AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyLun 3 Nov - 20:47

En ce beau matin de mai, Lethe Kase, seconde année à Poufsouffle, émergea d’un profond sommeil sans rêve. Des rayons de soleil traversaient déjà les vitraux du dortoir, illuminant les lits des dormeurs.

Lethe porta ses mains à ses yeux et se les frotta, expédiant au loin les dernières parcelles de brume soporifique. Elle sortit sans peine de son lit, s’accroupit devant et tira sa grosse valise. Elle y attrapa ce qui ferait office de vêtements aujourd’hui : Un pantacourt et un top bleu de sa marque préférée. Alors que ses colocatrices de dortoir s’éveillaient à peine la jeune fille quitta le dortoir pour aller prendre son petit déjeuner.
Breakfast en compagnie de misses Montgomery et Erwind, si c’est pas la classe ça ! ! Les trois filles se racontèrent les derniers potins, les histoires d’amour entre truc et machin... Enfin les histoires de filles quoi. Au moment où elles allaient quitter la table des jaunes et noirs, un petit première année arriva en courant vers Lethe et lui déposa brusquement une enveloppe dans les mains. Déconcertée la fillette observa longtemps le courrier. Son nom y était inscrit d’une écriture fine et légèrement inclinée vers la droite.

Si Anabelle et Abbygaël ne l’avaient pas incitée à l’ouvrir Lethe aurait pu rester pendant plus d’une heure plantée à côté de table des Poufsouffles à regarder cette mystérieuse lettre... Finalement, après un effort intense, elle parvint à extraire le parchemin de son enveloppe.
De ses petites mains tremblantes elle le déplia et le lu à voix basse :


Chère Lethe,
Rejoins-moi ce soir au sommet de la tour d’astronomie, à 19h. Ne sois pas en retard.
Je t’attendrais là-bas.
A tout à l’heure.
TCDB.

- TCDB ? Qu’est ce que ca veut bien dire ça ?, se demanda Lethe à voix haute.

Aucune réponse de la part de ses deux amies, elles se contentèrent simplement de hausser les épaules en signe d’impuissance. Lethe lut une seconde fois, cherchant inexorablement des indices pour démasquer ce fameux TCDB. Rien de significatif lui sauta aux yeux...
La sonnerie d’entrée en cours retentit alors, Lethe fourra le papier dans sa poche et toutes trois se précipitèrent pour rejoindre leurs salles de cours respectives.

Durant toute la journée et malgré le fait que les cours du vendredi soient ses préférés, miss Kase ne les écouta que d’une oreille. Son esprit était bien trop occupé à essayer de décrypter ces mystérieuses initiales. A plusieurs reprises ses professeurs la reprirent pour son manque d’activité et son regard vide. D’après eux, la blaireaute n’était pas dans son état normal... Et ils n’avaient pas si tort...

Finalement sa journée scolaire prit fin, après avoir passé une heure à tenter vainement de mettre de côté TCDB pour se concentrer sur le cours de métamorphose. Seul point positif McGonagall ne la pas réprimandée pour son manque de participation (=D).

Bref, on retrouve notre petite Lethe à 18h30, excitée comme une puce, elle va enfin savoir qui est son admirateur secret, que représente TCDB... Pour l’occasion elle s’est même détaché et lissé les cheveux, avec l’aide d’Ana aussi parce que toute seule je vous raconte pas la galère... Elle a sorti un pantalon blanc, un débardeur un peu typé soirée et une veste noir, parce que même si on est en mai il fait pas gavé chaud la nuit... Dernières petites touches de perfectionnement de l’allure et la voila fin prête. 18h45 Lethe sort du dortoir, encouragée par ses deux grandes amies. Elle se dirige à pas lent mais assurés vers la tour d’astronomie. Grimpe l’escalier et arrive au sommet de la tour.

Soudain, la petite prit peur d’être arrivée en retard à force d’avoir traînée dans les couloirs. Un rapide à sa montre : 18h55, elle n’est pas en retard, elle est en avance. Rassurée, elle s’avança jusqu’aux murets et s’y appuya, regardant les parcs et ses alentours, à la lumière d’un soleil qui commencera à se coucher bientôt...





ps : TCDB = ton cavalier du bal ^^ Je trouvais qu'une lettre signée par des initiales mystérieuses ça le faisait bien =P
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyMar 4 Nov - 0:45

En haut de la tour d’astronomie, un jeune garçon admirait les premiers feux du coucher du soleil, s’efforçant de ne penser à rien. Ni à la personne qui allait peut-être arriver, ni à ce qu’il s’était décidé à lui dire. Mais il suffisait de se dire de ne pas penser à quelque chose pour la pensée en question lui occupe entièrement l’esprit.

Tout avait commencé en début de semaine. Il avait décidé de mettre au clair tout ce qu’il ressentait pour une certaine rousse de Poufsouffle, dont la simple vision lui tordait l’estomac et dont un sourire lui faisait exploser le cœur.

Le matin même, il avait intercepté un Première Année, - Serdaigle peut-être, il n’avait pas vraiment fait attention - et lui avait lancé un regard de tueur, en lui ordonnant d’aller remettre un bout de papier à Lethe, sans quoi il s’assurerait personnellement que le mioche ne passe pas l’année. L’élève s’était exécuté en tremblant, et avait rempli sa mission avec succès. Théophile pensait que Lethe comprendrait la signification de la signature, en référence au bal de Noël (même si malheureusement on pouvait aussi le traduire par « Théophile, ce délicat bêta ». Franchement, en se regardant d’un œil objectif, il se trouvait légèrement ridicule, à vouloir paraître si cérémonieux, si mystérieux. Un an auparavant, en arrivant à Poudlard, si on lui avait dit qu’il se baladerait le soir au coucher du soleil pour attendre une fille, il aurait volontiers ri au nez de son interlocuteur. Mais voilà. Lui, le petit français paumé en Angleterre, qui ne se passionnait que pour le break et les sagas mp3, avait trouvé un nouveau centre d’intérêt, et non des moindres. Lethe.

Il repensait à sa démarche, à ses rires, à son sérieux, à la complicité qui les avait uni pendant la bataille de polochons, à leurs lettres échangées l’été, à leurs moments passés dans le parc ou dans les couloirs du château, au bal de Noël, où tant de choses aurait pu se passer si…
Si seulement le fanfaron qu’il était, se vantant d’être capable de tout, n’était pas paralysé de timidité lorsqu’il était avec elle. Il arrivait à lui parler presque normalement, mais était quasiment incapable de lui avouer un gros tas de choses, comme son cœur qui battait la chamade ou sa bouche qui devenait sèche, ou encore le bonheur qu’il avait rien qu’à la voir entrer en cours.

C’était pour toutes ces raisons qu’il se retrouvait dans l’air fraîchissant de Mai, au sommet de la tour d’Astronomie. Il ne devait pas rester longtemps avant l’heure du rendez-vous, mais il avait bien précisé qu’il « l’attendrait », et en conséquence, il était venu bien en avance, pour ne pas faillir à cette entrevue très importante. Le petit blond – qui n’était plus si petit que ça d’ailleurs – s’était donc placé de sorte à voir les arrivants avant qu’eux-mêmes ne s’en redent compte.

Ainsi, à 19h55, une délicate silhouette arriva au sommet de la tour d’astronomie, et s’accorda un temps de pense, avant l’aller s’accouder contre le muret pour regarder le ciel embrasé par le crépuscule. Théophile s’accrocha à la rambarde pour ne pas tomber – il ne faudrait pas qu’il passe par-dessus le mur tout de même ! - et se demanda comment l’aborder. Il rejeta les vingt-et-une premières suggestions de son cerveau un peu embrumé et accorda toute son attention à la vingt-deuxième. Il s’approcha à pas de loup, bien décidé à la prendre dans ses bras et à lui susurrer « Bonsoir. » à l’oreille.


[j'avais deviné pour le TCDB juré ^^. Voilà, libre à toi de faire se retourner Lethe un peu trop tôt et faire tomber Théo en plein délit d'intention d'enlaçage forcé de damoiselle ^_^ Ou pas...
Et bravo pur avoir dépassé les trois mots ma tite Cow ! XD]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyMer 5 Nov - 20:33

Tellement absorbée par son potentiel retard, Lethe en avait complètement oubliée pourquoi elle était là. Et oui, pour la première fois de la journée cette mystérieuse lettre lui était sortie de l’esprit, c’est pourquoi elle ne s’était pas rendue compte qu’elle n’était pas seule sur la plate-forme. A présent, elle était simplement accoudée sur un muret de la plus haute tour de Poudlard.

D’ici la vue était sûrement la plus belle possible. En effet, de son perchoir elle voyait nettement le lac, la forêt interdite, le parc du château, les environs de l’établissement, et le magnifique coucher de soleil. D’ailleurs, d’une certaine façon elle découvrait des parties du château et du parc.
Bref, ce soir le coucher de soleil serait particulièrement beau. Lethe en tirait cette conclusion grâce aux diverses, mais toutes plus belles que les autres, couleurs dont se teintait déjà le ciel. Par-ci, par-là on voyait déjà apparaître les premières étoiles. Les arbres prenaient aussi les couleurs du soleil couchant. Leurs feuilles toutes neuves renvoyaient les rayons du soleil dans tous les sens, illuminant ainsi les moindres recoins de la forêt. En se forçant un peu, Lethe parvint même à distinguer des mouvements entre les arbres ! Elle crut même voir un chevreuil s’enfuir au grand galop.
A ce moment là, la Poufsouffle remarqua à quel point la nature pouvait être belle. A quel point elle regorgeait de vie...
A quel point elle était attachante !
Une bourrasque de vent fit s’envoler ses cheveux détachés. Mais, à peine fut-elle achevée qu’ils revinrent se poser contre son dos. Inconsciemment Lethe remit en place les rares mèches qui flottaient toujours derrière elle. Une fois qu’elle furent calées derrière ses oreilles, la fillette reprit sa contemplation de l’horizon.
A l’Ouest le soleil continuait sa descente, envoyant dans le ciel de plus en plus de couleurs violacées et orangées. Le lac, étendue inlassable d’eau, situé pile dans l’axe, brillait de mille feux, sa surface reflétant les rayons solaires. Un poisson sauta hors de l’eau avant d’y replonger. Les éclaboussures provoquées par sa sortie et sa rentrée dans l’eau perturbèrent quelques secondes le repos du lac.
En dessous d’elle, en bas de la tour, des élèves se hâtaient de regagner l’intérieur du château. La nuit arrivait à grand pas et avec elle le froid.

Une nouvelle bourrasque de vent ébouriffa les cheveux roux de la jeune fille et elle frissonna en sentant le contact de l’air frais avec les parcelles nues de son corps (tête, nuque, mains...). Au milieu du sifflement du vent Lethe crut entendre le frôlement d’une semelle sur le sol de pierres...
Persuadée que cela n’était qu’une discordance de la douce mélodie du mistral la Poufsouffle ne s’attarda pas sur ce son.
Pourtant, ce léger bruit eut lieu une seconde fois, plus distinct, comme si une personne tentée de s’approcher le plus discrètement possible. Cette fois ci Lethe y prêta attention. La répétition de ce petit son l’intriguait. La jeune fille se redressa, laissant simplement ses mains au contact de la pierre, et écouta.
Rien.
Seulement le chant des oiseaux et le froissement des feuilles agitées par le vent.


Elle soupira et regarda le soleil couchant.Un doute de plus en plus poussé s'introduisait dans son esprit. Et si tout cela n'avait été que pur mensonge. Si personne ne voulait d'elle et qu'elle était là, au sommet de cette tour, attendant l'arrivée d'une personne qui en réalité ne viendrait jamais...

Un frisson parcouru le corps de la jaune et noir. Quelqu'un viendrait, elle en était persuadée.

- Il doit simplement être en retard, tenta-t-elle de se rassurer elle-même.

Oui ça devait être ça, un vulgaire retard... Tellement préoccupée par ses tristes pensées, Lethe n'entendit pas le nouveau murmure de la pierre au contact d'un pied. Pourtant c'était tout près, juste à sa droite...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyMer 12 Nov - 2:38

[HJ : OKi ^_^ C’est un message qui veut dire « débrouille toi tout seul comme un grand à toi de jouer ? » D’accord tu l’auras voulu ! » Retard du à la semaine des 500 mots et d’une intense réflexion sur la façon de répondre. Et tu es multi-compte maintenant ? ^_^]

Elle était là, elle ne l’avait pas laissé tombé, elle était venue, elle était très jolie. Ces quelques pensées transportaient le cœur de Théophile si haut qu’il allait taquiner les étoiles qui commençaient à poindre à l’est. Il essaya de faire preuve de la plus grande discrétion. Lethe était totalement perdue dans la contemplation du coucher de soleil, qui incendiait le ciel de milles feux mordorés. En la regardant sur fond de soleil, il avait l’impression que sa chevelure rousse prenait feu. Ce qui aurait été bien fâcheux, car il l’aimait beaucoup. La chevelure, hein ? Enfin… Pas tout à fait uniquement la chevelure. Elle avait pis pour l’occasion une veste noire sur un pantalon blanc. Très simple, très délicat mais cela lui allait à merveille – même de dos.

Théophile fit quelques pas en avant et se posta juste derrière sa belle, indécis. Il retenait son souffle, se demanda finalement s’il prenait la bonne décision. Il ne fallait quand même pas lui ficher la frousse dans ce cadre idyllique, entre le vent dans les feuilles et le chant des oiseaux. Lethe se redressa soudain, les mains légèrement posées sur le muret. Elle pensait probablement qu’il l’avait lâchée, ou même oubliée, et songeait à repartir. Il jeta un rapide coup d’œil à sa montre. Dix-neuf heures passées de deux minutes. Cent vingt secondes de réflexion, c’était bien suffisant pour son cerveau se stratège des mauvais coups. Il prit une inspiration et sa décision.

Le Gryffondor entoura Lethe de ses bras. Il la sentit se raidir un instant, avant qu’elle ne comprenne que les bras appartenaient à celui qui lui avait donné rendez-vous au sommet de cette tour. Il sourit et lâcha un murmure à son oreille :


« Bonsoir jolie princesse. Un humble chevalier requiert une audience. »

Théophile profita quelques instants de la douce odeur de sa dulcinée, qui lui rappelait des souvenirs et le faisait se sentir légèrement enivré – sentiment bien étrange pour un jeune n’ayant jamais touché une goutte d’alcool – et fébrile. Puis il laissa retomber ses bras et recula légèrement pour permettre à Lethe de se retourner vers lui. Il se sentait légèrement anxieux de sa réaction, mais elle semblait heureuse de le voir, et il se mit à sourire comme un bienheureux – ce qu’il était à l’instant présent. Il attendit qu’elle prenne la parole, mais elle semblait attendre qu’il fasse le premier pas. Ou la première parole, car s’il faisait un pas de plus, il se retrouverait un peu trop près d’elle.

« Euh… Je… Je te… »

Encore cette saleté de bafouillage ou de bégaiement - selon les situations – qui le prenait toujours au moment où il ne la fallait absolument pas. Pour laisser à son cerveau le temps de s’habituer aux effluves de sensations que lui procurait la présence de Lethe, Théophile improvisa et évita de prononcer une question compromettante ou gênante.

« Tu… Tu avais deviné pour… pour la signature ? »

Et voilà. Ca ne l’engageait en rien, ça ne toucherait pas trop la belle Poufsouffle, bref une super question inutile histoire de gagner du temps…


51a mots ^_^
XXX
506
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyMer 12 Nov - 17:48

A l’Ouest le soleil déclinait rapidement. Encore une poignée de minutes et la nuit reprendrait les droits que le jour lui avait dérobés. Mais, la nuit n’arrivait pas seule. Son ami le froid la tenait par la main, accentuant sa présence au rythme de la descente de Monsieur le Soleil.

Depuis quelques secondes déjà, une brise fraîche balayait le sommet de la tour d’Astronomie. Lethe frissonna, se frottant énergiquement les bras afin de les réchauffer. En vain. Découragée, elle passa le bout des ses doigts dans ses cheveux, les disciplinant rapidement, puis fourra ses mains dans les poches de sa veste.

Privée de ses appuies la Poufsouffle resta debout, à moins d’un mètre du muret. Son regard pointé toujours dans la même direction. Jamais au grand jamais un coucher de soleil l’avait autant fasciné. Elle se remémora pourquoi elle était là. D’instinct, elle sortit de sa poche la mystérieuse lettre et la relut. La signification des initiales T C D B restaient une énigme pour la fillette. Soudain elle réalisa qu’elle était toujours, et désespérément seule. Pourtant cette pensée ne l’attrista pas car, ok elle était seule mais elle assistait à un coucher de soleil qui resterait sûrement gravé dans sa mémoire. Surtout si TCDB se décidé à arriver ! Là ça serait le top du top !

Comme pour répondre à ses attentes, deux mains, suivies de deux avant-bras, firent le tour de sa taille. Les paumes des deux mains se refermèrent l’une sur l’autre au-dessus de celle de Lethe, toujours soigneusement enfouies dans ses poches. A leur contact la jaune et noire se raidit, comme paralysée. Puis, se rendant compte qu’elle était en présence de l’être qu’elle attendait depuis dix bonnes minutes elle se détendit.
TCDB éloigna un peu ses mains, laissant suffisamment d’espace à Lethe pour qu’elle se retourne, mais ne la lâcha pas pour autant.

Lethe, qui avait fermé les yeux au moment de tourner, ouvra lentement les paupières. Devant elle, un beau visage encerclé par des cheveux blonds épars, un visage si souvent vu, si souvent désiré, si souvent chéri... Un visage qu’elle aimait : Théophile.
Soudain tout devint clair dans l’esprit de la jeune fille : TCDB signifiait tout bêtement Ton Cavalier Du Bal. Et ce cavalier, merveilleux cavalier d’ailleurs, n’était autre que Théophile Mandrake. Comment avait-elle pu passer à côté ? !
L’envie de se jeter dans ses bras s’empara de la Poufsouffle. Pourtant elle resta à sa place, entre les bras du Gryffondor, incapable d’effectuer le moindre mouvement. Un sourire ravi se dessina alors sur le visage de son ami. Lethe s’empressa de l’imiter, en attendant qu’il prenne la parole.

Car oui, malgré le fait qu’elle soit aux anges d’être avec lui, là, au sommet de la tour, une question la tourmentait : Pourquoi Théophile désirait-il ce rendez-vous ? En semaine ils se voyaient pourtant régulièrement, pourquoi avoir souhaiter se retrouver seul avec elle ?
Le cœur de Lethe lui apporta la réponse, mais elle ne parvint à la déchiffrer.

Etait-il possible que ses sentiments soient réciproques ? Nan ! Impossible ! Théophile, amoureux ! A part en rêve cette situation était inimaginable. Lui, gryffondor toujours prêt à sortir une blague, amoureux ! Ok, admettons qu’il puisse aimer : Amoureux de Lethe ! Pff même un druide qui se serait prit un menhir sur la tête saurait que ceci est tout bonnement impossible !
Pourtant Lethe se prit à espérer.
Un espoir frêle, certes.
Mais un espoir quand même !

Théophile la tira de ses songes en balbutiant une phrase inintelligible. Lethe le regarda d’un air suspect. Les joues du gryffondor prirent une légère teinte rosée alors qu’il passait à un autre sujet :

- " Tu… Tu avais deviné pour… pour la signature ? "

Gros changement de sujet ! Mais bon on fera avec. D’un certain côté, cela arrangé la petite Lethe Kase qu’il n’aborde pas immédiatement les choses sérieuses. Ok elle attendait que ça... Mais il faut savoir-faire les choses au moment voulu ! Et pour l’instant ce moment n’est point encore arrivé !

- Jusqu’à ce que tu n’arrives, je savais pas ce qu’elle signifiait, enfin... pour être franche... je les avais un peu oubliée... , déclara Lethe la voix tremblante.

Pour se justifier, elle désigna du coin de la tête le soleil qui achevait sa course vers le sol.

- C’était si beau, que... que ça m’a occupé l’esprit jusqu’à ton arrivée..., ajouta-t-elle.

Théophile esquissa un sourire. Lethe lui rendit, alors qu’il ouvrait la bouche, comme s’il voulait lui dire quelque chose. Mais il la referma sans qu’aucun son n’en soit sorti.
La Poufsouffle se recula et lui saisit les mains. Là le moment était venu ! Le soleil disparaissait à l’ouest, la lune apparaissait à l’est. Les étoiles brillaient un peu partout dans le ciel et ils étaient ensemble. Qu’attendre de plus ?

- Théo, je... enfin... si tu..., marmonna la fillette.

Elle prit une grande bouffée d’air et recommença :

- Si tu veux me dire quelque chose, le moment est venu...

Ok, elle aurait dû se lancer.. Au lieu de quoi elle se répéta intérieurement les deux mots qui avaient tellement de mal à s’extérioriser : "Je t’aime !"







|| 854 Mots ||

XXX
838
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyMer 26 Nov - 0:49

Le moment est venu… Oui, tout à fait, il n’y avait pas de formule plus adéquate. Théophile se sentait stressé, bien plus que pour un important devoir ou pour un évènement attendu depuis longtemps. Son estomac semblait avoir pris des vacances aux Bahamas, tout en s’efforçant de tirer sur son intestin. La tête vide, plus aucune pensée n’arrivait à son cerveau. Mais le moment était venu, alors il se lança. Il sentait les mains de Lethe dans les siennes, et les serra pour se donner du courage.

"Voilà Lethe, je…"

Ah non, il n’était pas question de se défiler. Il ferma ses yeux vert-gris-marron et commença.

"Lethe, je pense à toi le jour, la nuit, parfois même le reste du temps. Je ne trouve pas une seule citation qui soit assez belle pour te représenter. Je n’arrive même pas à voir le soleil se coucher parce que c’est toi que j’ai envie de regarder."

Il n’osait toujours pas ouvrir les yeux, de peur de voir un air déçu ou désolé sur son visage.

"J’ai envie de t’emmener faire le tour du monde, mais tout me va si tu es avec moi. J’aime ton sourire, j’aime ton humour, j’aime ton esprit. Je…"

Allez courage, courage !

"Je t’aime."

Voilà, c'était dit. Tout était fait, et c'était iirréversible. Etrangement, il se sentait léger, comme débarassé d'un poids, le poids de secret de son sentiment. Deux mots pas si longs, mais trsè compliqués à dire. Il les disait avec facilité à ses parents, voir à son frère. Mais Lethe, c'était une autre histoire... Et peu importe que que pourraient dire les autres, il n'était pas prêt de changer d'idée à son sujet.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] EmptyMar 2 Déc - 19:54

Bien que convaincue que quelque chose allait se passer sous peu, Lethe n’osait espérer. Sous sa poitrine naissante, son cœur battait en chamade comme si elle venait 6km en sprintant. Les mains toujours dans celles de son ami, elle attendit, le regard bas.

1, puis 2, puis 3, puis 10, puis 50 secondes s’écoulèrent sans qu’aucun mot ne soit prononcé. Un oiseau chanta, rompant de sa mélodie le silence. Théophile s’agita, serrant plus fort les mains de Lethe dans les siennes. Puis il se calma et inspira profondément. Lethe en fit de même tandis que la pression retombait.

Bizarrement la question de Théo sur son ’étrange signature ne revint pas sur le tapis, ce qui dérangea un peu la Poufsouffle car au moins, avec ça, ils avaient un sujet de conversation. Cela aurait évité ce silence pesant. A chaque respiration la fillette sentait le poids de ce silence augmenter sur ses épaules. D’ici quelques poignées de secondes elle serait par terre, assise sur la pierre grise du sommet de la tour, incapable de se relever tellement la pression était grande...

Finalement Théophile se lança ou du moins tenta de se lancer car sa phrase fut soudainement écourter par une hésitation.
Il attendit deux-trois secondes, la tête baissée et le regard fuyant, puis reprit :

"Lethe, je pense à toi le jour, la nuit, parfois même le reste du temps. Je ne trouve pas une seule citation qui soit assez belle pour te représenter. Je n’arrive même pas à voir le soleil se coucher parce que c’est toi que j’ai envie de regarder."

Quelques instant passèrent avant que Lethe comprenne ce qu’il venait de lui annoncer : Il pense à elle tout le temps ! Nan, impossible ! Lethe n’en croyait pas ses oreilles. Est-ce possible que ça soit vrai ? Que ses rêves les plus fous se réalisent, qu’elle le serre fort contre elle, que leurs lèvres se cherchent pour mieux se trouver, qu’elle l’embrasse ?
Lethe cligna des yeux à trois reprises, refusant de croire que ce qu’elle venait d’entendre était réel. Elle se repassa les paroles de son ami. Le petit jeu de mot la fit sourire, même dans des situations aussi stressante et angoissante que celle là, Théophile arrivait quand même à faire de l’humour.
Son sourire s’élargit.

Tous doutes s’éclipsèrent de l’esprit de la jeune Kase alors qu’elle relevait la tête, les joues légèrement rosées par la déclaration du Gryffondor. Elle plongea son regard dans le sien, incapable de répondre à ses paroles.
Alors il enchaîna...

"J’ai envie de t’emmener faire le tour du monde, mais tout me va si tu es avec moi. J’aime ton sourire, j’aime ton humour, j’aime ton esprit. Je…"


Respiration...

"Je t’aime."

Lethe cessa de respirer.
Les yeux écarquillés, à la fois par le soleil couchant et par cette déclaration, elle fixait Théophile, cherchant à déceler dans son regard cette lueur taquine qu’elle aimait tant. Absente, partie... Remplacée par un sérieux qu’elle ne lui connaissait pas. Un sérieux qui approuvait les paroles du rouge et or.

Alors Lethe réalisa. Ces papillons dans le ventre qu’elle ressentait quand il était près d’elle, ce désir de plus en plus constant d’être à ses côtés, d’entendre sa voix, ses blagues. Et réciproquement, le changement de caractère, de regard, de Théophile. Il agissait différemment quand ils étaient ensemble, rougissait souvent, peinant à trouver ses mots... Tout était lié !
Elle ne pouvait se l’avouer, même si tout l’incitait à penser le contraire...
Elle l’aimait c’était évident, et c’était réciproque.
Son sourire s’élargit à un point où quasi toutes ses dents étaient visibles.
Elle était heureuse, et son visage le dépeignait.

Lethe lâcha les mains de Théophile pour passer ses bras autour de la nuque du Gryffon. Puis, elle posa sa tête au creux de son cou, respirant son parfum à pleines narines.
Ils restèrent ainsi le temps que le soleil disparaisse à l’horizon puis Lethe monta sa bouche jusqu’à l’oreille de Théophile :

- Moi aussi, Je t’aime, murmura-t-elle.

Elle lui fit face et l’embrassa tendrement.
Même les rêves les plus fous peuvent devenir réalité.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]   Au clair de la lune, mon ami Theo [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]
» Au clair de la lune [Asuna]
» Au clair de la lune, mon amie maquerelle ~ [Abandonné]
» Au clair de la lune...
» Au Clair de la Lune ... | Mon petit Cieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 6-
Sauter vers: