AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




[ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] Empty
MessageSujet: [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]   [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] EmptyMar 7 Oct - 22:00

Au mois de Mars, fait ce qu’il te plait, à non, c’est le mois de Mai, pas de chance. Seulement voilà, ces proverbes c’était bon pour le commun des mortels, pas pour les demi-dieux *mouhahaha*. Non, mais franchement, qui écoutait ce genre de chose ? Vivre c’était faire des choix, faire un choix n’allait pas toujours dans le sens de ce qui nous plaisait, mais consistait malgré tout à tenter d’allier le nécessaire à l’agréable. En tout cas, c’était ainsi que Dawn voulait vivre. Bien sûr, elle avait des obligations envers sa famille, son rang, son sang, mais rien d’aussi insurmontable que des barrières imperméables. Si du jour au lendemain elle voulait tout arrêter, elle le ferait, un point c’est tout. Bien sûr, on ne quitte pas si aisément une famille comme la sienne, mais elle savait aussi certaines choses qu’elle n’avait jamais annoncé à qui que ce soit et qui pouvaient s’avérer être très utiles. Et puis, elle avait des amis qui sauraient l’aider. Ceci étant, à l’heure actuelle, elle ne songeait absolument pas à faire une fugue ni quoique ce soit dans ce genre.

La jeune vipère marchait tranquillement dans les couloirs, sa cousine (éloignée, merci Merlin), nommée Jenny White, la suivant comme un fidèle toutou. Elle était pitoyable, vraiment, mais la famille… c’est la famille. Jenny avait souvent tenté ce qu’on pourrait appeler une ‘incrustation’ chez les perfects, mais elle n’avait vraiment rien qui soit à la hauteur pour se mesurer à Elea (son autre cousine), Myrielle ou Dawn. Elle leur servait plutôt de larbin, étant assez obéissante généralement (elle avait le mérite d’être bien dressée c’était toujours ça). Elle aurait pu être belle pourtant, mais elle ne faisait vraiment aucun effort, et quand elle en faisait, c’était pire encore.

Jenny suivant fidèlement sa cousine d’un an son aînée, stoppa net sa course, observant Dawn avec des yeux ronds. Agacée, la russe poursuivit son chemin, mais la rouquine vint lui tapoter l’épaule :


« Dawn, Dawn !!! »

Enervée, la brune posa ses yeux de glaces sur sa cousine. Quand diable comprendrait-elle qu’elle l’agaçait ? Jenny s’avança vers elle, la jeune attrapeuse (ou plutôt remplaçante maintenant) l’observant d’un œil noir, de haut.

« Quoi ? »

Soupirant, la jeune vipère attendit que sa jeune cousine daigne dire ce pourquoi elle l’emm*rder autant ce jour là. Jenny montra alors le préfet de Gryffondor qui se trouvait quelques mètres derrière elles.


« Dis, c’est pas lui que t’as embrassé pour ton gage ? Il est mignon…»

Dawn leva les yeux au ciel. Non mais pitié !!!

« Oh je t’en pris Jenny, c’est vieux ça, mets-toi un peu à la page par Salazard ! »

C’est vrai quoi, ça datait de l’an passé ! Fallait y aller molo sur les calmants quand même -_-. Jenny était vraiment une pauvre empotée, c’était à se demander si elle avait vraiment un quelconque lien sanguin avec Elea et Dawn ! La russe reprit sa route, sans plus faire attention au préfet. Non mais vraiment -_-. Jenny lui tapota de nouveau l’épaule, cette fois, Dawn ne s’arrêta pas, entendant seulement la rouquine dire :


« Oh, j’avais oublié, je dois aller voir Esfir, à plus tard ! »

« Oui oui… »


*Bon débarras -_-*

Sans lui accorder le moindre regard, la brune poursuivit son chemin, enfin débarrassée de ce pot de colle ! Ce n’était pas trop tôt >_<. La brune poursuivit donc sa route *c’est fou comme les couloirs sont longs à Poudlard^^* quand une colombe de papier vint la rejoindre. Attrapant l’oiseau magique, elle l’ouvrit pour en lire le message… Myrielle souhaitait voir Dawn dans la salle de cours déserte. Intriguée, la brune plia l’oiseau. Si Myrielle voulait lui parler, elle pouvait très bien le faire dans leur dortoir… Reconnaissant néanmoins l’écriture de son amie, la brune prit la direction de la salle déserte (salle qui possédait deux portes d’entrée) et passa donc par la porte sud. Ce qu’elle ne savait pas à ce moment là, c’était que pendant qu’elle passait par cette porte là, quelqu’un empruntait la porte Nord, et que ce quelqu’un avait aussi été berné par une fausse colombe avec un message qui était signé par une toute autre personne que l’expéditeur, puisque c’était Jenny qui avait envoyé des colombes aux deux jeunes personnes…

Entrant dans la pièce, Dawn ne vit pas immédiatement le jeune homme qui entrait à l’autre bout, puisqu’il y avait une étagère qui cachait pas mal la vue, mais dès qu’elle entra dans la salle, la porte par laquelle elle était passée se referma brusquement, tandis que celle d’en face se refermer en même temps. La brune tenta d’ouvrir la porte qui demeurait fermée, aucun sort ne pourrait l’ouvrir. Jenny avait jeté un maléfice. La brune jurra en russe et contourna l’étagère pour tenter de sortir par l’autre porte quand ses yeux de glaces se posèrent sur une personne tout à fait… innatendue.


« Edward. »

Le ton de la russe était froid, sans intonation particulière. Elle ne l’aimait pas spécialement, mais n’avait rien contre lui pour autant. D’un coup, la brune avait tout compris. Jenny n’était pas aussi stupide qu’on le croyait alors. Mais là, elle venait de se mettre dans de bien sales draps et elle allait en baver, c’était certain.[/silver]
Revenir en haut Aller en bas

Edward Montgomery
Sport et culture

Parchemins : 1184
Âge : 31 ans
Actuellement : Pianiste et guitariste, compositeur


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Dylan


[ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] Empty
MessageSujet: Re: [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]   [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] EmptySam 18 Oct - 18:47

« Hep, toi ! Qu’est-ce que tu fabriques ? C’est quoi, ça ? Ne me dit pas que c’est un frisbee à dents ? Très bien, donne moi ça, vite, sans broncher ! Rusard se fera un plaisir de le mettre dans son armoire ! Allez, vite ! »

Edward avait sorti sa baguette magique qu’il pointait sur une petite seconde année, qui était sur le point de lancer un frisbee à dents dans le couloir. Bien entendu, Edward ne comptait pas jeter un sort sur le petit garnement, mais battre le mouvement avec sa baguette et marquer son autorité de préfet était indispensable. Il attrapa le frisbee, lança un regard noir au petit Gryffondor, et le laissa s’en aller. Il était évident qu’Edward n’allait pas enlever de points à sa propre maison pour un motif aussi dérisoire, mais quand même ! Il était scandalisé. Voilà quelques jours qu’une affluence de petits récidivistes plombait les journées bien remplies des préfets, et des professeurs. Edward rangea l’objet illicite dans son sac, et se dirigea vers le bureau de Rusard. Lui seul saurait quoi faire de cet objet illicite, et, de plus, rien de tel que de ramener un objet interdit pour recevoir un des rares sourires peu convoités du concierge.

Le Gryffondor traversa une petite salle, avant de descendre rapidement les escaliers. Soudain, il s’arrêta, stupéfait. Une colombe voletait à vitesse grand V vers lui, une lettre dans les pattes. Après l’avoir interceptée, Edward eut la surprise de voir que le mot lui était adressé. Il s’agissait d’une lettre du professeur McGonagall, qui souhaitait le voir dans une salle pour lui parler d’un sujet confidentiel. Etonné, Edward remit à plus tard sa visite chez Rusard et redoubla l’allure, pour monter les étages et rejoindre la salle mystérieuse. Arrivé à l’étage cherché, il marcha à grande vitesse vers la salle où avait lieu le rendez vous de dernière minute, et la trouva. Sans prendre la peine de frapper à la porte, il l’ouvrit, et entra dans la salle, son sac sur le dos, d’humeur peu bonne. Il referma celle-ci après y être entré, et se dirigea vers le milieu de la salle, cherchant des yeux McGonagall, tandis qu’une autre porte, à l’autre bout de la pièce, venait de se refermer. Edward ne bougeait plus, car les pas qu’il entendait de l’autre côté de l’étagère qui gâchait l’appréciation visuelle n’avait rien à voir avec de vielles chaussures typiquement portées par McGonagall.

Soudain, ce qu’il vit lui donna l’impression de recevoir un coup de poing dans le bas-ventre. Son prénom fut prononcé par la personne qui avait tant chamboulé le couple Roze-Edward, il y avait quelques temps, de manière négligente, stupide, et immature.


« Toi ?! »

Edward sentit son rythme cardiaque s’accélérer. Dawn Kostovak se tenait à l’autre bout de la pièce, et apparemment, elle aussi aurait voulu sortir, bien qu’apparemment, cela était impossible. Tout ceci commençait à devenir vraiment bizarre, et Edward avait le sentiment qu’il s’agissait d’une « caméra zappée », ce show que les Moldus appréciaient tant…

« Je ne sais pas ce qu’on fabrique ici, mais je t’assure que si c’est toi qui est à l’origine de tout ce désordre, tu risques d’avoir de sérieux ennuis ! »

Il laissa tomber son sac lourdement, sans aucune attention. Il croisa les bras, et plongea son regard d’un bleu électrique dans celui de Dawn. Elle ne semblait pas manifester de l’antipathie pour lui, et pourtant, lui, il en avait. Elle avait osé déposer un baiser sur ses lèvres, mettre la relation qu’il avait avec Roze en danger, et tout ça, tout ça, tout ça pour un stupide pari ! C’était puéril, et digne de la Serpentard qu’elle était. Il ne les connaissait que trop bien, ce genre de filles qui se pensaient au-dessus des autres, et qui pensaient qu’elles avaient le droit de donner à n’importe qui un baiser pour un simple pari… Quel comportement stupide ! Il décroisa ses bras et se plaça à quelques centimètres d’elle, de manière à ce que rien ne les oppose. Il voulait s’assurer qu’il n’avait jamais rien ressenti pour elle, que la seule personne pour qui il pouvait éprouver quoique ce soit était bel et bien Roze Maiden. Son cœur fit un bond dans sa poitrine, mais c’était plus par colère qu’autre chose. Enfermez un Serpent et un Lion dans une même cage… Vous verrez l’effet que ça donne.

« Ecoute, je ne veux pas être méchant ni désagréable, mais je ne pense pas que ça soit une très bonne idée de rester enfermés dans une pièce verrouillée par on-ne-sait-qui… Alors si tu sais quelque chose, je te prie de me le dire… »

Il adopta un ton plus doux, de manière stratégique. Enfermés, (visiblement, même les Alohomora ne semblaient pas fonctionner), se crier dessus ne servirait à rien… Espérons tout de même que la situation se règlerait au plus vite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Anonymous




[ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] Empty
MessageSujet: Re: [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]   [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] EmptyDim 19 Oct - 11:54

Dawn ne pu s’empêcher de sourire en entendant Edward la désigner par un très aimable ‘toi’. Qu’il était drôle ce petit lion… Dans le jeu du chat et de la souris, il n’y avait vraiment pas à dire, Dawn se sentait comme étant le chat et le jeune homme était sa souris. Et elle devait avouer qu’elle s’amusait plutôt bien avec lui. Elle aurait pu en ronronner de plaisir, si elle avait vraiment été un chat… Le jeune préfet commençait déjà à s’emballer, et Dawn se sentit immédiatement plus à l’aise, puisque des deux, c’était lui qui perdait –déjà ?- la face.

La brune l’observa poser (sans douceur aucune) son sac à terre et se contenta d’affronter son regard sans ciller. C’était fou comme ça pouvait être hargneux un petit lionceau isolé. Toute cette colère pour un smack datant déjà d’un moment ! Alala, ces petits garçons innocents… ça se vexe vraiment pour un rien Rolling Eyes. La brune l’écouta déblatérer sans répondre, se contentant de sourire doucereusement. Non mais vraiment, qu’il pouvait être… Niais ? Ouai, c’est ça, niais. Elle finit par s’avancer restant juste devant le préfet, souriante, sans se démonter une seule seconde. Il était pourtant bien plus grand qu’elle (faisant 15 centimètres de plus, ça se sentait un peu quand même^^), sûrement plus musclé aussi (bien que côté musculature, Dawn se débrouillait pas mal, ayant été batteuse pendant deux ans, et ayant pratiquait la boxe un bon moment… Disons que chez elle, les muscles ne se développaient pas en largeur comme chez Myrielle mais en longueur, aussi était-elle beaucoup moins impressionnante que sa meilleure amie). Il ne l’intimidait cependant absolument pas. Dawn était une fille qui avait quand même du courage, malgré le fait qu’elle soit à Serpentard, elle n’avait pas froid aux yeux et s’affirmait toujours sans crainte (ou presque toujours).D’ailleurs c’était la fin de la première réplique du lion qui avait fait sourire Dawn : elle allait avoir des ennuies ? Et attention du genre sérieux hein ? Là, elle ne pu que s’exprimer.


« Oh non, s’il vous plait monsieur, je ne veux pas être grondée… »

Levant les yeux au ciel, elle s’assit sur une table, toujours non loin du lionceau, sans le lâcher des yeux et siffla à son intention :

« Hé ho, c’est bon là, tu vas te calmer monsieur je monte sur mes grands chevaux dès qu’un petit truc me déplait. Que ce soit bien clair, dès maintenant. De nous deux celui qui a le plus envie de sortir d’ici, c’est moi, ok ? »

Et oui puisque Dawn était claustrophobe…Tant qu’elle se concentrait sur autre chose que sur les portes clauses et les murs ne lui laissant pas la moindre possibilité d’issue, tout se passerait bien, aussi ne lâchait elle pas le préfet des yeux. Que ce soit clair, Dawn ne le fixait pas d’un air désespéré hein ? Elle se contentait de le regarder avec froideur et sans expression aucune, ayant un regard par définition peu expressif (à l’inverse de son frère qui avait des yeux qui reflétaient très facilement tous ses sentiments). C’était donc un regard qui serait qualifié de ‘normal’ chez elle. Tout compte fait, Edward avait son utilité… Il pouvait encore attendre un peu avant d’aller à la déchetterie (mais vraiment un tout petit peu hein ? Dawn ne comptait pas s’en encombrer trop longtemps, elle n’était pas du genre à récupérer tous les ‘chiens errants’ qu’elle croisait *pardon elle est vilaine T_T*).

La brune l’écouta ensuite, il s’était déridé visiblement. En tout cas il avait un peu repris de sa prestance. Pas mal, mais peut encore mieux faire. La brune se contenta de le regarder sans ciller. Elle sourit avec moins de douceur que précédemment. Oh que oui elle avait une idée de la personne responsable et le lionceau n’avait pas à s’inquiéter, Jenny allait recevoir la plus belle correction de sa vie, la petite n’aurait qu’à bien se tenir. Jenny connaissait sa cousine, elle savait qu’elle n’était pas de nature (trop) méchante, mais que si jamais on la titillait un peu trop, là, elle pouvait devenir vraiment agressive. Et dans ce cas là, elle pouvait être vraiment impitoyable. Pour témoin : sa sœur adoptive qui s’était retrouvée à l’hôpital quand elles petites. A quatre ans, Dawn avait découvert ses pouvoirs et sa phobie. Kati l’ayant enfermée dans une armoire pour l’empêcher de participer à son premier ballet, la brune était entrée dans une fureur sans pareil et avait fait exploser (involontairement bien sûr) la porte de la dite armoire. Et juste après, elle avait donné un grand coup de poing dans le visage de sa sœur aînée qui s’était retrouvée avec un nez cassé.

La brune soupira, se demandant la punition qu’elle allait accorder à sa cousine. Oh oui, elles étaient peut-être liées par le sang, mais franchement, Dawn ne ressentait rien d’autre que du mépris pour cette pauvre fille qui allait, tôt ou tard, passer à la machette. La brune gardait son regard fixé sur le jeune homme. Elle avait vraiment du mal à croire qu’il soit le frère de Quentin. Quand elle les voyait… très honnêtement, elle ne pouvait que se dire que Quentin ne méritait pas pareille punition… La sorcière soupira.


« Oh il est possible que je sache quelques petites choses, mais j’ai l’intention de m’occuper moi-même du responsable, vois-tu ? Donc… Je ne me prononcerais pas, puisque l’imbécile ne va pas tarder à lever son sort… Du moins le sort va-t-il se lever de lui-même quand il sera à l’abri… »

Evidemment, ce n’étaient que suppositions, mais connaissant sa cousine, Dawn savait qu’elle n’était pas assez forte pour conserver un sort trop longtemps. Que voulez-vous, elle était la honte de la famille la petite, une véritable idiote, qui plus est, incapable d’avoir deux bonnes idées à la suite.


[971]
[817 pour Ed]
AAA TOUS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





[ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] Empty
MessageSujet: Re: [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]   [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Un plan diabolique - La salle vide ] - [ PV ]
» strip poker dans une salle vide [PV Cassandra et Jun]
» [salle vide] Tu me dois des explications !
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» La salle de l'argent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 6-
Sauter vers: