AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 "Glaucé"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: "Glaucé"   Jeu 27 Avr - 15:06

Michael avait profité du fait qu’il ne commençait pas les cours tout de suite cet après-midi pour se poser calmement dans la Grande Salle. La Grande Salle après le déjeuner était à nouveau calme, et même si quelques groupes d’élèves faisaient du bruit, on les entendait peu tellement la salle était immense. C’est pourquoi Michael s’était mis dans un coin, sans rien demander à personne afin d’écrire tranquillement.

Il était tout en bout de table tout près de celle des professeurs ? Quelle table ? Peut-être celle des Gryffondor… Personne n’y faisait attention hors des heures du déjeuner. Quoi qu’il en soit, il y avait peu de monde encore une fois dans la salle. En cours pour la plupart, dehors pour les autres. C’était impressionnant de voir comme le beau temps attirait les élèves dehors, mais pas Michael. Il n’était pas sensible à l’argument du soleil et se plaisait autant enfermé qu’à l’air libre. Surtout si la salle où il se trouvait comportait un plafond magique absolument fascinant à regarder.

Michael avait sorti son bloc de papier et une plume abîmée… Le pot d’encre que lui avait donné Mlle Toppinen était là aussi. Il posa sa tête confortablement sur sa main gauche et leva les yeux vers le plafond, tripotant la plume de sa main droite. Les nuages passaient dans le ciel du faux plafond et Michael les suivait des yeux, rêveur.

Le silence lui pesait toujours… Il aurait voulu écrire de la musique mais s’il était encore capable d’écrire les partitions, il ne pouvait plus se jouer la musique dans la tête donc cela perdait beaucoup de son intérêt.

Il réécrivait autre chose alors… Ses poèmes préférés… S’il ne pouvait plus entendre la musique qui allait avec, il avait toujours accès aux images. Par chance, sinon il serait devenu fou de chagrin…

Sous les grottes de nacre et les limons épais
Où la divine Mer sommeille et rêve en paix,
Vers l'heure où l'Immortelle aux paupières dorées
Rougit le pâle azur de ses roses sacrées,
Je suis née, et mes soeurs, qui nagent aux flots bleus,
M'ont bercée en riant dans leurs bras onduleux,
Et, sur la perle humide entrelaçant leurs danses,
Instruit mes pieds de neige aux divines cadences.
Et j'étais déjà grande, et déjà la beauté
Baignait mon souple corps d'une molle clarté.
Longtemps heureuse au sein de l'onde maternelle,
Je coulais doucement ma jeunesse éternelle ;
Les Sourires vermeils sur mes lèvres flottaient,
Les Songes innocents de l'aile m'abritaient ;
Et les Dieux vagabonds de la mer infinie
De mon destin candide admiraient l'harmonie.
Ô jeune Klytios, ô pasteur inhumain,
Que Pan aux pieds de chèvre éleva de sa main,
Quand sous les bois touffus où l'abeille butine
Il enseigna Syrinx à ta lèvre enfantine,
Et, du flot cadencé de tes belles chansons,
Fit hésiter la Vierge au détour des buissons !
Ô Klytios ! sitôt qu'au golfe bleu d'Himère
Je te vis sur le sable où blanchit l'onde amère,
Sitôt qu'avec amour l'abîme murmurant
Eut caressé ton corps d'un baiser transparent,
Éros ! Éros perça d'une flèche imprévue
Mon coeur que sous les flots je cachais à sa vue.
Ô pasteur, je t'attends ! Mes cheveux azurés
D'algues et de corail pour toi se sont parés ;
Et déjà, pour bercer notre doux hyménée,
L'Euros fait palpiter la mer où je suis née.


Michael s’était arrêté au premier paragraphe du poème « Glaucé » de Charles-Marie Leconte de Lisle. Le poème parlait d’amour. L’amour si puissant qu’il peut perdre les plus forts comme il peut renforcer les plus faibles.

Qu’est ce que l’amour ? Michael aurait pu décrire parfaitement ce sentiment d’après ce qu’il avait lu dans les livres. Le cœur qui s’emballe, le regard qui fuit, l’esprit qu’il s’embrouille, la langue qui butte sur les mots… Tout, même la sensation de manque quand l’être aimé n’est pas là et cette sensation d’ivresse quand celle qu’on aime pose son regard sur soi. Il aurait pu le décrire parfaitement au moyen de diverses citations, mais il n’avait jamais été amoureux.

Michael était capable de ressentir de la profonde affection, de l’admiration, du dévouement et beaucoup de tendresse, mais pas l’amour qui donne des palpitations. S’il pensait beaucoup à Mlles Toppinen et Stones, ça n’était pas des pensées qui l’obsédaient et le poursuivaient. Il aurait beaucoup aimé tomber amoureux. Pas forcément un amour à double sens puisqu’il savait bien qu’il était trop étrange pour plaire à qui que se soit… Mais juste ressentir ces quelques palpitations qui vous retournent le cœur et l’estomac…

Quelqu’un fit racler un banc sur le sol et le bruit déchira les oreilles de Michael qui lâcha sa plume afin de se boucher les oreilles.


Dernière édition par le Lun 8 Mai - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Dim 7 Mai - 21:08

Aujourd'hui Quali commencer les cours assez tard elle ne voulait pas aller dehors; malgré qu'elle n'aimé pas resté trop longtemps enfermer dans une salle elle ne voulait pas non plus aller dehors pour voir les rayons du soleil qui a chaque fois qu'elle voyer la faisait penser a sa famille et aux soleil qui briller quand elle était dans le grand jardin de sa tante.

La grande salle était l'endroit rêver, il y avait énormément d'espace et personne, enfin pratiquement personne n'y était après le déjeuner. Elle rentra tranquillement, elle se rappela du jour ou elle était arriver a l'école et le moment ou ses yeux c'était sur le plafond magique, elle leva la tête et tous en marchant s'en faire attentions ou elle allait, elle fixé le plafond, aujourd’hui il n'illuminer pas toute la salle et Quali aimer bien ça, elle commença a chantonner une des mélodies qu'elle avait jouée au piano le vaille, elle odoré cette mélodie et lui faisait penser a plein de choses en même temps. Elle se fut toute légère, mais se moment fut troubler par quelqu'un qui tirer un banc le faisant grincé, Quali fit tomber le livre qu'elle tenait dans les mains et se boucha les oreille, et au moment ou elle s'aperçut que la personne en question était un Poufsouffle elle rentra dans un jeune homme qui était assis a la table des serdaigles.

-oh... pardon je suis désoler...

Elle regarda par terre la couverture de son livre était déchirer, une larme perla sur sa joue ( c'était le dernier livre que lui avait offert sa tante), elle ne le laissa voir a personne et l'essuya avec sa manche. Elle le ramassa et releva la tête le jeune homme la regardait, il était blond et avait des très beau yeux.

-euh...encor une fois désoler...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Lun 8 Mai - 22:08

Michael avait relevé la tête. Il avait été fort troublé par des bribes de musique fredonnée par une fille. Il arrêta de respirer un court instant, essayant de graver cet air à jamais dans sa tête, et même de le rechanter juste après. Difficile, trop difficile, les sons lui échappaient au fur et à mesure puisqu’il n’y avait plus d’instrument… Donc plus de musique.

Bref, c’était quelques instants avant que le banc ne détruise la mélodie. Un livre tomba au sol et Michael entendit le bruit du livre qui tombe au travers de ses oreilles bouchées.

Salut, vallons aimés, dans la brume tremblants !
Quand la chèvre indocile et les béliers blancs
Par vos détours connus, sous vos ombres si douces,
Dès l'aube sur mes pas paissent les vertes mousses…


Les mains se décollant petit à petit de ses oreilles, Michael se récita les rimes suivantes de Glaucé. Entendre le son de sa voix l’aidait à s’imaginer le troupeau de chèvres… Les yeux fixés sur le livre, il ne regardait plus son propriétaire. Il interrompit la récitation de son poème et se leva pour aller ramasser le livre et en lire la couverture. Malheureusement il se fit bousculer à cet instant par la brune qui chantonnait. Elle manqua de le faire tomber puis se confondit en excuses. Michael la regardait maintenant, il regardait son visage, elle aussi était très jolie, mais elle avait l’air triste…

*Elle aussi*

Lui avait décidé d’être heureux et y arrivait plutôt bien, malgré le fond de tristesse qui restait quelque part dans son cœur sans qu’il ne parvienne à le chasser. Il vivait la perte de sa musique comme la mort d’un être cher. Il faisait son deuil tout en se forçant à sourire parce que la vie valait le coup et qu’il y avait trop de gens malheureux dans cette école.

La Serdaigle laissa échapper une larme. Encore une qui pleurait devant lui. La larme qui roulait sur sa joue faisait un boucan du tonnerre… Ou ça n’était qu’une impression ? Quoi qu’il en soit… encore…

« Encore…» dit-il avec regret.

Ses yeux se plongèrent dans ceux de la jeune fille. Elle s’excusa encore de son comportement après avoir balayé la larme et ramassé son livre. Michael ne souriait pas, il était en pleine contemplation de son visage.

« Tu es jolie…»

Réponse à côté de la plaque ? Encore ? Possible… Mais spontanée et sincère…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Mar 9 Mai - 18:19

Les yeux de Quali ce perdirent dans les beaux yeux que maintenant elle trouver vraiment très beaux, elle avait déjà vue ces yeux quelque par mais sa mémoire lui joué encor un tour.
Et puis le jeune homme lui dit qu'elle était jolie, elle écarquilla les yeux, seule sa tante lui avait dit ça un jour, et Clara lui avait dit qu'elle était mignonne mais là elle en restait bouche bée, un jeune qu'elle ne trouvait pas mal et qui lui disait ça comme s’il lui demander le sel, sa lui faisait bizarre mais en même temps elle fut un peut moins triste quand elle entendit le jeune homme lui dire ça.

-Merci...

dit-elle tous doucement encor un peu sous le choque. Elle se rappela que Clara était inquiète pour un jeune homme du prénom de Michael, et qu'une autre personne lui en avait parler et l'avait décrit comme le jeune homme qu'elle avait en face d'elle.
Le silence qui régner dans la salle devint tout d'un coup très pesant. Elle hésita un instant à poser la question puis se lança.

-Tu ne serais pas Michael Stark par hasard.


Quali dit ça mais ce n'était pas la question qu'elle souhaitait poser
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Jeu 11 Mai - 22:36

La jeune fille était assurément très jolie. Michael de toute façon trouvait la plupart des filles jolies et ça ne lui posait aucun problème de le dire sur un ton des plus annodins. Il disait toujours ce qu’il pensait, que ça soit : tu es méchant, tu sens bon ou tu te trompes…

Que la terre s'éveille et rit, et que les flots
Prolongent dans les bois d'harmonieux sanglots ;
Ô Nymphe de la mer, Déesse au sein d'albâtre,
Des pleurs voilent mes yeux, et je sens mon coeur battre,
Et des vents inconnus viennent me caresser,

Et je voudrais saisir le monde et l'embrasser !

Michael se récita une nouvelle strophe du poème dans la tête, sans s’en rendre vraiment compte il avait dit la dernière phrase à voix haute. Il n’accordait pas vraiment d’importance aux conséquences et à la façon dont ça pouvait être interprêté. Il avait vraiment récité cette phrase sans aucune arrière pensée, de la façon la plus innocente qui soit.

“Michael Stark…”

Sa voix était un peu éteinte lorsqu’il prononça son propre nom. Il semblait qu’il venait de se réveiller, il fit un léger sourire à Quali. Un sourire un peu curieux, comme s’il venait de se souvenir de son prénom.

« Oui c’est moi ! Toi c’est comment ? »

C’était rare qu’il pose des questions aussi directes… Mais comme il était coupé de son univers à lui, il était bien forcé de s’intéresser un peu plus à son entourage, ça lui permettait aussi de ne pas penser au vide qui le rongeait, et de rester heureux en toutes circonstances, comme il se l’était promis.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Sam 13 Mai - 11:18

Quali ne fit pas vraiment attention a la phrase que le jeune homme venait de prononcer, elle avait l'habitude de dire un chose que l'autre n'était pas sensé entendre et encore moins comprendre. Il lui confirma qu'il s'appeler Michael Starc et il lui fit un petit sourire qu'elle lui rendit simplement.

Dans sa tête la mélodie qu'elle chantonner trotter toujours, et soudain elle revint sans que Quali sans rende conte elle recommença a chantonner mais beaucoup moins fort, elle aimer la musique et mourait d’envie de retourner dans la salle sur demande pour pouvoir continuer a joué du piano et pour pouvoir lire les nombreux livre qui y était entreposer quand elle y aller. Elle s'approcha de la table et posa le livre qu'elle tenait dans les mains et regarda l'endroit ou il était déchirer, la tranche était vraiment bien décoller mais avec un peu de colle sa serrez bon.

Le jeune homme était plonger dans sa rêverie, en quelque sorte elle se reconnu, beaucoup de fois sa tante lui faisait des remarque comme quoi elle faisait que rêver et ne penser qu'a son piano et ses livres mais Quali s'en foutez et elle continuer a faire sa vie.
Elle ne voulait pas le déranger et pourtant elle mourait dans savoir plus sur ce jeune homme qui lui avait l'air sympathique.

- tu écris des poèmes?...

dit-elle en apercevant la feuille sur la quelle le jeune homme avait écris quelque chose que Quali ne parvenez a lire en raison de la distance ou elle se trouver.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Dim 14 Mai - 13:14

« Hèlios resplendit : à l'abri des grands chênes,
Aux chants entrecoupés des Naïades prochaines,
Je repose, et ma lèvre, habile aux airs divins,
Sous les rameaux ombreux charme les Dieux sylvains.
Blonde fille des Eaux, les vierges de Sicile
Ont émoussé leurs yeux sur mon coeur indocile ;
Ni les seins palpitants, ni les soupirs secrets,
Ni l'attente incertaine et ses pleurs indiscrets,
Ni les baisers promis, ni les voix de sirène
N'ont troublé de mon coeur la profondeur sereine.
J'honore Pan qui règne en ces bois révérés,
J'offre un agreste hommage à ses autels sacrés ;
Et Kybèle aux beaux flancs est ma divine amante
Je m'endors en un pli de sa robe charmante,
Et, dès que luit aux cieux le matin argenté,
Sur les fleurs de son sein je bois la volupté !
Dis ! si je t'écoutais, combien dureraient-elles,
Ces ivresses d'un jour, ces amours immortelles ?
Ô Nymphe de la mer, je ne veux pas t'aimer !
C'est vous que j'aime, ô bois qu'un Dieu sait animer,
Ô matin rayonnant, ô nuit immense et belle !
C'est toi seule que j'aime, ô féconde Kybèle !


Ce n’est pas de moi, c’est de Leconte de Lisle…»


Il sourit à nouveau. Elle croyait que c’était de lui ? Non… En général Michael avait du mal à écrire, il voyait trop d’images défiler dans sa tête quand il se mettait à penser et il se faisait ses propres poèmes dans sa tête sans les coucher sur le papier.

Michael ne connaissait pas le prénom de la jeune fille à qui il avait récité une partie de Glaucé. Mais peu lui importait. A un moment cette fille se mit à chanter. Chantonner plutôt car les notes qu’elle chantait étaient à peine audible. Lorsqu’elle chantait, Michael n’osait même plus respirer. Encore une fois il essayait de se graver cette petite mélodie très simple dans la tête mais n’y parvenait pas.

La musique lui manquait terriblement. Se rendre compte que les autres pouvaient faire facilement ce dont il rêvait lui était difficile. Il ne savait même pas pourquoi il était désormais incapable de retenir la moindre note de musique, sûrement un blocage psychologique, une punition pour avoir brûlé le piano.

Impossible d’en parler, de lui demander de chanter plus ou de s’arrêter… Son regard se fit plus vague, pas spécialement triste, toujours insondable, mais vague et vide. Ce secret, il le garderait dans son cœur. Il ne partageait pas ses ressentis, jamais… Devant les autres il avait toujours l’air rêveur et à côté de la plaque. Qui pourrait s’y intéresser de toute façon ? Alors que tellement de gens étaient malheureux autour de lui ?

« Tu es heureuse ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Dim 14 Mai - 16:38

Le jeune homme blond lui demanda si elle était heureuse, Quali savait exactement se qu'elle devait répondre, non elle n'était pas heureuse vraiment pas heureuse, tous se qui se passer dans sa famille l'avait complètement abattu, elle ne vivez plus que pour ses amis et même pas, elle vivez pour quelque chose qu'elle ne comprenez pas...

Chaque jour son corps refuser de se lever et finalement par y arriver par le simple souvenir des petits bonheurs qu'elle avait, comme joué au piano dans la salle sur demande, ou bien s'entraîner au quiditch avec Clara mais tous ça n'était que temporaire, a la fin de l'année elle se retrouverait toute seule, et plus personne ne se rappellerai de la jeune fille russe du nom de Quali qui ne parler pas beaucoup et qui semble absente a chaque fois qu'on lui poser une question.

Elle hésita avant de répondre, des que les mots était sortie de la bouche du jeune homme Quali s'était tue et la mélodie qui avait envahie sa tête avait disparut, elle était toujours dans sa tête mais a se moment elle n'avait pas envie de chanter cette mélodie qui lui rappeler sa vie d'avant.

-Non...

Murmura t’elle dans un souffle, sans s'en rendre conte, elle ne voulait pas le dire, elle voulait le garder pour elle mais ça avait était plus fort qu'elle.

Le jeune homme l'observer avec ses beau yeux, Quali n'osait pas rompre le silence elle attendait simplement que le jeune homme dise quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Mar 16 Mai - 11:02

Non, Mlle Elvaneski n’était pas heureuse. Ca se voyait, Michael n’aurait même pas eu besoin de poser la question. Une fois la question posée, il ne savait plus vraiment faire… Réconforter les gens lui était difficile car il avait peu de contact avec les gens. Il sentit brusquement un besoin de se renfermer pour se protéger des malheurs du monde extérieur.

Michael détacha ses yeux du doux visage de Quali pour promener son regard sur le sol. C’était comme s’il fixait une bestiole imaginaire sur le sol. Un raclement de chaise accompagné d’une sensation de coup dans son estomac lui fit plaquer les mains sur ses oreilles… Il remua les lèvres, adressant une prière muette à on ne saurait trop dire qui puis regarda à nouveau Quali.

Quelque chose lui disait qu’il devait sourire… Sourire pour la réconforter. Lui aimait voir le sourire des autres, mais en ce moment, les sourires qu’on lui offrait étaient plus forcés que spontanés, ça lui ôtait toute force pour sourire à son tour. Sans aucune arrière pensée, Michael releva lest yeux et enleva ses mains tremblantes de ses oreilles. Il avait envie de vomir mais ne le montra pas. Son regard resta un moment scotché sur Quali, mais elle ne dit pas un mot. Aucun d’entre eux ne voulait briser le silence visiblement.

Michael finit par se lever. Il avait besoin de changer d’air, de respirer ailleurs, de voir d’autres images, de s’isoler, de s’enfuir dans un monde qui ne serait certes pas le sien, mais qui serait un monde plus doux. Un monde moins saturé de la tension et du stress qui émanaient de chacun des élèves de Poudlard (les examens probablement).

Lentement, à la manière d’un zombi, Michael enjamba le banc et traîna des pieds jusqu’à sortir de la salle commune, laissant Quali seule avec le poème inachevé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Glaucé"   Mar 16 Mai - 11:41

Quali ne savait pas quoi dire elle ne savait pas quoi faire non plus, un bruit de chaise fit que le jeune homme mit ses mains sur ses oreilles, Quali elle ne fit comme si de rien n'était elle ne pouvait sentir que de la peine, le jeune homme aussi apparemment d'aller pas vraiment très bien mais elle ne pouvait pas aller le voir et le réconforter, c'était vraiment trop dure pour elle, elle ne pouvait apporter du réconfort a quelqu'un que quand elle même n'avait pas envie de s'écrouler.

Michael fit alors comme si de rien n'était et partie vers la porte . Quali aurait eu envie de crier jusqu’à ne plus pouvoir respirer, elle aurait put du moins courir vers le parc et se réfugier dans un coin en pansant a ça mélodie qu'elle avait a présent presque oublier. Elle n’eus pas la courage de la faire elle était fatiguer tellement fatiguer, beaucoup de gens avec qui elle parlait la laisser tomber sans aucune explication, même son père a présent ne voulez plus la voir.

Elle posa ses yeux son regard vide de pensé et vit que le jeune homme avait oublier la feuille sur laquelle il avait écrite, en passant a ce qui venait de ce passé la mélodie refit surface, elle la fredonna toujours aussi bas. Quali attrapa la feuille avec précaution pour ne pas la froisser et rattrapa le jeune homme. Elle arriva a côté de lui.

- tien ta feuille tu l'avais oublier...

Encore une fois elle croisa le regard triste du jeune homme, elle lui tendis la feuille, elle voulez pouvoir apportez du bonheur a quelqu'un mais elle en était incapable la seule chose qu'elle pue dire d'une voir très douce.

- heureuse d'avoir fait ta connaissance...

Quali le regard plein de tristesse continua sa route vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Glaucé"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Glaucé"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "Sud"
» Les "toulousains" et les EC en Allemagne
» [Validée]Karusi "Soul" Osaki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 1-
Sauter vers: