AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Premier cours : rappel [ouvert à tous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Jeu 30 Aoû - 23:17

Alister écouta avec attention Klaralye Jenz, Parvati Patil, Angel Grisham, Opal McLane, Rosy Kryzente, Alyss Fledge, Aelita Stones - même si ça ne l’intéressait pas vraiment – Wendy Scoot, Hannah Abbot, Clara Toppinen, Amber Fiery, Dennis Caremis se présenter. Puis le professeur reprit la parole en disant qu’il commençait le cours, Alister regarda alors les autres élèves présents dans la pièce.

*Et il ne fait aucun commentaire sur ce que nous lui avons dit ?*, se demanda-t-il en regardant tous les élèves présent.

Le professeur dit qu’il allait commencer un petit rappel des connaissances ainsi qu’une légère introduction et qu’il poserait régulièrement des questions car ce qu’il aimait c’était d’avoir une classe dynamique. Alister n’avait jamais vu ça durant sa vie d’étudiant, il aurait dit que le professeur improvisait son cours et il devait bien avouer que ça ne lui plaisait pas du tout, contrairement à ce qu’il avait pu penser avant. Le professeur parla de points à gagner pour les différentes maisons, c’est là que le jeune Poufsouffle pensa au professeur Rogue, puis le professeur continua en leur disant de prendre note pendant qu’il écrivait au tableau.


Citation :
Introduction au monde moldu et principes de base.

Le jeune homme nota alors ce titre sur sa feuille de parchemin et le professeur reprit en disant ce qu’il fallait savoir avant toute chose afin de pouvoir aborder le mieux le monde moldus. La première règle est de toujours tout faire par soi-même, considérer qu’on a plus de baguette dans les mains, qu’aucun objet animé ne vous aidera pour faire vos devoirs, la cuisine ou encore le nettoyage. Le professeur rajouta qu’il fallait de l’huile de coude et il ajouta que c’était justement le grand malheur de bon nombre de nos amis de « l’autre monde », il faut remonter ses manches et souvent tout faire seul, le professeur demanda aux élèves si ils suivaient toujours.

Il reprit ensuite en disant que c’était parfait, qu’il leur disait cela pour qu’aucun d’entre eux ne soit démasqué. Il leur expliqua ensuite que les moldus n’était pas encore prêt à faire face à la réalité c’est-à-dire à l’existence des sorciers, et qu’il fallait donc se montrer très prudents. Il poursuivit en leur disant que de ce fait, il allait leur apprendre quelques petites leçons sur les manières de se tenir en société. Il dit que cela faisait très « ancien siècle » mais qu’elle résumait tout, il leur dit ensuite de noter :
Citation :
1) manière à adopter en société

Et la première chose à savoir est la suivante : apprendre à se servir d'objets inanimés !

Alister nota donc ce qu’il y avait sur le tableau avec soin sur son parchemin, quand le professeur reprit en leur disant qu’après leur sortie de Poudlard, ils devraient en savoir suffisamment pour se fondre dans la masse, si jamais il devait côtoyer des moldus. Qu’une connaissance de leur culture et de leur monde est nécessaire afin de pouvoir suivre leur conversation et de savoir comment agir. Le professeur dit alors que la première chose à savoir était d’apprendre à se servir d’objets inanimés, le professeur continua alors qu’Alister était de plus en plus abasourdit par les propos du professeur. Qui leur disait qu’un objet n’allait pas venir vers eux que c’est à eux de se déplacer vers l’objet, mais ça c’était Q.F.D.

Alister leva donc la main mais le professeur ne le vit pas et continua sur sa lancée en disant qu’un livre ne descendra pas de lui-même dans la main de l’élève, qu’un plat ne se servira pas de lui-même dans l’assiette. Le professeur dit alors que cela semblait s’en doute idiot à dire mais c’est comme ça et c’était souvent ce que les sorciers oublient.


*Mais bien sûr… Et tout le monde à l’air de le suivre…, enfin surtout les filles qui ont l’air pendue à ses lèvres ! Oh c’est pas Lockart on se réveil !*, pensa-t-il en les regardant.

Il poursuivit donc en disant que les objets n’étaient pas doué d’intelligence et qu’ils n’étaient pas là pour nous servir, que c’était nous même qui les servons
.

*Allons dont il va nous jouer la révolte des couverts bientôt ?*, se demanda-t-il avec ironie.

Il poursuivit en leur disant que les objets n’étaient que des instruments et permettent seulement de faire quelque chose et que les objets ne font rien à la place du sorcier qu’il ne fallait pas s’attendre à ce qu’une serpillière se déplace et fasse le travail à leur place.


*La vache, le sorcier ou la sorcière qui sait faire ça, là moi je dis chapeau bas !*, pensa-t-il en regardant le professeur.

Qui ajouta que les objets n’agissent pas sur vous et ce quels qu’ils soient, que c’était au sorcier d’agir sur eux, pour les voir s’animer et remplir leur travail. Le professeur demanda ensuite si les élèves avaient d’éventuelles questions avant qu’il ne poursuive le cours. Alister écouta alors avec attention les remarques de ses camarades mais pas un seul ne fit une remarque sur le contenu du cours.


*Bon ok, les filles le prenne pour Lockart number two*, pensa-t-il en soupirant.

Le professeur reprit sur la remarque de Klaralye Jenz, il lui dit que ce point méritait d’être éclairci, que c’était une question oh combien délicates et des plus philosophiques et qu’il ne savait pas si il allait savoir y répondre correctement mais, qu’il allait essayer. Il expliqua alors que dans chaque communauté, dans chaque peuple, dans chaque civilisation dans chaque pays il y a des différences. Que tout le monde était différent bien qu’ils forment un tout que nous appelons « le monde », cependant qu’il ne s’agissait que d’un petit groupe ou d’une grande nation. Il y a toujours de grandes et profondes intolérances, de la haine qui fait que des hommes s’oppose entre eux, qu’ils ont peur de leur voisin et qu’ils se déchirent. Que les hommes ne cherchent pas à savoir ou à comprendre l’autre sous prétexte qu’il effraie ou dégoûte.

Il leur dit ensuite sous le ton de la confidence qu’ils étaient ce que l’homme moldu a combattu à travers les âges et ce qu’il aura toujours incroyablement terrifié et ce à travers toutes les civilisations possible. Des Mayas aux druides en passant par les catholiques, nous sommes la bête noire de certains moldus qui ne veulent pas croire et refusent de voir.


- Il y en a encore qui aimerait nous voir brûler, murmura-t-il plus pour lui-même que pour le reste de la classe.

Le professeur continua sur l’intolérance des moldus vis-à-vis des sorciers, il ajouta qu’il ne pensait pas que les moldus les traiteront toujours comme des montres. Il dit que certaine famille était recomposée et que la partie sorcière s’entendait très bien avec la partie moldue. Il dit que certain les admirent même car, eux, ils savent les comprendre et regarder au-delà de l’image qu’ils véhiculent à savoir des personnes anormales dotées de pouvoir hors du commun. Mais une autre partie de la population moldue refuse de voir et les méprises à un tel point qu’elle en devient dangereuse pour la survie des Sorciers. Que d’autre on tellement peur d’eux qu’ils pourraient réagir de manière inconsidérée.

Dans tous les cas de figure, annoncer au monde qu’il existe bel et bien des sorciers ça serait bouleverser cette partie sensible de la population moldue. Le professeur ajouta qu’ils verraient cela plus tard en ce qui concerne les réactions de certains groupes religieux. Il leur dit que les moldus n’était pas encore prêt car, ils sont tellement persuadés que les sorciers sont de mauvaises personnes qu’ils pourraient répandre le mal sur la terre. Il continua à parler pendant un moment en accordant dix points à Serdaigle, mais, Alister écoutait vaguement ce qu’il avait à dire, réfléchissant sur ce qui venait d’être dit. Le jeune Poufsouffle écouta avec attention ses camarades de classes, puis il rangea tout ce qu’il avait sur sa table et les mis dans son sac puis se leva, il n’avait jamais fait ça durant un court.


- Excusez-moi monsieur Quint ! Mais votre cours me fait bien rire, dit-il en regardant le professeur droit dans les yeux. Je suis peut-être un peu lent, je vous l’accorde, mais vous avez parlé d’objet inanimé dans la première partie de l’introduction… Vous avez dit qu’un livre venait de lui-même jusqu’à nous n’est-ce pas ? Je ne me trompe pas se sont bien vos mots… Sachez monsieur que d’habitude je ne parle pas comme ça, durant un cours, je suis plutôt réservé et je partage votre point de vue sur les moldus qui ne nous apprécie pas tellement surtout à l’époque du Moyen-Age comme la si bien dit Susan. Seulement, sous votre respect monsieur, je peux vous certifier que même le plus feignant des sorciers dans cette école, n’a pas encore reçu le dont de la télékinésie ! Si un livre doit nous tomber entre les mains c’est que nous aurions utilisés notre baguette, hors, si vous allez à la bibliothèque vous verrez qu’il y a un écriteau, disant qu’il est interdit d’utiliser la magie en ses lieux !, dit-il en reprenant son souffle. Pour ce qui est du reste je vous l’accorde mais c’est toujours à l’aide d’une baguette, pour ce qui est des anciens traitement que l’on a fait subir à nos ancêtres, je vais peut-être vous décevoir mais, la plus part d’entre eux étaient des moldus ! Même pour tout dire un bon nombre et les sorciers qui se faisaient prendre et bien ils survivaient à leur supplice, il y a bien une sorcière qui c’est fait brûler une dizaine de fois, parce qu’elle avait trouvé un sort pour que les flammes la chatouille, évidement elle avait à chaque fois des déguisements différents. En ce qui concerne le Lord c’est un dictateur comme un autre, ce n’est pas parce que c’est un sorcier qu’il est forcément différent d’Hitler ! dit-il en regardant Susan Bones.
****
1577 mots^^

Check 1.618
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Ven 31 Aoû - 23:34

September, largement dépassé par les événements, observait ses élèves intervenir à tour de rôle un peu comme un public dans un match de Roland Garros. Sa tête allait et venait de chaque coin différent de la pièce, écoutant avec patience et intérêt ce que chacun avait à dire.

Il était important que les élèves réagissent face à certains phénomènes de société et le jeune professeur fut heureux de constater que, finalement, il n'avait pas eu à faire à une classe d'endormis mais plutôt d'élèves bien vivants qui souhaitaient s'investir. Soit ! C'était tout ce qu'il avait souhaité, tout ce qu'il avait espéré et rapidement ses propres peurs et angoisses s'envolèrent !

C'était un peu comme se sentir pousser des ailes dans le dos. Si September n'avait pas eu de plafond au-dessus de sa tête, il serait certainement parti vers les cieux, aussi léger que l'air. Il était sur un petit nuage, baignant dans un rêve doux et un peu fou dans lequel tout lui souriait, ses propres espoirs enfin réalisés tandis que ses élèves allaient en poursuivant dans leurs idées et leurs opinions.

Pour un peu, il se serait certainement mis à danser et ce n'était pas vraiment l'envie qui l'en empêchait mais bien le fait qu'il devait rester sérieux. On finirait par lui jeter des tomates, si ce n'est des pierres...
enfin, pour la première fois en presque un an de temps, il avait réussi à accomplir quelque chose de bien, de bénéfique pour la communauté sorcière. C'était un premier pas vers son intégration et son acceptation au sein de leur groupe. Il irait en progressant maintenant, tout moldu qu'il était !


Il prit alors son temps -entre chaque pause que lui octroyaient ses petits orateurs- pour répondre à chacun, prenant soin de leur apporter informations, opinions et idées supplémentaires... tout en s'efforçant d'être précis et concis. Tout à l'heure, il les avait vu relâcher leur attention...

Il se tourna alors vers la charmante Opal McLane et lui répondit, droit dans les yeux :

"C'est une très belle leçon de tolérence et d'acceptation d'autrui, miss McLane ! Vous avez raison, les moldus font ce qu'ils peuvent afin de compenser ce qu'ils n'ont pas par rapport à nous et sont doués d'une incroyable ingénuosité !

Notez cependant -il s'arrêta, pour que tout le monde reprenne sa plume- que, lorsque Copernic -grand chercheur et savant de la Renaissance qui révolutionna l'idée que l'on se faisait des astres- dit que la Terre tournait autour du soleil bon nombre de sorciers s'opposèrent à cette découverte car ils souhaitaient se l'approprier, cherchant à prouver qu'ils avaient fait eux-mêmes ces recherches. A l'époque, bon nombre de sorciers étaient de grands astrologues... Ils ne pouvaient supporter qu'un moldu ait le dernier mot !

Sinon, Miss McLane, il est vrai que cette "haine raciale" et ce conflit entre moldus et sorciers se retrouvent dans un camp... comme dans l'autre !".


A présent, il passa à la petite Elizabeth Harris qui, rassemblant son courage, se décida enfin à parler à son tour. Il eut un léger rire lorsque cette dernière lui dit qu'il n'avait pas prononcé cette phrase.

Pour finir, le jeune homme acquiesça d'un signe de tête pour signifier qu'il avait compris et rétorqua aussi vite :

"Vous posez là des problèmes éminamment épineux et je crois qu'il faudrait toute une ribambelle d'experts, de philosophes et de savants pour en venir réellement à bout. Néanmoins, il est sans doute vrai que des sorciers doivent craindre certains moldus, cela rentre dans l'ordre des choses malgré qu'ils se soient toujours sentis relativement supérieurs par rapport à eux. En effet, les sorciers disposent de la magie. Maaaiiiss, d'un autre côté, les moldus ont parfois des armes bien pires... Peut-être nous tiennent-ils un tant soit peu en respect à présent ?

Maintenant, le fait est de savoir si, effectivement, une cohabitation sera possible entre les deux camps. Remarquez les hommes -qu'ils soient moldus ou sorciers-, à défaut de faire la guerre, préparent la paix. Je ne sais pas pour vous mais je crois que, de chaque côté, nous mettrons tout en oeuvre afin de tâcher de nous accepter et de nous comprendre les uns les autres !

Le monde est en pleine révolution en ce moment. Autrefois, l'on conquérissait des terres, annexait des pays et, à présent, on tâche d'aller vers l'autre, de le comprendre, de saisir son mode de fonctionnement. Et je crois que, malgré leurs différences évidentes et leur puissance commune, ces deux mondes finiront sans doute par apprendre à vivre ensemble ? D'ailleurs, de nos jours, cela n'a-t-il pas déjà commencé ?

Et, je me permets donc de dire que vous avez malheureusement tort, miss étant donné que bon nombre de sorciers se sont ventés d'être supérieurs aux moldus et ont cherché à s'approprier leurs recherches et leurs trouvailles et ce même si elles étaient leurs propres créations. Je vous ai donné l'exemple avec Copernic mais il y en a beaucoup d'autres !

Les précurseurs de l'art Baroque -art venant juste après celui de la Renaissance et établissant des règles de perspectives différentes- ont été accusés d'imposture tout simplement parce que l'on considérait que cet art avait été inventé par les sorciers 100 ou 150 ans avant qu'il ne s'établisse chez les moldus !

Vous voyez ? Encore une manière de réfuter et de s'approprier quelque chose...".


Et, une fois de plus, sitôt le discours terminé, une autre main se levait et demandait la parole. Cette fois-ci, il s'agissait d'une petite de son ancienne maison : Serdaigle. La jeune enfant se mit alors à parler tandis que Quint hochait la tête, la suivant sans un mot et sur un joli sourire.

Il manqua éclater de rire lorsque la petite fille enchaîna questions oratoires sur questions oratoires. C'était tout bonnement touchant de la voir faire des efforts sur sa petite question tandis que lui, en bon prefesseur, était là pour l'évaluer. Une fois encore il la remercia en inclinant la tête et poursuivit :

"Amusant de voir à quel point vous vous mettez tous d'accord, non ? "Non, je ne pense pas que les sorciers veulent s'accaparer les inventions moldus !", "non, pourquoi le feraient-ils puisqu'ils se savent puissants uniquement avec leur magie ?". Eh bien, contre toute attente je puis vous assurer que c'est déjà arrivé et je vais me permettre de vous expliquer pourquoi ! Alors surtout, ne lâchez pas vos plumes !

Comme vous venez de si bien le dire, les sorciers, observant que leurs congénères sans pouvoirs magiques commençaient à faire de grandes découvertes et progressaient dans leur monde, ont commençé à comprendre qu'il serait grand temps de les réduire au silence. Ceci afin d'assurer leur supériorité sur eux de manière à ce que jamais elle ne soit remise en doute, que l'on ne puisse pas penser que des moldus puissent seulement les dépasser !

J'appelle ça "taire le génie". Hey, ouais ! C'est assez ça dans l'idée, non ? Etouffer toute création moldue quelle qu'elle soit pour la rendre sorcière... Bon, bien sûr, toutes n'en ont pas fait l'objet... seulement bon nombre d'entre elles comme le mouvement Baroque ou les théories de Copernic en ont été les victimes. C'est comme cela, et ce de tout temps !".


Il ravala sa salive un instant, reprenant son souffle. Si passionné par son discours, il en avait oublié qu'il était un être vivant et donc qu'il lui fallait respirer. Un peu embarrassé, il s'éclaircit la gorge et donna, au même moment, la parole à une autre élève.

Souriant à Miss Angel Grisham pour ses arguments concis et pertinents il reprit tout de go :

"Je suis d'accord avec vous, ils ont de l'imagination et sont extrêmement doués pour tout ce qui est mécanique, électronique, informatique et j'en passe... On peut dire que le domaine des sciences n'a quasiment plus de secret pour eux et c'est une force non moins négligeable !

(Il prit un ton faussement larmoyant) Mais, oh pitié, ne dites pas qu'ils sont les seuls doués d'une imagination débordante ! Je suis écrivain aussi, d'accord ? Et sorcier qui plus est !".


Il lui rendit un aimable sourire qu'il fit ensuite profiter à toute l'assistance. Etait-ce pour paraître m'as-tu-vu ? Non, September était doté d'une candeur et d'une naïveté telle que l'idée ne lui aurait même pas traversé l'esprit.

"J'apprécie de voir que, en dépit de ce que certains sorciers peuvent dire, vous essayez toujours de les ramener à vous, c'est-à-dire à ce que vous faites en tant que personnes dotées de pouvoirs magiques ! Vous tâchez de montrer qu'en fin de comtpe, avec leurs nouvelles technologies, leur savoir-faire et leur intelligence, ils ne sont pas si éloignés de votre espèce ! C'est tout à fait louable de votre part et, je crois que c'est avec des gens comme vous que nous ne pourrons que progresser !".

Il eut un petit geste embarrassé comme s'il s'était laissé aller à trop parler :

"Soit. Je suis fier de vous en tout cas...".

Mais, à présent, c'était au tour d'une autre jeune jaune et noir de parler. Elle se nommait Susan et parlait promptement en termes clairs et précis. Elle savait ce qu'elle faisait...

September -qui sentait déjà que la gamine avait gêlé son enthousiasme ainsi que l'ambiance- reprit, pour sa part, sans se détâcher de son sourire et avec grande éloquence :

"C'est assurément vrai, Miss Bones. Chacun a raison comme chacun a tord dans l'un ou l'autre de ces deux camps. Et il est clair qu'avec ce genre de mentalités nous n'irons pas bien l...".

Mais, à peine avait-il entamé sa phrase qu'un autre élève -un jaune et noir décidemment. Ils avaient la langue bien pendue à défaut de l'avoir fourchue- commençait à rassembler ses affaires et à se lever de son bureau. September roula des yeux ronds comme des billes et le fixa, interdit, tandis que le jeune homme commençait son monologue.

Assez paniqué par la réaction de ce jeune Poufsouffle, September aurait voulu lui crier de rester à sa place et d'attendre que le cours ait pris fin. Mais ç'eut été mal le connaître, et il fallait avouer qu'il n'en avait pas la carrure ni même le courage...

Au fond de lui, une petite voix lui disait que ce gamin pouvait se retourner et lui envoyer un sort bien sorti ou pire encore une bonne grosse trempe. C'était idiot, c'est vrai, mais cette arrière-pensée demeurait persistante dans son esprit, se reflétant dans sa tête comme le grand écran d'une salle de cinéma.

Alors, le jeune professeur fit de même. Il n'était pas à l'aise et, pour tout dire, la fièvre le gagnait de plus en plus, engourdissant ses mouvements. Il planta dans les yeux du garçon ses pupilles fines et claires et attendit qu'il ait décemment terminé. Une fois cela fait, il fit quelques pas dans sa direction, toujours très calme, comme guidé par une force extérieure autre que sa propre volonté.

Il se planta ainsi face à lui mais tout en gardant une distance respectable, bien campé sur ses jambes et les mains derrière le dos. Son regard ne le quittait pas comme s'il pensait pouvoir encore retenir le jeune Poufsouffle par la force de sa pensée. Il reprit :

"Monsieur Summerby, je comprends votre point de vue. Et suis heureux que mon cours vous fasse autant rire -il esquissa un léger sourire-. ainsi, pardonnez-moi si je vous apparais un peu gauche mais, je vais tâcher de m'expliquer au mieux.

Je ne parlais pas de sorciers "fainéants" comme vous auriez pu le penser mais voulais seulement montrer que, par certains attraits, notre vie était davantage facilitée. -il murmura- Ohh Dieu, j'ai l'impression de me répéter... enfin...

Je ne parlais pas non plus de dons de télékhinésie et j'ai, en effet, ommis de parler de baguette. Je pensais simplement que cela allait de soi, c'est tout...
Quant au fait de ne pas utiliser de magie à la bibliothèque, je crois l'avoir suffisamment parcourue de long en large l'année dernière pour m'en rendre compte. Pour tout vous dire, je me suis même cassé la figure avec ces satanées échelles ! Elles sont bougrement raides !

Certes, Monsieur Summerby, la période du Moyen-Age est particulièrement "obscure" si j'ose dire en ce qui concerne certains "procès" attentés à des sorciers et des sorcières ou alors à de parfaits innocents...

Bon nombre d'historiens moldus se sont d'ailleurs accordés sur ce point : le Moyen-Age est une période sombre au niveau culturel. Seulement, maintenant c'est largement remis en question puisque, durant cette période, l'homme aura fait de brillantes découvertes... surtout sur le plan militaire. Enfin passons...

Cependant, de là à dire que l'on pourrait mettre tous les dictateurs du monde dans le même panier, pardonnez-moi, mais je trouve cela encore un peu léger. Ces personnes, Monsieur Summerby, ont fait des choses atroces et au-delà de l'imaginable et je doute que si vous aviez su exactement ce qu'avait fait Hitler... ou encore Vous-Savez-Qui vous auriez employé ce terme avec autant de facilité !

Sur ce, je me permets de revenir à des choses plus terre-à-terre et vous fais signifier que l'heure n'est malheureusement pas terminée. Aussi, je vous prierai de vous rasseoir !".


Et, sur ces derniers mots, il tourna les talons et en revint à son bureau.
Attrapant au passage une feuille de papier, il griffonna quelques mots dessus puis releva alors le nez vers ses élèves.


"Tout ceux qui se sont manifestés se voient à présent pourvus de 15 points pour leur maison. Mes félicitations !".

Il tourna son regard vers Alister.

"Tout le monde sauf vous, Monsieur Summerby et j'en suis navré. Je ne tolère malheureusement pas ce genre d'insubordination dans mon cours. Je prône l'expression de soi et de ses opinions mais aussi le respect et la discipline, surtout envers un professeur et j'entends à ce que la règle soit aussi appliquée dans mon cours !".

Il nota une dernière chose puis reposa sa plume, levant à nouveau les yeux vers eux.

"Bien. Continuons donc la suite de notre rappel.

J'aimerais que vous alliez vous chercher des livres dans cette armoire-ci intitulés "le monde moldu, études de base" et que vous les ouvriez à la page 21". (il montra une grande armoire vitrée située sur leur gauche) Vous me ferez l'exercice un que nous corrigerons à la fin de ce cours ! Merci !".


*Pendant que je tente de calmer ce fichu rhume...*.

[HJ : 15 points accordés à Opal, Elizabeth, Alyss, Angel et Susan.

Vous avez jusqu'au 5 septembre pour rendre vos exercices Wink ! Ensuite, nous continuerons Very Happy !

Voici les questions que vous y trouverez :

Citation :
1) Citez des inventions communes au monde sorcier et au monde moldu. Faites des phrases.

2) Citez des inventions moldues différentes des inventions sorcières. Faites des phrases.

3) En comparant ce que vous aurez trouvé à la précédente question, expliquez les progrès réalisés par les moldus. Par les sorciers.

4) Analysez ces avancées. En quoi sont-elles intéressantes et enrichissantes pour leur monde et leur société ?


Voila ^^ Good luck !]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Sam 1 Sep - 14:26

La professeur Quint répondit à toute les jeunes filles qui venaient de prendre la parole. Elles était dieu seul sait, oh combien nombreuse et n'avait pas lésiné sur la quantité de choses à dire. Même Elizabeth, qui en début d'heure, n'avait rien compris à la matière, pris la parole et se lança dans l'explication du réponse, et dans le peu d'informations qu'elle avait compris. Le professeur répondit tour à tout à chacune de élèves présentes dans la classe et le moins que l'on puisse dire est que M. Quint était passioné par sa matière. Il répondit à chaque jeune fille par une explication très précise. Vint ensuite le tour d'Elizabeth. Le professeur Quint lui dit que la thèse qu'elle avançait était dans le fond juste mais mais elle était en réalité fausse. En effet, malgré ce que croyait savoir Elizabeth, celui ci lui dit que certains sorciers même bon nombre, s'était vantés d'être à l'origine de telle ou telle invention moldue. Elizabeth n'était pas très convaincu car bon nombre de sorciers aussi ne voulait rien avoir à faire avec les moldus et dénigraient tout ce qu'ils faisait. Ceux qui se vantait donc d'une quelconque invention moldue, était ceux qui éprouvait de l'estime pour eux et pour leur travail, car si ce n'était pas le cas, ils n'iraient pas se vanter d'une chose sans importance.

Mais le professeur Quint su la convaincre dans le sens où il disait que dès qu'un moldu inventai quelques choses, et bien un sorcier se pressait de lui démontrer qu'il avait créer la même chose plusieurs années auparavant. Comme le disait M. Quint, ces sorciers là, s'appropriait des inventions comme cela. Elizabeth parut convaincu mais à l'intérieur d'elle-même, ce n'était pas différent. Elle écouta ensuite ce qu'il avait à dire aux autres élèves qui parlaient. Des élèves de Gryffondor, suivient par une élève de Serdaigle et surtout deux élèves de Poufsouffle. Susan et Allister semblait eux aussi s'investir dans le cours au plus grand bonheur de la première année. Au moins eux, savaient de quoi il parlait car ils avaient 3 ans de plus que les autres et surtout beaucoup plus de maturité pour la réflexion. Susan pris la parole et comme à chaque fois qu'elle parlait, on sentait qu'elle était très instruite sur la matière et sa réponse était bien entendu parfaite. Si avec ça elle ne faisait pas gagner de points. Quand à Allister, de nature si timide, il pris la parole pendant un bon moment à la grande surprise de Elizabeth. Quand celui ci eut finit. Le professuer lui dit qu'il ne lui ajouterai pas de points à cause de son insubordination mais qu'il en rajoutait en tout cas à tout ceux qui venait de prendre la parole. 15 points chacun. Elle était ravie pour Susan mais elle réalisa que elle aussi avait pris la parole, certes pour dire une chose fausse, mais elle avait parlé. Et le professeur avait bel et bien dit 15 points à tout ceux qui avaient participé à pas à ceux qui avait dit quelques choses de juste. Elle était folle de joie d'avoir fait gagner des points alors qu'en début d'heure elle n'avait pour ainsi dire rien compris. Maintenant elle comprenait à présent beaucoup plus de choses et elle savait qu'il ne fallait pas qu'elle relache son attention quelques secondes sinon elle serait litéralement perdue...

Si elle avait bien compté pour ce cours, les Poufsouffles avait autant de points que les Gryffondor grace à Opal et Angel, deux filles de première années. Elizabeth était contente d'avoir su participer intelligement et remporter des points. Le professeur leur dit ensuite d'aller dans une armoire qui se trouvait sur leur gauche et de prendre un livre apellé “Le monde moldu, études de base” et de le prendre à la page 21. Il leur demanda ensuite de faire l'exercice qui était là et Elizabeth se leva donc. Elle alla à l'armoire et se saisit du livre. Elle alla se rasseoir à coté de Susan et pris un morceau de parchemin. Elle commença son exercice et répondit au quatres questions. Des questions en somme assez dure mais Elizabeth ne se découragea pas. Elle se concentra dans son travail et commença à répondre aux questions posées par le professeur Quint.
Elle écrivit le plus possible et une fois qu'elle eut terminé elle regarda sa camarade Susan. Elle attendit ensuite quelques instants pour voir les instructions à suivre pendant ses 15 minutes, d'intense réfléxion qui lui avait donné un petit mal de crane. Elle ne croyait toujours pas qu'elle avait réussi à faire un devoir sur les moldus en comprenant des choses et surtout qu'elle était parvenue à faire gagner 15 points. 15 Points réellement inespérés et injustifiés selon elle car elle avait donné une réponse fausse. Elle se disait que le professeur avait du vouloir recompenser les participants à son cours mais dans tout les cas, Elizabeth, la petite Poufsouffle était contente...



|820 Mots|


Check 819
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Assistant

Parchemins : 1930
Âge : 32 printemps (21 juin 1980)
Actuellement : Assistante de sortilèges


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Sam 1 Sep - 17:55

Quand Alister avait pris la parole, Susan avait ouvert la bouche d’un air stupéfait… Qui vira vite à l’inquiétude la plus vive. Mais il allait se faire dépecer avant la fin de l’heure, si il continuait sur sa lancée ! Pire, Poufsouffle allait perdre des points !
Susan avait donc suivi, avec une angoisse de plus en plus probante, le petit discours de son camarade. Quand il s’était tourné vers elle, ses joues étaient tellement pâles qu’on aurait été en droit de penser qu’elle allait tomber dans les citrouilles. Son cœur manqua d’ailleurs un battement. Mais… Mais qu’est-ce qu’elle avait fait ? Pourquoi l’agressait-il de la sorte ? Elle était une gentille Poufsouffle ! La malheureuse fillette était tellement déboussolée qu’elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Un comble, quand on y pensait ! Elle avait été capable de prendre la parole en classe sans s’effondrer et elle menaçait de se mettre à sangloter parce qu’un de ses camarades la tançait vertement ?

Susan se mordit la lèvre pour retenir les grandes eaux qui menaçaient de déborder. Elle écarquilla les yeux autant qu’elle en était capable et déglutit plusieurs fois de suite pour tenter de les endiguer. Avec succès.
Mais l’intervention de September n’y était certainement pas pour rien. Quinze points donnés à chaque élève ayant participé et aucun points retirés à Alister, voilà qui assurait trente points d’un coup à Poufsouffle ! Un joli petit paquet de diamants.

A cette annonce, le visage chiffonnée de Susan reprit quelques couleurs et une expression bien plus sereine. Elle ne retint toutefois pas un regard en coin en direction d’Alister. Pourvu qu’il n’aille pas faire une bêtise du genre quitter la pièce d’un pas de prince romain orgueilleux et vexé. Mais elle se rassura bien vite : un Poufsouffle ne pouvait pas faire quelque chose d’aussi stupide ! C’était plutôt l’apanage des Gryffondor ou des Serpentard. Comme cette fille, l’an passé, qui avait quitté la classe de divination en envoyant rouler une malheureuse boule de cristal. La copine de Potter… Germione Hanger ? Un prénom imprononçable, en tout cas !

Un peu soulagée, Susan se leva pour aller chercher un livre de cours, comme l’avait demandé September qu’elle considérait à présent avec un peu moins de défiance. Après tout, un professeur qui se montrait aussi généreux ne pouvait pas être foncièrement mauvais, si ?
Non, décida-t-elle, une bonne fois pour toute en regagnant sa place, un ouvrage à la couverture craquelée entre les mains.
Elle secoua la tête pour en chasser ces pensées parasites et, ayant trouvé la page vingt-et-une (entre la page vingt et la page vingt-deux), elle lut plusieurs fois de suite les questions avant de saisir sa plume, un pli soucieux lui barrant le front : de toute évidence, il y avait des pièges et des difficultés dissimulées, dans cet exercice ! Quels vicelards, les auteurs pour scolaires, tout de même !

Après quelques minutes de réflexion, la plume en l’air et la l’air songeur, Susan pencha la tête et commença à remplir son parchemin de son écriture fine et soignée, s’arrêtant de temps à autre, le nez en l’air, pour cogiter.
Quand elle eut fini, elle reposa sa plume et entreprit de relire calmement ses réponses, apportant de temps en temps une correction ou une précision. Quint avait dit qu’ils corrigeraient l’exercice ensemble… Ce qui ne voulait pas dire qu’il n’allait pas ramasser les copies ! Le langage professoral était toujours tordu, il fallait le prendre avec des pincettes.

(582 mots)

Check
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Sam 1 Sep - 19:18

Arrrrrrgggggh... Dennis suffoquait. Comment arriver à suivre? Il n'avait pas eu le temps de se présenter que tout s'nchaîanait.

Néanmoins, une chose positive: le cours était passionant.


[HJ (non compté): Je suis désolé, mais j'ai des soucis avec les "signalateurs" de nouveaux messages, et je viens à peine de me rendre compte que le cours avait avancé depuis mon dernier post. Pardonnez moi si je ralentis le cours... veuillez m'en excuser...]

Dennis écrivit sur son cahier ce que le professeur notait au tableau.
La première phrase leur disait d'ignorer les baguettes. Dennis n'utilisait les sorts quelorsque cela devenait nécéssaire, donc pas soucis de ce côté là.

Ensuite, selon Mr Quint, il fallait tout faire tout seul. Dennis savait être autonome. Mais il n'était pas non plus parfait...

Dennis nota: "1) manière à adopter en société" et posa sa plume pour écouter le prof. Sa voix était captivante, et Dennis semblait plus fasciné que jamais.

Des objets inanimés, Dennis n'en avait pas l'habitude. Il préférait tout ce qui bougeait. Cela allait être difficile.

Puis, la jeune fille qu'il avait heurté un peu avant dans les couloirs posa une question, à propos des fameux tableaux qui bougeaient. Dennis trouva cette question pertinente.

Mr Quint s'intéréssait à toutes leurs remarques. Une Serdaigle fit une remarque tout aussi intéréssante. Mr Quint se lança ensuite dans une grande explication. Dennis semblait un peu perdu, même s'il comprenait tout. Il n'était pas tout le temps d'accord, mais sa timidité l'empêchait de se signaler.


Puis, tout s'enchaînait, les un intervenaient, les autres parlaient, un élève se permit même de polémiquer avec le prof!

Dennis n'en pouvait plus. Il devenait rouge au fur et à mesure que les autres délibéraient sans lui laisser le temps de comprendre.

Il rageait.

Enfin, Mr Quint remit les choses au calme. Il leur donna ensuite un exercice à faire.

Dennis prit sa pume, alla chercher le livre, nota l'intitulé sur une feuille et répondit aux questions. Il manquait d'inspiration et cherchait nerveusement dans le manuel des réponses évidentes. Il était trop inquiet quand à ses questions. Il regrettait de n'avoir rien dit, de n'avoir posé qucune question, de rester toujours sans réponses...

Une fois son exercice terminé, il ne sut s'il devait ou pas intervenir. Il avait peur d'être mal vu, de polémiquer, et surtout de se faire enguirlander.

Mais il osa. Avait-il bien fait?


- Monsieur... Excusez moi... Mais j'ai une question... Peut être impertinente mais bon... Les Moldus, certes, utilisent des machines... Mais ces machines, elles font un peut tout ce que nous, les sorciers, faisont habituellement... Je veux dire les traveaux bêtes et rétondants... Du genre trier, ... Donc pour nous, un simple sort, et hop! Pas besoin de machine! Je ne comprends pas ainsi pourquoi vous dites que ces machines "nuisent" aux sorciers... Enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre, je me suis peut être trompé... Dans ce cas, excusez m'en...

Dennis redoutait la polémique. Il ne supportait pas de créer des histoires. Il espérait que le professeur n'allait pas juger sa question bête et surtout, qu'il n'allait pas l'enguirlander pour avoir osé la poser.



[517 mots]
473 mots sans ton hj, désolé, ton post ne compte pas...

(Oops, excusez moi, j'ai du le compter sans le faire exprès... Pardonnez moi.)


Dernière édition par le Lun 3 Sep - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Dim 2 Sep - 1:49

Klaralye écoutait attentivement le professeur Quint qui répondait patiemment à sa question. Elle se l’était toujours demander et elle était très heureuse d’avoir enfin une réponse de quelqu’un qui si connaissait vraiment. La jeune Gryffondor prenait des notes rapidement sur son parchemin pour toujours avoir la réponse sous les yeux. Elle savait qu’elle allait retenir la réponse mais, elle pouvait quand même prendre des notes, c’était toujours plus pratique et sa fessait bonne impression. Quand le professeur termina ses explications, Klaralye hocha la tête souriant, pour dire qu’elle avait bien compris. Elle avait même compris plus de chose que nécessaire ! Vraiment, il était génial ce professeur. Puis, il demanda de noter d’autre chose à la suite de ce qu’elle avait déjà écrit. Elle ne tarda pas pour être certaine de ne rien manquer de tout ce qu’il disait.

Puis, tout le monde commença à parler en même temps, ce qui donne un léger mal de tête à la jeune Gryffondor. Elle ne suivait tous simplement plus tous ce que tout le monde disait. Une chance pour eux que le professeur est sympathique, McGonagall n’aurait sûrement pas beaucoup apprécié ses interventions. Mais bon, c’était le professeur Quint, sûrement le plus coulant qu’elle n’a jamais eu depuis son arrivé à Poudlard. Vraiment, il était trop bien comme prof ! Klaralye se contenta de griffonner des petites fleurs sur le coin de son parchemin, attendant que tout le monde ait terminé de dire leur opinion. Kla’, elle, préférait ne pas parler. Malheureusement, elle le regretta amèrement quand le professeur donna des points à chaque personne ayant intervenus. Enfin, elle allait sans doute pouvoir se rattraper dans le reste du cours pour en faire gagner un maximum !

Le professeur demanda ensuite de remplis un petit questionnaire dont les questions apparaissaient aux tableaux. Klaralye ne perdit pas un seul instant et commence immédiatement à répondre aux questions. Plus vite elle commencerait, plus vite elle pourrait terminer ! Logique, vous ne trouvez pas ?


Citation :
1) Citez des inventions communes au monde sorcier et au monde moldus. Faites des phrases.
Et bien, d’après ce que na grande sœur m’a expliqué, les sorciers et les moldus utilise les mêmes moyens de contraception. On utilise également les mêmes choses banales, comme les sofa, les livres, les lits!

2) Citez des inventions moldus différentes des inventions sorcières. Faites des phrases.
Difficile cette question … je n’ai jamais vécu dans le monde moldus mais, ils ont des espèces de grosses boîtes en métal qui font défiler plein d’image. Mon père disait que c’était une télé. Y’a aussi ma voiture téléguider ! Je suis sûrement la seule à en posséder une dans le monde sorcier ! Sinon, je n’en ai aucune idée !

3) En comparant ce que vous aurez trouvé à la précédente question, expliquez les progrès réalisés par les moldus. Par les sorciers.
Je ne suis pas certaine de bien comprendre la question mais ; chacun de notre côté, nous inventons de nouvelles choses qui révolutionnent totalement notre monde. On avance chaque un à notre vitesse, les sorciers de servant de leurs dons naturels, les moldus de leur intelligence.

4) Analysez ces avancées. En quoi sont-elles intéressantes et enrichissantes pour leur monde et leur société ?
Et bien, ils peuvent évoluer à leur rythme et, peut-être qu’un jour, ils seront prêt à accepter que nous sommes bel et bien là, mais qu’un est d’aucun danger pour leur population et que l’on veut seulement les aider à avoir une vie plus simple.


Klaralye redéposa sa plume, un peu inquiètes de ses réponses. Elle n’avait pas tout à fait saisi les deux dernières questions, mais avait préféré écrire quelque chose de complètement faux que de laisser des espaces vides. Et puis, c’était seulement le professeur qui les lirait, pas toute la classe entière. Elle jeta un coup d’œil à la copie de Parvati, qui n’avait toujours pas terminé de répondre. Elle avait sûrement les bonnes réponses elle, elle était complètement à l’aise avec les deux mondes. Enfin, Kla’ le serait sûrement à la fin de l’année ! Du moins, c’est son objectif, bien connaître les personnes à qui elle fait si peur !


| 693 mots |


Check 627 mots sans citations (compté réponses mais pas questions de September)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Mer 5 Sep - 16:59

Le cours continua, agrémenté par une l’éclatante repartie d’un Poufsouffle qui ne semblait pas très d’accord avec le professeur…bien mal lui en prit, la riposte de M. Quint ne se laissa pas attendre…sans perdre pied ni une once de bonne humeur il avait remis en place les pièces manquantes et ordonné à l’élève de se rasseoir…compétence et discipline ! Rien à faire…Opal était, d’ores et déjà sûre d’aimer ces cours qui lui offraient une perspective différente de ses deux mondes…Les interventions des autres présents lui laissait entrevoir les carences des uns et des autres…combien d’incompréhension régnant sur le thème !

Mais le moment n’était plus á ces contemplations, il y avait un devoir à faire. Après avoir soigneusement copié les questions sur un parchemin, elle les étudia un moment puis, mouillant sa plume dans l’encrier, s’attaqua aux réponses.


1) Citez des inventions communes au monde sorcier et au monde moldu. Faites des phrases.

D’après ce que j’ai pu comprendre au cours il y a quelques inventions qui sont communes à Moldus et Sorciers.
Bien que je ne crois pas qu’on puisse les qualifier comme étant des inventions mais plutôt comme développement de ce qui existait déjà ,je citerai…le Bien et le Mal…rien ne peut être plus commun à ces deux mondes qui s’affrontent sans cesse, au sein de leurs propres rangs, malmenés par croyances et orgueils, le plus souvent mal entendus.
Tant Sorciers comme Moldus semblons avoir le même ennemi commun : le Mal, incarné par tant d’êtres anonymes ou pas qui veulent pencher la balance vers le côté sombre…je nommerai deux, certainement, les plus célèbres et connus par nous, puisqu’ils ont fait leur apparition dans un temps relativement actuel. Pour les Moldus, personne n’est de plus triste mémoire qu’Adolf Hitler et son plan de Purification de la Race, qui entraîna l’Holocauste pendant une guerre atroce qui entraîna 52.000.000 d’êtres humains à la mort. Pour les Sorciers," Celui qui ne doit pas être nommé", qui, ironies de la vie, a eu une existence très semblable à celle de Hitler…aucun des deux n’était de race pure, ils étaient tous deux des fanatiques dangereux et avaient une énorme influence sur ceux qui suivaient leurs idées …Nazis et Mangemorts !
Heureusement pour nos deux mondes, le Bien est présent et bien que parfois la partie semble perdue d’avance…le Bien et ceux qui luttent sous son étendard s’arrangent toujours pour reprendre le dessus.
Je sais que ce n’est pas exactement de cela que s’agit le devoir mais je n’ai pas pu m’empêcher de toucher à ce thème. Il y a bien sûr d’autres choses qui nous sont communes, par exemple:
L’Astronomie, tant Sorciers comme Moldus l’étudient à fond et font des découvertes sensationnelles, cite les découvertes de Copernic qui ne manquèrent pas de soulever une houle de passions et revendications de part des astronomes Sorciers qui prétendaient avoir mené ces recherches avant lui…Je me demande comment Copernic aurait pu le savoir…
Pour rester dans le contexte du cours, je cite:
L’Art Baroque, encore un point sur lequel existent des revendications du côté Sorcier en prétendant que cet art somptueux, successeur de la Renaissance, aurait été développé par les Sorciers,au moins un siècle avant que les Moldus…encore une fois...je voudrais bien savoir comment les Moldus auraient-ils pu le savoir, le monde Sorcier étant pour eux…une énigme scellée de secrets !

2) Citez des inventions moldues différentes des inventions sorcières. Faites des phrases.

Les Moldus sont sans doute des inventeurs de génie…ils ne possèdent aucune autre « magie » que leur imagination et leur persévérant désir de triompher sur les déconvenues de la vie. Nous avons maints exemples à citer dans ce cas : les avances fulgurantes de la médicine moderne, le développement de la découverte de l’espace,malheureusement l’essor technologique qui accompagne la mise à point de nouvelles armes, chaque fois plus puissantes. Bien entendu, il y a d’autres inventions Moldues qui servent à rendre la vie plus facile et plus agréable aux gens : la télévision, la radio, l’Internet…le four micro-ondes et tant de petites choses amusantes et utiles qui compensent chez les Moldus leur « pathétique » carence de Magie.

3) En comparant ce que vous aurez trouvé à la précédente question, expliquez les progrès réalisés par les moldus. Par les sorciers.

Les Moldus :
Sont allés à la Lune et en sont revenus, à plusieurs reprises.
Ont mis à point des médicaments appelés à guérir beaucoup de maladies qui, il y a moins d’un siècle, provoquaient encore des ravages entre la population, par exemple la pénicilline. Ils peuvent guérir la lèpre, certaines classes de cancer .
Ils ont créé, honte à nous, une arme capable de détruire une grande ville d’un seul éclat : la bombe atomique !
Possèdent un télescope merveilleux qui permet aux Moldus explorer l’espace et avoir une vison magnifique de l’infini : Hubble.
Envoient des sondes à l’espace pour aller au delà de notre système solaire dans le but de chercher d’autres planètes où la vie serait possible.

Ayant vécu toute ma vie du côté Moldu, je dois avouer mon ignorance sur le thème mais je suis sûre que les Sorciers ont fait de découvertes tout aussi intéressantes bien que différentes. Par exemple :
La variété de sortilèges qui permettent aux Sorciers d’attaquer et de se défendre, de faire léviter des objets, de les transformer. De faire du feu et de l’éteindre.
Des potions qui peuvent guérir toute sorte de maux.
Ils ont développé la capacité de se déplacer sur des distances plus ou moins longues, par trasplanation ou en utilisant un portoloin.
Certains sorciers ont le pouvoir de se transformer en un animal : les animagus.


4) Analysez ces avancées. En quoi sont-elles intéressantes et enrichissantes pour leur monde et leur société ?

Chez les Moldus, le monde est médiatisé, tout le monde a accès aux nouvelles pratiquement au moment où elles se passent, information à l’instant des quatre coins du globe ( je ne travaille pas pour CNN).
J’ignore si le fait d’être allés à la Lune apporte quoique ce soit au Moldu commun, dans mon cas, cela n’a en rien changé ma vie ! mais je suppose que c’est une grande avance scientifique…au moins on sait qu’il n’a pas de vie là-haut !
Que les scientifiques et chercheurs moldus aient tant avancé au développement de nouveaux médicaments assure à la population un nouvel espoir de meilleure vie…malheureusement cela n’est que possible dans les pays les plus riches et développés !
Posséder la bombe atomique ne fait qu’équilibrer les forces…de là le problème des politiciens moldus pour maintenir le pouvoir atomique du côté du Bien ( encore là il existe un conflit d’intérêts assez difficile d’élucider…qui sont les Bons et qui les Mauvais !!!)
Regarder l’Espace, découvrir des nouvelles galaxies et possiblement d’autres mondes…de quoi faire rêver n’importe qui ! à mon humble avis…cela nous fait sentir l’étroitesse de notre petite planète et notre insignifiance vis à vis de l’Univers…nous sommes si petits…comment vouloir persévérer dans l’idée que nous sommes seuls !

Chez les Sorciers…je pense que pouvoir faire de la Magie est assez général et donc pas trop étonnant…Réussir bien les différents sort demande de l’étude et de la persévérance mais plus ou moins tous y ont droit. De même pour les Potions…
Comme je l’ai dit auparavant, mon ignorance sur le monde Sorcier est grande et je ne me sens pas trop capable de m’étendre à loisir sur le thème sous peine de fausser mes interprétations et blesser des susceptibilités !

Ereintée, Opal posa la plume et relut ce qu’elle venait d’écrire…ça ressemblait plutôt à une des dissertations qu’écrivait son frère aîné…mais elle ne pouvait pas s’empêcher de se lancer avec des pavés pareils…elle avait besoin de dire tant de choses…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Jeu 6 Sep - 19:38

[HJ : hello à tous !

20 points à tous les élèves ayant participés au devoir : Dennis Caremis, Elizabeth Harris, Angel Grisham, Wendy Scotts, Susan Bones, Alister Summerby, Aelita Stones, Klaralye Jenz et Opal McLane.

Pour le moment, je fais une petite pause afin d’organiser mes cours et… ma rentrée ! Ehh oui, je ne suis qu’un pauvre élève dans une fan moldue qui doit, malheureusement, s’organiser tout seul aussi ! Ne m’en veuillez pas, l’heure est Quintesque ^^ looll !

En ce qui concerne notre progression, je trouve intéressant de faire nos cours sous forme de débat en fait ! J’espère que l’idée vous plait aussi !

N’hésitez pas, non plus, à me faire des suggestions par mp si vous voulez faire quelque chose qui vous intéresse (atelier, sorties, etc…)].



Un à un, les élèves relevèrent leur tête, signe qu’ils avaient terminé. September fixa son regard sur chacun d’entre eux et acquiesça d’un bref signe de tête une fois que chacun eut posé son parchemin sur le coin de la table.

Apparemment, bon nombre s’attendait à ce que le professeur ramasse les copies… mais ce n’était pas exactement ce que le jeune écrivain avait en tête.

L’un d’entre eux, un petit garçon de la maison des Serpentards, osa malgré tout une question juste après avoir terminé son exercice.


« Monsieur... Excusez moi... Mais j'ai une question... Peut être impertinente mais bon... Les Moldus, certes, utilisent des machines... Mais ces machines, elles font un peut tout ce que nous, les sorciers, faisont habituellement... Je veux dire les traveaux bêtes et rétondants... Du genre trier, ... Donc pour nous, un simple sort, et hop! Pas besoin de machine! Je ne comprends pas ainsi pourquoi vous dites que ces machines "nuisent" aux sorciers... Enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre, je me suis peut être trompé... Dans ce cas, excusez m'en... »

September lui sourit. Il était heureux de voir que le petit garçon s’était également intéressé à ce qu’il avait dit et qu’il manifestait à présent sa présence en formulant une question. Le professeur s’empressa de lui répondre :

« Non, en effet, je n’ai pas dit que les machines nuisaient aux sorciers –il eut le regard troublé- à vrai dire, je ne vois pas trop ce que vous entendez par « nuire », en réalité ! ».

Puis, comme l’heure tournait, il en revint à sa classe et déclara tout de go :

« Non, je vous en prie, gardez vos parchemins près de vous. Nous allons corriger cela ensemble ! Je noterai les divers éléments de correction au tableau, vous n’aurez qu’à prendre ses notes là sur votre copie, entendu ? ».

Il prit à nouveau son mouchoir et se moucha dedans, son nez devenant de plus en plus rouge. September cligna des yeux pour en chasser les larmes puis se saisit du manuel qu’il avait gardé sur sa table. L’ouvrant à la bonne page, il reprit, les yeux rivés sur son livre :

« Très bien, question une ! –la petite craie s’exécuta et nota le tout au tableau-

« Citez des inventions communes au monde sorcier et au monde moldu. Faites des phrases ».

Alors là, rien de plus simple ! Le but étant de citer des inventions que moldus et sorciers utilisent dans leurs deux mondes. Par « inventions » j’entendais par là des outils tels que les instruments de cuisine par exemple ou encore les moyens de transport tels que la voiture, le train etc… ».


Il leva son index tout en l’agitant pour insister sur les mots.

« Et j’espère que vous m’aurez fait des phrases ! C’est important de construire une bonne argumentation !

Bon, continuons !

Pour la question deux : « Citez des inventions moldues différentes des inventions sorcières. Faites des phrases ».

Là aussi c’était à peu près la même chose sauf qu’il fallait opposer les trouvailles moldues aux trouvailles sorcières.

Là il y avait un exemple majeur, et je suppose que tout le monde l’aura trouvé –petit clin d’œil… et reniflement à cause du rhume erff- il s’agit de la télévision pour les moldus : une sorte de boîte faite de métal et de plastique par laquelle sont diffusées des images, et grâce à laquelle nous pouvons suivre l’actualités de notre pays et d’autre pays du monde grâce à des chaînes retransmettant ses informations.

Nous, sorciers, avons les photographies qui bougent, sacré différence entre le monde moldu et le nôtre puisque les leurs ne bougent pas !

Nous passons à présent à la trois : « En comparant ce que vous aurez trouvé à la précédente question, expliquez les progrès réalisés par les moldus. Par les sorciers ».

Là il s’agissait de détailler les progrès réalisés par les moldus pour faire avancer leur monde et les progrès réalisés par les sorciers afin de faire progresser le leur, tout en puisant dans les différentes énumérations de la question numéro deux.

Vous voyez ce que je veux dire : la télé pour les moldus et les photographies magiques pour les sorciers, en gros montrer ce que cela leur avait apporté ! Une invention n’est pas exempte de conséquence, les enfants !

Bref, question numéro 4 : Analysez ces avancées. En quoi sont-elles intéressantes et enrichissantes pour leur monde et leur société ?

Comme je viens de vous le dire, une invention n’est pas dénuée de conséquences. L’invention du balai pour les sorciers, par exemple, a permis de voir naître le Quidditch et de faire du vol l’une des matières principales de notre enseignement. Les toutes premières voitures, réalisées par les moldus, ont permises à l’homme de se déplacer bien plus vite !

Cela a eu un impact, vous comprenez ? Les hommes, d’un coup, ont vu leur vie changer. Chez les sorciers, ils étaient davantage protégés du fait de la naissance de nouveaux sorts plus efficaces les uns que les autres et chez les moldus le téléphone permet de relier des milliers de personnes du monde entier entre elles !

Imaginez un peu votre vie si vous n’aviez pas tout cela et que, d’un coup, vous les découvriez. Votre existence ainsi que celles des autres deviendrait radicalement différente !

Notez ceci, c’est une suite du cours afin de vous donner un exemple plus édifiant en terme de progrès ! ».


Il referma son livre et se rassit un peu mieux sur le coin de son bureau –sur lequel il était particulièrement mal à l’aise, enfin…- se penchant vers ses élèves afin de capter toute leur attention.

« Le monde moldu, après avoir essuyé une Seconde Guerre Mondiale particulièrement sanglante, s’est rapidement vu projeté dans une nouvelle ère qui, déjà, commençait à faire son apparition dans les années 1920 à 1930 avec l’arrivée de certaines réformes politiques. Pour vous dire, peu de moldus partaient en vacances et jouissaient du confort qui leur était dû.

Dans les années 50 à 60, l’effet de mode s’est généralisé et c’est là que la télévision a fait sa réelle apparition. Très peu de ménages en avait et, vous diriez cela à un petit moldu il ne vous croirait pas, cet instrument était considéré comme un objet de luxe…

Peu à peu, la vie des moldus a été facilitée ! Tout simplement parce qu’ils ont eu petit à petit accès au confort, à commencer par les loisirs –là-bas, nous ne connaissons pas le Quidditch mais bien des sports tels que le cricket, le baseball ou le football- puis par les vacances !

Ensuite, comme je vous l’ai dit, vinrent la télévision et tous les robots électroniques là pour réaliser les tâches de l’Homme à sa place.

C’est le cas avec la machine à laver, par exemple. Une machine à laver, c’est comme un gros cube en fer avec un trou à l’intérieur dans lequel on met son linge.

Un peu de savon, on appuie sur un bouton et le tour est joué ! La machine lave à votre place. Plus besoin pour certaines ménagères de se mettre à la tâche puisque la machine le faisait pour elles…

Tout ceci pour vous dire que, durant cette première moitié du XX ème siècle, la société aura été métamorphosée par l’arrivée du confort et du bien-être. Le mode de vie des gens a changé ainsi que leurs habitudes. Rien n’a plus été pareil après cela.

Et il a fallu qu’interviennent les clubs de sports, la naissance des vacances et quelques gadgets électroniques pour que la vie prenne un nouveau tournant ! ».


September se redressa un peu mieux sur son siège improvisé, un peu comme un compteur d’histoire repu de la satisfaction qu’aurait apportée son discours.

Il voulut ajouter autre chose lorsqu’il entendit un « gong » profond et sonore juste derrière lui, un joli son métallique qui signifiait pour lui qu’il n’était plus temps d’aller au-delà…

Quint tourna son regard azuré vers la grosse horloge en chêne massif et constata que l’heure était à présent terminée. Un peu déçu mais cependant ému que cette première séance ait si bien fonctionnée, il revint à ses élèves et leur dit tout en se levant :


« La classe est terminée. Je vous invite à rejoindre vos salles de cours le plus vite possible.
Pas de devoir, l’introduction est terminée ! A présent, je prendrai chaque classe séparément et commencerait le cours de manière plus approfondie !

Bien sûr, si certains d’entre vous ont encore des questions, je les invite à venir me rejoindre dans mon bureau et à m’en parler.

Je vous remercie encore d’être venus et vous souhaites à tous une agréable journée ! ».


Il les salua et, d’un geste de main, fit s’ouvrir la porte d’entrée de la salle…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   Sam 8 Sep - 6:19

Klaralye avait terminer de répondre aux questionnaires et attendant patiemment que le cours reprenne. Elle jeta un regard rapide aux morceaux de parchemins des autres et trouva que le sien avait l’air très vide. Mais bon, si elle était ici, c’est pour être capable de le remplir au complet à la fin de l’année scolaire. Il fallait voir positif, c’est très important ! Vous avez remarquez vous que quand on pense positif, tout finis par s’arranger et la vie redevient rose avec des éléphant rose qui vole ? Moi oui ! =) Bref, c’était maintenant l’heure de la correction. ** Zut, si y me demande de répondre, j’vais avoir l’air gourde de dire 2 lignes … ** Klaralye se renfrogna sur sa chaise, espérant se faire remarquer le moins possible. Mais bon, elle était dans la deuxième rangée, fallait pas trop espérer …

Professeur Quint commença la correction sans poser de question au élève. Ouf, Klaralye n’aura pas à répondre ! Elle se redressa sur sa chaise, heureuse de ne plus avoir mal dans le dos. C’est affreusement inconfortable ses chaises de bois … Peut-être devrait-elle demander à McGonagall de lui apprendre à transformer les chaises en sofa ? Sa doit être hyper difficile … Le professeur expliqua la réponse à la première réponse. Est-ce que les moyens de contraception fessaient l’affaire ? Du moins, elle ne poserait pas la question, hors de question ! De quoi elle aurait l’air ? D’une accro … Whooo ! Hors sujet, revenons à nos moutons ! Il répondu ensuite à la deuxième question. Parfait, Klaralye avait encore une bonne réponse et, pour combler le tout, il cita sa réponse comme exemple ! Vous voyez, quand on pense positif ! Question 3 … Sa réponse avait aucun rapport, elle ne fessait que répéter la question … C’est à se demander si Klaralye à un petit pois à la place du cerveau … Il ne manquait plus que la question 4, que Klaralye avait compris, mais seulement à moitié ! Bon, elle avait compris … calcul rapide de son petit pois … le 2.5/4 des questions ! C’était déjà ça…

Monsieur Quint annonça alors une prise de note de cours. Klaralye reprit de nouveau son morceau de parchemins ‘’Note de Cours’’ et mis de côté celui étiqueter ‘’Exercice’’. Puis, le professeur parla, parla, parla … Klaralye n’avait même pas le temps de saisir le sens de ce qu’elle écrivait tellement elle notait vite les explications du professeur. Puis, il s’arrêta. Quelques secondes pour que Kla’ termine d’écrire, elle relut son morceau de parchemin. Etonnant, elle venait d’écrire dans une langue complètement étrangère pour elle. Elle leva la main pour poser une question quand la cloche sonna. Tant pis, elle les poserais aux débuts du prochain cours, ou à quelqu’un qui s’y connaît. Elle fourra toute ses choses dans son sac et se dirigea vers la sortie. Avant de quitter la salle de cours, elle lança un bref « Au revoir Monsieur Quint ! » et quitta en compagnie de Parvati, direction la salle commune, et ensuite, un amusant et passionnant cours d’Histoire de la Magie !


[Partiii]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier cours : rappel [ouvert à tous]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier cours : rappel [ouvert à tous]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Premier cours : rappel [ouvert à tous]
» Premier cours de Physique-Chimie [Noel, Libre]
» Premier cours d'anglais - Prise de contact (Junior/Senior)
» Premier cours d'équitation pour An' [Avec Lorenzo]
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 6 :: Cours année 6-
Sauter vers: