AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Into the Darkness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Into the Darkness   Lun 12 Jan - 12:47

/Musique/

Les yeux clos, le cœur lourd, Keira était allongée sur son lit d’hôpital. Elle était rentrée la veille. Ce serait sa seconde demeure pour la totalité de l’année à venir. Il l’avait balancée. Elle le savait, elle le détestait. Pourquoi lui avait-il fait ça ? Elle allait bien, elle le savait. Elle allait très bien ! Elle souriait, ne le voyaient-ils pas ? Que leur fallait-il de plus ? Les larmes glissant sur ses joues devenues pâles et maigre elle soufflait doucement. Elle venait de frapper son oreiller jusqu’à épuisement. Vidée, elle ne savait plus que faire, ni même que penser… Elle avait mal. Tellement mal. Ses yeux, rougis par les larmes et la fatigue, la piquaient. Elle avait faim mais refusait de manger. Trois jours qu’elle était là. Trois jours qu’elle jetait ce qu’on lui donner à manger dans les toilettes. Trois jours qu’elle n’avait rien fumé. Trois jours qui, chaque seconde passant, se faisaient plus douloureux encore que le précédent.

Se levant finalement, la jeune fille prit une feuille posée sur sa table de nuit. La main tremblante, elle saisit un stylo. Comment allait-il ? Où était-il ? Que faisait-il ? Un petit sourire mélancolique vint se déposer sur le visage de la jeune fille. Enry. Elle lui avait promis de lui écrire. Pourquoi ne pas commencer maintenant ? Inspirant l’air profondément, avidement, elle chercha l’inspiration, puis, finalement, laissa son subconscient dominer ses pensées et laissa le stylo courir sur la feuille vierge :


Enry,

J’espère que tu vas bien. Je t’avais promis de t’écrire… Voilà qui est fait… Cela fait trois jours que je suis arrivée en Amérique. Je n’aime pas vraiment l’ambiance qui règne sur le nouveau continent. Il fait chaud mais j’ai l’impression d’avoir constamment froid. Le soleil traverse pourtant mes rideaux mais c’est comme s’il n’existait pas. Je ne sais pas si tu peux comprendre ce que je t’écris. Je crois, ou plutôt, j’espère, que non.

Je vais rentrer à Salem d’ici cinq jours. J’ai peur. Tout sera nouveau, et j’ai toujours été tellement nulle… Je crois bien que persister dans la voie de la magie est stupide de ma part, comme chacune de mes décisions d’ailleurs… J’aimerais vraiment être forte… Mais j’ai l’impression de rater chaque chose que j’entreprends. Comme un boomerang, mes défaites me reviennent en plein visage et ce sans que je sache les intercepter convenablement. Je crois que je suis vraiment un cas désespéré.

Ceci dit je ne t’écris pas pour m’apitoyer sur mon sort. Je souhaite prendre de tes nouvelles. Comment se sont passées tes vacances ? Qu’as-tu fait ? Qu’as-tu vu ? Es-tu parti quelque part ? Qu’en est-il de Poudlard ? J’ai cru comprendre qu’il y avait quelques problèmes… J’espère que tout se passe bien pour toi…

Tu me manques,

Keira.


Achevant son écrit, sa main tremblant toujours légèrement, la jeune fille laissa échapper un sanglot. C’était dur… Tellement dur. Elle se sentait si faible, si stupide… Pourquoi était-elle devenue ainsi ? Tout allait bien avant… Oui mais avant quoi ? Quand avait-elle commencé à sombrer ? Elle-même ne le savait pas vraiment. Elle avait l’impression qu’hier, tout était en ordre. Sauf qu’elle avait menti à tous. Ses sourires, son air étonné, ses yeux pétillants… Ils avaient menti de longues années à son entourage mais pas seulement… Elle s’était mentie à elle aussi. Etait-elle donc si laide intérieurement ? Etait-elle destinée à l’échec et au mensonge pour le restant de sa vie ? Essuyant rageusement ses larmes, elle glissa la lettre dans l’enveloppe et la scella. Son regard d’un bleu troublé se posa sur la lettre que lui avait envoyé Erwan. Il avait été la dénoncer. Jamais, elle ne le lui pardonnerait. Sans même ouvrir la lettre, elle la déchira en morceaux et la jeta avec rage dans la chambre d’hôpital avant de se laisser aller dans son lit, secouée de sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Into the Darkness   Sam 24 Jan - 9:48

Allonger sur son lit, à tenter de lire un livre de potion, il n'entendit pas tout de suite son stupide hibou qui frappait du bec contre la vitre. Ce fut au bout de quelques secondes seulement qu'il se demanda d'où venait ce bruit répétitif pas normal. Il croisa un regard impatient, celui de son hibou qui ne possédait toujours pas de nom. La cause : Enry ne savait pas comment l'appeler. Et, il trouvait qu'idiot coller parfaitement au caractère stupide de ce sac de plume. D'un pas nonchalant, il s'approcha de la fenêtre pour ouvrir cette dernière. L'oiseau entra précipitamment, manquant de se rétamer sur le sol à cause de sa précipitation. Le petit aigle poussa un profond soupire puis prit la lettre délicatement lorsque l'oiseau stupide lui tendit sa patte. Qui donc lui envoyait une lettre ? Il n'avait jamais eu de correspondance, ou plutôt, n'avait jamais, ou très rarement répondu aux lettres qu'on lui envoyer. Pour la simple et bonne raison que le garçon les mettait dans un livre pour se rappeler d'y répondre, puis il oubliait l'ouvrage. Et donc, les lettres qu'il avait insérer dans celui-ci.

Il découvrit une écriture fine et ronde, qu'il ne reconnut pas. Ce dont il était persuadé, c'était que l'écriture appartenait à une fille. Plusieurs questions lui traversèrent l'esprit, notamment : Pourquoi lui envoyait-on une lettre ? Qui s'inquiéterait de son sort à part ses parents ? Des amis. Il savait qu'il avait des amis. Le petit aigle aux cheveux ébènes avait toujours du mal à y croire, et il y avait même songer tout l'été. Passant la plupart du temps seul dans sa chambre, à supporter les crie de sa soeur de l'autre coté de la porte, qui lui reprocher son absence.

Le jeune aigle ouvrit la lettre, sans la déchirer. Puis se rendit à l'évidence que ses ongles n'étaient pas assez long et qu'il risquait de déchirer l'enveloppe.
Il ferma la fenêtre, laissant son oiseau à l'intérieur. Puis se jeta sur son lit, le ventre contre ce dernier, il cherchait quelque chose dans son tiroir. Lorsqu'il trouva enfin ce qu'il cherchait : Une plume. Avec ça, il pourrait ouvrir proprement. De toute manière, il n'avait pas d'ouvre-lettre avec lui. Et, il n'en avait jamais eu.
Enry sortit la lettre puis l'a lu. Keira. C'était elle qui lui avait écrit. Il ne savait pas trop pourquoi une bouffée d'énergie l'enveloppa. La joie peut être ? Peut être que c'était ça, entre autre, qu'il avait attendu tout l'été. Cette fameuse lettre de la jeune rousse deux ans plus âgé que lui. En tout, il lut la lettre trois fois. Puis, il alla à son bureau pour prendre de l'encre, une plume, et un parchemin. Il n'avait que ça. Après avoir tremper la plume dans l'encre, il se tourna vers la parchemin. Pour écrire des lettres, il n'avait jamais été très doué. Et le jeune garçon avait toujours du mal à trouver des idées. Surtout que ce que lui avait avoué Keira dévoilé un chagrin certain. Mais, comment la consoler avec des mots écrits ? Il avait été bien plus doué à l'oral. Si on enlevait son caractère un peu trop franc qui avait tendance à blesser beaucoup trop de monde à son goût. Alors, il fallait mentir pour rendre les gens heureux ? Super ! Le monde était noyé sous les mensonges alors.

" Cher Keira,

J'étais vraiment ravis de recevoir cette lettre de toi. J'aurais bien aimé te suivre là-bas, en Amérique. Je ne sais pas qu'elle soutient je peux te donner à par mes lettres. Mais, ce qui est certain, c'est que si tu as besoin de moi, je t'aiderais.
Je comprends ce que tu veux dire, mais peut être que mon interprétation est la mauvaise. Peut être que tu as le mal du pays. Enfin, je dis ça, mais ce n'est peut être pas ça...

Tu as le droit de me dire ce que tu ressens, donc, si tu as envi de me dire tout ça, je ne vais pas te dire que tu t'apitoies sur ton sort !
Pour ce qui est de rater tout ce que tu entreprends, je ne suis pas du tout d'accord. Tu as du potentiel dans d'autres domaines, et la magie possède de nombreuses filières. Tu as d'innombrables choix qui s'ouvrent à toi. Et, tu ne dois en aucun cas baisser les bras. Cette école, Salem, te permettra sûrement de remonter la porte. Essaye de voir cette école comme une chance, et non comme une charge lourde qui va peser sur tes épaules.
Je dis ça, mais je ne suis pas mieux...

Enfin, pour ce qui est de mes vacances, elles ont été les même que l'an dernier. À quelques points prêts, puisque ma mère ne voulait pas que je retourne à Poudlard. Elle a "peur pour moi." Je sais très bien me débrouiller tout seul.
Et, les rumeurs que tu as entendu ne sont pas fausses, il y a quelques soucis. Même si "quelques" c'est un mot bien gentil. De nouvelles règles ont été instauré et les châtiments corporels aussi. Je passe les trois quart de mon temps libre dans ma chambre. Mais cette situation ne me gène pas, tant que je peux continuer à étudier à Poudlard.

En tout cas, merci pour ta lettre.
Je te souhaite plein de courage pour cette année dans cette nouvelle école.
Je suis sur que tu sauras rattraper le boomerang au vol.

Enry. "


Certes, il pouvait continuer à étudier à Poudlard, mais ce qu'il n'avait pas dit, c'est qu'il avait l'impression de se faire ettoufer par l'ambiance du château. Il rangea ses affaires, roula le parchemin qu'il attacha avec soin à la patte de son hibou. Puis, il laissa ce dernier s'envolait joyeusement dans le ciel. Enry le regardait s'envoler, puis il referma la fenêtre lorsqu'il ne le vit plus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Into the Darkness   Dim 1 Fév - 11:42

Assise par terre dans l’herbe du parc de Salem, Keira était adossée contre le tronc d’un arbre. Elle avait réussi à échapper à la surveillance des enseignants et discutait à présent avec Merryl, cachée derrière un buisson. Elle était toujours aussi squelettique. Arrivée depuis un mois en Amérique, elle n’était pas encore soignée, c’était évident. Ses longs doigts tenaient une cigarette. Elle savait que Merryl désapprouvait mais elle en avait besoin de temps en temps. Et puis là, elle ne se droguait pas, c’était toujours ça de pris. Keira n’avait pas tiré un trait sur la drogue, mais elle ne le faisait jamais devant qui que ce soit. Elle avait été trahie par Erwan et avait en quelque sorte, fermé plus encore son esprit aux autres que précédemment. Les yeux clos, elle souriait doucement. Elle aimait la solitude. La petite fille extravertie qu’elle avait été semblait avoir péri. A présent, elle était plus silencieuse, plus discrète, plus sombre. Pourtant, avec Merryl, elle continuait de rire, mais chacun de ses séjours à l’hôpital l’épuisait. Elle s’y sentait terriblement mal.

Un hibou arriva, coupant net les pensées de la jeune sorcière. Alors qu’elle imaginait le rapace poursuivre sa route, il fondit vers les deux jeunes filles et s’arrêta devant Keira. Surprise, la demoiselle l’observa un moment sans ciller jusqu’à ce qu’il lui donne un coup de bec dans le genou. Retenant un cri de douleur, elle l’attrapa en le fusillant du regard et récupéra la lettre qu’il portait. La blonde observa la rousse et l’interrogea du regard. Keira lui répondit alors qu’il s’agissait d’Enry. Puis, elle rangea sa lettre dans son sac, attendant le soir, d’être seule, pour la lire, le cœur battant d’un nouvel espoir. Elle avait accordé une confiance sans limite à Enry. Pourquoi ? Elle-même ne le savait pas, mais il comptait beaucoup pour elle, et bien qu’il demeure son cadet, il semblait avoir une sagesse qu’elle pensait ne jamais pouvoir acquérir.

Le soir venu, après un dîner qu’elle s’empressa de vomir, elle rejoignit son lit et saisit son sac, en sortant sa lettre. Le cœur battant de nouveau avec force, elle déroula lentement le rouleau de parchemin. Un petit sourire mélancolique vint s’afficher sur les lippes de la rouquine. Enry était si…. Gentil. Ô non, elle n’avait pas oublié ce qu’il lui avait di l’an passé. Mais elle persistait. Elle le trouvait incroyablement gentil. La lettre lui donna du baume au cœur. Elle sortit alors son parchemin et une plume puis commença à lui répondre après avoir lu plusieurs fois la lettre, histoire de ne rien oublié et de l’encrer dans sa tête. Une goutte d’espoir dans l’obscurité de sa vie…


Enry,

Je suis tellement contente d’avoir eu une réponse de ta part ! Comme toujours, tu me donnes l’impression d’être bien plus mature que je ne le serais jamais et ça me fait du bien. Tu as une sagesse qui ne cesse de m’impressionner.

J’aurais bien aimé aussi que tu viennes en Amérique, ta présence a toujours su me calmer. Ceci étant, je crois qu’il vaut mieux que tu ne me vois pas… je ne suis pas vraiment… visible pour le moment. J’aimerais que tu gardes une image potable de moi, même si sur les derniers temps je me dégradais déjà… J’espère que tu dis vrai au sujet de Salem, mais ça, hélas, l’avenir seul nous le dira…

Des sévices corporels ? Dire que je suis choquée équivaut à un euphémisme… Je n’arrive pas à y croire et si c’était une autre personne que toi qui me l’avait annoncé, je ne l’aurais pas cru. Je ne pensais pas que tout tournait aussi mal… J’ose espérer qu’il ne t’est rien arrivé de fâcheux… fais bien attention à toi, s’il te plait…

Qui a pris la direction de Poudlard à présent ? Les cours sont-ils les même ou eux aussi ont-ils changé ? Harry est toujours là ? J’ai l’impression que non… Il est recherché je crois ? C’est dingue comme en Amérique, tout semble loin de nous… On n’entend même pas parler de Tu-Sais-Qui. C’est étrange… J’espère cependant que tout reviendra dans l’ordre le plus vite possible…

Je t’embrasse.
Bon courage pour tes études.

Keira.

La jeune fille se relu pour corriger (au cas où) ses fautes d’orthographe, puis se redressant, elle plia sa lettre qu’elle ferma dans une enveloppe et la mit sous son oreiller. Elle la postera depuis l’hôpital, ce sera plus simple… Elle se sentit apaisée ce soir là. Avoir des nouvelles d’Enry lui donnait l’illusion d’exister encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Into the Darkness   Jeu 12 Fév - 23:54

Alors qu'il se promenait tranquillement dans le parc de l'école, quelque chose se jeta sur lui manqua de lui arracher quelques cheveux ébènes au passage. Après avoir agiter les bras comme un fou, terrifié par l'arriver subite du volatile excité. Bien heureusement, personne ne l'avait vu agir de cette manière, et c'était mieux pour sa réputation. On l'aurait pris pour un fou. Le jeune irlandais tendit le bras pour que son imbécile d'oiseau s'y pose, ce que ce dernier fit avec conviction tout en hurlant de joie. Un cri qui lui déchira les tympans, Enry ne put retenir une grimace méprisante. Il fallait vraiment qu'il lui trouve un nouveau maître, car, Burth commençait réellement à l'agacer. Pourquoi ne pas le confier à Sarah ? Puisqu'elle semblait tellement l'apprécier ! Un soupire s'échappa de la gorge du jeune serdaigle qui prit soigneusement la lettre que lui tendait la patte griffus du volatile. Après avoir contempler l'écriture ronde et fine, il écarquilla les yeux. Elle lui avait déjà répondu ? Enry laissa l'oiseau s'envoler vers la volière, sans lui donner quoique se soit. Puisque de toute manière, il n'avait rien pris à manger pour l'oiseau. Il tâcherait de lui apporter un petit quelque chose lorsqu'il lui apporterait la lettre. S'il n'oubliait pas...

Le petit aigle ouvrit la lettre en marchant vers un coin sombre et reculer. Il avait horreur qu'on lise par dessus son dos, et c'est que certains faisaient lorsqu'ils ne trouvaient personne à embêter. Ainsi, il alla se poser à l'abris des quelques rayons du soleil qui pointaient le bout de leur nez. Enry ouvrit le parchemin délicatement, comme s'il avait peur qu'il s'enflamme. Puis, son regard parcourut ces lignes qu'elle lui avait écrite. Keira était mal au point, et lui, il était tellement loin. Il aurait aimé que des ailes lui pousse dans le dos, juste pour aller là voir, juste pour lui dire qu'elle s'en sortirait, et qu'elle n'était pas tout ce qu'elle disait. La rousse parlait de son état physique dégradant, qu'elle ne voulait pas lui montrer. Sa maigreur s'était-elle accentuée depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vu ? Avait-elle plongé encore plus bas qu'elle ne l'était déjà ? Tout dans cette lettre voulait dire que oui. Ce n'était pas pour rien qu'elle se trouvait à Salem. Cette école devait l'aider à la sortir de ce néant qui ne cessait de la tirer vers le bas.

Enry relut la lettre, puis la posa sur ses genoux, songeur. Il ferma les yeux, tourna son visage vers le ciel, sa tête reposait contre le tronc d'arbre. Jamais il n'avait tant eu envi d'aider quelqu'un, Keira était l'une des grandes exceptions. Keira faisait aussi partis des personnes qui l'avait rendu moins solitaire. Ainsi, malgré ce l'impression qu'il donnait, il l'appréciait vraiment beaucoup. Sans pour autant se l'admettre. Son esprit était pleins de confusions, et pleins de questions qu'il ne parvenait pas à élucider. Mais, pour le moment, il fallait qu'il lui réponde. Il pouvait bien attendre quelques temps avant de lui renvoyer une réponse, mais non. Comme la lettre précédente, il se sentait obligé de lui répondre. Car, qui sait, peut être qu'en cet instant, elle avait besoin d'une aide précieuse ? Pfff, lui, une aide précieuse ?

Le jeune garçon se redressa, puis quitta le parc pour rejoindre le hall, puis le dortoir des serdaigles. Il ne s'attarda pas sur les quelques élèves qui le saluer brièvement. Puis, se jeta sur son lit, attrapant le premier parchemin vierge qu'il trouva, une plume qui marchait à peu près [car en ce moment, toutes ses plumes le lâchaient ! La poisse...] Puis, après avoir tremper sa plume dans l'encre qu'il avait posé sur la table de nuit, il commença à lui écrire :

    " Cher Keira,

    Je suis également content d'avoir une réponse si rapide de toi. Et puis, en chaque personne réside de la sagesse, tu en auras aussi. Même si j'aurais préféré grandir moins vite. Cela m'aurait épargné quelques regards noirs. Tu es bien l'une des seules à apprécier ma sagesse.

    J'aurais bien aimé te rejoindre en Amérique, pour fuir ce qu'on vit ici. Il se passe beaucoup de chose, Rogue dirige l'école, et à instaurer de nombreuses règles pour les né-moldus. Et donc, tu comprend vite que j'en fais partis. Entre autre, il a mis en application des punitions corporelles. Et plusieurs restrictions nous concernant. Alors, tu comprends bien que j'aimerais bien te rejoindre. J'aurais pu être d'un meilleur soutient. Car, même si mes mots écrits semblent doux, j'ai toujours été plus dur à l'oral. D'ailleurs, j'aimerais m'excuser pour les choses que j'ai pu te dire par le passé... C'était peut être un peu déplacé de ma part.

    Mais, je persiste à croire que Salem te fera le plus grand bien. Cette lettre, je l'imprègne de courage pour les jours à venir. Je suis sur qu'avec de la conviction, tu y arriveras. Tu te crois faible, mais au fond de toi, il existe une force qui attend d'être réveiller.
    Il ne faut pas que tu te dégrades comme ça, beaucoup en souffrirait. Beaucoup de personnes t'aiment pour ce que tu es, et non pour ce que tu t'es affligés à toi même. Tu es capable de surmonter ça. j'en suis certain. Tu as pleins de qualités, que j'ai vu à travers ton regard. Des qualités que tu as simplement refouler. Maintenant, faut que tu ailles les rechercher.

    Pleins de courage à toi, je t'accompagne sur ce chemin par la pensée, puisque je ne peux qu'être présent que par ces mots.
    Bisous.

    Enry. "


Enry plissa les yeux, puis relut sa lettre. Il avait l'impression d'en avoir trop dit, mais pas assez à la fois. Il posa sa tête contre le coussin, laissant échapper un soupire. Puis, après avoir signer de son nom la fin de la lettre, il dessina un petit smiley souriant. Décidément, Keira l'avait changé en partis... Puis, il posta la lettre le soir, lorsqu'il alla dans la volière... Et, avec tout ce qui lui traverser l'esprit, il en oublia le cadeau à son oiseau...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Into the Darkness   Ven 13 Mar - 23:15

La main lasse de la jeune fille tenait un bout de parchemin. Les mots écrits dessus n’étaient pas les siens. On ne pouvait y reconnaître son écriture. Tout simplement parce qu’elle n’était pas sienne. La lettre (puisque lettre il y avait) avait été rédigée par un de ses amis de Poudlard. Un ami qui était très important pour elle. Enry semblait pouvoir exprimer ce qu’elle tentait (vainement) de dissimuler. Il semblait lire en elle à cœur ouvert sans jamais la juger pour autant. Il était capable d’endurer ses vices sans la rabrouer. Et elle lui en était infiniment reconnaissante. Bien que d’apparence exubérante et extravertie, Keira craignait l’avis des autres, leurs regards… Et pourtant, parallèlement, elle se faisait plus remarquer que quiconque. Son caractère était assez paradoxal en soit…

La neige était tombée, l’hiver était arrivé. Décembre avançait, avec lui des vacances que la rouquine craignait plus que tout. Elle savait qu’elle verrait Andgy, mais ses nuits, elles se dérouleraient toutes à la clinique et cette seule pensée la rendait malade. Assise sur une table, ignorant les murmures de reproches d’un groupe d’élève passant à ses côtés, elle observait la neige tomber à nouveau, le cœur serré. Que dire ? Elle ne savait pas si elle était quelqu’un, à proprement parler. Etait-elle vraiment… capable de changer ? Plus le temps passait, plus elle se mettait à douter.

Le regard translucide de la sorcière parcourait pour la soixante troisième fois les lignes noires étalées sur le parchemin qui commençait à s’abîmer au niveau des coins. Les yeux clos, elle laissa son front aller contre la fenêtre qui se trouvait à ses côtés, et resta ainsi un moment, laissant la fraîcheur de l’extérieur envahir ses joues brûlantes d’une chaleur qui ne l’habitait qu’au vue de l’extérieur. Intérieurement, elle se sentait plus glacée que cette fenêtre qui la soutenait. La jeune fille finit par rouvrir les yeux et les laisser ainsi errer sur le paysage hivernal voisin. Soupirant, elle prit un bout de parchemin qui lui était propre et se mit à écrire, une plume avec encre intégrée (la classe hein ?) à la main.



Enry,

Je te remercie une fois encore pour ta lettre qui sait si bien réchauffer cette froide période qu’est l’hiver. J’ai tardé à te répondre et j’en suis sincèrement navrée. J’ose espérer que tu ne m’en tiendras pas rigueur… J’aurais aimé que tu voies mon sourire quand j’ai lu ta lettre. Je suis sûre que d’autres partagent mon opinion au sujet de ta sagesse ! Je ne prétends pas avoir une parole biblique, mais tu es quelqu’un de vraiment bien et je doute être la seule à m’en être rendue compte.

Rogue ? Des punitions corporelles ? Je ne sais pas quoi dire tant ma surprise est grande… Je savais que la vie n’était pas rose à Poudlard mais là, ça dépasse tous mes cauchemars. Je suis furieuse et choquée, vraiment. Je ne comprends pas cette façon qu’ont certains à vouloir faire souffrir autrui. C’est tellement… insensé ! Je suis à la fois soulagée et inquiète d’être si loin de Poudlard. J’espère que tout va bien aller aussi bien pour toi que pour Andgy… Je la revois d’ici deux semaines d’ailleurs. On va essayer de composer un petit peu le temps que nous soyons réunies toutes les trois. Oui, Merryl est avec moi à Salem. Ca me soulage et me rassure de l’avoir à mes côtés. Elle est très sage elle aussi, mais pas chiante, par rapport à Erwan qui me couve comme si j’étais un oisillon malnutri >_<.

T’excuser ? En ce qui me concerne tu n’as rien à te faire pardonner. Au contraire, c’est plutôt moi qui ait été froide et désagréable avec toi la dernière fois. Mais je ne veux plus t’entendre ni te lire faire des excuses qui n’ont pas lieu d’être !

Ta lettre me touche énormément et j’en bois les écris. Je ne sais pas si je vais pouvoir supporter tout ça longtemps, mais Merryl et toi-même êtes des soutiens non négligeables. Merci beaucoup. Je lis régulièrement tes lettres et elles me permettent de relever la tête quand la force de gravité semble s’exercer avec trop de force sur mon être. Et lentement, je parviens à m’envoler et à oublier mes problèmes. Merci.

Je te souhaite aussi du courage pour lutter en cette sombre année. Toutes mes pensées sont tournées vers toi et je te donne autant de force que possible, espérant sincèrement que tu sortiras fort de ces épreuves.

Je t’embrasse,
Keira.


La rouquine referma son parchemin qu’elle roula puis quitta en un bond souple la table sur laquelle elle était précédemment assise. Ignorant un groupe de garçons qui passait par là et la charrier sur un point qu’elle ne prit même pas la peine d’écouter, elle rejoignit la volière, prête à affronter un hibou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Into the Darkness   Ven 3 Avr - 16:37

Le ciel perdait de ses couleurs, et la nostalgie était en train de prendre de court notre jeune Stanley, installer tranquillement dans la bibliothèque. Sa tête reposait dans la paume de sa main, tandis que son regard parcourait le sujet de métamorphose qu'il devait rendre dans une semaine. Il n'avait jamais été un adepte de la métamorphose, mais s'en sortait toujours avec d'assez bonne note. Le par coeur, ça sert. Ses paupières commençaient lentement à se fermer, tandis qu'il voyait disparaître sa copie sous ses yeux. Mais, c'était bien sa dernière source de préoccupation. Il était trop fatigué, la nuit dernière avait été des plus horribles. L'aigle avait été forcé de travailler sur son devoir de potion pour apprendre les doses, la composition de trois potions et le reste... Car, non seulement ils avaient été chargé en devoir de potion, mais les autres professeurs avaient eu envi de faire de même. S'étaient-ils rassembler pour donner un nombre de devoirs conséquents à toutes les classes ? Puisque toutes les maisons et toutes les années avaient été touché.

Il y avait aussi une autre idée qui était venu à l'esprit du jeune Stanley dans la journée : les professeurs, noyés dans leur gentillesse accablante, avaient décidé de faire oublier l'ambiance sinistre du château en surplombant leurs élèves de devoirs. Certes, ils auraient atteint leur but. Car, ils n'avaient même plus le temps de penser à se faire choper par les guignols en cape noir tellement ils étaient obsédés par les devoirs à faire. Je ne vous dit même pas dans quel état était tous les serdaigles ! Enry faisait également partis de cette masse d'élève, et passait 80 pour cent de son temps libre dans la bibliothèque.

Alors qu'il sombrait dans les bras de Morphée, transporté dans son monde féerique sans embûche, il sentit une pression sur son épaule. Le jeune aigle aux cheveux ébènes fronça le nez tout en laissant échapper un grognement perturbant. Il sentit quelqu'un reculer, puis finalement, Enry ouvrit lentement les yeux en marmonnant un " quoi ? " très désagréable... L'élève était une deuxième année de sa maison, elle s'était finalement re-pencher vers lui pour lui dire en pointant du doigt la haute fenêtre :

" Je crois que ton hibou te cherche Enry... "

Le jeune serdaigle leva les yeux vers la petite ouverture qui filtrait la lumière, découvrant son bel hibou au pelage grisonnant. Il ressemblait assez au siens, mais il savait que ce n'était pas le même. C'était quelqu'un qui lui envoyait une lettre. Enry se doutait déjà de l'émetteur du courrier. Il n'attendait aucune lettre hormis celle de Keira. Alors, cela ne pouvait qu'être elle. Brusquement, il se leva, rangeant ses affaires à la hâte, il sortit à la volée, oubliant de remercier sa camarade de maison, et par la même occasion, de dire au revoir à la bibliothécaire qui ne risquait pas d'apprécier... En quelques secondes à peine, le jeune troisième année se retrouva dehors, essoufflé, levant les mains vers le hibou, le laissant se poser sur son bras. Il se fichait pas mal de retrouver une manche lacérée lorsque le hibou s'envolerait. Il déroula le parchemin pour découvrir une écriture fine mais tremblante. C'était bien Keira ...

Pour une fois, le jeune garçon n'eut guère le temps de répondre tout de suite. Car, il était l'heure de manger. S'il arrivait en plein milieu de repas, sans nul doute que les nouveaux professeurs n'apprécieraient pas. De plus, il avait un gros désavantage, il était né-moldu... Ce fut donc une semaine plus tard qu'il reprit la lettre, la déroulant soigneusement. Il la relut. Chaque fois qu'il lisait les lettres de la jolie rousse, une bouffée d'émotion le submerger. Il avait toujours beaucoup de mal à prendre le crayon pour lui répondre, tellement ses idées s'étaient dispersées. La demoiselle avait le don de le troubler, c'était un fait. Elle était si heureuse de recevoir des lettres de lui, qu'il regrettait de ne pas avoir changer d'école et prit le premier vol pour aller à Salem. Il le regrettait amèrement. Néanmoins, il connaissait la réaction de ses parents s'il partait aussi loin...

Enry plissa les yeux, puis s'adossa contre la fenêtre, prenant un calepin pour éviter de faire des trous dans les parchemins, puis prit la plume entre ses doigts, et déposa l'encrier à coté de lui. Puis commença à écrire après avoir imbibé la plume d'encre :

    Cher Keira,

    J'étais vraiment ravis de recevoir ta lettre. Tu ne peux pas savoir à quel point je suis toujours heureux de recevoir une de tes lettres. L'hibou n'attend jamais trop longtemps de l'autre coté de la vitre. Je suis souvent à la bibliothèque en ce moment, je n'arrive même plus à m'amuse.

    Concernant les traitements de Rogue envers les élèves, c'est de pire en pire. Mais, je ne sais pas si on peut appeler cela de la chance, je n'ai toujours rien eu. Je suis bien ravis d'être aussi discret. Il y en a toujours qui cherche les ennuies dans cette école, et cela leur cause de nombreux désagréments.

    Parfois, certains disparaissent pendant au moins une semaine entière, puis réapparaisse décomposé. On ne les reconnaît plus... Heureusement que tu es à Salem, le fait que tu sois là-bas a une part de bon. Et puis, apparemment, tu as une amie avec toi, Merryl. C'est toujours bon d'avoir une amie à ses cotés lorsqu'on se sent mal.

    Mais, sache que même si je suis à des centaines de kilomètre de toi, j'aimerais beaucoup pouvoir être vraiment à tes cotés. En chair et en os. Je me persuade que c'est bien mieux qu'un bout de papier. J'ai toujours l'impression qu'une feuille peu disparaître plus vite que la mémoire. Une feuille brûle, une feuille peut s'envoler. Alors que la mémoire reste, même brûler, elle est toujours là. Dans l'âme.

    Je ne cesse de me demandé si tu vas mieux, et j'aimerais tellement te revoir. Je me fiche de l'apparence que tu as. Ce qui m'importe, c'est que tu remontes à la surface. C'est tout. Que tu retrouves cette force que tu as enfuis au fond de toi. Je sais que tu as des atouts. La preuve, tu as toujours été excellente en musique !

    Je garde encore un merveilleux souvenir de ton concert.

    Aussi, je vais te laisser. Car, quelqu'un m'appelle pour je ne sais quoi. Sûrement quelqu'un qui a besoin d'aide pour les devoirs... Je cours partout en ce moment, les professeurs nous surchargent de devoirs, je n'ai même plus le droit d'avoir des loisirs. Mais c'est comme ça, c'est la vie. Je préfère mieux ça que me retrouver enfermer dans leur salle de torture.

    Au plaisir de te revoir bientôt et en pleine forme.

    Bisous & Courage...

    Enry.


Le jeune aigle plissa les yeux, relu à plusieurs reprises sa lettre, puis l'enroula pour la nouée à l'aide d'une ficelle. Puis, il descendit rapidement dans la salle commune de serdaigle pour venir en aide à un premier année... Il enverrait la lettre ensuite...


[ 1159 mots ]
Napel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Into the Darkness   Dim 3 Mai - 10:46

Keira avait reprit un peu de poids. La brune continuait à se droguer sans qu’on le sache, mais elle mangeait. D’après elle c’était déjà un assez gros effort, inutile de lui en demander trop à la fois. La rouquine avait regagné quelques couleurs et son visage souriait à nouveau… Un vrai sourire. Elle continuait à souffrir mais elle ne s’était jamais sentie aussi bien depuis fort longtemps. Elle avait le sentiment de remonter à la surface… lentement… très lentement. Merryl n’y était pas pour rien, évidemment. La blonde avait été un soutient plus que capitale pour Keira. Toutes deux s’étaient soutenues mutuellement et leur amitié n’avait fait que croître plus encore. Pendant les vacances, elles voyaient Andgy qui vivait chez ses parents, en Amérique. Elles pouvaient alors faire de la musique et rire à gorges déployées. Keira ne se sentait jamais aussi bien que lorsqu’elle jouait ou composait. La musique était son refuge. Elle y cédait ses peines et ses douleurs pour en retirer de la force et plus d’énergie encore. C’était sa méthode de survie… Et pour l’instant, cette méthode-ci semblait porter ses fruits.

La jeune fille n’avait plus guère de contacts avec les élèves de Poudlard si ce n’est Andgy. Elle adressait ses rares lettres à Enry qui était lui aussi un soutien pour la rouquine. La jeune fille n’osait contacter Eve, craignant que cette dernière ne préféra l’éviter à cause de ses origines. Keira ne lui en voulait absolument pas. C’était normal, elle se protégeait. Elle était tout de même une sang pure ! Dans un soupire, la rousse posa son regard vers le paysage depuis la salle de cours. L’Angleterre et surtout ses amis de Poudlard lui manquaient terriblement. Elle ne ressentait même plus de colère vis-à-vis d’Erwan. Juste des regrets, pour l’avoir ainsi insulté. Elle savait qu’il s’était inquiété pour elle. Et elle regrettait amèrement de l’avoir aussi mal pris. Elle n’avait plus qu’une hâte, le retrouver et lui demander pardon. Il lui manquait tant !

La jeune fille avait même fini par oublier sa nuit passée avec Chad. Bien que ce souvenir l’ait longuement tracassée, elle ne ressentait plus douleur ni regrets à présent. Elle l’avait fait et ça, elle ne le changerait pas. A quoi bon se prendre la tête avec toutes ces histoires à présent ? Elles appartenaient au passé, et Keira était persuadée que jamais plus, elle ne reverrait ce jeune homme. Autant le cacher dans les tréfonds de ses pensées en ce cas, non ?

Le cours prit fin et la rousse quitta la salle de classe avec son nouveau groupe d’amis. Les américains n’étaient pas déplaisants… La jeune fille avait initialement repoussé toute personne tentant de l’approcher, puis, alors qu’elle reprenait des couleurs, elle s’était peu à peu retrouvée au milieu de cercles qu’elle avait jusqu’alors ignoré. Plus personne ne se souvenait de la rousse froide et silencieuse qu’elle avait été en début d’année. Dans leurs esprits, seule demeurait la fille souriante et extravertie qu’elle était à présent. Seule Merryl connaissait véritablement la rousse, mais elles avaient un accord tacite toutes deux. Aucune ne parlait de ça et tout irait bien.

Alors que le groupe se dirigeait vers la salle de dîner, un hibou vola jusqu’à la grande rousse qui récupéra sa missive. Son regard étincelant, elle s’excusa dans un sourire radieux et courut s’enfermer seule, pour lire les nouvelles d’Enry… Enfin ! Son cœur se serra néanmoins aux premiers mots du jeune garçon. La joie de l’Amérique était bien loin de la souffrance anglaise… Elle se sentait si mal d’avoir ainsi quitté tous ses amis !!! Emplie de tristesse et de regrets, elle poursuivit sa lecture, tremblant légèrement. Elle referma ensuite le parchemin après l’avoir lu deux fois d’affiler. Elle allait dîner et réfléchir à la réponse qu’elle allait pouvoir lui offrir…

Ce fut deux semaines après seulement, qu’elle prit sa lettre, sa plume et un parchemin vierge pour écrire à son ami… le cœur serré, elle trempa la plume dans l’encre.




Enry,

Je regrette tant de ne pouvoir être avec toi et tous les autres élèves de Poudlard ! Ce que vous subissez est tellement injuste !!! Ça me révolte que vous soyez ainsi piégé. Je ne comprends pas comment l’Angleterre a pu sombrer aussi bas…

Je suis cependant ravie que tu sois encore à l’abri de toutes ces tortures et j’ose espérer que cela va se poursuivre durant toute ta scolarité… Je l’espère sincèrement… Par ailleurs… J’aimerais savoir si tu sais comment vont Erwan et Eve ? Je m’inquiète beaucoup pour eux mais n’ose leur écrire… Ils sont des sangs purs alors doivent être plus ou moins à l’abri je suppose, mais quand même je m’inquiète… Je voie régulièrement Andgy durant ses périodes de vacances et elle semble aller assez bien… J’espère néanmoins que tout cela prendre fin dès que possible !

J’aimerais aussi être à tes côtés. Je ne te serais hélas pas d’une grande utilité, mais je me sens toujours plus à l’aise pour parler que pour écrire… Enfin j’imagine que je ne t’apprends rien ! Pour ce qui est de tes lettres, je les li toutes tant de fois que je peux t’assurer les connaître par cœur à présent ! Ca me fait toujours du bien de lire tes écrits…

Je tiens à te dire que je me sens de mieux en mieux. J’ai même hâte de te revoir pour te montrer les changements ! Merryl est très fière de moi et les infirmières et médecins de mon hôpital sont de son avis. Je pense pouvoir revenir dès l’année prochaine si mon état continue à s’améliorer de la sorte… j’ai tellement hâte de vous revoir, toi ainsi qu’Erwan, Eve et Andgy !!!

J’espère que tu vas bien toi aussi… ou en tout cas du mieux que tu le peux… En attendant que l’on se revoit, saches que je t’envoie tout le courage que je peux te donner et que je t’embrasse fort…

Bien à toi…

Keira.

Ps : J’ai oublié, mais tu dois connaître Eve sous le pseudonyme d’Heaven Clarks je pense… J’ai tellement l’habitude de l’appeler Eve que j’en avait oublié son prénom initial… ^_^


Une fois l’écrit achevé, la jeune demoiselle cacheta son parchemin et resta pensive un moment… Elle avait tellement hâte de tous les revoir !!! Souriante, elle donna son précieux écrit à la chouette qui se tenait devant elle puis la laissa quitter la volière, en direction de l’Angleterre… Va doux rapace, va…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Into the Darkness   Dim 9 Aoû - 23:55

Tout allait trop vite, chaque événement s'était succéder à une telle vitesse que le jeune aigle avait eu du mal à penser à certaines choses. Comme écrire à Keira. Qu'il avait espéré revoir en ce début d'année. Mais il avait beau regardé partout, détailler chaque élèves, il n'avait vu aucune trace de Keira. Sur le moment, il s'était posé de nombreuses questions. Et si elle ne reviendrait jamais ? Pourtant, dans l'une de ses lettres, la jeune rousse lui avait dit qu'elle reviendrait lorsqu'elle se sentirait mieux. Est-ce qu'elle allait de moins en moins bien ? Enry s'en voulait de ne pas avoir pu forcer le passage lorsque sa mère avait catégoriquement refuser qu'il envoie une lettre, même si c'était à Salem. Sa mère était devenue complètement paranoïaque avec tout ce qui s'était préparé, et la maison était presque devenu invivable. Pendant une période, la maison n'était plus en fête. Seul sa soeur, sa jumelle, semblait toujours aussi épanouit et joyeuse. Si l'on omettait les nombreuses disputes qu'il y avait eu entre eux. Enry était assis à la bibliothèque, c'était la première semaine de la rentrée. Et il éprouvait le besoin de lui écrire. [Et ben, c'est pas trop tôt...] Le parchemin vierge avait été étalé devant lui, et il regardait le papier blanc d'un regard vide. Mais, comment allait-il lui donner des explications claires et concises ? Comment pourrait-il lui dire que sa mère était devenue complètement hystérique en sachant que son fils voulait envoyer des lettres à une sorcière. Pourtant, il n'y avait aucun danger, puisque la lettre aurait été envoyé en Amérique. Ce n'était pas comme s'il envoyait une missive à Poudlard... Il arrivait à retranscrire vaguement le message dans son esprit, mais chaque fois qu'il allait poser la plume sur le papier légèrement craqueler, tous les mots se mettaient à se mélanger comme pour lui faire une mauvaise farce. Enry fronça les sourcils puis secoua nerveusement la tête, il manqua de faire tomber son encrier par mégarde, mais il parvint à le rattraper avant qu'il ne salisse le sol et que la bibliothécaire débarque comme une furie. Madame Pince tenait autant à ses ouvrages qu'à son parquet... C'était aberrant. Surtout qu'il fallait simplement utiliser un sortilège recurvite pour faire tout disparaître. Il avait frôler la dispute... Enry avait toujours eu une sainte horreur de se faire hurler dessus par un adulte, le professeur Rogue avait été le premier à agir ainsi avec lui. En faite, l'ancien professeur de potion agissait ainsi avec tout le monde. L'aigle poussa un profond soupire avant de se rendre compte qu'il était en train de chiffonner le parchemin. Pourquoi n'arrivait-il pas à remettre ses fichues idées en place... Keira devait se faire un sang d'encre, lui aussi d'ailleurs... Puisqu'il était persuadé [il s'était persuadé] qu'il la reverrait cette année...

" Cher Keira,

Avant toute chose, je m'excuse pour le temps que j'ai mis à t'écrire une lettre. Je ne sais pas où tu es, mais j'espère que mon hibou aura juste à parcourir l'Angleterre et que tu es rentré chez toi... Ou au moins, que tu sois dans les parages.

Je n'ai pas pu t'envoyer de lettre avant parce que ma mère me l'interdisait. Elle avait trop peur que des mangemorts viennent frapper à notre porte. Mais rien de tout cela ne s'est passé. Tout le monde va bien.
Mais toi, comment vas-tu ? Ton séjour à Salem t'as permis de bien récupérer ? Est-ce que tu es rentré chez toi ? Je pensais que tu reviendrais à Poudlard, je t'ai cherché partout. Mais, tout ce que je veux, c'est savoir si tu vas bien. J'aurais dû prendre le stylo bien avant, mais en toute honnêteté, je cherchais mes mots pour pouvoir t'expliquer rapidement la raison pour laquelle je n'ai pas pu t'envoyer de message.
En faite, mon oncle m'avait proposé de faire l'intermédiaire, mais avant que je commence la lettre, il a disparu pendant une longue période. Je suis vraiment désolé de n'avoir donner aucune nouvelle.

Sinon, en ce moment, je suis un peu fatigué. Mais, Poudlard : celui qu'on a toujours connu est revenu. Et c'est le principal. Je suis vraiment impatient de pouvoir avoir des nouvelles de toi. Je n'ai pas grand chose à te raconter, jusqu'à que la bataille mette fin au mage noire, je n'ai fait que tourner chez moi. J'ai fait la connaissance d'autres membres de ma famille dont je n'avais jamais entendu parler. Mais je ne m'entends pas trop bien avec Corann qui entre à l'école cette année mais en 6ème année...

Enfin, tu m'avais demandé des nouvelles d'Erwan et Eve ? Je sais qu'Erwan va bien, et Heaven va bien aussi même si je pense que tu sais qu'elle a perdu son père pendant la bataille... Intérieurement, je ne suis pas sur qu'elle aille bien...

Sur ce,
Je vais te laisser,
J'ai un devoir de potion à faire pour demain.

Je suis impatient d'avoir de tes nouvelles... À bientôt Keira ! "


Enry relut à plusieurs reprises ce qu'il venait d'écrire. Il corrigea quelques fautes d'inattention. Il posterait la lettre plus tard, dans la soirée sûrement... Mais, il avait volontairement donner aucune information sur ce qui s'était passé c'est dernier temps avec Heaven... Il n'avait vraiment pas envi de parler de ça... Pas du tout...

[877 mots]

[ 882 mots ]
BOMBABOUSE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Into the Darkness   Mar 11 Aoû - 18:32

MUSIQUE

Keira avait retrouvé son entrain habituel. Heureuse de vivre, crapahutant à droite et à gauche, la jeune fille semblait avoir rajeuni depuis son arrivée à Taliesin… En réalité, le processus avait déjà débuté lorsque Lexy l’avait prise sous son aile protectrice… S’éloigner de ses parents, puis après de Shiro avait été plus que bénéfique pour la rouquine qui redevenait une jeune personne, loin des soucis d’adultes qui l’avaient agressé bien trop tôt… A quinze ans, elle avait eu à faire à des hommes d’affaires, des journalistes, elle n’avait plus de vie privée, jusqu’à ce que, petit à petit, elle se fasse oublié… A présent, elle se sentait revivre, loin de ses soucis passés. Lorsqu’elle fermait les yeux, avant de s’endormir, quelques soirs, elle songeait avec mélancolie aux personnes qu’elle aimait et qu’elle ne reverrait plus… Pour Eve, sa meilleure amie, Keira ne se faisait guère de soucis… Elle savait que leurs chemins étaient destinés à se recroiser un jour… Jamais la rouquine se retrouverait définitivement séparée de son amie brune. Elle en mettrait sa main au feu ! Pour Erwan, il en allait de même. Ils s’étaient trop souvent fâchés et rabibocher pour que leur histoire trouve une fin… Elle savait qu’il serait toujours là. Mais d’autres personnes lui manquaient… Comme Liam, son tout premier (et seul) amoureux… Repenser à lui, lui faisait mal au cœur. Pourtant, elle ne regrettait pas sa décision. Ils avaient rompu et c’était mieux ainsi. Jamais elle n’aurait pu s’imposer plus longtemps. Elle était un poids bien trop imposant pour lui, elle en avait conscience. Et bien qu’incapable de l’oublier, elle commençait lentement à le ranger dans un coin de sa mémoire. On n’oublie jamais son premier amour après tout… l’autre homme qui habitait ses pensées n’était pas Chad, ni même Shiro. Eux, elle les avait éjectés de ses songes sans pitié. Elle ne regrettait rien, mais ne voulait pas plus penser à eux que ça. Au fond qu’étaient-ils ? De simple passades, rien de très important… Celui qui la hantait depuis plusieurs mois était aussi un serdaigle. Elle n’avait plus de nouvelles de lui, et était à présent persuadée qu’il était décédé… Incapable de demander à ses camarades s’ils connaissaient l’aigle, elle demeurait simplement triste et terriblement anxieuse, n’ayant plus de nouvelles du jeune garçon… Jusqu'au jour où…

Levant les yeux, Keira aperçut l’oiseau de proie qui glissait dans les airs, dans sa direction. Surprise, elle songea d’abord à Lexy… Jusqu’à ce que l’oiseau soit assez proche d’elle et qu’elle le reconnaisse. Ses yeux d’un bleu aquatique s’écarquillèrent de surprise tandis que, tremblant de tous ses membres, elle levait lentement sa main vers l’oiseau, étonnée qu’il ne se volatilise pas, devenant ainsi le simple fruit de son imagination… Se saisissant de la lettre, à moitié effrayée, à moitié stupéfaite, la sorcière inspira profondément, tandis que Juliette l’observait avec surprise. Ouvrant finalement le parchemin d’un coup sec, Keira reconnut instantanément l’écriture de son ami bleu et bronze… Toute la pression s’évanouissant, elle se leva d’un coup et quitta à vive allure la salle de repas. Courrant à en perdre haleine, des larmes de joie glissant sur ses joues rosies par l’effort, Keira ne cessa sa course qu’une fois parvenue dans les toilettes où elle s’enferma à double tour. Tremblant toujours, elle déchiffra alors l’écrit, tandis qu’elle récupérait son souffle. Elle n’y croyait pas… Elle avait cessé d’espérer jusqu’à ce que… Elle était tellement heureuse ! Toutes ses peurs qui s’envolaient soudainement… Le cœur devenu léger, emplie d’euphorie, elle pleurait de joie sur le parchemin, l’encre coulant un peu sous l’eau salée. Keira relut en tout et pour tout, six fois la lettre qu’elle tenait dans ses mains. Elle était si… heureuse !

Une vingtaine de minutes plus tard, elle quittait les toilettes, ses yeux rougis par les larmes. Entrant dans le dortoir, décidée à répondre à son ami immédiatement, elle croisa Juliette qui s’étonna de sa soudaine fuite passée.

« Non, tout va très bien, Lili, t’inquiètes… »

Puis, comme pour se parler à elle-même, elle ajouta dans un murmure :

« Tout va très bien. »

La jeune fille se saisit alors d’un stylo à bille, retournant son sac pour le trouver. Elle n’avait pas la patience de prendre une plume. Il fallait qu’elle lui réponde le plus tôt possible ! Tremblant légèrement, elle ne prit même pas le temps de réfléchir à ce qu’elle allait écrire. Oh, elle savait que tout serait brouillon, puisque c’était dans cet état que se trouvait son cerveau actuellement, mais au fond, elle s’en moquait. Elle était tellement… heureuse.


ENRY !

Si seulement tu savais à quel point je me suis inquiétée… A croire que je suis complètement cinglée… non en fait je crois bien que je suis cinglée, mais tu sais quoi ? Je m’en contre fiche ! Je suis bien comme ça et puis c’est tout. >_<. Bref, tout ça pour dire que j’avais imaginé les pires scénarios qu’il soit à ton égard… J’avais tellement peur qu’il te sois arrivé malheur ! Alors ta lettre… cette lettre… le simple fait de l’avoir reçue m’a emplie de joie ! Je suis tellement touchée que tu aies songé à m’écrire… Et plus encore rassurée qu’il ne te soit rien arrivé… je suis si soulagée !!!! Je regrette amèrement de ne pas être avec toi en ce moment précis pour te serrer dans mes bras.

Je suis désolée de ne pas avoir pris de nouvelles de toi durant l’été, mais n’ayant eu de réponse à ma précédente lettre, je craignais qu’il te soit, soit arrivé quelque chose soit que tu préfères couper les ponts avec moi… Chose que je pouvais comprendre après tout, je suis née de moldus… m’écrire n’était sans doute pas la meilleure chose à faire…

Je suis ravie que tout aille bien pour toi ! Si seulement tu savais à quel point j’en suis touchée… En ce qui me concerne, j’ai bien quitté Salem mais au fond ce n’est pas ça qui m’a fait le plus de bien… cet été a été riche en émotions et pour tout te dire, ce ne fut pas une période très facile mais maintenant, tout va mieux… beaucoup mieux. Je n’ai plus de ‘chez moi’. J’ai fugué et je ne retournerais jamais chez mes parents. J’ai vécu un temps avec Shiro et bien que ce ne fut pas tous les jours facile, c’était déjà mieux qu’avec mes parents… puis, la force des choses m’a fait changer une fois encore de lieu d’habitation. Je vis chez Lexy Terence à présent. Peut-être le connais-tu ? Il était à Serpentard et il s’agit d'un ami d’Eve… Je crois qu'à la base, il est surtout ami avec la cousine d'Eve mais bon, ils se connaissent... c’est aussi un mannequin célèbre… bref, depuis que je vis chez lui tout va très bien pour moi. Je me sens renaître !

Pour Poudlard, je n’y retournerais pas je crois… Une autre école m’a envoyé une lettre… Et finalement, je suis là-bas maintenant. Elle se trouve au pays de galle aussi n’est-ce pas très loin de Poudlard (moins que Salem en tout cas ^_^). Apparemment tous les élèves de cette école possèdent des dons particuliers… Il y a d’autres élèves de Poudlard, dont Lili (Juliette Horuni) que tu dois connaître de vue, c’est une Serdaigle !! Enfin, une ex Serdaigle, elle est adorable !!! Très gentille et super cool ! On partage la même chambre avec deux autres filles de Poudlard…

Tu es fatigué tu me dis ??? Pourquoi ? Fais bien attention à ne pas trop te surmener, hein ? Je ne peux pas trop t’aider pour les cours puisque… 1/ On n’est pas bien proches l’un de l’autre n’étant pas dans la même école et 2/ tu es sans doute meilleur que moi en classe, mais surtout si tu as des soucis, n’hésites pas à m’en parler, hein ? Mais c’est une excellente chose que Poudlard soit redevenu ce qu’il était !!!

Corann me dis-tu ? Je crois que je la connais… j’ai rencontré une fille de mon âge à peu près un soir à Londres, on a un peu discuté toutes les deux, moi je l’ai trouvé adorable, elle a de très beaux cheveux blonds platine !!! C’est d’elle que tu parles ??

MON DIEU!!!! Je ne le savais pas du tout pour Eve !!! o___O Je n’osais pas lui écrire, déjà que je t’embête toi, je ne voulais pas ennuyer une autre personne avec mes lettres… mais peut-être devrais-je lui écrire du coup... Tu en penses quoi ? (honnêtement, hein ??)

Bon courage pour les cours !!
Je le répète une fois encore, ta lettre a été à elle seule un astre solaire pour les deux mois qui viennent je pense…

Je t’embrasse et j’espère que nous nous reverrons rapidement !!!

Keira.

Ps => Ton hibou s’appelle comment au fait ? je me sens bête à l’appeler Hibou à chaque fois… ^_^


Puis, une fois la lettre écrite, la rouquine quitta le dortoir avec la rapidité d’une fusée pour rejoindre la volière. Le hibou d’Enry y dormait paisiblement… la rouquine lui colla la lettre à la patte :

« Tu pars quand tu veux, mais tu ne pars pas sans ça !!! »

Toute excitée, elle observa le rapace prendre son envol et s’éloigner dans l’horizon, les pensées de la sorcière accompagnant chacun de ses battement d’ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Into the Darkness   Dim 6 Sep - 11:56

Il s'ennuyait terriblement à attendre que le temps passe dans la salle commune des aigles. Comme toujours, il avait terminé le banquet du soir dans les premiers (tout simplement parce qu'il mangeait seulement l'entrée et parfois le plat) et avait décidé de monter immédiatement dans la salle commune. Installé sur un fauteuil près du feu, il profitait que la salle soit vide pour se reposer. Noël approchait à grand pas, et il n'aimait vraiment pas cette période. Parce que, immédiatement, lorsqu'on vous parle de Noël, vous pensez (naturellement) au cadeau. Même si vous êtes un gentil ou quelqu'un qui ne pense qu'aux autres : vous ne pouvez que penser à ce premier mot. Après, les autres suivent, bonheur, étreinte, joie, fête... Et tout le tralala qui suit. Enry n'aimait pas spécialement faire la fête, son aversion pour ce genre de festivité ne s'était pas éteinte après les années. Certes, il appréciait déjà un peu plus la compagnie des gens, cette dernière ne le dérangeait plus, c'était déjà pas mal comme avancée. En fin de compte, le fait qu'il soit sortie plusieurs fois avec Heaven l'avait quand même aider à sortir de son trou. Elle lui avait permis de se tourner un peu plus vers les autres, même si elle l'avait lâché comme un nounours (une chaussette) trop vite usé(e)...

Les flammes dans la cheminée dansaient et tournoyaient légèrement sur elle même, comme si elles dansaient rien que pour l'empêcher de s'endormir. Ou plutôt... Le contraire. Enry secoua la tête : il n'avait pas à s'endormir maintenant, pas tout de suite... Il devait profiter de ce silence tellement réparateur (je parle de ses pauvres tympans hein...) puis ensuite seulement, il monterait dans son dortoir lorsqu'il entendrait la foule monter dans la tour. Les murs de pierre lui transmettaient largement le son des pas, il se rendrait compte bien assez tôt de l'ascension des élèves vers le tour Est. Où se trouvait bien entendu, la salle commune des serdaigles. Enry passa ses mains sur son visage, puis adossa ses coudes sur l'accoudoir du canapé. Ses paupières devinrent lourde, sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Il ferma lentement les yeux, puis s'endormit. Il eut la nette impression qu'il avait sombrer dans les bras de Morphée pendant seulement cinq minutes lorsqu'une main se posa lentement sur son épaule. C'était une fille de quatrième année, avec qui il n'avait jamais fait connaissance, tout simplement parce qu'elle n'était pas spécialement intéressante (elle était muette, il fallait croire...). D'ailleurs, lorsque le jeune sorcier leva les yeux vers elle, elle pointa un oiseau du doigt.

Son piaf était rentré, ou plutôt, quelqu'un avait ouvert la fenêtre pour laisser l'oiseau apporter le courrier à son maître. Un coup d'oeil rapide vers la montre accrocher dans la salle commune lui rappela qu'il avait dormis pendant plus de deux heures... Et là, c'était l'extinction des feus... Enfin, tout le monde ne se couchait pas forcément à l'heure là. Enry entre autre. Lorsqu'il n'avait pas sommeil, il n'aimait pas se retourner vingt fois dans son lit sans retrouver le sommeil. Ainsi, après avoir dit bonne nuit à la jeune fille il laissa son oiseau se poser sur son avant-bras puis il l'emporta dans le dortoir. Il le laisserait s'envoler ensuite, pour éviter que ses camarades de dortoirs lui braillent dessus lorsque l'hibou se mettrait à hululer pour sortir. Il avait déjà fait l'erreur de le laisser à l'intérieur, et les hiboux ont souvent besoin d'air à l'heure précise où vous vous endormez enfin... Enry s'installa sur son lit pour retirer la lettre puis un large sourire étira ses lèvres. Keira lui avait répondu extrêmement rapidement : cela signifiait deux chose, elle lui avait répondu tout de suite lorsqu'elle avait reçu sa lettre, et elle n'était pas si loin de lui que cela. Elle n'était donc plus en Amérique, à Salem. Peut être aurait-il quand même l'occasion de la revoir pendant les vacances de Noël ? Ou pourquoi pas, lorsqu'il irait à Pré-Au-Lard. Pas sûr qu'elle ait réellement le temps. Le jeune Stanley décacheta la lettre puis la lut avec précipitation. Tellement rapidement, qu'il dû la relire, persuader qu'il avait manqué quelques informations importantes. Déjà, Keira allait beaucoup mieux, cela voulait-il dire qu'il aurait enfin l'occasion de la revoir ? Avec des couleurs, avec son ancien punch ?

Alors que le jeune aigle s'était enfin installé dans sur son lit, il alluma sa lampe de chevet, prit un stylo (trop peur de faire tomber l'encrier) puis se mit à écrire hâtivement. Les idées fusées dans son esprit en bloc, et il avait beaucoup de mal pour savoir par ou commencer...

" Chère Keira,

Je suis plus qu'heureux d'avoir reçu une lettre de toi aussi rapidement. Je suis ravis aussi que tu ailles mieux, et quand même étonné que tu ne sois plus chez tes parents. Je n'ai jamais réellement su ce qui se passait entre tes parents et toi, mais si tu veux, on pourra en parler lorsqu'on se reverra. Parce que je tiens réellement à te revoir, chaque fois que je reçois l'une de tes lettres, je me rend compte que tu me manques énormément. J'ai beau avoir des amis à Poudlard, un entourage, j'ai l'impression qu'il manque quelque chose, quelqu'un ici.

Enfin, je connais vaguement Lexy de réputation, mais je ne sais même pas à quoi il ressemble. Preuve que je ne suis pas assez curieux. Un mannequin célèbre dis-tu ? Je ne dois pas assez m'informer, parce que je ne connais aucun mannequin célèbre... Mine de rien, regarder la télévision ce n'est pas trop mon truc, et les journaux, je ne les lis que lorsque je suis chez moi. Ici, il n'y a pas vraiment de journal qui parle du monde des moldus...

Ne t'inquiètes pas pour le surmenage. Ce n'est pas les cours en général qui m'empoisonne un peu la vie. Je ne suis pas pour autant dépressif, mais bon, j'ai quelques soucis majeurs qui m'ont empêché de suivre les cours de début d'année convenablement. C'est un peu trop compliquer à écrire dans une lettre... Mise à part ça, ça va quand même beaucoup mieux grâce à une amie de serdaigle. Elle s'appelle Ethele. Je ne pense pas que tu la connais, elle est en deuxième année. Mais, elle m'a beaucoup aidé à penser à autre chose. Je t'en parlerais peut être en détail, mais je te rassure tout de suite, ne pense pas à quelque chose de grave hein ! Wink

Pour ce qui est de Corann, je pense bien qu'on parle de la même personne... Mais bon, ce n'est pas toi qui a vécu presque cinq mois avec elle. Après, il est fort probable qu'elle soit casse-pied seulement avec moi. Chacun se forge une opinion sur la personne... En tout cas, moi je ne l'aime pas trop. Je ne la déteste pas pour autant, juste que j'aime bien éviter de la croiser ou de lui parler...

Heaven aura peut être besoin que tu lui envoies une lettre, ça lui fera peut être plaisir d'avoir de tes nouvelles. Mais franchement, me demande pas mon avis sur la question. J'en sais absolument rien, je ne lui parle plus depuis quelques mois.

Mise à part ça, ça te dirait qu'on se revoit bientôt, comme il y a les vacances de Noël qui approche, j'aimerais beaucoup qu'on puisse se parler en tête à tête. C'est toujours mieux que des lettres. Et je te rassure encore, tu ne m'embêtes pas du tout avec tes lettres, au contraire, ça me fait super plaisir. Et ça me fait pleins de lecture aussi !

Je t'embrasse très fort,
Et je suis impatient de pouvoir te revoir...

À la prochaine !

Bis.

PS = Donne lui le nom que tu veux à mon hibou... Il n'en a pas. J'ai jamais eu envi de me creuser l'esprit pour cet oiseau, il pige rien. Et peu importe le nom qu'on lui donne, il y répond. Alors, autant l'appeler hibou, ou pigeon. C'est au choix... "


Enry relut à plusieurs reprises sa lettre, puis jeta un regard à son hibou qui hululait pour sortir. L'un de ses camarades de classe faillit balancer quelque chose sur l'hibou, mais en se rendant compte qu'Enry se trouvait dans les parages, il ne fit que foudroyer le jeune homme du regard. Enry finit par se pencher un peu plus sur sa lettre, elle était un peu raturée à certains endroits, alors... Il choisit de la réécrire. Il fallait que cela soit un minimum propre et soigneux, Keira se démenait toujours pour lui envoyer une lettre présentable, pourquoi pas lui aussi ? Enry afficha un mince sourire, puis entreprit de la réécrire sur un parchemin. Lorsqu'une voix s'éleva dans la pièce : l'un de ses camarades de classe mécontent exprimer à voix haut ce qu'il pensait de son saleté de pigeon.

" Il va hurler longtemps comme ça ? "
" Encore une dizaine de minutes, et le supplice sera terminé... Promis. "

Son oiseau n'allait sûrement pas se taire pendant les dix minutes qui suivraient, mais Enry pourrait l'envoyer porter cette lettre. Ce qu'il fit quelques minutes après. Il regarda l'oiseau s'en aller dans la nuit, espérant que Keira répondrait à son message tout aussi rapidement...

[1528 mots]

GUIRLANDE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Into the Darkness   

Revenir en haut Aller en bas
 
Into the Darkness
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ? hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: