AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Mar 16 Oct - 11:30

September, aujourd'hui, était en pleine forme, plus rayonnant que jamais ! Il avait d'ailleurs bien meilleure mine depuis quelques temps !Mais à présent il brillait, épanoui, heureux plus qu'il ne l'avait jamais été. Pour la journée, il était même arrivé à ses cours en chantonnant, ressassant toujours ce même vieil air "wuthering heights" de Kate Bush.

Sa voix partait d'ailleurs en trilles aiguës à chaque fois qu'il entamait le fameux refrain... Nombre d'élèves et même de professeurs se retournèrent sur son passage non sans se demander quelle sinistre mélodie -qui ressemblait plutôt au cri d'un chat écrasé qu'autre chose...- pouvait parvenir à le faire chanter ainsi. Mais, à vrai dire, peu lui importait. Il aurait pu se faire chasser de chez lui, rencontrer quinze fois dans la même journée Apophis Sykes, être critiqué sur sa manière d'enseigner par Madame Pince rien ne pouvait terrasser son moral d'acier.

Et pour cause ! Quel acoutrement avait-il choisi cette fois-ci ! September semblait fier de ses appartenances moldues et voulait les mettre particulièrement en avant ce jour...
Un bandana noir scindait son front, ébouriffant ses cheveux sur son crâne qui retombaient alors en mèches désordonnées.
Il portait un pantalon baggy beige avec de grosses poches sur les côtés et tatoué sur ses fesses comme pour un tag "Quicksilver". Par-dessus, il avait mis un sous-pull noir caché sous un t-shirt kaki et intentionnellement délavé où l'on pouvait voir, en rouge et en gros plan, la fameuse photo représentant le Ché avec écrit juste en dessous "hasta la victoria siempre".

Bien que pacifiste, le jeune homme aimait assez cette figure emblématique, symbole de tout un pays, toute une époque... Il ne souhaitait pas faire de politique, juste être à la mode... Quelle dérisoire façon d'être une fashion victim ! Sans s'en rendre compte, il apparaissait davantage comme étant déguisé pour un carnaval qu'autre chose. Comme à son habitude, il attirait railleries et messes basses médisantes... Mais, comme de coutume, il s'en moquait !

Un accessoire qu'il ne fallait cependant pas oublier en cette si belle journée de printemps : les lunettes ! Il portait des lunettes de soleil au verre noir masquant la totalité de son regard et orborant exactement la même monture que celle de Dexter Holland du groupe The Offspring -il avait mis du temps avant de trouver exactement les mêmes...

Bref, aujourd'hui promettait d'être une journée à nulle autre pareille car, grâce au Ciel et au soutien de Dumbledore, il avait réussi à introduire un objet typiquement moldu dans l'école. Certains le connaissaient pour l'avoir déjà vu si ce n'est déjà utilisé et il était persuadé que Parvati Patil allait encore se lever de sa chaise et crier "Oh !! Regardez ! Une télévision ! Nous en avons une chez nous aussi !".

Oui car il s'agissait bien là d'une télévision et, grâce à elle, il diffuserait bientôt dans sa salle de classe une sélection de quelques grands films de son cru. Il voulait attirer particulièrement l'attention de ces petits sorciers sur l'importance d'un tel outil chez les personnes dénuées de pouvoirs magiques... Le cinéma était un des moyens les plus connus et les plus influents pour véhiculer une idée ! Presque aussi important qu'un quotidien ou même une chanson. Il espérait qu'ils seraient suffisamment attentifs et intéressés pour ensuite pouvoir en parler librement avec lui.

September s'arrêta un instant dans le couloir et posa un doigt pensif sur son menton. Il cherchait à se rappeler s'il avait oublier quoique ce soit pour son cours et se mit à énumérer les différentes choses dont il avait besoin sur le bout de ses doigts.


*La prise, c'est bon... Le magnétoscope aussi... la télé, Rusard a dit qu'il l'installerait j'ai plus qu'à la brancher sur le secteur euhmm...*.

"Les films !!", s'exclama-t-il.

Et, dans un mouvement fiévreux et précipité, il ouvrit sa serviette... dans laquelle il retrouva aisément ce qu'il cherchait ainsi que les notes qu'il avait composées concernant les différentes diffusions... Rien n'était perdu ! Il disposait de tout !


"J'ai tellement peur d'oublier quoique ce soit que je me fais des frayeurs tout seul !, lança-t-il à voix haute tandis qu'il rangeait tout ce qu'il avait sorti, bon go, la salle de cours maintenant ! Vont m'attendre sinon...".

September pressa le pas mais ce qu'il ne savait pas c'est qu'il avait déjà cinq bonnes minutes de retard sur l'horaire imposé...

***


HJ : Hello à tous et bienvenue dans ce petit débat qui comptera pour votre passage en année supérieure !

Alors attention, je vois déjà la levée de boucliers ! Relax tout le monde Wink. Cela ne vous fera en rien redoubler, points ou pas points ! Je fais cela juste pour le fun alors n'hésitez pas à venir vous amuser ! En somme, ce qui est déterminant "in game" ne l'est pas pour votre progression sur le forum !

Voila en quoi notre petit débat va consister Wink !

Je vais donc le mener et faire en sorte qu'il se déroule exactement comme un cours normal avec questions, réponses et réactions !
Je vous jugerai sur la qualité de votre RP et non sur ce que vous savez des films proposés (ça va, on n'est pas à la Fémis non plus !) ! Vous serez donc notés sur deux choses :

1) La qualité de votre RP : est-il dense, recherché ? Vous investissez-vous dedans ?
2) La qualité de votre message : est-il soigné ? Y a-t-il des fautes d'orthographes ? De grammaire ? Vous êtes-vous relus ? etc...

Les points seront comptabilisés comme suit :

- 60 points pour la qualité de RP -


- 40 points pour la qualité du message -


Sachant que vous n'êtes pas tous sensés avoir vu ce que je vous propose, je ferai une tite fiche résumé des films sélectionnés histoire que vous ne soyez pas trop perdus ! Suis un dingue de cinéma, vous allez être servis !! Avec images et tout Very Happy !

Bref, pour le moment, vous pouvez entrer en classe sans problème. September n'est pas là... Je vous fais donc une brève description de ce que vous voyez.

La salle est égale à elle-même, rien n'a changé, bien qu'elle soit nettoyée et rangée. Le tableau, cependant, a été placé de côté, éloigné du bureau. A sa place vous retrouvez donc une sorte d'énorme boîte noire avec un écran tout aussi sombre. Il s'agit là, pour ceux qui connaissent, d'une télévision. Elle est montée sur un meuble et des fils pendent autour. Pour les connaisseurs, elle n'est tout simplement pas branchée...
Sur les tables vous retrouvez des parchemins vierges, suffisamment pour prendre des notes en cours de débat... Manifestement le maître des lieux n'aura pas voulu que vous gaspillassiez vos propres feuilles...


Voila Wink à vous de commencer ! Je vous laisse deux semaines à compter d'aujourd'hui pour répondre. Ensuite, cela sera clôturé par l'arrivée du professeur dans la salle de classe !

Bon jeu à tous !




September Quint
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Mer 17 Oct - 16:41

Second cours de compréhension intensive des moldus, cours où le cerveau sorcier de la jeune Elizabeth Harris se concentrait beaucoup plus que la normale. Non pas qu’elle soit dotée d’une intelligence sans limites qui lui permettait de comprendre la plus difficile formule de métamorphoses sans jamais se concentrer, mais parce que ce cours lui demandait toute ses capacités intellectuelles et la fatiguait pendant très longtemps après… Mais ça en valait vraiment la peine, car Elizabeth n’aurait jamais imaginé qu’elle puisse comprendre une matière aussi complexe que l’étude des moldus. Et en plus de ça, elle adorait cette matière ! Tant de choses qu’elle ignorait, et qui la passionnait maintenant à un point qu’elle n’aurait jamais imaginé. Qui aurait pu un jour supposer que ces petits êtres dépourvus de pouvoirs magiques pourraient autant fasciner la jeune Poufsouffle ainsi que beaucoup d’élèves de Poudlard ? Personne sans aucun doute… Mais c’était bel et bien le cas… Eli espérait beaucoup pouvoir être capable de se concentrer comme la dernière fois et pouvoir aussi participer en cours. On ne pouvait pas imaginer comment essayer de participer à un cours sans rien comprendre et être félicitée ou du moins remerciée par le professeur était encourageant et gratifiant. C’était comme si Rogue accordait 20 points à Poufsouffle parce que Elizabeth avait réussi une potion sans trop de dégâts Tout simplement… un rêve… Rien qu’un rêve… Mais ce rêve prenait vie en cours d’étude des moldus et ça c’était ce qu’adorait Elizabeth. Durant toute la durée du cours, le professeur Quint savait tenir en haleine ses élèves et leur faire découvrir des choses que la majorité des élèves n’avait jamais entendu parler, même pas en écoutant la gazette du sorcier.

Elizabeth, qui au début du cours ne comprenait absolument rien à tout ce vocabulaire moldu et surtout extrêmement technique pour la jeune fille de 11 ans, avait décidé de laisser tomber l’apprentissage de la matière pour approfondir ses lacunes dans les autres. Mais l’esprit travailleur de la jeune Poufsouffle avait immédiatement repris le dessus et trois secondes plus tard (temps réel), Elizabeth avait décidé de se ressaisir et de se donner à fond dans cette matière comme elle le faisait pour toute. Mais celle là lui tenait tout particulièrement à cœur car elle n’avait réellement aucune disposition pour le monde des moldus et si elle arrivait à convaincre le professeur de ses progrès en la matière, elle aurait doublement gagné. Ne restait plus qu’à convaincre M. Quint qu’elle méritait d’avoir de bonnes notes même si elle était plutôt mal partie. Enfin mal partie, façon de parler, car elle avait néanmoins fait gagner des points à sa maison comme beaucoup d’autres élèves. Bilan assez positif en fin de compte et la jeune fille espérait faire de même durant ce cours ci. Mais ça, personne ne le savait car tout dépendrait de la difficulté du cours et surtout du degré de compréhension dont ferait preuve la jeune première année. Tout restait à voir, à prouver et à démontrer durant ce cours et la jeune Poufsouffle comptait bien donner le meilleur d’elle-même pour ne jamais s’en vouloir dans le futur. Tel était sa devise.

Pour l’heure le cours allait bientôt commencer. La jeune Poufsouffle rassembla donc toute ses affaires dans son sac, se leva de sa chaise et sortit de la salle commune des Poufsouffles, parce que oui, elle y était. Logique me direz vous pour une Poufsouffle qui n’avait pas eu de cours avant… Elle marcha donc seule dans les couloirs des sous-sols, croisant plusieurs Serpentards qui se rendaient dans les cachots. Ils ne firent même pas attention à elle, normal dirai les gens qui connaissaient bien les verts et argents, car ils étaient en 6 ème année et seuls les jeunes serpents étaient assez idiots pour embêter une élève d’une autre maison. Quoi que certains, malgré leur age, restent idiots et continuent à embêter toute sortes d’élèves de maisons différentes. Tel était le mystère des élèves de Serpentards, personne ne les comprendrait jamais… Enfin, pour l’instant, Elizabeth montait les marches qui donnaient au rez–de–chaussée, et arriva plusieurs minutes plus tard au pied des escaliers de Poudlard. On pouvait dire
les escaliers, car rien qu’à eux, ils formaient une grande partie de Poudlard et non des moindres. Maintes péripéties étaient déjà arrivées dans ces escaliers, provoquant retards en cours, points aux maisons retirés et autres attentes inespérées qui se soldaient par une arrivée, plusieurs minutes après, de l’escalier désiré. Elizabeth en avait fait les frais durant son premier cours d’astronomie et elle avait maudit (non c’est pas vrai, Elizabeth aime tout, même les escaliers) tout le temps qu’elle avait perdu. Heureusement pour elle, le professeur Sinistra ne lui avait rien dit pour son arrivée pile à l’heure…

Elizabeth emprunta donc les escaliers mouvants de Poudlard, et cette fois ci, elle atteignit l’étage désiré dans le temps voulu… Elle était à présent devant la salle de Monsieur Quint et personne n’était encore arrivé. En même temps c’était assez normal car la cloche n’avait pas encore sonné et Elizabeth avait délibérément fait exprès de venir en avance, par peur d’arriver en retard au cours à cause des escaliers. La jeune fille vit que la porte de la salle était entrouverte et que personne, élèves parlant, n’était à l’intérieur. Elle frappa donc à la porte et entra, lançant une petite salutation à son professeur.
« Bonjour Pr… » La jeune fille s’interrompit dans sa phrase, voyant qu’elle avait parlé seule. Le proviseur n’était pas présent dans la salle et la jeune Poufsouffle était à présent bel et bien seule. Ne voulant pas ressortir pour des prunes en attendant les autres élèves et surtout pour pouvoir ainsi choisir sa place, la jeune fille décida d’aller s’asseoir. Tout en se dirigeant vers le second rang, Elizabeth vit que la salle était quelque peu différente. On pouvait y voir un grand objet noir sur un meuble avec des fils noirs qui s’en échappent au beau milieu de la salle, à la place du bureau du professeur Quint. Elizabeth se demanda ce que ça pouvait bien être et au lieu de paraître idiote, elle misa tout sur son esprit subtil et pénétrant. Après quelques secondes de réflexion, elle réalisa que cet objet était sûrement un objet moldu ! Qu’est-ce qu’elle était perspicace cette jeune Harris ! Par contre, pour l’utilité de cet objet, elle donnait sa langue au chat, se disant qu’elle le saurait de toute manière tôt ou tard. Préférant garder son énergie cérébrale pour plus tard, la jeune Poufsouffle préféra s’économiser et alla s’asseoir donc, au second rang. Elle garda une place pour son amie Wendy, personne qu’elle voulait absolument dans cette matière, comme dans toute les autres en fait, et sortit ses affaires, attendant patiemment que le professeur Quint, ainsi que tout les autres élèves arrivent…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Mer 17 Oct - 17:07

Dennis se rinça les mains. Beûûûûark! Du sang séché d'arraignée... Celle-là même qu'il avait écrasé cinq minutes plus tôt. Velue, elle était venue le déranger pendant sa brève période quotidienne de repos. Elle était montée sur sa pile de cahier, puis avait grimpé sur sa main, et elle s'était dirigée avec un enthousiasme débordant vers ses cheuveux, dans lequel elle avait trouvé un refuge quelques secondes, avant que Dennis ne se réveille, effrayé, et ne vienne l'écraser d'un geste de réflexe. Lorsqu'il se rendit compte de son geste, il poussa un cri d'horreur, mais c'était trop tard... L'arachnide était déjà un peu partout, il avait même une patte de l'arraignée sur son épaule. Furieux, il s'était dirigé vers les salles de bain, où il avait pris une douche, son T.O.C. y étant pour quelque chose, et il avait ensuite lavé nerveusement ses mains, pour enlever le sang de l'horrible bestiole.

Il remit sa montre, et se dirigea vers la salle commune, conscient qu'il oubliait quelque chose... Mais il ne savait pas quoi. Il ramassa ses affaires, les posa dans son sac nerveusement, et son emploi du temps tomba par terre. Il se baissa pour le ramasser, se disant qu'il aurait peut être l'occasion de découvrir ce qui le tracassait tant. Il vit alors qu'il avait un cours d'Etude des Moldus dans pas plus de cinq minutes...

Vite, il rangea tout, pris son sac, écrabouilla le pied de quelqu'un au passage, s'excusa, sortit de sa salle commune, monta les escaliers quatre à quatre, arriva dans le hall, prit les escaliers à nouveau, monta un bon nombre de marches, entra dans un couloir, et arriva dans la salle de classe, essouflé, et regardant sa montre: il arrivait avec deux secondes d'avance. Pas mal. Il avait sûrement battu un record dans l'Histoire de Poudlard, en faisant le trajet "cachots -> 4-5ème étage" en une minute et cinquante-huit secondes, mais il ne s'en rendit pas compte. Il entra dans la salle, et voyant que le professeur n'était pas là, mais qu'une autre élève de Poufousffle y était.

Il avait envie de ne pas rester seul, la solitude lui faisant beaucoup de maux ces temps ci. Il se dirigea vers la Poufsouffle, lui lançant un regard amical, et, sans paraître indiscret, avec un ton sympathique, amical, il lui dit:


- Bonjour! Mr Quint n'est pas là? Je croyais qu'on devait faire quelque chose de spécial, aujourd'hui... Je peux m'asseoir?

Mais Dennis n'avait pas vu en détail l'ensemble de la pièce. Il vit un écran, qu'il reconnut pour être une télévision, son père, Moldu, étant amateur du petit écran. Le plus étrange, c'était les fils qui pendouillaient, autour, sans être branchés... Apparement, la séance d'aujourd'hui promettait d'être très visuelle..

Il remarqua un morceau de parchemin sur toutes les tables. Il remercia le professeur de cette attention, puisqu'il avait oublié ses feuilles dans la salle commune... Qui seraient sûrement chipées par d'autres Serpentard.

Ah,... La vie sorcière... Que voulez vous, les hommes sont des hommes, sorciers ou moldus, masculins ou féminins... Angéliques ou démoniaques!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Dim 21 Oct - 0:20

Angel arriva au second cours, toujours à la bourre selon son habitude. Depuis tout un temps, c’était à croire une « ralentissevite aiguë » la poursuivait. Elle ne parvenait plus à suivre le rythme des cours comme tout bon élève se devait de le faire. Elle s’installa du mieux possible et entendit le discours du professeur dans un brouillard semi compréhensible.
* hein ? Le cinéma ? *
Voilà un sujet qu’Angel adorait. Elle était passionnée de ces petite boîte appelée télé et était fascinée lorsqu’elle s’installait dans une grande salle obscure face à un écran géant baigné de sons souvent tonitruants.
De quoi allait-on débattre ? Des thèmes proposés aux spectateurs ? De leur fondements, leur forme, leur structure ?
Curieuse comme toute Gryffondor qui se respectait, Angel avait hâte de découvrir ce qui se cachait sous les propos du professeur Quint.

* Pourvu qu’il aborde la thématique, moi j’adore les films de science fiction. Parlera-t-il de Dune ? ça c’est mon dada. Ou de la guerre des étoiles ? Du moment que l’on ne discourt pas trop des tracas théologiques…*
Anxieuse malgré tout, la jeune rouge et or attendit le début du cours.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Mar 23 Oct - 4:23

< Zuuutt! > Klaralye était coucher sur le tapis rouge de son dortoir, regardant à travers le moutons de poussière qui peuplait le dessous de son lit. Mais ou est-ce qu’elle avait mis son bouquin d’étude des moldus ? La dernière fois qu’elle l’avait pris, elle l’avait mis dans sa valise mais, il avait disparu, comme par magie ! Comment avait-elle pu faire pour l’égarée ? C’était pas dans ses habitudes pourtant ! La jeune Gryffondor tapa rageusement du poing sur le sol et releva la tête pour apercevoir des chaussures qui lui était bien familière. < YOANNIE ! > La dénommé sursaute et éclata littéralement de rire en apercevant la jeune Jenz couchée sur le sol, les cheveux mal peigner et l’affreux bouton qui avait choisi le bout de son nez pour faire son apparition. Ouais, sa s’annonçait mouvementé comme lundi ! Bref, la jeune sorcière se releva et secoua son uniforme qui était attaqué par une armée de poussière. Et après on disait que les elfs fessait le ménage … c’était comprenable qu’il ne soit pas payer s’il fessait un travail aussi mauvais. Good luck pour la gamine, une chance qu’elle ne venait pas de dire ça tout haut devant Hermione, elle aurait eu droit à un discours de trois heures sur les droits des elfs de maisons. Bref ! < Rassures-moi Yo’, dis moi que ta vue mon bouquin d’étude moldus dans les passages ?! > Elle devait paraître d’une vraie folle furieuse mais là, le temps lui manquait pour avoir l’air présentable ! Klaralye replaça ses cheveux en écoutant sa jeune amie. < Kla’, respire pas les trous de narines, t’as l’air d’une folle hystérique ! Premièrement, t’as une affreuse pustule sur le nez, t’étais au courant ? > Klaralye plaqua sa main sur son nez, les joues prenant la même teinte que la moquette. Oui, elle l’avait vu, c’était plutôt difficile de faire autrement ! < Mpphhf … > Qu’est-ce qu’elle pouvait répondre d’autre ? Un autre oui jovial aurait parut plutôt déplacer pour le moment ! < T’aurais dû m’le dire puce, j’ai une superbe crème qui les fait disparaître en 30 secondes même pas ! > Aaaahhhh ! Mais c’est que trop vrai ! La maman de Yoannie travaille dans la peau dans le monde moldus. Ouais, c’est une « echtétychienne » ou quelque chose dans le genre, mais Klaralye préférait dire une madame qui travaille dans la peau ! C’est plus simple et beaucoup plus rigolo ! Bref, Yo’ alla chercher sa crème miracle et en appliqua généreusement sur le bout de nez de Klaralye ! < C’est gentil mais j’ai toujours pas mon livre ! > Et là, magie ! Yo’ tassa l’oreiller en cochon de la jeune Jenz et le livre apparut ! Klaralye resta figée durant une demi-seconde, regardant le livre sans comprendre ce qui venait de se passer. < Aaah, mais t’es doué toi ! Merci merci merci, mais là j’dois filer ! > Klaralye lui ficha un bisou rapido presto sur la joue, attrapa son sac encore ouvert et quitta à la course son dortoir.

Klaralye traversa à la vitesse de la lumière la salle commune, et arriva dans un temps record devant la salle de cours. Mais, horreur, elle n’était pas du tout en retard, il manquait encore une foule de gens ! La gamine soupira et alla s’installer près d’Angel, la jeune fille qui avait sauver son honneur lors du souper de bienvenue à Poudlard ! Et, maintenant qu’elle y pense … elle n’avait jamais sut le prénom de la blondinette avec qui elle avait attendue ! Bref, elle souria à Angel en lui adressant la parole doucement. < Mauvaise nouvelle pour toi, tu va devoir me subir pour touuuuuuut le cours ! > Klaralye gloussa et entreprit de défaire son sac, espérant qu’elle n’ait rien échapper en chemin. Elle n’avait même pas pris le temps de le zipper, laissant à découvert tout ce qu’il y avait dedans. Mais, dès qu’elle termina, elle chercha du regard le professeur qui semblait absent. Elle se retourna vers le petit couple déjà présent et leur adressa la parole. Non, en fait elle parlait seulement au Serpentard, refusant catégoriquement de causer avec la lèche-botte Harris. C’était presque surprenant de la voir être arrivée dans les premières ! < Excuse-moi, mais, t’aurais pas vu le professeur Quint quand t’es arriver ? J’aurais quelques choses à lui demander avant le début du cours ! > Elle souria gentiment au jeune homme abordant les couleur vert et argent, attendant toute réponse de sa part. Elle prenait bien soin de ne pas regarder l’affreuse petite peste qui était assis près de lui, ne voulant pas rester traumatiser pour le reste de ses jours. Vous la trouvez méchante Klaralye, détestant une jeune poufsouffle à qui elle n’avait jamais vraiment adressez la parole ? Peut-être, oui … Mais, je peux vous assurez qu’il y a un peu de jalousie caché derrière tout ça ! ;D


{ 83O mOts mes p'tits lOups =) }


FAIT
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministre de la Magie

Parchemins : 1262
Âge : 33 ans ;; 19.09.1979
Actuellement : Ministre de la Magie


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Sam 27 Oct - 0:00

Hermione marchait dans les couloirs, son sac à dos sur les épaules. Elle revenait de la Salle Commune des Gryffondor et se rendait en classe d’Étude des Moldus. La jeune lionne vouait un culte à chaque matière qui était de mise à Poudlard, mais elle aimait vraiment l’Étude des moldus. C’était intéressant, mais surtout pratique. Peut-être pas pour elle, qui côtoyait ce monde depuis qu’elle était bébé, mais pour des élèves de descendance pratiquement juste sorcière, c’était bien intelligent de savoir comment les gens non sorciers vivent et fonctionnent. En plus, Hermione trouvait que c’était une excellente idée, que de s’inscrire à cette matière. Elle était persuadée que le cours pouvait – en quelque sorte du moins – arranger le racisme envers les gens de descendance moldue, comme elle. Du moins, elle espérait que tout ça donne quelque chose. Après tout, si on creusait aussi peu soit-il pour apprendre à connaître les personnes non dotées de pouvoirs magiques, on pouvait se rendre compte que ces personnes étaient très sympathiques…

Mais bon, revenons à nos moutons. La jeune rouge et or marchait toute seule, étant donné qu’elle avait été la seule à prendre cette option cette année. Non, Harry et Ron avaient préférés rester en Divination, cette matière archi nulle. Oui, vous avez bien lu. Hermione – Habituellement du moins – adore pratiquement toutes les matières, sauf une d’entre elles ; La Divination. Pour la jeune brunette, la matière enseignée était trop vaste et pas assez précise. De plus, l’enseignante lui fichait la trouille tellement elle était étrange. Non mais, pour qui elle se prenait, cette Trelawney, à prédire la mort prochaine d’Harry ? Pff, non mais vraiment… D’autant plus que sur douze mois, Harry était à Poudlard – Donc, en sécurité – pendant dix mois !

Donc, comme je le disais, la jeune Hermione revenait de la Salle Commune où elle avait passé son avant midi à faire le peu de devoirs qui lui restait à compléter. Elle s’était installée sur le côté de la cheminée et relaxait en silence, se réchauffant au son doux du crépitement du feu. Après avoir terminé ses devoirs, la jeune demoiselle était montée dans le dortoir des garçons qui faisait une bataille de polochon, au lieu de se concentrer sur la pile – ÉNORME – de devoirs qu’ils avaient à faire. Hermione les avait donc laissé tomber et avait quitté la tour des lions pour arriver – même si elle était en avance, cela ne la dérangeait aucunement – le plus vite possible à son cours d’Étude des Moldus.

Après quelques minutes de marches dans les divers couloirs du septième étage, miss Granger arriva aux escaliers de Poudlard. Ah, ces fameux escaliers, hein ? Comme ça lui en rappelait, des souvenirs… Bref, la jeune Londonienne pris l’un d’eux et arriva assez rapidement à son cours. Lorsqu’elle entra en classe, et découvrit avec une surprise non dissimulée que le Professeur Quint ne fût pas là. Hermione se contenta donc d’hausser les épaules et entra dans la salle de classe, décidée tout de même à prendre place avec les quatre élèves présents. Deux Gryffondor, une Poufousffle et un Serpentard. Étrange… Oô Mais qu’est-ce qu’elle voyait ? Le Serpentard était assis aux CÔTÉS de la Poufsouffle ! Waw, alors là, c’était vraiment étrange – mais dans le bon sens hein ? ^.^

Hermione s’avança aux côtés d’Angel et de Klaralye et leur sourit. Klaralye semblait perturbée par quelque chose tandis que Angel avait l’air fascinée par la télévision qui se trouvait à la place du tableau d’ardoise. Hein, mais qu’est-ce que je viens de dire ? Okay, on fait rewind ! Une télévision ? Oô Alors ils allaient étudier forcément le cinéma aujourd’hui ! Trop chouette ! =) Hermione salua d’un petit ; « Coucou les filles, je viens me joindre à vous ! Ça vous dérange ? » Puis pris place. Elle sortit doucement ses effets et attendit patiemment que le cours débute.


{646 Mots =)}


FAIT


We'll have the days we break, and we'll have the scars to prove it, we'll have the bonds that we save, but we'll have the heart not to lose it. There's so many wars we fought, there's so many things we're not, but with what we have, I promise you that we're marching on.

Meilleure Gryffondor 2017

Hermione Weasley-Granger

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Sam 27 Oct - 17:44

*Rêve*


- Je suis où là ? se demanda-t-elle en voyant un immense portail et des haies de chaque côté de celui-ci.

La jeune fille entendit un bruit et se retourna vivement, ce n’était qu’un paon blanc qui marchait le long de la haie. Elle soupira et le portail s’ouvrir, elle avança dans l’allée qu’elle ne reconnaissait toujours pas tellement l’herbe était haute. Ce n’est qu’une fois qu’elle fut devant la porte de la demeure qu’elle reconnu le manoir des Malefoy.

- Qu’est-ce…, mais, ses mots se perdirent dans sa gorge.

Alors que la porte s’ouvrir sur un Lucius Malefoy assez en colère, qui jeta un regard noir à son épouse qui lui disait de rester de ne pas y aller.

- Aller où ? se demanda-t-elle à haute voix.

Mais, les Malefoy ne l’entendirent pas, c’est alors que Lucius passa près d’elle sans la voir, Aelita fut étonnée qu’il ne réagisse pas. Alors qu’il sorti sa baguette et transplana, le décor changea, la jeune Serdaigle n’était plus sur la propriété des Malefoy. Elle regarda autour d’elle et vit des pierres tombales parsemée et ci et là, elle plaqua une main sur sa bouche quand elle vit plusieurs hommes revêtus de noirs se diriger vers un autre individu. Elle se rapprocha et vit ce qu’elle ne s’attendait pas du tout à voir, il y avait le corps sans vie de Cédric Diggory allongé sur le sol et Harry Potter attaché à une des tombes. Puis elle le vit lui, dans toute sa splendeur comme si il n’avait jamais disparu comme si elle l’avait toujours connu ainsi, l’homme de ses plus terribles cauchemars se tenait devant elle.

- Vol… Voldemort, dit-elle en tremblant de terreur.

Il parlait…, il s’adressait à ses Mangemorts mais Aelita les entendait de loin la seule voix qu’elle perçu fut celle de Lucius Malefoy son sang se glaça et se figea dans ses veines.


*Fin du rêve*


Elle se réveilla en sursaut et se rendit compte qu’elle était entrain de pleurer, elle ne se rappelait pas très bien de son rêve tout était devenu trouble et confus dans son esprit. Elle savait que c’était vrai, ce qu’elle avait vu allait se passer mais, elle n’arrivait plus à remettre les scènes dans l’ordre et plus elle essayait plus elle oubliait des détails. Ses sanglots redoublèrent, sans qu’elle puisse rien y faire, elle eut un frisson quand elle se rappela un bref instant du regard de Lucius Malefoy.

Elle retomba ensuite dans un sommeil sans rêve et se réveilla vers huit heures du matin il était tant qu’elle se lève les cours allaient bientôt commencer. Aelita avait complètement oublié son cauchemar à présent tout ce qui comptait pour elle c’était de ne pas louper l’heure des cours. La jeune Serdaigle passa par la Grande Salle se rua sur sa table prit deux pommes et se dirigea vers la salle d’études des moldus en mangeant l’une d’elle. Une fois devant la porte la pomme n’était plus qu’un trognon, qu’elle jeta dans la corbeille qui se trouvait à l’intérieur de la classe. La jeune fille se dirigea vers le bureau du professeur sans faire attention aux élèves présent et déposa l’autre pomme sur celui-ci. Puis, elle se dirigea vers le fond de la classe comme à son habitude, elle fit un signe de tête à Hermione Granger et ignora totalement les autres élèves.


[562 mots]

FAIT
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Dim 28 Oct - 23:01

Vous avez déjà vu Alice au pays des merveilles ? Vous souvenez-vous du Lapin, avec sa montre qui chantonne et court « En r’tard, en r’tar, j’ai rendez-vous k’ek’part ! Mais je suis enr’atrd, en r’tard, en r’tard ! » Le superbe lapin blanc avec sa veste rouge ?

Et bien, sans les poils blancs, ni la veste rouge, c’est ainsi que l’on pouvait voir Wendy. Courrant dans le couloirs, éternellement en retard (bon en fait, surtout depuis Noël) elle s’essoufflait à son maximum pour arriver à l’heure. Elle ne doutait pas une minute que le Professeur Quint ne lui en voudrait pas d’arriver peut-être cinq, ou peut-être dix minutes en retard, mais pour sa fierté personnelle, aucune minute en trop n’était accordée. D’où les précipitations.

Elle essaya de comprendre comment elle avait réussi à oublier le temps ! Elle était dans la bibliothèque, et ses devoirs écrits de potions étaient tellement ennuyeux et peu compréhensibles pour la petite jaune et noire, qu’elle se serait endormit dessus si elle n’avait pas été à la bibliothèque. Elle aurait dû emprunter ces fichus livres, au lieu de faire son parchemin de rédaction sur place ! Qu’est-ce qu’il y avait de passionnant à étudier les propriétés des bézoards et autres antidotes… Bien entendu, il était intéressant de savoir se soigner en cas d’empoisonnement… Mais quand est-ce que Wendy pourrait mettre ces connaissances à profit ? Jamais sûrement, et encore, elle se trouvait gentille dans la formulation.

Elle rêvassait en écrivant son devoir, peu convaincue déjà elle-même par ce qu’elle écrivait. Le professeur serait sûrement trop heureux de pouvoir lui envoyer une remarque cinglante et de retirer des points à sa maison, en lui rendant son devoir. A moins que les Gryffondor soient encore plus nuls qu’elle, elle allait sentir passer ce coup d’antidotes passer.

Le Rapeltout sur la table se mis alors à luire d’une couleur rouge vif, plus vif que jamais. Il avait été rouge bien plus tôt, bien sur, mais Wendy, trip prise par son devoir nullissime (d’après elle), n’y avait pas prêté attention. Mais maintenant qu’il était si lumineux, il lui était impossible de l’ignorer plus longtemps. Une merveilleuse invention que cette boule qui vous dit que vous avez oublié quelque chose. Merci à sa colocataire de le lui avoir offert. Mais qu’avait-elle oublié cette fois ?

Elle se creusa les méninges un temps, puis décida de laisser le rapeltout dans son coin, pour prendre son emploi du temps. Dès qu’elle posa les yeux sur la case « Etude des Moldus », la boule repris sa couleur neutre. Le cours allait commencer, et Wendy était encore à la bibliothèque !

Voila donc pourquoi elle avait besoin de courir dans les couloirs, pour arriver à l’heure au cours dispensé par le Professeur Quint. Elle n’avait pas été brillante, lors du cours précédent, elle espérait se rattraper à ce cours-ci, histoire de redorer son ego endommagé.

Elle arriva devant la porte de la salle, et entra prudemment. Elle s’étonna de l’absence du professeur, mais encore plus de voir une télévision à la place du tableau ! Très naïvement, Wendy s’adressa à la classe entière et à personne en même temps, et demanda parfaitement étonnée :

« On va regarder la télé pendant le cours ? » Les yeux gros et grands ouverts, elle ne se rendit pas compte au début. Puis un peu honteuse de faire comme si elle connaissait tout le monde, comme si elle ne comprenait rien ou avait oublié que le professeur avait donné le prochain thème, elle rougit violemment (le rapeltout n’avait rien à lui envier) elle baissa les yeux, la main sur la bouche, et se dépêcha de s’asseoir à coté de son amie de Poufsouffle. Elle se fit bossue et tenta au mieux de se cacher le nez dans ses livres, adressant un timide « bonjour » en chemin. Elle n’osa plus lever les yeux ou même se redresser avant que le professeur n’arrive, elle n’avait qu’un souhait : se cacher sous la table et devenir invisible.

[671 mots]

FAIT
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Dim 28 Oct - 23:41

Quelques minutes après que Eli soie arrivée, elle fut rejointe par un camarade de première année. C'était un élève de Serpentard qui n'avait en réalité rien d'un Serpentard. Il était gentil et parfois même drole, constamment souriant, on pouvait dire qu'il était mieux luné que la plupart des vertes et argents. Il arriva dans la salle et s'avança vers Elizabeth. Il demanda à la jeune Poufsouffle si le professeur Quint n'était pas là, vraisemblablement non et lui demanda s'il pouvait s'asseoir. Elizabeth lui fit un grand sourire, sourire qu'elle réservait aux gens bien et donc par conséquent pas aux Serpentard, mais celui là était différents des autres. Elle lui répondit enfin. < Bonjour! Non je ne sais pas où il est. Je suis arrivée la première comme tu peux le voir. Sinon oui bien sûr tu peux t'asseoir! > lui répondit la plus jeune des Harris. Une fois le jeune serpent vert et argent installé à côté de la Poufsouffle, trois autres personnes arrivèrent à la suite. En premier, il s'agissait de Angel Grisham, une très gentille Gryffondor qui participait beaucoup en cours, suivie par une autre Gryffondor, Klaralye Jenz, poursuiveuse de l'équipe des Gryffondor au Quidditch et pour finir, Hermione Granger, une quatrième année amie de Harry Potter, le célèbre survivant de celui-dont -on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Quand la première année, la deuxième année puis la quatrième année de la maison Gryffondor furent arrivées, une autre élève fit son apparation.
C'était Aelita Stones, l'attrapeuse experte des Serdaigles.Une joueuse qui n'avait plus rien à prouver à personne et surtout pas à son équipe. Elle arriva donc dans la salle et se dirigea donc vers le fond de la salle, adressant un unique signe de tête à Hermione Granger, la jeune Gryffondor. Elizabeth restait donc assise tranquillement sur sa chaise, sortant ses affaires au compte goûte. L'encrier était à présent sur la table et elle voulait attendre encore un peu avant de tout sortir. Ca lui ferait une occupation en attendant le professeur Quint. Si un autre élève la voyait faire... quelle honte. Quelques instants plus tard, Elizabeth ne fut plus la seule Poufsouffle de la salle. Wendy arriva en toute hate, visiblement effrayée d'être arrivée en retard, mais heureusement pour elle, elle ne l'était pas. La jeune fille jeta un coup d'oeil vers l'espèce de grosse boite noire qui trônait à la place du bureau du professeur Quint et qui laissait échapper plusieurs fils. La jeune poursuiveuse, car oui maintenant Wendy n'était plus gardienne mais bel et bien poursuiveuse, une excellente poursuiveuse même, fit un commentaire que Elizabeth ne compris pas trop...
< On va regarder quoi? La tait-laid ? Tu parle de la boîte noire? > Elizabeth n'avait pas pris le soin de saluer son amie en lui parlant directement car elles avaient passée toute la matinée ensemble dans les différents cours qu'ils avaient eu. Eli ne comrpenait pas grand chose à cette remarque mais elle savait toutefois que son amie avait des origines moldus et c'était pour elle une matière où elle dépassait très largement son amie. Non pas qu'Elizabeth soie nulle (enfin, c'était ce qu'elle espérait) mais parce qu'elle ne comrpenait quasiment rien à cette matière...

O°o 529 Mots o°O


FAIT 526
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   Mar 30 Oct - 21:55

Alister était dans sa salle commune réveillé depuis un bon moment il contemplait le plafond de son lit se demandant quand est-ce que son dernier colocataire de dortoir allait sortir de la salle de bain pour lui laisser la place. Ca faisait bien plus d’une heure qu’il y était enfermé, Alister avait craint à un moment que celui-ci c’était trouvé mal mais, non il entendait des bruits suffisant pour savoir qu’il était toujours bien vivant. Il soupira en plaçant ses deux bras sous sa tête, il était sûr qu’il arriverait en retard si le jeune homme ne se dépêchait pas un peu plus. A peine avait il songeait à cela que son colocataire sortit avec un essuie autour de la taille, Alister qui c’était levé l’avait contemplé abasourdit que le jeune homme ne c’était pas habillé.

*Il met une plombe dans la salle de bain et quand il en sort c’est pour être presque nu*, se dit-il en prenant ses affaires et en entrant à son tour dans la salle de bain.

A peine eut il le temps d’y mettre un pied que l’autre lui dit avec un léger sourire qu’il avait prit toute l’eau chaude. C’est avec une mine renfrognée qu’il entra dans la pièce et claqua la porte derrière lui, il ne vit pas la tête stupéfaite de son voisin de chambre qui n’avait jamais vu Alister dans un état pareil. Il se mit sous la douche sans attendre reçu le jet glacé de l’eau sur ses cheveux puis sur sa peau pâle, des frissons lui parcoururent tout le corps alors qu’il essayait de se laver le plus vite possible. Une fois en dehors de la douche qui le réveilla bien plus qu’il ne l’était déjà le jeune Poufsouffle s’habilla trouvant ses vêtements chaud et agréable à porter pour la première fois depuis qu’il était à Poudlard. Il s’avait que ses colocataires ne l’aimaient pas trop pour son physique androgyne mais jamais il ne lui avait fait la moindre défaveur, à part aujourd’hui.

Une fois, qu’il fut près il descendit dans la salle commune ou quelques élèves se retournèrent sur son passage. Il alla jusqu’à la grande salle prit un bol de chocolat chaud sans regarder les moindres élèves, puis il se dirigea vers le cours d’études des moldus. En arrivant il vit qu’il y avait déjà pas mal de personnes installées, il se dirigea alors vers le premier banc comme à son habitude, il fut surpris en voyant qu’une jeune fille y était elle aussi installée. Il se tourna vers la classe et vit Elizabeth Harris, il lui fit un léger signe de tête ainsi qu’un léger sourire. Puis il se pencha vers la jeune fille qui venait de parler pour demander à l’assembler si ils allaient regarder la télévision pendant le cours. Elizabeth lui demanda alors si elle parlait de la boîte noire, le jeune homme se retourna alors vers Elizabeth.


- C’est exact Miss…, euh…, Elizabeth, lui dit-il en rougissant quelque peu. C’est ce qu’on appel une télévision communément chez les moldus, dit-il en se retournant vers l’autre jeune fille qui était de sa maison. Excusez-moi mais, verriez vous un quelconque inconvénient à ce que je prenne place près de vous ?, lui demanda-t-il en la regardant droit dans les yeux.

Alister c’était adressé à la jeune fille en se penchant très légèrement afin de ne pas être mal à l’aise si la jeune fille ne voulait pas de lui près d’elle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Débat : L'influence du cinéma sur le quotidien moldu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La mort la plus lente de tout le cinéma : Sortez le pop-corn
» L’impunité au quotidien
» L'ambassadeur Fritz Cinéas précise
» Allons au cinéma ce soir...
» Les couples célèbres du cinéma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 6 :: Cours année 6-
Sauter vers: