades et elle se retrouveraient coincés dans l’école américaine. Elle s’était même sentie soulagée de retrouver Inverness pour les vacances de Noël malgré l’atmosphère bizarre qui régnait dans sa maison.

Son père était revenu. Il avait terminé sa dernière mission. Quitté l’armée. Ringo l’avait découvert lorsque les familles des élèves avaient été autorisées à se rendre à Poudlard une fois l’école débarrassée de Magicis Sacra. L’aiglonne ne s’était attendue à voir personne. Elle pensait qu’elle se contenterait de se réjouir pour ses amis qui, eux, retrouvaient leur parents. Sa mère ne mettrait jamais un pied dans  cette "école de cinglés" comme elle appelait Poudlard. Mais l’incroyable s’était produit. Son père était venu. Accompagné d’un agent du Ministère. Les yeux cernés, une barbe lui couvrant les joues et les cheveux plus longs qu’elle ne lui avait jamais vu. Mais il était là. Vivant. En bonne santé. Après deux mois sans nouvelles, des mois sans le voir en face d’elle, il était enfin avec elle. Dans l’endroit le plus magique qu’elle connaisse.

Sans nouvelles d’elle, et à force d’harceler le département du Ministère en charge des relations avec les familles moldues parce qu’un département pareil, ça doit forcément exister, son père pris connaissance de l’occupation de l’école de sa fille par des mages noirs. Aussitôt, il demanda à revenir en Europe. Il prit définitivement congé de l’armée lorsque la sixième année de Ringo prit fin. Il avait visiblement enfin pris conscience de tous les problèmes qui couvaient dans sa propre famille, de toutes les tensions. Et il s’était évidemment mis en tête de les résoudre. Ringo adorait son père. C’était l’homme le plus brillant, le plus aimant, le plus tolérant, le plus courageux, le plus protecteur de la terre entière. Mais il était aussi beaucoup trop naïf. Il pensait que des années de blessure et de souffrance se régleraient à coups de thérapie. Thérapie de couple, thérapie avec les enfants, réunion pour lui avec d’autres vétérans pour échanger sur leurs syndromes post-traumatiques. Tout ça était bien gentil, et la brunette ne doutait pas que cela fonctionne pour certaines personnes, mais elle questionnait leur efficacité dans son propre cas.

Les fêtes d’hiver avaient été étranges. Trop calmes. Pleines de sourires forcés et d’hypocrisie. Ringo n’avait pas été mécontente de retrouver son autre maison, Poudlard. Elle avait du mal à imaginer que dans quelques mois, elle en ressortirait diplômée. Qu’elle n’y connaîtrait plus de rentrée scolaire. Qu’elle s’envolerait pour un autre chemin, sans doute tout aussi passionnant mais pas forcément moins difficile. Ce qui était sûr, en revanche, c’était qu’elle emporterait avec elle un peu de Poudlard.

Ce soir-là, Ringo, ô surprise, révisait dans la Grande Salle son manuel avancé de Potions. Elle était attablée seule, dans le bout de la table des Serdaigles. Payton et Louis étaient ensembles et Cole devait probablement être avec Joséphine. Rin adorait ses amis. En revanche, elle n’aimait guère servir la chandelle aussi préférait-elle largement passer un moment tranquille avant qu’ils ne dînent tous ensemble. D’ailleurs, elle se fit la réflexion que l’heure de manger approchait et qu’il fallait qu’elle débarrassasse sa table de tous les bouquins qui y traînaient. Elle les rangea dans son sac et se dirigea vers la sortie de la salle. C’était sans compter sur Alfie Hartley qui l’intercepta avant qu’elle ne passe la porte. Ringo se retint d’aborder la posture défensive, bras croisés sous sa poitrine, qu’il ne manquait jamais de susciter en elle. « Pas assez longtemps Hartley, pas assez longtemps » lui répondit-elle en esquissant un sourire de façade.

La jeune fille retint un soupir. Il lui semblait bien qu’elle avait aperçu le garçon du coin de l’œil elle a un radar à Alfie en fait débarquer dans la Grande Salle d’une démarche nonchalante et avec cet air suffisant qu’il abordait toujours en compagnie de ses trois débiles de copains. Ne manquait plus que ce crétin de Bradford pour compléter le tableau. Ringo ne pensait pas qu’il aurait l’idée brillante de venir l’asticoter. C’était sans compter la capacité de nuisance de ce type. Quand il adopta un ton mélodramatique pour lui avouer qu’il devait lui dire quelque chose, elle craint le pire. Elle voulut l’arrêter, lui dire d’aller chasser ses habituelles greluches et la laisser tranquille mais elle n’en eut pas le temps. Rin se sentit rougir jusqu’à la pointe de ses orteils dès la première déclamation du garçon. Elle qui détestait tant le regard des autres, elle qui ne supportait pas de se sentir observée, voyait bien que les regards curieux de ses camarades d’école s’étaient posés sur eux. Le temps lui parut affreusement lent. Le pire fut lorsque le vert et argent termina son poème de pacotille. Il releva les yeux de son parchemin et la transperça de son regard clair. Un frisson la parcourut toute entière. Il était si prétentieux, si imbécile, si mal fichu si effronté…des avatars et mon infini pour la personne qui saura reconnaître cette citation. Bon, peut-être pas si mal fichu. Mais il se croyait déjà tellement irrésistible qu’il n’avait pas besoin de savoir qu’elle le trouvait passablement mignon (le mot important étant passablement, évidemment.)

Ringo avait envie d’hurler. Elle avait envie de le frapper. Elle avait envie de s’enfuir de cette salle et de ne pas y revenir, en tout cas pas avant qu’un autre potin ne remplisse les bouches des élèves et ne chasse cette humiliation. Mais la vision des trois copains d’Alfie pliés en deux de rire –elle crut même voir Noé Montgomery qui ferait mieux de s’occuper de ses propres problèmes amoureux au lieu de se moquer des autres s’étouffer tellement il rigolait, fit redoubler sa colère. Rin aperçut aussi deux jeunes sorcières qui la regardait fixement, semblant attendre sa réaction. Elle comprit qu’il devait s’agir de fans du serpent et cela lui donna une idée.

Ses lèvres s’étirèrent en un sourire faussement ravi. « Mais tout de suite grand fou ! J’attendais ça depuis tellement longtemps ! » Et elle se jeta dans les bras d’Alfie, tentant désespérément de ne pas montrer à quel point cela l'atteignait réellement de le toucher, et l’embrassa avec ferveur jusqu’à ce qu’elle sente les regards cesser de se poser sur elle. Elle le repoussa mais garda une main sur son torse, fronçant les sourcils d’un air sévère. « J’espère que ça t’a grillé avec au moins toutes les filles présentes ici, c’est bien ce que tu mérites après une humiliation pareil. D’ailleurs c’était quoi ce poème au juste ? J’arrive pas à croire que certaines filles trouvent ça adorable. Ça ne vole pas haut mais en même temps, je ne me serais pas attendu à mieux de ta part, Hartley. Maintenant déguerpis avant que je te réduise en citrouille. » Rin ramassa son sac, tombé de son épaule lorsqu’elle avait serré le jeune homme dans ses bras, bien déterminée à quitter la Grande Salle et à laisser derrière elle cette histoire derrière elle.

[1 224 mots]



   
magical scientist
The good times come and go but the bad times take a hold every chance they get. And when you're hurt inside it's an easy ride down that amber current cold and fast into that glass of ice. The girl with the broken smile.



Dernière édition par Ringo McConnell le Sam 16 Nov - 17:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 32
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptyDim 27 Oct - 18:58

Au grand bonheur d'Alfie, Ringo décida de montrer qu'elle avait toujours du répondant : si le texte que le sixième année avait écrit était en grande partie bidon, il y avait quand même bien une part de vrai : le Serpentard aimait le côté rebelle de la jolie demoiselle. Sous ses airs d'élève modèle, RinRin McConnell savait remettre ses détracteurs en place et avait plus d'une corde à son arc en matière de répartie. Ainsi, elle soutint la folle idée que son blondinet préféré ne lui avait pas manqué. Le vert et argent ne put empêcher un rire surpris de sortir de sa bouche. Néanmoins, cela faisait partie du jeu que les deux étudiants entretenaient depuis un certain temps : tout faire pour éviter d'avouer l'inévitable attirance qu'ils avaient l'un pour l'autre c'est romantique, hein ?. Au fond de lui, Alfie adorait taquiner Ringo, particulièrement pour être témoin de ce magnifique sourire - certes sarcastique - qui s'affichait sur son visage, mais ça, c'était un détail. Poudlard ne manquait pas de jolies filles, c'était certain, c'est pourquoi le jeune homme s'intéressait plus particulièrement à celles qui avaient un petit truc en plus.

Il était donc tout naturel qu'Alfie dédie un court poème à son aiglonne préférée, même si cela venait d'un gage entre adolescents pleins de testostérone et que l'écriture dudit poème n'avait prit que quelques minutes. Depuis le début, il était persuadé que Ringo n'y croirait pas un mot et l'enverrait bouler comme à son habitude, ce qui rendait le défi encore plus excitant. Le dénouement fut pourtant tout autre : à la suite de cette déclamation dramatique, McConnell ne réagit pas comme il l'aurait pensé. Au lieu de le remettre en place, elle avait choisi de rentrer dans son jeu et de jouer la gourgandine. Alfie haussa donc un sourcil interrogateur quand elle l'appela "grand fou" et qu'elle prétendit qu'elle attendait ce moment depuis longtemps. Il fut d'autant plus surpris lorsqu'elle se jeta dans ses bras et l'embrassa fougueusement. Clairement, le garçon s'était attendu à tout, sauf à ça. Bien que pris au dépourvu, il ne put s'empêcher de savourer ce baiser. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait embrasser McConnell complètement sous le charme ce gamin. Peu importe les regards posés sur eux, le Serpentard en avait eu envie depuis longtemps même s'il savait qu'il n'y avait rien de sincère dans cette embrassade.

Le baiser prit fin trop vite à son goût, même si cela avait suffi à faire cesser les rires de ses camarades et les regards envieux des jeunes filles qui ne les avaient pas lâché des yeux depuis le début de leur entrevue. Pour dire vrai, c'était bien une des premières fois qu'Alfie se sentait déstabilisé. D'habitude, c'était lui qui faisait le premier pas, lui qui prenait les choses en main, lui qui faisait son effet sur le sexe opposé. Ringo avait réussi à rentrer dans son jeu et d'y ajouter sa malice. Le sixième année cligna des yeux quelques fois, tentant de comprendre ce qui venait juste d'arriver, alors que des chuchotements émanaient un peu partout de la Grande Salle. Il n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir car McConnell décida de le lui expliquer, de son habituel air nonchalant. Tout au long du discours, le jeune homme fronça les sourcils, lui aussi. Lorsqu'elle eut terminé, au lieu de la laisser tranquille, Alfie l'attrapa par le poignet et l'emmena plus loin dans le Hall, hors du champ de vision des élèves présents dans la Grande Salle. Il brisa ensuite le contact avec la demoiselle et poussa un profond soupir. Il fallait à tout prix qu'il reprenne ses esprits sinon la bleu et bronze aurait une excuse pour le charrier pour les dix prochaines années. Il devait impérativement reprendre son jeu d'acteur.

« Mmh, je m'en fous que ça m'ait grillé des chances avec d'autres filles, car il n'y a que toi que je veux ici. »  déclara-t-il d'un ton ferme, l'air le plus sérieux possible. Il fallait qu'il joue jusqu'au bout. « Mon poème ne t'a pas plu ? Je ne savais pas comment te dévoiler mes sentiments, ça devenait trop dur de garder ça pour moi… »  mentit-il à moitié. De toute façon, même si tout ça était vrai, McConnell ne se serait contenté que de lui rire au nez et l'envoyer bouler. « Pourquoi tu ne veux pas que notre amour soit affiché aux yeux de tous ?! »  ajouta-t-il d'un ton dramatique en posant sa main sur son front. En attendant sa réponse, Alfie attrapa - ou du moins essaya d'attraper - la main de son interlocutrice et la fixa de son regard perçant.
Revenir en haut Aller en bas

Ringo McConnell
Ringo McConnell
Serdaigle

Parchemins : 724
Âge : 18 ans (1er octobre 1996)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 5


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptySam 16 Nov - 22:47

Ringo ne se souvenait plus du jour où, complètement effarée, elle s’était rendue compte que ce crétin de Alfie Hartley lui plaisait. Il était beau garçon, bien sûr, et elle l’avait toujours remarqué. Ce n’était pas parce qu’à Poudlard, elle travaillait dur, pour surpasser ses lacunes en magie d’abord, ses difficultés ensuite, puis pour pouvoir continuer à suivre ses matières et pouvoir débuter une formation en médicomagie à la sortie de l’école, qu’elle ne matait jamais les beaux garçons et les belles filles autour d’elle. Mais trouver beau quelqu’un ne revenait pas nécessairement à être intéressé par lui. Ringo n’aurait jamais imaginé qu’un type comme Hartley puisse ne serait-ce qu’aiguiser son intérêt. Il n’était pas son genre. Même si, lorsqu’elle sortait avec des gens, Rin s’attachait en fait à ce qu’ils ne soient pas son genre. Pour que la séparation soit plus facile. Parce qu’il y aurait forcément séparation. Elle avait beau juger, assez sévèrement d’ailleurs, la tendance d’Alfie à courir après chaque jupon, elle ne souhaitait pas non plus se poser sérieusement avec une personne. Ses parents étaient pourtant toujours ensemble mais elle avait grandie en ayant l’impression qu’ils ne s’aimaient pas véritablement, restant ensemble pour leurs enfants et ça ne lui avait pas donné une bonne image sur les couples de manière générale.

Depuis ce moment, donc, Rin faisait son mieux pour réprimer son attirance pour le jeune homme. Ce n’était guère difficile dans la mesure où, n’étant ni de son année elle aime les plus jeunes ni de sa maison les relations inter maison devraient être interdites ça réglerait beaucoup de problèmes, elle ne le croisait pas tous les jours. Et lorsqu’il avait le malheur d’être dans son champ de vision, voire de l’interpeller, il faisait immanquablement quelque chose de stupide, souvent avec ses imbéciles de copains, qui lui faisait se demander ce qu’elle trouvait au juste à ce gars. Bien souvent, elle avait d’ailleurs plus envie de l’étrangler que de se perdre dans ses yeux clairs ce qui était en soit rassurant : peu importe qu’elle le trouve vaguement mignon, il l’énervait beaucoup trop pour qu’elle ne veuille passer plus de temps avec lui. En plus, il était hors de question qu’elle ne devienne  l’une de ses prétendantes qui le suivait tout le temps, attendant désespérément qu’il leur accorde une minute de son précieux temps.

Malheureusement pour elle, son temps, Alfie avait décidé de le passer à lui coller la honte du siècle. Si Ringo était une jeune femme assez renfermée sur elle-même, elle ne manquait pas de caractère. Il avait beau la déstabiliser à coups de sourires qui la faisait fondre intérieurement –même si elle refusait de se l’avouer, elle aussi, elle pouvait se payer sa tête. Bon, peut-être qu’elle avait pris plus de plaisir qu’il n’en était raisonnable en l’embrassant mais il pouvait toujours courir pour qu’elle le lui avoue. Elle ne pouvait pas juste l’envoyer bouler comme lors des dernières fois où il était venu l’embêter, non, non. Elle devait lui rendre la monnaie de sa pièce. Tant pis si on devait la railler pour le reste de sa scolarité, il ne lui restait que quelques mois à faire de toutes façons.

Lorsqu’Alfie attrapa son poignet pour la tirer loin de la Grande Salle et des regards curieux qu’elle sentait toujours se poser sur eux, Ringo laissa s’échapper le soupir qu’elle retenait depuis quelques minutes. Elle aurait dû se douter qu’il ne la laisserait pas partir aussi facilement. Ce type était sacrément entêté lorsqu’il le voulait. Il avait décidé, pour une raison qui lui échappait totalement, qu’elle serait sa cible du jour et il ne la lâcherait pas comme ça. D’ailleurs, une fois dans le hall, il reprit ses phrases de lover. Elle ne put se retenir, cette fois, de lever les yeux au ciel. Dire que des filles tombaient vraiment dans le panneau… « Ah mais moi aussi j’étais complètement sérieuse, chaton. Je veux qu’on soit tout le temps ensemble et que toutes les filles qui te poursuive sachent que tu es à moi. J’envisage même de rater mes examens pour pouvoir rester auprès de toi une année de plus, qu’en penses-tu ? » déclara-t-elle d’une voix dégoulinante d’ironie. D’habitude peu portée sur l’humour, c’est tellement surfait tfaçon le sarcasme, elle ne pouvait s’en empêcher face à son pitoyable désolé chéri jeu d’acteur. « Oh oui, j’imagine que c’était très très dur. C’est d’ailleurs pour ça que ta langue était dans la gorge de Bethany il y a deux jours, de Karla il y a une semaine et même de la petite Weasley à Pré-au-Lard. » Ringo se détestait pour garder ainsi le compte de toute ses conquêtes mais pour sa défense, les rumeurs couraient plus vite à Poudlard que la grippe sorcière les maladies se transmettaient. « C’est toi qui risque de mal vivre d’afficher ton pseudo amour aux yeux de tous Hartley. Tu risques d'y perdre ta petite cour qui t'es si utile pour gonfler ton égo. » Elle recula d’un pas, tentant d’échapper à sa main qui cherchait la sienne. Rin avait suffisamment du mal à garder son air sévère comme ça sans qu’il ne la touche, la faisant, malgré elle, frissonner et repenser à leur baiser.

[868 mots]



   
magical scientist
The good times come and go but the bad times take a hold every chance they get. And when you're hurt inside it's an easy ride down that amber current cold and fast into that glass of ice. The girl with the broken smile.

Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 32
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptyVen 6 Déc - 14:39

Alfie n'avait pas le temps pour les sentiments. Devenir l'un des plus grands séducteurs de Poudard n'était pas de tout repos et il était hors de question que les sensations bizarres qu'il ressentait en présence de McConnell ne le ralentissent. De toute façon, même si c'était quelque chose d'un peu plus fort qu'une simple attirance physique, ça n'aurait pas pu marché. Ils étaient tellement différents au niveau de la personnalité. Tandis que le Serpentard préférait croquer la vie à pleines dents en évitant le plus possible de s'attarder sur les cours, Ringo était plutôt du genre à dévorer les manuels de cours comme si c'était une activité amusante. Même s'ils ne se connaissaient pas si bien que ça, la simple idée de pouvoir être à un moment en couple avec la septième année était inimaginable. Peut-être qu'il avait tout faux mais il était très têtu.

Seulement, la Serdaigle dégageait un charme incompréhensible qui ne rendait pas Alfie indifférent. Et même si pour sa propre sécurité, il devrait mieux rester loin d'elle, il aimait trop l'embêter pour ça. C'était comme son anti-stress. Ils ne rigolaient pas ensemble mais le blondinet passait presque toujours un bon moment en compagnie de Rinrin quand il pouvait la charrier. Il faut bien s'armer de boucliers pour se protéger de cette débilité qui s'appelle "l'amour". Attention, le jeune Hartley n'était pas amoureux, ou du moins il ne s'en était pas encore rendu compte. Il devait juste admettre que Ringo l'intriguait un peu plus que les autres demoiselles de ce château.

Leurs échanges étaient donc toujours électriques et ce jour-là n'avait pas manqué à la règle. Après s'être affichés devant la moitié de l'école à l'entrée de la Grande Salle, les deux étudiants continuèrent leur conversation à l'abri des regards curieux. De cette façon, Alfie pouvait retrouver ses moyens et balancer ses phrases de loveur, ce qui ne manqua pas de stimuler Ringo. En ce qui concerne le regard des autres, le jeune Dom Juan avait remarqué que s'afficher avec une fille devant d'autres ne réduisait pas nécessairement ses chances avec les autres mais augmentaient plutôt leur désir d'être avec lui (« Quand je m'assois sur le canapé, je prends toujours beaucoup de place car il y a mon ego surdimenssioné qui me suis partout. »). C'était la jolie brune qui avait fait le premier pas, même s'il ne semblait rien y avoir de sincère dans ce baiser. Alfie était gagnant sur tous les fronts. « Je pense que c'est une très bonne idée ! »  répondit-il avec son habituel sourire narquois. Ce qui était plutôt bizarre était que Ringo se souvienne des récentes conquêtes du vert et argent pendant que lui-même avait du mal à retenir tous leurs prénoms. « Tu es donc tellement obsédée par moi que tu observes mes moindres faits et gestes. Ne cherchons plus, on a notre nouvelle Rita Skeeter ! »  Et hop, petit coup en traitre. Le sixième année était rarement à cours de répliques. McConnell recula d'un pas et évita ainsi un nouveau contact manuel avec son interlocuteur ce qui le poussa à asséner le coup de grâce. « Tu parles beaucoup mais t'es une poule mouillée. Qu'est-ce que tu dirais si je te proposais qu'on sorte ensemble maintenant ? »  Alfie, lui était prêt à pousser le vice jusqu'au bout pour fermer le clapet de la jolie brune.

[593]
Revenir en haut Aller en bas

Ringo McConnell
Ringo McConnell
Serdaigle

Parchemins : 724
Âge : 18 ans (1er octobre 1996)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 5


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptyVen 17 Jan - 23:39

Curieusement, Ringo se sentait encore moins à l’aise dans le hall d’entrée que dans la Grande Salle, sous tous les regards des autres élèves de Poudlard. Le fait d’être seule, juste avec Alfie, et bien trop près du garçon, l’angoissait. Il la déstabilisait beaucoup trop facilement. Elle avait besoin d’instaurer de la distance avec lui, beaucoup de distance. Le baiser qu’elle lui avait donné, le baiser qu’ils avaient partagé ne cessait de hanter son esprit. Pourquoi, mais pourquoi par Merlin avait-il fallu qu’il ne vienne la tourmenter aujourd’hui ? Il jouait à un jeu qu’elle n’appréciait guère. Il avait des dizaines de filles à ses pieds, à quoi bon s’intéresser à elle qui l’envoyait bouler à chaque fois ? Sans doute par goût du défi. Les coureurs de jupons n’étaient vraiment pas originaux.

Hartley ne se décidait à la lâcher. Il répondait à ses sarcasmes par du sérieux, faisant rouler les yeux marrons de la jeune fille. Comme si elle pouvait vraiment louper ses examens pour ses beaux yeux ! C‘était d’un ridicule. Mais peut-être n’était-il pas si sérieux que ça. Ringo savait qu’il se croyait irrésistible et elle ne pouvait pas en soit lui en vouloir pour ça. Il était très beau garçon, des tas de filles voulaient désespérément attirer son intérêt. Mais même si elle le traitait d’imbécile, elle le savait moins bête qu’il ne le prétendait. Il savait bien qu’elle ne faisait pas partie de ses fans, loin de là. Pourtant, elle se grilla en beauté en lui dévoilant qu’elle avait retenu le nom de certaines de ses conquêtes. Il allait se mettre à croire n’importe quoi maintenant et c’était sa faute. « Ne prends pas tes rêves pour la réalité Hartley. Un seul de nous deux est obsédé par l’autre et ce n’est certainement pas moi. » Qu’il ne croît pas qu’elle allait le laisser raconter des bêtises ! Elle accordait peut-être un peu trop d’attention aux actions du jeune homme qu’il n’en était raisonnable, ce n’était pas pour cela qu’il était devenu le premier de ses soucis, loin de là. Elle se fichait bien qu’il sorte avec n’importe quel jupon qui passait. Elle s’en fichait complètement. Elle voulait juste qu’il la laisse tranquille et peut-être aussi arrêter de penser à lui, ses cheveux blonds brillants, ses yeux clairs espiègles, et la manière arrogante qu’il avait de regarder tout le monde. Il ne l’obsédait pas, ne l’obséderait jamais. D'ailleurs, elle n’était pas une fille du genre à être obsédé par quelqu’un. Elle fuyait tous les garçons de qui elle aurait pu vraiment s’enticher car les relations sentimentales ne pouvaient apporter que des problèmes. Et elle ne se disait pas que c’était ce que cherchait Alfie en draguant à tout va, elle préférait critiquer cette attitude désinvolte.

Ringo sursauta lorsqu’Alfie lui proposa de sortir avec lui. Peu importe à quel jeu il jouait, il le poussait beaucoup trop loin. « Et bien je vais être obligé de te briser le cœur en te répondant non. » L’aiglonne fronça les sourcils, sévère. Elle avait reculé mais elle était encore beaucoup trop près de lui, elle pouvait admirer les traits réguliers de son visage, ses lèvres si parfaites et si tentantes. « De toute façon, tu n’es pas capable d’être en couple plus de cinq minutes Hartley, Don Juan tu es, Don Juan tu resteras. » Elle voulait le blesser, qu’il cesse d’afficher son sourire narquois qu’elle trouvait beaucoup trop craquant. Elle voulait s’éloigner définitivement de lui, s’éloigner de ce garçon dangereux, et laisser les sensations qu’il faisait naître en elle derrière elle.

[594 mots]



   
magical scientist
The good times come and go but the bad times take a hold every chance they get. And when you're hurt inside it's an easy ride down that amber current cold and fast into that glass of ice. The girl with the broken smile.

Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 32
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] EmptyVen 27 Mar - 15:50

Cette conversation entre les deux opposés que représentaient Alfie Hartley et Ringo McConnell ne menait à rien et pourtant, le Serpentard prenait un malin plaisir à tourmenter son interlocutrice. Bien qu'étant une très jolie fille du point de vue d'Alfie, elle ne semblait pas être constamment dérangée par nombre de prétendants au quotidien. Du coup, il y avait quelque chose d'excitant à la forcer à sortir de sa bulle, à l'obliger à se défendre face à des tentatives sournoises de séduction, surtout que la brunette avait du répondant. Franchement, le sixième année était content d'être tombé sur ce défi lors de son jeu avec ses camarades de dortoir car il ne voyait pas meilleure façon de passer sa soirée.

Cela laissait donc place à un échange interminable de piques, après que le blondinet ait déclaré sa flamme à la demoiselle à l'aide d'un poème et qu'elle ait répondu par un baiser fougueux devant la moitié des élèves du château. Décidément il n'y avait vraiment pas de quoi s'ennuyer à Poudlard. Ringo ne souhaita pas relever la réponse bourrée d'ironie de son interlocuteur quant au fait qu'elle double son année scolaire uniquement dans le but de passer plus de temps avec son amour de toujours. Elle décida tout de même de réagir face aux bêtises que lui sortait le grand blond, en insinuant qu'il n'y avait que lui qui était obsédé par elle. « Belle répartie, McConnell ! Si seulement tout ça était vrai… Je peux donc savoir ce qui te fait croire ça ? » rétorqua-t-il, d'un air faussement dramatique. Aucun doute, il se tapait sérieusement des grosses barres avec cette belle demoiselle, tellement qu'il regrettait que leur rencontre touche bientôt à sa fin.

En effet, McConnell semblait vouloir arrêter de jouer le jeu et elle choisit la solution de la facilité, en rendant les armes. Qu'est-ce qu'elle pouvait être ennuyante quand elle s'y mettait ! Ils commençaient à peine à s'amuser ! « Mince, comment mon pauvre petit cœur va-t-il pouvoir se remettre de ce drame ? » ironisa-t-il, en se tenant le cœur, dans un jeu d'acteur digne d'une pièce de Molière. Ca aurait pu être vachement marrant si elle avait accepté mais Alfie devait maintenant se rendre à l'évidence que Rinrin était une poule mouillée, probablement la preuve de sa répartition à Serdaigle. *Toujours la tête fourrée dans ses livres et dès qu'on la sort un peu trop de sa zone de comfort, ça y est, il n'y a plus personne.* pensa le jeune homme. Il se fichait clairement de s'afficher au bras de Ringo si ça pouvait lui clouer le bec deux minutes. Ca aurait été une sorte de grande victoire personnelle mais elle en avait décidé autrement. « Je te remercie pour le compliment mais c'est totalement faux. J'ai déjà tenu dix minutes ! Dommage que tu ne veuilles pas tester cette théorie avec moi ! » assura-t-il, en se moquant ouvertement de la jolie brune. Il adorait la pousser à bout, c'était comme un passe-temps peu singulier.

Bien qu'il s'éclatait en la compagnie de McConnell, Alfie songea qu'il était temps de la laisser, enfin en paix, non sans la contrarier une dernière fois, évidemment. Puisqu'ils s'étaient déjà embrassés, il ne voyait pas pourquoi il ne la saluerait pas de la même manière. « Bref, c'est pas que ta compagnie me dérange, mais c'est tout comme. Je te laisse retourner à tes passes-temps ringards… » et profitant d'un moment pendant lequel la Serdaigle baissa la garde, il lui vola un dernier baiser avant de tourner les talons. La sensation de ses lèvres allait probablement le hanter pendant un bon moment, c'était donc un signe clair qu'il fallait fuir. Désormais dos à sa victime, il agita sa main en l'air en lui criant « Au plaisir, McConnell ! ». Quel fascinant personnage…

[669]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Oh ma belle [PV] Empty
MessageSujet: Re: Oh ma belle [PV]   Oh ma belle [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh ma belle [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] La Belle et la Bête [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» L'Orchidée ensanglantée [Hentaï ?] [PV Gakupo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Pièces de vie :: La Grande Salle-
Sauter vers: