AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Le QG du Lord [PV les Mangemorts]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyJeu 10 Jan - 19:42

Queudver était assis à ses pieds comme un bon petit chien qui attend les ordres de son maître. Il contemplait entre ses doigts gourds et crochus de lourdes chaînes rouillées rattachées à des menottes solides et abimées. Il leva ainsi un regard intrigué vers le Lord qui pianotait pensivement sur le bras de son fauteuil face à un feu d'enfer garnissant la cheminée. Voldemort ne parut pas remarquer le visage inquiet que lui tendait son disciple et fit mine de n'y attacher aucune importance. Ce n'est que lorsque l'autre soupira qu'il daigna reporter ses yeux reptiliens sur lui.

"Qui y a t-il, Queudver ? Fit-il toujours de cette voix sifflante, voila bien des heures et des heures que tu contemples ces fers sans cesser de geindre... -il leva la main et le petit homme crut qu'il allait l'abattre sur lui... mais Tom ne s'en servit qu'afin d'attiser le feu- Tu devrais pourtant savoir qu'elles ne te sont pas destinées...".

Le rat leva sur le serpent un regard d'autant plus troublé et son maître s'en amusa. Un léger sourire triomphant glissa sur ses lèvres et il reprit, tournant ses yeux vers l'âtre.

"Je les réserve pour quelqu'un d'autre qui devra se montrer très persuasif s'il ne veut pas subir à nouveau d'endoloris...".

"De... de qui parlez-vous, maître ?".

Peter était tout entier tourné vers lui et avait posé ses deux grosses mains poisseusses sur le rebord du fauteuil. Tom plantant ses prunelles dans les siennes, véritables crochets de crotale, laissa échapper un long et penible sifflement... Décidemment, ce Mangemort ne comprendrait jamais rien. Vulgaire serpillère qu'il employait à son bon plaisir. Ah, mais où pouvait se trouver ses véritables serviteurs ? Ceux qui avaient défendu sa cause avec fierté et courage ? Il ne lui restait plus que ruine et désolation, pantins qu'il manipulait à sa guise...

"Je parle du petit Sang-de-Bourbe, claironna-t-il avant de ricaner sèchement, celui-là et personne d'autre. Il faut encore le tenir en laisse quelques temps...".

Puis il laissa retomber sa main squelettique sur le plat du crâne de Queudver, comme l'on ferait avec un chien que l'on récompenserait. Peter semblait apprécier cette attention et répondait en de grands et larges sourires sur de grands yeux débordant d'admiration. Il aurait tout fait pour son maître. D'ailleurs, n'avait-il pas déjà tout fait ?
Tom Jedusor poussa un nouveau soupir de lassitude et releva sa main. Avoir une quelconque affection pour ce débri malmenait son coeur et sa raison plus que toute autre chose... Comment pouvait-il encore regarder ce cancrelat en face ? Si seulement les autres étaient là...


"Bellatrix et Rodolphus Lestrange, Avery Senior, Wilkes, Rookwood, Montgomery Sykes... Tous ces Mangemorts absents, des êtres d'exception... La plupart sont morts, tués par d'autres Mages Blancs, des défenseurs acharnés du Bien ! Des hommes et des femmes méritants, Queudver !".

"Oui, maître. Vraiment méritants, maître !".

"Pas comme ces... Malfoy, ces... Severus Rogue, ces... Archibald Waxler ! Tous ceux qui se sont détournés de moi au moment où j'avais besoin d'eux !".

"Oui, maître ! Continua Peter d'une voix grinçante et suppliante, des mauvaises personnes, très mauvaises ! Des traîtres !".

"Des traîtres, comme tu dis...".

"Moi je n'en suis pas un, maître...", et il se colla un peu plus contre la main du Seigneur des Ténèbres. Comme s'il venait d'être brûlé, celui-ci la retira aussitôt.

"Tu n'en es pas un, mais beaucoup le sont. Les Stones devront me prouver leur fidélité à présent que leur père est mort... J'attends beaucoup de cette famille ! Quant à Rabastan, ingénieux Rabastan -il eut un pâle sourire- il a montré qu'il était digne de mon estime en s'échappant de la sorte d'Azkaban -il coula un agréable sourire à Queudver-. Je ne me rappelle plus... Il est le premier ou le deuxième à s'être évadé ?".

"Le deuxième, maître. Le premier était Black !".

Et comme de peur d'en avoir trop dit, Peter se décala de côté tout en se protégeant la tête. Son maître ne tenta rien, restant calme, dur et froid. Il reprit après une brève minute d'un silence tendu :

"Rabastan a été très impressionnant en usant d'une pareille stratégie... Je m'amuse encore rien qu'à penser que ce crétin d'Apophis Sykes of Woodbury ait pu tomber dedans. -prit soudain d'une idée, il baissa les yeux vers Queudver- Sais-tu si Honoria of Woodbury sera présente ce soir ?".

Le pauvre petit rat se tortilla d'un pied sur l'autre, frottant ses grosses mains grasse sur son gilet étriqué. Il semblait chercher dans sa mémoire, se remémorant la liste des convives... pour finir par répondre en hochant fermement la tête :

"Elle sera là, maître. Elle sera là...".

Et un nouveau silence s'abattit, lourd comme du plomb et insupportable pour Queudver. Il y voyait là comme un très mauvais présage et partait du principe qu'il valait mieux ne laisser aucune seconde à Voldemort pour réfléchir...

Pour finir, son maître posa ses doigts rachitiques sur ses mains, caressant du pouce les fers qu'il tenait. Il plongea ses yeux de serpent dans les siens.


"Quand Archibald Waxler sera là, propose-lui ces chaînes afin d'attacher September Quint...".

Il se renfonça péniblement dans son siège.

"Il en aura besoin...".

Peter Pettigrow acquiesça d'un signe de tête puis tourna ses yeux vers les deux grandes doubles portes afin de guetter les premiers arrivants. Un léger frisson le parcourut. Malgré le feu ronflant l'atmosphère était glaciale et n'empêchait pas les courants d'air de passer au travers des fenêtres brisées. La pièce était vaste, toute parcourue de marbre et ne rendait pas cet endroit plus chaleureux pour autant...

Ils avaient tous reçu leur convocation par hibou interposé, Voldemort faisant se déplacer Pettigrow lorsqu'il jugeait que son courrier risquait d'être intercepté. Il l'avait fait pour Rabastan, pour Honoria, pour les Malfoy, pour les Stones et même pour Avery Jr. Les autres avaient tous bénéficié d'une missive noire qu'il leur fallait activer grâce à un sort spécial impliquant la Magie Noire et qui résidait en une seul et même formule "revelitas tenebris". La lettre formait ensuite les contours d'une tête de mort faite de brume qui leur dictait les instructions à suivre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptySam 12 Jan - 2:10

A des kilomètres de Londres, près de la frontière écossaise, une brume glacée flottait au-dessus des eaux de la rivière qui serpentait entre les berges envahies de mauvaises herbes. Une immense cheminée, vestige d'une usine désaffectée, se dressait comme une ombre menaçante. Il n'y avait aucun son en dehors du murmure de l'eau noire et aucun signe de vie à part un renard décharné qui s'avançait furtivement sur la rive pour venir renifler avec espoir de vieux emballages de nourritures abandonnées dans les hautes herbes.

A cet instant, avec un léger pop, deux étranges silhouettes, surgies de nulle part, apparurent au bord de la rivière, la tête enveloppée d'un capuchon. Le renard se figea, fixant d'un regard méfiant l'étrange phénomène. Pendant quelques instants, la première silhouette, légèrement plus grande que la seconde, sembla examiner les alentours puis s'éloigna à pas légers et rapides, sa longe cape bruissant au-dessus des herbes.

"Suis moi."

Une voix grave retentit dans l'ombre et fit sursauter le renard qui s'était tapi, presque à plat ventre, dans les broussailles. Il bondit de sa cachette et remonta précipitamment la berge. Il y eut alors un éclat de lumière verte, un glapissement et le renard tomba en arrière, mort. La première silhouette observa alors le renard pendant un instant puis reprit son chemin en direction du lieu de rendez-vous, suivie de près par la seconde silhouette.

"Fais toi discret", ordonna Archibald Waxler sans donner plus de détails.

*Le Seigneur des Ténèbres ne devait pas demander à le voir si tôt, quelque chose est arrivée... P*tain de m*rde, il est pas prêt !*

Flashback

Plongé dans un sommeil qui semblait profond, Archibald, allongé sur un lit miteux, ronflait paisiblement. Quint se trouvait à quelques mètres de lui, toujours debout, l'air fatigué. Waxler lui avait donné l'ordre de s'entraîner à un sortilège qu'il n'avait pas réussi à maîtriser jusqu'au petit matin, sans aucune interruption. Le disciple du Mangemort se devait donc d'obéir au risque de subir le traitement qu'avait pris l'habitude de lui infliger Archibald lorsque celui-ci refusait d'obéir. Une bonne correction ne faisait jamais de mal...

Tandis que September pratiquait le sortilège de l'Impérium sur une araignée, un hibou grand duc apparut à l'entrée de la grotte avant de s'y engouffrer, déterminé. Réveillé par le bruit monstre que faisait la bête, Waxler, la mine revêche, se dirigea alors vers le hibou, l'air absent.

"Ta gueule c*nnard !"

Il fit un geste obscène de la main à l'écrivain qui avait continué à s'entraîner malgré l'arrivée de l'étrange lettre. Récupérant la missive noire que portait l'animal sur sa patte, il la contempla pendant un long moment, l'air songeur tandis que la bête quittait les lieux qu'elle avait investis quelques minutes auparavant.

"C'est le Seigneur des Ténèbres..." Murmura Waxler pour lui-même.

Le Lord venait enfin de le contacter. Allait-il lui révéler des informations importantes ? Une partie de ces plans encore mystérieux pour Archibald ? Aucune idée... Une seule chose était sûre, il ne tenait plus en place. Prononcant fébrilement la formule qui lui permettait de lire ce genre de missives, il attendit un instant avant que la voix suraigüe du Lord ne retentisse dans la grotte tel un grondement menaçant.

"Manoir Shadley, à la frontière de l'Ecosse. Tu viendras avec le colis."

Toute l'excitation et la fébrilité qui avait habité Archibald auparavant l'avait quitté. Une réunion, une simple réunion. Voilà qui était absolument puéril... Qui plus est, il voulait voir Quint avant la fin de son apprentissage. Que sa passait-il du côté du Seigneur des Ténèbres ? Pourquoi ? Pourquoi l'écrivain était-il si important ?

"Prépare toi, nous partons... Annonça Waxler à Quint. Nous partons", répéta-t-il pour lui-même dans un murmure.

Flashback

Ils marchèrent alors ainsi pendant plus d'une heure sans arrêt, sans qu'aucun son ne soit prononcé pour enfin arriver, après avoir pris un petit tournant, sur un chemin bordé à gauche par des mûriers sauvages aux tiges hautes et, à droite, par une haute haie plutôt mal taillée. Les longues capes des deux hommes ondulaient autour de leurs chevilles au rythme de leurs pas.

"Nous allons bientôt arriver... Dit Archibald d'un ton sec. C'est enfin le grand soir, n'est-ce pas Quint ? Tu vas prouver au Seigneur des Ténèbres que tu es digne d'être compté parmi ses lèches-culs. Waxler ricana un instant et reprit, l'air plus sérieux, cette fois-ci. Après ça, tu n'auras plus à me considérer comme ton mentor. Je serais un simple compagnon d'armes, tu piges ? Le Mangemort éclata d'un grand rire démentiel. Bien sûr, tu n'as toujours pas le niveau, mon niveau... Néanmoins, tu peux te débrouiller avec ce que je t'ai appris... Simple comme bonjour, n'est-ce pas ?"

Archibald conclut sa phrase calmement puis se tût. Ils tournèrent à droite, dans une large allée qui s'éloignait du chemin. La haute haie suivit la même courbe, s'étendant au loin, par-delà l'impressionnant portail de fer forgé qui barrait la route des deux hommes. Ni l'un ni l'autre ne ralentit l'allure. Sans un mot, ils levèrent le bras gauche dans une sorte de salut et traversèrent la grille comme si le métal sombre n'était qu'un rideau de fumée.

Tout au bout de l'allée, un manoir délabré se dessina dans l'obscurité. Les fenêtres étaient brisées, il ne semblait pas y avoir grande activité à l'intérieur de la demeure. Quelque part dans le parc obscur, au-delà de la haie, on entendait le chant d'une fontaine. Des graviers crissèrent sous leurs semelles lorsqu'ils se hâtèrent en direction de la porte qui pivota vers l'intérieur à leur approche, bien qu'apparemment personne ne l'eût ouverte.

Le hall d'entrée, faiblement éclairé, était vaste et très poussiéreux. Un tapis miteux recouvrait en grande partie le sol de pierre. Les portraits au teint pâle accrochés aux murs suivirent des yeux les deux hommes qui marchaient à grand pas. Waxler et Quint s'arrêtèrent devant une lourde porte de bois qui menait dans la pièce voisine. Ils hésitèrent un bref instant puis le Mangemort tourna la poignée rouillée.

Le salon était désert. Autour d'une longue table, plusieurs chaises étaient encore libres, hormis celle du fond. La seule source de lumière venait d'un feu qui ronflait dans la cheminée sous un manteau de marbre qui avait du être à une époque splendide. Waxler et Quint s'attardèrent un moment sur le seuil de la porte tandis qu'ils s'habituaient à la faible lumière. Archibald décida alors de prendre la parole pour annoncer leur arrivée, même si, il en était sûr, le Seigneur des Ténèbres avait du sentir leur présence depuis qu'ils avaient franchis les grilles.

"Maître, je suis là. J'ai amené avec moi l'écrivain, comme convenu."

Le Seigneur des Ténèbres ne répondit pas. L'ambiance qui régnait dans la pièce était pesante et glaciale. La tension en était presque palpable. Waxler était sur le qui-vive, craignant de se faire descendre à tout moment. Il savait pertinemment qu'il était considéré comme un traître. Il l'avait su dès l'instant où on lui avait confié Quint, dès l'instant où Lucius s'était avancé vers lui, un sourire satisfait accroché aux lèvres, pour lui annoncer qu'il ne devait pas se présenter au retour du Lord. Dès l'instant où il lui avait demandé avec un temps claironnant de se consacrer exclusivement à l'apprentissage de September. Dès le moment où on lui avait appris que tout dépendait de l'écrivain et que s'il ne réussissait pas sa mission, il périrait...

"Tenez Waxler, enchaîner cette ignominie", dit une petite voix fluette.

Archibald baissa les yeux vers la petite silhouette de Pettigrow. Il observa le rat avec dégoût, tandis que celui-ci trépignait d'impatience à l'idée de voir September enchaîné.


"Ce ne sera pas nécessaire Pettigrow, tu peux ranger tes jouets."

Le Mangemort jeta un coup d'oeil furtif à Quint puis reporta son attention sur Peter Pettigrow tandis qu'il rejoignait le Seigneur des Ténèbres tel un chien qui rejoint son maître. Il semblait déçu par la réponse d'Archibald mais n'en dit rien. Il connaissait les grands pouvoirs de Waxler, tout comme ceux du Lord qui l'était encore plus. La hiérarchie suivait la règle de la jungle : c'est le plus fort qui l'emporte.

*Il va me faire attendre encore longtemps comme ça...*

Archibald était toujours debout. Tant que le Seigneur des Ténèbres ne lui avait pas demandé de s'installer, il était inutile de faire le moindre geste...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyVen 18 Jan - 17:44

Tandis qu'Archibald et lui-même marchaient vers l'imposante bâtisse que son maître lui avait désigné, September Quint était resté silencieux. Il s'était entraîné durement, avait fait tous ses efforts et, à présent, le jour tant attendu était enfin arrivé. Ce jour où il serait face à face avec le Lord en personne et où il ne serait plus un anonyme.

Des milliers de pensées ce bousculaient dans la tête de l'écrivain, toutes aussi contradictoires les unes que les autres. Ses pires craintes, par la même occasion, commençaient à l'envahir au fur et à mesure qu'il gravissait une longue et sinueuse allée menant droit vers les portes de bois du manoir. L'endroit semblait désert et abandonné et nul doute qu'une personne n'ayant pas été averti par invitation aurait rebroussé chemin. Il n'y avait aucun intérêt à rester dans un pareil endroit.

Archibald Waxler brisa le silence de son ton laconique et offrit à Quint son plus odieux sourire. Il lui parlait de ce "grand soir" qui était enfin arrivé. September aurait enfin le privilège de devenir un des soufifres du Seigneur des Ténèbres. Le jeune homme blond arqua un étrange sourire et ajouta :


"Vous n'aimez décidemment pas être à ses bottes !".

Et Waxler de conclure par une chose qui ne laissa pas le futur Mangemort indifférent :

"Après ça, tu n'auras plus à me considérer comme ton mentor. Je serais un simple compagnon d'armes, tu piges ?".

Ohh oui, pour le comprendre il le comprenait. Il avait su, de prime abord, que Waxler n'était là qu'afin de l'instruire et qu'il ne serait pas éternellement lié à lui ni même éternellement redevable. Non, sa dette était ailleurs et le faisait davantage frémir sachant la grandeur et la puissance du personnage qui le tenait entre ses griffes.

Archibald, comme il le disait si bien, n'était qu'un pion parmi tant d'autres qui, malgré ses faux airs de Mangemort nonchalant et blasé, avait bien dû répondre à l'appel ventre à terre. L'écrivain jeta un bref regard en coin à son mentor tandis que ce dernier se gaussait de sa Toute-Puissante Force Destructrice. Une bien belle arme... lorsqu'elle ne servait qu'à soi-même. Comprimé dans l'étau de la servitude, combien Waxler valait-il vraiment ?

Ils passèrent la porte qui s'ouvrit en un grincement et atterrirent dans un hall immense fait de marbre et de bois. De longues et poussiéreuses tapisseries en recouvraient les murs tandis que des portaits vieux et pâlis par le temps les suivaient d'un regard incongru. September ne leur adressa pas un regard de peur de n'être saisi d'effroi en observant leur horrible laideur. Il avait l'impression qu'ils étaient comme le reflet de ce qu'il était en train de devenir. Il frissonna...


Comme s'il venait de rentrer chez lui, Waxler poussa une autre porte qui les menèrent rapidement jusqu'à un immense salon poussiéreux et délabré. Seule une grande table trônait avec ses sièges, avide apparemment de compter de nouveaux invités. Dans le fond, une cheminée diffusait les pâles rayons d'un feu mourrant tandis que sur un feuteuil une silhouette noire et voûtée se dessinait. Une, plus petite et plus trapue, vint immédiatement les rejoindre. September plissa le nez en voyant arriver l'énergumène dont la physionomie était proche de celle du rat... Waxler se mit alors à parler d'une voix claire, interpellant son maître et brisant toutes les considérations dégoûtées à la vue de cet étrange Mangemort. Ce dernier leur tendit même un sourire des plus charitables mais aussi des plus sinistres, avançant entre ses pattes noueuses des chaines lourdes et rouillées.

"Tenez Waxler, enchaîner cette ignominie", et son oeil glauque de petit gringalet empestant la sueur se porta sur Quint. Le jeune homme recula d'un pas. "L'ignominie", c'était lui !

Il ne savait si sa décision découlait de la conversation qu'ils venaient d'avoir ou si Waxler avait eu pitié de son élève ; toujours fut-il que September ne fut pas enchaîné et évita ainsi une humiliation de plus. Laquelle viendrait suite à cela ? Des insultes ? Des coups ? Il se remettait à peine du lynchage qu'il avait subi quelques semaines auparavant lui infligeant d'horrible meurtrisures rendant son mariage plus pénible encore. Pettigrow approcha son vilain nez et le considéra de haut en bas, comme un animal reniflant un inconnu pour s'assurer qu'il est inoffensif. Quint détourna le regard, son coeur battant furieusement dans sa poitrine. Ses yeux limpides voulurent s'attarder sur Voldemort mais il n'en eut guère le temps...


"Ce petit est nécessaire au Lord, je ne voulais pas qu'il s'échappe !" Grinça Peter en coulant un regard mauvais à Waxler. Il s'éloigna et revint s'installer tout près de son maître, au coin du feu. September, quant à lui, lança un lourd regard à son mentor. Il ne savait par là s'il y trahissait une quelconque reconnaissance.

"Aahh, bien mal avisés ceux qui se détournent du Seigneur des Ténèbres ! Poursuivit Pettigrow d'un ton monocorde sans cesser de fixer Waxler, ils se retrouvent le plus souvent à être eux-mêmes enchaînés pour leur bêtise et leur insolence !". Mais le rat de mauvais augure s'arrêta sur le champ... Le feu venait de gronder dans un ronflement proche de celui de l'enfer. Et Voldemort avait à peine levé le petit doigt...

Par politesse (ou par prudence ?) Archibald restait debout, attendant visiblement qu'on l'autorise à s'asseoir. September ne voulut offenser personne et préféra se tenir aux côtés de son maître dans l'attente qu'on veuille bien les installer...

Un étrange couinement métallique se fit entendre suivit d'une porte qui claque. Le jeune écrivain tourna brusquement ses yeux vers la nouvelle personne qui venait de faire irruption...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyVen 18 Jan - 18:10

"Aahh, bien mal avisés ceux qui se détournent du Seigneur des Ténèbres ! Ils se retrouvent le plus souvent à être eux-mêmes enchaînés pour leur bêtise et leur insolence !".

A ces mots, le Lors serra le poing, et les braises de la cheminée se mirent à grogner comme s'il s'eut agit d'un véritable dragon. Le petit Mangemort empoté se tut immédiatement et vint le rejoindre, en bon domestique qu'il était...
Voldemort ne jeta pas même un regard aux nouveaux venus. A vrai dire, et même si Waxler apparaissait comme plus puissant et plus aguerri, ils les considéraient tous les deux d'égaux à égaux. L'un ne valait pas l'autre, vulgaire chair à canon dont il se servirait à sa guise... essentiellement le petit September.

Tom pianota sur le rebord de son fauteuil et esquissa un geste bref, négligé et dédaigneux. Sa voix rauque et sifflante perça l'épais et embarrassant silence.


"Ton acolythe et toi, Archibald, prendrez un siège dès que tout le monde sera arrivé. Des personnes de hauts rangs seront présentes et je n'aimerais pas qu'elles vous trouvent assises avant elles !".

La porte grinça au même instant et les flammes de l'âtre vascillèrent très nettement, feufollets se reflétant dans les pupilles mortes de l'homme à tête de serpent. Voldemort esquissa un bref rictus.

"En parlant d'une personne de haut rang...".

Chacun pouvait voir la silhouette sombre et svelte qui s'avançait vers eux d'un pas dégagé, aérien. Elle semblait marcher comme sur un nuage, véritable apparition sépulcrale. Elle était tout de noir vêtue et un voile poque masquait son visage mieux que n'importe quel masque de Mangemort. En la voyant arriver, le Lord ne fit aucune remarque quant à son accoutrement et demanda à Pettigrow de tourner légèrement son fauteuil afin qu'il puisse la voir. Le rat s'exécuta bien vite...

La femme s'arrêta à hauteur de Waxler et de Quint et leur adressa un bref signe de tête, humble et calme. Elle en revint à son maître et vint à s'agenouiller devant lui. Elle releva son voile, comme en pleine communion avec lui, puis posa un délicat baiser sur les phalanges de sa main droite. Le Lord lui sourit et opina lentement du chef. Ses yeux ternes et sans vie accrochèrent un instant la créature qui abaissait à présent son voile en toute pudicité.

"Lady Honoria of Woodbury, quel plaisir exquis que de vous voir ici parmi nous malgré le malheur qui vous accable...".

La femme sembla baisser la tête puis répliqua d'une voix douce et froide, aussi profonde et caressante que du velours.

"Rien n'aurait pu entraver ma venue ici, mon Maître. Et, malgré la mort de mon mari, je m'engage pleinement à assurer la relève et à continuer le combat...".

Elle sembla adresser un bref regard à Waxler puis ce dernier se détourna pour s'attarder sur Quint et Pettigrow.

"J'ai su que Rabastan Lestrange serait parmi nous et je m'en réjouis ! Enfin quelqu'un digne de confiance et sur lequel nous pourrons nous reposer !".

Elle s'attarda une fois de plus sur Archibald puis, tout en inclinant gracieusement la tête vers lui, s'empressa de se trouver un siège avant de s'asseoir. Le Lord laissa échapper un sourire sardonique :

"C'est l'exacte vérité, Lady of Woodbury. Rabastan est la dernière personne sur laquelle je puis encore compter... Et sans le bon sens de votre fils, il...".

"Mon maître, ne parlez donc pas de lui ! -elle chassa cette horrible pensée comme s'il s'eut agit d'une mouche et reprit d'un ton plus bas- Il n'est pas nécessaire d'y revenir...".

Puis elle baissa la tête sur ses mains gantées de noir, reprenant un silence presque méditatif. Ce fut à Pettigrow d'ajouter son grain de sel...

"Les faibles... On devrait tous les faire payer ! -il lança un regard à Waxler puis inclina la tête afin de quémander l'appui de son maître- n'est-ce pas, maître ?".

Voldemort lui accorda une brève et indifférente caresse. Son regard était ailleurs, fuyant, sa bouche plissée comme sur une moue mauvaise. Il paraissait absent...

"Nous attendrons les autres et, finalement, commencerons.

Mais je vois déjà se hâter des vers rampants qui n'auraient pas à être là...".
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyVen 18 Jan - 23:59

Il n'en avait pas eu vent. Personne, d'ailleurs, ne s'était cru obligé de lui en parler mais lorsqu'il croisa Lucius dans une des ruelles sombres de l'Allée des Embrumes et que ce dernier se venta d'avoir participé à l'avénement du Lord, Sid ne put s'empêcher de pousser sa curiosité un peu plus loin. Le temps n'était plus aux réflexions indécises et il avait perdu trop de temps à peser le pour et le contre dans une telle affaire. Il devait faire comme à son habitude : suivre son instinct de façon à ce que les limites stériles et grotesques soient dépassées et, à cela, il comptait bien s'y tenir.

Et c'est ce qu'il fit ce même soir, quittant une chambre qui, dorénavant, ne lui serait plus d'aucune utilité. Il plia bagage ne laissant derrière lui que de vieilles frusques, un carnet jauni par le temps et un bocal ou trois papillons de nuit étaient en train de rendre l'âme, étouffés par le couvercle émertiquement fermé... Cette nuit-là, Sid Avery Junior, digne fils et glorieuse relève de Sid Avery Senior, s'effaçait sans payer ni sans dire adieu pour revenir à une vie qui lui avait toujours tendu les bras. Ou peut-être pas... De toute manière, il la forçerait à les rouvrir !

Il avait été formé pour cela et, tandis qu'il évoluait à travers les rues sinistres, croisant mendiants et sorciers délabrés, son esprit vagabondait au rythme de ses souvenirs -projection magnifique qu'il se faisait à l'esprit. Le jeune homme sourit, un air particulièrement malicieux frappant son visage de farfadet. Il passa une main dans ses cheveux courts et blonds puis s'engagea à travers une autre ruelle. Il y faisait déjà plus sombre et, d'un coup de baguette magique, il s'empressa de se rendre à l'adresse indiqué par ce mas-tu-vu de Malefoy.


*"Tu devrais t'y rendre, Avery. Après tout, tu y as autant ta place que j'y ai la mienne !".

Le pauvre garçon au visage amaigri et au teint si blaffard était recrocquevillé sur le pas d'une porte. Il dévorait ce qui semblait tant le contenter : ses ongles, réduit à l'état d'infime corde tant il se faisait du souci. Il avec le traque, quoi ! Et Lucius n'y arrangeait rien de rien !

"Et si je veux pas me barrer, Lucius ? Si je veux rester ici ?" Avait-il répliqué d'une voix de chien battu, toujours sur la défensive. Malefoy avait esquissé un geste et cela lui avait valu de se tourner de côté de peur qu'il ne lui mette sa main au collet...

"Comme tu voudras, persifla le Mangemort, en attendant tu patauges toujours aussi bien dans la fange, Avery !".

Puis il était parti, récoiffant une légère mèche revêche et courroucée qui lui était tombée sur la tempe, n'adressant pas même un regard à son compatriote. Sans un mot, Sid l'avait vu disparaître dans la brûme comme un fantôme... Son pouce était rongé jusqu'au sang.*

Junior examina avec intention le manoir abandonné et sa grille toute rouillée. Par ses vitres et ses pierres émoussées, il gardait un certain charme. Voldemort avait vu juste en choisissant cet endroit... Peu de personne viendrait à le chercher là...
Il passa les grilles avec autant d'aisance que September et Archibald l'avaient fait quelques minutes plus tôt, traversant les barreaux comme s'il avait été aussi consistant qu'une épaisse fumée. Arrivé à l'intérieure, il monta l'allée gravillonnée jusqu'à arriver aux énormes double porte. Il se demandait encore qui avait bien pu être invité à la petite fête...

Il tendit sa baguette vers la poignée mais l'imposant panneau de bois bascula de lui-même et lui céda passage. Junior, tout en lui offrant un regard étrangement reconnaissant, inclinant légèrement du chef et passa à son tour. A présent il se trouvait dans un vieux hall... presque aussi ancien et poussiéreux que son propre père. Il se serait plu dans une telle atmosphère, le vieux machin !
Junior étouffa d'une main un ricanement mesquin puis continua, se dirigeant vers une porte légèrement entrouverte. La Marque sur son bras commença à le picoter un peu plus sévèrement.


"Du calme, proféra-t-il à son encontre, du calme... Je sais que tu le ressens, je le ressens moi aussi ! Il n'est pas loin, il est tout proche ! -il frola doucement son avant-bras endolori et laissa un sourire contenté s'étaler sur son visage- Oui, tu vas le voir, fais-moi confiance...".

Un pas se fit puis un autre de plus et Avery poussa légèrement la porte qui le séparait du reste des convives. Il ne s'aventura pas au-delà cependant, convaincu que sa présence était loin d'être désirée. Il s'imposait et il adorait ça, certain qu'en d'autres circonstances et si le Destin l'avait voulu autrement ils se seraient tous mis à quatre pattes pour venir le saluer, lui, le substitut de Sid Senior.

Il cala nonchalamment son épaule contre le chambranle de la porte, laissant la faible luminosité du hall dessinner sur le plancher l'ombre de son corps. Les mains dans les poches d'un habit de parade élimé et étriqué, il fixait de son grand regard sombre les personnes déjà présentes.

Il en reconnaissait quelques unes et ne se sentait pas finalement en reste de ne pas se savoir le bienvenu. D'après ce qu'il pouvait constater, les fervents admirateurs du Lord n'étaient pas encore là et il ne comptait alors à sa réunion que les plus bas soufifres... notamment ce Waxler et ce Pettigrow, pure vermine que celle-là ! Ses mains se renfonçèrent un peu plus dans le fond de son pantalon bleu marine et taché.


"Si, en ces lieux, l'on aurait pu me faire croire,
Que ce soir, parmi vous autres, j'aurais pu voir,
Les créatures les plus curieuses ainsi que les plus diverses,
J'aurais sans doute tourner le dos et fait chemin inverse !".


Puis, comme si ce salon était spectacle et les convives ses spectateurs, il s'avança vers eux en véritable maître de cérémonie, empreint d'une puissante, d'une écoeurante bonhommie.

"Mais que vois-je et mon regard s'arrête,
Sur une personne qui, ma foi, me semble bien sujette,
A quelque tristesse et à une douleur affreuse,
Qui me fait plaindre en mon coeur cette pauvre malheureuse !".


Il s'approcha d'elle, s'inclinant humblement.

"Honoria of Woodbury, reconnaissable entre toutes,
Qui porte si bien le deuil, ça ne fait aucun doute...".


Il s'accorda un sourire pincé et approcha sa main afin de saisir la sienne. La veuve ne lui offrit qu'à contre-coeur et il y déposa à peine la pointe de ses lèvres. Sid se retourna alors vers une personne qu'il n'avait pas pu ignorer et qu'il n'oublierait pas de sitôt.

"Comme les années sont lointaines et le temps bien injuste,
J'ai été éloigné et, bien sûr, comme de juste,
On laisse la vermine peu à peu s'installer...".


Il glissa lentement jusqu'à lui s'accrochant à ses épaules comme un clown amusé de ses pitreries. Avery souriait, ses petites dents bien alignées à quelques centimètres du visage de son compère. Il embraya :

"Pas trop dur à porter ton fardeau de sang-de-bourbe, Waxler ? Il me semble que, comme cinquième roue du carrosse, tu fais très bien l'affaire !".

Il lui flanqua une dernière et grande frappe dans le dos puis s'éloigna à nouveau comme un véritable farfadet. Il vint à s'adosser contre le rebord de la table, y posant ses mains afin de prendre appui. Son sourire de pitre s'élargit davantage tandis que les lueurs des flammes se reflétait sur son visage lunaire. Sid Avery continua :

"Belle bande de canards boîteux ce soir, c'est la fête !

Mon séjour fut si long que je connais même pas la moitié d'entre vous ! Remarquez, pas besoin de consulter les cartes pour deviner que le tableau ici présent est loin d'être reluisant !".


Il entreprit de s'asseoir sur la table et poussa sur ses bras comme pour un véritable numéro d'équilibriste. Afin d'épargner à l'assemblée quelque regard mauvais, il leur afficha son plus beau et plus convaincant sourire.

"Heureusement je suis là pour redorer un peu le blason. Ca ne fera pas de mal à notre petite communauté, hein ?

Fallait pas me croire mort ou disparu ! Je suis là et bien là ! Suffisait de demander pour que j'accourre, pas vrai ?".


Et il claqua dans ses mains.

"Bon ! Maintenant que tout le monde est présent à cette petite sauterie, où est la graille qu'on s'amuse ?

Parce que croyez pas que tous nos potes vont rapliquer dans la seconde, ça, ça serait mal les connaître !
Ou peut-être les Lestranges qui sait ? Ah non, j'oubliais ! Enchaînés à leur fichue cellule, ils auront du mal à répondre "présent" !

C'est vrai ou c'est faux ? Car autant être honnête ! si tout le monde est là c'est uniquement car vous aurez fait comme moi, mes amis !
Alors évitez de me sortir vos tronches de déterrés pas contents, regardez-moi biiienn dans les yeux et avouez-le moi !",
il accentua cette phrase en les écarquillant et en hochant lentement et longuement la tête.

"Qui a rapporté la bièraubeurre ?".

S'ensuivit un long et large sourire qu'il ne put épargner, observant le reste des invités d'un regard survolté, les mains plaquées sur ses cuisses dans l'attente d'une réponse...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptySam 19 Jan - 21:31

Trois petits elfes, trois petits elfes aux yeux crevés.
Trottinaient-menu, trottinaient-menu après leur destin scellé.
Quand aiguisant son couteau le Mangemort, pas à pas s'approche et leur tranche la tête.
A-t-on jamais rien vu de plus affreux que trois petits elfes sans yeux ni têtes ?


Ces quelques paroles bien macabres résonnaient de manière angoissante dans le vieux Manoir Ecossais des Lestrange, les échos se répercutant à tous les étages en se mêlant aux horribles rires suraigus de leur propriétaire. Ca et là gisaient les corps de trois Aurors. L'un avait les yeux crevés, les deux autres n'avaient plus de tête. Le Mangemort riait tout seul depuis un bon moment déjà, allongé sur le dos sur le sol poussiéreux de l'immense salon plongé dans une semi-pénombre. Les bras écartés, tout comme ses jambes, il formait une sorte d'étoile humaine secouée de spasmes euphoriques incontrolable. Hihihi ! Il les avait tous tué ! Couic ! Et deux yeux de percés ! Couic ! Plus de tête ! Et Splash ! Du sang partout ! Partout partout partout ! Et trois nouvelles baguettes dans la collection personnelle de Rabastan ! Hihihi !

Faire surveiller son Manoir... Les imbéciles ! Ahahahah ! Comme si trois petits elfes pouvaient arrêter le gros serpent qu'il était ?! Toutes gobées les vermines ! Hihihi ! Se tordant de rire tel un enfant se moquant d'un de ses camarades, le Mangemort pointa du doigt le plafond, comme s'il y voyait quelque chose d'invisible pour les autres.


Trois petits elfes, trois petits elfes aux yeux crevés.
Trottinaient-menu, trottinaient-menu après leur destin scellé.
Quand aiguisant son couteau le Mangemort, pas à pas s'approche et leur tranche la tête.
A-t-on jamais rien vu de plus affreux que trois petits elfes sans yeux ni têtes ?


Ses yeux pleuraient tellement il ne pouvait s'arrêter de rigoler. C'était plus fort que lui. Soudain il tourna la tête sur sa gauche.

"Oh, t'as de beaux yeux tu sais ! Hihihi !"


Inutile d'attendre une réponse venant d'un cadavre sans yeux. Il y avait seulement deux trous entourés de sang coagulé. Mais pourtant, Rabastan avait entretenu la conversation depuis qu'il les avait massacré avec l'un de ses nombreux sabres Japonnais. Il tourna la tête de l'autre côté et adressa un grand sourire à la tête coupée gisant dans une marre de sang, et dont les grands yeux avaient virés au blanc laiteux. La langue pendait négligemment au bord des lèvres. Hihihi ! C'était charmant ! Le Mangemort détraqué repartit dans un fou-rire suraigu qui envahit une fois de plus le Manoir entier. Ses cris euphoriques résonnèrent sur plusieurs secondes, comme si plusieurs personnes rigolaient en même temps avec un léger décalage.

"Tututululu ! Et de un ! Et de deux ! Et de trois ! Rabastan est le Roi !"


Avec sa baguette, le fugitif désigna la deuxième tête décapitée un peu plus loin à ses pieds et la fit léviter pour ensuite la lancer en haut des escaliers, qu'elle dévala en suivant en exécutant des petits rebonds. Les murs et les marches furent éclaboussés de sang.

"Et bim badaboum ! Une tête qui roule et qui déboule !"


La tête arrêta sa course à ses pieds, et le Mangemort se redressa en position assise, comme un enfant assis dans un bac à sable. Pouffant toujours de rire, il mit sa main devant sa bouche, comme s'il ne voulait pas paraître impoli devant la tête éclatée par terre.

"Tu as une de ces mines mon ami ! Aurais-tu perdu la tête ? Hihihi !"


Puis il se releva avec agilité, et shouta dedans de toute ses forces avec son pied. Son expression avait subitement changée et il semblait à présent terriblement en colère.

"Non mais c'est quoi ce bordel hein ? Je n'ai rien contre le fait de recevoir de la visite, mais un minimum de politesse est demandée ! ON ENTRE PAS CHEZ LES GENS QUAND ILS NE SONT PAS LA !"


La tête cassa un carreau en passant par la fenêtre et alla terminer sa course dans le jardin. D'un geste vif, Rabastan tira sa veste vers le bas pour la remettre correctement. Il épousseta ses manches et se dirigea vers le porte-manteau d'où il prit sa longue cape noire. Il était temps d'y aller. Pettigrow lui avait tout expliqué quand à l'endroit et l'heure. Cette vermine rondelette... Pathétique ! Mettant son masque de Mangemort et rabattant sa capuche sur sa tête, Rabastan se saisit de sa canne qu'il avait au préalablement bricolée un peu pour y introduire une épée fine et bien aiguisée. Qu'il venait de tester sur les Aurors vous vous en doutez. Sa baguette dans une main et l'épée dans l'autre, le combat avait été un véritable jeu d'enfant à gagner.

"Bon, je peux compter sur vous pour garde la maison, hein ? Accueillez vos petits amis comme il se doit..."


Un dernier petit sourire déjanté en direction du cadavre sans yeux et de la tête à côtés desquels il s'était allongé tout à l'heure, agrémenté d'une révérence pompeuse, et le fugitif transplana, se doutant bien que son Manoir n'allait pas tarder à être le théâtre d'une nouvelle arrivée d'Aurors dans peu de temps. Il arriva juste devant une grille, qu'il franchit grâce à sa Marque des Ténèbres. Il ne s'attarda pas à observer le paysage. Il faisait nuit, et puis il connaissait déjà le lieu. La porte d'entrée s'ouvrit à son approche. Il était si impatient. Son Maître, son unique mentor, son guide... Hihihi ! Comme les prochains évènements allaient être jouissifs maintenant qu'il était de retour ! Des bruits de voix se firent entendre, et Rabastan ralentit l'allure, se faisant plus discret. Il enleva son masque et laissa tomber sa capuche dans son dos. Il observa quelques instant dans l'ombre ce qui se passait dans la pièce. Waxler, Honoria, Pettigrow, ils étaient déjà là... Et qui osait donc parler avec ce ton si désinvolte et moqueur en présence du Lord ?

Rabastan siffla entre ses dents sous le coup d'un subit dégoût. Il avait osé blasphémer contre son nom ! Ouvrant doucement la porte, le Mangemort s'avança à son tour dans la pièce, prenant garde à arriver dans le dos de cet insolent Avery. Comme une ombre menaçante, il se plaça derrière lui, assis sur la table comme un benet et lui dit d'une voix aigu, empreinte de folie :


"Moi, je réponds présent Junior !"


Et sur ces mots, il l'agrippa par le col et le balança à terre en le faisant tomber de la table, avant de se jeter sur lui en sortant sa fine épée de sa canne qu'il colla contre l'un de ses yeux en rigolant.

"Hihihi ! Je te regarde assez bien dans les yeux là, Junior ? Hihihi, dis-moi, dis-moi... comment peux-tu oser insulter le nom de ma famille, hein ? Mieux encore, comment oses-tu te comporter de cette manière en présence de ton Maître ?! Ce n'est pas très poli tout ça, et si tu savais à quel point l'impolitesse me déplaît... Hihihi... Trois petits elfes... Couic ! Décapités !"


Ses rires ressemblaient plus à des soubresauts qu'autre chose, quoi qu'il en soit, il se releva soudainement du morveux et lui asséna un coup brutal avec sa canne. Puis il se tourna vers Waxler qu'il salua d'un signe de tête. Puis vers Honoria, dont il prit la main pour l'effleurer de ses lèvres rieuses mais respectueuses. En relevant la tête, il la regarda dans les yeux avec une complicité plus qu'évidente pour eux deux, étant donné tout ce qui les reliait. Apophys, le pacte pour le maintenir en vie, etc... Il ne s'attarda pas sur Quint. Il n'était rien pour lui. Mais il savait qu'il comptait pour le Lord, ou plutôt pour ses plans. Puis il se tourna finalement vers la sombre silhouette de son Maître vénéré, devant qui il s'inclina sans oser le regarder en face. Cela aurait été un affront.

"Maître, pardonnez cette entrée mais je me devais de corriger cet impertinent."


Il était toujours surprenant de voir à quelle vitesse Rabastan pouvait changer d'humeur. Il s'était adressé au Mage Noir avec un sérieux et un respect qui étaient totalement opposés à son état mental d'il y a à peine quelques secondes plus tôt. Le cadet des Lestrange ne supportait pas Avery. Il avait eut beaucoup de respect pour Avery Senior, mais ce résidu de gamineries infâmes le mettait hors de lui ! A faire son malin, franchement, des fois, il se demandait ce qu'il faisait dans les rangs du Mage Noir... Le Mangemort resta ainsi incliné en attendant uen réponse de son Maître.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyLun 21 Jan - 18:40

A la voix suraiguë qui s'éleva de derrière son dos, Lord Voldemort daigna lever un regard. Reconnaissant ainsi Rabastan Lestrange, un petit sourire s'afficha sur ses lèvres. Ses yeux reptiliens rencontrèrent ceux d'Honoria puis de Waxler tandis que le Mangemort disjoncté et perfide se jetait sur son camarade.

"Ne sont-ils pas charmants ?", grinça le Lord Noir qui se laissa aller à quelques trilles émues. Il détourna les yeux, revint à l'âtre non sans songer que Junior avait décemment mérité ce petit tour de main. Dommage que ce cher Rabastan n'est pas poursuivis son idée... Lui n'hésiterai pas à faire aboutir la sienne.

Honoria of Woodbury inclina gracieusement la tête lorsque le jeune Lestrange se saisit de sa main. Son sourire rieur piqua au vif la Mangemorte mais elle n'y accorda pas le moindre crédit, détournant son intention comme une femme lasse et paresseuse. Elle jeta plutôt un regard à ce pauvre Avery qui, la lèvre en sang, tâchait de grossièrement se relever. Quel empoté, celui-là !

Une fois que l'ancien camarade de son fils se fut trouvé le dos tourné, elle hasarda un bref regard plein d'une convoitise non dissimulée. Sa présence au château semblait assez la surprendre.

Le cadet des Lestrange vint enfin saluer son retour et le Lord leva la tête vers lui, son visage se dégageant des flammes avec une extrême lenteur, tant inquiétante que Pettigrow crut que son maître se sentait mal. Ses gestes étaient considérablement affaiblis.


"Il n'est meilleure correction que celle que tu as pu donner à ce jeune impétueux de Junior. -et il eut un sourire condescendant vers ce dernier- Il est jeune, fougueux, il apprendra bien vite que la vie réserve souvent des mauvaises surprises !".

Puis il l'observa sans mot dire, le détaillant de haut en bas, contemplant sous cette allure soignée et ce maintien de fer ces gouttes de folie perlant comme de la sueur. Elle suintait de son corps, petit à petit, passant par les pores de sa peau. C'était presque visible ! D'un geste il l'invita à s'asseoir et fit de même pour tous les invités.

"Je doute que nous soyons plus nombreux... -il se haussa vers Pettigrow- tire donc ma chaise, Peter !".

Et Peter, dans de larges et grotesques courbettes s'exécuta aussitôt. Sa petite voix de fausset répétait sans arrêt "bien, maître !", "comme il se doit, maître !", "oui, maître !" comme s'il tendait à prouver qu'il était son éternel serviteur et le seul à pouvoir exécuter ce genre de tâches. Une fois que Voldemort fut face à eux tous il jeta un regard furibond à Junior.

"Pas toi, Junior ! Toi tu restes à terre !".

Ses yeux aussi luisant que l'éclair se tournèrent brusquement sur Quint.

"Et toi aussi, Sang-de-Bourbe !".

Il se cala plus confortablement dans son fauteuil, détandant ses muscles, ses nerfs, se prélassant dans ce tout nouveau corps qu'il rpenait plaisir à posséder. Il lâcha un profond soupir, ses lèvres s'arquant sur un sourire piqueté de dents aiguës. Il commença :

"Mes chers, mes très chers amis !

Je suis vraiment ravi de vous savoir parmi nous et je vous croyais perdus... Mais voila qu'à présent vous me revenez plus solidaires que jamais !".


Ses yeux firent un tour d'horizon, observant chacun d'entre eux.

"Nous sommes peu nombreux, il est vrai, mais nos rangs ne cesseront de grandir tant qu'il y aura de l'espoir et de bons enroleurs comme Monsieur Waxler !".

Il désigna ledit Mangemort d'une main décharnée.

"Chaudement recommandé par Mordred de Mortis... qui n'est pas présent, bien entendu... Et mentor de September Quint".

Il marqua une pause, ferma un instant les yeux pour les rouvrir aussitôt.

"Lady Honoria of Woodbury nous a aussi fait le plaisir de venir, geste que je ne peux que saluer !

Quant à notre cher représentant ce soir, Sir Rabastan Lestrange, il est ici l'homme que nous devons le plus louer pour sa sagacité ainsi que sa détermination !".


Ses yeux froids et sans vie s'arrêtèrent sur lui.

"Brillante démonstration de votre force, cher ami. Vous avez prouvé au Ministère et au monde entier que l'on ne se moque pas impunément de notre société ! Votre... "sauveur" s'est montré particulièrement "doué", et je suis sûr qu'à l'heure qu'il est il doit être occupé à réparer les pots cassés en compagnie de Scrimgeour et toute sa clique !".

Pettigrow, bien planqué derrière le fauteuil de son maître émit un bref gloussement. Voldemort n'y prit garde mais ce fut Honoria qui baissa la tête. Son visage exprima soudain une profonde tristesse.

"Je suis cependant bien navré que vous n'ayez pu relâcher, par la même occasion, votre belle-soeur ainsi que votre frère. Mais c'était peut-être trop en demander à cet assassin d'Apophis !".

Il émit un long sifflement et son visage de serpent en revint à Waxler.

"Mais il me faut aussi saluer le courage et la vaillance de certains ! Waxler, vous vous êtes montrés honorable et avez su vous racheter comme il se doit en acceptant de prendre Quint sous votre aile... J'espère, en tout cas, que votre charmant séjour de treize années loin des vôtres et de vos convictions ne vous aura pas paru trop long...".

"Sid Avery Junior, le digne fils de mon vieil ami ! Décidemment les nouvelles générations ne sont plus ce qu'elles étaient -il se gaussa légèrement, sa voix s'enraillant pour devenir cassée, lugubre- ! Ton père se portait garant de ton éducation et il me rend une loque infâme à peine capable de se libérer de l'emprise d'un ennemi... Encore un que son errance aura trop attendri...".

Il coupa net, sombre et mauvais, ses doigts de squelettes vissés sur les accoudoirs de son fauteuil.

"Treize années ! Clama-t-il d'une voix solennelle et glaciale, pas une de plus, pas une de moins ! Treize ans, c'est tout ce que j'exige de ceux qui ne m'auront pas suivi ! De ceux qui se seront cachés tandis que, moi, j'errais, désoeuvré, anéanti, brisé !

Treize années pour toi, Junior et treize pour toi, Waxler ! A me servir comme de bons chiens que vous êtes !".


Et de se tourner brusquement vers Quint comme s'il voulait le dévorer.

"Quant à toi, petite friture, toi, petit Sang-de-Bourbe ! Accroche-toi à la belle vie que tu t'es déjà programmée, au bel avenir dont tu as fait voeux durant cet été ! Car le temps va te sembler éminament court !".

Il émit un léger ricanement puis se râcla nonchalamment la gorge. Observer leurs expressions frappées de stupeur ou se délecter de leur mines résolument soumises était, décidemment, la plus belle des récompenses.

"L'un d'entre vous a-t-il une remarque à faire avant que nous entrions dans le vif du sujet ?".

"Quand j'y pense, gloussa-t-il euphorique, je ne suis pas si différent de Fudge et de son Ministère en fin de compte !

Il exige de ses Aurors qu'ils soient sans pitié et intègres et moi je ne tolère pas que l'un d'entre vous flanche ou me fasse défaut !

Les grands esprits se rencontrent, n'ai-je pas raison ?".


Le Lord lâcha une exclamation aiguë et mauvaise.

"Raison, tout à fait raison, maître !", hasarda un Pettigrow tout tremblottant derrière son dos.

"Et il n'y a que cette crotte qui me réponde sciemment et sans détour...", murmura-t-il tout en levant les yeux au ciel.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyLun 11 Fév - 13:35

Inutile de vous décrire l'excitation extrême que Rabastan ressentait en entendant son Maître le complimenter sur sa petite correction envers Junior. Il était toujours incliné vers lui, ses jambes et ses mains tremblantes d'euphorie. Hihihi il y allait avoir du chaos ! Il était de retour ! Rabastan n'en avait jamais douté ! Et il le complimentait ! Lord Voldemort le louait ! Oh, que c'était gratifiant, terriblement gratifiant... Mais il fallait qu'il se maitrise un minimum. Dès que son Maître l'invita à prendre place, le fugitif obéit avec un enthousiasme qu'il essayait de dissimuler. Vous avez vu les autres ! Ah ah ! Il m'a félicité ! Et toc ! C'est moi le Roi ! Hihihihi !

Et quelle joie que de voir Juior rabaissé une fois de plus ! Hihihi ! A terre ! Comme les chiens ! Comme un chien de son espèce ! Comme cet impur de Quint ! De la racaille tout ça ! Ils n'avaient pas leur place parmis les grands, parmis les vrais Mangemorts comme lui, Rabastan Lestrange ! Imprudente impatience qui le tiraillait, il était pressé d'écouter ce que son Maître avait à leur dire ! Pressé d'accomplir ses ordres qui, il en était sûr, allaient hautement lui plaire ! Terroriser, Torturer, Tuer, la règle des trois "T" made in Rabastan ! Vivement qu'il puisse bientôt la remettre en pratique ! Maintenant qu'il y avait regoûté avec les trois petits elfes décapités... Hihihi ! D'un coup de canne plus ou moins discret, Rabastan redonna pour le plaisir un dernier coup à Junior en la lui enfonçant dans les côtes, visant un peu à l'aveuglette vu qu'il était maintenant assis. Traduction : "Et oui, tu restes à terre le mioche ! Hihihi !"

Remettant correctement son costume d'un geste du col, le fugitif se mit à pester intérieurement contre les traîtres qui avaient osé ne pas se montrer à la Renaissance de leur Maître. Oulala ils allaient être punis ! Hihihi ! Peut-être même Rabastan aurait-il le droit d'en punir un lui-même ! Ils le méritaient tous ! Ces lâches ! Et ce Malefoy qui léchait les bottes du Ministre ! Il avait eut la vie facile tiens celui-là ! Alors que lui et sa famille croupissaient à Azkaban ! Grrr ! Il avait de la chance de ne pas être présent ce soir, sinon Rabastan lui aurait fait bouffé sa crinière blonde avec les compliments de son frère ! Mais bon, le Mage Noir lui avait pardonné, aussi devait-il se contenir...

Chut, IL commença à parler ! Toutes oreilles dehors, le Mangemort écouta attentivement chacune de ses paroles, les buvant presque, une lueur démoniaque et surexcitée dans les yeux. Le Maître de cérémonie loua alors Waxler, puis Honoria. Rabastan suivait les citations de son Maître de ses yeux rieurs et déments. Oui, ils avaient droit à leur gloire eux aussi. De vrais Mangemorts ! Des purs et durs ! Ah ah ! Une belle équipe ! Dommage que la seule Lady de ce soir ne partage pas son enthousiasme. Son pauvre fiston était en piteux état paraissait-il, quelle tragédie, vraiment... Hihihi ! Puis la surtension revint à la charge et envahit Rabastan aussi vite que la marée par jour de tempête. C'était lui ! Hihihi ! Lui qui recevait encore des compliments ! Douce mélodie à ses oreilles rouges d'arrogance et de fierté.


"Hihihi, oh oui, il est très doué, oui, hihihi, très doué... pour se laisser manipuler, hihihi... Scrimgeour va lui remonter les bretelles, hihihi !" répondit-il entre deux spasmes de ricanement.

Il était à deux doigts d'éclater de rire tellement le fait d'imaginer Apophys se faire réduire en bouillie par le Vieux Lion de la Politique le rendait euphorique. Tout ça à cause de lui ! Hihihi ! Un vrai génie ! Du grand Rabastan ! Mais il se calma un peu en croisant le regard interdit d'Honoria, assise en face de lui. Pauvre maman qui s'inquiétait pour son fils. Avec une mine amusée, il lui adressa un sourire à la fois moqueur et compatissant. Comme s'il voulait lui dire que ce n'était pas de sa faute si son fiston était un parfait crétin coincé au stade de l'adolescence. Et puis à chacun son du. Il lui avait sauvé la vie, il avait veillé sur lui, Rabastan n'avait fait que l'obliger à payer sa dette. Et encore, il n'en avait aps repris la moitié, la chasse venait à peine de s'ouvrir, hihihi...

Le Lord exprima sa déception de ne pas avoir à sa table le reste de sa famille, ce que Rabastan acquiesca d'un signe de tête plus sérieux. Oui, son pauvre frangin était toujours retenu dans cet enfer qu'était Azkaban. Avec sa tarée de femme. Mais ce n'était plus qu'une question de temps, ils seraient sûrement bientôt libres, Rabastan anticipait déjà le fait que son Maître allait les libérer. S'il voulait reformer ses rangs, il n'avait pas le choix. Heureusement que Rabastan avait remis dans les mains de son Maître les baguettes de son Rodolphus et Bellatrix lors de son retour dans le cimetière. Oui, il craignait que suite à sa propre évasion, les gardiens ne décident de briser leur baguette pour ne pas prendre de risques. Les compliments affluèrent encore sur les autres convives, puis Lord Voldemort évoqua la dette que lui devraient ceux qui n'avaient pas cherché à le retrouver et qui lui avaient fait défaut.

Le Fugitif continuait à être pris de légers tremblements tellement il était excité. Il émettait régulièrement de petits ricanements, tout en prenant garde à ne pas gêner son Maître dans ses discours, qui s'intensifièrent lorsqu'il menaça d'un air terrifiant le dénommé Quint. Ouhou ! Le pauvre héhé ! Avait-il vraiment idée de ce dans quoi il s'embarquait ? Hihihi !


"Oh, voyons, Maître, vous êtes largement supérieur à ce politicien de bas étage qu'est Scrimgeour..." répondit alors Rabastan d'une voix plus contrôlée, gonflée de respect et d'admiration. "Après tout, vous avez réussi un coup de maître en revenant ! Et personne, personne ! Ni le Ministre ni Scrimgeour, ne semble avoir ne serait-ce qu'une vague idée de ce qui se passe dans leur dos, c'est pour dire leur stupidité..."

Oh, le lèche-botte ! C'est ce que vous pensez ? Et bien vous avez tort ! Puisqu'il ne dit que la vérité, héhé... Avec immensément de modestie face à son Chef, Rabastan refoula une nouvelle envie de ricaner. C'est vrai, qu'ils étaient bêtes quand même ! Ils n'avaient vu que du feu ! Hihihi les abrutis ! Droit et fier sur sa chaise, le Mangemort attendit que son Maître dévoile la suite des évènements, et ce qu'il avait prévu de faire maintenant que plus rien ne pouvait l'arrêter...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] EmptyMer 13 Fév - 0:01

Junior était encore choqué par l'intervention de Rabastan qui était appru derrière son dos dans crier garde. Il se croyait alors la seule vedette de la fête et venait donc de se rendre compte qu'il s'était lourdement trompé. Le cadet des Lestranges était présent ! Celui qui avait purgé sa peine, fidèle à son maître comme à son ombre, était ici au milieu des quelques convives que le Lord Noir avait pu ralier à sa cause...

Il avait fait le pitre pendant 10 bonnes minutes et s'était vu souffler le rôle, tombant de sa table où il prenait tant d'hauteur et d'importance, pour s'écrouler de tout son long sur le sol de poussière. Il s'était même retenu de tousser tant ce qu'il avait soulevé lui avait piqué le nez. Et Lestrange, ce taré de Lestrange, de se jeter sur lui, épée au clair, pointée droit sur son oeil.

L'espace d'un instant il avait songé que le supplier serait sans doute le meilleur moyen d'obtenir sa clémence mais il s'était vite et énergiquement repris -n'oubliant pas alors que lui aussi appartenait à une famille aussi digne et noble que la sienne. Papa Avery fondait beaucoup d'espoir en son fils après tout... Et le voila qui se retrouve sous le joug d'un échappé d'asile...

Personne n'était d'humeur très grivoise, il fallait l'avouer. Junior, se remettant à peine de ce tour de force, gardait la main serrée à son col, ouvrant de grands yeux choqués vers son maître dans l'attente qu'il fasse quelque chose. Dans la plupart des cas, ce genre de regard suppliant marchait et surtout avec son père... Mais il était en face de Tom Jedusor et ce dernier ne trouva rien de mieux que de le faire asseoir à terre, comme les chiens, dans la saleté et la poussière.

Sid se cacla comme il put contre l'épaule d'un pauvre ère dont il avait entendu qu'il était "sang-de-bourbe". Ainsi, c'était la seule considération que Voldemort avait envers le représentant des Averys ? Bien triste nouvelle qui ne put que lui serrer la gorge, et le pauvre pitre qu'il était baissa bien vite les yeux...

Il parlait et chacun l'écoutait comme s'il eut été le Messie en personne. Pas un d'entre eux ne soufflait mot et il sentait même se raidir le "fils de moldu" tout contre son épaule. Que ce crétin ne cherche pas à flirter trop près de lui ! Fichtre !! Avery le repoussa brièvement, cherchant ainsi à se décaler petit bout de fesses par petit bout de fesses sans oublier, par-dessus le marché, de lever bien haut les yeux au ciel. Elle n'était pas vraiment vaillante l'armée de Voldemort, soit dit sans l'offenser...

Son visage lunaire blémit encore plus qu'à l'habitude lorsqu'il entendit le verdict de sa sentence tomber. Ce fut net, tel un couperet et, l'espace d'un instant, il crut même qu'il était déjà mort.
Au bord de l'apoplexie, croisant vivement le regard foudroyant que son maître tendait à son voisin, Sid s'e"fforça de respirer, son coeur battant à vive allure. Il suffoquait et tout autour de lui dansait. C'était terrifiant ! Aussi terrifiant que de tomber dans le vide !

13 ans... Oh, 13 douloureuses années à le servir ! Mais qu'allait-il devenir ? Ce n'était pas de sa faute s'il avait eu peur !
Il fallait le lui dire, se justifier ! Pour sûr, il serait tombé à ses pieds, se serait agenouillé en le suppliant, les larmes aux yeux, criant et pleurant d'écourter cette si lourde peine. Il se devait de lui expliquer que certaines choses avaient été trop dures à supporter pour ses frêles épaules ! Qu'on lui nen avait trop demandé et qu'il avait craqué, mais que jamais au grand jamais il n'avait songé un seul instant se défaire du serment qui le liait à lui ! Il l'avait promis ! Il l'avait promis !!


"JE L'AI PROMIS !!! Hurla Sid jeté sur le bras du Lord qu'il secouait avec vigueur, JE L'AI JURE !! JE VOUS SUIS FIDELE ! A JAMAIS FIDELE, MAITRE ! A JAMAIS !!".

Et il sanglotait, il ne pouvait s'en empêcher. Il fallait que le Seigneur des Ténèbres sache à quel point il en avait souffert ! A quel point il s'était retrouvé seul, perdu, désoeuvré ! A quel point il regrettait d'avoir fait tout cela et de ne pas l'avoir cherché, de l'avoir cru mort !
Il était indigne ! In-di-gne !

Mais, si Voldemort pouvait écourter sa peine, ça l'arrangerait grandement...

Une pensée troua l'épais rideaux de larmes et de gérémiades dont Junior faisait profiter toute l'assistance, et lui fit alors comprendre qu'il venait de péter l'euphorie non mesurée de Rabastan en se prosternant aux pieds du Lord Noir. Ce qui, en somme, n'était pas plus mal ! Au moins, il ravalait ses gloussements stupides...

Oh, le chagrin se faisait encore ressentir ! Pauvre, pauvre Sid perdu tout seul dans le noir et dont personne ne s'occupait... Il posa sa joue rougie sur la main glacée du Seigneur à la tête reptiloïde et renifla un grand coup, le regard perdu dans le vague et le souffle bien court.


"Si vous saviez, si vous saviez, maître... Pas un jour ne s'est écoulé sans que je pense à vous. Votre disparition a ravagé mon âme, torturant mon être à l'extrême...".

Il lâcha un dernier soupir et ferma les yeux.

"Par Merlin que tout ceci fut dur à supporter pour le pauvre garçon que je suis...

Et comme la punition que vous m'infligez me semble bien amère quand même...".


Il avait prononcé cette dernière phrase sans vraiment s'y attarder, feutrant sa voix comme pour être le seul à entendre. Cela avait été plus fort que lui, l'instinct de survie profondément encré en lui dominant de loin les engagements qui lui incombaient.
En somme, ma vie avant la vôtre ! après on en reparlera !
Sid poussa un nouveau gémissement à fendre l'âme et se recroquevilla un peu plus contre le Seigneur des Ténèbres, bien tapis à ses pieds comme le bon serviteur qu'il était...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty
MessageSujet: Re: Le QG du Lord [PV les Mangemorts]   Le QG du Lord [PV les Mangemorts] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le QG du Lord [PV les Mangemorts]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le QG du Lord [PV les Mangemorts]
» The lord of the ringard
» Lord of Ultima
» Lord Voldemort Jr
» Lord Tensai veut être a Over The Limit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 5-
Sauter vers: