AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Katheline D.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Katheline D.   Sam 8 Mar - 11:47

Cher journal,

Je me présente Kathy, élève loin d’être modèle, accro aux sucreries, adoratrice de chiens et collectionneuse de paysages panoramiques… Ah oui, et j’oubliais, amoureuse ! Oh non ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler sentiment réciproque qui se finit par câlins et baisers passionnés, non, là c’est plutôt, catastrophe amoureuse car il ne remarque même pas mon existence et les profonds sentiments que j’éprouve et qui me rendent aussi faible et désarmée face à lui. Je me sens si… inutile quand il passe à coté de moi sans me voir, ou encore lorsque je me tue à exceler dans une matière quelconque pour attirer son attention sans pour autant arriver à mon but. Oh mais je suis quasiment sûre que tu ne vois pas où je veux en venir, mais qu’importe puisque personne ne le peux. Je laisse l’histoire de ma vie loin des regards et à l’abris de ceux qui se prétendent ne vouloir que mon bien.

Mon cœur se serre. Je sens ma respiration ralentir, et suffocante je n’arrive toujours pas à sortir de ce lac qui me paralyse les membres et me vide de mon air et de mon sang. Mes yeux bleus se lassent de toutes ces perles salées qu’elles sont obligées d’évacuer et mes lèvres tremblantes et sèches se referment sur un souffle saccadé. Comment pourrais je m’en sortir alors que le bel ange poufsoufflien ne se rend même pas compte du mal qu’il me fait subir… Et pourtant je n’arrive pas à relever mon regard de lui. Je sais que mes larmes ne changeront rien, qu’elles ne feront qu’encore plus montrer l’état dans lequel je suis, mais je n’arrive toujours pas à les retenir.

Je vis dans l’ombre de mes semblables et je les laisse me prendre toute cette lumière qui me fait vivre et me fait mourir à la fois. Je souffre… J’aimerais l’oublier, passer à autre chose, partager avec quelqu’un ce que j’espère partager avec cet ange qui s’éloigne de moi, mais comment faire. J’en suis encore au stade de jalouser toutes celles qui l’approchent de trop près. C’est trop dur pour moi qui depuis toujours passais par le plus facile pour en venir au compliqué.

« Je me sens si libre dans tes bras
Mon cœur battant plus vite que le tien
Loin de ton regard mon bonheur prend fin
Et je me rends compte que tu ne seras jamais à moi

Je cherche à te toucher de mes mains
Qui se referment sur un grand vide hautain
Mon cœur se serre et je réessaye en vain
Encore et encore sans que mes espoirs ne prennent fin

Sens tu cette douleur qui m’étouffe, mon bel ange
Ces larmes qui ne s’estompent, cette jalousie qui me ronge
Penses tu à moi autant que moi qui vis avec mes songes
Et qui n’arrive même pas à me dire, beau roi
Que tu ne seras jamais à moi… »


Dis journal, est ce qu’un jour je redeviendrai cette fille innocente qui, riant aux joies de la vie, ne voyait que ce que celle-ci voulait qu’elle voit ?

Katheline D.
[517]


@@@ 515
-désolée de m'être trompée^^''


Dernière édition par Katheline Domas le Sam 15 Mar - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Katheline D.   Sam 15 Mar - 13:37

Cher journal,
Je commence à me demander ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, et m’aperçois peu à peu que bien des choses ne sont qu’artificielles et prennent pourtant beaucoup de place autour de moi. Il y a par exemple les sourires où seule une grande hypocrisie et sournoiserie peuvent s’y cacher en affichant bien le caractère pourris de la personne, comme il y a ceux qui révèlent une profonde pureté et un bonheur épanoui. Ces derniers sont souvent administrés aux personnes que l’on chérie et que l’on veut garder au près de soi pour toujours, essayant en quelque sorte d’oublier que la mort guette prête à frapper. Ayant passé par le décès de ma grand-mère, je ne me voile pas la face en disant que ces sourires avaient à l’époque de mon enfance, toujours pris place sur mon visage, mais aujourd’hui… Qu’est ce qui a changé aujourd’hui en fait ? Ne suis-je plus cette petite idiote qui, à la moindre gaffe, ne cesse de pleurer en pensant à ce que penserait sa grand-mère d’elle ?... Non car mon innocence si pure aux yeux des autres ne l’a jamais été.

Oui, sourire est sûrement le meilleur moyen de cacher ses faiblesses et ses petits coups de blues aux autres sous un masque impassible, mais peut être pas à soi. Je me regarde dans un miroir et je vois tout mon égoïsme se peindre dans mes yeux, les personnes qui m’entourent, pensent elles la même chose de moi ? Peut être que mon humeur aussi paraît en quelque sorte artificielle, mais pourquoi se lamenter sur mon sort à chaque fois que l’envie me passe par la tête ? Eric n’en avait il pas assez eu, lui qui était toujours là pour me supporter ? Je ne suis qu’une petite gamine pourrie gâtée qui ne pense qu’à sa petite personne… Et je m’en veux. Je m’en veux d’avoir su tomber dans ce trou vide que m’a tendu ce beau perfet inconsciemment et je m’en veux d’avoir pleuré tant de fois en cachette sous mon oreiller, alors que mes compagnes de chambres étaient tranquillement assises à l’autre bout de la pièce en train de bavarder sur je ne sais trop quoi. Je sens qu’elle se doutent de quelque chose mais peut importe, si les larmes peuvent me soulager pourquoi hésiter par peur de ce qu’elle pourraient penser ?

L’appétit ne me revient toujours pas malgré m’être forcé hier à avaler un plat de spaguetti mais j’espère qu’il me reviendra prochainement. Ayant déjà perdu beaucoup de poids, j’attise déjà quelques petites jalousies au dortoir, mais honnêtement, comment être fière de troubles alimentaires alors qu’on était quelques temps auparavant dingues de tout ce qui se rapportait au chocolat. Tu ne me croiras sans doute pas, mais les petites dragées surprises que j’avais l’habitude d’acheter me donnent plus envie de vomir qu’autre chose. Il faut que je me ressaisisse, que je retrouve cette bonne humeur d’autrefois et que je ne gâche pas ma vie en me privant de tout ce qui peut me faire du bien. Peut être qu’un tour à l’infirmerie ne me ferait pas de mal, mais risquerais-je par la même occasion d’être jugée comme une poufsouffle imbécile qui met sa santé et sa vie en danger suite à un malheureux coup de foudre ?


Crawling in my skin
These wounds they will not heal
Fear is how I fall
Confusing what is real

There's something inside me that pulls beneath the surface
Consuming, confusing
This lack of self-control I fear is never ending
Controlling, I can't seem

To find myself again
My walls are closing in
without a sense of confidence and I'm convinced that there's just too much pressure to take
I've felt this way before
So insecure


Discomfort,endlessly has pulled itself upon me
Distracting, reacting
Against my will I stand beside my own reflection
It's haunting how I can't seem...


Dis journal, arriverais je un jour à grandir et à oublier ces défauts qui font de ma vie une eau si trouble que jamais sa surface ne devra aussi pure et lisse qu’autrefois ?

K.D


paroles de Linkin Park - Crawling^^ ça m'a inspiré lol
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Katheline D.   Lun 8 Déc - 18:11

Cher journal,
Tu ne vas jamais croire ce qui m’arrive ! Je suis dans un château, avec des servants à mes pieds et des elfes de maisons qui se plient aux moindres de mes désirs… Non, je ne suis pas au paradis, mais c’est tout comme. La grand-mère d’Eric, et la mienne, ou du moins celle que j’appelle la ‘deuxième’ car selon moi elle n’arrivera jamais à remplacer la grand-mère paternelle que j’ai perdue, m’a invité à rester dans la demeure Madrown autant de temps que je voudrais. Moui, je suis sure qu’Eric le lui a demandé à maintes reprises vu qu’elle a carrément oublié qu’elle avait une petite fille du coté Domas.. Pauvre papa. Et on se demande encore pourquoi nos rapports sont un petit rien froids. Bref, je savais qu’elle était riche, qu’Eric était riche, mais pas au point de s’acheter un château dans un paysage éloigné des rues londoniennes ! Néanmoins journal, j’en profite à fond ! Que ça soit par le traitement de faveur que les domestiques, pardon, euh.. Personnes qui font tous pour rendre mon séjour des plus agréables, ah oui comme ça c’est mieux^^, ou par la carte de crédit que j’ai piqué à Eric.

Je ne sais pas pourquoi journal mais c’est comme si je voyais le monde d’une autre manière ! On dit que les paillettes font perdre la tête à bien des hommes, mais je suis sûre que ça ne risque pas dans mon cas. Il n’y a qu’à voir comment Eric reste modeste même avec tout ce qu’il a entre les mains, et c’est pas pour ça que moi je ne profite pas ! La grand-mère Madrown –oui j’aime bien l’appeler comme ça aussi- organise aussi beaucoup de soirées chics dans lesquels elle convie la haute société londonienne, mais il faut dire qu’au lieu d’y assister, Eric et moi, préférons se faufiler en douce dans la limousine de la famille en direction de lieu moins chics. Ma première entrée en boites, mon premier verre, mon premier flirt, mon premier pas vers le monde. Je n’arrête pas de penser que ce blondinet prétentieux trouve ça un peu trop ‘normal’. J’aime cet univers que je ne soupçonnais même pas d’exister. Je sens que c’est différent de tout ce que j’ai vécut jusque là et tiens, tu vas être surpris aussi de voir que je m’intéresse à la mode ! Moi, qui n’avais que deux fringues branchées dans un placard remplit de t-shirt extra large et de jeans délavés, me retrouve avec une montagne de vêtements haute couture qui coûtent les yeux de la tête. Je beigne dans un délire sans fin et profite de chaque instant et chaque minute que je passe ici !

Ce que j’ai oublié de préciser ? La connaissance d’un jeune homme hyper mignon que j’ai rencontré dans une fête qu’Eric avait organisé aux sous sol du château. Oh mais ne t’inquiète pas, la ‘deuxième’ avait prit congé pour régler je ne sais quelle affaire en France, donc on en a profité comme les deux beaux anges que nous sommes ! Il s’appelle Pen, a un an de plus que moi et étudie en France à Beauxbatons. Il est romantique, séduisant, gentil… Oui, bon, je sais qu’il n’y a pas de mec idéal mais il est… parfait ! On s’est revu plusieurs fois depuis et je pense qu’on a les mêmes sentiments l’un envers l’autre sans pour autant penser au futur, à la relation à distance ou encore à une autre bêtise du genre… C’est le mec parfait mais ça reste quand même un summer love, il ne faut pas chercher plus loin.. Eh oui, j’ai grandis ! Enfin, à ce qui parait hein.. Je me prends toujours la tête avec Eric mais ça, ça ne compte pas !

Je pense que ces vacances seront nettement les plus inoubliables. Je te laisse, je vais aller faire un tour à la piscine..

Kathy
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Katheline D.   Dim 12 Avr - 12:30

Cher journal,
La vie est si courte que chaque action que l’on fait passe plus vite qu’on le croit. Le temps s’écoule, nos belles années de jeunesse aussi. Je me suis excusée auprès d’Eric, genre je le pensais vraiment, pour qu’il ne me refuse pas un autre séjour loin de mes parents et du trou à rat où je suis censée vivre. Il y a tant de choses que je déteste et que je trouve injustes comme le fait de ne pas appartenir au monde privilégié de mon cousin. Pourquoi être obligée de se plier à des règles alors qu’on pouvait tout simplement les enfreindre sans en ressentir le moindre remord. Je ne compte plus le nombre de disputes que j’ai enchaîné avec mes parents ces dernières vacances, mais je m’en fiche de ce qu’ils peuvent penser. Je veux me construire MON avenir, ce n’est pas le leur, ils n’en feront jamais partie. Peut être suis-je insolente envers ceux qui m’ont créé mais je ne dis pas non plus que je les déteste. Je veux juste qu’ils me laissent vivre en paix, qu’ils respectent ce que je suis devenue. C’est tout simple, il n’y a pas à chercher loin. C’est bien moi, la Kathe qui attendait qu’on la réveille. Erwan a succombé le premier, j’ai enchaîné bien des idiots après cela, jusqu’à m’arrêter à un spécimen des plus intéressants, Armani. Notre histoire n’a duré qu’une seule nuit, comme toutes celles que j’ai vécut jusque là. Le pur amour, à quoi bon le chercher. Je préfère nettement plus celui-ci où personne ne peut s’enduire de souffrance à chaque baiser et à chaque flamme qui brûle le corps. Cet amour là est déjà perdu au fond de moi autant que l’ancienne Kathe que certains cherchent encore à retrouver.

I want to be rich and I want lots of money
I don’t care about clever, I don’t care about funny

Wendy m’a fait des sermons. Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ma nouvelle face. Est elle jalouse ? Je ne vois que ça, et ça me déçoit beaucoup venant d’une personne qui m’est aussi chère. Elle devrait me supporter, m’encourager… Au lieu de ça elle me reproche ce que je suis devenue… Non, plutôt ce que je suis, car j’ai toujours su que cette nouvelle Kathe dormait en moi, et rien ne pourrait la faire rendormir. Au diable mes parents, mes amis, mon entourage. J’en ai rien à faire. J’entreprends ma vie comme je l’entends. C’est si libérant… J’ai envie d’argent, de dépenses, de champagne… Qu’il le veuille ou pas Eric ne me laissera pas tomber. Il n’avait qu’à pas me faire gravir les grandes marches cet été, je ne pourrais plus descendre de mon estrade. Comment j’envisage mon futur ? Un futur où je pourrais m’amuser comme une folle mais pas aux dépends des autres.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Katheline D.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Katheline D.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Katheline au dent d'acier
» Présentation de Katheline Hale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 7 :: Réunions de l'AD-
Sauter vers: