AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Le journal d'Abbygael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Le journal d'Abbygael   Sam 16 Aoû - 23:24



Mercredi 20 Septembre 1996


Je ne sais pas vraiment ce qui m'a pris lorsque j'ai acheté ce journal sur le Chemin de Traverse. Quoiqu'il en soit, maintenant qu'il est là, je ne peux que remplir les pages une à une, jusqu'à n'en plus pouvoir. Peut-être même qu'au fur et à mesure j'y prendrais vraiment goût, qui sait...

Voilà quelques jours que je suis à Poudlard. Je crois bien n'avoir jamais imaginé un tel monde. C'est difficile à expliquer. Malgré tout ce que j'avais pu lire sur cette école, rien n'est comme ce qui était décrit.

Lorsque j'ai laissé maman pour monter pour la toute première fois de ma vie dans le Poudlard Express, je ne pensais pas trouver ce que j'y ai trouvé. Je m'avançais timidement dans le couloir accompagnée de Mystère, tirant mes valises derrière moi, à la recherche d'une cabine. Sur mon chemin, j'ai d'ailleurs croisé un vieille dame qui poussait un gros chariot à confiserie. Elle m'a demandé si je voulais quelque chose, mais j'étais trop préoccupée à trouver un compartiment libre. Je l'ai alors remerciée de me l'avoir proposé, et aie renoncé à prendre les chocogrenouilles que j'aime tant.
Je suis finalement arrivée à l'arrière du train et ai constaté qu'il n'y avait que deux élèves dans l'une des cabines, un garçon et une fille. Je suis alors entrée et m'y suis instalée à côté de la jeune fille qui s'appelait Noémie Logan. Le jeune garçon, quant à lui se prénomait Paul Defiend.
Quelques instants après moi, une autre jeune fille est arrivée et s'est assise à côté de Paul. Elle s'appelait Summer Smith. Son arrivée fut rapidement suivie de celle de Laura Thinkingen. Enfin, un dernier passager s'est, à son tour, installé dans la cabine. Il sagissait de Matt Stevens.
Ainsi, pendant tout le temps qu'à duré le voyage, nous avons pu sympathiser. Certains plus que d'autres d'ailleurs.
Noémie était la plus vive et celle qui parlait le plus. Pendant le voyage, elle s'est un peu endormie, tout comme Paul qui n'avait pratiquement fait que ça. Les laissant dormir, Laura, Summer, Matt et moi avons discuté de choses et d'autres, notement de Poudlard, et avons apris à mieux nous connaître.
Lorsque le train s'est arrêté, chacun est descendu sur le quai. On a laissé nos affaires et nos animaux de compagnie, et toutes les premières années se sont regroupés autour d'un homme immense du nom d'Hagrid, alors que les élves plus âgés sont partis dans la direction opposée. Il nous a fait monter dans des barques, afin de traverser un lac immense, et j'ai eu la chance de me retrouver avec Matt et Summer.

Après avoir mis pied à terre, Hagrid nous indiqua le chemin à suivre. Arrivés dans le château de Poudlard, on a pris un couloir et avons montés quelques marches. Là, un femme coiffée d'un châpeau pointu nous a accueillis. Elle se présenta et nous expliqua comment la répartition allait se passer. On apprit ainsi que c'était notre futur professeur de Métamorphoses, le professeur McGonagall, et qu'elle allait nous conduire jusqu'à la Grande Salle où aurait lieu notre répartition. On la suivit alors, le coeur battant. Le professeur poussa de grande portes de bois et l'on pu voir quatre tables parfaitement allignées, auxquelles étaient déjà installés des élèves plus âgés que nous. On marcha les uns derrière les autres, regardant de droite à gauche. J'avais d'ailleurs perdu de vu mes compagnons de voyage, et j'esperais de tout coeur qu'ils se retrouvent dans la même maison que moi.
On resta un instant debout, face à un chapeau étrange installé sur un tabouret en bois. C'était le fameux Choixpeau dont j'avais entendu parler. Etrangement, il ne semblait pas différent de tout autre chapeau, si ce n'est qu'il paraissait assez ancien. Le professeur qui nous a conduit jusque là prit un rouleau de parchemin et nous expliqua qu'à l'appel de notre nom, on devait s'avancer puis nous asseoir sur le tabouret qui se trouvait face à nous. Elle nous poserait ainsi le Choixpeau sur notre tête pour qu'il décide de notre maison. Je ne savais pas du tout où étaient mes compagnons, et je dois dire que le fait d'être angoissée par la répartition ne me permettait pas vraiment de les retrouver dans la foule de nouveaux élèves.
Tout à coup, le professeur McGonagall prononça mon nom. Bien que mon coeur battait déjà très fort, je crois qu'il redoubla de vitesse. Je m'approchait alors, à pas hésitants, du petit tabouret et m'assis dessus. On déposa alors le Choixpeau sur ma tête. Celui-ci sembla marmoner quelque chose que je ne comprenait pas, il semblait réfléchir. C'est après quelques seconde de réfléxion qu'il s'éxclama :
« Un bon relationnel avec les autres et une capacité de travail importante, cette petite ne peut qu'aller à POUFSOUFFLE ! »
C'est alors que les élèves présents à l'une des quatre grandes tables commencèrent à applaudirent au milieu d'exclamation de joie. Je me précipita alors jusqu'à la table en question, où des élèves plus âgés que moi me souhaitèrent la bienvenue.

Lorsque tous les premières années ont été répartis, le repas de début d'année commença. Il y avait des choses délicieuses ! Lorsque le repas fut terminé, les préfets nous montrèrent le chemin de nos Salles Communes. Après être passés par de nombreux couloirs, je découvrait enfin la Salle Commune de Poufsouffle. Alors que les autres élèves discutait, j'ai préférer découvrir le dortoir des filles de première année. Après avoir monté quelques marches et avoir poussé la porte, je remarquait que des valises étaient disposées autour d'un poele. Ce que je remarqua en premier, ce fut Mystère, mon petit chat blanc que j'ai eu à l'animalerie du Chemin de Traverse. Ensuite, une jeune fille que je n'avait pas remarqué vient me dire bonjour, elle s'appellait Raine Brunay. Après que l'on se soit couchées, une jeune fille est arrivée dans le dortoire, elle s'appelait Mary Fangers. Les autres semblaient dormir, alors nous avons sympathisé et nous sommes parties à la découverte de Poudlard le soir-même, à la lueur de nos baguettes. Quelle idée saugrenue nous avons eut !
Finalement, la soirée s'est très bien terminée.
Je me retrouvait donc dans la même maison que Noémie, Summer et Paul( avec qui je n'ai pas vraiment pu faire connaissance pendant le trajet ), trois de mes compagnons de voyage.

Il se fait tard, maintenant, je reprendrais mon récit un autre jour...

Abbygael
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   Dim 28 Sep - 13:20




Samedi 2 Décembre 1996




Cela fait bien longtemps que je n’ai plus écris sur ce journal. J’ai décris mon arrivée à Poudlard et puis plus rien. A vrai dire, c’est plus par manque de temps qu’autre chose, car des aventures, je peux dire que j’en ai vraiment vécus depuis le mois de Septembre.
Je crois que mettre une description de toute ce qui a pu m’arriver à Poudlard serait inutile. Les choses arrivent si rapidement, elles se bousculent. Peut-être devrais-je plutôt parler des personnes que j’ai rencontrées, une à une… Non, j’ai peur que cela ne soir trop impersonnel, que cela ne décrive pas suffisamment ce que je voudrais faire partager. Ces choses, peut-être que je voudrais les faire partager à un simple journal, les écrire sur quelques bouts de papier, mais qu’importe ? Le tout c’est que mes mots sortent du cœur. C’est le plus important je crois, alors je vais tenter de parler de chacune des personnes que j’ai rencontré jusqu’à lors, les plus importantes ou tout du moins, je vais parler de toutes celles dont je n’ai pas parlé avant, et peut-être même reparlerais-je de certains, je ne sais pas encore…

Je crois que la plus part des rencontres que j’ai faites à Poudlard ont été assez… comment dire… singulières. Par qui pourrais-je bien commencer ? Par Hayden ? Allez, pourquoi pas. Il y a des jours où on a plus ou moins la tête dans les nuages, peut-être sommes-nous plus ou moins bien réveillés. Peut-être suis-je un petit peu trop distraite, mais je crois que ma distraction m’a porté chance, pour une fois. Je sortais à peine de mon cours de Sortilèges et Enchantements, de plus, j’avais une heure de libre qui me tendait les bras, alors peut-être que ça explique pourquoi je ne faisais absolument pas attention où j’allais, non ? Je regardais un peu partout dans le couloir et bien sûr, sans vraiment faire attention aux personnes qui passaient près de moi. Sans comprendre ce qui m’arrivait, je me suis retrouvée par terre, mes affaire de cours éparpillées autour de moi et ma plume cassée. Un instant j’ai essayé de comprendre ce qui venait de se passer, et c’est là que j’ai vu un jeune garçon assis à côté de moi. Je le connaissais déjà en fait, ou plutôt je le connaissais vaguement. En réalité, on a certains cours en commun, alors je m’étais souvenue de son visage. Il était à Gryffondor, et son nom était Hayden Smith. Ca lui allait bien, d’ailleurs. Il m’a aidé à ramasser mes affaire et on a un peu discuté. En réalité, on n’a pas vraiment pu se dire grand-chose car le professeur Rogue est arrivé assez rapidement, ce qui m’a grandement surprise. Il s’est immédiatement énervé contre Hayden, c’était bizarre. Bien sûr, j’ai eu droit aussi à ses réprimandes « … et vous trainer dans les couloirs et… » et blablabla… Par contre, je peux dire que de mon côté ça pouvait aller. Quand je repense à la façon dont il s’est acharné sur Hayden... Après tout, c’est pas sa faute si il n’aime pas les cours de Rogue, le pauvre Hayden. Franchement, j’ai trouvé ça bête et méchant de le rabaissé ainsi. Bon moi aussi j’ai une droit à quelques unes de ses remarques, mais bon de toute façon, c’est juste parce que j’étais avec Hayden. Ca n'aurait pas été crédible si il ne m’avait pas crié dessus… Quoi qu’il en soit, il nous a tous les deux donnés une retenue, qui était d’ailleurs ma toute première. Etrangement, j’ai pas trouvé ça si terrible. Je dois même dire que je me suis bien amusée avec Hayden, il est si gentil… Et je suis sûre que personne ne pourrait deviner ce qui s’est passé ensuite. Il m’a invitée à venir au Bal de Noël avec lui…

Malgré que je voudrais continuer à décrire ce qui m’est arrivé, et notement ma rencontre avec Hayden, je crois que je ne le pourrais pas ce soir. Il se fait malheureusement tard, maintenant, et je commence à avoir sommeil. Je continuerai à raconter mes journées et mes rencontres de temps en temps, que ce soit en plein jour ou éclairée par ma baguette magique…



Abbygael




[ Environ 700 mots ]

MMM : 704
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   Lun 10 Nov - 18:52

Vendredi 20 Novembre 1996
 
 
Je crois qu’aujourd’hui vient de m’arriver la chose la plus incroyable de toute ma vie ! Je suis sûre que ça doit paraître même fou, mais pourtant c’est vrai, tout est vrai ! Je crois que pour comprendre exactement de quoi je parle, il faut que je commence par ce qui s’était passé il y a quelques jours.

C’était un jour de Novembre tout à fait comme les autres. J’avais décidé de lire un petit peu mon livre de Métamorphose dans mon dortoir, et au bout d’un moment j’en ai eu marre. C’est pourquoi je l’ai posé sur ma table de nuit et suis partie faire un petit tour dans le château, pour chercher mes amies. Prenant un livre au passage, je me suis dit que, si je ne les trouvais pas, je pourrais toujours aller dans le Parc pour lire une quelques pages sous un arbre. Et effectivement, je n’ai trouvé la trace de personne. J’ai appris le soir qu’elles étaient allées demander un renseignement à Madame Chourave par rapport au dernier cours de Botanique, mais c’est pas ça le plus important. Ne les trouvant ni dans la Salle Commune ni à la Bibliothèque, je suis partie en direction du Parc, mon livre toujours dans les mains. Une fois arrivée, je l’ai trouvé étrangement vide bien qu’il y avait du soleil par endroit. J’ai regardé un peu partout pour voir où je pourrais m’installer, et c’est là que j’ai vu un élève plus âgé que moi, et qui lisait tout seul sur un banc. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu envie d’aller lui parler, de discuter avec lui. En m’avançant, j’avais bien remarqué qu’il était à Serpentard, mais ce n’est pas ça qui m’a arrêtée. J’ai tellement l’habitude de parler à des personnes issues de cette maison que je n’y ai pas fais attention. Nathanael McGowan, c’était son nom. Il m’a également dit qu’il était en quatrième année. Je dois dire que le début de notre conversation n’étais pas des plus roses, c’est vrai, mais au bout d’un moment on est parvenu à discuter plus ou moins « normalement ». Malgré toutes les méchancetés qu’il a pu me dire, je ne lui en veux pas, et ne lui en voudrai jamais. Comme il jugeait maman sans même la connaître, et que je ne l’ai pas apprécié, je lui aie demandé de me parler de sa famille. Je l’ai beaucoup regretté par la suite. Il m’a rapidement expliqué qu’il avait toujours vécu avec son père, un homme issu de Serpentard, tout comme lui, et me dit qu’il n’avait jamais vraiment connu sa mère. Je crois que personne ne peut comprendre la peine que j’ai ressentit lorsqu’il m’a dit cela, et maintenant j’en connais la raison, aussi étrange que cela puisse paraître.

Le soir même, j’ai écris à maman au sujet de Nathanael, pour la simple et bonne raison que son nom me trottait de plus en plus dans la tête, tout en ajoutant les quelques souvenirs que je croyais être en rapport avec ce nom. McGowan.
 Ce matin, alors que je prenais mon déjeuner dans la Grande Salle, comme tous les jours, j’ai reçu la réponse de maman. Je crois que c’est la lettre la plus bouleversante de toute ma vie. J’ai tout de suite compris de quoi il était question, mais je crois que je n’arrivais pas à me dire que cela était possible. J’ai rapidement pris mes affaires avec moi et parti en direction des cachots pour mon cours de Potion qui devait avoir lieu en première heure. C’est en passant devant la Salle Commune des Serpentard que j’ai vu sortir Nathanael. Je savais très bien que je ne pouvais pas garder tout ça pour moi, pour la simple et bonne raison que c’était lui le principal intéressé. Je ne pouvais rien lui dire à cet instant, déjà parce que je n’en avais pas vraiment le temps, mais surtout parce qu’il y avait beaucoup de monde autours de nous. Je lui aie alors demandé de me rejoindre à dix heures dans le Parc. La sonnerie marquant le début de la récréation sonna, alors je me suis dépêchée d’aller m’assoir sous un arbre. Il est arrivé quelques temps plus et c’est difficilement que j’ai commencé à lui expliquer de quoi il était question. Comme Maman l’avais souhaité, je lui aie demandé si son nom, Lynn Atkins, lui évoquait quelque chose. Il me répondit tout d’abord que non, et je ne sais pourquoi mais je lui aie tendu ma lettre que je gardais si précieusement entre mes petites mains. C’est alors qu’il me dit quelque chose que l’on ne peut entendre tous les jours « Lynn est ma mère à moi aussi… ». Je crois qu’à sa voix, qu’à ses mots, je pâlie, si bien que je ne parvint pas à terminer ma phrase, que j’avais commencé dans l’idée de lui demander s’il était bien mon grand frère, mon demi-frère…


Maintenant, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, je ne suis plus fille unique, et j’en suis vraiment très heureuse…  
 
 
[ 846 mots ]

XXX
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   Lun 10 Nov - 22:55

Samedi 26 Décembre 1996
 
Hier soir avait lieu le Bal de Noël que tous les élèves attendaient avec impatience. Peut-être pas tous les élèves, c’est vrai. Certains étaient rentrés chez eux et d’autres n’avaient pas voulu venir, sois parce qu’ils n’en avaient pas envie, soit parce qu’ils n’avaient pas de cavalier. En tout cas, j’ai passé une journée merveilleuse, moi. Je vais essayer de la raconter est quelques lignes, mais je suis sûre que cela ne suffira pas à montrer à quel point celle-ci était fantastique.
Vers dix-neuf heures, j’ai commencé à me préparer. Il y avait une de ces agitations dans le dortoir, c’était fou ! Mes amies couraient et allaient d’un côté à l’autre de la pièce, attendant leur tour pour aller dans la salle de bain. Il y avait de nombreux rires dans chacun des coins de la salle, et beaucoup de conversation. J’ai d’ailleurs discuté avec plusieurs de mes amies, et notamment Ophélia. Pour me préparer, bien que j’avais très hâte de retrouver Hayden dans le Hall de Poudlard, j’ai préféré attendre que toute cette agitation se calme un peu. De toute façon, nous n’avions rendez-vous qu’à partir de vingt heures. Je commençais ensuite à me préparer, lorsque les plus euphoriques partirent déjà rejoindre leurs cavaliers, et mis bien trois quart d’heure avant d’être fin prête. J’avais ma longue robe rose pâle que Maman m’avait envoyée, ainsi que des petites chaussures assorties. Comme bijoux, j’avais seulement un petit collier fin avec une perle. Une fois prête, j’ai rapidement attrapé mon châle que j’avais posé sur mon lit et aie rapidement descendu les escaliers menant à ma salle commune avant de prendre la direction des couloirs. Je regardais successivement de droite à gauche pour voir si Hayden était là, mais je ne l’ai pas trouvé. J’ai attendu quelques instants, et c’est là que Lethe, ma coéquipière de bataille de polochon, est arrivée. On a un peu discuté toutes les deux, et c’est là que Théophile Mandrake, mon autre coéquipier lors de cette très célèbre bataille, est arrivé. C’était lui le cavalier de Lethe. J’attendis encore quelques instants et c’est Helena, la jumelle d’Hayden, qui vint me voir ensuite. On a papoté toutes les deux, puis Hayden est arrivé. Qu’est-ce qu’il était beau quand même ! On a dansé et je me suis vraiment amusée. J’ai entendu dire qu’un élève avait mis une potion dans les aliments, mais je ne sais pas de qui il était question. C’était marrant, quand même ! Ensuite, je sais qu’il y a eu une bataille avec un chou à la crème, entre une élève de Serpentard, qui était venue avec un Poufsouffle, et une élève de Serdaigle qui, je crois, n’avais pas de cavalier. Finalement, j’ai vu que le cavalier de la première avait terminé la soirée avec la jeune Serdaigle, comme quoi… Oh ! Et je n’ai même pas parlé de Nathanael ! Je ne l’ai pas vu tout de suite, mais je ne cacherai pas que j’ai été plus que surprise de vois mon frère avec une Gryffondor. Je crois qu’elle s’appelait Billie Ziegler. Et d’après ce que j’ai cru comprendre, il n’a pas vraiment apprécié le fait que je sois allée au Bal de Noël avec un Gryffondor...
 
A bientôt !
 
Abbygael.
 
[ 543 mots ]


XXX
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   Mar 11 Nov - 14:40

Vendredi 25 Fevrier 1997


Comme le temps passe vite, c’est fou ! Et dire que nous somme déjà à la fin Janvier… Oh ! Il s’en est passé des choses dans ma vie, à commencer par la troupe de danse à laquelle j’appartiens. Son nom, c’est Sterne, et ça veut dire étoile en Allemand. C’est très joli comme non, je trouve, et d’ailleurs, celui qui en a eut l’idée, aussi bien du nom que de la troupe, C’est Adrien Sallers, un Poufsouffle de troisième année qui est vraiment très gentil. Chose étrange, il sort avec Heaven Clarks, une Serpentard de deuxième année qui était présente lors de notre première répétition, mais seulement en tant que spectatrice.

En tout, la troupe compte quinze membres. C’est vraiment super qu’il y ait autant de personnes, comme ça on rencontre du monde et ça nous permet aussi de bien nous amuser avec des gens que l’on adore et que l’on connaît déjà depuis quelques temps. Ce qui est génial, aussi, c’est que les quatre maisons de Poudlard sont représentées. Oui, oui, il y a bien des élèves de Gryffondor, de Poufsouffle, de Serdaigle et de Serpentard. Commençons donc notre petite description de chaque élèves par Gryffondor. Déjà, et je dois dire que je n’en reviens toujours pas, il y a Hayden ! J’ai été vraiment très étonnée lorsqu’il m’a dit qu’il s’inscrivait lui aussi pour Sterne ! Je n’en croyais pas mes oreilles! Mais j’en suis vraiment très heureuse. En plus, il y a également Helena, sa jumelle, avec qui je m’entends très bien. Ensuite, il y a Matt, mon meilleur ami. Il est en première année lui aussi, et est donc dans le même dortoir qu’Hayden. Avec Helena, il n’y a qu’une seule fille de Gryffondor. C’est Fredericke Maiden qui est en seconde année. Elle est très gentille et c’est elle qui s’occupe d’entraîner les garçons, pendant qu’Adrien entraîne les filles. Enfin, il y a Zack Andersen, élève de troisième année et que j’ai connu le même jour que Fredericke, à l’infirmerie après un match de Quidditch alors que j’apportais des chocolats. Maintenant, passons aux élèves de ma maison : Poufsouffle. Comme je l’ai dis précédemment, il y a Adrien, notre chorégraphe. Il a l’air vraiment très gentil bien que je n’ai pas encore eu le temps de lui parler beaucoup. Ensuite, il y a Anabelle Montgomery qui est en troisième année elle aussi et semble être une bonne amie d’Adrien, tout d’abord parce qu’ils ont l’air de bien se connaître, mais surtout parce qu’elle est son assistante. Je l’avais d’ailleurs rencontrée pendant la première représentation de Crapaud Soleil, et c’est aussi une très bonne amie de Lethe Kase, ma coéquipière de bataille de polochon. Ensuite, il y a Ophélia MacMillan avec qui je ne perds jamais une seconde pour discuter. Elle est en première année, comme moi, et a un grand frère, Ernie MacMillan, qui est en sixième année, à Poufsouffle également. C’est vrai qu’elle est très bavarde mais elle est vraiment gentille, et très populaire avec les autres. Maintenant Kayliah de Busworth. Je l’avais rencontrée en Décembre dans le parc, alors qu’elle jouait de la guitare. Elle est très gentille. Maureen McEngel en seconde année fait elle aussi partie des nôtres. Elle a l’air d’être très gentille, mais je ne la connais pas vraiment. Je crois qu’un jour, pendant un cours de potion, elle avait aidé Zara Parker pour qu’elle puisse donner sa réponse ( juste ) au professeur Slughorn. Il y a également Alexandra Stowford, une première année. Comme Maureen je ne connais pas vraiment bien, mais elle doit être gentille elle aussi. Pour Serdaigle, il n’y a qu’une seule élève. Il s’agit de Juliette Horuni qui est en quatrième année et qui est de ce fait notre doyenne, et je crois qu’elle a déjà fait quelques années de danse. En tout cas, elle est très accueillante et très souriante. D’ailleurs, d’après ce que j’ai compris, c’est la petite amie d’Ernie, le grand frère d’Ophélia. Il y avait enfin deux élèves de Sepentard. Cristal von Hedfield est en première année. Je sais que c’est la meilleure amie de Kayliah, mais je ne la connais du tout. et Vincent Fayr, dont j'avais fait la connaissance en même temps que Fredericke et Zack, à l’infirmerie. Il était d’ailleurs venu voir Fredericke et semble très ami avec elle. Une chose est sûre, il n’a pas l’air très motivé par la danse, mais bon…
Voilà, je crois que j’ai terminé la présentation de tout le monde.
A bientôt!

Abbygael.

[ 761 mots ]


755
XXX
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   Lun 2 Mar - 14:18

Année scolaire 1997-1998... une année que je ne garderais définitivement pas dans mon coeur... Pourquoi ? Oh, pour tellement de choses mais aussi si peu de raison à la fois. C'est étrange, je le sais, mais c'est comme ça. Peut-on se l'expliquer ? Non. Sans conteste. On se fait à tout, oui, mais je crois qu'au fond je ne me ferais jamais à ce qui se trouve autours de moi.

Mais pour que tu comprennes mieux, cher journal, il n'existe qu'une seule solution qui puis s'offrir à mes yeux. La plus simple des solutions, en fait, si l'on y réfléchit bien. Tout expliquer. Alors c'est ce que je vais faire. Je vais tout te dire de A à Z, cher journal, je vais te raconter tout ce qui se passe pendant mon année. On va dire qu'on oublie tout le reste, tout ce que j'ai écris et même tout ce que j'ai pu oublier. J'ai longtemps hésité à prendre un nouveau carnet pour en faire mon journal. Oublier, en quelque sorte, tout ce que j'avais pu écrire jusqu'à maintenant, pour que l'année passée soit définitivement derrière moi. Mais je me trompait. Ce n'était pas ce que je voulais, non, cela n'a fait que m'en donner l'illusion. Je sais que de toute façon, je ne pourrais jamais rien oublier, peu importe tout ce que je pourrais dire ou faire. Le passé est le passé, et il fera toujours partie de moi, un peu comme s'il servait à bâtir mon futur. Ce qui est le cas. Alors j'ai décidé de ne pas t'abandonner et de repartir à zéro, un peu comme si j'ouvrais un nouveau journal, alors que tu me connais déjà, si je puis dire. Enfin non, tu ne me connais pas tout à fait. Il paraît que plus personne ne me reconnaît, cette année. C'est drôle, non ? Moi je trouve. Je n'ai pas tellement changé, pourtant. J'ai juste ouvert les yeux. Oui, je crois que c'est ça. Enfin, c'est assez dur à expliquer, je ne te le cache pas. Quoi qu'il en soit, les choses sont ce qu'elles sont, et ce n'est très certainement pas près de changer. D'ailleurs, l'atmosphère qui plane autours de Poudlard ne laisse définitivement rien présager de bon. Rogue est devenu directeur, et nous avons même droit à de nouveaux professeurs qu'il ne faut pas trop chercher, en fait... D'ailleurs, j'espère que personne ne tombera jamais sur toi. Si c'est le cas je ne préfère même pas imaginer ce qu'il se passerait si ces quelques lignes ( pourtant inoffensives ) venaient à être lues des Carrow... Et bien qu'ils restent tout de même... disons... normaux vis-à-vis de ce qui se tiennent toujours tranquilles, je ne les aime pas du tout. D'un autre côté, je n'ai pas mon mot à dire, alors à quoi bon ? Tout ce que j'espère c'est que les choses finiront par s'arranger, et que tout redeviendra comme avant. Rêve idyllique et dénué de toute vraissemblabilité ? Oui, c'est tout à fait ça... Mais si on nous retire aussi nos rêves, alors qu'est-ce qui nous restera, au final ? Tout n'est plus aussi rose que l'année dernière, et le calme d'un ciel sans nuage vient tout juste de laisser place à une tempête ravageuse, si bien que le seul petit bout de bleu que l'on pourrait espérer voir ne se trouve à présent plus que dans nos rêves, bien loin de ce gris étouffant, et de l'opacité de la peur. C'est peut-être stupide, surtout si l'on se dit, maintenant que les choses sont comme elles sont, que plus rien ne pourra changer. Jamais...

A bientôt.


Abbygael.

[ 602 mots ][/justify]
Souaffle


Dernière édition par Abbygael Erwind le Lun 27 Avr - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   Lun 27 Avr - 20:19

Petit journal, c'est moi !

Je sais, je sais, je sais ! Ca fait bien longtemps que je ne t'ai plus ouvert, et je tenais à te faire savoir que je m'en excuse réellement. Je n'y pense pas très souvent, c'est mais, mais je dois tout de même te dire que quand bien même je pense à venir écrire ici quelques fois, je n'en ai pas toujours très envie. Je ne suis d'ailleurs pas la seule qui sourit beaucoup moins que l'année passée, non, bien au contraire, tu sais ? La vie au château de Poudlard est devenue bien triste et morne depuis quelques temps, tu sais ? Bien plus triste et fade qu'elle ne l'était au tout début de l'année scolaire, ce qui, indéniablement, influe énormément sur le moral des élèves du châteaux. Enfin, peut-être pas tous les élèves, en fait... Dans notre malheur, certains sont bien mieux lotis que d'autres, comme, par exemple, les Serpentards... Enfin, tout cela est vite dit, je pense que tu me comprendras, d'ailleurs... D'un côté, c'est vrai qu'ils souffrent moins de la dictature de Rogue et des Carrow que les élèves de Poufsouffle, Gryffondor ou encore Serdaigle ( des autres maisons, en sommes ), mais maintenant, à Poudlard, plus rien n'est simple. Certains Vert et Argent ont bien changés, eux aussi. Je ne peux pas te dire leur nom car je ne les connais que de vu, mais les faits sont là... certains d'entre eux préfèrent raser les murs de près plutôt que de se faire repérer, et je trouve que cela fait très peur... Comme je te l'ai bien dis il y a peut, les Serpentards ne sont tout de même pas les plus mal lotis... A Poudlard, en fait, il y a trois catégories bien distinctes : les sangs purs, les sangs mêlés, et les nés moldus... et je peux te dire que la différence de traitement est bien visible ! Et les Serpentards sont juste un petit peu plus « chanceux » que les autres... un petits peu plus « favorisés », si je puis dire... Moi, au fond, je n'ai pas vraiment à me plaindre, surtout si l'on compare ma situation à celle de tous les autres élèves nés moldus, et qui sont dans une situation cent fois... non, mille fois pire que la mienne ! Ils se font traiter de « sang de bourbe » et je ne sais trop quoi... Certains disent d'eux qu'ils sont bêtes et stupides, et je trouve ça écoeurant à un tel point que dès que je l'entend, j'en ai envie de vomir... Moi, je les trouve extrêmement courageux, tous ces nés moldus ! La plus part d'entre eux sont rentrés chez depuis bien longtemps, et d'autres ne sont même pas revenus cette année, mais en tout cas, ils ont mille fois plus de courage que tous les autres élèves réunis ! Vraiment, je ne parvient pas à trouver les mots justes pour qualifier cette situation... C'est affreux, affreux, affreux, cher journal ! Tu te rends compte? Non, ce n'est même pas affreux, c'est horrible ! Terrible ! Franchement, je ne sais pas comment faire... et je ne sais pas non plus si les choses vont réellement s'arranger... et c'est ce qui me fait le plus peur...

Sur ce je te laisse, en espérant de tout coeur que tout finira bien pour tout le monde...


Abbygael.

[ 544 mots ]


Voltiflor

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le journal d'Abbygael   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le journal d'Abbygael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Who Cares About Haiti? From Wall St journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 7 :: Réunions de l'AD-
Sauter vers: