AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Botanique --> Testons la branchiflore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

La vieil
avatar



MessageSujet: Botanique --> Testons la branchiflore   Ven 10 Nov - 21:02

Pomona était arrivée à treize heures, alors que le soleil était à son zénith. Il était aveuglant. Elle était suivie de tous les élèves qui voulaient se baigner alors que la chaleur était étouffante. Une fois arrivés sur le ponton, elle se retourna et s’adressa à tout le monde.

« UN PEU DE SILENCE S’IL VOUS PLAIT ! BON ECOUTEZ MOI ATTENTIVEMENT CAR JE NE VAIS PAS CONTINUER A CRIER DE LA SORTE ! Donc nous voici arrivés. Vous allez maintenant vous mettre en maillot de bain, celui de votre choix, mais je vous préviens, je ne veux pas voir d’horreurs… ^^ Dans le lac, vous ne trouverez pas le calmar, Hagrid l’occupe. Les seuls petites bêtes qui peuvent vous embêter sont les êtres de l’eau et les strangulots. Vous savez-vous en défendre, puisque j’ai demandé au professeur Lockhart de vous en parler hier. Au niveau de la branchiflore, ne l’avalez qu’a mon TOP ! Pour que tout le monde ait le même temps imparti, et que personne ne s’étouffe, ce serait bête. Avalez la par voie orale, d’un coup sec. Vous n’attendez pas de trouver le goût, vous l’avalez d’un coup c’est pour votre sécurité. Vous attendez deux trois minutes, le temps qu’il atterrisse dans l’estomac, et vous plongez. Je vous demanderez d’observer vos modifications corporelles juste après votre arrivée dans l’eau. Vous irez vous balader où bon vous semble. Je précise aux petits rigolos que les conduits d’égouts de l’école sont trop petits pour vous accueillir… Donc si vous avez des questions, posez-les MAINTENANT et pas après. A la grande explosion, vous devez remonter à la surface obligatoirement, cela voudra dire que les quarante minutes ont passées. Alors ? »

Elle attendit les questions, qui ne vinrent pas. Les élèves étaient en maillots.

TTOOOOOOOOPPPPPPPP !!!!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Infirmerie

Parchemins : 872
Âge : 30 ans
Actuellement : Infirmière


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Sam 11 Nov - 12:35

Elle était arrivée, en retard pour changer, ah Halloween avait la tête bien occupée c’est temps-ci entre les révisions, (eh oui elle répètait) et ces chers amis Mike et Rowen qu’elle ne voyait plus. Bref elle avait réussi pas je ne sais qui à trouver la classe, le lac et son maillot ( qui était bien caché dans sa malle lol).

Imaginer la tête d’une petite fille de 11ans qui devait se retrouver en maillot devant la moitié de la classe, et surtout devant les garçons !?! et avaler par la même occasion une sorte d’algue tout gluante ,berk :

*une seule réplique sur mon maillot ou mes jambes trop fine ou ma toute, mini riquiqui poitrine et je les noie* pensait ‘elle en ouvrant son linge timidement.

Elle guettait le moindre coup d’œil déplacé sur elle, la moindre petite remarque et là elle laisserai tout tomber (pas son maillot lol) mais la classe et cette prof qui pouvait même pas la voir en peinture.

C’est vrai qu’Halloween n’aimait pas particulièrement cette enveloppe de chaire qui lui servait de corps, pour elle ses jambes étaient trop grandes et trop fines (c’était normal, elle avait fait de la danse), sa toute petite riquiqui de poitrine, était pas assez grande pour elle, pour tout vous dire elle était plate comme une planche à pain.

Mais avec un effort surhumain, elle quitta son linge protecteur, pour s’avancer vers le bord du ponton. Elle portait un maillot violet foncé en une pièce, elle se tenait la debout devant des garçons !!! Elle baissa la tête de honte. Au préalable elle avait attaché ses cheveux en un chignon.
*vive que ce tp soit fini, que je retrouve l’uniforme scolaire*

Elle avait beau se trouver des défauts, halloween restait une jolie petite fille, elle avait de magnifique jambes, et le reste du corps était que perfection, son buste était étroit et son ventre plat et musclé légèrement, sauf sa poitrine posait un défaut majeur, mais elle avait du temps encore pour pousser.

*Mais elle se dépêche cette prof de nous donner cette plante*

Elle aurait du pas être autant pressé d’avoir ce truc parce ce, quand halloween avait eu cette plante dans la main, elle fit une mine dégoûtée, ,elle devait mastiquer lentement la plante pour qu’elle aille plus vite dans l’estomac.

Quand elle entendit le top du professeur, elle la mit en bouche et commença le travail et après qu’elle que minutes, elle sauta comme le reste de la classe dans le lac.

*ELLE EST GELéE !!!*

Premier truc désagréable qu’halloween, n’appréciait pas et puis après fut la douleur minime qu’elle ressentit à chaque côté de sa tête, elle du porté ses mains sur les côtés du visage et poussa un cri d’horreur qui fit qu’une tempête de petites bulles, elle était venue comme un poisson, elle ressemblait à un poisson, même ses mains étaient palmées et ses pieds aussi . Puis elle but une tasse d’eau sans faire exprès, elle remarqua que c’était légèrement plus facile de respirer.
[/i]
*quand je rentre je me lave directement la bouche !!*


[i]Maintenant qu’elle était dans le lac et changer en poisson par le professeur de botanique, elle se déplaçait timidement vers le milieux du lac, mais sa petite visite fût vite ennuyez par un strangulot.

*sale bestiole !!!*

Elle lui jeta un sort, qui se transforme en eau chaude !?! Halloween regardait pour tout bon sa baguette , mais le strangulot lui avait pas apprécié de se prendre en plein face une douche chaude , et s’en alla mécontent.

*mais elle m’a fait quoi *pensait ‘elle en secouant sa baguette
Puis en remarquant que la salle petite bestiole c’était enfui, elle souria.

*ah ah bye bye l’affreux*

*mais je voulais aller ou moi ?* pensa t’elle en regardant de droite à gauche puis elle leva les yeux vers la surface.

Elle secouait la tête négativement, en pensant à la prof.

*Elle est venue complètement folle cette pouffy !?! de nous avoir jeter dans le lac !?!?!

Elle s’en alla à gauche vers la rive, là ou le soleil ensoleillait encore les gravillons, il devait avoir 3 m de profondeur à vu de nez, elle se dirigea vers une grande pierre plate qui était ensoleillé, elle se posa dessus et se coucha sur le ventre et elle mit ses bras sous sa tête et elle ferma les yeux.

*c’est tellement bon *
Mais elle s’assoupie assez rapidement.

Rêve :

Ce dirigeait d’un bon pas vers les serres, et rentra dans la salle de classe, Halloween regardait quelque chose d’épouvantable, à la place de la traditionnelle madame chourave, il y avait un strangulot de taille humaine , qui souriait et qui portaient les vêtements de madame chourave, bisar les autres élèves lui disait bonjours professeur chourave. Ce n'était pas possible !?!?

Puis le strangulot se mit à parler avec la même voix enjoué que madame chourave.

« Bonjour à tous ! Aujourd'hui, nous allons nous interesser aux mandragores ! Avant tout propos, je vous invite à aller lire le résultat du TP N°1 (http://www.hp-hogwarts.com/viewtopic.forum?t=1398). Maintenant commençons sans tarder le cours ! Les mandragores n'étaient pas au programme, mais étant donné des récents événements...

Je vous rappelle les bonnes habitudes du cours : on lève la main, on attend d'être intérrogé. On ne répond qu'a la question, pas à dix autres en même temps.

Alors... Je voudrais une description physique de la mandragore, mais sans me montrer de photographie. Des volontaires ? »

Halloween en restait baba, elle s’assit quand même et se posait mille questions, comment ce monstre avait pu passé comme madame chourave aux yeux des autres, même son préfet de maison l’avait appelée professeur chourave.

*qu’est –ce qui se passe*
Puis un l’image veina flou, puis nette.
Là le décor avait changé, ils étaient tous réunis sur ponton, en maillot de bain, là il y avait toujours l’horrible bestiole, le strangulot qui donnait les derniers conseils avec la même voix que madame chourave. Halloween clignait des yeux, puis après avoir ravalé une seconde fois cette plante , elle sauta dans le lac. L’apprécions sur l’eau restait la même , elle était toujours glacée. Puis la scène fut la même.

Elle se déplaçait timidement vers le milieux du lac, mais sa petite visite fût vite ennuyez par un strangulot mais qui avait la forme de madame chourave en miniature

*hein quoi, mais mais c’est impossible * pensait elle en se faisant attaqué par une chourave miniature, qui était extrêment agressive

Elle lui jeta quand même un sort, qui se transforme en un grand boum !?! Halloween regardait pour tout bon sa baguette, mais le strangulot ou plutôt la mini chourave n’avait pas apprécié le grand boum et s’enfuiait à tout vitesse.

«*boum * pensait ‘elle en regardant sa baguette
Puis un second boum retenti.
Fin du rêve.

Halloween se réveilla d’un coup, le coup de canon !?!?!, et avec une détente rapide, elle se dirigea vers la surface à tout allure.

*pourvu que j’arrive avant que la branchifor ne fait plus effet*

(hj: je crois que j'ai un peu trop pondu Shocked désolé pour les fautes si elles en restent)

[Albus : 1175 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directeur Poufsouffle

Parchemins : 2067
Âge : 33 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Professeur de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Sam 11 Nov - 15:54

Comme toute bonne petite Janette digne de ce nom, Susan avait appris à nager. Comme toute bonne frileuse digne de ce nom, elle n’aimait pas particulièrement faire trempette, même les jours de grosse canicule, elle continuait à hurler dès qu’elle mettait un orteil dans l’eau «Mais elle est froiiiide !». Ce qui, soit dit en passant, était effectivement le cas des trois quart des torrents, quelle que soit la température extérieure.
La fillette n’était donc pas particulièrement ravie de ce TP. Après tout, nous étions en Angleterre, le pays où il pleut tout le temps. Certes, le temps était, en cette mi-mai, clément voire estival, mais une petite brise très printanière subsistait encore et les profondes eaux noires du lac ne devaient pas être très chaudes.
La Poufsouffle gonfla les joues d’un air résigné. Entre ça et la mandragore baveuse, il n’y avait, somme toute, pas grande différence.
Enfin si, peut-être une : la fois précédente, elle n’avait pas eu à mâchouiller une boule gélatineuse grise rappelant des queues de rats entortillées.

Evitant soigneusement de regarder du côté des branchiflores – chaque chose en son temps – Susan prit son maillot de bain, un basique une pièce noir qui en avait vu des vertes et des pas mûres depuis son achat, regrettant de ne pas posséder une combinaison.
Car non seulement elle risquait d’avoir froid, mais en plus, elle allait devoir exhiber ses jambes maigrelettes devant toute la classe. Et ça, même Susan, pourtant peu préoccupée par son apparence physique, avait du mal à le supporter.
A nouveau, elle eut une moue ennuyée, et saisit sa serviette de bain jaune et noire d’un geste résigné plus que déterminé. Après s’être battue quelques trois minutes avec son maillot de bain (le pauvre chéri devait certainement pressentir la catastrophe), elle parvint à l’enfiler et fit claquer les bretelles – élastiques – dans un bruit sourd. Bon, ça, c’était fait maintenant…

… Maintenant, la branchiflore. Susan observa les végétaux ( ?) d’un œil suspicieux et le nez plissé en une inconsciente mimique de dégoût. Non, vraiment, elle aurait mieux fait de se faire porter pâle.
Bien malgré elle, et surtout parce qu’elle ne voulait pas que Chourave la prenne pour une sotte petite timorée, la fillette prit la branchiflore la plus proche d’elle, ne se préoccupant visiblement pas de savoir si son taux de viscosité était plus ou moins élevé que celui des autres plantes ( ? bis).
Et il fallait la manger, c’était bien ça ? La fillette tenta vainement de se souvenir quand elle avait goûté quelque chose d’aspect aussi répugnant dans une tentative désespérée pour relativiser la situation. Il lui semblait vaguement se rappeler que le kaki avait des allures d’organe visqueux mais elle n’avait jamais mangé de kaki, grelottante en maillot de bain au bord d’un lac dans lequel des créatures presque pas dangereuses (selon Hagrid) menait leur petit train de vie.
Non pas de doute, ça allait être une première dans sa vie.

Anxieuse, elle attendit le top de Chourave, se demandant si elle serait capable d’avaler la branchiflore d’un coup sec. Elle paraissait bien grosse pour passer d’un coup dans un petit gosier de fillette de douze ans.
Elle n’eut cependant pas le temps de s’appesantir sur la question car déjà le signal de départ était donné. Le cœur de Susan manqua un battement et, dans un geste mécanique, sans trop savoir ce qu’elle faisait, elle porta la branchiflore à sa bouche et l’enfourna, les yeux rivés sur l’arbre qui se trouvait de l’autre côté de la berge.

*Pitié, je ne veux pas mourir jeune*

Et d’avaler la petite boule grise en un «gloups» sonore. Susan grimaça. Certes, elle n’avait pas senti le goût, mais par contre, elle sentait la descente. Un peu d’eau pour aider la branchiflore à atteindre l’estomac n’aurait pas été de trop… A moins que l’eau n’affecte le résultat de l’ingestion.
Susan sautilla sur place, à la fois pour tenter de se réchauffer et pour tromper son impatience fébrile, car maintenant que ce qu’elle estimait être le pire était passé, elle avait hâte de plonger dans l’eau.

*Oh Merlin ! Et si ma branchiflore était défectueuse ? S’il ne se passait rien du tout ? Si…*

Le lot de questions pessimistes fut stoppé net par le sentiment que quelqu’un venait de lui plaquer la main sur le nez et sur la bouche pour tenter de l’étouffer. Malefoy ? Rogue ? McGonagall peut-être ? Susan porta la main droite à son visage, paniquée.
Pourtant, personne ne la tenait, personne ne cherchait à l’assassiner. La tête bourdonnante, elle se dirigea en titubant jusqu’au lac avec l’horrible sensation qu’elle ne parviendrait pas à l’atteindre, regardant avec envie les élèves qui, plus proches qu’elle du point d’eau, y plongeaient avant elle.

Finalement, après trente secondes qui lui parurent des heures, elle entra à son tour dans l’eau et s’y laissa tomber de tout son long, sans grâce, certes, mais dans un réflexe de survie pour le moins salutaire.
Avec soulagement, elle laissa l’eau entrer dans les branchies qui avaient «poussé» à la base de cou et s’enfonça un peu plus dans les profondeurs du lac, enivrée par le sentiment de la respiration enfin retrouvée après quelques secondes passées à expérimenter les sensations de l’agonie.
Elle folâtra un moment au milieu d’algues vertes et effectua une galipette au-dessus d’un rocher d’un vert mousseux.

Puis, retrouvant d’un coup son sérieux, elle se tint en position verticale, battant des pieds pour rester à stable et entreprit d’examiner son corps.
Elle effleura de l’index ses branchies, à la fois émerveillée et perplexe, avant d’allonger ses mains, puis ses pieds, palmés tous les quatre (mains plus pieds, Susan n’a pas quatre pieds !), devant elle, un sourire rêveur aux lèvres.
Le lac ne lui paraissait même pas froid, au contraire, elle avait le sentiment d’être plongée dans un bon bain chaud. Sans doute la branchiflore avait aussi modifié son épiderme.

affaire à suivre Wink

(988 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: ...   Sam 11 Nov - 16:50

J’avais avait tourné, retourné, et re-retourné le problème dans tous les sens, et je ne voyais qu’une solution : Chourave était complètement givrée… Non mais c’était inimaginable ! IMPOSSIBLE ! Elle avait bien précisée que cette expérience n’était pas obligatoire mais bon… Ah oui vous ne comprenez pas ? C’est normal moi non plus, vous allez peut-être m’aider… Alors que nous étions en cours, tranquillement et comme d’habitude, en cours de botanique précisons, le professeur Chourave faisait un cours sur la branchiflore, normal pour l’instant… mais ne vous inquiétez pas, ça ne va pas durer. Elle termina le cours en précisant qu’il n’y avait ni TP ni devoir, super. Mais là, ce fut le choc. Il y avait bien un TP, mais pas obligatoire, qui consistait à tester cette sale plante en faisant trempette dans le lac ! C’était insensé ! Et le calmar ? Et les strangulots ? Et tous les autres ? Oh, bien sûr, elle nous a rassurés là-dessus, disant que le calmar était occupé par Hagrid, bon ça ok. Mais pour le reste, on a appris à s’en défendre alors débrouillez-vous ! En plus, si elle croit que c’est avec un cours de Lockhart qu’on a appris à s’en défendre, elle se met le doigt dans l’œil. Alors oui, on connaît les sortilèges, mais on ne les a jamais mis en pratique, tout simplement parce que personne n’avait eu idée de nous faire faire une baignade dans cette énorme et sale étendue d’eau.

Ça y est, je vous voit venir : vous allez me demander, pourquoi tu y vas ? Puisqu’il n’est pas obligatoire… Et bien je vais vous répondre : Figurez vous que, à Poudlard, les chances pour aller se baigner dans le lac noir sans se faire coller sont nulles… alors il faut au moins essayer… Mais j’imaginais plutôt faire ça en septième année… tant pis c’est en première c’est comme ça. Alors j’avais décidé d’y aller. On venait de finir de manger qu’il fallait déjà aller se baigner, on nous a pourtant toujours dit qu’il ne fallait se baigner avant le stade du repas terminé depuis deux heures. Mais Chourave avait due l’oublier ou alors elle s’en foutait. Une fois arrivé devant l’horrible lac, elle donna ses instructions et recommandations à tout le monde, avant de crier le TOP ! Qui était le signal de départ. Et à ce top, je mis la branchiflore le plus loin possible dans ma bouche, et je l’avala d’un coup sec, comme Pomona l’avait dit. Elle avait beau être passée vite, j’avais bien sentie qu’elle était absolument et terriblement dégoûtante, pour ne pas être plus vulgaire. Et encore comme l’avait la folle de service, j’attendis deux trois minutes avant de plonger.

Le truc, c’est que Pomona me lança un regard noir parce que je n’avais pas encore enlevé ses vêtements. Je sentis que c’était le moment de le faire… J’enlevai mon T-shirt et mon pantalon, pour me retrouver en short de bain. Quelle horrible situation ! Car figurez-vous qu’il ne doit pas y avoir de garçon plus pudique que moi sur terre… Non pas que j’étais complexé, car j’étais quand même bien bâti, mais c’est plutôt que tout le monde me voit presque nu, surtout Aelita. Elle tourna son regard, alors in extremis je sautai dans l’eau… Comment dire ? GLACEE !

A suivre… Wink

****
[557 mots ^^]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Directeur Poufsouffle

Parchemins : 2067
Âge : 33 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Professeur de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Dim 12 Nov - 11:51

Donc, notre jeune héroïne, puisque tout un chacun est son propre héros, faisait joyeusement trempette, plusieurs mètres en dessous de la surface du parc de Poudlard, au milieu d’algues vertes, de rochers gris, et de petits poissons aux allures d’étudiant à la veille de ses ASPICS, les yeux écarquillés et l’air d’avoir passé une nuit blanche (ce qui était, d’ailleurs, certainement véridique).
La fillette tenta de repérer ses camarades sans grand succès. S’était-elle trop éloignée ou bien était-ce eux, qui avaient pris le large ? Un peu anxieuse – chassez le naturel, il revient au galop et même plus si affinités – elle plissa les yeux et scruta avec attention les alentours. De l’eau, de l’eau, de l’eau, de… Ah ! Une forme humaine, là-bas ! Certainement Hope, ou peut-être Lavande.

Ravie et, une fois n’est pas coutume, absolument pas méfiante, Susan reprit une position horizontale et, donnant de vigoureux coups de pieds palmés, les bars serrés contre le corps, se propulsa en direction de l’ombre qu’elle apercevait, à moins de dix mètres de là, songeant qu’il serait plus agréable d’explorer les profondeurs du lac à deux.
Alors qu’elle se rapprochait à toute allure de l’individu lambda car non identifié pour le moment, la fillette faillit lancer un «Salut tu vas bien ? C’est chouette non ?». Heureusement pour elle, elle se souvint à temps que parler sous l’eau était déconseillé.
D’ailleurs, l’eau du lac n’avait pas l’air d’une propreté à toute épreuve. Après tout, Chourave n’avait-elle pas affirmé que les canalisations de l’école y débouchaient ? Beurk ! Et on les faisait nager là-dedans ?

Susan eut une grimace de dégoût et elle envoya balader d’un geste vif de la main une innocente algue qui flottait près d’elle.
Puis, redressant la tête, elle se rendit compte que l’élève qu’elle poursuivit se trouvait, à présent, juste en face d’elle. Et que ce n’était pas un élève mais bel et bien un sympathique strangulot qui la fixait de ses grands yeux couleur d’ambre.

* Oups *

Susan freina des quatre fers et déglutit. Sans trop savoir ce qu’elle faisait, elle adressa un petit signe de la main à la créature, genre «Coucou, fait beau, hein ? Bon, ben, je vais y retourner, moi !» et effectua une galipette en arrière pour repartir aussi sec d’où elle était venue.
C’était sans compter sur la pugnacité sans trêve du strangulot qui, soit par curiosité soit pas sadisme, se mit en tête de (pour)suivre la jeune Poufsouffle.

Lorsque celle-ci lança un coup d’œil par dessus on épaule, elle s’aperçut avec horreur que la chère petite bestiole l’avait non seulement prise en course mais qu’en plus, elle tenait un trident dans sa petite mimine droite, or, le trident, comme tout le monde le sait, ça peut faire très mal.
Susan accéléra, paniquée, et zigzagua à travers une rangée de rochers grisâtres dans l’espoir de semer le strangulot.

Naïveté touchante, quand on savait que le strangulot, lui, ça ne faisait pas dix minutes qu’il vivait dans le lac. La fillette leva les yeux au ciel, se maudissant pour son manque de prudence. Si seulement elle pouvait croiser quelqu’un maintenant ! Enfin, pas un Serpentard, bien entendu, parce que les serpents aideraient certainement le strangulot dans la logique du «Tu tapes, je la tiens». Pas un autre strangulot non plus, de préférence… Mais un gentil Serdaigle avec une baguette, par exemple, et…

Hé ! Une baguette, mais elle en avait, une, elle, de baguette ! A la fois extrêmement soulagée et horripilée de sa stupidité, Susan tâta fébrilement sa cuisse gauche, à laquelle était attachée un petit sac de cuir dans lequel se trouvait sa baguette.
Elle la saisit d’une main ferme et la serra comme s’il s’agissait d’une sorte de talisman capable de la protéger contre tous les ennuis de ce monde et en particulier contre les créatures aquatiques agressives.

*Oh Merlin ! J’espère que ça marche aussi bien sous l’eau que sur terre ! *

D’ailleurs, quel sort utiliser ? Elle avait bien fait acte de présence au cours de DCFM, la veille, mais de là à dire qu’elle l’avait suivi…Jamais elle n’aurait pensé que l’enseignement de Lockhart pouvait se révéler salutaire.
Susan en avait presque les larmes aux yeux, elle se voyait déjà agonisant au fond du lac, un trident planté dans la gorge et une baguette inutilement pointée vers le ciel.

Affaire encore à suivre Wink

(730 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Dim 12 Nov - 18:24

Comment, comment, comment ??? Il n’y aurait qu’une seule et unique question sur la théorie en botanique avant de subir le TP… Que faire ? Que dire à tout cela ? Malefoy avait ouvert son clapet comme d’habitude sans laisser le temps à Clara de lever la main… pff en ce moment ce n’était vraiment pas de bons jours pour la jeune Serdaigle qui était soit dans la lune, soit dans la lune, soit… dans la lune. Comment ça c’est répétitif ? Comme disait la maman de Clara mieux vaut répéter plusieurs fois la même chose au cas où vous pourriez l’oublier. Vous vous en fichez ? Et bien peut-être que le monde inculte qui entour la pauvre Serdaigle oui, mais pas elle. Elle avait véritablement envi de réussir son année… après tout elle avait travaillé tellement dur pour réussir et ce n’était pas juste qu’en fin d’année… elle n’y arrive pas… il fallait qu’elle s’accroche encore un peu car les examens n’allaient pas tarder à arriver.« La Branchiflore est une plante à l’aspect peu ragoûtant et qui possède des propriétés magiques assez extraordinaires. Quiconque en mange se retrouve doté d’atouts que possèdent uniquement les créatures aquatiques. La personne qui en absorbe va même jusqu’à changer de façon de respirer puisque ses poumons seront temporairement remplacés par des branchies pour une durée à peu près égale à une heure. Sinon on remarque aussi que certaines parties du corps changent comme les extrémités qui deviennent palmées pour permettre une meilleure progression sous l’eau. »
La jeune bleu et bronze se précipitait d’écrire les dires Malefonienne avant de regarder à nouveau son professeur, le professeur Chourave qui mettait les explications au tableau avec une magnifique photographie représentant cette plante plus que…

Beuh…

Clara qui avait pourtant l’habitude de voir des choses pas très délicates, trouvait la Branchiflore comment étant l’une des pires choses visqueuses au monde… Elle avait entendu dire ou plutôt lu quelques par dans un livre que la branchiflore devait s’absorber par la voie orale… Elle qui pensait que ce serait une agréable petite boule, ayant le goût de gingembre ou autre se retrouvait avec une sorte d’algue sans goût… Mais ce n’était pas le pire !!! Non, non… le pire étant que cette plante ressemble fortement à des vers de terre entortillés dans tous les sens… est-ce que cette plante bougeait au moment d’être engloutit dans la voie orale de l’humain ou avait-elle au moins la délicatesse de rester immobile ?
Clara regardait d’un air dégoûté la plante photographiée. Son nez retroussé légèrement avec ses lèvres faisant une moue des plus répugnée, la jeune fille montrait parfaitement l’image d’une adolescente des plus renfrognées. Enfin encore heureux que les jeunes élèves de la classe de Botanique ici présent ne goûtent jamais à cette infâme chose visqueuse et dégoûtante qui se trouvait face à eux.
Alors que les doigts fins de la jeune collégienne se glissaient délicatement dans sa chevelure brune regardant, des deux côtés, les autres élèves qui avaient l’air aussi écoeurés qu’elle. Un sourire, montrant le soulagement de la jeune Serdaigle, se dessina lentement sur son visage avant de regarder son professeur de Botanique propose un TP qui montrerait sûrement sur des animaux, comment la Branchiflore est utilisée…

… Son sourire disparu presque aussitôt quand les paroles du professeur de Botanique vinrent frapper de plein fouet les pauvres oreilles de la jeune enfant. Clara faillit lâcher un « QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ???? Non mais ça ne va pas bien la tête ? Moi je n’avale pas ce genre de machin déguelasse… », mais se retint de justesse par une main qui était venue perturber les gémissements de la jeune fille en se collant contre sa bouche. Que faisait-elle là ? Pourquoi venait-elle de se placer à cet endroit alors que Clara allait crier au monde entier au professeur Chourave et à toute la classe l’injustice qu’ils allaient tous subir… ? Appartenait-elle à quelqu’un ? Clara ne s’était même pas rendu compte de son geste rapide mais une chose était sûre si cette main s’était posée aussi vite sur sa bouche c’est qu’elle avait une bonne raison de le faire… mais quelle raison valable ? Avait-elle envi d’empêcher Clara de crier l’erreur que le professeur Chourave avait dit ? « Vous allez tester cette plante, non pas pour vérifier qu’elle marche, d’autres l’ont fait avant vous, mais pour avoir la sensation d’un poisson et observer les transformations corporelles » Elle devait s’être fortement trompée non ? Personne d’aussi raisonné et intelligent que la classe de seconde année du professeur Chourave pouvait avoir vérifier si cette plante marchait véritablement ou non sur Tous les êtres vivants… avait-on tester cette plante sur les animaux ? Et sur les poissons eux-mêmes ? Ne risquait-on à aucun moment un problème ? N’y avait-il aucun risque de couler avant l’heure temporaire ? Et puis n’était-ce pas trop risquer d’utiliser une plante telle que celle-ci sur des pauuuuuuuuuuvres innocents tels que ces élèves de seconde année à Poudlard ?

Je suis trop jeune pour mourir…

Alors que mille questions affluées dans la petite tête de notre chère Serdaigle, la main de celle-ci était entre guillemet toujours « bloquée » contre les lèvres fines et rosées. Clara releva alors les yeux, et jeta un regard suppliant à son merveilleux et adorable professeur ! « Ô grand professeur de tous les temps de Botanique, matière des plus distinguées et des meilleurs, soyez humbles avec vos pauvres petits collégiens et retirer votre ô punition non méritée pour le bonheur de tous ici présents… ». Rien à faire, malgré les pensées lançaient pour le professeur Chourave, la jeune Serdaigle n’arrivait pas à faire entendre raison à celui-ci. Avait-il eu un sort projeté contre lui pour faire subir ça à ces tendres élèves qu’elle chéri tant ? Qui avait pu tendre un piège aussi méchant que celui-ci ? Etait-ce cet abruti de Malefoy ? Nan… sort bien trop puissant pour qu’il vienne de cet incapable… comme disait l’autre « Grande gueule mais petite… » ! Oh !! Oh !!! Clara venant d’être choquée par sa pensée, sa main s’enfonça encore un peu plus contre ses lèvres fines qui avaient du mal à rester closes.
Alors que d’autres questions filaient dans l’esprit de la jeune bleu et bronze, celle-ci comprit le malaise de sa main qui s’était froidement bloquée contre sa bouche. En effet, suite à des nausées abondantes qui s’étaient empressées de lui venir au moment où l’image de Clara avalant cette chose dégoûtante lui était apparue…

Son corps avait l’impression d’être révulsé tellement le choc avait été grand mais heureusement pour la collégienne enfin non malheureusement pour elle, le professeur les fit se lever avant de les diriger tous droit vers le lac infesté de bestioles en tous genres… Clara se leva en rangeant lennnnnnntement ses affaires, car peut-être pourrait-elle passer inaperçu en restant derrière et loiiiiiiiiiiiin de la file d’élèves avant de s’enfuir à toute enjambée pour rejoindre son lit qui lui hurler de revenir vers lui pour manque de… manque de… câlins !!! Ce serait un manque de respect de ne pas accorder cette faveur à son adorable lit qui avait été tant délicat dans les sommeils bienveillants des étudiants, non ? Bon… par manque de chance, Clara était loin d’être la dernière quand ses affaires furent rangées. Clara ronchonna un tantinet dans sa barbe et suivit en traînant des pieds le professeur Chourave vers ce maudit lac. MAUDIT SOIS TU !!!! Avait envi de hurler la jeune fille mais préféra ne rien dire de peur de se faire prendre pour une folle et de se retrouver à St Mangouste en deux trois mouvements...
Elle déglutit difficilement quand son pied dépassa le seuil de la porte de la serre… résignée, la jeune élève cherchait un moyen sûr et persuasif de ne pas faire cette petite escapade sous l’eau… elle regardait toujours par terre, essayant de ne pas avoir trop de nausées…

Nausées… oui j’ai des nausées alors je ne pourrais pas… nan, elle a sûrement des antidotes contre la nausées avec toutes ses foutus plantes… ah que je les hais !!!

La jeune fille réfléchissait toujours, marchant d’un pas nonchalant en direction du lac nettoyé pour l’occasion… beuh !! Ca non plus elle n’y avait pas pensé… comment un professeur digne de ce nom pouvait laisser ses élèves rentrer dans une eau aussi répugnante et pestilentielle… Clara regardait vaguement autour d’elle, remarquant au passage qu’aucun des élèves avaient l’air heureux de subir cette intervention… elle se stoppa rapidement sans savoir pourquoi et sentit quelques millièmes de secondes après quelque chose la percuter de plein fouet dans son dos… elle du avant de quelques pas histoire de ne pas tomber devant tout le monde et s’excusa brièvement en jetant un bref coup d’œil derrière pour l’élève qui s’y trouvait.
Elle se remit en marche, prenant garde à ne plus s’arrêter à tord et à travers alors que son esprit se brouillait ne trouvant guère de solution juste avant qu’un ampoule s’illumine juste au dessus de sa tête…

Eurêka !!!!! J’ai trouvé. Pour aller dans l’eau il faut être muni de son maillot de bain n’est-ce pas ? Et sin nous n’avons pas de maillot de bain… il est donc normal que nous ne nous baignons pas dans le lac. Normal non ? Le bain de minuit n’est pas encore autorisé pour nous jeunes collégiens donc par conséquent… Youpi !!!

Clara se mit à marcher de plus en plus vite pour rejoindre son professeur quand celui-ci s’arrêta à son tour net, obligeant la jeune fille à contourner l’obstacle qu’est son professeur pour ne pas lui foncer dedans et la faire tomber dans l’eau. Quand elle réussit cet exploit, la jeune fille gonfla ses joues de soulagement et se détourna pour regarder son professeur mais elle n’eut le temps de rien dire qu’elle du boucher ses oreilles avec rapidité… le professeur s’était empressée de crier aux élèves de se taire et forcement de faire subir un terrible danger pour les tympans de la jeune Serdaigle… Clara attendit un moment, le temps d’être sûr de pouvoir parler mais n’eut guère le temps de faire quoi que ce soit alors que ses lèvres s’entrouvraient légèrement pour ne laisser passer qu’un simple soupir… elle baissa la tête, résignée de toute tentative...

Affaire à suivre

******

[ 1717 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Dim 12 Nov - 19:12

Le cours avait passé plutôt vite quand Chourave annonça qu’il était terminé. C’était assez étrange Suspect et Drago commençait à avoir de plus en plus de doutes sur les travaux pratiques (certainements stupides) qui allaient suivre.

Cependant il ne dit rien car il venait de faire gagner 5 points à Serpentard et qu’il était trop occupé à tourner la tête vers Potter qui n’avait toujours répondu à aucune question. Gryffondor allait définitivement sombrer dans le classement, que Serpentard soit premier ou pas (enfin c’était encore plus jouissif si les Vert et Argent finissaient premiers). Puis l’attention de Drago se reporta sur le professeur qui commença à leur parler de Travaux Pratiques non obligatoires scratch.


*Donc on peut partir ? On peut rentrer dans la salle commune et un truc intéressant !*

Le Serpentard allait lever la main pour demander s’ils pouvaient quitter la classe quand le professeur leur annonça la suite des évènements : ils allaient étudier les effets de la Branchiflore en la gobant et en étudiant les changements sur leur corps Shocked

*Qu’est ce que c’est que cette nouvelle blague ? Je suis bien content qu’on soit pas forcé de le faire !*

Cependant Drago commença à douter de la véracité des dires de Chourave au regard qu’elle leur lança. Il était persuadé que ça serait noté et que s’il ne le faisait pas il écoperait d’une remarque désagréable sur son bulletin presque parfait. Il ne pu se retenir de poser la question qui lui brûlait les lèvres. Il leva la main et prononça sa question à voix haute et clairement intelligible.

« Professeur, en quoi avaler un truc visqueux avant de plonger dans une eau froide et glacée pour tester des effets qu’on vient déjà de voir en cours va nous avancer pour les examens de fin d’année ou même pour notre vie future ? »

Les élèves se turent mais Drago crut entendre un murmure d’approbation parmi les élèves de Serpentard. Il avait dit tout haut ce que les autres pensaient tout bas et par cette action il espérait que tous les élèves allaient refuser de faire ce TP idiot. Enfin tous sauf ses idiots de Gryffondor, dès qu’il s’agissait de plonger dans des trucs dégoutants et dangereux, ils arborraient un sourire ravi limite « ouais super cool on va se salir ! ». Quelle espèce stupide que ces élèves de Gryffondor !

Malheureusement même si la question de Drago avait soulevé des questions importantes, la classe était en train de se mettre en mouvement vers le lac et le professeur Chourave insista pour que tout le monde aille au bord du lac, même s’ils ne voulaient pas faire le TP.

Sur le trajet, Drago ne manqua pas de manifester son mécontentement en ponctuant ses phrases de « ce TP est le plus stupide que j’ai jamais vu », « y a sûrement des idiots d’élèves qui vont se noyer et Chourave ira rejoindre Dumbledore au rang des gens renvoyés et elle le méritera », « il fait froid, je vais tomber malade et mon père en entendra parler ».

Oui bizarrement, Drago plus il approchait du lac et moins il excluait d’office l’idée de faire ce TP. Non pas parce qu’il avait envie de gober la « chose » ou parce qu’il était soudain pris d’une envie de connaître le fond du lac ou encore de voir ses pieds grandir de trois pointures et devenir palmés. Non plutôt parce qu’il avait entendu quelques Gryffondor lancer des « Malefoy à peur » et surtout parce qu’il avait vu que Potter allait le faire.


*Bien sûr que non je n’ai pas peur et je n’ai rien à prouver !*

Cependant il n’avait pas envie qu’on le croit incapable de faire une chose ou peut-être Potter allait briller. Le Serpentard voyait déjà Harry Potter rafler une médaille ou un trophée en temps que « meilleur nageur de tous les temps » ou pire « a sauvé bravement un élève de la noyade ». Rien que pour ça Drago réenvisageait de faire ce maudit TP : pour prouver qu’il nagerait mieux que le fameux Harry Potter.

Il se tut pendant quelques instants donc quand ils arrivèrent enfin au lac et que venait le moment de se mettre en maillot de bain. Drago retarda ce moment au maximum car il était excessivement pudique (et frileux par dessus tout). Les élèves s’étaient mis presque tous en maillot qu’il commençait à défaire ses chaussures et il dut lancer quelques regards assassins avant de s’assurer que personne ne le regardait plus.


*Celui qui fait une remarque je lui crêve un oeil*

Puis il s’efforça de ne plus faire attention au regard des autres (qu’il ne pouvait définitivement pas éviter) et s’auto persuada que de toute façon il était le plus beau et qu’il ne pouvait inspirer que de l’envie. Cependant il était mal à l’aise et c’était plus fort que lui ! Une fois ses vêtements retirés il se retrouva en caleçon de bain bordeau, qui pour une fois ne se distinguait pas par la finesse de son tissu ou la qualité de ses broderies mais plutôt par sa simplicité.

Alors qu’il attendait les consignes supplémentaires, il essaya de s’imaginer son père étudiant, forcé de faire un TP pareil. Comment aurait-il réagit ? Probablement comme lui… En tous cas c’était assez inimmaginable comme situation. Lucius Malefoy en maillot de bain en train de gober un truc à l’aspect immonde et de plonger sous l’ordre d’une femme aux grosses fesses dans un lac/égout.


*Ca fait réfléchir !*

Et il attendit grelottant la suite des instructions.

« Il fait froid ! Je vais tomber malade ! »

[A suivre]

[946 mots]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Directeur Poufsouffle

Parchemins : 2067
Âge : 33 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Professeur de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Dim 12 Nov - 19:19

Il en est de Sénèque comme de la baguette : c’est toujours au moment où on aurait vraiment besoin de comprendre son fonctionnement qu’il nous échappe. Certes, Susan ne cherchait pas – qu’elle soit bénie – à traduire du Sénèque, mais elle se demandait bel et bien si baguette et eau boueuse faisaient bon ménage.
Oui, selon Chourave, mais allez savoir pourquoi, Susan avait tendance, ces derniers temps, à douter des dires de son professeur. L’avoir vue danser dans la salle commune de Poufsouffle (mais chut, c’est un secret) n’y était, d’ailleurs, certainement pas indifférent.
Et dire qu’elle avait oser affirmer ne pas se faire trop de souci ! Elle se lavait rapidement les mains de se qui pouvait arriver à ses élèves, la garce !

Avec amertume, Susan, son strangulot sur les talons (ou plutôt sur les palmes), manqua de justesse, en voulant regarder derrière elle pour surveiller la progression de son poursuivant, un rocher qui se baladait dans le coin.
Elle serra les dents, sentant les larmes lui monter aux yeux, et pointa sa baguette par-dessus son épaule. En partie déséquilibrée par cette posture de nage pour le moins peu commune, la fillette se trouva, du même coup, contrainte de ralentir, malgré tous ses efforts, l’allure, ce qui ne faisait pas vraiment son affaire.

D’autant plus qu’elle ne savait toujours pas quel sort utiliser. Oh Merlin ! Dire que les professeurs étaient, en temps normal, réticents lorsqu’il s’agissait de décloisonner les matières, et voici que soudainement, Chourave se découvrait un lien avec la défense contre les forces du mal. Non, vraiment, la bonne étoile de la jeune sorcière devait être partie faire un tour au soleil sans prévenir sa petite protégée. Hé bien, elle serait bien punie, en rentrant, de découvrir Susan morte au fond d’un lac ! Elle serait probablement châtiée par le conseil suprême des Bonnes Etoiles, mais ce serait une maigre consolation, pour Susan.

Il était à la fois étrange et pathétique que le moment où l’on tenait le plus à la vie était celui où, justement, on risquait de la perdre. Etrange parce qu’on se met tout à coup à voir les choses de manière complètement différente, il faudrait être le premier des stoïciens pour ne pas sombrer dans l’épicurisme le plus profond alors que votre existence semble sur le point de disparaître et pathétique parce qu’il est vraiment dommage de songer que l’individu fait, au quotidien, si peu de cas de la vie qu’il ne lui accorde aucune attention.

Susan en était au stade critique du «Ohmondieumondieumondieu» lorsqu’elle sentit une crampe venir lui chatouiller l’épaule. Merlin ! Il ne manquait plus que cela ! Si même les muscles se mettaient à faillir, maintenant, elle était vraiment fichue !
Mais c’était, somme toute, prévisible. Après tout, le corps de cette fillette de douze ans, peu robuste, de surcroît, n’était pas accoutumé aux nages sprintées.
En désespoir de cause, la fillette lança :

- Incendio !

Ou plutôt tenta de lancer, car elle avala plus d’eau qu’elle n’en recracha. Ce qui donna donc "Inc... Bloublouarf !".
Suffocante, elle se mordit la lèvre avec colère. Mais quelle idiote elle faisait, à parler sous l’eau ! Et quelle sotte était Chourave : en seconde année, les sorts non prononcés n’étaient pas connus et encore moins maîtrisés !

Enfin, sous l’eau, c’était peut-être différent. La fillette ferma les yeux, passant outre le fait qu’elle pouvait rentrer dans un rocher voire une bestiole marine de mauvais poil à tout moment, et tenta de se concentrer sur le sort. Plus ou moins bien, d’ailleurs, car elle n’avait pas toute la nuit non plus.

* Incendio *

Songea-t-elle avec force. Elle lança un coup d’œil par dessus son épaule et vit un jet d’eau fuser de sa baguette… Vers une pauvre algue qui s’amusait à battre des «feuilles» au rythme du courant et qui allait très certainement porter plainte contre X pour agression injustifiée avec coups et blessures.

Car bien entendu, lancer un sort sans viser risquait de ne pas réussir. Il allait donc falloir qu’elle s’arrête et fasse face au strangulot ? Oh Merlin ! On lui aurait tout fait, dans cette école !

Et hop, la suite au prochain épisode (palpitant, non ?) Wink

(685)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Dim 12 Nov - 20:02

April attendait aux côtés des autres élèves, dans son maillot orange qui mettait en valeur sa peau qui avait bronzé depuis le début du mois de mai et qui en était devenu mat (« Ouaaaaaah, vous avez vu mon bronzaaaaage ? Top de chez tip top, hein ?). Ses cheveux attachés grâce à un élastique qui se confondait avec l’épaisse chevelure brune de la fillette –hormis une ou deux mèches qu balayaient ses tempes-, elle avait l’air prête. Enfin, seulement l’air. Elle adorait l’eau et nager, ce travail pratique promettait d’être mille fois plus agréable que de nourrir une mandragore du bout des doigts en grimaçant : « Alors mademoiselle, satisfaite ou remboursée ? » Mais tout de même, le lac n’était pas source de tranquillité pour batifoler dans l’eau. Heureusement que le gros Hagrid occupait le calmar, il ne manquait plus qu’un kraken ne vienne essayant d’attraper les élèves !
La fillette porta la masse gluante appelée branchiflore à ses lèvres, attendant le TOP de Bouboule Chourave, enfin de madame Chourave pour être plus polie (elle n’était que légèrement enrobée après tout, n’est-ce pas ?) Il fallait dire que malgré le mois de juin qui était pour bientôt, elle commençait sérieusement à grelotter. La chair de poule recouvrait ses bras.

« TTOOOOOOOOPPPPPPPP ! »

Retenant sa respiration, April avala la branchiflore. Quelques secondes s’écoulèrent sans résultat, mais lorsqu’elle commença à étouffer elle fit un plongeon. Miss Swann plongeait parfaitement, sans qu’elle s’en vante. C’était ça, être obnubilée par la moindre goutte d’eau….
L’eau du lac lui parut glacée l’espace de cinq longues secondes puis son corps s’habitua au climat. Elle inspira une bonne bouffée d’eau et observa ses mains, ses hanches, ses pieds.


*Nom d’un hippogriffe en bikini… je suis devenue un poisson ! *

Un poisson n’était pas le mot exact, elle n’était pas recouverte d’écailles, mais tout de même, c’était étrange… elle fit un mouvement de brasse en avant et se retrouve propulsée cinq mètres plus loin.

*Bizarre! Je suis devenue… fishwoman ! *

C’était un mélange de sentiment agréable et gênant. Ses doigts palmés étaient effrayants, elle ressemblait à un ornithorynque. Il ne lui manquait plus qu’un bec et elle pourrait jacasser ‘Psychokwaaaaaak’ en se dandinant sous l’eau.
Un rire nerveux s’échappa de ses lèvres sous forme de grosses bulles qui filèrent vers la surface. La logique s’imposa à son esprit tortueux et elle comprit qu’elle était sous l’eau et que personne ne pourrait la comprendre, les bulles n’ayant jamais été très significatives. Elle commença à nager tranquillement et manqua la collision avec un bestiau de mauvais augure qui parut vexé.


-Doucement, j’ai pas fait exprès mon pauvre ! T’es malade ! lâcha April en le voyant brandir un bâton.

Aucun son ne se fit entendre si ce n’est un léger ‘glouglou’ qui aurait pu paraître humoristique si la miss n’était pas face avec une créature magique non identifiée. Elle s’apprêtait à utiliser un sort bien sentit lorsque le bestiau s’enfuit. Apparemment, il avait eu peur de quelque chose qui ressemblait vaguement à un humain. En y regardant de plus près, c’était une fillette « enbranchiflorée » qui brandissait une baguette et lançait des sorts contre des algues.

*Par Archimède, ce ne serait pas… la petite Poufsouffle à l’air timide, qui paraît tarte mais gentille… Suzy Jones, un truc dans le genre… non, Bones… de toute façon, je ne m’appelle pas Granger, je ne me souviens pas de tous les noms de tous les gens que j’ai aperçut… *

April songea que Susan alias Suzy ne se débrouillait pas super bien, mais avant d’avoir pu esquissé le moindre geste pour l’aider –même si elle était à Poufsouffle- quelque chose la tira en arrière. Enervée, elle se retourna et fit face à un gros poisson aux écailles argentées qui l’observait de ses yeux globuleux, l’air de se dire : « Je la mange avec ou sans sauce ? »

-Dégage mon pauvre merlu ! persifla la fillette.

Encore une fois, seules des bulles apparurent. April le creva du bout de sa baguette avant de retourner à ses poiscailles. Le poisson était d’une race inconnue, peut-être une race du monde des sorciers. April testa un sort :

-Rictusempra !

Elle manqua de s’étouffer avec les bulles qui s’échappèrent en grande quantité de sa bouche grande ouverte mais le poisson argenté se bidonna pendant cinq bonnes minutes sous le coup du sort. La miss Swann en profita pour aller voir ailleurs s’il y était. Nan mais ! Il n’avait qu’à pas se frotter à elle ! Depuis quelques temps, son habituelle mélancolie s’était transformée en un caractère bien affirmé et il ne fallait pas se frotter de trop près à elle. Elle ne criait pas mais parlait si sèchement, si froidement, que sa propre voix la faisait frissonner.
April regarda ses condisciples qui nageaient. Elle avait du mal à les différencier au « reste » et de toute façon ils ne s’occupaient pas d’elle. Elle eu soudain une idée folle qu’elle tenta de chasser : et si on faisait un concours de tee-shirt mouillé ? et si elle tentait de… hum… sympathiser avec les autres élèves, profitant de son était de poissonne ?
Après tout, sa plus grande passion était la mer, l’océan, et c’était dans son élément qu’elle se sentait le mieux pour faire connaissance.

Malheureusement, une bestiole l’arracha à ses pensées en essayant de lui voler sa baguette.

« Qu’est-ce que tu me veux ? » fit April en langage des signes. Elle se tint environ quelques secondes droites, ses cheveux voletant autour de sa jolie frimousse, et eut l’apparence d’une de ces sirènes qu’on voyait dans les contes moldus.


*Je suis en train de devenir nunuche ! Une sirène… n’importre nawak !*

[Comme pour les autres... A suivre !]
[956 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   Dim 12 Nov - 22:46

Clara entendit vaguement la voix aiguë du pédant Serpentard au nom de Malefoy. Quand elle disait qu’il avait une grande gueule… et bien aujourd’hui même il le prouvait. Qu’est-ce qu’elle pouvait être fière d’elle… pour une fois qu’elle n’a pas besoin de le prouver… il l’avait fait de lui-même. Il faudrait qu’elle aille le remercier tout de même pour sa généreuse prestation du « Professeur, en quoi avaler un truc visqueux avant de plonger dans une eau froide et glacée pour tester des effets qu’on vient déjà de voir en cours va nous avancer pour les examens de fin d’année ou même pour notre vie future ? ». Qui lu cru… le grand Malefoy aurait-il peur de plonger avec cette espèce de machin dans la bouche ? Clara pouffa un tantinet mais se reprit très vite car elle-même n’était pas sûre de vouloir y entrer. Elle le regarda râler comme quoi il allait attraper froid et acquiesça d’un léger signe de tête car pour une fois elle était entièrement d’accord avec lui sur tous les points de vu du TP qu’ils allaient devoir exécuter. Elle détourna la tête vers son professeur de botanique mais celle-ci ne semblait guère vouloir leur laisser le choix au sujet de la plonger sous marine… pff et dire qu’elle allait devoir subir la honte d’être vu de tous dans un maillot de bain, montrer ses jambes fines aux grands publics… Elle qui était du genre pudique et bien là elle était plutôt mal barré.
La jeune bleu et bronze lança quelques regards discrets en direction de ses camarades de classe pour remarquer qu’ils étaient tous dans la même situation… aucun n’avait envi de se déshabiller devant les autres… aucun ne voulait mettre le gros orteil dans l’eau, et surtout n’avait aucune envi de se transformer en espèce de poisson mal formé avec des palmes étranges aux bout des pieds qui eux même avaient prit une taille impressionnante.

La jeune collégienne de la maison de Serdaigle retira sa première chaussure, puis la seconde et la déposa juste devant l’arbre sur lequel elle n’avait cessé de se percher lors de sa première année. Elle soupira encore une fois à l’idée de devoir faire le grand plongeon dans cette eau dégoûtante. Elle jeta un second coup d’œil pour voir si personne ne faisait attention à elle, mais à en juger par elle-même, tous les élèves lançaient des regards furtifs de peur qu’on ne les regarde. Clara sourit à cette pensée se disant entre autre qu’elle n’était anormale de réagir de cette façon.
Elle avait vraiment du mal à l’idée qu’on puisse rire d’elle pour son physique certes pas maigrelet mais presque… elle baissa les yeux et se cacha discrètement derrière le tronc d’arbre alors qu’elle retirait lentement ses chaussettes. Et de une, et de deux… bon et après ça il fallait enlever quoi ? Ses mains commençaient peu à peu à trembler alors qu’elle retirait lentement, très lentement, voir même très très lentement, sa cape. Elle détourna les yeux, regardant si personne ne se trouvait derrière et soupira en remarquant fortement que la paranoïa ne lui allait guère. Elle fronça légèrement le bout du nez, faisant une mine déçue à l’idée qu’elle réagisse aussi mal. Après tout ce n’était qu’une petite plonger de rien du tout…

... dans une eau dégoûtante, infestée de poissons gluants et poisseux (c’est le cas de le dire), avec des étranges bestioles qui vont me faire du mal, et en plus je risque par-dessus le marché de rencontrer des débris tel que des déchets sortie tout droit des rejets du collège Poudlard…

La jeune fille se frotta doucement les avant bras, ressentant la légère brise de vent lui caressant affectueusement le corps pour l’entourer tel un cocon de glace. Elle frissonna légèrement avant de retirer son pull bleu marine. Elle avait terriblement froid et tout en continuant de se déshabiller soigneusement en déposant ses affaires correctement pliés sur ses affaires d’école.
Son regard voguait sur les légères vaguelettes qui venait vers le rebord, laissant l’appréhension monter encore plus chez la jeune Serdaigle. Clara retira ensuite sa chemise, alors qu’elle attrapait directement à la suite une serviette de bain pour se cacher… bouton par bouton, la jeune bleu et bronze fermait les yeux de honte. Elle n’aimait pas se dévoiler aussi facilement devant les élèves de sa classe. Elle avait d’énormes complexes et malgré l’amour que Blaise lui portait, la rassurant sur le fait qu’elle lui plaisait énormément, la jeune fille restait dans l’incapacité d’être d’accord avec lui sur son physique. De plus, Clara avait la merveilleuse chance d’avoir vraiment le corps d’une gamine de douze ans. Elle ne faisait pas du tout mature malgré la légère poussée mammaire qui fleurissait sur son buste fin. Regardant furtivement, en entrouvrant les yeux, son corps, la jeune fille fit une grimace de dégoût avant de déposer sa chemise sur le côté. Ses doigts glissèrent le long de son ventre, se rétractant sous la peau froide des mains de Clara, avant d’atteindre sa jupe. Elle déboutonna le premier bouton avant de laisser descendre la fermeture éclaire laissant sa jupe choir sur le sol.

La honte et la gêne montaient de plus en plus en Clara qui s’empourprait encore un peu plus. Elle n’aimait vraiment pas ça et il était clair qu’elle allait devoir affronter ses peurs. Elle tendit le bras pour attraper son maillot de bain. Il était d’un classique déconcertant, d’une couleur bleu marine, c’était un maillot de bain une pièce. Résignée d’être obliger de se dévoiler devant les autres malgré le tronc d’arbre la cachant un tantinet, la jeune Serdaigle attrapa à nouveau sa serviette de bain bleu et bronze entre les mains. Après s’être débattue pendant plusieurs minutes qui s’emblait être une éternité pour la jeune fille, elle réussit à enfiler son maillot de bain sans trop de problème. Laissant ses joues s’empourprées encore un peu, elle finit de plier ses dernières affaires et de les déposer sur le peu déjà ployé. Elle regarda encore une fois autour d’elle d’un regard perdu et se dirigea discrètement vers le rebord du lac, loin des autres élèves, attendant le signal. Elle regardait d’un air perdu le lac qui s’étendait à l’infini quand elle écarquilla des yeux…

La branchiflore !!!! Par Merlin en petite culotte !! J’allais presque l’oublier celle là …manquerait plus que ça tient…

Il était certain que n’ayant guère la plante pour respirer dans l’eau, la jeune Serdaigle serait morte noyée. Peut-être que tous les Serpentard seraient heureux de cette nouvelle et même peut-être ceux des autres maisons mais le professeur Chourave, elle, ne l’aurait été ! Pour quelle raison ? Celle d’avoir perdu une élève aussi brillante que Clara Toppinen l’était… non certainement pas pour ces raisons… la véritable raison aurait été qu’elle aurait été accusé de meurtre avec préméditation sur son élève de Serdaigle. Soupçonnée puis condamné à la prison d’Azkaban, le professeur Chourave aurait connu la pire des sentences… ne voulant guère cela, il était donc préférable pour tout le monde que la jeune bleu et bronze prenne cette chose appelé plante pour ne pas mourir jeune.
Clara se dirigea donc d’un pas silencieux vers les plantes visqueuses et dégoûtantes… peut-être même étaient-elles velues… baaaaah rien que dit penser cela donnait encore plus la chair de poule à l’adolescente déjà dégoûtée.

Quand elle arriva près des branchiflores il n’en restait plus énormément… les élèves étaient donc déjà tous prêts ? Clara ne préféra même pas regarder autour d’elle, sentant ses joues repartirent dans une teinte rosée. Elle attrapa l’espèce de chose totalement répugnante mais sa main tremblait tellement que la branchiflore retomba sur les autres. Elle entendait déjà le professeur Chourave crier : « Tu ne peux pas faire attention Toppinen !!! Stupide créature !! ». Elle se releva vivement et reprit sa respiration alors que son cœur battait encore la chamade. Elle soupira une dernière fois avant d’inspirer profondément et d’attraper cette chose visqueuse. A l’aide de son index et son pousse, la jeune Serdaigle réussit sa pêche aux branchiflores à la garder en main et se dirigea à nouveau à l’emplacement qu’elle avait choisi précédemment. Elle déglutit, sentant les poils de ses jambes et de ses bras se dresser à la vitesse de la lumière à chaque coup de vent qu’elle devait supporter. Alors que ses lèvres devenaient de plus en plus bleues et que ses membres frissonnaient, ses dents s’amusaient à se claquer les une contre les autres en provoquant ainsi le bruit désagréable qui la faisait encore plus frissonner.

Alors qu’elle regardait toujours droit devant elle, elle finit par détourner les yeux légèrement pour voir si les élèves n’étaient pas déjà partis… Avec la chance qu’elle avait, elle aurait pu en plus de ça rester seul près du bord du lac comme une idiote… elle soupira de soulagement en se rendant compte que tout le monde grelottaient sur le bas côté.
Clara détourna à nouveau son regard et se prépara mentalement à avaler la plante… elle la regarda d’un air totalement dégoûté sur le visage alors que les nausées toquaient à la porte de sa gorge… elle se concentrait vraiment pour ne pas fuir d’ici le plus rapidement possible… C’est alors qu’un « TOPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP » retentit dans ses petites oreilles mais sous la panique, Clara glissa sur la terre mouillée et tomba dans l’eau comme une vulgaire ancre de bateau. La panique était au plus haut et la pauvre élève s’éloigna vers le fond du bassin, tenant son cou avec ses deux mains. Elle n’avait cependant pas lâché la branchiflore qui était écrasé entre la paume de la main droite de la fillette et le dos de la main gauche… elle ne pouvait plus respirer et sous l’affolement général, elle commença à se débattre… Un pied toucha le sol et déjà une algue vint le lui attaquer attraper, laissant une enfant presque inconsciente dans l’eau.

Elle continuait de se débattre jusqu’au moment où elle réalisa que la branchiflore dans sa main était sa dernière chance… elle la goba sans essayer de la déguster et le passage fut terrible… elle se tordit de douleur, tenant encore plus fort son cou sous le manque d’oxygène. Ses jambes bougeaient dans tous les sens, s’emmêlant encore un peu plus dans les algues vertes et gluantes… Clara essayait de hurler mais en vain, aucun son ne daigner sortir de sa bouche à part les bulles alors que l’eau rentrait de plus en plus.
Cela dura quelques instants avant qu’elle se calme en se rendant compte qu’elle respirait à nouveau mais le temps lui avait semblait extrêmement long… plus qu’une éternité d’ailleurs… Elle s’apaisa petit à petit et plongea la tête vers le bas pour essayer de se dégager de ses foutues algues marines. D’abord dans un geste de violence elle essaya mais en vain… puis plus doucement, elle laissa glisser l’herbe d’eau sur ses chevilles avant de se libérer et de remonter vers la surface… erreur à ne pas faire n’est-ce pas ?
Alors que son corps remontait vers la surface, Clara laissa échapper une larme qui n’apparu guère dans le milieu d’eau dans lequel elle se trouvait… c’était terrible d’avoir peur quand même… et dire qu’elle allait devoir affronter sa phobie…


******

[ 1870 mots ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Botanique --> Testons la branchiflore   

Revenir en haut Aller en bas
 
Botanique --> Testons la branchiflore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (M) Louis Tomlinson - Nous nous détestons mais je t'aime quand même
» Leçon du jour : Testons ton capital séduction [PV Selen]| CLOS
» × Testons la vie à deux ?HARUNA&KAZUKI?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2-
Sauter vers: