AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Oh les filles, oh les filles... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Jeu 13 Aoû - 12:02


« Les maux par les mots,
c'est ainsi qu'on guérit. »
(Mc Solaar)



    « Tobias, je te le redis pour la vingtième fois, je ne veux PAS en parler ! » Rah, mais quelle tête de mule ! Dire qu’il était venu l’attendre à la fin de ses cours juste pour ça ! « Il faudra bien qu’on en parle pourtant ! » Elle pouvait bien dire ce qu’elle voulait, il était au moins aussi obstiné qu’elle. « Non ! » Mais c’était pas bon dieu possible d’être aussi chieuse ! « Ophélia se fait beaucoup de soucis pour toi, tu pourrais au moins y penser à ça ! » Il posa la main sur l’épaule frêle de la jeune fille et fit en sorte qu’elle le regarde. De fait, Fred’ se tourna et posa les poids sur ses hanches d’un air qui n’annonçait rien de bon. « Elle n’a aucune raison de se faire du souci, JE VAIS BIEN! C’est bon ? Tu imprimes ? » Elle attendait sa réponse tout en tapant du talon sur le sol pour marquer son impatience. « Bien sûr, tu vas me dire qu’en l’espace de deux mois ça ne te fait déjà plus rien de voir Fayr avec Marie et que tout est pour le mieux dans ta vie ! » Fredericke le foudroya du regard mais si elle croyait l’impressionner, elle se fourrait le doigt dans l’œil ! « Va te faire foutre Sandeau ! De toute façon, tu sais très bien comment ça va finir si tu continues à me harceler… » Voyons voir, comment ça finissait à chaque fois ? Ah oui, avec le poing de Vincent dans sa jolie figure. Merde, putain, mais pourquoi est-ce qu’ils étaient aussi… compliqués ces deux là !

    « J’y crois pas… Tu me menaces avec… ça… » Fredericke haussa les épaules et tourna les talons, puis, elle entra dans la salle commune des Gryffondors ce qui la mettait hors de porté du Serpentard. En vérité si Tobias se faisait du souci c’était surtout pour Ophélia. Elle était une vraie Poufsouffle, elle s’inquiétait pour son amie et du coup Tobias s’inquiétait aussi. Par un effet pervers, Toby se retrouvait une fois de plus à se faire rembarrer par la jeune Allemande alors même qu’il avait les meilleurs intentions du monde. Mettant ses mains dans les poches de son jean, il alla dans les toilettes au bout du couloir des Gryffondors mais malgré l’eau qu’il s’était passé sur le visage, il était toujours énervé. Il allait donné un coup de pied dans la porte des toilettes des filles – pourquoi les toilettes des filles ? Aucune idée – quand celle-ci s’ouvrit et, du fait que Tobias interrompe son mouvement en plein milieu, celui-ci tomba à la renverse…

    « Et merde… c’est pas mon jour ! » Il leva les yeux sur la fille qu’il avait failli blesser et vit que c’était une bonne amie à lui, Helena Smith. Le copine du frère aîné de Fred… parce que oui, le monde est tout petit. « Ah… Lena… » Dit Tobias avec un semblant de sourire tout en se relevant et en époussetant son jean « Désolé, je ne t’avais pas vu venir. » Logique. Le principe des portes, c’est qu’on ne voit pas ce qu’il y a derrière.



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Lun 24 Aoû - 21:21

« Bah Helena qu'est-ce qui t'arrive ? » Axel s'était tourné vers son ami, visiblement inquiet. Alors qu'ils étaient tranquillement installé dans l'herbe, près de la Forêt Interdite, voilà que d'un seul coup, elle arrêtait de chanter. Pourtant, la chanson n'était pas fini, c'était ça qui était bizarre. Alors bah oui, il s'inquiétait le pauvre Serdaigle ! S'il lui arrivait quelque chose, il était persuadé que Friedrich serait capable de cogner ! Et puis même il s'en voudrait à mort ! Elle n'avait pourtant pas dit qu'elle avait mal ! C'était quoi ça alors !
Helena était toute rouge, elle ne savait plus mais alors là, plus du tout où se mettre, elle était même pire que gênée mais c'était un coup qu'elle n'aurait jamais attendu, d'ailleurs, sur le coup, elle devait bien avouer qu'elle avait cru être en train de mourir ! Ah non mais attendez, ça surprend la première fois hein, qu'on soit bien d'accord les cocos ! Pauvre petite ! Elle n'était pas prête mentalement ! Même si sa maman lui avait bien expliqué ! Et le regard si inquiet de son ami la gênait encore plus ! Elle était honteuse, et puis il était un garçon alors comment aurait-il pu comprendre ? Bon comment gérer la situation ? Déjà, il fallait le rassurer non ? « C'est rien ne t'inquiètes pas Axou ». Bah quoi ? Elle avait bien le droit de lui donner un petit surnom non ? « Mais tu saignes ! » Bah quoi ? Oui bon, ça se voyait que c'était du sang. Crotte ! En même temps, bah ça ne restait pas bien grave ! Quoique ça serait arrivé à Axel, elle se serait inquiété ! Bon, elle ne voit pas non plus comment elle aurait pu voir que ça lui serait arrivé tiens. Là, ça aurait été très nettement inquiétant en faite. « Oui oui, je suis bien au courant de ça mais je te jure que ce n'est rien, il faut que euh... Que je parle à Billie ». Bah quoi ? En même temps, Billie devait en savoir un peu plus sur le sujet, elle avait un an de plus ! Enfin bon, elle savait un tas de truc mais elle n'avait pas vraiment penser que ça commencerait cette année ! Voilà tout ! « Pourquoi à Billie ? » Oui bon, en même temps, la question là, la jeune Gryffondor devait bien avouer qu'elle l'avait vu venir ! Mais bon, elle allait passer pour une cruche en plus ! « Parce qu'elle est la seule qui puisse comprendre ! Je suis une femme ! » Et un sourire aux lèvres, elle partit en courant vers la salle commune de Gryffondor, là où elle avait laissé Billie. Mais la jeune Gryffondor n'était plus là. Oh bordel, ça craignait ! Une fille de sa maison la vit alors, avec la tâche et la tira avec elle dans son dortoir. Après lui avoir expliqué deux trois trucs, Helena lui sourit et la remercia. Elle ne savait pas qui elle était et en plus elle ne connaissait pas son nom mais sur ce coup, elle lui devait une fière chandelle ! Bon, il ne restait plus que l'étape toilettes et changement ! Mais d'abord, toilette bien sûr ! Et elle n'aurait qu'à s'y changer après tout ! Filant tout droit vers les toilettes pour filles, elle y resta une vingtaine de minutes.
Quand elle en sortit, elle fut étonnée de trouver Tobias, le cul sur le sol. Enfin non, à la base, il était debout mais quand même ! Mais elle était totalement incapable d'expliquer ce qu'il avait essayer de faire en faite. Donner un coup de pieds dans la porte ? Mais dans ce cas, pourquoi la porte des toilettes pour filles ? Il avait un problème contre les filles ?! Lui ? Alors là, elle n'y comprenait vraiment rien ! « Pas ton jour ? Oh bah c'est pareil pour moi, enfin dans un sens si mais non ». Elle s'était compris, c'était le principal ! « Oui en m^me temps, je vois mal comment tu aurais pu me voir. Tu sais... T'as pas de rayons X hein » et elle se mit à rire, tout en se moquant gentiment de lui bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Mer 26 Aoû - 12:04

    Tobias s’était relevé avec se grâce et son assurance habituelle, il n’y avait pas grand chose qui pouvait les lui faire perdre, néanmoins, il était conscient que Helena l'avait déjà vu dans des situations moins embarrassantes. Passant sur le sujet comme on passe à côté d’un pigeon parisien sans le regarder l’auteur a une haine particulière envers les pigeons en ce moment, il regarda son amie qui lui dit une phrase sans queue ni tête. Mais c’était Helena, il ne fallait pas trop chercher. Déjà, de base, elle sortait avec Friedrich ce qui était une preuve que la petite Gryffondor, pour aussi adorable qu’elle soit, avait un sens des réalités très altérée.

    « Non, je te confirme que ce n’est pas mon jour. Les filles me font tourner chèvre. Surtout ta belle-sœur d’ailleurs… » Tobias se renfrogna en y repensant, il espérait qu’il pourrait voir Abby dans la journée tiens, ça adoucirait son humeur. « Et toi, qu’est-ce qui se passe ? » S’enquit Tobias en reposant son regard marine sur Lena qui lui fit un sourire pour la rassurer, ce n’était pas après elle qu’il en avait. Helena n’était pas assez caractérielle pour ça. Elle était toujours toute douce et toute mignonne elle, enfin du moins en sa présence. C’est vrai qu’il la voyait rarement seule. Il la croisait aux répétitions de Sterne quand il venait attendre Abby et Ophélia mais à ces moments là, il avait bien du mal à se concentrer sur elle. Après tout, il y avait son amour impossible et sa superbe petite amie dans la pièce, c’était suffisant pour lui faire tourner la tête. Que voulez-vous… il n’est qu’un mec en pleine puberté.

    Pour ce qui était du reste, il soupira avant de se ressaisir et de répondre en riant. « C’est dommage, ce serait pratique pour mater les filles dans les douches. Enfin, t’as pas obligé de dire à Abby que j’ai dis ça hein. » Il fit un clin d’œil à son amie et ajouta d’un air faussement docte. « Je retiens la leçon, il faut taper dans les murs, pas dans les portes. Mais tu me vois quand même content qu’elle se soit ouverte sur toi. Cela fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. » Vraiment vu hein, il était au courant qu’il l’avait croisé la veille ! Ne le prenez pas pour plus bête qu’il ne l’est ! Enfin, de toute façon, Tobias n’était pas exactement dans son état normal. Il s’inquiétait pour Fredericke d’une part parce qu’il était fils de médecin et qu’il savait parfaitement de quoi elle souffrait, d’autre part il s’inquiétait d’autant plus pour Ophélia qui pouvait être une vrai éponge à angoisse quand elle s’y mettait, après il y avait Abby, sa petite amie, avec qui tout roulait parfaitement et qu’il adorait mais qui ne parvenait pas à retenir 100% de son attention… Ajoutez ensuite Marie qui sortait avec un imbécile provoquant le problème numéro un de sa liste et vous avez un parfait résumé de la vie de Tobias : tout tourne toujours autour des filles… Et ce n’est pas encore fini !




Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Mer 23 Sep - 19:26


    N'empêche que oui, voilà, Helena Smith pouvait désormais se vanter d'avoir fait tomber Tobias Sandeau ! Bon, il n'était pas tomber amoureux ! Ca,ça l'aurait gêné parce qu'elle ne l'aimait pas de cette manière mais elle l'avait fait tomber ! Bon,c'était pas sous son charme non plus ! Mais personne n'avait jamais besoin des détails ! Et surtout, il valait peut être mieux qu'elle ne parle pas de tout ça. Non pas pour elle hein ! Quoi que bon, d'une certaine manière, elle non plus elle ne voulait pas se vanter de pourquoi elle était là ! Lui parce qu'un garçon donnant un coup de pied à la porte des toilettes des filles, rater son coup et tomber par terre, et elle, parce que même si aujourd'hui, elle devenait une femme, bah elle se voyait franchement pas le crier sous tous les toits !

    Helena ne put s'empêcher de sourire lorsque Tobias se mit à lui dire que toutes les filles le rendaient chèvres. Oubliait-il donc le fait qu'elle soit, soit dis en passant, également une fille ? Pourtant, aux dernières nouvelles, ça se voyait quand même sur son visage non ? Nan mais bon, c'était vrai quoi, c'était limite marqué sur son front ! Ben quoi ? Petite, toute mince, de longs cheveux blonds platines, un visage poupin, maquillée. Et depuis aujourd'hui, elle était encore plus fille qu'avant ! Oui bon, à la longue, on allait se mettre à s'imaginer qu'elle faisait limite, une fixette là dessus. C'était un peu un gros n'importe quoi non ? Enfin bref ! Elle avait tout à fait le droit de faire une grosse fixette là dessus puisque de toute façon, elle était persuadée que ça provoquait cet effet là chez toutes les filles ! Alors hein ! Enfin bref ! Elle n'allait pas continuer comme ça alors qu'elle se trouvait en face de Tobias et qu'il lui parlait ! D'ailleurs, il était en train de dire quoi là ? Ah oui, il lui demandait ce que elle, elle avait. « Ma belle sœur ? Ah, un problème avec Fredericke ? » Ben quoi ? Elle ne pensait pas encore à Fredericke comme une belle sœur et ne considérait pas encore les Maiden comme sa famille hein ! Même si ça faisait un an qu'elle était avec son chéri quoi ! Mais bon, elle avait encore le temps pour ça, ça viendrait à l'heure ou ça viendrait de toute façon. Bon, la suite ? Ah oui ! « Ben je suis une femme ! Enfin comment dire, depuis aujourd'hui, j'ai des problèmes féminins. ». Pas sûr qu'il comprenne et puis de toute façon, c'était peut être un peu mieux qu'il ne comprenne rien d'une certaine manière non ? Bah quoi ? Elle se voyait mal dire à Tobias que depuis aujourd'hui, elle perdait du sang par en bas ! Et que c'était mensuel hein ! Ca faisait tâche ! « Pourquoi les filles t'énervent ? Non mais parce que peut être que ça se voit pas mais... J'en suis une hein ! » Et elle se mit à rire.

    Mater les filles dans les douches ? Hein ! Alors là non hein ! Lui donnant une toute petite tape sur l'épaule, elle tenta de prendre une voix assez vilaine pour un peu le sermonner mais non, parce qu'elle était tout bonnement morte de rire ! Bah quoi ? Les mecs étaient tout simplement tous les mêmes ! Sauf son Friedrich chéri ! Mais là, peut être qu'elle disait ça parce que c'était son chéri aussi ! Non mais non, il était parfait de toute façon ! Enfin bref ! Il n'était pas question du Serdaigle là ! Mais d'un vil Serpent ! Enfin pas si vil que ça parce que bon, Tobias était un garçon tout à fait adorable ! « Ouais bah fais gaffe à toi ou je te balance, pervers tiens ! »

    Oui, ça faisait un moment qu'ils ne s'étaient pas vu. En dehors de Sterne quoi. Mais ça faisait vraiment plaisir quoi. Elle était contente de pouvoir parler un peu avec lui. Même si l'endroit et le contexte étaient quelque peu insolite ! Mais bon, on faisait avec ce qu'on avait malgré tout hein ! Et elle n'allait tout de même pas se plaindre. « Oui enfin ne tapes pas trop fort dans les murs ! Une porte à la rigueur, ça peut céder, enfin façon de parler, mais les murs, c'est en général le poignet ou le pied qui cède hein ! Oui un bon moment qu'on ne s'est pas vu, et ça fait vraiment plaisir. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Ven 25 Sep - 16:28

    Tobias hocha vigoureusement la tête pour approuver les paroles d’Helena. Oui, il avait un problème avec Fredericke ! Et de taille ! Bon, ok, ok, c’était pas ses oignons mais ça le foutait en rogne quand même de se faire envoyer balader. Dire qu’il était plein de bonnes intentions pour une fois ! Enfin, heureusement, Lena était nettement moins chiante bien qu’à Gryffondor aussi. Comme quoi, la maison, ça ne voulait strictement rien dire. Ce n’était qu’une catégorisation arbitraire des êtres humains pour des traits de caractères qu’ils ont à onze ans et qu’ils perdront peut-être en vieillissant ! Woé, vas-y Toby, rebelle toi !

    « J’ai plus qu’un problème avec Fredericke, j’ai carrément une montagne de problèmes ! Ton copain heu… » Mince, comment il s’appelait déjà ? Il voyait bien sa tête mais il se souvenait plus du tout de son nom O_o Bien, éludons ! « Le fils Maiden, il devrait peut-être s’en occuper un peu plus parce que moi elle m’écoute pas ! » Notez, elle écouterait sûrement pas plus Friedrich (et oui, c’est ça son nom) puisqu’elle n’écoutait que Vincent (on se demande bien pourquoi…). Laissant son sang arrêter de battre ses tempes à cause de l’énervement, il prit une petite respiration. Allez, zen, zen, tout va bien, de toute façon, ce n’était pas ses affaires… Vingt fois qu’il se le dit, vingt fois qu’il est toujours aussi énervé qu’avant la première. Problématique, non ?

    « Oh… je vois… félicitation. » Si, si, il avait tout compris, attendez, il ne traîne qu’avec des filles depuis tout jeune alors il s’y connaît. Mais il ne voyait pas quoi dire d’autres. S’ils changeaient de sujet ? « Je n’ai pas dit qu’elles m’énervaient, j’ai dit qu’elles me faisaient tourner chèvre. Je devrais peut-être me chercher des amis mecs… » Il s’approcha de Lena et lui sourit d’un air complice. « Ou pas, le spectacle est plus joli avec des demoiselles dans ton genre. » L’expression vil flatteur avait presque été inventée pour lui… Bien qu’il soit pourtant d’une fidélité indéfectible aux liens de sa relation avec Abby, il continuait à complimenter toutes les filles. Eh, toucher avec les yeux, ce n’était pas un crime ! Surtout quand c’était fait par un ado de 13 ans (quoique…).

    « Rah non ! Ne me balance pas ! S’il te plaiiiit ! » La supplia-t-il avec plus de désespoir qu’il n’était nécessaire avant de rire. « En plus, je ne suis pas un pervers, je suis un ami des femmes, c’est très différent ma douce Lena. » C’est vrai quoi, ce n’était pas comme s’il associait à ses observations sur les filles des pensées malsaines. Il les gardait pour sa copine celles-ci, et encore, c’était gentillet. Tobias était un garçon qui prenait son temps pour grandir malgré les apparences.

    « Eh, douterais-tu de ma grande force ? J’suis plus costaud que j’en ai l’air. » Et il fit gonfler son biceps pour le prouver mais c’était plus pour la blague qu’autre chose car même s’il était musclé, il n’était pas non plus dans l’extrême ! « T’as un peu de temps devant toi ? Ou je te raccompagne quelque part ? » c’était l’occasion ou jamais de rattraper le temps perdu après tout.



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Mar 29 Sep - 18:38


    Une montagne de problèmes ? Ah oui quand même ! A ce stade, il était clair que l'on ne pouvait que parler d'une grosse dose de trop d'après Helena. Bon, après, elle ne savait pas en quoi consistait tous les problèmes du garçon bien sûr, elle ne se trouvait pas dans sa tête et ils ne passaient probablement pas assez de temps ensemble pour qu'il puisse le comprendre quoi. Il se mit ensuite à dire que Friedrich devrait probablement s'occuper un peu plus de sa sœur que lui ne le faisait. Ah oui ? Et pourquoi donc hein ? En quoi est-ce que c'était à lui de s'en occuper ? Bon, elle disait un peu n'importe quoi mais disons que c'était un peu compliqué d'une certaine manière. Ben oui, Friedrich et Fredericke n'avaient jamais montré un lien fraternel qui soit vraiment très puissant. Par exemple, ce n'était pas un lien aussi fort que celui qu'il y avait entre les jumeaux Smith. « Ben c'est pas forcément évident pour eux, il n'y a jamais eu de véritable lien forts entre eux je trouve non ? » En tout cas, ils ne semblaient pas se parler aussi bien qu'Helena et Hayden. Mais bon, c'était peut être parce qu'ils n'avaient pas le lien qui les unissait. Bah oui, ils n'étaient pas jumeaux quoi. Enfin bref, elle n'allait pas se prendre la tête sur ce sujet là, sinon, elle n'aurait probablement pas fini de sitôt, c'était ridicule. « Et puis franchement, elle préférait écouter son bagarreur de copain ! Même moi, je sais ça. » Et d'après elle, lui aussi il devait le savoir.

    Lorsqu'il se mit à la féliciter, la jeune fille ne put s'empêcher de rire. « Merci Toby ». Les filles le faisaient tourner chèvres ? Oh le pauvre petit garçon tiens. Quoi ? Elle le plaignait vraiment oui ! Parce que les filles, et elle le savait très bien pour en être une, étaient vraiment capable de prendre la tête aux autres et facilement en plus. C'était une manière pour elles de se faire remarquer peut être, allez savoir. « Oh tu sais, c'est tellement facile pour une fille de rendre chèvre un garçon ! C'est une des fonctions premières des filles je te ferais remarquer hein. Par contre, je tiens à dire que les garçons aussi sont capable de nous taper sur les nerfs ! Ca ne s'oublie pas ! ». Tobias avec des amis mecs, c'était quelque chose qui bizarrement, choquait un peu Helena. A force de le voir avec des filles, bah elle le voyait presque mal se faire des amis garçons. C'était stupide bien entendu. « Et puis, les filles, c'est tellement plus gentil ! Et puis, tu ne pourrais plus draguer après ! Ah bah oui, tu as Abby c'est vrai ! » Et d'ailleurs, ils formaient un bien joli couple tous les deux.

    « Et tu me donnes quoi pour que je ne te balance pas ? Parce que bon, faudrait me payer très cher ! ». Bien sûr qu'elle ne comptait pas le balancer, mais elle avait toujours eu la fâcheuse tendance à s'amuser avec ce genre de chose. Et puis elle voulait vraiment savoir ce que Tobias allait bien pouvoir répondre à ça tiens ! « Oh mais je sais bien que c'est très différent ! Crois-tu que je serais l'ami d'un pervers voyons ? »

    Il se mit d'un seul coup à frimer et cela provoqua le rire de la jeune Gryffondor. Bah quoi ? C'était toujours marrant lorsque les garçons se mettaient d'un seul coup à se vanter d'une telle manière, en tout cas, elle trouvait. Par contre, parfois les garçons le prenaient mal mais bon, elle s'en moquait tiens, c'était chacun comme il était et elle, bah elle était ainsi ! « Oh mais oui, tu es tellement musclé, que c'est quand même la porte qui a gagné ». Un grand sourire sur les lèvres, et bah voilà ! Et toc ! Bien était pris qui croyait prendre ! Il lui demanda alors si elle avait un peu de temps devant elle et elle se mit à sourire. Bien sûr qu'elle en avait ! Surtout si c'était pour qu'ils puissent passer un peu de temps ensemble, ce qui était quelque chose de plutôt rare et c'était également bien dommage à ses yeux ! « J'irais où tu iras ! Je n'ai strictement rien à faire en faite. »


    { 739 }


694 mots
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Ven 2 Oct - 11:43

    Tobias haussa les épaules. C’est vrai que Fredericke n’avait jamais montré un grand enthousiasme vis-à-vis de son frère aîné mais bon, quel que soit leurs problèmes, la famille, c’est la famille. Toby était peut-être un peu obtus sur ce point mais pour lui, le sang était le lien le plus fort, celui qu’on ne devait surtout jamais renier, le fondement de toute une vie. Il pensait donc que celui qui devait s’occuper de Fred (de sa maladie en premier lieu, les problèmes de cœur, encore…), c’était son grand frère. Et puis mince, un frère ça protége sa sœur. On peut vous dire que si Tobias avait eut une sœur, il l’aurait couvé au point de l’en étouffer ! Heureusement, il était fils unique, ça lui avait évité de casser son image de Don Juan pour la troquer contre celle de grand frère gâteau. « Bah ça vaudrait le coup d’essayer. On ne peut avoir de liens avec personne si on ne fait pas l’effort d’aller vers l’autre, tu ne crois pas ? » Et quand Helena fit référence à Vincent, il se crispa, ses mains agrippant la rambarde pour la serrer. Il fallait qu’il se calme. Ce n’était pas son genre d’être aussi énervé mais là, il ne savait pas pourquoi, il le vivait super mal. Peut-être à cause de son empathie avec Ophélia ? Il aimerait tellement que la demoiselle n’ait plus cet air soucieux quand elle voyait sa meilleure amie… Il ferait n’importe quoi pour l’aider… mais on refusait son aide ! Ça le mettait en boule tiens ! « Me parle pas de ce crétin ! S’il y a bien une personne que je déteste à Poudlard c’est lui ! Et je pense vraiment pas qu’il puisse faire quoi que ce soit tu vois… » Parce que c’était un peu lui le problème. Ok, Marie était jolie, Tobias devait l’admettre. Mais ce que le Serpentard savait aussi très bien c’est qu’on ne pouvait pas avoir deux filles à la fois sans penser avoir des problèmes après. Mais Vincent était un imbécile, il ne se rendait même pas compte qu’il était responsable de l’état de sa meilleure amie. Et en plus, il se permettait encore d’être jaloux… Y’avait quand même comme un gros problème dans l’énoncé…

    Prenant une profonde respiration pour rester zen. Il sourit à son amie et lui répondit pince sans rire « De rien. » et enchaîna « Oh oui, je sais bien pour les filles, mais j’approuve pour ce qui est des garçons. Sauf que ce n’est pas pareil. Une dispute viril ça se règle avec les poings et on en parle plus après. » On ne se parlait même plus du tout dans le cas de Vincent et Tobias. Et fallait dire que c’était quand même tout un art d’éviter toute conversation avec quelqu’un de sa classe, de son année et de son dortoir… avec qui on a des amies/connaissances au féminin, en commun. « J’t’en prie, je n’ai jamais dragué à proprement parler. J’ai plus de classe que ça chérie. » Il lui fit un clin d’œil et ajouta « Et puis, effectivement, je suis avec Abby. Tu vois, je ne suis pas un cas perdu pour la société ? » Mais Abby n’était pas la princesse de ses rêves… dommage hein ?

    « Hum… je pourrais te donner mon corps mais tu préfères les fragiles petits musiciens allemands alors faut voir. Tu me demanderais quoi ? » Eh, on jouait pas au plus malin avec lui, fallait pas croire ! Cela étant, c’est aussi ce qu’il aimait bien avec Helena, elle avait le sens de la répartie. Il ne releva pas pour la suite, il n’était pas un pervers, point. Il ne crachait pas sur une jolie vue mais ça s’arrêtait là. En plus, les filles étaient plus sensible à une certaine classe, se montrer grossier c’était de ne pas pouvoir les approcher.

    « Parce que tu étais derrière, si elle ne s’était pas ouverte, elle n’aurait pas gagné cette fichu porte. » Ou peut-être que si, mais on ne le saurait pas au final. Il était encore énervé mais plus au point de taper dans n’importe quoi. Le fait de discuter avec une amie y était pour beaucoup. « On a qu’à aller se poser là-bas, j’ai des canettes de jus de citrouille dans mon sac avec des gâteaux. » faits par Fredericke, elle les lui avait donné juste avant qu’ils se disputent. Enfin, c’était la part de Vincent normalement mais il avait qu’à pas jouer les hommes invisibles. Tobias était toujours content de récupérer sa part, Fred’ était très bonne cuisinière et lui, un grand gourmand !



{778}


755 mots



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Dim 4 Oct - 11:42


    Oui, ça vaudrait le coup d'essayer, c'était clair. Bon, après, les choses n'étaient malgré tout pas facile. Peut être que l'un comme l'autre, ils ne voulaient pas s'aider ou ce genre de chose. Mais là dessus, Helena en doutait énormément. Friedrich était un ange, vraiment. Il était doux, gentil, adorable alors pour ce qui était de sa sœur, à coup sûr il devrait être totalement en mesure de parler à sa sœur pour voir ce qu'elle pouvait bien avoir et pour par la suite tenter de l'aider. Après la question était peut être de savoir si il parviendrait à l'aider ou non. C'était une toute autre histoire, après tout, elle n'écoutait pas ses amis alors pourquoi est-ce qu'elle se mettrait d'un seul coup à écouter son frère ? « Oui c'est vrai. Et puis en pus, je pense vraiment que Friedrich est quelqu'un qui serait prêt à tout pour aider sa sœur. Je ne sais pas. Il faudrait voir ».

    Lorsque la jeune Gryffondor fit référence à Vincent, elle vit alors le garçon en face d'elle se crispait. En clair, il n'avait peut être pas été intelligent de sa part de se mettre à parler de Vincent en faite. Elle n'avait même pas vraiment fait exprès dans un certain sens, disons que la situation était tout simplement autre. Dans le sens où voilà, elle savait qu'il n'y avait pas grand monde qui aimait le jeune Serpentard mais quand même, de là à le détester à ce point, c'était quand même grave là non ? Enfin bon, au moment où la jeune blonde voulut alors se faire pardonner parce qu'elle n'avait pas voulu provoquer une telle réaction, elle ne put s'empêcher de se taire puisqu'il fut plus rapide qu'elle pour prendre la parole. « Désolée. Il est clair que ça se voit que tu le détestes, mais après tout, c'est son meilleur ami non ? M'enfin t'en sais un peu plus que moi je pense ». Bah oui, elle, des deux Maiden, elle ne connaissait que Friedrich hein, elle ne connaissait absolument rien de sa sœur. Non pas qu'elle s'en moque hein ! Mais il ne fallait pas se mettre à s'imaginer qu'elle s'intéressait plus à Fred quoi. Normal hein, qu'elle préfère s'intéresser à Friedrich, elle sortait avec ! Alors que bon, Fredericke n'était... Que sa sœur ! Mais non, elle ne se montrait pas méchante en disant ça, elle était tout simplement réaliste ! Et il fallait bien se douter de ce qu'elle pensait quoi.

    Oui, les batailles entre garçons et les fausses bagarres entre filles, disons que c'était bien loin d'être la même chose. Et même que Helena préférait se battre comme un garçon parce que les batailles de filles, elle avait toujours trouvé ça bien con. Bien débile et franchement voilà quoi. Et c'était tellement mieux que d'utiliser ses poings que ses ongles ou ce genre de futilités hein ! « Oh et je préfère une bagarre viril que celles des filles avec les ongles et le tirage de cheveux hein ! » Et puis, c'était sympa à voir aussi ! Oui bon, ça ne collait pas vraiment avec le physique de la jeune fille mais elle s'en moquait plutôt pas mal en faite. « Je n'ai jamais dit que tu n'avais pas de classe Toby ! Tu as, je le sais déjà ça hein ! » Ah ces garçons, il fallait toujours les flatter quand même, c'était tout de même assez étonnant ça non ? Pas un cas perdu de la société, tant mieux tiens ! C'était tout de même un peu impossible pour Tobias. Il était quelqu'un de gentil, touchant, d'adorable. En tout cas, elle n'avait jamais eu de problème avec ça hein.

    Et oui, elle préférait les fragiles petits musiciens allemands, ils avaient un petit truc de formidable.. Et puis non ! Il n'était ni fragile, ni petit ! Oui bon, peut être que dans un sens, il n'était pas très fort et bien souvent, ça avait été sur lui que les gens avaient cogné. Mais ça, c'était terminé après tout hein, donc bon. « Rho, il n'est pas si fragile que ça ! Et qui te dit que ton corps d'athlète ne m'intéresse pas hein ? », souriante, bien sûr qu'elle rigolait ! Elle ne voulait que de son Friedou chéri ! Rien d'autre. « Moi je suis sûre qu'elle aurait gagné tu vois ! Et toc ! ».

    Souriante, elle hocha la tête pour montrer son approbation à l'idée de Tobias et le suivit donc. « Passons un bon moment ! Ils sont bien trop rares d'après moi »


{ 766 }


730 LOVE # Tous Comptés
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Mar 6 Oct - 14:10

    Tobias haussa les épaules. Il confierait volontiers le bébé à Friedrich mais Helena avait un peu raison, le frangin n’y pouvait pas grand-chose. D’autant plus qu’il était un peu déshérité et renié par les parents de Fredericke donc bien incapable d’agir sur une partie du problème. Tobias ne comprendrait jamais les parents de Fred’ – ou même ceux de Vincent bien qu’il s’en fichât de ce crétin -. La famille pour Tobias c’était sacré et il donnerait volontiers n’importe quoi pour l’un de ses parents qui eux lui avait donné vie et amour de sa naissance jusqu’à maintenant et sûrement jusqu’à sa mort. L’enfant heureux qu’était Tobias n’arrivait même à envisager qu’il y ait des parents qui puissent passer leurs nerfs sur leur progéniture et pour ce qui était de ne pas les aimer, là c’était encore pire. On aimait forcément son enfant non ? C’était le fruit de son amour, de ses entrailles… il pouvait admettre qu’un enfant issu d’un viol par exemple puisse être l’objet d’une certaine frayeur ou d’une certaine répulsion mais dans ce cas, la mère le confie à des parents adoptifs plus apte à s’en occuper… Bref… la famille Maiden – et on vous parle même pas des Fayr – mériterait une bonne psychothérapie de groupe d’après notre bon Tobias.

    « Bah écoute, si lui ne peut rien faire, je crois que je peux aussi bien rendre les armes… mais si tu savais ce que ça m’agace ! Et pourtant, je suis d’un naturel calme. » Parce que bon, Toby partait avec un désavantage (même par rapport à Fried’) vu que Vincent ne l’aimait pas et que Fred’ se faisait une religion de haïr tout ce que son stupide meilleur ami détestait. Elle avait quand même un peu de mal à tenir sa ligne de conduite puisqu’il était très proche de pas mal de ses amies (surtout Ophélia) mais dans l’idée, elle l’évitait clairement. Et pourtant, lui, il faisait de son mieux pour l’aider. C’est grâce à son père à lui qu’elle avait pu trouver un médecin moldu qui connaissait sa maladie et avoir un traitement. Déjà qu’avec les cachets c’était pas brillant, alors sans… Tobias n’osait pas imaginer.

    « Tu sais quoi ? Je crois que c’est pour ça que je le déteste. Être aussi con est totalement incompatible avec avoir une meilleure amie aussi dévouée. Et puis merde quoi… il fait souffrir tout le monde. Fred’, à l’évidence, Ophélia par extension… Ce type est juste un salaud et tu loupes rien à ne pas le connaître. »

    Ça c’était fait, et c’était sûrement pas Friedirch qui dirait le contraire (qui à priori n’avait pas de raison d’adorer celui qui lui avait mis un pain dans la figure sans aucun motif avant de découvrir que « oups » c’était le frère de sa meilleure amie ! oui, ça fait long comme disgression ). « Tant qu’à faire, je préfère pas de bagarre du tout… Je suis un pacifiste moi. Mais parfois, on ne peut se comprendre qu’en se battant. Et peut-être que pour les filles c’est pareil, sauf que vous avez pas de force. » Dit-il en lançant un sourire moqueur à la petite Lena. Bah quoi ? On pouvait pas dire qu’elle faisait très forte vu d’ici hein… Puis bon, c’était lui le plus fort (woh, son narcissisme s’arrange pas !). Portant la main à son cœur, il s’exclama non sans ironie. « Merci ! ça me touche ce que tu me dis là ! » Avant d’éclater de rire. Mais Tobias avait beau en rire, il pensait vraiment avoir la classe et un certain charisme. Pour ses treize ans (bah ouai, faut tout relativiser), il se trouvait aussi assez sexy. Enfin, tout au moins, il avait un certain charme. Ce n’était pas lui qui aurait du mal à tomber les filles même si celle qu’il voulait ne voulait pas de lui…

    « Si tu aimais les sportifs, ça se saurait ma douce Lena. Mais t’inquiète pas, comme amie tu me vas parfaitement. » Il lui fit un clin d’œil et pendant qu’il guidait son amie pour qu’ils s’assoient et continuent à discuter, il ajouta « On verra peut-être ça une autre fois, mais je ne suis plus si énervé maintenant. Pas assez pour me battre contre une porte en tout cas. » Contre Vincent par contre… Mais bon, il perdait en général et du coup, il abîmait son joli minois pour rien. Cela n’en valait pas la peine.

    « C’est vrai, encore que je trouve que cette année ça va mieux que l’an dernier tu ne penses pas ? » Il lui donna un gâteau et une canette de jus de fruit, ouvrant la sienne au passage. « J’ai quand même eut pas mal de problème avec les Carrow… et pourtant, j’étais protégé. J’suis bien content que ce soit derrière moi tout ça. » Comme tout le monde en même temps…



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   Sam 17 Oct - 15:04


    La famille. Aux yeux de Helena, ça avait toujours été quelque chose de sacré, d'important. Comment ne pas y penser à ça dans un sens, c'était bien eux, les personnes que l'on voyait en premier en général. Mais le hic, c'était que pour elle, ce n'était pas eux, qu'elle avait vu en premier. Comme tous les jumeaux, elle avait eu, tout simplement, la chance de vivre avec Hayden, dans le ventre de sa mère durant 8 mois et quelques jours. Donc ça avait tout de suite créé des liens. Mais n'oublions pas que si Hayden et Helena étaient là aujourd'hui, c'était grâce à leurs parents. Aimant, toujours là pour eux, les parents Smith avaient toujours été les premiers présents pour les consoler, pour les prendre dans leurs bras ou ce genre de chose. En tout cas, une chose était sûre, la jeune blonde ne pourrait, avec des parents comme eux, jamais comprendre les familles qui n'étaient pas derrières leurs enfants, ces mêmes familles qui détestaient leurs progénitures et qui faisaient tout pour qu'ils se débrouillent seuls même à un âge qui ne le permet pas. En tout cas, Helena était sûr d'une chose, elle ne serait jamais capable de ce genre de chose, elle ne pourrait jamais agir de cette manière et alors, elle préférerait sans doute ne pas avoir d'enfant, plutôt que de mal le juger de la sorte, de mal s'en occuper. Enfin voilà, elle n'allait pas continuer sur cette lancée, cela ne servait absolument à rien.

    D'un naturel calme, oui c'était vrai, en tout cas, la jeune Gryffondor ne l'avait jamais vu en colère. Ou bien c'était parce qu'il ne l'avait jamais été avec elle quoi. Ben quoi ? C'était vrai après tout, mais dans un sens, elle n'avait jamais réellement croisé quelqu'un qui s'était montré méchant avec elle. Déjà, parce qu'elle-même n'était pas comme ça, du moins, elle n'aimait pas se montrer méchante avec les autres, ou alors pas sans que l'autre personne ne l'ait réellement chercher, ce qui était tout de même plutôt bien difficile quoi. Non mais eh, n'oublions quand même pas que Helena, quand on la cherchait un peu trop, elle pouvait sortir les griffes. Mais en temps normal, on ne la cherchait pas trop, puisqu'elle était un véritable ange, vous pouvez demander aux personnes qui vous entoure d'ailleurs, les chances pour que l'une de ces personnes viennent à vous dire qu'elle avait sale caractère et qu'on ne l'aimait pas étaient réellement minimes ! « Oui c'est vrai que tu es très calme. Sauf quand on parle de Fayr ! », elle lui tira la langue mais il y avait tout de même un petit sourire sur ses lèvres pour lui montrer qu'elle plaisantait et qu'il ne fallait pas faire attention à sa dernière phrase. Vincent Fayr était un garçon particulier, il ne fallait pas faire attention à lui, c'était ça la clé. Une fois qu'on l'ignorait, il en faisait de même. Le pire, c'était qu'une fois, il avait salué Helena. A croire qu'il aimait qu'on le laisse tranquille sans le chercher. En soi, ce garçon était vraiment trop compliqué ! « Je pense qu'il est surtout incompris. Il a l'air d'avoir des problèmes, je ne dis pas que je prends sa défense hein ! Mais s'il est méchant, peut être que c'est pour s'empêcher de souffrir nah ? ». Helena Smith ou la fille qui voyait le bien partout. Elle pouvait même très bien paraître cruche sans s'en rendre compte parfois. Mais elle voyait la vie en rose parce qu'elle était amoureuse. Pauvre petite ? Essayer donc de lui dire qu'elle est petite !

    Les filles n'avaient pas de force. Bien sûr que la jeune fille aurait aimé dire un truc, bien sûr qu'elle aurait aimé tenter de se défendre et de lui montrer que bien sûr qu'elle avait de la force, mais le hic, c'était qu'elle savait parfaitement qu'elle n'en avait pas, pas besoin de chercher bien loin, ses bras étaient tout fin, elle était plus que fine et en plus, toute petite. Si elle tentait de lui taper dessus, elle avait une chance sur... Une, de se faire mal. Alors vous imaginez ?! « Gnagnagna ! Genre c'est ma faute si on m'a pas faite avec de la force hein ? Mais t'inquiètes pas, prends par exemple Billie ! Elle pourrait te faire super mal si elle voulait ! » Oui, bon, comment ça, elle valorisait Billie ? En même temps, ça se voyait qu'elle était plus forte qu'elle ! Mais voilà, le problème, c'était qu'à coup sûr, elle n'aurait pas la moindre volonté de se battre. Allez savoir. Elle n'était pas au meilleur de sa forme donc bon.

    Oui, il était vrai qu'il y avait bien plus de chance de passer des bons moments cette année que l'an passé. Avant, il y avait toujours la peur de se faire coincer, d'être torturé ou même tué par le mage noir alors que aujourd'hui, tout allait pour le mieux, c'était parfait. Enfin, peut être pas parfait mais en tout cas, ça s'en approchait. C'était un véritable plaisir en soi quoi. Elle aimait ne plus devoir craindre le lendemain comme avant, elle aimait se savoir en sécurité, ça c'était clair. « Oui, moi aussi je suis bien contente que l'on n'est plus autant de problème avec tout ça, on peut enfin dire qu'on est tranquille à Poudlard, moi qui pensait que ça ne serait jamais possible. Tant mieux je dirais ».

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh les filles, oh les filles... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh les filles, oh les filles... [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Oh les filles, oh les filles... [PV]
» Le dortoir des filles de première année
» Les relations père/fille
» les filles et le hobby...
» Des actions pour le maintien des filles à l'école

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 8-
Sauter vers: