AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 De corvée d'écriture [ Eurydice ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 207
Âge : 13 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


De corvée d'écriture [ Eurydice ] Empty
MessageSujet: De corvée d'écriture [ Eurydice ]   De corvée d'écriture [ Eurydice ] EmptySam 16 Nov - 12:40

De corvée d'écriture
Estefanía & Eurydice

made by black arrow


Le mois de mars apportait peu de changements à la routine d'Estefanía. Dans les couloirs ce jour-là, les élèves discutaient du discours récent de la Ministre, Hermione Weasley, concernant Magicis Sacra, bien que celui-ci n'ait a priori pas apporté de nouvelles révélations. Ilvermorny était toujours sous siège, et pour l'instant, Poudlard ne l'était plus. Réveillée de bon matin et incapable de se ré-endormir, Stef s'était attelée à la rédaction d'une lettre à ses parents - car c'était à son tour dans le roulement des Kostas (qui ne comprenait pas systématiquement les garçons, étant donnée leur assiduité) -, installée confortablement dans la salle commune de Gryffondor.

Sa missive rédigée (état des lieux de la famille : Quino ne s'est fait hurler dessus par les professeurs qu'une seule fois cette semaine - on applaudit Quino ! -, Tina semble s'être fait des amis et ne s'est pris aucun mur depuis son arrivée à l'école - du moins à sa connaissance, Gabriel a peut-être une amoureuse mais il refuse obstinément d'en parler - quel plan familial mettre en place pour en savoir plus ?, et elle ? Oh elle allait bien, les cours de troisième année n'étaient pas évidents mais ses professeurs paraissaient satisfaits d'elle, par contre côté Quidditch, il y avait du mieux à faire...), elle jeta un œil à l'horloge pour s'assurer qu'elle avait le temps de passer par la Volière avant d'aller prendre son petit-déjeuner dans la Grande Salle. Il faut dire qu'elle commençait la journée par un double cours de Potions, et elle n'avait absolument pas envie de s'attirer les foudres du professeur Gibson. La directrice de Serpentard n'était pas exactement connue pour être un rayon de soleil d'où sa tanière dans les cachots, même si Stef était bien décidée à ne pas se laisser impressionner.

Après avoir grimpé les escaliers de la Volière avec détermination, elle chercha le hibou familial des yeux. Avec quatre enfants, les Kostas n'avaient pas identifié d'intérêt à leur en acheter un à chacun, aussi bien pour des raisons financières que par principe : ce n'était même pas comme si leurs enfants étaient des fous de la plume. Si Stef et Tina étaient relativement diligentes avec la tache d'écrire à leurs parents, il fallait parfois davantage pousser les garçons - surtout Gabriel. Après quelques minutes de recherche parmi tous les volatils piaillant et gesticulant à intervalles régulières, elle déduisit qu'il n'était pas là. Misère. Etait-il simplement parti chasser et mettait plus de temps que prévu à rentrer ? Réfléchissant, elle jugea qu'elle pouvait lui laisser quelques minutes supplémentaires, avant de se rabattre sur un hibou de l'école. Il faut dire que la bête était susceptible, et elle ne tenait pas spécialement à l'offenser en lui préférant l'un de ses compatriotes.

Se tenant nettement éloignée de la rambarde, elle songea qu'il était tout de même fou qu'elle parvienne à jouer au Quidditch mais soit incapable de regarder le paysage entourant le château. Et pourtant, elle avait fait des recherches plus extensives sur le sujet et qui venaient expliquer cette situation des plus étranges : le sentiment de vertige étant lié au fait d'avoir les deux pieds sur terre, celui-ci ne pouvait se manifester de la même manière quand on volait, justement. Pas que ça annule d'autres peurs - comme celle de tomber et de se fracasser en mille morceaux sur le sol du stade de Quidditch -, mais au moins le fait d'avoir les deux pieds dans l'air la sauvait-elle de cette horrible sensation-là. Alors qu'elle tentait un pas hésitant vers la rambarde - combattre le mal par le mal, et tout le tralala -, elle entendit des pas dans les escaliers, qui la firent se retourner.

Elle esquissa un sourire ravi. « Oh, Eurydice ! » Elle s'approcha aussitôt de son amie, lettre toujours en main. « Je ne pensais pas tomber sur quelqu'un aussi tôt. Je venais envoyer la traditionnelle lettre aux parents, moi. Tu fais quoi toi ? » interrogea-t-elle son amie avec bonne humeur. Il faut dire que depuis que MS avait occupé puis quitté l'école, elle relativisait nettement plus les choses.

[ 681 ]
Revenir en haut Aller en bas

Eurydice Foster
Eurydice Foster
Serdaigle

Parchemins : 156
Âge : 11 ans
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


De corvée d'écriture [ Eurydice ] Empty
MessageSujet: Re: De corvée d'écriture [ Eurydice ]   De corvée d'écriture [ Eurydice ] EmptyDim 17 Nov - 10:29

Qu’on se le dise, Eurydice passait une deuxième année globalement tranquille à faire tout son possible pour se faire oublier. Elle avait toujours éprouvé une sorte de honte teintée de sa fierté naturelle quand elle pensait à l’appartenance de son père, Eustache, à l’organisation MS. Eurydice avait appris ce fait avant même que Freja et toute sa clique ne fasse du remue ménage dans le monde sorcier. À cette époque, la petite fille se disait que sa famille ne pouvait pas être totalement du côté des méchants… elle avait commencé à changer d’avis quand Poudlard avait été envahi et que Freja lui avait demandé d’espionner les nés-moldus. La Serdaigle ne pouvait pas supporter de voir d’autres élèves contraints par la force. Comme elle aimait toujours son père, elle se sentait tiraillée, toute trace de fierté personnelle disparue, et depuis le début de l’année scolaire dans une école libérée, elle essayait de ne rien dévoiler de son malaise.

Peu à peu, depuis septembre, le train-train quotidien avait repris son cours. Eurydice aurait donc pu se sentir plus à l’aise qu’à la rentrée ou quand elle avait vu son père si seulement il n’y avait pas eu la mission de la BAM en décembre. Elle avait frémi en entendant le récit de cette aventure auquel ses amis avaient participé contre toute prudence. Le bal avait été un moment joyeux qui tombait à pic. Passé entre amis avec Alexandre comme cavalier officiel mais aussi Stef et Ash comme compagnie, elle se sentit rassuré de voir que ses amis étaient en bonne santé et parfaitement remis de leurs émotions. Eurydice passait d’un sentiment de culpabilité à un sentiment de calme qui aurait pu la faire passer pour cyclotomique si elle était plus expressive. Car, comme elle ne parlait à personne de ses tourments, pas même à Ash son confident, nul dans le château n’avait connaissance de son mal être.

Ce jour-là, elle devait envoyer une lettre écrite la veille à son père. Aucun rapport avec MS, heureusement, il s’agissait pour Eurydice de demander un nouveau chaudron : le précédent avait littéralement explosé. Elle n’avait aucune idée de comment c’était arrivé, elle avait du être distraite pendant qu’elle avait confectionné sa potion… heureusement, elle n’avait eu que quelques cheveux brûlés au niveau de sa frange grâce à un protego lancé pile dans les temps par le professeur Gibson. Son chaudron n’avait pas eu cette chance, elle devait le remplacer rapidement sous peine d’être punie.

Eurydice ayant des rapports compliqués avec sa mère et avec son père, mais sur d’autres sujets, donc Eurydice a des problèmes avec ses parents quoi, elle préférait écrire à son père. S’il était un mage noir, il était en revanche bien plus souple pour ce qui était des menus erreurs de ses enfants. La mère des trois enfants Foster était tellement stricte qu’elle en faisait frémir sa benjamine, plus impressionnable que ses aînés. Entre une mère sévère qui pensait que le seul moyen pour sa fille de s’en sortir avec un handicap était de s’endurcir et un père gentil avec elle mais aux mœurs douteuses, Eurydice se sentait rarement vernie.

Ceci sans compter avec son frère et sa sœur… elle avait essayé de s’ouvrir à eux de ses problèmes de chaudron ainsi que de sa stagnation dans ses progrès scolaires. Ils n’avaient pas été très réceptifs : Esther lui avait dit d’aller voir ailleurs pour de l’aide, qu’elle n’avait aucun talent pour enseigner ce qu’elle savait faire intuitivement ça va les chevilles Esther? tandis qu’Erwin l’avait écouté d’un air distrait avant de lui répondre J’ai pas le temps là Eury’, tu ne vois pas que j’étudie pour mes prochains matchs de Quidditch ? Un jour je serai titulaire !, cette réponse coupa court à toute envie d’insister.

La Serdaigle avait commencé sa première année avec un énorme retard en classe car elle ne pouvait pas formuler ses sortilèges (n’ayant littéralement pas de voix). Beaucoup de cours particuliers plus tard, elle avait réussi à rattraper ses camarades, les surpassant en un sens car elle n’avait pas besoin de dire ses formules pour les faire agir, ce qui était d’un haut niveau. Cette deuxième année était plus compliqué, peut-être parce qu’elle était préoccupée par ses histoires de famille, par MS, par son décalage avec les autres…. Ou peut-être, plus simplement, parce qu’elle était fatiguée et que cela la rendait trop distraite. Dans les deux cas, elle ne pouvait plus se permettre de faire de telles erreurs d’inattention… passe encore pour une fois d’avoir failli se faire du mal avec un chaudron explosif, mais il ne fallait pas que cela se reproduise trop souvent ou son orgueil en pâtirait.

Pour ne pas être en retard à son premier cours, elle monta à la volière déposer sa lettre à un des hiboux de l’école avant même de petit déjeuner. La missive était courte mais claire : « Cher papa, comment vas-tu ? Esther, Erwin et moi, nous allons bien. Toutefois, j’ai cassé mon chaudron en créant à mon insu une potion explosive des plus destructrices. Pourrais-tu, s’il te plaît, m’en faire parvenir un nouveau ? Si c’était possible de ne pas en parler à maman tout de suite, ce serait vraiment bien. Je t’embrasse, Eurydice. » Elle tenait le papier enroulé et cacheté dans sa main et fut surprise en arrivant sur les lieux de constater que non seulement quelqu’un d’autre avait eu la même idée qu’elle, mais qu’il s’agissait de son amie Stef.

La lionne sembla contente de la voir. Eurydice lui adressa un sourire et traversa la distance qui les séparait toutes les deux. Elle avait commencé par répondre à son salut d’un geste qui signifiait « salut » en langue des signes mais elle attrapa son écritoire magique pour la suite de la conversation (offert par son parrain lors de l’invasion de Poudlard, ça aura au moins eu cet intérêt). Ses proches amis faisaient des progrès en langue des signes mais aucun de la maîtrisait assez pour tenir une conversation entière. En plus, ce n’était pas nécessaire plus pratique vu qu’elle ne pouvait pas parler mais elle n’était pas sourde donc il n’y avait pas besoin de signer pour qu’elle comprenne, c’était seulement pour communiquer de son côté que c’était plus rapide.

« J’écris à papa. C’est pour mon chaudron, tu sais, avec ce qui s’est passé la semaine dernière ? » Eurydice grimaça : elle n’était vraiment pas fière de ça… mais elle en avait déjà un peu parlé à son amie. « Et toi ? Tu es de corvée de lettre ? » Sourit Eurydice, sachant que c’était souvent les filles qui écrivaient à leurs parents dans la famille de Stef. Chez les Foster, il n’y avait pas de roulement, mais Eurydice était sûrement celle qui écrivait le plus des trois. « J’espère que papa va pouvoir m’envoyer vite un chaudron… j’ai peur d’être punie... » Termina-t-elle en soupirant silencieusement mais dans un mouvement d’épaules gracieux…

{1 157}
Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 207
Âge : 13 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter


De corvée d'écriture [ Eurydice ] Empty
MessageSujet: Re: De corvée d'écriture [ Eurydice ]   De corvée d'écriture [ Eurydice ] EmptyDim 17 Nov - 14:10

Prise de court par l'apparition d'Eurydice, Stef l'avait interpellée directement, mais elle s'empressa de signer à son tour un 'salut', en retour à celui réalisé par son amie. Si elle était loin de maîtriser totalement la langue des signes, elle apprenait de plus en plus de mots au contact d'Eurydice, et était bien décidée à s'améliorer continuellement. La Serdaigle sortant son écritoire magique - ce qui était quand même plus simple, admettons-le -, Stef fronça les sourcils à l'évocation de l'incident du chaudron. « Ah oui c'est vrai ! Tu sais je pense que ça arrive à plein d'élèves. Il y a carrément une fille de Poufsouffle qui a provoqué une sorte de cataclysme dans les serres de botanique il paraît. Les gens en parlaient quand je suis allée déjeuner avec Quino l'autre jour. » raconta-t-elle à son amie afin de la rassurer, elle qui avait semblé catastrophée lorsqu'elle lui avait raconté l'incident. Ce que Stef pouvait tout à fait comprendre : il n'y avait rien de pire que de s'illustrer en classe de cette manière là. Surtout que ça n'était pas vraiment le genre de chose qui arrivait habituellement à Eurydice, elle qui était si sérieuse.

« Oui, c'est à mon tour ! J'ai fait un bilan de l'état de chacun pour les parents. Ils s'inquiètent pour Tina, comme c'est sa première année à l'école. Et pour Quino qui est en première année dans sa tête, comme d'hab'. Dommage que Tina n'ait pas été répartie à Gryffondor, ça aurait été plus chouette quand même. » nota-t-elle tout en étant consciente que sa sœur était finalement plus destinée à finir à Serpentard qu'à Gryffondor (de toute évidence). Pour sa part, elle avait initialement parié sur Serdaigle - Valentina était si intelligente, et contrairement à Quino et elle, plus portée sur l'art que les activités sportives -, mais il faut croire qu'elle devait leur cacher un petit côté roublard qui l'avait faite rejoindre la maison de Gabriel.

Ne pouvant manquer la détresse d'Eurydice, le visage de Stef s'éclaira soudain : « Tu sais, je pourrais te prêter le mien quand tes cours ne sont pas avec Gryffondor ? Ou celui de Gabriel, il n'a jamais cours en même temps que toi, lui. Au moins ça te dépannerait le temps que ton papa t'en envoie un nouveau. Je lui demanderai après le cours de Potions de ce matin ! » proposa-t-elle, très satisfaite de son idée. Si Stef avait parfois du mal à se faire de nouveaux amis, elle était en revanche une alliée extrêmement loyale. Pour un peu, elle aurait pu aller approcher Gibson directement, pour lui dire de faire preuve d'un peu de compréhension envers Eurydice, le temps qu'elle récupère son nouveau matériel. Evidemment, c'était compliqué parce que sans chaudron, il était difficile de faire grand-chose lors d'un cours de Potions... « Oh mais sinon, j'suis sûre que Gibson doit avoir une ribambelle de chaudrons, elle. Tu sais, pour les élèves qui n'ont pas les moyens d'acheter le leur. Tu as essayé de lui demander ? » Elle supposait que ça devait être un peu gênant, au vu de ce qui s'était passé lors de son dernier cours de potions, mais après tout, ça ne coûtait rien de demander ! C'était une solution qui était même plus simple que celle de piquer celui de ce radin de Gabriel.

[ 560 ]
Revenir en haut Aller en bas

Eurydice Foster
Eurydice Foster
Serdaigle

Parchemins : 156
Âge : 11 ans
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


De corvée d'écriture [ Eurydice ] Empty
MessageSujet: Re: De corvée d'écriture [ Eurydice ]   De corvée d'écriture [ Eurydice ] EmptyAujourd'hui à 11:53

Eurydice gratifia son amie d’un petit sourire timide. Au moins, Stef avait l’air de comprendre pourquoi elle était mortifiée, même si elle semblait penser que comme elle n’était pas la seule à qui ça arrivait, c’était moins grave. Or, Eurydice ne jugeait pas sa propre valeur à l’échelle de celle des autres, autant dire que ça ne la consolait pas du tout de savoir qu’une pauvre Poufsouffle subissait la même honte qu’elle. La brunette était plutôt triste pour la fille en question car elle devait se sentir très mal elle aussi. Finalement, après quelques secondes à tourner ces idées dans son cerveau toujours hyperactif, elle fit apparaître sur son écritoire : « Je ne trouve pas consolant du tout qu’il y ait d’autres élèves à qui ça arrive. Je suis plutôt triste pour cette fille, c’est horrible qu’on parle d’elle pendant les repas. » Eurydice frémit, elle espérait que son incident de chaudron était déjà oublié : être discrète était plus qu’un besoin chez elle, c’était un art de vivre. Tant qu’à être silencieuse, autant en profiter pour ne pas se faire remarquer et observer les autres, non ?

Dit comme ça, on pourrait croire que la Serdaigle aime les ragots alors qu’en fait, si elle ne détestait pas ça, ce n’était pas vraiment ce qui motivait ses observations. Elle aimait juste regarder la vie autour d’elle, tout comme elle aimait le bruit et l’agitation alors qu’elle n’y prenait jamais aucune part. Le silence avait quelque chose d’oppressant pour elle… sauf quand elle travaillait, là, elle appréciait un peu de calme pour pouvoir mettre de l’ordre dans ses pensées et sa mémoire.

Finalement, elle s’enquit de ce que faisait Stef dans la volière. Eurydice n’était pas sans savoir que ce n’était pas l’endroit préféré de la Gryffondor. « Je vois… c’est vrai qu’elle est à Serpentard. J’ai tendance à l’oublier comme elle est souvent avec des gens d’autres maisons. Elle s’est bien intégrée ? » Quant à ce que les parents de son amie s’inquiètent pour leur plus jeune fille, ça paraissait très naturel à Eurydice, elle-même benjamine de sa fratrie. Stef occupait pour Tina la place qu’avait Esther pour elle, si ce n’était que la lionne avait l’air de prendre un peu plus au sérieux son rôle de grande sœur.

« Merci ! Ce serait gentil ! » La proposition de Stef mit un peu de baume au coeur de la Serdaigle qui se voyait déjà arriver en cours de potion sans son matériel : une véritable vision de l’enfer… Eurydice se prend pour Dominique et nous fait une tragédie d’un incident! Son sérieux impeccable vivrait très mal de ne pas respecter les consignes simples comme avoir son matériel ou fait ses devoirs en temps et en heure… ce qui s’avérait plus compliqué en potion quand on n’avait pas de chaudron. « Je n’ai pas très envie de remettre l’incident sur le tapis. » fit-elle apparaître sur son écritoire juste avant de signer le mot « gêne » en grimaçant. Rien que d’imaginer avoir cette discussion avec son professeur lui filait des boutons. Et ce serait un coup à ce que le professeur Gibson prévienne sa mère, et ça, c’était absolument hors de question !

{536}
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





De corvée d'écriture [ Eurydice ] Empty
MessageSujet: Re: De corvée d'écriture [ Eurydice ]   De corvée d'écriture [ Eurydice ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
De corvée d'écriture [ Eurydice ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Extérieur du chateau :: La Volière-
Sauter vers: