AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]   Lun 8 Juin - 0:09

3 Juillet 1998
23h24


Chère Juliet,

J'ignore si tu te souviens de moi, j'ignore si je fais bien de t'écrire une lettre, j'ignore si la lettre arrivera a bon port car j'ignore ton nom, tout du moins l'orthographe de ton nom. J'ignore tout de toi, c'est justement ce qui me pousse a t'écrire aujourd'hui. Ne me prend pas pour un fou, je venais simplement aux nouvelles finalement. Je sais que tu as connu une année difficile, et je m'excuse de mettre montrer assez dur durant notre rencontre à l'infirmerie.... Je pense que je devrais commencer par le début finalement.

Je me présente donc, je suis Nathanael McGowan élève à Serpentard et futur sixième année à Poudlard. Tu dois trouver ça complètement fou de voir un Serpentard t'écrire pour prendre de tes nouvelle finalement... Mais Serpentard ne veut pas forcément dire méchant tu sais, simplement malin et ambitieux, et aussi très prétentieux mais enfin, je reste une personne de cœur tout de même. Donc bref, j'ai eu l'occasion de te rencontrer à l'infirmerie, durant l'épisode drame, je pense que tu t'en souviens plutôt bien. C'est moi que tu as renverser dans les escaliers, à qui tu as fracassé le crâne par la même occasion... En bref, nous avons passé quelques jours à l'infirmerie de l'école dans des lits côte à côte. J'ai appris des choses horribles à ton sujet suite à notre passage à l'infirmerie concernant ton passage dans le bureau des Carrow... Je tenais donc à m'excuser pour m'être comporter de la sorte avec toi.... Je ne me suis pas vraiment montrer très tendre avec toi, disons que j'étais assez agacé, il fait me comprendre, mais maintenant je le regrette si seulement j'avais su...

Moi même, je m'étonnes de faire ça.... de t'envoyer une lettre sachant qu'elle n'arriverait sans doute jamais a bon port. Ce n'est pas plus mal à la rigueur. J'aurais la conscience tranquille car j'aurais fait mes excuses, après que la lettre soit arrivé ou pas, ce n'est pas mon problème et personne ne pourra le dire. J'espère qu'en tout cas, tout va mieux pour toi, peut-être qui sait, aurais-je l'occasion de te rencontrer dans d'autre circonstance et non pas à l'infirmerie...

Sur ce, bonne nuit chère Juliet. A bientôt peut-être


Nathanael McGowan


P.S: Tu sais, on dit que parler à un inconnu pouvait faire du bien, du moins était plus rassurant qu'une personne proche de nous...


***

Pourquoi écrivait-il cette lettre? Sur un coup de tête, ça lui avait pris, au beau milieu de la nuit, cela faisait un moment qu'il s'était couché déjà... Mais peut importe, Nathanael maintenant roulait le parchemin pour venir l'accrocher à la patte de sa chouette qui l'attendait patiemment sur le rebord de la fenêtre de sa chambre. Trouverait-elle la Juliet à qui cette lettre était adresser? Il lui faisait entièrement confiance, elle trouverait. Aurait-il cependant une réponse de sa part... Ça s'était une toute autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]   Ven 3 Juil - 21:48

    15 Juillet 1998
    17h00


    Bonjour Nathanael,

    J'avoue que ta lettre m'a surprise, et je ne sais toujours pas quoi réellement te répondre, mais bon, je le fais, pour que tu voies que ta lettre est bien arrivée à bon port. Je ne sais pas comment prendre tes excuses. Est-ce juste pour te donner bonne conscience ou sont-elles sincères ? Car au fond, je ne vois pas pourquoi tu t'excuserai... C'est moi la fautive, il faut bien le reconnaître. Et peut-être que le fait de communiquer par écrit est beaucoup mieux pour mettre les choses au clair, je n'ai jamais été douée pour dire les choses à l'oral, ou alors elles sont mal interprétées, comme cela a été le cas à l'infirmerie. Peut-être que la véritable raison de ta lettre est de comprendre ce qu'il s'est passé, pourquoi une fille comme moi peut en arriver là, et te faire faire passer plusieurs jours à l'infirmerie sans arriver à donner une raison valable.

    Je ne sais pas si j'ai envie de te raconter. Lors des premiers instants passés à l'infirmerie, les seuls où nous ayons parlé, j'étais sous le choc, et j'ai commencé un semblant de confidence. Je l'ai regretté bien vite, quand j'ai vu ta réaction par rapport au régime des Carrow. En réalité, j'ai cru que j'étais fichue, que tu allais leur raconter des choses... Mais à présent, tu viens prendre des nouvelles pour savoir s'ils ne m'ont pas fait trop de mal, n'est-ce pas un peu paradoxal ? Te sentirais-tu coupable de ce qu'ils m'ont fait par la suite ? J'avoue avoir pensé un instant que c'était à cause de toi, et je t'ai détesté encore plus. Oui, tu as bien lu. Je n'ai jamais détesté personne, pourtant... Même les Serpentard, justement, contrairement à ce que tu peux penser. Je trouve qu'il y a en chacun un aspect bon, ou quelque chose d'intéressant qui mérite qu'on y porte attention. La personne qui m'étais le plus proche était un Serpentard, et il est mort dans la Bataille de Poudlard...

    Mais toi, je ne sais pas. Peut-être es-tu tombé au mauvais instant. Même maintenant, j'ai du mal à avoir confiance, et pourtant cela me fait bizarre de dire cela, je ne me reconnais pas moi-même. Mais tu as vu un aspect de moi que je ne veux plus jamais connaître, quelque chose que je veux enterrer, que je veux oublier. Ce n'est pas en essayant de justifier mes actes que j'y arriverai. Et puis même, je sais très bien ce qui m'est arrivé. Je veux oublier ça au plus vite, ça fait tellement de mal d'en parler. Je sais que ça pourrait faire du bien d'en parler, et je reconnais que c'est gentil de ta part de te proposer comme défouloir. D'ailleurs, tu sers un peu de défouloir, désolée...

    Tu dois te dire "la pauvre, elle est perturbée, elle est traumatisée". Si cette image que je donne, je le regrette fortement. C'est justement ce que je chercher à éviter, et c'est pour cela que je ne rentre pas dans les détails de ce qu'il s'est passé. De toute façon, tu as l'air déjà au courant, pas besoin d'en rajouter en me lamentant sur mon sort.

    Sur ce, je m'excuse d'être si peu... réceptive, on va dire. Et je vais aussi m'excuser platement de t'avoir défoncé le crâne.

    Bonne soirée,
    Juliet.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]   Mar 1 Sep - 23:58

20 Août 1998. 02h52.



    Chère Juliet,



Tout d'abord, je suis heureux de voir que finalement ma lettre est déjà arrivera bon port, mais surtout que tu ne l'ais pas ignorer, ce qu'entre nous j'aurais pu parfaitement comprendre tout de même... Je voulais juste t'avouer que ma précédente lettre, je l'ai réellement écrite, tout d'abord, dans le but de prendre des nouvelles... Et peut-être que inconsciemment j'espérais comprendre ce qu'il t'étais arriver pour que tu en viennes a craquer aussi magistralement que tu l'as fait à Poudlard. Ceci étant, je n'aimerais pas enfoncer le couteau dans la plaie. Je suis peut-être un Serpentard, un de ces gars qui a très mauvaise réputation -il semblerait pourtant que tu n'y portes pas grande importance et j'en suis heureux, enfin quelqu'un qui ne se fit pas aux clichés, c'est intéressant-, mais je ne suis tout de même pas sadique et méchant à ce point envers une personne qui ne m'a chercher aucun mal -le coup des escaliers j'ose espérer que c'était involontaire de ta part, ça je l'avais bien compris.-. Donc voilà, je ne veux pas ressasser tout ça, surtout que les vacances t'ont permis de tasser tout ça et de penser à autres chose, donc je laisse ma curiosité de côté et espère juste que tu auras tout oublier, du mieux que tu le puisses.

Les vacances ont passés et j'espère que maintenant tu vas mieux tout de même, du point de vue santé physique comme mentale. J'aimerais seulement ne pas être éternellement lié à tes yeux, à cette période de l'année que tu as connu à Poudlard. Tu sais ce que je penses de ce régime qui à été instauré à Poudlard, pour autant je n'aimerais pas être associé à toutes les tortures que j'ai parfois trouvé très injuste tout de même et dur pour ce que c'était. Comme je l'ai dit précédemment, je ne suis pas sadique et méchant au point de vouloir du mal aux autres juste pour faire du mal.... Tu comprends? J'avoue avoir du mal a m'exprimer surtout manquer de mot. Je suis plutôt fatigué, mes vacances ont été superbe tout le long mais très fatigante et avec la rentrée qui approche, il serait bon que je trouve quand même un peu de temps pour me reposer. Ceci étant, je ne me sens en aucun cas coupable de quoique ce soit. Je ne t'ai jamais souhaiter du mal, et encore moins balancer auprès des Carrow. Il y aurait du bon au fond de moi, sans doute oui, à partir du moment où on ne me cherches pas de mal, je ne vois pas l'intérêt de créer des problèmes aux autres... Enfin, à moins d'avoir une raison valable. Pour le coup, je ne te connais pas, je n'ai jamais entendu parler de toi, jusqu'à l'épisode de l'infirmerie et malgré tout ça, je n'en t'ai jamais voulu, j'ai été compréhensible car j'ai des amis autres que des Serpentard figure toi (pour certains ça paraît insensé) et je sais qu'ils ont trouvé cette période dur aussi, donc je suis compréhensif... Et tu m'as l'air d'être une filles intéressante et très intelligente, pas du genre a te foutre dans la merde inutilement.

J'espère pour toi tout de même que tu auras vite oublier tout ça. Je n'arrives pas a imaginer ce ça a pu être pour toi et je ne comprendrais surement pas mais ceci étant, je trouve bête de rester là dessus. Le mieux est d'oublier sans aucun doute, même si ce n'est pas facile j'imagine bien oui. En espérant que tu ais passé de bonne vacances, je te souhaite une bonne rentrée... Et qui sait, peut-être que nos chemins un jour se rencontreront de nouveau... Seul l'avenir nous le dira.



    Bonne nuit chère Juliet.



P.S: Tu excuseras de t'avoir répondu si tard, mes vacances ont été mouvementé...


Nathanael McGowan.



639 mots
GUIRLANDE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]   Dim 13 Sep - 21:44

22 Septembre 1998
18h20


    Bonjour Nathanael,

    Je ne sais pas ce qu'il me prend de t'écrire à nouveau, alors qu'il me semble que tout a été dit. Enfin, il est vrai que j'aurai au moins pu répondre à ta lettre pour t'indiquer que l'incident était clos et que je croyais maintenant à la sincérité de ta lettre, cela t'aurait peut-être soulagé d'un poids, mais vois-tu, je ne l'ai pas fait. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n'avais rien à rajouter d'autre. Tu l'avais déjà dit : les vacances m'ont permis d'oublier un peu tout ça. Enfin, un peu, il s'agit bien du bon mot.

    Me voilà revenue à Poudlard, je pensais qu'en te croisant dans les couloirs je n'allais pas me sentir à mon aise. Pour tout te dire, je comptais t'éviter. Oui, cela doit te désespérer, mais je crois qu'on n'efface jamais la première impression que l'on a de quelqu'un. J'avais peur de réouvrir des blessures que j'essayais de cicatriser. Et tu représentais ces blessures. Oui, je sais, tu m'as dit que c'était dommage de t'associer à une période de Poudlard, et je me doute bien que tu ne te résumes pas à cela, mais c'est plus fort que moi. Comme je te l'ai déjà dit, je n'ai jamais détesté personne. Mais toi, c'est extrêmement bizarre. Je n'arrive pas à t'apprécier comme les autres, en faisant abstraction de tout ce qui pourrait gêner comme je le fais avec les gens en général.
    Mais à vrai dire, je n'ai même pas eu à t'éviter, puisqu'à l'évidence, tu n'es pas à Poudlard. Le château est grand, d'accord, mais quand même... Je n'avais pas remarqué que tu étais si vieux pour avoir fini tes études. Pourtant, tu semblais bien parler de rentrée scolaire, dans ta lettre ? Bref, c'est ta vie, au fond ça m'est égal, et tu me simplifies même la tache dans ma vie quotidienne.

    Mais tu dois certainement te demander pourquoi je t'écris alors, si je comptais t'éviter et compagnie ? Parce que... Justement, tu n'es plus à Poudlard, et j'ai énormément besoin d'une personne extérieure, en ce moment... Vois-tu, les blessures se sont réouvertes, malgré tout. Je n'arrive plus à voir Poudlard comme ma maison. Chaque couloir, chaque pièce, chaque endroit de ce château me rappelle un trop mauvais souvenir pour que je parvienne à l'effacer. Et encore, j'évite l'infirmerie, forcément ! Déjà que je l'évitais avant... En fait, ce qui me fait le plus souffrir, c'est d'avoir perdu Dennis. Je ne pensais pas connaître le vrai sens du mot "ami" avant, maintenant c'est fait. Depuis qu'il est mort dans la bataille de Poudlard, je me rends compte ce que c'est qu'un ami. Moi qui était presque solitaire, je me retrouve à pleurer l'absence de quelqu'un... Étrange, non ? Je n'y aurait pas cru il y a quelques années... Et maintenant, je retrouve aussi la signification du mot "solitude". J'avais plus ou moins réussi à me guérir de cette maladie - handicapante pour être préfète - mais depuis la rentrée, je suis vraiment obligée de me faire violence pour aller vers les autres. J'aimerai leur raconter ce que j'écris là, mais je n'y arrive pas.
    Voilà le but de ma lettre. C'est étrange, je sais. Il y a deux mois je te disais que je ne pouvais pas me confier à toi, et voilà que maintenant je fais totalement l'inverse. Tu me servais alors de défouloir, et maintenant tu sers de confident. Alors que paradoxalement, je me méfie de toi. C'est incompréhensible, je sais. Je ne sais même pas si j'arriverai à décrire le fond de ma pensée.
    Peut-être est-ce parce que j'ai la certitude qu'on ne se reverra plus jamais ? Quelqu'un qui sait tout sur toi mais qui est loin n'est pas "dangereux" (faute de meilleur terme, excuse-moi). Peut-être qu'après ce qui m'est arrivé je n'arrive plus à avoir confiance en quelqu'un, sauf si je sais qu'il ne peut m'atteindre.

    Excuse-moi, c'est encore une lettre étrange que je t'envoie. Je n'arrive pas à comprendre comment tu aies bien voulu répondre à ma précédente lettre qui n'était déjà pas très sympathique. Après avoir vu ce que tu as vu de moi (et tu dis toi-même que tu ne m'as connu que dans cette situation !) plus les lettres que je t'envoie, tu n'avais absolument aucune raison de m'exprimer de la sympathie, de me dire que je suis intelligente...
    Là, à présent, je ne me sens pas du tout intelligente. Je suis en train d'écrire une lettre super blessante mais qui me fait un bien fou (peut-être faudrait-il mieux que je ne l'envoie pas ?). Je n'arrive plus aussi bien à suivre en cours. Ceux qui m'apprécient me trouvent changée. Et le pire, c'est que je ne supporte pas leur regard d'attendrissement posé sur moi. Je n'aime pas inspirer de la pitié... J'ai toujours voulu être discrète, me fondre dans la masse (même si je n'ai jamais vraiment réussi), et aujourd'hui encore plus que jamais, et pourtant, je n'ai jamais eu autant l'impression d'être regardée.

    Au moins, derrière ce papier, même si tu dois peut-être éprouver la même chose que tous ces gens (et encore, ce n'est pas sûr, car à présent, j'ai peut-être réussi à éloigner ta sympathie à mon égard...), je ne le vois pas, je ne le ressens pas, et rien que ça me soulage. Je peux t'en parler sans sentir ton regard de désolation sur moi. Oui, ce doit être ça le véritable but de ma lettre. Tu dois te demander : mais pourquoi elle n'écrit pas juste dans un journal intime si elle a besoin de libérer son cœur ?
    J'écris, tu sais. Mais cela ne me libère plus autant qu'avant. C'est cela qui me fait tirer la sonnette d'alarme. On a tous des moments durs. On arrive tous à les surmonter à sa manière. Moi, c'était l'écriture. Tu peux pas savoir comme elle m'a été utile l'année dernière pour supporter le régime des Carrow, même si à la fin, ça ne marchait plus non plus. Et là, cette année, je n'ai même plus envie d'ouvrir un de ces carnets...
    Et je vais te confier quelque chose. Je vais t'envoyer cette lettre, et j'attendrai ta réponse comme une libération. C'est bête, je sais. Mais rien que de savoir que cette lettre aura été lue m'aura libéré d'un poids. Je ne sais si c'est suffisant, mais il faut aller de l'avant, j'en ai assez de stagner. Alors je t'en supplie : réponds-moi, même si c'est pour me dire "J'ai lu ta lettre, on va en rester là."

    Je conclurai donc cette étrange missive en m'excusant profondément. La nature humaine est faible, j'en suis l'exemple parfait. Je me dis juste - j'espère - que tu ne te formaliseras pas trop, puisque tu ne l'a pas fait avec la précédente lettre... Mais bon, la nature humaine est imprévisible, aussi, n'est-ce-pas ?

    Bonne soirée,
    Juliet
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]   Dim 20 Sep - 14:59

25 Septembre 1998. 20h53.

    Chère Juliet,



J'espère que tu vas bien et que ta rentrée à Poudlard s'est dans l'ensemble bien passé tout de même. J'imagine bien que fréquenter de nouveau ces couloirs, ces salles... doivent te rappeler beaucoup de souvenirs et pas forcément très agréable, mais mieux vaut relativiser, on dit souvent que tout ce qui nous tue pas nous rend plus fort... Il vaut mieux ressortir grandis de cette expérience bien que peu agréable. Mais je ne suis pas ici pour te faire la morale ou autre, je suis sûr que tu te débrouilles à merveille toute seule, ou presque...

En relisant ta lettre, j'avoue que finalement, moi qui pensais t'avoir un peu cerner et pensais aussi te comprendre mieux... Je ne te suis plus du tout. Je t'ai tendu la main, tu l'as rejeter m'expliquant que justement tu ne voulais plus entendre parler de moi car je te rappellerais de trop mauvais souvenir. Je ne t'en ai pas voulu, j'ai compris, c'était normal, et je me serais effacer suite à ma dernière lettre, voyant que tu ne répondais plus. Et maintenant tu me demandes de t'écouter, tu me demandes comme de l'aide... Disons que je ne suis pas habitué à ce qu'on se comporte de cette façon avec moi. En général, on n'ose pas vraiment agir de la sorte l'air de rien tout du moins. Il n'est pas dans mon caractère de revenir sur une décision. J'avais décidé de tourner la page, je n'avais plus affaire avec toi, je partais le cœur léger car je m'étais expliquer sur l'histoire de l'infirmerie, et soulager tout de même que tu ailles mieux. Mais une part de moi me force tout de même à te répondre... Étrangement, je me sens peut-être un peu lier à toi. Je ne saurais t'expliquer pourquoi, c'est surement étrange et tu me prendra surement pour un fou... Remarque, je pense que désormais nous serons au même niveau. Tout cela pour dire que, je suis sans doute un peu énervé que tu reviennes me demander de l'aide l'air de rien, toi qui m'avait clairement dit dans les précédentes lettres que tu ne voulais plus avoir affaire à moi.

Ceci étant dit, tu as remarqué que je n'étais plus à Poudlard. En effet, je fais partit de la délégation de Poudlard envoyée dans la nouvelle école appelée Taliesin. C'est une école assez particulière, assez glauque sur les bords... surement pas conseillé pour toi je pense pour le moment. Là bas, j'étudie pour développer un don, la maitrise Psychique. Ça ne te dit surement rien, ça permet une fois bien maitrisé, c'est assez long mais je sais déjà un peu l'utiliser, de maitriser l'esprit d'une personne. C'est incroyable comme don, je suis pressé de pouvoir à mon tour l'utiliser comme mon prof. Donc voilà, tu sais maintenant pourquoi je ne suis plus à Poudlard cette année, et l'année prochaine surement aussi... Après tout, si cela peut-être utile de ne plus avoir à me « supporter », si ma présence t'aurais déranger, c'est mieux ainsi.

Je suis étonné tout de fois que tu viennes te confier à moi, étonné mais touché à la fois, ce n'est pas anodin quand même. Mais en même temps, je ne pense pas pouvoir t'être d'une grande aide... J'imagine bien que perdre une personne qui t'as été très cher doit être difficile. Pour ma part que j'ai jamais vraiment connu ça, donc je ne peux pas vraiment savoir ce que l'on ressent. Tout ce que je peux te dire c'est qu'il ne faut surtout pas te laisser aller, tu es encore fragile et même si cela peut paraître égoïste aux premiers abords, oublier ton ami serait sans doute plus judicieux je pense, le temps de retrouver toi même le moral au moins. Il n'aurait pas aimer je suis sûr que tu déprimes par sa faute... Je ne sais pas vraiment quoi ajouter, si ce n'est que je suis là et je serais toujours là, à ton écoute si tu as besoin de parler. Avoir quelqu'un d'extérieur à Poudlard, ça aide c'est sûr, surtout que tu ne me connais pas, que je ne te connais pas non plus... Je sais juste que tu es fragile encore et j'aimerais que tu ailles mieux. Je ne penses tout de même pas t'être d'une grande aide là, et j'en suis désolé. J'aimerais t'aider, mais je ne trouve pas les mots qui parviendraient à t'aider... S'il était possible finalement de t'aider avec des simples mots, ça serait facile, mais j'en doute.



    Sur ce, bonne soirée ma chère Juliet
    Tendrement,

Nathanael McGowan.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Correspondance plus qu'étonnante [Juliet // Nathanael]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nathanael
» Une invention étonnante et écolo...
» Roxy Juliet Montgomery ? Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» Haiti Tops Agenda at North American Foreign Ministers' Meeting
» A disturbing girl | PV.Juliet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: