AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Résumé du 3ème cours (pour les premières années)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rubeuu H
avatar



MessageSujet: Résumé du 3ème cours (pour les premières années)   Jeu 11 Mai - 22:35

3ème cours


Les animaux magiques dans leurs cachettes


Il serait vain de nier que l’article 73 a parfois été violé depuis son entrée en application. Les lecteurs britanniques les plus âgés se souviendront de l’incident d’Ilfracombe qui eut lieu en 1923 et au cours duquel un Vert gallois facétieux fondit sur une plage bondée de Moldus en train de se dorer au soleil. Fort heureusement, il n’y eut pas de conséquences fâcheuses grâce à l’intervention courageuse d’une famille de sorciers en vacances (décorée par la suite de l’Ordre de Merlin, première Classe) qui fit subir au habitants d’Ilfracombe la plus impressionnante série de sortilèges d’Amnésie jamais opérée en ce siècle, évitant ainsi d’extrême justesse une catastrophe de grande ampleur.
La Confédération internationale des sorciers a dû infliger des amendes à diverses nations pour infractions répétées à l’article 73. Le Tibet et l’Ecosse sont deux pays souvent mis en cause. Les témoignages de Moldus affirmant avoir vu le Yéti ont été si nombreux que la Confédération a estimé nécessaire d’envoyer sur place à titre permanent une équipe internationale chargée de remédier à la situation. Pendant ce temps, dans le Loch Ness, le plus grand Kelpy du monde continue d’échapper à toutes les tentatives de capture et semble avoir développé un goût prononcé pour la célébrité.
En dépit de ces regrettables incidents, nous, sorciers, pouvons nous féliciter d’avoir accompli un excellent travail. Il ne fait aucun doute que l’écrasante majorité des Moldus d’aujourd’hui refusent de croire en l’existence des animaux magiques que craignaient tant leurs ancêtres. Même ceux d’entre eux qui remarquent à l’occasion des crottes de Porlock ou une traînée de Streeler (Musard) – il serait puéril d’imaginer qu’on puisse dissimuler toute trace de ces créatures -, se satisfont de maigres explications qui ne doivent rien à la magie. Si un Moldu avait l’idée saugrenue de confier à l’un de ses congénères qu’il a aperçu un hippogriffe entrain de voler vers le nord, il serait aussitôt soupçonné d’être ivre ou « cinglé ». C’est sans doute injuste pour le Moldu en question, mais néanmoins préférable à la crémation sur un bûcher ou à la noyade dans une mare aux canards du village.
Comment la communauté des sorciers s’y prend-elle pour cacher les animaux fantastiques ?
Heureusement, certaines espèces n’ont guère besoin de l’assistance des sorciers pour éviter de se faire remarquer par les Moldus. Des créatures telles que le Tébo, la Demiguise et le Bowtruckle possèdent des moyens propres de camouflage d’une très grande efficacité et le ministère de la Magie n’a jamais eu à intervenir en leur faveur. Il existe également des animaux qui, en raison de leur intelligence ou de leur timidité naturelle, évitent tout contact avec les Moldus – par exemple, la licorne, le Mooncalf (Veaudelune) ou le centaure. D’autres créatures magiques habitent des régions inaccessibles aux Moldus – on pense notamment à l’Acromantula, tapie dans les profondeurs inexplorées de la jungle de Bornéo, *tousse*, et au phénix, nichant sur des sommets montagneux impossibles à atteindre sans l’aide de la magie *tousse encore*. Enfin, et c’est un cas fréquent, certains animaux sont trop petits, trop habiles à prendre l’apparence d’espèces communes, pour attirer l’attention des Moldus – les Chizpurfles, les Billywigs et les Crups entrent dans cette catégorie.
Il existe néanmoins un grand nombre d’animaux fantastiques qui, soit délibérément, soit par inadvertance, restent parfaitement visibles par les Moldus, et ce sont ces animaux-là qui créent une charge de travail considérable pour les responsables du Département de contrôle et de régulation des créatures magiques. Ce département, le deuxième par ordre de grandeur au sein du ministère de la Magie, doit prendre toutes les mesures nécessaires à assurer les soins indispensables aux nombreuses espèces placées sous sa responsabilité.

Protection de l’habitat

La mesure la plus importante pour veiller à la dissimulation des créatures magiques a sans doute été la création d’habitats protégés. Les sortilèges Repousse-Moldus empêchent toute incursion dans les forêts où vivent des centaures et des licornes et sur les lacs ou rivières réservés aux Etres de l’eau. Dans des cas extrêmes, tel celui du Quintaped, des régions entières ont été rendues incartables.
Certaines de ces zones de sécurité sont sous la surveillance constante de sorciers, les réserves de dragons par exemple. Alors que les licornes et les Etres de l’eau ne sont que trop heureux de rester dans des territoires à leur usage, les dragons cherchent au contraire toutes les occasions de franchir les limites de leurs réserves pour chasser de nouvelles proies. Dans certains cas, les sortilèges Repousse-Moldus se révèlent inefficaces car les pouvoirs de l’animal lui-même en neutralisent les effets. Il en est ainsi du Kelpy, dont le seul but dans la vie est d’attirer des humains vers lui, ou du Progrebin, qui recherche la compagnie des hommes.

Contrôle de la vente et de l’élevage

Le danger qu’un Moldu fasse une mauvaise rencontre avec l’animal magique dangereux ou de grande taille a été considérablement réduit grâce aux sanctions sévères qui répriment l’élevage et la vente de leurs œufs ou de leurs petits. Le Département de contrôle et de régulation des créatures magiques exerce une surveillance très stricte sur le commerce des animaux fantastiques. L’interdiction de l’élevage expérimental appliquée à partir de 1965 a rendu illégale la création de toute espèce nouvelle.

Sortilège de Désillusion

Le sorcier de la rue joue également un rôle important dans la dissimulation des animaux magiques. Les possesseurs d’Hippogriffes, par exemple, sont contrains par la loi de faire subir à leur créature un sortilège de Désillusion afin de fausser la vision de tout Moldu qui pourrait l’apercevoir. Etant donné le caractère passager de leurs effets, les sortilèges de Désillusion doivent être renouvelés quotidiennement.

Sortilèges d’Amnésie

Lorsque le pire se produit et qu’un Moldu est amené à voir ce qui aurait dû lui rester caché, le sortilège d’Amnésie est sans doute le moyen le plus efficace de réparer les dégâts. Ce sortilège peut être jeté par le propriétaire de l’animal mais, dans les cas graves, une équipe d’Oubliators professionnels sera envoyée par le ministère de la Magie.

Le Bureau de désinformation

Le Bureau de désinformation n’intervient que dans les cas les plus graves de rencontre entre les Moldus et le monde de la magie. Certains accidents ou catastrophes magiques sont tout simplement beaucoup trop évidents pour être expliqués aux Moldus sans l’aide d’une autorité extérieure. En pareille occasion, le Bureau de désinformation travaille directement avec le Premier ministre moldu pour rechercher une explication plausible à l’événement. Les efforts de cette instance pour convaincre les Moldus que toutes preuves photographiques de l’existence du Kelpy du Loch Ness sont le fruit d’une falsification ont grandement contribué à sauver une situation qui devait excessivement dangereuse.
Revenir en haut Aller en bas
 
Résumé du 3ème cours (pour les premières années)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé du 3ème cours (pour les premières années)
» Résumé du second cours (pour les première années)
» Résumé du 4ème cours (pour les 1ères années)
» 1er cours (pour les premières années)
» Résumé du premier cours (pour les première années)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 1 :: Cours année 1-
Sauter vers: