AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 BAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 12:15

Théophile s'était préparé en à peu près deux minutes trente. A peu près.
Il avait enfilé sa belle chemise blanche à motifs celtiques, un pantalon large noir et avait même passé une brosse dans ses cheveux (mais en voyant le résultat il avait de suite lâché la brosse et s'était ébourriffé les cheveux au maximum. Beaucoup plus son style). Cette année, il ne serait pas en retard. Bien au contraire. Lui et Lethe avait prévu bien à l'avance de passer la soirée du bal de Noël ensemble et il tenait à ce qu'elle soit encore plus réussie que celle de l'année passée.

En parlant de l'année passée, il avait beau être habillé pareil, en se regardant dans la glace, il voyait bien qu'il vait changé. Il flottait un peu moins dans son ample chemise, et marchait moins sur le bas de son pantalon. Ses cheveux, eux, n'avaient pas bougé d'un poil. Toujours aussi indisciplinés, sans grande surprise. Voyant ses camarades de chambre encore en pleins préparatifs, Théophile décida tout de même de quitter la tour de Gryffondor afin de, cette année au moins, ne pas faire attendre sa jolie cavalière. Il descendit donc dans le hall, sans se perdre (ce qui aide pour être à l'heure), et se posta près de la porte, limite au garde à vous, attendant nerveusement Lethe, au milieu des couples qui se formaient, se saluaient, et rentraient dans la salle de bal.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 13:32

Spoiler:
 

Le jeune garçon s'était préparé un peu à la va vite. C'était la première fois qu'il assistait à ce genre de bal. Il n'avait pas hésité à demander à la jolie Laura de venir avec lui, et il avait été heureux qu'elle ne l'envoie pas balader. Oui parce que... Bon. Leur première rencontre avait été un tout petit peu explosive... Joshua se tenait devant la glace, à ajuster son col, il était bien habillé, et son costume était de son père. Enfin, il avait été à son père lors des balles qui s'étaient produit ici même. Le jeune homme inspira profondément, pour calmer son coeur qui battait la chamade. C'était la première fois que le jeune garçon ressentait de tels émotions. Ce n'était qu'un bal après tout, qu'une petite étape de la vie. Et l'année prochaine, ce serait pareil ! Il y en aurait un ! Joshua avait tout de suite porter son choix sur la petite brunette qu'il avait connu dans un couloir de Poudlard. Un sourire s'étira sur ses lèvres, et le miroir lui revoyait cette image radieuse. Sans attendre, il emprunta la direction des escaliers après avoir quitter sa salle commune. Les deux jeunes premières années s'étaient donnés rendez-vous devant la salle de bal. Et c'était mieux ainsi. Enfin... Il n'y avait pas de raison qu'il s'attende dans leur propre salle commune. Joshua arriva enfin dans le hall, puis, ses prunelles couleurs caramels fixaient les environs avec nervosité. Ou était-elle ? Il y avait tellement de monde, qu'il n'arrivait pas à la trouver. Le jeune garçon aux cheveux hirsutes cherchaient encore et encore... Laura ? Ou était-elle ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 16:32

- Ce soir, je serais la plus belle pour aller danser… danser…

Fredonnant ce petit air connu des jeunes filles ayant été élevées par leurs grand-mères, la jeune Merryl s’apprêta à aller au bal de Noël ! C’était la première fois qu’elle y allait vraiment accompagnée ! Pour tout vous dire, lors de son entrée à Poudlard ses parents préférèrent qu’elle rentre à la maison. La seconde année, elle s’y était rendue seule, passage en coup de vent pour ensuite se voir flirter avec Erwan … et l’année dernière, elle avait juste fait acte de présence pour se changer les idées car son petit ami de l’époque - Erwan donc - se faisait hospitaliser. Comprenez donc que ce bal de Noël à Poudlard avait de l’importance pour la jeune musicienne de Poufsouffle.

Loin d’être issue de la lignée des Rothschild, sa tenue avait été dénichée dans le quartier de Camden Town bien connu pour ses vêtements de seconde main, et bien rétros ! Elle se l’était offerte juste avant la rentrée en espérant qu’elle pourrait encore rentrer dedans en cette période, et par miracle, son petit corps de jeune fille s’enfila parfaitement dans la robe de soie vert émeraude. Glissant un bracelet à son poignet, une paire de boucles d’oreilles assorties, elle termina en se maquillant légèrement les yeux, et laissa ses cheveux tomber naturellement sur ses épaules.

- Voilà je suis prête !, conclut-elle en défroissant un sa tenue.

Sur le point de quitter son dortoir, elle revint en marche arrière pour s’emparer d’un petit sac élégant où elle y fourra un petit calepin, une petite plume, et attacha à son cou un collier avec en pendentif une note de musique.

- Maintenant je suis prête !

Spoiler:
 

Et zou… du haut de ses escarpins, elle quitta la salle commune des Poufsouffles qui ne se trouvaient pas très loin des cuisines d’où sortait une odeur fort alléchante. Grimpant les marches, elle arriva dans le hall d’entrée où plusieurs élèves attendaient certainement leurs partenaires. La population était assez jeune, peut-être n’osait-il pas entrer dans la salle et de se retrouver avec les élèves plus vieux.

Quoi qu’il en soit, Merryl se positionna proche de l’entrée afin que son cavalier l’aperçoive. Son cœur palpitait, un peu nerveuse elle s’attrapa les mains pour ne pas montrer qu’elle tremblait un peu. Il ne fallait pas oublier que cette soirée n’avait rien d’un rendez-vous romantique. Non, ils venaient ici professionnellement… enfin, elle souhaitait intérieurement qu’il l’emmène danser… rien qu’une danse. Ils travailleraient après…

/Attends Sean Barnaby/
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 18:20



Le bal ! La soirée tant attendue ! C'était enfin le grand soir ! Lethe avait passé sa journée à sautiller dans tous les sens. Mais durant ce beau jour d’hiver, elle s'était aussi torturé l'esprit en se demandant sans arrêt comment elle attacherait sa longue chevelure rousse. A un moment cette question l'avait tellement mise en rogne que la jeune fille avait envisagé de se le couper. Heureusement cette folle idée était repartie aussi vite qu'elle était arrivée. Personne, même pas un coiffeur, ne touchait à ses cheveux ! La dernière fois qu’elle avait mis les pieds dans un salon de coiffure s’était pour se faire un brushing et seulement les pointes avaient été coupées. Car oui, chez les Kase, les cheveux c’est sacré !

Bref, dans le dortoir des secondes années une élève s’activait à enfiler sa tenue de soirée. Une toute nouvelle car son ancienne était trop petite pour elle à présent. Et oui ça grandit ses petites bêtes. Seule dans la vaste pièce Lethe bataillait pour fermer sa fermeture éclair qui, bien évidement, était située dans son dos. Et, étant la dernière 2nd années présente dans le dortoir, personne ne pouvait l’aider. Elle n’allait quand même pas rejoindre Théophile avec une robe à demi attaché ! Finalement, au bout de cinq longues minutes, et au terme de grandes contorsions, les de bords du zip se rencontrèrent dans la nuque de la Poufsouffle. Un soupir de soulagement s’échappa des lèvres de la jeune fille.
Lethe s’éloigna du miroir devant lequel elle était postée depuis près de vingt minutes. Vingt minutes passées à choisir la meilleure paire de chaussure. Vingt minutes à tester toutes les coiffures possibles et imaginables. Et enfin, vingt minutes passées à se maquiller, par touche subtile. Un semblant de mascara sur les cils et un léger trait de crayon pour faire ressortir son regard d’émeraude.


Satisfaite du résultat final la jeune fille rangea ses affaires dans sa valise et poussa celle-ci sous son lit. Puis, enfin prête, elle quitta le dortoir, traversa la salle commune déserte et rejoignit le couloir. Tous les élèves filaient dans la même direction : La Salle Commune ! Tout en marchant Lethe se remémora le bal de l’an passé. Plusieurs détails, depuis longtemps oubliés, lui revinrent en mémoire : L’arrivée en retard de son cavalier, la crainte de s’élancer seule sur la piste de danse... A l’époque ses détails l’avaient rendue très mal à l’aise, elle se souvint que, désespérée, elle avait songé à quitter la pièce... A présent l’évocation de ses vieux souvenirs avait fait apparaître sur le visage, déjà rayonnant, de la fillette un sourire taquin. En un an elle n’avait pas seulement grandit, elle avait mûrit. La Poufsouffle était entièrement consciente que le plus gros du chemin était encore à faire mais elle avait progressé ! Et c’était un point non négligeable.

Perdue dans ses souvenirs Lethe avait parcourut la quasi-totalité de la distance qui la séparait de la soirée de l’année. Elle arriva devant le grand escalier. Elle marqua un temps d’arrêt pour observer la foule qui se massait dans le hall. Des éclats de joies parvenaient jusqu’à ses oreilles malgré la forte musique qui sortait de la Grande Salle. Sa position surélevée lui offrait la possibilité de chercher son cavalier. Mais elle eut beau chercher partout à aucun moment elle ne l’aperçut. Enfin à un moment elle avait cru l’entrevoir mais elle avait très vite perdu sa trace. Frustrée, elle descendit rapidement les marches et se mêla à la masse compacte d’élèves. Continuant ses recherches elle salua d’un signe de la main ses connaissances et amis.

Au bout d’un long moment Lethe parvint aux portes de la salle de bal. Elle avait dû faire très attention que personne ne marche malencontreusement sur le bas de sa robe. C’est alors que la fillette remarqua sa partenaire de bataille de polochons : Abbygael Erwind, la Poufsouffle se hissa discrètement à ses côtés et la salua :

" Hello ! , Comment tu vas ? Toi aussi tu attends ton cavalier ? ", Lui dit-elle en souriant.

Du coin de l’œil Lethe observait toujours la foule qui franchissait les portes en quête de son ami. Le scénario de l’an passé était-il en train de se reproduire ? Nan, la jeune fille avait vu son ami quelques minutes plus tôt et elle ne laisserait pas les choses se reproduire ! Plus motivée que jamais elle intensifia ses recherches ! Finalement elle le vit, adossé au deuxième battant de la porte. N’osant hurler son prénom, elle agita sa main en l’air pour qu’il l’aperçoive. Après seulement quelques secondes il nota sa présence et commença à traverser le flot d’élèves qui pénétrait dans la salle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 19:26

Alehandra était rentrée dans les dortoirs un peu plus tôt que prévu pour se laver, s’habiller, se coiffer, se maquiller afin d’aller au bal de Noël. Cette année, la jeune fille avait un cavalier, Alister l’avait invitée à aller au bal vue que leur petit ami respectif était des adultes confirmés. Même si Alister n’était pas totalement sur des sentiments de Maximilien et qu’Alehandra ignorait aussi tous des sentiments de Damien.

Le bal de Noël, elle ne l’appréciait plus autant qu’avant surtout que Clément avait choisi ce soir là pour lui faire ses adieux. Elle s’en souvenait très bien et elle se souvenait aussi d’Harry qui l’avait réconfortée alors, que lui aussi avait des problèmes à ce moment là. Harry avait été presque toujours là pour elle et maintenant c’était fini, cela faisait un an qu’ils s’évitaient tant que faire ce peux. Elle ne voulait pas le voir pour éviter de souffrir et de se demander ce qu’elle avait bien pu faire de mal pour qu’il la laisse de côté de cette façon.


*Allez ne penses plus à ça… C’est ton avant dernière année profites-en avant de devenir adulte et d’avoir des responsabilités*, se dit-elle en descendant les marches qui l’amenait vers le hall d’entrée.

Alister lui avait demandé de l’attendre dans le Hall pour ne pas qu’il n’ait pas à la chercher pendant des heures dans la Grande Salle. Ce qui avait un peu amusé la jeune Gryffondor en imaginant le jeune Poufsouffle entrain de la chercher. Alister était quelqu’un de bien et d’extrêmement gentil et prévenant avec elle, elle l’aimait bien et si il n’avait pas été de l’autre côté de la barrière. Alehandra aurait peut-être espérait un peu plus de sa part mais, il était ce qu’il était et elle ne pensait pas qu’elle pourrait le changer un jour. Elle se mit alors dans un coin et attendit que le jeune homme fasse son apparition.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 19:41

Laura se releva en voyant arriver son cavalier. Qu’il s’était bien habillé ! Laura était contente : le bal permettait aux élèves de se montrer tels qu’ils étaient, sous les robes noires de l’école qu’elle même détestait tant. C’était peut être le seul défaut de Poudlard, en tout cas, pour l’instant. Le seul qu’elle voyait aussi.

La jeune sorcière sourit en voyant le Gryffondor chercher, l’air un poil nerveux. Elle se faufila au milieu des couples déjà formés et des élèves qui attendaient impatiemment leur cavalier ou cavalière. Elle perdit Joshua de vue un moment, mais le revit bientôt, reconnaissant facilement ses cheveux.

Laura s’approcha du garçon par derrière, puis lui pinça doucement le dos afin de lui faire peur. Le bal allait bientôt commencer, aussi ils ne devaient pas trop traîner, mais elle n’avait pu résister à l’attrait de la blague. De plus, elle était sûre qu’il en aurait fait de même pour elle. Les deux jeunes lions aimaient ça, et c’était certainement ça qui avait évité qu’ils se jettent l’un contre l’autre lors de leur première rencontre, même si Laura devait avouer que c’était-elle qui aurait certainement déclenché les hostilités.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 20:15

Il fumait. Son chapeau fumait. C’est ti dieu pas possible, avait murmuré le vieux concierge Rusard en déversant au passage une grande bouffée flairant bon la naphtaline vieillie en fût depuis un certain temps qui avait allègrement dépassé la date de fraicheur. Bon, revenons au chapeau. C’est toute une histoire ma foi ! Réveil délicat. Et oui, le vieux professeur avait tout prévu, pour une fois. Troquant son réveil à bras articulés un tantinet trop tonitruant et, comment dire, peu propice à des réveils en douceur vu le capharnaüm qu’il produisait tel l’aurait fait une symphonie déréglée et horriblement moche de Beethoven, il avait ensorcelé un autre réveil apparemment innocent, qui, l’heure arrivant, ne trépignait PAS d’impatience en s’agitant de soubresauts, mais qui attendait avec patience le moment fatidique, posé calmement sur ses quatre pieds et tout à fait inhérent. 5 heures 59 et 58 secondes, 5 heures 59 et 59 secondes et 6 heures ! Les maigres aiguilles indiquant inlassablement l’heure secondes par secondes se transfigurèrent soudainement en de ravissantes lèvres pulpeuses qui commencèrent à murmurer doucement un son exquis, qui se poursuivit en une version calme et apaisante qui ressemblait fortement à une chanson d’une de ces moldues qu’il adorait tant, dans un genre complètement de cette horrible voix criante et nasillarde de Celestina Moldubec qui avait failli lui faire exploser son oreille gauche en la faisant gonfler comme un ballon lors d’un cours complexe de sortilèges une bonne trentaine d’années auparavant. En fait, c’était une version bien supérieure à celle d’une douzaine de home-cinéma stéréos dolby digital 12.0, la musique semblait émaner des murs eux-mêmes, murmurant leurs douces paroles aux oreilles dieu-soit-loué encore et toujours présentes toutes les deux. Mais alors qu’une version adorablement calme et joyeusement puissante et lyrique de cette moldue s’élevait, les sons graves et les puissantes vibrations qui en résultaient, quant à elles, n’était pas calmes et gentilles du tout. Elles faisaient jovialement vibrer le sol, soulevant le lit du pauvre pédagogue d’une vingtaine de centimètres à intervalles de plus en plus proches, jusqu’à le faire proprement et simplement voler. On demandera au lecteur toute sa concentration pour imaginer que si le lit vole, les vibrations soit vont très prochainement détruire tout Poudlard, soit le minuscule gnome entrain de roupiller en volant à prévu cet, heu, inconvénient d’un charme d’amplification trop bien réussi. Par chance, avant que le plafond ne s’écroule à cause de ces basses trop basses (ou le beau jeu de mots tout pourri !!), le minuscule sorcier bascula en avant et s’écroula d’un bon mètre, vu la taille ridicule de ses jambes, d’où l’inconvénient d’être un nain.

« BON SANG DE BON SANG DE BON SANG DE BONSOIR ! Hurla le minuscule mage, FINITE INCANTATEM ! »

Aussitôt les aiguilles reprirent leurs formes respectives, bien que boudant un peu à l’idée de quitter cette forme transfigurée bien plus pratique pour faire du charme aux horloges à pendules. La voix s’éteint ainsi que l’ambiance qui plongeait dans une terrible torpeur propice aux réveils en douceur. Filius fulminait. En fait, c’était chose fausse de dire qu’il fulminait, il fumait. De la vapeur bouillante et noirâtre s’élevait doucement de sa tête, sortant avec élégance et singularité des oreilles du professeur en produisant un léger bruit de train à vapeur excédé lâchant de la vapeur en espérant avec ardeur dépasser les 125 kilomètres heure. Le mystère s’explique simplement pour un élève ayant un sens de l’orientation aiguisé, sachant que la chambre d’Irma Pince se trouve juste en dessous… et qu’elle hait le bruit et est prompte au charme de fulminate, aussi nommé très bizarrement (tiens donc) le charme teuf-teuf boum-boum… Et c’est justement la main de cette même dame qu’il saisit fermement en avançant d’un pas faraud comme pas deux, paradant parmi ces collègues et notamment le professeur Macgonagal, avec un petit air supérieur sur le visage, très loufoque car imaginez vous avoir un petit air supérieur alors que de la fumée vous sort des oreilles avec un bruit de locomotive furieuse... D’ailleurs Irma avait des soupçons vu l’air pincé (encore un jeu de mots pourri) en observant cette étrange faculté, ou alors ne serait-ce que son habituel expression qu’elle avait du mal à quitter ? Mais quand le professeur lui avait fait un baisemain et l’avait complimenté à propos d’une « délicieuse et exquise robe en flanelle », la bibliothécaire aigrie semblait s’être apaisée et abordait le même petit air de satisfaction quand le professeur l’invita très aimablement à danser ce qui semblait un air de tango endiablé… Et imaginez vous voir danser un nain minuscule se trémoussant comme un dieu de la danse avec une ravissante bibliothécaire qui tournait autour de lui en agitant ses bras, comme dans un rituel d’adoration… d’un dieu à chapeau fumant !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 22:05



Voilà déjà quelques instants que la jeune Poufsouffle attendait devant les portes de la Grande Salle. Elle n'était en aucun cas dérangée par cette attente, mais il fallait dire qu'elle était impatiente d'entrer dans la Salle de Bal, et surtout, elle était impatiente de retrouver Hayden qu'elle n'avait plus vu depuis quelques jours. Lui étant à Gryffondor et elle à Poufsouffle, ils avaient convenus de se donner rendez-vous dans le Hall de Poudlard, ce qui serait bien plus simple pour se retrouver, plutôt que de s'attendre l'un l'autre près de la piste de danse.

A présent, les élèves devaient être presque tous sortis de leurs dortoirs respectifs, vu le monde qui était présent en ce début de soirée. Certains élèves, tout comme Abby, restaient devant les grandes portes de bois de la Salle de Bal. Pour la plupart, ils devaient attendre leurs et cavalières et cavaliers, alors que d'autres commençaient à discuter entre eux. D'autres encore, aux bras leur partenaire, faisaient déjà leur grande entrée, très certainement surexcité à l'idée que la soirée ne commence.

A chaque fois que quelqu'un passait à côté d'elle, Abbygael jetait de rapides coups d'œil, pour voir si ce n'était pas Hayden. Il fallait dire qu'il y avait tellement de monde qu'il était parfois difficile de distinguer les personnes que l'on avait en face de soit. De temps à autres, elle voyait l'un de ses amis qui lui disait bonsoir, auquel elle répondait à son tour toujours avec un sourire. Elle venait d'ailleurs tout juste d'appercevoir Mary qui lui sourit avant de s'engager dans la Salle de Bal.
Le cœur de la jeune fille commençait à battre de plus en plus. Il fallait dire que c'était son tout premier Bal et elle ne savait pas vraiment ce qui l'attendait derrière les grandes portes de bois, d'où la musique se faisait si bien entendre.

Tout à coup, elle vit passer à côté d'elle l'un de ses professeur, le professeur Flitwick, accompagné de la bibliothécaire de Poudlard, Madame Pince.

* Oh ! Je n'aurais jamais pensé à Madame Pince ! * Se dit la jeune Abby à elle-même tout en souriant.

En effet, quelques jours plutôt, elle avait tenté de deviner de qui seraient accompagnés ses professeurs pour le Bal de Noël. Elle avait tout d'abord pensé à un couple Rogue – McGonagall, mais à la réflexion, il y avait très peu de chance pour que cette supposition sois juste...
Elle essaya ensuite de connaître la cavalière du Professeur Flitwick. Elle imagina qu'un couple Flitwick – Gobe-Planche serait tout à fait possible. Elle fut surprise de le voir en compagnie de Madame Pince ! Et bien, finalement, ils formaient un beau couple !

* Peut-être que Madame Pince a des talents cachés de danseuse ? *

Elle pensa ensuite au professeur Slughorn. Avec qui viendrait-il ? Là, pas la moindre idée ne vint à l'esprit de la jeune Poufsouffle. Elle repensa ensuite à la conversa de deux élèves de son cours de Potion. Il parlait d'une soirée que devait organiser le professeur le soir-même... Ah ! Il ne sera donc peut-être pas accompagné ce soir !

Son professeur de Sortilège, accompagné de Madame Pince, passa près d'elle afin de parvenir jusqu'à la Grande Salle.

- Bonsoir Professeur Flitwick, bonsoir Madame Pince, dit la petite Poufsouffle avec un sourire.


La jeune fille reporta ensuite son attention sur les élèves qui arrivaient de tous côtés quand, soudain, elle reconnu l'une de ses partenaires lors de la bataille de polochon du cours de Sortilège, qui arriva très rapidement près d'elle. C'était Lethe Kase, une élève de Poufsouffle, comme elle, mais en deuxième année.

- Hello ! , Comment tu vas ? Toi aussi tu attends ton cavalier ? Lui demanda-Lethe

Abby lui sourit. Elle était contente de la revoir.

- Coucou Lethe ! Je vais très bien et toi ? Oui j'attends mon cavalier, ajouta-t-elle avec un grand sourire. Il ne va plus tarder je pense.

Abby s'aperçut que Lethe scrutait de plus en plus le Hall du regard. La jeune fille pensa rapidement qu'elle cherchait son cavalier. Tout à coup, Lethe leva sa main et l'agita vivement vers la porte. Abbygael porta alors un regard curieux vers cette endroit, et remarqua Théophile Mandrake, son second coéquipier lors de la très célèbre bataille organisée par le professeur Flitwick.

- Oh ! Tu vas au Bal avec Théo, c'est bien ça ? Demanda Abby en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Dim 17 Aoû - 23:54

Théophile traversait la foule qui s'était amassée dans le hall pendant les quelques minutes qu'il avait eu à attendre sa cavalière. Il avançait vite, pour ne pas perdre Lethe qu'il venait d'appercevoir (si tôt dans la soirée, ça aurait été bien trop dommage) mais pas trop pour ne pas écraser les pieds des autres élèves et ne pas avoir l'air de l'attendre impatiemment.
Il fit une esquive gracieuse pour ne pas shooter dans son professeur de sortilège, et s'excusa platement, perdant de vue quelques secondes sa cavalière. Il redressa tout de suite la tête, retrouva Lethe et reprit vaillament son chemin. Elle était accompagnée d'une petite Poufsouffle, qui les avait accompagné lors de la mémorable bataille de polochon du professeur sus-cité.


Le courageux Gryffondor arriva enfin près de Lethe. Il reprit son souffle un instant, arbora son plus grand sourire, lui prit la main et s'inclina.

"Bonsoir princesse."

Il hésita imperceptiblement, puis l'embrassa sur la joue. Laissant la jolie Poufsouffle toute rose reprendre ses esprits, il se tourna vers Abbygael :

"Salut Abbygael. Je peux te voler Lethe ?"

Abbygael acquiesca d'un sourire et d'un hochement de tête. Théophile présenta son bras à sa cavalière qui y posa sa main et l'entraîna vers la porte de la salle de bal. La soirée ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: BAL   Lun 18 Aoû - 3:51

Depuis le 23 Novembre, il fallait avouer que Juliette n’allait pas très bien. Elle avait le moral à terre, pleurait très souvent et manquait affreusement de confiance en elle. Toutefois, aujourd’hui, en cette journée spéciale, la brunette pétillait. Elle était heureuse, vraiment heureuse. Aujourd’hui, comme à tous les bals de Noël précédents, c’était son anniversaire. Par contre, très peu de gens le savaient. Imaginez, Juliette ne l’avait même pas dis à Ernie ! Alors, la question était de savoir si son petit copain savait où trouver de bonnes sources. Même si Juliette n’en voudrait pas à Ernie de ne pas le savoir, elle espérait qu’il le saurait (N’essayez pas de comprendre les femmes, elles sont parfois capricieuses, hein ?). M’enfin, poursuivons. En plus de fêter son anniversaire, soit ses quinze petites années, Juliette était enfin en couple, à son plus grand bonheur. Ernie était un garçon merveilleux, vraiment merveilleux. La brunette mourrait d’impatience de le présenter à ses parents, pour être franche. Depuis deux semaines, les deux tourtereaux filaient le parfait amour, en effet.

Ce matin là, en se levant, Juliette s’était dit que Nathan n’aurait pas voulu la voir triste le jour de son anniversaire, loin de là. Ce fut pourquoi elle décida de sourire toute la journée, et de rire avec une joie qui était sincère. Après avoir déjeuné, passé un peu de temps avec Ernie, Juliette avait regagné son dortoir afin de se préparé pour le Bal de Noël qui avait lieu ce soir même.

Même s’il était six heures et que le Bal commençait à sept heures, le temps ne manquait pas, pour tout vous dire. Aujourd’hui, depuis environ quatre heures de l’après-midi, Juliette se préparait. Enfin, je dis « préparait », mais je ne parle pas que du fait de se maquiller, de se vêtir et de se faire les cheveux. Non, je parle du reste. Juliette devait se faire à l’idée que ce soir, c’était sa première sortie avec Ernie en tant que couple. C’était franchement génial, pour être honnête. Donc bon, la Serdaigle s’était préparée mentalement à recevoir pleins de commentaires du genre « Ooohh ! Vous êtes ensemble ? », « Tu ne me l’avais pas dis, Juliette Horuni ! » ou encore des
« Toutes mes félicitations, vraiment ! ». Non mais pour être honnête, est-ce que Juliette avait l’air enceinte Ôô ? Non, c’est ce que je pensais ! Alors bah, pas besoin de trucs du genre « Toutes mes félicitations, vraiment ! ». Toutefois, la sorcière était persuadée que cette phrase allait sortir de la bouche de quelqu’un ce soir. Donc bon, fallait bien se préparer à répondre une phrase toute prête, nan ?

Bref, après s’être mise dans la tête qu’elle était véritablement avec un garçon et que tout le monde allait le savoir ce soir (ce qui honnêtement, lui pris environ cinq minutes xD), Juliette avait commencé à se préparer. Elle avait tout d’abord sorti sa robe. Elle était bleue clair et ouverte dans le dos. Un léger décolleté était présent à l’avant, plutôt caché par des cordes, qui étaient également présente sur les deux côtés et dans le dos. Bref, le tout donnait un truc de ce genre. Plutôt beau, hein ? Après l’avoir sortit, Juliette l’avait déposée sur son lit et avait filé dans la douche. Lorsqu’elle en était ressortie, elle avait laissé ses cheveux friser sans les aplatir. Après tout, Ernie lui avait dit qu’elle était plus jolie les cheveux frisés qu’aplatis, alors bon ! =) Après être sortie de la douche, notre Serdaigle avait enfilé sa robe et s’était dirigée vers la salle de bain pour se maquiller. Son père lui avait envoyé une immense trousse qui contenait plein de petits pots de crèmes et de maquillages pour sa fête, en même temps que sa robe.

Ainsi donc notre miss Horuni s’était maquillée légèrement, et au final, cela donnait une chose qui ressemblait à une star. La brunette avait du mascara, du crayon noir et du gloss transparent. Bref, tout le kit. Elle était vraiment très jolie, pour être franche ! Lorsqu’elle avait terminé cela, eh bien, la brunette avait regardé sa montre et bam, il était déjà six heures. Waouh, elle était prête et le bal n’ouvrait ses portes que dans une heure ! Voilà ce que je vous disais tout à l’heure... Vous allez sans doute me demande « Mais que va-t-elle faire pendant cette heure ? » Excellente question, très pertinente au passage !

| Amanda |« Arghh ! J’veux mouriiiiiiiiiir ! »

Juliette releva la tête. Elle s’était assise sur son lit mais apparemment, elle n’avait pas eu le temps de mettre ses talons qu’Amanda grognait. Ooh, mais ça sentait le besoin d’aide tout ça ! Après tout, pourquoi pas ? Ce serait plus occupant que de contempler quatre murs pendant une heure de temps !

| Juu’ | « Qu’est-ce qui se passe, Amanda ? Tu veux de l’aide ? »

| Amanda | « Oh, merci Juu’ ! Tu voudrais bien me maquiller ? Ton maquillage est super réussi et en s’moment, j’veux m’arracher les cheveux de la tête ! Tu serais vraiment sympa de m'aider ! »

Juliette éclata de rire et agrippa le fond de teint. Ce fut donc pendant une bonne demi-heure que les deux Serdaigle restèrent dans la salle de bain, ne cédant en aucunes façons aux hurlements des autres filles du dortoir qui voulaient se laver ou se préparer. Finalement, au bout d’un moment, miss Horuni termina son travail et Amanda s’admira dans le miroir.

| Amanda | « Waouh, c’est superbe ! Merci beaucoup ! »

La bleue et bronze la gratifia d’un sourire franc et toutes deux sortirent de la salle de bain. Elles prirent place sur leur lit respectifs et mirent leur souliers puis prirent leurs sacoches et descendirent les escaliers. Le chemin ne fut pas très long et par chance, elles arrivèrent les premières. Apercevant respectivement leurs cavaliers, les deux Serdaigle se quittèrent en se souriant. Juliette, pour sa part, se dirigea vers Ernie avec un sourire. Arrivée à sa hauteur, la gamine le regarda de haut en bas et s’approcha de lui, un sourire aguicheur sur le bout des lèvres

| Juu’ | « Êtes vous libre, jeune homme ? Parce que franchement, vous êtres très séduisant... »

Sur cette phrase, Juliette pouffa de rire et agrippa la main d’Ernie. Puis, elle ferma les yeux et l’embrassa tendrement. Pour tout vous dire, la sorcière était aux anges. Ernie embrassait comme un dieu et il était très beau ce soir, vraiment. Après avoir terminé le baiser par un sourire, la brunette pris la parole.

| Juu’ | « Non mais, plus sérieusement, tu es vraiment très, très, très mais très beau ce soir... »

Un visage accompli et rayonnant, la Serdaigle entraîna son amoureux dans la Salle de Bal. Franchement, cette soirée promettait, vraiment.

{ 1 145 Mots. ]
{ Robe de bal Ici. (= ]


1146
$$$
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BAL   

Revenir en haut Aller en bas
 
BAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 6 :: Hall d'entrée-
Sauter vers: