AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Ven 10 Nov - 1:05

R'hapsody attendait le début du cour. Il aurait aimé pouvoir discuter avec Aelita dans un sens parce qu'elle était la seule personne qu'il connaissait dans cette salle, mais aussi parce qu'il aimait pariculièrement cette jeune fille qui avait un caractère, une façon d'être et une gentillesse qui ne permettait que de l'apprécier. Mais elle était avec quelqu'un. De plus ils étaient en cour et les discutions étaient sans doute prohibées dans cette salle.

Il c'était donc mis à regarder la salle en détail.

Aelita, placé devant lui se tourna alors rapidement vers lui et lui glissa un papier plier en quatre. Il la regarda surpris, mais celle-ci c'était déjà retournée pour ne pas être vu par le professeur. R'hapsody sourit et délia le mot. Elle lui demandait de ses nouvelles et lui disait qu'elle aurait souhaiter pouvoir reprendre une conversation, longuement mise en suspend, avec lui. Elle lui demandait aussi simplement de sourire pour lui montrer qu'il pensait à elle.

Un grand sourire s'afficha sur le visage du jeune garçon, qui se décida tout de même à répondre à son amie. Il prit alors un papier, sa plume et commença à écrire de sa plus belle écriture.

~ Il me plairait grandement de discuter à nouveau avec vous. Nos discutions me manque à moi aussi et j'osais espéré que vous me diriez sa. Je sais tout de même que vous êtes très occupée par le travail que nous devons fournire ici et même si cette discution prend du temps avant d'arriver, ce mot que vous m'avez fait parvenir m'a fait le plus grand plaisir. Un sourire aurait peut-être pu suffir à vous montrer que je pense à vous mais j'ai préféré répondre à ce mot qui m'a enjoué grandement pour un long moment. Je vous remercie de votre présence et espère que nous pourrons nous rencontrer à nouveau rapidement. ~

C'est alors que d'autres élèves entrèrent dans la salle un à un.
Un garçon au cheveux blond gominés fit sont entrée dans la salle. Dans sa tenue il semblait venir d'une haute famille. Par contre il sembla très antipatique au jeune R'hapsody mais celui-ci ne broncha pas.
Quelques minutes plus tard une Poufsouffle entra. R'hapsody reconnut Susan Bones, la batteuse de son équipe. Il se rappela qu'elle était venue le voir pendant la fête des Poufsouffle, organisée pour leur victoire. Il sourit et la remmercia intérieurement d'être venue lui parler. Bien qu'elle e l'ai pas tout à fait convaincu de son utilité pendant la partie, elle lui avait redonné le sourire et ça lui avait fait très plaisir.
Une autre fille suivit alors l'entrée de Susan dans la classe. D'après sa robe elle était à Griffondor. Elle s'installa rapidemant à une place.
Suivant l'arrivée de la jeune Griffondor, R'hapsody put oir l'apparition d'une nouvelle jeune fille.
Décidément il y avait beaucoup de filles dans cette école, ce qui n'était pas pour déplaire à R'hapsody, car les filles qu'il avait pu rencontrer lui avaient permis de se faire à la gente féminine et de l'apprécier sous différens aspect grace à le diversité de caractère de chaque fille dont il avait fait la connaissance.

La dernière jeune fille qui était entrée était elle aussi de Serdaigle. Au début elle d'installa à une place quelconque de la salle, puis finallement elle repéra Aelita et son ami qu'elle rejoignit alors. Elle les salua et prit place près d'eux.

R'hapsody profita alors de son intervention pour se pencher vers Aelita, lui tapoter l'épaule et lui tendre le mot qu'il avait écrit quelques minutes plus tôt.

[590]


Dernière édition par le Lun 13 Nov - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Ven 10 Nov - 19:29

Lukas était arrivé le premier en cours de métamorphose, avec la belle Aelita. D’ailleurs, après l’arrivée de Malefoy, elle détourna le regard… pourquoi ? Il est vrai que Malefoy n’est pas particulièrement beau, mais de là à détourner la tête… Ou alors… non ! Une histoire entre eux ? Pas possible oublions. Une Serdaigle ne peut pas aimer un Serpentard, c’est un principe. Quoi que, réfléchissons, cherchons dans la mémoire… tu comprendras … amour, car j’ai déjà deux personnes…dans mon cœur, une qui m’aime d’un amour sincère et un autre qui me hait… Mais voilà ! Une personne qui me hait ! Malefoy !! Elle lui avait dit cela dans la salle commune en plein devoirs… Mais alors tout concorde ! Une qui m’aime d’un amour sincère… Alexander !! Et l’autre, Malefoy… Il faudrait lui demander… Mais en même temps ça ne le regarde pas… mais ils étaient amis à présent… pas depuis assez longtemps… mais elle est ouverte… et tu es trop curieux… Bon d’accord arrêtons les cogitations… Non pas tout de suite, R’hapsody… elle lui avait envoyée un mot… lui aussi ?! Mais c’est impossible elle serait amoureuse de tous les types de l’école, sauf de Lukas ! Mais c’était juste un ami… mais peut-être pas… Et elle lui envoya enfin à moi à lui, quand même !

~ Je suis ravie d’être une fois de plus assise à côté de toi au cours de Métamorphose, bisous Aelita Stones~

Et voilà, ils s’assirent à coté l’un de l’autre. Elle était ravie ! Bisous ! Bisous ! Bisous ! Ça y est c’était définitif, il devenait fou et complètement gaga… Pffff… Que répondre ?

~ Moi aussi je suis ravi d’être à coté de toi. Mais seulement depuis quelques minutes je me pose des questions, très personnelles, qui ne me regardent pas mais bon… c’est indépendant de ma volonté ^^… Et tu n’est pas obligée de répondre… Qu’est-ce qui se passe avec Malefoy ? Et avec R’hapsody ? Bisous Lukas ~

Voilà, c’était fait, il passa le mot à Aelita. Faisons à nouveau arrêt sur image sur la classe, car de nombreux élèves étaient arrivés depuis Aelita et lui, mis à part Malefoy et R’hapsody. Une petite Poufsouffle, Hope, qu’il ne connaissait pas personnellement mais qui n’avait pas l’air déplaisante…la petite Susan, qu’il appréciait énormément… Ah tiens Ginny, elle avait l’air bizarre depuis quelques temps, à vrai dire il ne l’avait pas vue depuis longtemps… Et enfin Clara, une amie d’Aelita de Serdaigle, qui était également très sympa… Allez Serdy en force ! Il avait vu ce matin que Serdy était repassé devant Serpy !! Imaginez la honte de Malefoy ou de Irving le jour du banquet de fin d’année si Serdaigle l’emportait, quand Dumbledore dira : « Et en tête avec x points Serdaigle qui gagne la coupe des quatre maisons ! » Ils seraient verts… Et en plus, approchait le match Serdaigle VS Serpentard, qui l’espérait-il allait-il remporter… Mais en tant qu’attrapeur, il avait une lourde tache sur les épaules, très très lourde, c’était en fait le sort de toute l’équipe qui était entre ses toutes petites mains de première année…

****
[525 mots]
Revenir en haut Aller en bas

*Minerva
avatar



MessageSujet: ...   Lun 13 Nov - 21:33

Les élèves arrivèrent les uns après les autres.

« Bonjour à tous ! Aujourd'hui nous allons étudier les sortilèges de transfert ! Tous à vos plumes ! »

Citation :
Les sortilèges de transfert.

Les sortilèges de transfert sont la base de la métamorphose. Cependant, ils ne métamorphosent pas à proprement parlé, ils transfèrent. Il faut avoir le regard porté sur les, sujets à transférer. Imaginons que nous avons une pelote de laine et une touffe d’herbe : on peut transférer l’herbe à la place de la laine de façon à obtenir une pelote d’herbe et une touffe de laine.

Il existe deux types de sortilèges de transfert :
- Le type classique : Il permet de transférer des objets, des matières inertes. La formule magique est : Transfero !
- Le type inter-espèces : Il permet de transférer des matières vivantes (animaux et végétaux). La formule est : Intertransfero !

Naturellement, le premier type est plus facile à maîtriser, puisque le support n’est pas apte à réfléchir. Pour lancer les sorts, il faut avoir une forte concentration mentale.

« Pour la pratique, les premières années utiliseront le système classique, les autres le système inter-espèces. Choisissez le support de votre choix. Et au sujet des examens, revoyez tous les cours, y compris celui du sortilège Avifors (sujets clos année 2). Bon travail ! »

Citation :
Devoir n°2 à rendre avant la fin de l'année.

1/ En quoi consistent les sortilèges de transfert ? Illustrez votre réponse par des exemples différents de ceux étudiés en cours.
2/ Quels sont les deux types de sortilèges de transfert ? Citez leurs formules.
3/ Quelle est la dernière exigeance de ce sort ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Mer 15 Nov - 11:06

Le cours se déroulait rapidement. Juste après que Lukas ait répondu au petit mot d’Aelita, McGonagall prit la parole. Elle était de bonne humeur, ce n’était pas normal… Aurait-elle enfin réussie à massacrer Peeves ? Seulement sans vouloir mettre en doute les capacités du cher professeur de métamorphose, il était fort imaginable que ce soit Peeves qui finisse par l’user. Mais passons. Le sujet était les sortilèges de transfert. Lukas avait toujours voulu les étudier, et surtout sa mère lui disait que cela servait souvent, alors il fallait l’apprendre. Elle nota sous la dictée de McGo.

Les sortilèges de transfert.

Les sortilèges de transfert sont la base de la métamorphose. Cependant, ils ne métamorphosent pas à proprement parlé, ils transfèrent. Il faut avoir le regard porté sur les, sujets à transférer. Imaginons que nous avons une pelote de laine et une touffe d’herbe : on peut transférer l’herbe à la place de la laine de façon à obtenir une pelote d’herbe et une touffe de laine.

Il existe deux types de sortilèges de transfert :
- Le type classique : Il permet de transférer des objets, des matières inertes. La formule magique est : Transfero !
- Le type inter-espèces : Il permet de transférer des matières vivantes (animaux et végétaux). La formule est : Intertransfero !

Naturellement, le premier type est plus facile à maîtriser, puisque le support n’est pas apte à réfléchir. Pour lancer les sorts, il faut avoir une forte concentration mentale.


Étant donné qu’il était en première année, il fallait qu’il expérimente le type classique. Forte concentration mentale ? Ça promet… Aelita allait se moquer de lui en le voyant agiter sa baguette dans le vide comme un taré. Mais que transférer ? Au choix tu parles c’est pire que tout… Il voulait tenter avec le hérisson, mais c’était le type inter-espèces, et il n’avait pas le droit. Il alla chercher deux objets sur le bureau : un nounours en peluche et des bouchons de bouteille d’eau moldus. But de l’opération ? Transférer les bouchons à la place des petits yeux de l’ours en peluche. C’était pas gagné, du moins du premier coup…

Il prit les deux objets et les plaça devant lui. Alors forte concentration mentale… Je veux transférer les yeux de l’ours à la place des bouchons… Je veux transférer les yeux de l’ours à la place des bouchons… Je veux transférer les yeux de l’ours à la place des bouchons… Concentration ok…Maintenant la formule…

- Transfero !

Et bah non rien du tout. On recommence… concentration optimale…

- Transfero !

Olala… Les Serpentard n’allaient pas le louper… Il avait maintenant des bouchons avec les poils de l’ours sur le dos… Allez sens inverse…

- Transfero !

Ouf, tout était redevenu normal… Maintenant on revient au vrai transfert…

- Transfero !

OUI ! Quand même ! T’a vu McGonagall ! J’y suis arrivé heu !!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Mer 15 Nov - 12:42

Elea s’était incrustée avant que le professeur daigne leur montrer de quoi il s’agit. La jeune fille n’était pas très matinale ces derniers jours et pour cause sa révision tous les soirs qui allait jusqu’à en être très tardive. Elle se dirigea vers la première place qu’elle perçut, s’installa confortablement puis regarda les autres élèves retardataires. Qu’allaient ils faire aujourd’hui, c’était vrai que la Serpentarde avait eu un treize au premier devoir mais il était bien dû à son oubli jusqu’à la dernière minute, trop absorbée par les révisions des cours de potions. La petite blonde s’était promise de s’acheter un petit carnet pour tâches à faire et en quels moments, pour elle c’était plutôt révisions à faire et en quels moments.

Elle parcourut la salle du regard et vit Malefoy l’air un peu pensif, attendant sûrement quelqu’un. Selon la rumeur peu répondue il sortirait avec la préfète de la maison, et c’était un peu vrai que ces deux là allaient à première vue très bien ensemble. Quoi qu’il en soit Elea s’était enfermé sur son monde cette semaine, et c’était rare de la voir hors de la salle commune, sinon pour manger ou aller à un autre cours.

La jeune fille revint tout de suite sur tête à la voix du professeur, elle prit sa plume, trompa sa pointe dans son encrier déjà ouvert avant de commencer à écrire lassement les indications du professeur :

Citation :

Les sortilèges de transfert.

Les sortilèges de transfert sont la base de la métamorphose. Cependant, ils ne métamorphosent pas à proprement parlé, ils transfèrent. Il faut avoir le regard porté sur les, sujets à transférer. Imaginons que nous avons une pelote de laine et une touffe d’herbe : on peut transférer l’herbe à la place de la laine de façon à obtenir une pelote d’herbe et une touffe de laine.

Il existe deux types de sortilèges de transfert :
- Le type classique : Il permet de transférer des objets, des matières inertes. La formule magique est : Transfero !
- Le type inter-espèces : Il permet de transférer des matières vivantes (animaux et végétaux). La formule est : Intertransfero !

Naturellement, le premier type est plus facile à maîtriser, puisque le support n’est pas apte à réfléchir. Pour lancer les sorts, il faut avoir une forte concentration mentale.

Puis elle écouta les deuxièmes renseignements, les premières années devaient utilisés le système classique et cela à la plus grande déception d’Elea. Pourquoi ne pas inverser les rôles, deuxièmes années à la place des premières et vice versa.
*Et puis que vais-je transférer moi ???*
Elle s’en alla au bureau chercher deux choses au hasard d’un pas long sans empressement.
*Elle croit que nous n’en sont pas capables ou quoi ?!*
*Y en a marre qu’à chaque fois les deuxièmes années s’amusent plus que nous*
Elle observa les objets sur le bureau d’un air critique. Qu’allait elle prendre pour son exercice… Elle prit le peu de poudre de dents de serpents contenue dans un pot selon son étiquette et un flacon de matière jaunâtre inconnue. Le but étant de transférer la matière gluante dans le pot et la poudre de dents de serpents dans le flacon. Exercice qui paraissait facile à première vue mais Elea attendait de voir le reste.
La jeune fille déposa ses deux… moyens d’exercice devant elle avant de revoir encore une fois ses notes, sa baguette bien en main. Le professeur avait comme souligné sur le fait qu’il fallait très grande concentration mentale, il fallait voir où elle voulait en venir…
Elea fixa ses deux objets de ses grands yeux verts emplis de concentration tout en imaginant le résultat final de ce transfert. Il fallait le réussir ce coup là. Reprenant sa respiration, elle murmura le sort d’une voix cristalline :

-Transfero !

Résultat desastrant puisque les deux contenus furent mélangés dans le flacon de la matière jaunâtre extrêmement gluante. Cela valut une petite grimace de dégoût de la part d’Elea qui observait le spectacle.
*C’est vrai que je l’avais imaginée celle là*
Elle se reprit et s’enleva ce fichu incident de la tête en misant cette fois ci toute sa concentration sur le résultat final.
*Je vais y arriver*
Reprenant encore une fois sa respiration elle déclara le sort un peu plus clairement :

-Transfero !

Résultat parfait ! La poudre avait prit place à l’intérieur du flacon alors que la matière inconnue s’était transférée dans le petit pot anciennement dit comme demeure de la poudre de dents de serpents.

*****
751mots...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Professeur

Parchemins : 1930
Âge : 32 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Assistante de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Jeu 16 Nov - 20:53

Susan se sentait un peu perdue par la rapidité du cours. Le concept de transfert n'était pas des plus simples à saisir pour une fillette de douze ans ignorant tout de la philosophie bergsonienne. Comment déplacer de la durée dans l'espace ? Comment faire en sorte que les différences de nature s'efface ? Comment redécouper le réel ? Toutes ces questions tournaient - en bien moins claires - dans la tête de la pauvre Susan tandis qu'elle copiait, de son habituelle écriture soignée, le cours sur une feuille de parchemin vierge.
Et puisqu'elle ignorait tout de Bergson - la malheureuse ! - elle n'avait pas de réponse. La chère enfant aurait pu tourner chèvre, prouvant ainsi au monde que philosophie et métamorphose devaient absolument être liées pour éviter les incidents, si la question du TP n'était pas venue la déranger dans ses interrogations existentielles.

Merlin ! Comme elle haïssait la pratique en classe ! Elle était toujours fermement persuadée que sa nullité en matière de sorcellerie ne lui permettrait pas autre chose qu'une place directe dans les rangs des "trois élèves les plus ridicules de l'histoire de l'école". Elle mettait, jusqu'à présent, ses réussites mitigées sur le compte de sa bonne étoile ou d'une intervention professorale à son insu.
Il était fort possible, après tout, que Flitwick, par exemple, désespérant de la voir échouer, lance le sort à sa place sans qu'elle s'en aperçoive.
Elle frémit davantage encore en entendant son professeur annoncer avec la froideur qui la caractérisait que les secondes années devaient travailler sur de la matière vivante.

Elle se recroquevilla machinalement sur sa chaise. De la matière vivante, non mais vraiment ! Elle, la pitoyable Susan Bones, martyriser ainsi d'innocentes créatures pour la simple raison qu'elle avait un TP à faire, c'était aberrant et absolument contre sa morale !
Un bref instant, elle songea à se faire passer pour une première année. Après tout, sa petite taille en trompait souvent plus d'un. Elle y renonça toutefois en réalisant que McGonagall était parfaitement consciente - malgré la médiocrité de Susan qui méritait tout juste que son professeur lui accorde un regard dégoûté du type "beurk, qu'est que cette limace fait dans ma salle de cours ? Rogue devrait arrêter de laisser traîner ses petites amies partout, vraiment !" - qu'elle était bel et bien en seconde année.

La petite sorcière, puisqu'elle devait se considérer comme telle en attendant que Dumbledore se décide à lui annoncer qu'en fait, le hibou lui ayant apporté sa lettre d'admission s'était trompé de destinataire, la petite sorcière, donc, soupira longuement. Le monde était injuste, et les oiseaux piaillaient trop fort pour elle.
Il était étonnant de constater à quel point on ne supportait pas que d'autres, fussent-ils de sombres volatiles, soient heureux alors qu'on touchait soi-même le fond du désespoir.

Désespoir qui s'accentua encore lorsqu'elle réalisa qu'elle n'avait absolument rien pour pratiquer son sort. Pas de végétal, pas d'animal. Même les mouches semblaient avoir déserté les salles de classe, suspectant sans doute, de toute leur intuition de petits insectes vrombissants, que quelque chose de pas très net pour elles se trâmaient dans la classe.
Susan se mordilla la lèvre. Certainement, McGonagall ne tolérerait pas qu'on lui emprunte sa plante en pot pour pratiquer le sort, et d'ailleurs, elle était bien trop grosse : elle faisait bien deux fois la taille de Susan, qui se voyait mal la trimballer jusqu'à son pupitre sans que quelqu'un s'exclame avant qu'elle ne l'atteigne "Oh ! Regardez tous ! Une plante qui marche !". Et l'ire de McGonagall de s'abattre sur l'inconsciente qui avait osé lui subtiliser sa plante en pot, même pour la bonne cause de la métamorphose !

Le simple fait que son professeur ne lui fournisse pas un des habituels cochons-d'Inde en disait long sur ce qu'elle pensait des capacités de ses élèves à réussir le sort. Elle devait se dire que la vie d'une pauvre araignée valait moins que celle d'un de ses rongeurs, si précieux depuis que Dumbledore avait décidé de couper les subventions apportées à la métamorphose pour s'acheter encore plus de frinadises à base de citron.
Susan lança un coup d'oeil à l'extérieur. Devant la fenêtre, un vieux chêne s'épanouissait. Ils étaient au second étage et les feuilles arrivaient juste au niveau des vitres, en se penchant un peu...

Susan regarda à droite, à gauche, s'assurant que McGonagall n'était pas braquée sur elle (et comment le pourrait-elle ? N'était-elle pas qu'une misérable limace ?), et se dirigea à pas de loup vers la fenêtre, à côté de sa place.
Elle l'entrouvit légérement, adressant un sourire candide à la classe, l'air de dire "Pfiou, fait chaud, non ?", des fois qu'un idiot aurait eu la bonne idée de lancer "M'dame, Susan ouvre la f'nêtre !" et cueillit d'un geste vif une feuille.
Bon, elle avait un végétal, il ne restait plus qu'à trouver un second objet.

Perplexe, Susan referma la fenêtre d'un geste lent, parcourant la classe du regard. Si seulement Neville était là ! Il aurait peut-être accepté de lui prêter Trevor !
Elle songea un instant à ramper sous les bureaux à la recherche d'une araignée égarée, mais se contint. McGonagall n'apprécierait certainement pas de la voir jouer les petits chiens au milieu de son cours et, pour être honnête, elle-même n'y tenait pas spécialement.

(à suivre pour cause de manque de temps, désolée Sad )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Ven 17 Nov - 19:19

Hope lut attentivement les consignes notées par le professeur sur le tableau un bon million de fois sans vraiment les comprendre. Que devait-elle faire, au juste ? Transférer des objets les uns sur les autres, quelle idée bizarre ! Pourquoi ne pas tout laisser gentiment à sa place, comme tout un chacun le ferait, et noter distraitement un cours plus ou moins captivant, de façon bête et disciplinée... ? Ca, au moins, Hope savait le faire. Elle était même spécialiste en la matière, et jouait très bien le rôle de "l'élève qui fait semblant d'être captivée par le cours alors qu'elle compte les poils de chat presque incrustés dans le chapeau du prof, depuis le temps...". Mais malheureusement, cette pratique n'était pas très courante à Poudlard, et le professeur McGonagall avait sûrement décidé de se venger des pauvres petits Poufsouffle sans défense en les forçant à se ridiculiser devant la classe entière, après leur victoire de Quidditch sur Gryffondor. A tous les coups, la fillette allait se retrouver avec des mouchoirs usagés à la place des oreilles, ou pire encore, avec deux livres de DCFM en guise de pieds... mais pourquoi, pourquoi était-elle si peu sûre d'elle même ? Elle aimait la Métamorphose, pourtant... et pourquoi le directrice de Gryffondor devait-elle la fusiller du regard à chaque fois que Hope ouvrait la bouche pour murmurer dans un élan de courage un inaudible : " Quelqu'un pourrait-il reformuler la question en bon anglais...? Je comprends de moins en moins ma langue paternelle, les amis..."

Ce n'est qu'en observant du coin de l'oeil les mouvements de Elea et Lukas, tout en faisant celle qui prend des notes avec soin et rigueur lorsque l'envie prenait au professeur de tourner les yeux vers elle, que Hope comprit ENFIN ce qu'on attendait d'elle. Elle se leva donc, résignée, et se dirigea vers le bureau de McGonagall d'un pas plus ou moins assuré, parcourant ce qui semblait être des kilomètres pour atteindre le bureau, se hisser sur la pointe des pieds pour attraper avec difficulté deux accessoires au hasard, et retourner d'un pas précipité à sa place, et ouvrir les paumes crispées de ses mains dans lesquelles étaient lovés une petite paire de ciseaux en argent, * Probablement faits pour une couturière moldue *, pensa Hope, et un objet assez étrange, que la jeune sorcière avait déjà vu chez elle... voyons.... les moldus s'en servaient pour ne pas arriver en retard ou pour se réveiller, d'après sa mère... mais quel était le nom de l'objet , voilà la question existentielle qui obnubilait les pensées de Hope pour le moment. Elle haussa les épaules, et décida de commencer son TP. Le nom de la chose qu'elle avait à présent posée à côté des ciseaux, sur sa table, lui reviendrait peut être plus tard.

Elle se concentra donc, ou du moins essaya de se concentrer malgré le brouhaha incessant régnant dans la salle de cours. Elle pointa sa baguette vers les petits ciseaux et le réveil (voilà ! C'était donc ça, le nom du machin à aiguilles, qui soit dit en passant affichait une heure complètement détraquée; principalement à cause des ondes magiques que le pauvre engin ne supportait pas.), et murmura, pleine de conviction, en se focalisant sur une seule pensée : * Les aiguilles du machin, à la place des lames du truc ! Et inversement !! *.

- Transfero !

Impatiente de voir le résultat de son oeuvre, elle se pencha sur le réveil, persuadée de sa réussite... ou presque. A présent, les deux "poignées" de la paire de ciseaux s'étaient changés en deux immenses chiffres, un cinq et un neuf, et inversement pour le réveil. Hope soupira, puis, pointant sa baguette sur ses deux objets, et espérant que le sortilège marcherait, murmura :

- Finite Incantatem !


Après plusieurs vaines tentatives, elle se laissa glisser sur sa chaise, découragée, en lançant des regards désespérés autour d'elle.

* Pitié, que quelqu'un me vienne en aide ! *, songea-t-elle, accablée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Professeur

Parchemins : 1930
Âge : 32 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Assistante de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Ven 17 Nov - 22:25

Susan poussa un gros, vrai soupir. Elle était toujours à la recherche de son second sujet à transférer et n'était même pas certaine que sa maigre feuille fasse l'affaire. Après tout, lorsqu'on cueillait la feuille, elle cessait de vivre et devenait donc, en toute logique, aussi insconsciente qu'un bête objet.
Préférant toutefois éluder la question pour le moment, la jeune sorcière posa sa feuille sur sa table et lança un coup d'oeil désespéré autour d'elle. Tous les premières années, ces veinards, semblaient avoir presque terminé l'exercice, et elle, pauvre poire, elle n'avait même pas commencé !

C'est à ce moment que Merlin lui envoya un signe. Ou plutôt une araignée. Susan écarquilla les yeux. Là, sur son parchemin, la créature osait la narguer en se pavanant, telle une reine en sa cour, sur la table. Hé bien, il lui en cuirait, foi de Bones !
La fillette construisit aussi rapidement que possible un rempart de livre autour de la malheureuse araignée qui devait très certainement commencer à regretter sa provocation.

La fillette, elle, ne se sentait plus de joie. Sautillant sur place, elle tira sa baguette de son sac de cours et coinça ses cheveux derrière ses oreilles, préférant avoir le visage bien dégagé lorsqu'il s'agissait de lancer un sort.
Elle s'éclaircit la gorge et pointa sa baguette sur...
... Sur quoi, au juste ? Etait-elle censée désigner de l'extrêmité de sa chère Gertrude - petit nom de sa baguette - l'araignée (tentant, la garce, de s'évader) ou la feuille ?
Soucieuse, elle relut son cours avec attention. Hélas, aucune précision ne venait répondre à sa question et comme son livre de métamorphose servait pour l'instant de muraille de prison pour araignée bluffarde, elle ne pouvait s'en servir.
Mais après tout, si McGonagall n'avait rien dit, c'était certainement que ce n'était pas très important, n'est ce pas ? A moins, bien entendu, que dans son sadisme à l'état pur elle ne cherche à voir quels élèves seraient assez intelligents pour chercher les informations manquantes ?

A présent un peu anxieuse, Susan se mordilla la lèvre, ses yeux naviguant tour à tour vers la feuille et l'araignée. Finalement, elle trancha et pointa sa baguette sur cette dernière avant de fermer les yeux avec force, puisqu'elle avait beaucoup de mal à se concentrer les yeux ouverts.
Tentant de faire abstraction du brouhaha qui régnait dans la salle de classe, la jeune Poufsouffle prit une grande respiration et prononça, d'une voix fluette, à toute vitesse :

- Intertransfero !

Et d'ouvrir les yeux avec prudence. Hélas ! Pauvre Susan, à quoi s'attendait-elle ? Probablement pas à une réussite ! A sa gauche, la feuille restait parfaitement immobile, et le contraire aurait été plutôt inquiétant, tandis qu'à sa droite, l'araignée agitait avec frénésie ses petites pattes contre un exemplaire de Reconnaissons nos amies les bêtes, vieux et mille fois rapiécé, quoique rapécié ne soit probablement l'adjectif adéquat lorsqu'il s'agit d'un livre. Elle était ridicule, ainsi, on avait le sentiment qu'elle allait se mettre à crier "Help ! On m'a kidnappée !", ce qui était sans doute, d'ailleurs, ce qu'elle disait en langage arachnéen.

La fillette adressa un long regard noir à la bestiole, comme si elle était tout partculièrement responsable de l'échec de cette entreprise. Se sentant observée, l'araignée stoppa net son petit manège de "je gratouille la couverture dans l'espoir niais de faire tomber le livre". Etonnant, comme les animaux avaient tendance à s'arrêter lorsqu'on les contemplait. Comme s'ils espéraient ainsi pouvoir disparaître, genre "Je suis pas là, c'est une illusion. Une araignée ? Ici ? Nooon ! Qui a vu une araignée ? Menteur, va !".

* Ouais, c'est ça fait ta maligne... *

Susan se gratta la tête avec nervosité et se laissa tomber sur son tabouret. Tout était question de concentration, elle s'était tout simplement trop précipitée. Tentant de se convaincre elle-même que telle était bel et bien la raison de son échec et non son incapacité chronique à faire quoi que ce soit, Susan se releva et reprit sa baguette avec détermination. Non mais, elle n'allait pas y passer la nuit, non plus ! Une vulgaire araignée et une bête feuille n'allaient certainement pas lui faire la loi !
Elle se redressa avec une fierté un peu puérile (il n'était pas très difficile d'impressionner une araignée et une feuille), et pointa à nouveau sa baguette sur sa copine Miss "gratte-gratte-gratte-pourquoi-que-Sésame-s'ouvre-pas-?" et ferma à nouveau les yeux.

Toutefois, elle prit le temps de respirer plusieurs fois lentement avant de lancer son sort et de penser avec conviction à se qu'elle voulait. Tout en se représentant avec précision la feuille encerclée par les quatre livres et l'araignée libérée, la fillette prononça en détachant bien les syllabes :

- Intertransfero.

* Oh Merlin, je vous en supplie... *

Promis, c'est la dernière fois, je terminerai dans le prochain message Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Ven 17 Nov - 22:53

Se demandant si la meilleure solution pour échapper aux sarcasmes des Srpentard et à une bonne dizaine d'heures de retenues gracieusement offertes par McGonagall pour cause d'incapacité maladive à réussir quoi que ce soit n'était pas tout simplement de se jeter par la fenêtre ouverte, Hope tourna les yeux vers cette dernière, espérant pouvoir trouver une réponse auprès des quelques oiseaux exaspérants qui gazouillaient gaiment, la laissant dans le désarroi le plus total. Manque de chance, aucun des volatiles ne put lui apporter de réponse assez précise pourqu'elle pût en prendre note, ce qui ne fit qu'augmenter sa détresse. Elle s'apprêtait à se laisser dépérir sur sa chaise, en glissant lentement et silencieusement sous sa table, jusqu'à ce que quelqu'un la retrouve dans deux ou trois cent ans dans un état plus ou moins frais, lorsqu'elle aperçut Susan, qui se battait apparemment avec une bête non identifiée, tentant de l'emprisonner à l'aide de plusieurs manuels scolaires. Intriguée par l'attitude de sa camarade, elle entreprit d'utiliser la ruse appelée "technique de la plume qui tombe et qu'on va ramasser 15 mètres plus loin pour pouvoir se taper la discute avec ses potes", et se glissa ainsi jusqu'à la place de la jeune sorcière. Accroupie par terre, afin que le professeur ne la remarque pas, et à moitié cachée par les pieds et les sacs des dizaines d'élèves présents dans la salle, elle attira l'attention de Susan par un bruit plus ou moins discret :

- Hé ! Susan ! Par ici !

Tout en faisant des gestes frénétiques de la main droite, la gauche étant occupée à tenir la plume qui était réellement tombée par terre, rien n'est à sous-estimer, elle continua :

- Tu t'en sors ?

Elle se redressa un tantinet, pour cause de mal de dos assez indescriptible et désagréable, puis ajouta :

- Je ne suis pas fichue de mettre des aiguilles à la place de lames, Sue... je suis bonne à jeter ! Je te jure, même Lockhart est plus performant que moi dans ce domaine, j'en suis sûre !

Dépitée, elle se releva complètement, profitant du fait que le professeur était occupé à détruire les espoirs d'existence future d'un autre élève, et observa d'un oeil étonné l'araignée paniquée se balader dans tous les sens, version : " Au secours, je n'ai rien fait, moi ! Vengez vous sur un élève et fichez moi la paix... !"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Professeur

Parchemins : 1930
Âge : 32 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Assistante de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   Sam 18 Nov - 19:06

Susan redressa vivement la tête lorsqu'elle entendit quelqu'un l'interpeller. Comment ? On connaissait son nom ? N'était-elle pas la transparente et insignifiante petite Susan Bones ? Quoique Susan et petite soit un pléonasme, bref.
La fillette en oublia même de vérifier la réussite de son sort tant elle était surprise. Elle lança un coup d'oeil à droite, un coup d'oeil à gauche et aperçut Hope qui lui faisait des signes frénétiques. Ravie, elle se pencha vers elle en essayant d'être aussi discrète que possible et roula des yeux, l'air de dire "M'en parle pas !".

- Holàlà, c'est la catastrophe, déjà, j'ai mis trois heures à trouver les sujets à transférer, on se sent aidé, tiens !

Elle soupira et lança un coup d'oeil en direction de son rempart de livres... Qui ne contenait plus aucune araignée mais une feuille d'arbre.
La fillette écarquilla les yeux, perplexe. Comment cette feuille était-elle arrivée ici ? On lui faisait une blague, c'était évident !
Suspicieuse, elle fit le tour de la salle de classe... Mais aucun élève ne ricanait bêtement en la regardant. En fait, personne ne la regardait du tout, tout le monde semblait bien trop concenté sur son sort - au sens propre comme au figuré - pour s'occuper d'elle.

Un grand sourire vint éclairer le visage de la fillette qui eut tout juste le temps d'apercevoir, à l'autre bout de la table, une araignée détaler sans demander son reste.
Rayonnante, elle se tourna à nouveau vers Hope et déclara, très étonnée :

- Hé ! J'ai réussi...

Puis, se souvenant qu'Hope, elle, venait justement de lui dire qu'elle n'arrivait à rien, elle rosit. Elle ne voulait surtout pas avoir l'air de se vanter, mais elle avait été tellement abasourdie qu'elle n'avait pu s'empêcher de parler.
La Poufsouffle se mordilla la lèvre avant de reprendre d'un ton de confidence :

- Oh ! N'importe quoi, bien sûr que tu es meilleure que lui, dois-je te rappeler qu'il est blond ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Métamorphose] 1. Les sortilèges de transfert.
» [Métamorphose] 2. Les sortilèges de transfert
» Sortilèges de Transfert [Ouvert à tous]
» Règlement du cours de Métamorphose
» Cours de métamorphose n°1.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2 :: Cours année 2-
Sauter vers: