AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Allée des Embrumes - Barjo et Beurk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Allée des Embrumes - Barjo et Beurk   Lun 12 Juin - 18:19

Allée des Embrumes – Chemin de Traverse.

Madame la Duchesse de Saint Pétersbourg Ievdokia Södergren poussa la porte de Barjo et Beurk avec un dégoût très perceptible. Le vendeur écarquilla les yeux et se pencha sur le comptoir avec une mimique alléchée d’un homme qui va faire de bonnes affaires. La femme était d’une beauté très appréciable, ses cheveux blonds, presque blancs, étaient noués en un chignon serré qui tombait néanmoins sur sa nuque pâle. De grands yeux bleu clair perçaient la semi-obscurité de la pièce mal nettoyée. Le visage radieux de Barjo se fana lorsqu’il vit apparaître un jeune homme derrière la Duchesse. Il sortit de son comptoir et s’inclina devant les deux personnages jusqu’à toucher ses genoux avec son nez gras. Sans se relever il débita quelques paroles à peine audibles qui semblaient être des salutations.

-Relevez-vous, Barjo, fit Dimitri d’un ton amer. Nous ne sommes pas venus pour des politesses.

Le vendeur ne se fit pas prier et se redressa en faisant craquer son dos. Ievdokia leva les yeux et fit un petit signe vers la vitrine. La porte s’ouvrit pour laisser place à Diabalzane, habillée d’une longue cape de sorcier et d’un col roulé. Bizarrement il semblait, en ne jugeant que de l’apparence de la jeune fille, que le temps au dehors était des plus glacés. Pourtant le mois de Juillet était bien entamé et il faisait une chaleur à périr. Le petit homme s’émerveilla de la beauté de cette petite aux yeux gris qui ne devait pas avoir douze ans.

-Mademoiselle Södergren… Comme je me fais un plaisir de voir enfin ce petit minois acerbe propre à votre famille.

Diabalzane fit une grimace.

-Beurk…

-Non, moi c’est Barjo Mademoiselle Södergren, mon ami Beurk est en voyage pour affaire…

Affaires avec les forces du Mal sans doute, mais ça il ne s’aviserai pas de le préciser malgré la confiance qu’il savait pouvoir accorder à cette famille digne et fière d’avoir porté l’étendard de Voldemort jusque dans le fin fond de la Sibérie. Ievdokia Södergren prit sa fille par l’épaule et s’éclaircit la gorge.

-C’est pour elle que je suis venue vous voir monsieur. On m’a dit que vous aviez un remède à sa maladie, un remède plus efficace que les décoctions de grand-mère que m’ont proposé ces idiots de vendeurs de potions sur le Chemin de Traverse...

-Hmmm… Mademoiselle Södergren est malade ? Tiens donc…

-Je compte biensûr sur votre discrétion Monsieur Barjo… Je saurais payer le prix qu’il faut pour nous débarasser de cette maladie, qu’elle puisse se marier avec un Sang Pur et avoir quelques enfant non-contaminés…

-Les vrais Sang Pur sont bien rares…

-Là n’est pas le sujet,intervint Dimitri. Nous ne sommes pas là pour débattre de la pureté du sang de mes camarades. Alors ?

-J’ai peut-être ce qu’il vous faut, Madame la Duchesse, mais encore faudrait-il que je connaisse la maladie de votre fille…

-Elle souffre de troubles au cœur depuis qu’elle a visité Minsk avec son frère l’année dernière.

-Elle a visité Minsk ? Vraiment ? Quelle idée saugrenue, et vous n’êtes pas contaminé Monsieur Södergren.

-Etrangement, non…

Barjo hocha la tête et divisagea Diabalzane d’un air inquisiteur, elle n’aimait pas sa façon de la regarder, sa façon de lui parler, sa façon d’être, elle haïssait ce vieux bonhomme puant qui était sûr d’avoir le monde à ses pieds et qui commençait et finissait ses phrases par « Mademoiselle Södergren. » Elle planta ses yeux gris dans le regard porcin du vendeur d’horreur et il finit enfin par détourner le regard.

-Bien, bien, bien…

Il regarda ses étagères de bocaux.

-J’ai ça…

D’un coup de baguette un bocal de verre rempli d’un liquide bleuâtre descendit vers lui et se posa dans sa main.

-Ca coûte 100 galions les 100ml

Dimitri fronça les sourcils.

-Je vous le prend pour 50 galions…

-Allons-y, 50 galions…

Il se retourna vers le comptoir et commença à compter avec soin les 100ml de potion.

-Voilà, prenez en le soir, avant de vous coucher, et quand vous aurez vos crise, ça devrait être suffisant…

Diabalzane hocha la tête et prit le flacon avec délicatesse. Elle sourit à peine et fit disparaître le liquide dans sa cape. Elle s’approcha enfin des étagère qui dévoilaient de nombreux objets étranges et illicites sans doute. Aglaïa sortit en ordonnant à sa fille de rester avec son frère et à Dimitri de ne surtout pas quitter sa sœur. Ce dernier s’avança vers Barjot et commença à discuter avec lui de dernière créations maléfiques. Le sorcier écouta avec intérêt, ne s’occupant plus de la jeune fille qui regardait tout autour d’elle et s’aventura dans le magasin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Allée des Embrumes - Barjo et Beurk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allée des Embrumes - Barjo et Beurk
» Au fin fond de l'Allée des Embrumes
» Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
» Promenons-nous dans ... L'Allée des Embrumes. (défi) [Pv: Zeta Puppis & Lilith Landras] [Allée des Embrumes]
» Sur l'Allée des Embrumes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 1-
Sauter vers: