AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 16:15

[le titre est sans rapport, j'avais juste pas d'idées...merci le lecteur multimédia *sbaf*]



Ce jour-là, les oiseaux... ne chantaient pas, le soleil... n'était pas là (ou pas encore, un mois de mai sans soleil, c'est si rare. D'ailleurs, comme le disait siiiiiii bien le professeur Trelawney... Ah zut, j'suis pas censée la connaître encore.)

Donc ce jour-là, à une heure plutôt avancée de l'après-midi, où le temps était légèrement humide - chose étonnante pour la saison, mais peu importe: Rossana s'était empressée de mettre un pull sous sa robe de sorcière, histoire ne pas attraper froid: il fait déjà suffisamment humide dans les cachots, merci bien! Bref, la jeune Rossana avait voulu profiter de son temps libre après ses cours pour aller d'un pas certain à la bibliothèque. Elle n'avait pas lu de théâtre depuis deux jours: cela devait épouvantable pour sa santé mentale! Bientôt, elle se serait mise à devenir fort désagréable et irritable à cause de cela. Décidant donc d'y remédier, elle avait aussitôt rejoint la bibliothèque, sisi, vous savez, celle du deuxième étage, férocement gardé par la "sorcière" madame Pince. Vous voyez qui c'est tout de même, une femme au regard encore plus dangereux que le professeur McGonagall si vous faites des entorses au règlement de SA bibliothèque, et qui fond sur vous à la vitesse de l'Ankou si vous mangez dans cette pièce si préciiiiiiiieuse. Et de toute façon, Rossana se fichait pas mal de manger ou non quand elle apprenait des répliques, na.

En entrant dans la fameuse salle, elle avait d'ailleurs pu prendre en note qu'elle n'avait pas été la seule à vouloir venir ici dans son temps libre, si gracieusement "offert" dans son emploi du temps. De toute façon, il fallait bien que nos chères têtes blondes aient tout le loisir de s'entretuer de s'amuser et de s'aérer, n'est-ce pas? Soupirant légèrement, elle y entra, sans faire très attention aux groupes d'élèves qui y travaillaient: à quoi bon? Elle était venue ici chercher un livre, le genre de livre qu'elle affectionnait tant, et qui lui éviterait de s'en prendre au premier venu, tel le dragon de bibliothèque, j'ai nommé: madame Pince. Réussissant donc à atteindre le rayonnage qui traitait ces ouvrages-là, et après trois quart d'heures, parvint à en choisir un. Une pièce qui parlait d'une jeune fille voulait être un oisillon et d'un amour qu'elle ne pouvait pas avoir: tout cela avait l'air sympathique, et Rossa s'empressa de l'emprunter.

Elle commença d'ailleurs à parcourir les pages, d'un air avide qui faisait soudainement apparaître sur son visage des traits communs avec sa chère et tendre mère. Avant de s'arrêter. Elle n'avait guère envie de devoir passer par ses escaliers fous. Ils tournaient, n'en faisaient qu'à leur tête, au risque de lui donner presque le tournis. Cette fois, non, non, et non, elle refusait de devoir y passer! Poudlard était si grand, avec tant de passages secrets et de recoins, disait la rumeur. Il devait donc bien y avoir un autre moyen de descendre dans les cachots! D'abord, le sous-sol, les cachots, c'était sous le château. Ils soutenaient le château-même. Tous les chemins mènent à Rome; il devait donc sans aucune hésitation possible en avoir autant pour rejoindre la salle commune des serpentards.

Se mettant près d'un mur du couloir, elle observa les alentours avec un intérêt certain, jusqu'à ce qu'elle trouva un coin sombre, d'où semblait se trouver ce qu'il convient d'appeler: une porte. S'en approchant, elle l'ouvrit délicatement - sait-on jamais, c'était peut-être le placard à balai de Rusard hein... - elle constata alors que cela donnait sur un escalier en colimaçon, qui montait, mais qui descendait, également en toute logique - bien que la logique n'exista même pas à Poudlard, Dumbledore en restera toujours la preuve aux yeux de la jeune serpentarde qui se souvenait encore des drôles de mots que ce très vieux et ancien directeur avait lancé à la fin de son discours de bienvenue aux nouveaux élèves. De toute façon, elle ne perdrait rien à y descendre: au pire, elle connaîtra un passage de plus dans Poudlard, se rassura-t-elle intérieurement, tandis qu'elle s'y engouffra.

Et elle était bel et bien descendit, constata-t-elle, en examinant le grand hall. Sauf que, c'était un coin qu'elle ne connaissait pas, mais pas du tout! Pourquoi ne voyait-elle que des poufsouffles ou des gryffondors? Où étaient donc ses chers compatriotes, qui lui indicerait sûrement avec la gentillesse qu'avait les serpentards entre eux, la direction de leur salle commune?


*En clair, pensa-t-elle avec une certaine angoisse, je suis perdue et je ne peux pas lire mon bouquin! Demander à un gryffondor ou un poufsouffle? Certainement pas!*

Ou peut-être que si, finalement, elle serait capable de demander, même à Poufsouffle: c'était tout de même sa santé mentale qui était en jeu. Un gryffondor, en revanche, ce serait non, définitivement non: sa maison lui avait appris à les éviter, pourquoi diable changerait-elle d'avis aujourd'hui précisément? Surtout que ses derniers n'aimaient pas les serpentards, également.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 16:19

J’avais encore rendu quelqu’un malheureux cette nuit, pourquoi fallait-il qu’il tombe amoureux de moi ? Je n’avais rien fait pour cela du moins que je sache…, je ne savais plus quoi penser, je errais dans les couloirs plutôt que de faire ma ronde. De toute façon le repas n’étais pas encore fini alors à quoi bon, se préoccuper des personnes qui ne respectent pas le couvre feu. Je marchais tout en réfléchissant à ma vie que j’avais menée si pathétiquement jusqu’à maintenant. Lukas me trouvait courageuse mais je n’ai eu aucun courage dans l’année passée alors que mon père se trouvait devant moi. Je n’ai pas eu le temps de le regarder, que je m’étais évanouie dans mon propre sang. Je me demande encore si quelqu’un ma vue comme ça, Blaise m’a dit que Drago m’aurait vu mais ayant peur du sang il serait resté muet. Il n’est pas venu me voir à Sainte Mangouste, il n’a même pas demandé de mes nouvelles à mes frères…, mes frères m’ont défendu de le voir et même de lui adresser la parole… Je n’ai pas tenu ma promesse à peine je fus entrée à l’école, que je lui ai reparlé et que l’on c’est chamaillé, on s’entend de plus en plus comme chien et chat, à peine je voudrais communiquer avec lui qu’il m’agresse et me rejette. Je ne sais plus ce que je dois faire l’aimer ou le détester, j’aimerais le haïr, pour le bien être de mon nouvel amour avec Alexander, mais je ne sais vraiment si je peux le faire. En tout cas devant Drago je joue les indifférentes et apparemment lui aussi a adopté cette stratégie…, on ne se croise plus dans les couloirs on ne se heurte plus, c’est peut-être mieux comme ça. Au moins je pense plus à Alexander comme ça et beaucoup moins à lui…

Hum, dis-je en remontant le col de ma robe de sorcier, quelqu’un a dû laisser une fenêtre ouverte il fait glacial, me dis-je à haute voix en regardant par une fenêtre du couloir.

On voyait la pluie couler le long du vitrail, ce qui était très beau et très apaisant selon moi, je restais donc là plantée en plein milieu du couloir à observer une goutte couler le long d’un vitrail.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 16:43

Apercevant alors un volatile, elle se dit intérieurement qu'elle pourrait toujours lui poser la question. Après tout, il -elle plutôt- avait l'insigne d'un préfet, et c'était un Serdaigle. Généralement, la maison des serdaigles est tout à fait fréquentable, avec des gens plutôt polis, la majeur partie du temps.

S'approchant doucement, la ravissante et sublime Serpentard s'arreta devant la serdaigle, surement perdue dans la contemplation du temps.


"Veuillez m'excusez de vous déranger...." commenca-t-elle, avec son toujours et eternel petit accent italien, "mais... Je craint de m'être égarée. Pourriez-vous avoir la noblesse de m'indiquer les cachots, je vous prie?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 16:52

Je n’avais pas vu arriver la jeune fille et je sursautais quand j’entendis sa voix, je posais ma main sur mon cœur et lui sourit.

Désolée, je ne m’attendais pas à ce que l’on me parle, dis-je en riant légèrement de ma surprise, tu ne me déranges, je suis là pour aider, lui dis-je en lui souriant. Nous sommes au troisième étage, tu as du te tromper au lieu de descendre tu as du monter, veux-tu que je t’accompagne ?, lui demandais-je la regardant.

Je n’avais pas vu son insigne et cela m’importé peu, il fallait que je me change les idées et montrer le chemin me semblait tout indiqué pour ne plus penser aux garçons.

*Comme j’aimerais n’avoir jamais été une sorcière*, pensais-je en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 17:06

Le troisième? Oh noooon! Elle était pourtant au deuxieme et avait juste descendu un escalier. Visiblement, elle n'avait pas aussi descendu qu'elle le pensait. Néanmoins, elle avait bien fait de s'adresser à la prefete serdaigle, car cette dernière avait la gentillesse de l'accompagner à sa salle commune. Et puis, il valait mieux encore que ce soit elle qu'un de ses stupides petits garnements impolis, qui la tutoyer et lui parlait comme si elle n'était rien d'autre qu'une vieille connaissance à eux.

"Ce serait une joie que vous m'y accompagniez." Rétorqua la serpentard, avec un sourire aussi charmeur que celui ... ben d'un animal du même nom. (^^)

Cela étant, elle ne put se retenir de se demander ce que la serdaigle faisait, planté devant une fenetre ouverte.


Dernière édition par le Jeu 2 Nov - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 17:37

Et bien allons-y, lui dis-je en descendant les escaliers.

Je regardais à cet instant son insigne et vit que c’était une Serpentard, elle cherchait donc sa salle commune. Je souris décidément aujourd’hui ne devait pas âtre mon jour de chance pour moi, je continuais à descendre quand soudain je sentis que le silence pesait un peu trop entre nous et je décidé de le rompre.


Dis moi ça ne te dérangera pas si je te laisse un peu avant l’entrer de ta salle commune ?, lui demandais-je en regardant les marches de l’escaliers.

Je savais que cette question attirerait la curiosité de la Serpentarde mais je ne pouvais pas faire autrement que de lui dire cela. Je n’avais pas envie de tomber nez à nez avec Drago ou d’autre personnage du genre
.

[HJ : N’oublie pas que c’est 7 lignes minium sur ce forum alors édite un peu ton dernier message, si tu veux bien ^^, merci]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 17:51

Alors qu'elle descendait les escaliers, accompagnée par la prefere de serdaigle, elle vit soudainement cette dernière lever les yeux vers son écusson de serpentard. Grillée, songea-t-elle, en voyant l'amertume gagner le visage de son interlocutrice. Faisait-elle partie des gens qui haissait betement les serpentards, alors qu'ils étaient en réalités les gens les plus fréquentables de l'école, justement?

"Heu..."

Répondit-elle surprise par la tournure que venait de prendre les evenements. La laisser avant?

"Veuillez pardonner mon... ma curiosité, mais fuyez-vous les serpentards?"

Et elle attendit une réponse, une lueur malicieuse dans les yeux. Si cette prefete avec un soucis avec la maison de Salazar, Rossana se ferait par consequent une joie de dementir toutes les idées recues qu'on lui direrait... Si toutefois elle avait vu juste, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 18:06

La jeune fille me demandait si je fuyais les Serpentard, je réfléchis un instant si le mot fuir était exact ou non.

*Non, je ne fuis pas Malefoy je l’évite, ce n’est pas la même chose que de fuir les personnes*, pensais-je en regardant toujours les marches.

Non, je ne fuis pas les membres de ta maison, mon meilleur ami en fait partie, dis-je en parlant de Blaise, non, seulement je ne suis pas très bien considérée par certain membre, lui dis-je en baissant les yeux. Si tu veux je peux venir, jusque là avec toi, mais si on tombe sur une personne qui ne m’apprécie sache que tout ce que tu entendras ne sera pas entièrement vrai, dis-je en soupirant. J’aimerais qu’il en soit autrement, mais apparemment c’est impossible, lui dis-je en lui souriant tristement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 18:20

Des eleves de serpentards qui s'amuseraient à lancer des ragots? Cela l'étonna fortement. Mais après tout, cela était-il aussi étonnant? Elle ne connaissait pas tout le monde de sa maison, et il était probable que certains le fassent... Mais surement avec une raison. Pourquoi lancer une rumeur stupide juste pour cela? Il y fallait bien un intérêt pour utiliser son temps cela. Preferant cependant ne pas faire part de cette reflexion à son interlocutrice, qui, elle en était certaine, ne comprendrait sans doute pas son point de vue, ne put s'empecher de se questionner sur les eleves qui avait un soucis avec elle. Voir même le nom du meilleur ami de celle-ci. Ce dont elle s'en acqueri bien evidemment auprès de l'interessé, laissant un peu de côté les phrases que lui avait appris sa mère, ne gardant que son petit accent italien.

"Pardon d'être si curieuse, mais pourrais-je vous demander qui sont les personnes dont vous me parlez?"

Suivant toujours la serdaigle, elle prit un moment de reflexion, et continua.

"De toute facon, aucun serpentard ne risquerait de vous embeter, puisque vous rendez service à l'une d'entre eux."

Après tout, ce n'était pas faux. Pourquoi diable un eleve de sa maison aurait fait quelque chose à cette serdaigle pour le moment, puisqu'à l'heure actuelle, elle lui rendait service?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   Jeu 2 Nov - 20:04

J’ai éveillé ta curiosité, ce qui m’étonne car les Serpentard ne sont pas très curieux, mais en fait c’est ce qui me rassure chez toi. J’ai été impolie en te tutoyant tout de suite mais comme tu es plus jeune que moi et que nous sommes toutes deux élèves, j’ai cru bon de le faire. Si cela t’indispose dis le moi et j’arrêterais tout de suite de te tutoyer, lui dis-je en lui souriant. Mais je vais quand même répondre au deux autres questions, mon meilleur ami est Blaise Zabini, un élève de première année, très joli garçon, malheureusement, il n’est pas très bien vu par les Serpentard. Car il aime d’un amour éperdu une jeune fille de ma maison, tu ne dois pas l’avoir rencontré encore mais si jamais tu le fais, tu verras que je dis vrai. Celui qui ne m’apprécie pas, c’est le prince de ta maison, c’est lui qui a une immense fortune familiale et dont toutes les filles voudrait être sa promise. En des temps qui sont maintenant révolu, je l’eu été malheureusement, il a perdu la mémoire et ne se rappelle pas cette partie de sa vie. J’eu beau lui raconter, il m’a traité de menteuse et bien d’autre chose que je n’ose de répéter. Il est aussi beau qu’il est froid et sans cœur, un parfait Serpentard, dis-je en regardant droit devant moi tout en souriant.

Nous étions arrivées toutes les deux dans le Grand Hall, il ne fallait plus grand-chose pour se rendre dans les cachots, j’emmenais alors la jeune fille avec moi dans les coins sombres de l’école.

Maintenant, nous haïssons cordialement, je veux dire par là que nous ne nous parlons plus, nous nous évitons le plus souvent possible. La plus part du temps c’est lui qui revient à l’attaque, quant il n’a pas eut entièrement satisfaction de Potter, c’est sur moi, qu’il vient faire ses crocs. Il est attirant et séduisant comme tout les esprits du mal, si seulement je…, enfin oublies ce n’est que du passé. Je vis a présent une histoire qui m’enchante et qui est…, sans histoire. Je ne dois plus me cacher, je ne dois plus fuir les regards des autres personnes, je suis tout ce qu’il y a de plus heureuse, dis-je en regrettant un peu l’époque où j’étais avec Drago.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Estuans interius ira vehementi, Sors immanis et inanis....
» Les chasseurs de trésors reviennent
» Les lieux lugubres renferment de lumineux trésors. [PV Kyrune et Yasmeen]
» Les trésors de youtube
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2-
Sauter vers: