AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] Empty
MessageSujet: Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]   Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] EmptyDim 11 Fév - 21:16

~ Les portes de la salle de bal vous sont ouvertes ! ~
Et la musique fut

Imaginez vous dans un endroit aux lumières flamboyantes. Une immense salle aux murs crème couverts de miroirs aux bordures finement peints à la feuille d'or. Un parquet clair et étincelant, délicatement ciré. Imaginez vous encore, au fin fond de cette sublime salle, une ample cheminée allumée par les soins des serviteurs. Des tables finement sculptées faisant le tour de la pièce pour y voir posées d'innombrables roses blanches. Des pétales se laissant tomber avec lenteur et douceur sur le sol.
Voyez vous ce grand lustre doré aux milles chandelles ? Et cette petite table ronde au coin du feu, accueillant une nappe crème qui tombe jusqu'aux pieds ? Sur celle-ci se trouve une nappe en dentelle anglaise au rebord court pour finir par un chemin de table, la traversant, finement brodé à la main. Une théière en porcelaine et deux tasses à ses côtés accompagnés d'un fin vase n'acceptant qu'une seule rose.

Ne croyez vous pas en la magie, messieurs et mesdames ? Cette magie venant toucher du bout des doigts cette majestueuse salle de bal pour ne laisser que peu de lumière... il ne reste que le centre de la pièce éclairée. Imaginez vous dans un souvenir du temps des valses... Une ancienne ritournelle, autrefois en décembre... Des couples de jeunes gens dansant sur un chant séraphique. Voyez-vous à travers ces sourires, la flamme de vos souvenirs ?
Et ces jeunes enfants qui courent et courent entre tous ces gens pour avoir une place à eux.
Et vous... oui vous qui tournoyez avec ferveur, le regard éclatant de félicité ! Et votre partenaire au magnifique sourire éblouissant qui vous ferait presque perdre la tête.
Encore quelques pas sur cette mélodie mélancolique alors que vous tourner et tourner encore jusqu'à vous retrouver en dehors de cette pièce.
La musique devient lointaine alors que les grandes portes se ferment derrière vous. Mais vous dansez encore et toujours dans les bras de votre complice. Vos corps ne font plus qu'un et tout s'évanoui autour de vous. Mais vous ne remarquez rien et vos bras enlace encore un peu plus votre compagnon.
Un baiser... un doux baiser qui vous est déposé sur vos lèvres si rosies. Vos yeux se ferment lentement alors que cette valse vous plonge dans un univers parallèle.

Puis le temps de revenir au monde réel vous tend les bras alors que vous sentez peu à peu la fraîcheur vous enlacer. Vous vous réveillez dans une pièce vide et noire. Vous regardez autour de vous avant de voir devant vous. Et là vous comprenez et voyez alors que
~ Les portes de la salle de bal vous sont fermées ~

Clara était postée devant le mur où se trouvait la salle sur demande. Cette salle obéissant aux moindres désirs des gens... La mélancolie de l'adolescente se faisait ressentir et pourtant quand la porte s'ouvrit, la pièce qu'elle avait délicieusement imaginé se révélait être là, face à elle.

La bleue et bronze passa un premier pied, et déjà les transformations se faisaient entrevoir. Sa chaussure s'était métamorphosée en une magnifique paire de soulier aux lanières fines caressant lentement les jambes de la jeune fille. Sa robe de sorcière disparut pour ne laisser apparaître qu'une somptueuse robe plus serrée. Sa couleur n'est autre qu'un doux bleu nuit avec des roses cousues en perle blanche sur le bas de la robe.
La jeune brune laissa un bras dépassait le pas de la porte pour voir apparaître de fine manche en dentelle remontant jusqu'à son cou.
Quand elle entra entièrement dans la pièce, elle croyait rêver. Elle tournoya, regardant dans chaque miroir si tout ceci n'était point un songe...
Elle se mit à danser sans plus rien penser, levant ses bras avec grâce laissant la possibilité à un jeune homme de prendre place pour une valse.

Plus rien n'existait autour d'elle et pourtant tant de choses l'étaient.
Pourtant, si une personne entrait à présent dans la salle, il ne verrait sans doute qu'une pauvre Serdaigle danser dans une tenue d'école. Quelle tristesse de voir une vérité si dure.
Pourtant des larmes perlaient les jolies yeux bleus de la jeune femme avant de murmurer leur vie une par une le long de ses joues, et de se laisser mourir au creux de son cou ou de ces lèvres finement rosies.
Tout n'était que chimère et pourtant si réel.
La musique faisant écho dans la pièce devenue presque sombre, ne laissant que le corps de l'adolescente éclairé. Pourquoi pouvait-on encore rêver d'un prince charmant quand celui qu'on pensait aimé n'est plus ?
La jeune fille n'avait même pas prêté attention au fait que la porte de la salle sur demande soit restée ouverte... mais de toute manière, malgré sa gêne, il n'y avait pas à avoir honte de rêver n'est-ce pas ?
Et d'un geste simple mais gracieux, la jeune adolescente laissa une rose blanche se glisser entre ses doigts fins.

Et pour toute conclusion à cette histoire, le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose. Alors que la vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité.


******
[870 mots]


Dernière édition par le Dim 11 Fév - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] Empty
MessageSujet: Re: Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]   Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] EmptyDim 11 Fév - 22:08

Julien marchait tranquillement dans les couloirs de Poudlard, vêtu d’une jean noir moulant ainsi que d’une chemise de couleur noire ouverte vers le haut, il n’avait pas grand-chose à montrer étant encore jeune il avait des formes angélique, cependant les filles lui courrait après tout simplement car elles le trouvait beau. Julien avait les cheveux blancs qui lui tombaient légèrement au milieu de son visage lui donnant un air mystérieux et charmeur à la fois, cachant son visage neutre, on pouvait y lire de l’indifférence, cependant ses cheveux cachaient également ses yeux, de couleur saphir, enivrant, envoûtant si on les regardait trop longtemps et cela rendait Julien charmant.

Il marchait lentement dans les couloirs, les mains dans les poches, la tête basse, ses cheveux recouvrant son visage angélique, il marcher d’une façon pas communes, il avait une démarche presque féminine, il avait une tenue presque féminine, il avait des vêtement moulant, il avait une façon de marcher qui lui était réserver, Julien Vogel était particulier et il el faisait savoir dans sa façon d’être et de vivre. Il visitait le château, imprimant dans sa tête chaque recoin de ce majestueux château qui était un vrai labyrinthe tellement il était grand, mais cela Julien faisait avec sachant pertinemment que avec le temps il se ferait une carte dans sa tête que trouver son chemin deviendrait un automatisme avec l’âge.

Il arriva au dernier étage du château marchant toujours avec lenteur, fixant ses souliers, il pouvait entendre l’échos de ses propres pas revenir vers lui dans le couloirs, il était seul, le silence avait un drôle de bruit à ses oreille, il pouvait voir à travers les fenêtre qu’il faisait déjà nuit et que le ciel était recouvert d’étoiles ainsi que de constellation toute aussi belle l’une que l’autre, sachant pertinemment que ses parents l’attendait la haut et qu’un jour il irait les rejoindre, demain ou dans cinquante ans il les rejoindraient.

Plus il marchait et plus il avait l’impression d’entendre une mélodie, une mélodie qui était en train de le narguer, de narguer ses oreilles sensibles, en train de lui demander de la rejoindre, une mélodie douce. Il marcha rapidement afin de savoir d’où provenait cette musique, il savait que c’était dangereux étant donné qu’il était dans le monde de la magie que cela pouvait être n’importe qui ou bien n’importe quoi qui produisait cette musique et que cela pourrait être dangereux pour lui, peut être une créature qui attirait ses proie de cette manière et peut être que Julien était la prochaine victime, mais cela il s’en moquait il voulait savoir d’où provenait cette douce mélodie, quitte à mourir il s’en moquait éperdument…

Il arriva au bout d’un moment prêt d’une porte grande ouverte ou la musique était forte, et dedans il y vit une demoiselle, en train de danser, toute seule, vêtu de sa tenue vestimentaire pour assister au cours de cette école de sorcellerie.

Il l’a regarder, danser, elle dansait bien au yeux de Julien, et au bout d’un moment il avait remarqué quelque chose perler au niveau des yeux de cette gente demoiselle, comme si un cristal était mis à la place de ses yeux et brillait dans la lumière, mais il comprit rapidement que c’était des larmes, cette jeune demoiselle était en train de danser tout en pleurant. Il e avait mal au cœur pour elle, il n’aimait pas voir les femmes dans le malheur, il comprit rapidement que cela devait être un chagrin sentimental et qu’il ne pourrait être d’un grand secours cependant il faisait preuve d’une grand logique et remarqua que la danse lui procurer un certain bonheur à en juger par le sourire béat qu’elle avait sur le visage.

Il entra dans la pièce, et là, il pus la voir sous un autre jour, il était comme dans un autre monde, il voyait la jeune fille, comme elle se voyait en ce moment, il la voyait porter sa robe, qui mettait en valeur son corps, mais cela ne l’arrêta pas pour autant.
Il avança vers la jeune fille et en plaint pas de danse il lui saisit les mains, ce joignant lui-même à la valse, il vit rapidement la jeune fille sursauter ainsi que de la surprise dans ses yeux, mais il resta indifférent, continuant de valser sous le rythme de la musique, il avait beau avoir un visage de marbre, il dansait bien, il était peut être plus petit que la demoiselle, il faisait sa pour lui remonter le moral…


[HJ 748]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] Empty
MessageSujet: Re: Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]   Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] EmptyDim 11 Fév - 23:59

[ HJ ~> En tant normal dans un RP tu n'as pas à dire ce que l'autre va faire ! Si j'avais eu envi de ne pas la faire sursauter tu aurais été mal De plus, arrête donc de croire que mon perso veut te tomber dans les bras, personnellement je pensais plus faire un bon petit rp sans penser à autre chose... désolé de te décevoir ^_^ Il ne faut jamais prendre ces rêves pour des réalité ]

...

Clara dansait toujours au rythme de la musique alors que son esprit s'envolait bien loin d'ici. Elle ne pensait plus à rien en dehors de ses pas de danse. Les yeux clos, la jeune fille ne perdait pas une seule note de la musique. Elle soupirait de plaisir alors qu'une image d'un vieux souvenir vint se manifester chez elle. Elle se rappelait que dès ses trois ans, son papa s'amusait souvent à danser la valse avec elle. Elle mettait ses pieds sur ceux de son papounet d'amour et tournoyait avec lui sur un fil mélodieux.
Alors que la jeune bleue et bonze rêvassait tranquillement, elle ne sentit aucunement des doigts froids se glissaient dans les siens. Elle ne se rendit même pas compte qu'une personne venait de prendre le contrôle de la valse. Elle se laissait tout bonnement faire, se croyant en compagnie de son père.
Ses cheveux volaient au gré de cette valse alors qu'elle concentrait à ouvrir les yeux, un sourire naïf sur ses lèvres fines.
Instinctivement elle les referma comme apaisée de voir son père quand elle ouvrit cette fois plus rapidement les yeux pour découvrir...

... un jeune garçon plus petit qu'elle. Surprise, elle sursauta mais ne s'arrêta guère de danser. Que lui voulait-il ? Clara se sécha d'un revers de manche les quelques larmes qui étaient restées impunément sur ses joues rougies. Elle le dévisagea pendant un instant pour savoir qui il pouvait bien être. Rêvait-elle encore ? Cela ne pouvait être réel et pourtant jamais une tête comme celle du garçon. Il était assez efféminé ce qui lui donnait un certain charme mais quelque chose clochait chez lui. Seulement voilà, quoi ?
L'adolescente le trouvait bien petit pour être en troisième année et se surprit à penser "Et voilà qu'une première année a pitié de moi". Elle resta cependant impassible bien que les yeux du garçon étaient ensorcelants. Elle ne pouvait nier son charme et sa beauté mais de là à être elle même charmé par lui... il ne fallait pas en abuser. La chose qui faisait frémir l'adolescente était plutôt le côté cultivé d'un garçon. Par exemple Alexander Shinku était une personne plus qu'attirante et qui avait une façon de vivre qui fascinait la Serdaigle.

Quand la musique s'arrêta enfin, elle se sépara prestement du jeune garçon et planta son regard bleu dans les prunelles émeraude. Elle ne savait que dire par ailleurs. C'était bien la première fois qu'on lui faisait un tel coup.
Elle le salua cependant son "cavalier" dans une légère révérence puis se dirigea vers l'une des fenêtre.
Elle se sentait lasse de tout et de rien... mais la question de " que faisait-il là ? " lui trottait dans la tête malgré son incapacité à lui demander clairement.
Si seulement une de ses amies pouvaient intervenir dans cette situation plus qu'embarrassante... et dire qu'il l'avait vu pleurer et danser dans sa plus grande naïveté.
C'était stupide à elle d'avoir laisser la porte de la pièce ouverte mais après tout... la honte ne tuait personne, n'est-ce pas ?
Sans se détourner vers le garçon, elle dit d'un ton plus froid qu'elle ne l'aurait souhaité.

- Merci pour cette danse mais... puis-je savoir pourquoi ?


******
[614 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] Empty
MessageSujet: Re: Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]   Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une sérénade séraphique [Julien Vogel + libre]
» JOURNAL INTIME de Julien Vogel!!
» Julien Gracq
» La Ménade est elle rémissible ? | Aetius
» julien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 3-
Sauter vers: