AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.   Mar 11 Nov - 18:47

Professeur Flitwick : Après les péripéties au combien chevaleresques du grand professeur Flitwick, comportant entre autre la perte puis le gain de 500 points pour diverses maisons, la mise en place violente du postérieur du maître des sorts dans un vase et un élève métamorphosé de tentacules flasques et autres furoncles amateurs de doigts, le cours de sortilèges commença tant bien que mal.

Summer Smith, Abbygaël Erwind et Matt Stevens : Les premiers élèves arrivèrent, Summer Smith en tête, étalant consciencieusement ses affaires en jetant de petits coups d’œil au minuscule professeur. Cette jeune Poufsouffle fut suivi de peu par la non moins célèbre Abbygaël Erwind, qui fila droit s’asseoir à côté de son amie, en ne manquant pas de saluer le vénérable Flitwick. Ce fut au tour de Matt Stevens de toquer à la porte, impatient de commencer le nouveau cours de sorts et pressé de rejoindre sa dulcinée Smith après un détour à l’infirmerie pour contempler l’ampleur du dégât des furoncles mangeuses d’hommes, compagne qu’il apostropha romantiquement. S’installant sur ce banc qui brillait d’or et de rubis, il eut l’excellente idée de bavasser un peu fort à propos du fabuleux cours de sortilèges et enchantements qui est si intéressant, si grandiose, si passionnant, si…

Katina Choovansky et Enry Stanley : Avançant à grands pas joviaux, Katina traversa sur un pas conquérant la salle de sortilèges, saluant maître et élèves, et gardant une jolie place au chaud pour son camarade de bataille de polochons. Ah, la bataille, son souvenir emplumé résonnait dans tous les esprits, sauf peut-être un, trop occupé à aller explorer les méandres des plus basses profondeurs abyssales de son esprit rêveur, trop occupé à lire des livres complexes réservés à une élite de Serdaigles complexes sur le complexe sujet de la DCFM. Mais à trop s’éloigner du monde physique, le retour à la réalité est… violent, surtout quand on s’étale de tout son long la tête la première à cause d’un innocent pied malodorant de Serpentard. Entrée magistrale pour Enry Stanley. Récupérant son précieux ouvrage dépravé, il s’installa sur le même banc que Katina, le plus loin possible d’elle. Un chaleureux bonjour made in Enry. Il n’en fut pas moins accueilli par un magnifique étirement digne d’un chat qui failli lui transpercer l’œil. Se promettant de moins songer aux lits volants et aux doux édredons, le brave Stanley salua son directeur de maison, et plongea derechef dans son petit monde, qui allait être bien perturbé sous peu…

Summer Smith, Abbygaël Erwind et Matt Stevens : Soulignant comme il se faut le noble nom du cours du vieux Flitwick, Summer engagea une discussion animée et au combien intéressant fleurie en un rien de temps dans ce petit groupe hétéroclite. Surenchérissant d’épithètes flatteuses, ils se demandèrent que diable allaient-ils étudier aujourd’hui ! Une autre bataille ? Pendant ce temps, la brave Abby observait nos deux protagonistes. Ah, il fallait être myope comme une taupe et sourd comme un pot pour ne pas voir ce qui éclatait aux yeux lorsqu’on regardait le jeune couple ! Bon, les sortilèges, dis-je ! De nouveaux sorts, oui, mais lesquels ? Frétillant d’impatience, nos trois jeunes premières années ne virent pas le minuscule professeur fouiller son tiroir et avancer vers eux d’un air tout ce qu’il y a de plus badaud, comme si la salle dont il connaissait les moindres recoins depuis 35 ans était devenue soudainement digne d’un intérêt apparemment nonchalant et innocent, mais en réalité complètement intentionné et calculé. Un Serdaigle, ça ne se refait pas…

Katina Choovansky et Enry Stanley : Enry laissa notre brave Katchoo interdite. S’enfuir lâchement, sans même la saluer, lui qui l’avait sauvé d’une chute de 15 mètres, sans un sourire même ? Doutant de son haleine, elle comprit vite que notre cher Stanley ne fuyait pas une odeur pestilentielle mais plutôt une présence humaine trop chaleureuse. Crise de somnambulisme, c’est grave docteur ? Alzheimer précoce ? Prenant son courage à deux mains, Katina tenta le tout pour le tout, et lui rappela très subtilement son nom, on ne sait jamais. Heu, je suis la fameuse folle volante qui fait tout exploser et qui tombe du lit quand il vole à 10 miles au dessus du sol, hum, bonjour. Coéquipière ? Cela lui faisait ni chaud ni froid, et Enry lui répondit comme on répondrait à un gamin particulièrement lassant qu’il se souvenait de Katina l’explosive, paix à son âme. Et on dit quoi après à quelqu’un dont on veut se débarrasser, hein doc’ ? Aïe, même pas le prétexte de ne pas savoir à qui on parle, pensa-t-il. Aïe, il n’a pas oublié les, hum, calamités du premier cours, pensa-t-elle alors. Les possibilités de fuite se réduisaient de minutes en minutes, et malheureusement, cette pression insoutenable força le jeune saphir à sortir la phrase la plus incongrue qu’on puisse attendre. Super commencement que de rappeler à Katina ce qu’elle espérait qu’il ait oublié, m’enfin, la petite resta Candide et, comme il se doit, optimiste à son sujet : Une forme d’humour version Serdaigle dérangé et anémié ? De réponses gênées aux questions gênantes, Katina lui expliqua d’une manière tacite et évidente qu’il avait l’air moins pataud, sous entendu, d’habitude, plus bouffi que toi, tu meurs…

Professeur Flitwick : « Grr », un point c’est tout. Bougonnant au sujet de sa minable vie de minable prof dans une minable académie paumée, des sons exquis parvinrent aux oreilles de ce gnome avide de compliments. Un cours passionnant, le sien ? Génial ? Mieux que le premier qui était déjà super ? Foi de Flitwick, il était temps de récompenser une loyauté dont il doutait que les membres du club de Slugh même aient envers leur disciple ! Cheminant entre les bureaux le plus discrètement que lui permit son dos malheureux, il débarqua devant le groupe des 3 et engagea la conversation sur des sujets triviaux, Miss Erwind et le duel, histoire d’être vénéré ; ce que leur réservait le cours, pour attiser encore plus le suspens, bref, la causette habituelle. Retournant précipitamment vers sa montagne lorsque de nouveaux arrivants s’annonçaient, il glissa des couine-souris sur les genoux de Matt et Summer, ce que seul Enry vit, et par une malchance ter-ri-ble, il laissa s’échapper une feuille qui fila se loger sous la table de Enry et Katchoo qui, voulant tout deux attraper la feuille au vol, s’attrapèrent la main et rougirent comme des pivoines ! Immédiatement, ils retirèrent leurs mains, envoyant la feuille valser du côté de Matt et Summer qui eurent le même réflexe et qui, encore une fois, s’attrapèrent mutuellement la main et rougir comme s’ils avaient été victimes d’un Lévicorpus prolongé. Décidément, ce n’était plus un cours de sortilèges, c’était les feux de l’amour !

Abbygaël Erwind et Matt Stevens : Après une annonce sur le thème du cours, Abby s’illumina d’un grand sourire, qui s’élargit et lui fit trois fois le tour de la tête lorsqu’il lui proposa des livres sur le duel, toute passionnée qu’elle est. « Un club de duel à Poudlard, mobilisons-nous », répétait-elle à tue tête à ses deux complices. Mais sans lui laisser le temps de poursuivre sa réflexion, la maudite feuille vint déranger Summer et Matt qui plongèrent sous la table et en émergèrent avec l’expression que l’on sait. Sauvé d’une attaque de chaussures de Serpentards, Abbygaël ramassa la petite feuille du maître des sorts, et vint la lui rendre à son bureau, dieu merci pour le dos du pauvre nain ! Mais elle n’était pas au bout de ses surprises… Pendant ce temps, le petit couple resté à bon port fut bienheureux de découvrir une boîte de couine-souris sur leurs genoux, et encore plus heureux lorsque leurs mains se rencontrèrent, se fermant délicatement l’une sur l’autre. « Pst, il y avait quoi sur la feuille ? Demanda Matt à Abbygaël ».

Katina Choovansky et Enry Stanley : Quelle calamité pour Enry cette Katina. Ne pouvait-elle pas rester à sa place ? Maintenant, il fallait qu’il se la tape non seulement tous les cours de sorts de l’année mais aussi qu’il se coltine ses sourires et ses yeux pétillants toute la sainte heure des charmes. Je vous jure. Il lui fallait prendre des mesures préventives contre les explosions fortuites, cette fois ci, il n’y avait pas que le polochon qui avait à craindre de la baguette de Katchoo ! Aïe, réponse cinglante à affirmation salée. A visages bouffis êtres stupides et débiles qui s’installent à côté de lui. Ouille, pauvre Katchoo. Et la maladresse de ce stupide Flitwick vient encore arranger les choses, avec sa stupide feuille. Enry, dès que sa main frôla celle de Katchoo, remonta en pic, dressé comme le cobra prêt à attaquer, avec une belle bosse en prime ! Alors là, c’est de trop pour le pauvre aigle qui explose. Zone de restriction : ici c’est mon côté, la le tien, et ne t’avises pas de dépasser ! Mais Katina aussi réagit ! Et elle s’insurge contre le « tas de détritus malodorants » qu’est désormais son intelligence pour son voisin. Subtil, comme dirait l’autre, un subtil qui donne des envies de dégommage de nez de Serdaigle rachitique. Se contenant comme Enry s’est contenu pour éviter de lancer mille et un juron après sa grosse bosse, elle se baissa pour ramasser le fichu papier et rougit de colère et de sa récente humiliation lorsqu’il s’est passé la chose que l’on sait. Pas de risques de le dépasser ton fichu côté, gamin de 7 ans va ! La jeune candide laissa mourir son Pangloss intérieur et se jura de ne plus essayer de raisonner un Serdaigle timbré et asocial, regardant Abby cheminer vers Flitwick. C’est le triomphe pour Enry, mais la situation explosive risque de péter à tout moment… bien qu’il s’en veuille un tout petit peu de cette méchanceté gratuite.


Dernière édition par Filius Flitwick le Mar 11 Nov - 18:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.   Mar 11 Nov - 18:49

Krystina et Jessika Fenty, Laura Thinkingen : C’est maintenant au tour des Fenty de rentrer joyeusement en cours, en saluant le professeur minuscule tout en n’oubliant pas leurs devoirs sur les charmes de coussinage, et en observant avec compassion le crash du cher Stanley. L’une à côté de l’autre, Jessika déballant un siècle de réserve de parchemins, un écusson rubis leurs tapa dans l’œil. Laura débarqua joyeusement dans la salle, observant avec inquiétude tous ces visages rouges en se demandant si Flitwick avait eu l’idée saugrenue de leur faire faire un marathon, avant de remarquer la présence des deux jumelles. Horreur, Malheur ! Un cours sur le rire, avec ces bestioles là comme voisine ? Il fallait dire que le grand amour ne régnait pas entre ces deux là, pour une histoire de marteau stupide et de dispute animée. Jessika se leva pour aller voir de plus près cette chère Laura qui semblait la détester depuis le premier jour, en ne manquant de la saluer avec un ravissant sourire ironique… Réaction de Laura ? Au prochain numéro…

Jonathan Maclachlan, Maia Christensen et Ann Iverson : Deux nouveaux arrivants encore inconnu au cours de charme. Jonathan, peu rassuré à l’idée de côtoyer toute cette marmaille sans avoir un banc à peu près pur de sang, pigeondors et autres blaireaux avec des piafs bleus, qui observa avec dégoût cette fayotte d’Abbygaël qui allait rendre le papier au professeur en précisant bien que d’infâmes Serpentards avaient soi-disant piétinés l’innocente feuille ; ainsi que Maia, revenue d’une quête de passages secrets, qui préféra se mettre à l’écart plutôt que de s’incruster dans des conversations bien animées. D’un œil observateur, elle remarqua les tensions entre Laura et Jessica, deux filles de sa maison, avant de se plaindre du matériel et de ces horribles plumes, et de scruter en profondeur le visage du professeur Flitwick. Un bon prof, qui amuse les foules, impressionnant ! Tout comme l’entrée impressionnante d’Ann, qui failli défoncer la porte par peur du retard. Rassurée de voir son prof lui accorder un grand sourire en plongeant dans une intense méditation sur son cas, comprenant entre autre un plaidoyer à Headmaster pour son retrait immédiat de la maison Serpentard, elle se plongea elle aussi en pleine réflexion sur Rusard, ce stupide concierge attardé, et son aventure du soir dans la bibliothèque prolongée dans le bureau de Rusard…

Filius Flitwick : « La Formule de Disparition, Disparités, n’a pas le même effet que la formule d’oblitération, à savoir le fait d’oblitérer. Cela est vraiment bien décrit dans le manuel Théories magiques de Gilbert Salopette, la grande hauteur ». A vos souhaits. Par chance, Miss Erwind vint le sortir de cette torpeur en lui rapportant l’innocente feuille volage, qui zigzaguait en semant amour et zizanie à son gré. Lui montrant des sacs remplis de livre, il lui indiqua avec un grand sourire qui lui fit trois fois le tour de la tête que ces livres étaient pour lui, et que c’est un bien maigre cadeau pour son investissement. Mais l’élan de générosité ne s’arrêta pas là pour Flitwick. Bien au contraire, il accueillit avec de grands gestes frénétiques la pauvre Laura, qui ne comprit rien à ces signes étranges et cette langue très, heu, incompréhensible. «Toi, misérable élève (il la désigna du doigt en grimaçant, avec un air tout crispé), N’essaye pas de t’enfuir (il mima des bonhommes entrains de se promener), à la fin de l’heure (il tapota son poignet en faisant de grands cercles en renversant de l’encre partout), Je te tue avec mon ouvre-lettre (il ramena plusieurs fois de suite son doigt vers son petit cœur de nain et montra un ouvre lettre pointu sur son bureau avec un sourire de psychopathe) », voilà l’interprétation officielle. Regagnant sa place toute traumatisée, Laura entama une conversation animée avec Jessika et Krystina Fenty, que le nain interpréta comme un complot pour faire échouer son entreprise, qui n’avait rien d’un assassinat particulièrement vil, en effet notre nain ne voulait que lui remettre une lettre pour Irma, sa chère bibliothécaire. Après une courte méditation sur le cas Iverson, il adressa un grand clin d’œil à Matt et Summer, histoire d’amortir les couines-souris. Il entendit alors des bruits de phoques, et découvrit une Katina écroulée de rire à côté d’un Enry pouffant. Où va la jeunesse, je vous le demande, où va la jeunesse... Ayant la certitude que les deux compères avaient surpris son entreprise, heu, mimée et mouvementée, il commença le cours avec l’intention de garder un œil sur eux, quitte à les faire un peu souffrir… Après avoir annoncé le sujet du jour, le rire, il attaqua les choses sérieuses : les questions ! (NOTE : je préfère séparer résumé et cours, RDV au message suivant !).


Laura Thinkingen, Krystina et Jessika Fenty : Chouette, une nouvelle Gryffondor, pensait Laura, tranquillement assise. Arf, c’est cette pimbêche de Jessika, qui l’ignore et râle tout le temps… Arf, Jessika approchait à pas déterminés avec un ravissant sourire sardonique, encore Arf, elle lui parle et la salue cette hypocrite ! Maîtrisons-nous, se dit-elle, sinon Flitwick va me tuer avant la fin de l’heure, comme il l’avait prévu. Fuis vite maintenant que je t’ai répondu espèce de gourdasse, sinon j’explose, pensa-t-elle. Mais au lieu de cela, Jessika s’assit à côté de Laura et le cours démarra. Krystina fut la première à lever la main, après avoir longtemps médité sur les gestes du petit professeur, et elle répondit très justement aux questions de Flitwick, dont les yeux pétillèrent de joie lorsqu’elle lui parla du chatouillis, de gestes incontrôlables, et de toute une pléthore d’autres causes et effets du rire. Maudissant son infâme destin qui lui avait valu en deux minutes de se mettre à dos un Flitwick à envies meurtrières et une Jessika pimbêche, elle avait envie de dire Youpi, vive ma vie nullissime, je dois me sortir de ce bourbier ! Mais elle déchanta vite devant le futile et ennuyant sujet du rire : comme cours, on ne fait pas plus soporifique… Demandant à Jessika si elle avait fait exprès de s’asseoir à côté d’elle, elle abandonna complètement espoir, s’endormant peu à peu aux sons de la voix de Flitwick et Krystina, en maugréant contre sa voisine stupide. Flitwick avait pourtant promis mieux… Oui, elle l’avait fait exprès, songeait fortement Jessika en envoyant des éclairs à Laura, et oui elle faisait exprès de la regarder avec de gros yeux en posant son index sur ses lèvres dans un magistral « Chut » qui parvint jusqu’à Flitwick
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.   Ven 14 Nov - 21:02

Lethe Kase, Maia Christensen et Théophile Mandrake : Sautillant joyeusement sur le chemin du cours de sortilèges, se remémorant le dernier cours au combien passionnant, Lethe chantonnait et finit par s’arrêter pour saluer des connaissances à elle, au premier rang Annabelle Montgomery et Abbygaël Erwind. Arf, la sonnerie était contre elle, et visiblement aujourd’hui, la plupart des élèves de la salle de sortilèges accueillaient péniblement coups du destin et tuiles mémorables… En attendant le début du cours, vu qu’elle ne connaissait aucun des premiers participants, elle préféra se glisser dans un petit trou du mur et attendre l’arrivée imminente de Théophile par exemple. Et les minutes passèrent, et Lethe attendit, et Lethe fut définitivement en retard. Sous le regard inquisiteur de son professeur, elle s’installa et commença un vague « Excusez moi professeur, mais… » Que Flitwick interrompit par un grand sourire : Se fâcher contre Lethe, lui ? Jamais de la vie ! Pendant ce temps, la jeune lionne Maia se demandait bien pourquoi le vieux maitre des sorts avait besoin de recourir à un langage aussi rudimentaire que le mime dans son cours. Est-ce un rituel ? Le rire, quel sujet en plus. Ils étudiaient la magie ou quoi ? Distraite par les deux lionnes en pleine dispute, elle manqua de placer sa réponse, mais se rattrapa par une excellente remarque : le rire, c’est toujours le Bien ? Peu après nos deux protagonistes, Théophile fit son arrivée, très discrètement, pour que Flitwick ne le remarque pas. Manque de bol pour lui, Flitwick sait et entend tout, mais ne réprimande jamais un de ces meilleurs élèves. Après avoir salué vivement sa camarde, il rit un franc coup quand le professeur lui dit qu’ils avaient pour mission, s’ils l’acceptaient (d’ailleurs ils n’ont pas le choix, paf !), de faire exploser de rire leurs voisins, ce qui se révèlerait, dans son cas, très simple ! Il ajouta là dessus des éléments à la réponse de Flitwick, en précisant bien que le rire, c’est un art ! Un autre retardataire, murmura Lethe, alors que Théophile déposait ses affaires. Détachant avec difficulté son regard de Théo, sur un petit air de Barry White, elle écouta attentivement le petit professeur qui se démenait au milieu de la salle en discutant avec animation du rire. Ecoutant la réponse de son cher voisin, en se rappelant que leur amitié était d’ailleurs née d’un fou rire contagieux. « T’as géré » suffit à tout résumer de l’intervention de Théo et du sentiment de Lethe à son égard, avec un petit retour de Barry White tiens !

Katina Choovansky et Enry Stanley : Katchoo bougonnait, un petit air renfrogné sur le visage à la physionomie bien contractée, au top 5 des plus beaux traits, la ligne de sourcils digne de Macgonagall. Avec le désir de changer d’air, elle se reposa toute son attention sur le brave Flitwick, qui sembla complètement perdre les pédales. Elle surprit Flitwick entrain d’agiter frénétiquement les bras comme dans un remake de Saturday night Fever, et crispa son visage en de très comiques grimaces, sans compter les angles de bras inconcevables avec super moulinet qui tue. D’abord interdite, elle faillit exploser de rire, imaginant Flitwick Jackson et son moonwalk de la mort, avec une belle coupe afro, la boule à facettes en prime ! Son fou rire était hors de contrôle, et quel ne fut pas son étonnement d’apercevoir son voisin pouffer derrière son classeur, avec l’image de son directeur de maison en Barry White (décidément, il a la côte Barry White !) maître de la piste de danse ! C’en était trop, un hoquet lui échappa et elle replongea dans son fou rire qu’elle essayait de contenir depuis tout à l’heure. C’est à ce moment, alors que la situation tendue venait d’exploser en un fou rire contagieux, que Flitwick décida de commencer son cours. Quelle Banane celui là ! Elle reprit consistance et essaya de compléter la réponse de Krystina en rappelant les différents comiques au théâtre. Même avec une coupe afro et habillé tout moulant avec jean serré à patte d’éléphants, elle manifestait un minimum de respect pour son professeur
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.   Ven 14 Nov - 23:02

Avancement du cours


Dans cette partie, vous trouverez très exactement questions et réponses du professeur Flitwick à ses élèves. J’actualiserai très régulièrement cette partie, qu’il faudra venir consulter en priorité pour faire avancer le cours et participer intelligemment. Les Questions inscrites en violet signifient qu'on peut y répondre dès maintenant, ce sont des pistes, les questions en rose, elles, sont en suspend, ce sont les futures questions de Flitwick, vous pouvez ainsi déjà préparer des posts pour le cours !

I/ Partie théorique

Problématique : Comment réussir à faire exploser de rire quelqu’un en usant uniquement de Sortilèges ?

Objectif :

- Analyser le Rire sous toutes ses Coutures, puis trouver des Applications Magiques aux Causes du Rire.
- Faire un Horizon approfondi des différents Sortilèges du Rire.

A/ Premier Axe de Recherche : Avant de s’intéresser aux Sortilèges proprement dits, intéressons-nous au Rire.

Qu’évoque le Rire pour vous ?

Pour Krystina Fenty,

1) Une Blague.
2) Un Geste, une Action, un Mouvement.
3) Chatouillis.

Pour Théophile Mandrake :

1) Joie, Félicité.
2) Amis.
3) Plus de Stress, Zen attitude.
4) Fou Rire.

Quels sont les Causes du Rire ?

Pour Krystina Fenty,

1) Première Cause du Rire = blague, si elle est drôle bien entendu.
ð Question du professeur : Et si la blague n’est pas drôle, ou extrêmement nullissime, riez-vous ? Pourquoi ?
2) Deuxième Cause du Rire = Actions ou Mouvements drôles.
3) Troisième Cause du Rire = Chatouiller la cible.
4) Quatrième Cause du Rire = Emotion forte : joie, tristesse, stress, colère, nervosité.
5) Cinquième Cause du Rire = Prise d’alcool et drogue.
ð Question du professeur : Peut-on discerner certains Cas Particuliers, par exemple, entre les Causes ou l’on recherche le rire intentionnellement et les Causes ou on ne le recherche pas ?

Quels sont les Effets du Rire ? Quels Conséquences immédiates ou durables a le Rire sur vous ?

Pour Krystina Fenty,

1) Premier Effet du Rire = Contraction des muscles, principalement zygomatique, mais aussi abdominaux.
ð Question du professeur : Pourquoi les zygomatiques ? Sketch de Raymond Devos, si les fessiers étaient les muscles les plus faibles = on rirait des fesses (imaginez un rire serré, rire au éclat, …).
2) Deuxième Effet du Rire = Bénéfique sur la Santé, Rire une minute = 45 minutes d’exercices.
3) Troisième Effet du Rire = Prolonge la vie.

Pour Théophile Mandrake,

1) Rire a un effet sur l’environnement et sur nous-mêmes.
ð Cerveau reçoit une décharge d’endorphine = sensation joyeuse.
ð Rire = Souvent communicatif, rit plus en société que tout seul. Aussi Flitwick ne doit-il pas s’amuser dans son bureau.
2) Rire = évacuation du stress, indique qu’il n’y a pas de danger.
3) Fou Rire peut créer de grands liens, personnes qui ne se connaissent pas du tout et qui rient peuvent se sentir très proches l’une de l’autre = Création de lien, abat frontières sociales.
ð Question du professeur : En dehors du fou Rire, quels sont les différents types de rires ? Pouffer signifie… ? Fou Rire = … ? Sardonique = … ?
4) Rire de ses amis = preuve affection et d’intérêt.
ð Question du professeur : Et rire de soi-même, qu’en pensez-vous ? Prise de recul ? Preuve d’une certaine… ?

è Rire est un Art.

Différents Types de Comiques au théâtre ?

Pour Katina Choovansky,

1) Comique de Situation = Rencontres et Blagues visuelles.
2) Comique d’Exagération = Amplification des propos des gens, des situations
3) Comique de jeux de mots = Calembours, différents Types de plaisanteries
4) Comique de Répétitions
ð Question du professeur : N’y a-t-il pas d’autres types de comiques (penser à Flitwick et Laura, en priorité Katina et Enry) ? (Attention : Sarah Lowday a apporté une réponse partielle à cette question [voir plus bas]) Sur quel procédé repose le comique de situation (nom exact attendu) ? Comiques de mots et de répétitions peuvent-ils être alliés (professeur Quirell par exemple) ?


Pour Sarah Lowday,

1) Comique de caractère = accent sur les défauts d’une personne, comme dans l’Avare de Molière. ð Question du professeur : Pensez-vous que l’on peut réaliser ce comique au biais de la magie ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?


B/ Nouvel Axe de Recherche : Comment transposer ces Théories, notamment les Causes du Rire, avec la magie (une fois que toutes les questions du professeur ont trouvé une réponse, seulement lorsque) ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.
» [Cours] Les bases en sortilèges
» Cours n°11: Les sortilèges impardonnables
» Cours n°5 : Les sortilèges impardonnables
» Cours n°2 : Les Sortilèges informulés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 6 :: Cours année 6-
Sauter vers: