AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Adrien Sallers
Adrien Sallers
Sport et culture

Parchemins : 365
Âge : 30 ans [05-01-1983]
Actuellement : Professeur de danse moderne


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV] Empty
MessageSujet: Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV]   Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV] EmptyDim 1 Déc - 18:19

Concertation chez les Montgomery-Sallers
Adrien avait attentivement écouté le message de la Ministre Weasley à la radio. Personne n’avait eu le cœur à faire cours sur ce temps-là et ce n’était pas la concentration qui avait caractérisé la suite de la journée. Chaque sorcier y allait de son petit commentaire, parlant moins du discours lui-même que de la bataille à venir. Adrien avait pensé un quart de seconde à faire parti des volontaires avant de se dire qu’il ne valait peut-être mieux pas. Sa propre famille avait des idées d’un autre âge et Adrien ne manquait pas de les soupçonner de faire partie de MS ou, à tout le moins, d’être d’accord avec eux… quant aux Montgomery, sa belle-famille depuis son mariage avec Anabelle, ils était eux totalement opposés à cette organisation, principalement parce que les enfants de ce petit clan euphémisme ! en avaient fait les frais, ainsi que Quentin qui avait été assez gravement blessé lors de l’attaque sur le Chemin de Traverse deux ans plus tôt.

Anabelle ne les tenait pas non plus en très haute estime, au-delà des drames modérés qui avaient touché sa famille, Freja Blomberg avait fait exploser sa boutique de baguettes magiques. Autant dire qu’en plus de faire grand bruit, au sens propre comme au sens figuré, ça avait plutôt destabilisé Anabelle qui avait vu le même jour son frère s’écrouler sous les coups et son lieu de travail transformé en zone sinistré. Maintenant, le train-train quotidien avait repris son cours, certes, mais sa compagne avait du entendre parler du discours de la Ministre… quant à savoir ce qu’elle en pensait, avec elle, c’était toujours dur à deviner. Anabelle avait tendance à se moquer de certaines conventions que le monde entier prenait très au sérieux mais à avoir beaucoup de considération pour des choses auquel personne à part elle ne faisait vraiment attention. Dur de savoir, donc, dans quelle catégorie se rangerait cette futur bataille. L’expérience avait appris à Adrien à ne pas prévaloir des réactions de son épouse. En même temps, dans le cas contraire, tout serait bien plus ennuyeux, non ? Ne cherchez plus, il a le syndrome de Stockholm!

Il arriva à l’appartement avant Anabelle. Il posa les clefs à l’endroit prévu à cet effet comme l’homme soigneux qu’il était et se mit à préparer le dîner après une douche rapide bien méritée il s’agirait de ne pas sentir la respiration quand Anabelle rentre. Il mit la radio en fond sonore et les informations tournaient beaucoup autour de ce qui s’était dit au matin, pourtant, personne n’en savait plus pour autant.

Il entendit le bruit de la porte d’entrée : « Belle ? Raté, c’est Heaven! Je suis dans la cuisine ! » Quand la jeune femme entra dans la pièce, il lui sourit. « Tu as passé une bonne journée ? Au studio, ça a été, mais personne n’était concentré à cause du discours de Granger. » Oui, oui, elle s’appelait Weasley maintenant, mais quand ils étaient à l’école, elle s’appelait Granger, alors concentrez-vous plutôt sur le vrai sens de sa phrase : il y avait eu un discours et ils pouvaient, ou non, se sentir concernés dans ce foyer. Comme souvent, Adrien se rangerait à l’avis d’Anabelle mais hors de question qu’elle y aille sans lui !
2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Anabelle Montgomery
Anabelle Montgomery
Commerce

Parchemins : 586
Âge : 30 ans (27 août 1983)
Actuellement : Apprentie d'Ollivander.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV] Empty
MessageSujet: Re: Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV]   Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV] EmptyMar 17 Déc - 15:48

Anabelle avait passé une journée moisie. D'abord, il y avait eu cette livraison de bois, qui avait pris l'humidité durant le transport, et dont le fournisseur s'était entêté à nier qu'il fût inutilisable ("Des branches de première qualité, ma p'tite dame ! C'est pas humide, c'est vaguement mouillé, nuance ! C'est frais comme un matin d'été !"), jusqu'à ce qu'Ana menaçât de lui enfoncer ses brindilles dans le nez, s'il ne reprenait pas sa cargaison ou, accessoirement, s'il lui donnait encore une fois de la "petite dame". L'homme était reparti en la traitant d'"hystérique", mais, au moins, il avait remporté sa marchandise avec lui.
Ensuite, elle avait été contrainte de composer avec cette cliente qui refusait de croire que non, il n'était pas légal de fournir une baguette à un enfant de six ans, même si elle promettait de "Superviser son utilisation, rassurez-vous, Mademoiselle !". D'après ce que la Poufsouffle avait compris de ses explications, elle espérait apprendre des sortilèges de défense à son rejeton au cas où "il y aurait une nouvelle attaque de cette abominable organisation, là, vous savez... Magica Sacris...". Anabelle avait dû déployer des trésors de diplomatie pour ne pas la mettre dehors manu militari avant d'alerter le service de protection de l'enfance du Ministère, a fortiori lorsque l'horrible rombière, comprenant qu'elle n'aurait pas gain de cause, l'avait accusée d'avoir vendu son âme à la Menace ("Vous les soutenez, c'est ça ? C'est pour ça que vous ne voulez pas que mon pauvre Bobby puisse se défendre ? Assassin !"). Elle avait lâchement refilé le bébé à Ollivander, qui avait eu la riche idée de quitter l'arrière-boutique pile au moment où la cliente s'égosillait, en agitant un doigt boudiné sous le nez d'Ana, qu'elle "N'en resterait pas là", parce que elle "connaissait des gens, elle, Mademoiselle !"
Enfin, une heure avant la fermeture de la boutique - et alors que la jeune femme croyait voir le bout du tunnel -, elle avait dû déranger pas moins de quarante-sept boîtes de leurs étagères, pour permettre à un petit vieux incroyablement difficile, de trouver une nouvelle baguette, la sienne ayant, apparemment, été brisée dans "un tragique accident de poker sorcier, ahlàlà, si vous saviez, ma pauvre enfant, une histoire à vous faire pleurer toutes les larmes de votre corps!". Bien entendu, une fois le vieillard sorti, il avait fallu astiquer, classer er ranger toutes les baguettes essayées, sans parler du désordre que certaines avaient semé autour d'elles, quand le client avait tenté de les maîtriser.
Ce fut donc avec un mal de tête lancinant et la certitude que non, vraiment, elle n'aimait pas les gens, qu'Anabelle regagna l'appartement qu'elle partageait avec Adrien "Oh non, encore des gens : je n'en peux plus !".

- Je suis rentrée ! Claironna-t-elle avec la discrétion de la hyène, tandis qu'elle faisait tomber, dans un bruit sourd, ses chaussures sur le paillasson. Elle s'étira de tout son long, étouffa un bâillement interminable, et se dirigea vers la cuisine, attrapant, au passage, l'exemplaire de la Gazette qu'elle avait abandonné, le matin même, sur la table basse du salon : un hibou la livrait quotidiennement, mais Ana ne prenait d'ordinaire pas le temps de la lire avant le soir. Elle en avait, d'ailleurs, souvent une ou deux de retard, et comme Ollivander n'était, lui non plus, pas très porté sur l'actualité, elle découvrait généralement avant vingt-quatre ou quarante-huit heures de décalage ce qui alimentait toutes les conversations ("Hein ? Poudlard a été attaqué ? Mais c'était y'a longtemps, non ? J'étais encore élève !").
- Qu'est-ce que tu prépares ? Demanda-t-elle, en louchant sur la cuisinière. Son estomac commençait à se rappeler à son bon souvenir. Eût-elle été seule qu'elle se fût ruée sur la première boîte de soupe venue et un paquet de crackers, mais Adrien était un poil tâtillon, quand il s'agissait d'équilibre alimentaire elle ne voyait pas du tout pourquoi, aussi avait-elle appris à prendre son mal en patience. Elle y gagnait au change : les plats d'Adrien était bien meilleurs que du potage industriel.
- Je ne dirais pas ça, non. Répondit-elle, après l'avoir embrassé, et juste avant de percuter l'information essentielle : Quoi ? Granger a fait un discours ? Mais... Pour dire quoi ? Elle va enfin dégeler le point d'indice ?
Elle ouvrit frénétiquement le journal qu'elle tenait à la main, comme si elle espérait trouver, dans une édition du matin, des indices sur le contenu d'une allocution prononcée au cours de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
 
Concertation chez les Montgomery-Sallers [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: Maisons & Habitations-
Sauter vers: