AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 28
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


[Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] Empty
MessageSujet: [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30]   [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] EmptyDim 5 Jan - 17:37




Alfie Hartley

1. Regarde-moi
2. Nouvelle ; lettre
3. Scandale
4. Toi et moi
5. « J’ai quelque chose à te dire… »
6. Entre le rêve et la réalité
7. Superstar
8. Jardin secret
9. Course folle
10. #10
11. Fleur
12. De bonne humeur
13. Liens
14. Musique
15. Le bleu le plus pur
16. Invincible, sans égal
17. kHz (kilohertz ; unité de mesure de fréquence)
18. « Dites ahhh… »
19. Rouge[/strike]
20. Retour à la maison
21. Violence ; pillage ; extorsion Ringo McConnell
22. Bercer Ringo McConnell
23. Bonbon
24. Bonne nuit
25. Obstacle
26. Si seulement tu étais à moi
27. Débordement
28. Médicament
29. Le bruit des vagues
30. Baiser


C O D E ©️ A L K A S E L T Z E R



Dernière édition par Alfie Hartley le Dim 5 Jan - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 28
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


[Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] Empty
MessageSujet: Re: [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30]   [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] EmptyDim 5 Jan - 18:08


Titre : Au mauvais endroit au mauvais moment
Thème : #21. Violence ; pillage ; extorsion
Couple : Alfie Hartley & Ringo McConnell
Autres personnages concernés : Aucun
Contexte : L'histoire se déroule à la fin des grandes vacances. Alfie va entrer en 6e année et Ringo en 7e.
Rating : PG
Mots : 1129



Pourquoi ? Pourquoi les personnes les plus aimables étaient toujours celles qui en prenaient plein la gueule ? Qu'avait fait Alfie au Bon Dieu pour qu'il s'acharne sur lui ainsi sans raison ? Jusque là, le jeune homme avait réussi à trouver un juste milieu entre sa vie moldue et sa vie sorcière. Il menait sa barque tranquillement, sans causer de tort à personne. Certes, il courtisait nombre de demoiselles mais il était toujours honnête dans ses intentions : il ne faisait jamais espérer une fille plus qu'il ne le fallait. Il était beaucoup trop jeune et charmant pour se caser. Il était apprécié de ses ami(e)s. Il bossait sang et sueur sur ses cours pour être dans la moyenne - bon, là, c'est faux, il recopiait la plupart du temps sur ses camarades dotés d'un cerveau. Il repoussait chaque jour cette douleur qui menaçait de le ronger, cette douleur causée par l'absence de sa mère, que ce soit en se dépensant dans le sport ou dans ses moments avec ses potes. Il ne faisait du mal à personne. Alors pourquoi avait-il été la cible d'un guet-apens cette nuit-là ?

Tout cela ne serait pas arrivé s'il avait été en possession de sa baguette magique. Cette satanée baguette qui était tellement prohibée dans le monde moldu. Le pire, dans tout ça, c'est qu'il était sur le point d'être majeur. Il ne lui manquait que quatre malheureux mois avant d'atteindre cette majorité sorcière tant désirée. Dans ces moments-là, il maudissait ses parents de l'avoir fait naître en fin d'année - bien que sa naissance n'avait certainement pas été planifiée en fonction des mois de l'année. S'il avait emmené avec lui l'objet le plus précieux d'un sorcier, rien de tout ça n'aurait eu lieu. Cependant, il avait cru être en sécurité dans son quartier d'habitude si calme de Manchester.

Voilà qu'il gisait maintenant par terre dans une flaque de sang. Carambolage avec une voiture ? Si seulement. Ce soir-là, Alfie avait disputé un match de football important à domicile. La rencontre s'était soldée par une victoire grâce à un doublé d'Alfie Hartley. L'équipe avait évidemment dû fêter cela et à la fin de la soirée, le blondinet, comme à son habitude, avait pris le chemin habituel pour rentrer chez lui. Cette fois-là, il avait clairement été au mauvais endroit au mauvais moment. Alors qu'il souriait à un texto qu'il avait reçu d'une de ses amiEs - avec un grand E - il emprunta une ruelle un peu trop sombre. Il tomba alors nez à nez avec quatre bandits qui l'avaient encerclé, en profitant de son moment de distraction. Banlieue, minuit, aucun témoin, vous voyez le topo. Et tout ça, à quelques centaines de mètres de sa destination finale. Les truands le regardèrent en faisant craquer leurs phalanges ou tout simplement en agitant la clef anglaise qu'ils tenaient fermement en main, c'était au choix, et leur regard n'augurait rien de bon. Il ne fallait pas être Einstein pour comprendre leurs intentions. L'un deux prit la parole : « Vide tes poches. » Simple et efficace. Tout personne sensée aurait obéi mais Alfie avait toujours été un battant. Son père lui avait toujours appris à ne jamais se laisser faire. Même face au pire des dangers, il n'abandonnait pas si facilement. « Allez, vous êtes sérieux ? »  demanda le garçon en rigolant, tout en scrutant les alentours pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'une caméra cachée et surtout pour gagner du temps afin d'analyser la situation. « On ne le répétera pas deux fois. » continua un autre des gangsters, en mettant bien en avant la lame affutée de son couteau. Ils étaient quatre contre un, tous armés et sûrement très déterminés à obtenir ce qu'ils voulaient. Bien que très téméraire, le Serpentard déglutit avec difficulté face à ces menaces. Une goutte de sueur perla sur son front. Jouer la carte du mec non-apeuré n'avait pas fonctionné et ces types-là n'avaient pas l'air de rigoler.

Sans plus attendre, Alfie lança son sac de sport sur l'un des agresseurs, repoussa un autre qui était trop près de lui et tenta de s'échapper. Mais un de leurs acolytes était tapi dans l'ombre à quelques mètres de là et il eut tout le temps de décocher une droite, en plein dans le nez du blondinet, à l'aide de son poing américain. Une douleur intense s'empara du garçon. Sonné, il tituba jusqu'à ce que les autres brigands arrivent à sa hauteur. Un coup de clef anglaise dans l'épaule, un coup de pied dans les côtes et les poches de l'apprenti sorcier furent vite vidées. Agonisant, Alfie se sentit partir. Des larmes perlèrent sur ses joues tandis que les criminels prirent congé de lui dans une vision s'assombrissant de plus en plus. Il voulait hurler de douleur mais les coups des agresseurs avaient été bien placés et il était parti pour faire un bon dodo.

Quelques heures plus tard, il se trouvait sur un brancard. Du moins, il supposait, vu les mouvements qu'il ressentait autour de lui. Luttant pour revenir à la réalité, il n'y avait qu'une image qui lui venait en tête à ce moment-là. L'image de Ringo McConnell, cette insupportable Serdaigle, se penchant vers lui, en pleurs, le suppliant de tenir le coup. Ca y est, il délirait complètement. Il dit au revoir au peu de forces qu'il lui restait et crut sentir des lèvres se poser sur les siennes dans un makeover de la belle au bois dormant - des lèvres qu'il espérait appartenir à Ringo. Décidément, se faire tabasser apportait apparemment plus d'effet que des champignons hallucinogènes.

Pourquoi elle en particulier ? Ca, il n'en avait aucune idée. Les deux étudiants passaient leur temps à se rabaisser et il y avait bien plus de potentielles demoiselles qui auraient pu prendre sa place dans cette hallucination. Comme quoi, quand on lutte entre la vie et la mort, l'esprit nous joue facilement des tours. Les sensations qui traversaient le corps du jeune Hartley étaient atroces : il ne parvenait pas à choisir l'un des deux bouts du tunnel. Son âme oscillait entre les deux. D'un côté, un tunnel avec une lumière brillante au bout, d'un autre, les ténèbres les plus terrifiants. Il fallait prendre la voie illuminée, il le fallait, pour son père, pour ses proches, même pour sa mère. Un sourire sembla atteindre ses lèvres alors qu'il repensait à cette stupide McConnell. Elle l'aurait fait chier jusqu'au bout.


Dernière édition par Alfie Hartley le Dim 5 Jan - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Serpentard

Parchemins : 28
Âge : 17 ans
Actuellement : 6e année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


[Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] Empty
MessageSujet: Re: [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30]   [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] EmptyDim 5 Jan - 18:35


Titre : Le cœur a ses raisons
Thème : #22. Bercer
Couple : Alfie Hartley & Ringo McConnell
Autres personnages concernés : Noé Montgomery & Léopold Lloyd
Contexte : Suite de la fic précédente.
Rating : G
Mots : 1345



Le lendemain matin

Plusieurs personnes se trouvaient au chevet d'Alfie : son père, sa belle-mère et son demi-frère. Les deux frères avaient une certaine complicité malgré leur différence d'âge et ils se disaient tout. À côté d'eux, on retrouvait Noé Montgomery et Léopold Lloyd, ses deux meilleurs amis. Ils avaient été mis au courant par le frère du blondinet. Tous étaient morts d'inquiétude. Le Serpentard était étendu sur un lit d'hôpital, le nez apparemment cassé, toujours occupé à tenter de revenir à la réalité. Il comprenait qu'il n'était pas mort, il entendait les voix de ses proches mais il ne parvenait pas à se réveiller. Son esprit était toujours embrouillé : toutes les images qui apparaissaient dans son esprit étaient celles de Ringo. Alfie mettait ça sur le compte du délire. Il avait dû prendre un sérieux coup à la tête pour penser constamment à elle en étant complètement sonné. Son père était assis juste à côté du lit de son fils et lui serrait la main. Il le suppliait de lui donner un signe de vie, quelqu'il soit.

Soudain, le cœur d'Alfie se mit à battre plus rapidement, en temoignait la machine à laquelle il était connecté. Inconsciemment, les lèvres du jeune homme se mirent à trembler. Tous se rapprochèrent de lui et se turent, espérant entendre un son. Un léger murmure sortit de la bouche du garçon : « Ringo… » Et puis, silence radio. Ses battements de cœur redevinrent plus espacés, tout en manifestant quand même qu'il restait en vie. Noé et Léopold se regardèrent, perplexes. Ils se disaient tout, aussi étaient-ils au courant qu'Alfie avait un faible pour la Serdaigle - parmi tant d'autres - mais que ce soit son nom qui soit prononcé en cet instant leur semblait louche. Seulement, c'était le seul signe de vie qu'Alfie leur avait montré jusqu'à présent. Les deux vert et argent se levèrent pour aller débattre dans le couloir de l'hôpital de ce qui venait d'arriver. Noé décida de prévenir Ringo de ce qui était arrivé et de lui demander de venir. Ils n'avaient pas d'autres pistes jusque là et leur meilleur ami leur manquait déjà horriblement.

Quelques heures plus tard, c'est une Ringo qui ne comprenait pas vraiment ce qu'elle faisait là qui entra dans la chambre d'hôpital de celui avec qui elle ne faisait que se chamailler à Poudlard. La brunette n'avait cessé de se poser des questions pendant tout le trajet. Pourquoi l'avoir appelé elle ? Elle n'était pas une de ses prétendantes à la noix ou encore une de ses anciennes conquêtes. Ils n'étaient même pas ce qu'on pouvait qualifier d''amis". La jeune fille avait quand même fait l'effort de venir au vu de la situation critique du blondinet qui semblait dormir à poings fermés emmitouflé dans un drap blanc. Elle avait envie de l'attraper par les épaules, de le secouer et de lui demander ce qui lui était passé par la tête de une, pour s'être aventuré dans une ruelle sombre tard la nuit sans sa seule arme de défense et de deux, pourquoi, parmi toutes les gourgandines qu'il fréquentait, c'était son nom qu'il avait décidé de prononcer dans un bref moment de lucidité. Elle était tiraillée par toutes ses pensées et encore plus par tous les regards posés sur elle une fois entrée dans la chambre, c'est pourquoi elle demanda aux proches présents de la laisser quelques minutes seule avec Alfie. Au point où ils en étaient, ils ne voyaient pas pourquoi ils auraient refusé. Ils quittèrent donc la pièce et Ringo observa minutieusement le visage du jeune homme allongé sur le lit.

Il l'énervait sur tous les points. Son visage fin, ses cheveux blonds décoiffés, son humour de beauf, ses vaines tentatives de drague envers elle, et j'en passe. Elle crut même apercevoir ce petit sourire aux coins des lèvres du Serpentard, sourire qu'elle assimilait toujours à une future vanne de merde. Elle s'approcha lentement de lui et s'assit sur la chaise qu'avait occupé précédemment le père d'Alfie. Désormais seule, elle rejeta ses craintes et posa sa main sur celle du blondinet. Elle entrelaça ses doigts avec les siens et attendit, avant de soupirer. Elle ne savait pas trop ce qui lui était passé par la tête, peut-être avait-elle pensé qu'à son contact, le jeune sorcier se serait réveillé comme par magie. Elle se sentait stupide d'avoir pensé ça. Aucun sentiment, aucune magie n'était suffisante pour forcer une personne dans le coma à se réveiller. Elle posa alors sa tête sur le torse du garçon et resta ainsi plusieurs minutes, cogitant à cent à l'heure. Elle était tourmentée par les sentiments contradictoires qu'elle éprouvait à l'égard de ce crétin d'Hartley, de ce Dom Juan à deux balles, de cette soi-disant star du quidditch qui ne faisait que de se pavaner partout dans le château écossais avec sa clique comme s'il était le roi. Quand elle le voyait, elle avait envie à la fois  de l'étrangler et de l'embrasser pour qu'il ferme sa bouche une bonne fois pour toutes et qu'il se rende compte qu'il n'avait pas besoin de courir après toutes les filles du château vu qu'elle était là.

Noé fut le premier à frapper à la porte, curieux de savoir où en était l'entretien entre les deux tourtereaux.

« Ringo, tout va bien ? » demanda-t-il, mettant sa fierté de côté pour avoir l'air le plus aimable possible.
McConnell était une jeune femme forte, aussi n'avait-elle pas pleuré en voyant le corps presque sans vie de celui qui occupait parfois ses pensées.
« Laisse-moi juste cinq minutes de plus et puis je m'en irai. » répondit-elle, sans laisser entrevoir sa tristesse.
Et c'est là, juste avant qu'elle parte, que l'impensable se produit. Le rythme cardiaque d'Alfie commença à revenir à la normale et il semblait reprendre ses esprits. Ses mains n'étaient plus glacées, son teint reprenait de la couleur et il commençait même à bouger ses membres. Après de longues minutes pendant lesquelles Ringo le regardait les yeux grands ouverts mais la main toujours très serré contre la sienne, Alfie entrouvrit les yeux et sourit directement. Cette foutue McConnell était vraiment là. Celle qui s'était incrustée dans ses hallucinations lorsqu'il était inconscient. Il n'en croyait pas ses yeux. Il les referma pourtant et se contenta d'appeler son interlocutrice en chuchotant.
« Ringo… »
« Oui ? » s'empressa-t-elle de répondre.
« Approche toi s'te plait… »
La brunette s'exécuta, rapprochant dangereusement son visage du garçon qui semblait être revenu à la vie. Le Serpentard libéra sa main de celle de la Serdaigle et la posa sur la joue de la jeune fille. Il attira alors le visage de McConnell vers le sien et leurs lèvres se rencontrèrent pendant un bref instant. Ringo avait été prise de court, aussi ne réagit-elle pas tout de suite. Elle finit par arrêter de lutter et savoura ce baiser. Après tout, ils étaient seuls et Hartley ne se souviendrait peut-être même pas de ce moment. Lorsque Noé frappa une nouvelle fois à la porte, la bleu et bronze mit directement fin au baiser et se leva brusquement de la chaise avant de quitter la pièce en trombe, ignorant les appels et les regards interrogateurs des proches d'Alfie. Ce dernier, quant à lui, se sentit plus apaisé que jamais, et gardait ce sourire aux lèvres, que certaines trouvaient moqueur, que d'autres trouvaient craquant et qu'une certaine personne pensait les deux à la fois. Cette fameuse personne qui cherchait maintenant à fuir le plus loin possible de ce blondinet arrogant, qui l'avait eue dans un moment de faiblesse. Elle se jura de ne plus jamais retomber dans les filets de cet abruti d'Hartley.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





[Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] Empty
MessageSujet: Re: [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30]   [Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Défi - 30 baisers] Alfie 'Casanova' Hartley [02/30]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Hors-jeux :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers-
Sauter vers: