AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Divan d'un soir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Divan d'un soir...   Lun 27 Mar - 0:49

J’arriva dans la salle commune, il n’y avait pas un chat, tout le monde devait s’en doute dormir, vu l’heure tardive, j’avais réussi à ne pas me faire voir par Rusard , ni par les préfets. J’avais une certaine fierté de ça pourtant, je ne la montrais pas, j’étais renié de ma propre maison, tout ça parce que mon seigneur Malefoy, m’avait rejeté. Je n’étais plus rien parce qu’il voulait que je ne sois plus rien. Comme je comprenais Aelita à cet instant.

Que devenait-elle justement ? Je n’en savais rien, je ne savais pas où elle était ce qu’elle faisait, cela faisait des semaines que je n’avais pas discuté avec elle. Ni avec d’autre Serpentard, d’ailleurs à bien y réfléchir. Je ne l’avais plus vu dans les couloirs, ni à l’extérieur du château excepté pour les cours et pour les repas. Que lui arrivait-il ? Elle qui d’habitude était si joyeuse, elle semblait éteinte…


*Drago ! Bien sûr*, me dis-je en soupirant, *ouais, c’est bien triste tout ça, moi qui me plains…, finalement, je pense que c’est elle la plus à plaindre. Enfin…, il faudrait que Drago se réveil une nouvelle fois, mais pour ça faut pas trop y compter*, me dis-je m’allongeant dans le divan près du feu.

Bon sang, vivement l’année prochaine, dis-je en soupirant, je n’aurais plus à m’en faire pour ma mère vu qu’elle sera au courant. Aelita sera partie pour la Roumanie avec Jérémya, elle rencontrera certainement quelqu’un là-bas, ça, ça ne fait aucun doute. Vu qu’elle n’a plus Drago et connaissant Jérémya, il va lui trouver un passe temps, me dis-je en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Lun 27 Mar - 2:19

Daphné était restée un long moment dans son dortoir ne voulant plus être confronté à des gens. Elle ne les supportait décidément pas et voulait se retrouver un peu seul pour souffler.
Sur son lit, elle prit sa plume et son calpin et commença comme à son habitude écrire.

~ Lors de ta création, le paradis a décrété que se serait dans tes bras que la mort résiderait.
Profonde, Silencieuse et Complète est la mer de velour noir. Les sirènes m’appellent.
J’ai sauvé mon âme en me disant : « cette chanson est un mensonge ». Le sable sur le rivage est si sec.
Profonde, Silencieuse, Complète est la mer de velour noir. Le jour s’enfonce courageusement dans une nuit infinie.

Notre époque dira : « Ce poète ment ». Le Paradis n’a jamais touché de visage humain.
Notre époque dira : « Cette nuit nous appartenait ». Bénis pour avoir connu sa profondeur, son silence, son tout. ~


Elle écrivait sans savoir réellement ce qu'elle voulait. Sa plume glissait le long du parchemin sans ce souciait de ce que Daphné pouvait ressentir. Elle aurait pu avoir mal au poignet, aurait pu avoir une simple pensée... sa plume écrivait toujours...

Elle repensa alors au jeune homme qui l'avait troublé le premier soir, Raphaël Gibson. Un nom qu'elle n'oublierait jamais!!
Sa plume se remit à écrire de plus belle, sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit.

~ Le Temps a pris la majeure partie de mon être et m’a laissé sans clé pour ouvrir le coffre du remède. Mère, ce n’est pas la douleur qui me fait souffrir mais l’amour que je ressens lorsque tu me serres dans tes bras.

L’espoir était grand, les chorales étaient immenses. Désormais, mes rêves ne vivent qu’à travers toi.

Le Soleil Rouge s’élève, submergé sans pouvoir prendre sa respiration. A l’intérieur, la pénombre persiste. Le Soleil Rouge s’élève, le rideau tombe. ma guérison est au-delà de l’espoir.

La saison de la passion : Un ange à mes cotés, mais pas de Christ pour mettre fin à cette guerre, pour délivrer mon âme de l’épée. L’espoir m’a montré un paysage : Le paradis, la poésie. Je serais partie aux premières neiges.

Ta mort m’a sauvé. ~


Pensait-elle réellement à Raphaël Gibson ou à son frère.. personne n'aurait su le dire, même pas elle... elle aurait du pleurer de tristesse, mais son visage ne fit que se refermer pour être encore plus sombre qu'avant. Elle déchira le deuxième texte, le jetant dans son carnet.

Elle ne voulait plus écrire, sa plume en avait décidé. Elle rangea ses affaires et se prépara pour redescendre.

Son chat était près d'elle, elle le caressa avant de lui dire vite fait de la suivre et ils descendirent à tout vitesse les escaliers pour rejoindre la salle commune où personne ne devait encore y être.

"Naël vient!"

dit-elle à mi-moix en se tournant vers lui et laissant tomber son calpin sans y faire attention. Il avait glissé de sous son bras et le chat la suivit sans faire lui non plus attention à cela.

Elle se dirigea avec lui vers la porte de sortie, ne sachant réellement ce qu'elle voulait. Puis décida après courte mais mûre reflexion en regardant toujours son chat qu'elle allait visiter le soit disant parc dont elle avait entendu vaguement parler, ainsi que le lac qui se trouvait un peu plus loin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Lun 27 Mar - 2:36

Alors que j’allais m’assoupir, j’entendis un miaulement puis une jeune fille qui se dirigeait vers la porte de la salle commune.

Je ne ferais pas ça si j’étais toi, dis-je d’une voix douce, ce qui éveilla les meurs du chat, je n’avais jamais eu de chance avec les animaux.

D’ailleurs, celui-ci me sauta dessus toute griffe dehors, et commença à me griffer au torse, bizarrement, il ne touchait pas à mon visage. Je le pris alors par la peau du cou et le regarda droit dans les yeux.

Naël hein ?, lui dis-je en le regardant donner des coups de pattes dans le vide, c’est bien de protéger ta maîtresse, mais je ne lui veux aucun mal, lui dis-je en le regardant droit dans les yeux.

Car tu vois si elle sort, lui dis-je alors qu’il était entrain de se calmer, elle va rencontrer Rusard, qui risque de lui mettre une retenue et de nous enlever des points, lui dis-je en le caressant sous le cou avec mon autre mains ce qui le fit ronronner.

Et on voudrait pas ça nous, hein ?, lui demandais-je en reprenant le chat délicatement et en le posant sur mon torse, il était maintenant calme et se roulait en boule, bizarre, dis-je en le regardant faire, d’habitude les chats, enfin les animaux en générales ne m’apprécient pas, dis-je en regardant la jeune femme.

Au fait, moi c’est Blaise Zabini, dis-je en regardant le chat puis la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 0:25

Daphné était près de la porte quand elle entendit la voix d'un jeune homme qui lui disait de ne pas sortir...
Elle sentit alors son chat lui glisser entre les jambes pour se jeter sur un jeune homme avachi sur un fauteuil que Daphné n'avait qu'entre-vue à la table des Serpentard.
Elle se retourna sur place, et dévisagea son chat du regard.

"Naël !!!!"

grogna-t-elle entre les dents. Mais il n'avait pas l'intention de l'écouter et se laissa par la suite carresser pour mieux se rouler sur le torse du jeune homme en ronronnant.
Le Serpentard commença à parler au chat comme si c'était l'intermédiaire avec Daphné, ce qui n'était pas faux d'ailleurs. Elle ne voulait pas parler, même avec un jeune homme qui aviat l'air gentil.

Il décrit alors ce qui arriverait à Daphné si elle osait sortir dans les couloirs.. il parlait avec une certaine irronie qui ne plaisait vraiment pas à Daphné.
Il posa le chat délicatement et le caressa, c'était vraiment drôle de les voir ensemble... un couple assez "bizarre".
Son chat qui était entrain de détruire le corse du jeune homme et la minute d'après ronronnant comme de vieux amis.
Quelle situation comique...

C'est alors qu'il s'adressa directement à Daphné. Déjà pour lui dire que cela était très bizarre que son chat l'accèpte car les animaux ne l'appréçiaient pas beaucoup en général.
Puis il se présenta enfin à elle en la regardant. Elle le dévisagea avec froideur et ne bougea pas de sa place.
Elle avait envi de partir loin de lui, loin de tout. Pourquoi Raphaël n'était pas là ? Enfin pourquoi serait-il là d'ailleurs ? Pour la protéger peut être !?
Comme à son habitude, son éducation reprennait le dessus et l'obligeait à répondre avec politesse au jeune homme.
Elle s'inclina donc en faisant une magnifique révérance et de ses yeux vert-noisette elle plongea dans le regard de son interlocuteur. Elle n'avait absolument pas envie de parler mais la encore... son éducation la contraignée.
Elle avait à nouveau très peur des coups, malgrès que cela était une routine. Le fait qu'elle ne soit pas à la hauteur, la dérangeait un temps soit peu.
Cependant, elle avait écouté les conseils du jeune Serpentard du nom de Zabini, mais n'en fit aucun commentaire.

"Enchantée, monsieur Blaise Zabini."

Elle avait recommencé à être un automate sur jambes, et n'avait dit que le stricte minimum, ce qui n'aurait vraiment pas plus à son père. Elle se tenait droite, dévisageant toujours le garçon.
Pourquoi lui adressait-il donc la parole? Pourquoi n'était-il pas debout pour se présenter? Avait-il des problèmes de paralysie ou autre?
Elle n'avait pas détourné son regard qui était toujours aussi vide d'émotion. Elle devait continuer, pour se présenter... la politesse, toujours la politesse.. Elle avait son coeur qui battait vivement, ses membres ne tremblant pas mais presque. Allait-il se lever pour la frapper de son insolence? Raphaël, lui, n'avait rien fait.. mais Blaise n'était peut être pas aussi doux et gentil que Raphaël. Elle se méfiait beaucoup et resta donc à l'écart dans un coin sombre de la pièce. Elle ressemblait à un chat qui ne laissait qu'entre voir son regard froid et dur.

"Daphné Greengrass, monsieur!"

Elle n'avait vraiment pas envi de faire les présentations, mais comment ne pas répondre au savoir-vivre. Elle était raide, froide, impressionnante, elle ne montrait aucune faiblesse mais elle avait à nouveau mal au dos. Des cicatrices n'ayant pas été guéries s'étaient infectées mais elle n'en fit pas part.
Encore moins à l'infirmière qui lui poserait sans doute une centaine de question, et Daphné detestait par dessus tout s'expliquer.
Elle voulait repartir dans son dortoir, elle ne voulait plus être regardait de peur qu'on ne le frappe encore comme son père le faisait.
Que lui voulait-il donc ce jeune homme? Elle ne pouvait pas être gentille avec lui et n'en avait pas l'intention d'ailleurs. C'était un homme et ça le resterait. Seul Raphaël était réellement différent des autres... et encore elle ne le savait pas vraiment. Elle doutait toujours de lui...

Elle rappela alors son chat d'un regard et cette fois il ne lui désobéissait pas. Mais elle n'allait pas le battre pour autant. Cependant la colère qu'elle avait contre lui, après qu'il est enfreint à ses règles, serait tout de même sanctionné.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 0:43

J’étais stupéfait du comportement de la jeune fille que j’avais face à moi, je ne comprenant pas bien pourquoi elle restait tapie dans l’ombre, je ne voyais que très peu son visage. Cependant je lui répondis poliment quand elle se présenta à moi.

Enchanté Miss Daphné Greengrass, lui dis-je en lui souriant, je ne voulais pas vous faire peur avec Rusard, mais on ne sait jamais vous pourriez le rencontrer et avec lui les retenues tombent tendis que nos points disparaissent, lui dis-je en la regardant.

Il est mignon…, le chat…, c’est la première fois que je m’entends bien avec un animal, dis-je en lui souriant, le chat tourna sa tête vers moi et puis tourna la tête vers sa maîtresse et miaula.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 13:11

Daphné n'avait décidément pas envie de ce faire voir. Elle detestait être regardé et le jeune homme ne se gênait pas pour détourner le regard. Il devait ne pas trop la voir et pour cela il essayait de faire face à l'obscurité pour voir Dapnhé. Elle se mit encore plus à lombre pour ne faire parraître que ses yeux vert-noisette.
Il lui répondit en disant être enchanté, mais personnellement elle n'y croyait absolument pas. Pourquoi le serait-il d'ailleurs, vu qu'elle ne se montre même pas? Elle dévisageait toujours le jeune homme tout en se collant contre le mur pour être au plus caché de son regard.

Il lui dit alors avec un large sourire qu'il ne voulait pas lui faire peur avec ce certain Rusard. Elle n'y comprennait rien mais elle n'essayait pas de faire quoi que ce soit comme effort pour le faire.
Elle releva un sourcil quand il dit que son chat était mignon et que c'était la première fois qu'un animal s'entendait bien avec lui.
Pourquoi lui disait-il ça? Qu'est ce que cela pouvait bien lui faire de savoir une telle chose à son sujet?

"Oui.."

dit-elle juste pour être polie mais son chat allait se faire gronder tout de même pour avoir été insolent à son écart.

*Naël...*

Elle regardait toujours le jeune homme comme si c'était une bête curieuse ce qui devait être exactement réciproque.
Elle avait envie de partir, mais elle ne pouvait pas.. la politesse lui obligeait d'attendre qu'on le lui en donne l'ordre.

Elle se demandait tout de même pourquoi il lui parlait comme si c'était une amie de toujours alors que cela n'était pas le cas. Alors pourquoi parler à une inconnue, en plus elle?
Elle n'était pas comme son père aurait voulu qu'elle soit ce soir là... elle venait de décevoir le jeune homme mais elle n'était pas prête à ce montrer. Elle espérait juste que son père n'en saurait rien de ce petit détail. Elle sortit alors de l'ombre et se tint droite, très droite, comme devant Raphaël.. elle ressemblait à un automate qui avait des gestes commandés.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 14:06

*Une vrai Serpentard cette fille*, pensais-je en la regardant cachée dans l'ombre, *pourquoi agit-elle comme ça ?*, me demandais-je en la regardant.

Evidement c'était une Serpentard, de sang pur sans nul doute, je la regardais mais je devais faire des efforts pour l'apercevoir dans l'obscurité qui la cachait si bien. Seul un rayon de lumière me montrait ses yeux, je plissais alors les miens pour pouvoir la distinguer. Oui, c'était un sang pur, je n'avais presque plus aucun doute là dessus...

On aurait dit un animal apeuré qui se tapissait dans l’ombre afin de ne pas être vu par ses prédateurs, en l’occurrence ici…, moi. Elle avait certainement reçu une éducation très dure, pour se comporter comme ça avec les personnes qu’elle rencontrait. Une idée, me passa alors par la tête et si ce n’était qu’avec certaine personne qu’elle était comme ça…

Je me secoua mentalement la tête et continua de lui sourire pour ne pas la déstabiliser. Curieusement, j’étais un peu fasciné par cette fille qui ne parlait presque pas…, enfin seulement pour dire le strict minimum.


Vous n’êtes pas très éloquente, lui dis-je en la regardant, vous n’êtes pas obligée de me répondre si vous n’en avez pas envie vous savez, lui dis-je en lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 16:56

Daphné regardait toujours le jeune homme d'un regard noir, et froid. Elle ne voulait pas s'exprimer sur ce qui ce passait mais une chose était sûr cela l'aggaçait un tantinet.
Elle ne ressemblait pas réellement à une Serpentard, elle était juste sauvage pour cause de son passé. Quand elle se colla contre le mur, les cicatrices se firent ressentir et Daphné regarda avec presque fureur son interlocuteur.
En faite, ce n'était pas réellement de la haine ni quoi que ce soit, son regard vide d'expression.. seulement comme d'habitude, elle ne montra rien de ses douleurs... son père s'en était tellement bien chargé...

Elle était sauvage et ne voulait pas ce civilisé avec les autres gens.. elle ne les aime pas.. elle ne veut surtout pas faire la connaissance des autres.. pourquoi s'interressait-il à elle? quel plaisir a-t-on de parler à une fille qui ne parle pas, et qui dévisage les gens pour les faire fuire?
Il n'avait pas l'intention de la laisser tranquil se qui exaspéra Daphné.
Cependant, il lui avait posé une question et elle ne pouvait faire autrement que d'y répondre.. la politesse, toujours la politesse.. il le fallait.. sinon elle était persuadée que son père débarquerait à Poudlard et la battrait comme tous les jours.

"Pourquoi le serais-je monsieur Zabini?"

Elle avait répondu le plus vite possible espérant qu'il ne lui pose plus de question. Elle n'aimait pas ça car elle était obligée de répondre.
Cependant il avait l'air de vouloir la voir, et elle ne pouvait encore une fois refuser. Elle s'avança alors à la lumière du jour tout en le dévisageant toujours.
Elle voulait partir en courant, s'éloigner le plus loin possible de ce jeune homme. Que lui voulait-il donc? Être son ami? Il n'y parviendrait sans doute jamais, simplement parce qu'elle n'avait pas d'ami...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 19:28

J’écarquilla les yeux en entendant le monsieur Zabini, un frisson me parcoura l’échine à part le professeur Rogue personne ne me parlait sur ce ton.

Blaise, me correspond mieux que monsieur Zabini, lui dis-je en lui souriant, vous devez être certainement fatigué après avoir tant parlé avec moi, dis-je en lui souriant.

Puis, je redevins sérieux et la regarda droit dans les yeux que je ne voyais qu’à peine. Je lui souris aimablement cette fois-ci.

Je ne sais pas, c’est vrai que d’habitude les gens parle trop, alors que vous vous parlez à peine, mais ce que vous dites est mieux qu’un long discours, lui dis-je en lui souriant.

Je vais me coucher donc, dis-je en m’asseyant dans le fauteuil, bonne nuit donc chère Daphné, lui dis-je avant de mettre ma main devant la bouche pour cause de bayement.

Cette fille était vraiment bizarre en passant près de la porte qui menait au dortoir des filles j’aperçu un calepin, je le pris sans rien dire, puis me dit qu’il appartenait peut-être à la jeune fille si mystérieuse. Je me retournai alors vers elle en la regardant droit dans les yeux.

C’est à vous ?, lui demandais-je en lui tendant le petit carnet.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   Mar 28 Mar - 22:01

Daphné n'avait ni changé de regard ni changé de position suite du fait qu'elle se laisse enfin appercevoir. Il écarquilla les yeux mais ce n'était pas pour les mêmes raisons... c'était suite à ses paroles.
Elle n'avait pas parler sur un ton particulier, c'était assez neutre mais d'une grande froideur il fallait dire. C'était un homme et ce n'était pas parce qu'elle avait fait exeption avec Raphaël, qu'elle allait s'amuser à faire pareil avec les autres. Et puis Raphaël ressemblait à son frère, Blaise lui, ne ressemblait qu'à un homme.

Il lui dit alors que Blaise lui correspondait mieux que "monsieur Zabini", ce qu'elle doutait fort mais soit !!! Il avait tous décidait de les faire appeler par leur prénom... elle n'aimait absolument pas, ca les rendaient plus proche qu'ils ne l'étaient réellement pour elle.
Il était entrain de se moquer d'elle, en disant qu'elle devait certainement être fatiguée après avoir tant parler avec lui.
Elle le dévisagea méchamment en relevant un sourcil pour lui montrer qu'elle n'était vraiment pas d'humeur à sourire à ses plaisanteries vaseuses.

Elle ne dit rien sûr le coup mais n'en pensait pas moins, toujours en le dévisageant d'un mauvais oeil. Pour qui il se prennait celui la pour lui parler comme à une vulgaire fille?
C'est alors qu'il redevins sérieux et la regarda droit dans les yeux. Mais lui fit un sourire aimable et Daphné se radouci à peine.
Elle ne disait toujours rien cependant ne voulant surtout pas le faire arrêter de parler, car ce serait très mal vue qu'elle coupe la parole comme ça à une personne.
Elle acquiessa cependant un leger signe de tête étant d'accord avec lui en disant que les long discours étaient moins bien que le peux de ce qu'elle disait.

Il s'assit alors dans le fauteuil en lui souhaitant une bonne nuit précédé d'un " je vais me coucher donc"
L'avait-elle fait fuir à ce point, au moins elle n'avait pas perdu ce côté là c'était déjà bien.
Elle salua alors le jeune homme avec une aussi belle révérance que quant elle se présenta à lui.

"Bonne nuit, mons... Blaise !"

Il se leva et se dirigea en silence vers son dortoir juste avant de ce baisser sans un mot. Il se retourna alors vers Daphné pour lui demander si le calpin qu'il tenait entre ses mains lui appartenait. Elle fit alors les gros yeux laissant échapper un sentiment de surprise. Elle resta un moment à sa place sans bouger, puis réalisant qu'elle l'avait sans doute fait tomber elle s'approcha de lui très vite.

"Oui, il est bien à moi ! Merci mons... Blaise !"

Elle fit un signe de tête pour le remercier et prit délicatement son calpin dans les mains. Son chat toujours à ses côtés commença à se diriger vers le dortoir des hommes.
Elle le regarda alors un moment, puis détourna les yeux vers le chat.

"Naël !! De l'autre côté veux-tu !!!"

Puis se retournant à nouveau vers le jeune homme, elle laissa son regard froid de côté mais resta distante.

"Encore merci !! Bonne nuit mons... Blaise !!"

Elle se dirigea alors à son tour vers son dortoir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Divan d'un soir...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Divan d'un soir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Allons au cinéma ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 1-
Sauter vers: