AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Lettre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Lettre   Ven 10 Nov - 19:04

April allait très rarement dans son dortoir. Seulement pour aller jusqu’aux douches où pour chercher des livres ou affaires dans sa valise. Il fallait dire que comme elle ne se pelotonnait jamais dans son lit pour faire une petit somme –c’était ça, le malheur d’être insomniaque- son lit à baldaquin où trônait quelques coussins ne lui servait pas beaucoup.
Mais April était fatiguée. Après avoir testé multiples ingrédients sur une mandragore capricieuse, elle n’aspirait à rien d’autre qu’une bonne douche rafraîchissante pour lui remettre les idées en place. Le creux de sa couchette ne le tentait guère ; ce n’était pas ce soir qu’elle dormirait pour rêver… oh oui, April souhaitait tant rêver à nouveau, de mers, d’océans, de formidables voyages en bateaux…


*Reprends tes esprits, par Dumby ! Oh là là, je suis vraiment à côté de la plaque, ce soir… *

Elle fouilla dans sa valise, à la recherche de son peignoir en éponge rose, lorsqu’un hibou arriva. Il venait des escaliers et avait traversé tout Poudlard depuis la Grande Salle, puisqu’il n’y avait pas de fenêtre dans les cachots. C’était un hibou aux plumes brunes avec des petites mouchetures ambrées, aux yeux jaunes proéminents. Il déposa une lettre froissée sur les genoux d’April qui fut surprise. Elle n’avait jamais vu le volatile.

En l’observant de plus près, elle en conclut qu’il appartenait aux nombreux hiboux de Poudlard qui séjournait à la volière. Apparemment, quelqu’un avait fait appel à lui… intriguée, April lut le nom de la destinataire :


‘Mademoiselle April SWANN
Quelque par à Poudlare’

La faute d’orthographe lui indiqua que ce devait être son père. Et puis, l’écriture était la sienne… que lui voulait-il ? April regarda autour d’elle. Quelques filles se préparaient à aller se coucher. Elles se fichaient totalement que miss Swann reçoive du courrier ou pas, sauf une ou deux peut-être, trop curieuses.

*Oh ! Papa, m’aimes-tu donc ? *

Pour une fillette de onze, ne pas être aimée de sa mère était déjà très difficile, et son père n’avait jamais eu le moindre geste d’affection pour elle. Elle aurait tant aimé qu’un jour il lui murmure qu’elle était sa fille préférée, fût-elle à Serpentard, la prétendue maison des sans cœurs… mon œil ! Ils étaient tous des adolescents normaux, plus malins que la moyenne, voilà !

April,
J’espère que tu es encore entière dans ton collège surnaturel. L’état de ta mère ne s’est pas arrangé. J’ai déposé quelques fleurs sur la tombe de Nicolas pour toi, puisque tu me le demandais tout le temps. Je vais aller droit au but : je vais divorcer, à quoi cela me sert-il une femme sans émotions ? J’ai rencontré une sublime mannequin Italienne, Elisabetta, une brune pulpeuse que tu trouveras charmante. Elle sera ravie de faire ta connaissance et notre mariage est prévu pour cette été. Je lui ai parlé de toi et elle est contente d’adopter une fille au nom printanier. Par contre, elle ne sait rien de ta nature et te croit en pensionnat, alors garde bien le secret. Elle ne sait pas non plus que j’ai déjà une femme. Laura a une grave maladie, il ne faut pas la brusquer.
April, je me sens renaître. Je vais reformer une famille, sans sorciers, hormis toi. Ma femme a déjà un fils, Miguel, de dix ans, tu t’entendras sûrement bien avec lui. Evite de me répondre par voie postale sorcière. De toute façon, c’est bientôt les vacances. Je ne veux pas qu’Elisabetta voit un hibou, elle a une peur bleue des oiseaux.
A bientôt,

Ton père.

April relut plusieurs fois la lettres. Ainsi, le cœur de son père battait pour Elisabetta et son fils… la Serpentarde sentit une haire sourde naître en elle. Elle serra ses poings qui en blanchirent. Les cheveux dans les yeux, leur éclat farouche, elle eut l’espace de dix secondes l’air d’une sauvage, d’une jeune fille des îles ténébreuses au caractère de panthère. Sous le coup de la colère, elle jeta sa lettre sur le hibou qui, affolé, fit le tour du dortoir en piaillant comme un fou, jetant des plumes en peu partout. Il lâcha une fiente sur le lit d’une fille et s’enfuit.

-C’est ça, pars, lâche, avant que je ne te déplume, siffla-t-elle avec autant de froideur qu’elle le pouvait, les yeux lançant des éclairs.

Elle s’assit sur son lit et resta impassible, les yeux posés devant elle. D'accord, le hibou ne lui avait rien fait, quoi que si, il l'avait fixé d'un air moqueur qu'elle n'aimait pas du tout.

[753 mots]
Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Lettre de George Sand à Musset.
» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» La lettre du Président Aristide ici au forum Haïti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2-
Sauter vers: