AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Interrogatoire musclé [ Quino ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 216
Âge : 13 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Interrogatoire musclé [ Quino ] Empty
MessageSujet: Interrogatoire musclé [ Quino ]   Interrogatoire musclé [ Quino ] EmptyLun 13 Jan - 23:25

Interrogatoire musclé
Joaquín & Estefanía

made by black arrow


La famille était extrêmement importante pour Estefanía. Les Kostas avaient toujours été beaucoup - et pas qu'en nombre : ils étaient bruyants, se disputaient souvent, se réconciliaient toujours, se mêlaient de la vie les uns des autres, étaient parfois indiscrets, généralement bien intentionnés, protecteurs, et loyaux les uns envers les autres. Elle n'était pas toujours d'accord avec Gabriel, se chamaillait souvent avec Quino et étouffait occasionnellement Tina, mais ses frères et sa sœur - et ses parents - étaient les personnes auxquelles elle tenait le plus au monde. Et si parfois, il lui arrivait d'être légèrement possessive envers eux, ou de les surveiller d'un peu trop près (mais toujours en toute discrétion).... Eh bien ça faisait partie du jeu, n'est-ce pas ?

Dernièrement, la petite Gryffondor avait l'impression persistante que Quino - celui de sa fratrie dont elle était la plus proche en âge, et celui avec lequel elle avait grandi de plus près - lui cachait quelque chose. Elle avait toujours pensé que Gabriel était un grand cachottier. La preuve : toute la Terre se doutait qu'il avait une petite copine. Leurs parents s'en doutaient, Stef en était persuadée, et elle en avait même quasi convaincu Valentina. Mais il avait toujours été comme ça. Secret, et discret, à gérer ses petites affaires dans son coin, et à ne les en informer que quand il le jugeait nécessaire. Quino, en revanche, était un livre ouvert. Certes, il était désormais réputé dans tout le château comme un truand de première, provoquant des détonations et réalisant des tours de main dans tous les sens, et elle le connaissait capable d'embobiner leurs parents avec ses faux airs d'ange, mais elle savait aussi lire la vérité dans ses yeux. Jusqu'à maintenant, elle avait toujours su démêler le vrai du faux, avec lui. Seulement, dernièrement, elle commençait à avoir de sérieux doutes sur la question. Bien sûr, elle avait dû perdre en pratique quand il était entré à Poudlard, puis l'avait abandonnée à son triste sort une fois qu'elle l'y avait rejoint, mais elle refusait d'accepter qu'il soit trop tard. Elle comprendrait ce que lui cachait son frère, même si c'était la dernière chose qu'elle faisait (ce qui était une affirmation un peu dramatique : si ça pouvait ne pas être la dernière chose qu'elle faisait de sa courte existence, elle en serait reconnaissante aux autorités supérieures).

En bonne petite Gryffondor ayant manqué sa vocation de finir à Serpentard, Stef avait un plan en béton. Planquée dans une alcôve des sous-sol, elle avait patiemment attendu que son aîné se pointe aux cuisines, pour son traditionnel goûter de l'après-midi. Et fidèle à lui-même, Quino était apparu - ponctuel comme il l'était rarement -, sourire aux lèvres, et avait pénétré dans l'antre des elfes de maison de l'école. Stef esquissa un sourire victorieux. Qui irait prétendre qu'elle ne connaissait pas son frère, maintenant ? Dans les dents Alan. Surtout, elle savait qu'il ne se carapaterait pas des cuisines après y avoir entamé son goûter : ce serait simplement malvenu. Elle se précipita à sa suite.

« Aha ! » lança-t-elle d'un air théâtral en apparaissant dans les cuisines, et posant les yeux sur le visage si familier de Quino. Elle demanda poliment un chocolat chaud à un petit elfe s'étant arrêté près d'elle, avant d'aller s'asseoir face au Poufsouffle, un air déterminé sur le visage. « Joaquín Kostas, je sais que tu me caches quelque chose, je le sens. Il est temps de confesser. Tu ne me caches jamais rien d'habitude ! » lui reprocha-t-elle, jouant sur la corde sensible avec l'espoir que ça suffise à faire cracher le morceau à son frère. « Est-ce que... Tu sors avec quelqu'un ? » Non, ça il le lui aurait dit tout de même. Ce serait trop gros. Et puis, elle le voyait faire le pitre avec Alan et Prudence aussi souvent qu'à son habitude. S'il avait une copine, n'aurait-il pas passé plus de temps avec elle ? Sauf s'il s'agissait de Prudence et d'Alan : un trouple, supposait-elle.

[ 665 ]
Revenir en haut Aller en bas

Joaquín Kostas
Joaquín Kostas
Poufsouffle

Parchemins : 61
Âge : 14 ans
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 5


Interrogatoire musclé [ Quino ] Empty
MessageSujet: Re: Interrogatoire musclé [ Quino ]   Interrogatoire musclé [ Quino ] EmptyHier à 17:49

Joaquín & Estefanía


Mai 2015

Être adolescent n'avait rien de facile ; en dehors des problèmes dans le monde magiques à cause de Magicis Sacra, un garçon comme Quino avait de quoi se prendre la tête pour tout et rien. Des saloperies de sentiments naissants, des hormones en ébullition, des examens qui approchaient, il n'y avait vraiment pas de quoi s'ennuyer. Le jeune sorcier avait plusieurs manières de se changer les idées : en dehors de ses nombreuses farces et attrapes, il y avait le quidditch mais la compétition à Poudlard ne comportait pas assez de matchs à son goût, et Alan semblait moins motivé aux entraînements depuis qu'il avait laissé filer le vif d'or et que l'attrapeuse de Serdaigle s'en était emparé. À côté de ça, le gréco-argentin était arrivé au bout de l'apprivoisement de son Botruc, affectueusement nommé "Relâche-le-donc-dans-la-nature-auprès-de-ses-pairs", d'après sa soeur. Quino aimait donner des surnoms et pas seulement à ses amis, les créatures magiques y avaient aussi droit. Du coup, avec un nom aussi long, une ribambelle de sobriquets à donner à son nouvel animal de compagnie s'offraient à lui. Et un Botruc était sacrément utile pour un garçon aussi hyperactif que Joaquín Kostas, surtout dans ses aventures illicites. Néanmoins, ce qui le confortait encore plus en cette période compliquée, c'était de manger. Alors, il n'était pas non plus devenu boulimique mais il ne pouvait pas résister bien longtemps à la tentation de s'empiffrer de cookies au chocolat quand l'occasion se présentait.

C'est donc exactement ce qu'il était en train de faire ce jour-là. Il savourait un délicieux gâteau quand quelqu'un décida de le déranger pendant cet instant de tranquillité moments très rares, croyez-moi. Fronçant les sourcils, il releva la tête et essuya le chocolat qui lui restait sur le coin de la bouche avant de remarquer que l'intruse oui, ce sont ses cuisines à lui n'était autre que sa petite sœur chérie. Son entrée fracassante lui fit ôter un sourcil. Quino était-il en train de faire quelque chose de mal ? Pas à sa connaissance. Il finit par conclure que ce n'était pas parce qu'elle venait de faire irruption dans la pièce qu'il devait s'arrêter de manger. Le goûter, c'est sacré ! De toute façon, le quatrième année eut une minute de répit le temps que Stef commande à boire et qu'elle vienne s'installer face à lui. Son air curieux n'augurait rien de bon pour son grand frère. Elle l'accusa alors de lui cacher quelque chose. Eh merde, Tina lui avait donc probablement parlé de "Relâche-le-donc-dans-la-nature-auprès-de-ses-pairs". Il soupira. Il savait que sa cadette l'avait intimé de le raconter à leur sœur mais Quino prenait son temps. Il décida que ça ne servait à rien de lutter contre Stef et choisit de la mettre dans la confidence. Après tout, ce n'était pas l'acte le plus illégal qu'il ait pu réalisé jusqu'à maintenant pas comme cacher son animagie, par exemple. « Tina t'a dit, c'est ça ? J'allais te le dire hein, j'avais juste pas trouvé le moment opportun… » mentit-il. Pas une seule fois l'idée de lui parler de son animal clandestin avait traversé son esprit, à moins de subir de nouvelles menaces de Tina. « Bon ok, je me doutais qu'il faudrait que je te le montre à un moment, de toute façon… » commença-t-il à lui expliquer, tout en plaçant sa main dans la poche intérieure de sa robe de sorcier afin d'y soutirer le Botruc.

Cependant, il se stoppa net en entendant la question de la Gryffondor. Ce n'était donc que ça ! Stef le soupçonnait d'avoir une copine… Intéressant. Le garçon feint l'ignorance et bafouilla un « Hein ? Quoi ? » tout en sortant rapidement sa main de sa robe. Son jeu d'acteur était tellement au point qu'elle n'y verrait que du feu. Quoi que, la brunette faisait quand même partie de sa famille et elle avait appris à le connaître avec le temps. Seulement, l'idée de la faire tourner en bourrique avec une telle rumeur était trop tentante que pour ne pas l'envisager. « Non non, il n'y a personne dans ma vie, j'te jure par contre dans mes pensées, il y a constamment une certaine préfète aux yeux bleus mais c'est pas ça que tu m'as demandé donc je vais pas m'aventurer sur le sujet, dommage. » assura-t-il. Tout en parlant, il tentait de fuir le regard de Stef, histoire qu'elle se fasse plein d'idées. Il fallait qu'elle pense qu'il mentait, il avait déjà tout un plan élaboré dans sa petite tête pour lui faire payer son impertinence la mener sur une fausse piste.

[828]
Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 216
Âge : 13 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Interrogatoire musclé [ Quino ] Empty
MessageSujet: Re: Interrogatoire musclé [ Quino ]   Interrogatoire musclé [ Quino ] EmptyHier à 22:07

Stef avait débarqué dans les cuisines, prête à faire avouer la vérité à Quino. Elle était armée de la conviction du Juste, forte de ses observations, convaincue de ses déductions, jugeant qu'elle avait le droit à la vérité, n'avait jamais rien fait justifiant que Quino lui ôte ce privilège. Elle était sa sœur, n'est-ce pas ? Elle avait bien compris que désormais, il avait Alan, et Prudence, et qu'elle n'était plus sa seule confidente. Admettons. Mais ça ne signifiait pas pour autant qu'elle n'existait plus. Debout face à son frère, puis assise avec des airs d'inspecteur de police en plein interrogatoire, Stef scrutait le visage de son aîné avec le plus grand des sérieux. Seulement, le fait qu'il cite le prénom de Valentina lui fit hausser les sourcils avec surprise. Comment ça Tina était déjà au courant ? La jalousie enfla en elle sans prévenir : « Attends, tu en as déjà parlé à Tina ? Sérieusement ? » demanda-t-elle, scandalisée. Il avait discuté de ses aventures amoureuses avec leur petite-sœur de onze ans avant de le lui dire à elle ? Et comment le prendrait-il, lui, si elle commençait à confier ses petits secrets à Gabriel plutôt qu'à lui ? C'était une trahison, et elle le vivait entièrement ainsi.

Cependant, les paroles suivantes du Poufsouffle la firent tiquer. Le lui montrer ? Qu'est-ce qu'il racontait encore ? Son regard se fit plus aiguisé, alors que Quino faisait un mouvement vers l'une de ses poches, mouvement qui n'échappa nullement à la jeune greco-argentine. « Quoi ? » répéta-t-elle à son tour les Kostas ou la famille de l'éloquence, alors que Quino s'immobilisait suite à sa question. Mais Stef n'était pas dupe. Elle avait bien compris que Quino avait été sur le point de lui montrer quelque chose, quelque chose dont, apparemment, Tina était déjà consciente, et qu'il s'était ravisé lorsqu'elle avait orienté la discussion vers le sujet amoureux. Elle se leva de son siège en un éclair, se précipitant avec agilité vers son frère telle une folle.

« Tu as un truc dans ta poche, fais pas genre ! C'est quoi ? T'es pas cool Quino, pourquoi Tina aurait le droit de savoir et pas moi ? » lui reprocha-t-elle en espérant que la combinaison du reproche et de l'attaque surprise suffiraient à lui faire confesser son premier crime. De toute façon, elle ne lui laissait pas trop le choix. Debout à côté de lui, elle tendit la main vers la poche d'où il avait retiré sa main. « Montre ou je le fais moi-même. » avertit-elle d'un ton qui n'admettrait aucune réplique. Le genre de ton que leur mère employait quand ils avaient fait une bêtise et qu'elle leur demandait (ou plutôt : ordonnait) d'arranger la situation. S'il ne voulait pas que Stef lui fasse la tête à vie, Quino avait plutôt intérêt à lui dire la vérité.

Mais comme son frère n'était pas idiot, il avait essayé de noyer le poisson en répondant à sa question initiale, et posant les mains sur ses hanches, la petite brune le toisa du regard tu feras gaffe tu as un peu de chocolat sur le nez, étudiant son comportement. Le regard fuyant, l'air innocent. Il lui mentait encore. « Passons sur ton autre cachotterie, je sais qu'il y a quelqu'un. C'est qui ? Prudence ? » Elle approcha son visage de celui de son frère, le fixant sans ciller à peine flippante la gamine. Elle connaissait son frère - même s'il la prenait pour une bleue -, surtout, elle savait quand il mentait. Elle saurait déterminer de qui il s'agissait vraiment, foi de Stef. « Si ce n'est pas Prudence... » Elle fit défiler la liste des filles de l'année de son frère et dont il savait qu'il était proche dans son esprit ses séances de stalkage intensives portaient enfin leurs fruits : « Ça ne peut pas être Victoire, enfin j'espère pas ? » Elle l'observa encore, sceptique. Tout le monde savait qu'entre Victoire et Teddy, il finirait tôt ou tard par se passer un 'truc'. Sans parler des rumeurs qui couraient sur Alfie Hartley et elle. Stef aimait beaucoup son frère, mais entre Quino et Alfie Hartley, il y avait quand même tout un monde.

[ 703 ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Interrogatoire musclé [ Quino ] Empty
MessageSujet: Re: Interrogatoire musclé [ Quino ]   Interrogatoire musclé [ Quino ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Interrogatoire musclé [ Quino ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Pièces de vie :: Les Cuisines-
Sauter vers: