AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le deal à ne pas rater :
Amazon Music Unlimited offert pendant 3 mois
Voir le deal

Partagez
 

 PV • You're the medicine and the pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Candys Montgomery
Candys Montgomery
Préfète en chef Serpy

Parchemins : 930
Âge : 17 ans [05.1998]
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 3


PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain EmptyJeu 16 Jan - 10:02

Derys.
We go together, better than birds of a feather, you and me. We change the weather, I'm feeling heat in December when you're 'round me. I'm a sucker for you. You say the word and I'll go anywhere blindly. Any road you take, you know that you'll find me. I'm a sucker for all the subliminal things no one knows about you and you're making the typical me break my typical rules. It's true, I'm a sucker for you.

mai 2015.
Candys avait eu dix-sept ans, ça y est. Son permis de transplanage était prévu d’ici à quelques semaines, et après encore une année à Poudlard, elle entrerait dans la vie active. Elle ne savait toujours pas ce qu’elle ferait plus tard. Sa mère tentait, tant bien que mal, de la faire aller vers le mannequinat, mais Candys se trouvait trop petite pour ce genre de métier. Si ses parents étaient grands et que son frère connaissait une poussée de croissance spectaculaire, elle restait elle-même. Atteignant difficilement le mètre soixante-cinq et fine comme une brindille. Cela ne l’empêchait pas d’avoir confiance en elle, la plupart du temps. Mais depuis le début de l’année, elle avait la peur au ventre. Celle de perdre Derek à la fin de l’année, et qu’il n’aille voir ailleurs, la laissant comme une vieille chaussette à Poudlard. Elle en avait parlé il y a peu à Tempérance et discuter avec l’une de ses meilleures amies avait presque été salvateur. Elle devait en parler à Derek, Tempérance le lui avait dit et répété, et même si elle avait du mal à se dire qu’ils devaient en effet avoir cette conversation, Candys avait fini par prendre son courage à deux mains, ou presque. Qu’on soit bien d’accord, Candys était folle amoureuse de Derek. Elle ne lui avait peut-être jamais dit « Je t’aime », cela n’enlevait absolument rien à ce qu’elle ressentait pour le jeune homme. Pour sa défense, Derek ne le lui avait jamais dit non plus.

En ce samedi après-midi, la vipère s’était décidée. Connaissant l’emploi du temps de son cher et tendre, elle savait qu’il était, à presque 99% de chance, dans leur salle commune et en prit la direction, à la fin de sa ronde avec Bartley. Elle avait pensé lui parler de ce qu’elle ressentait, pour avoir un avis masculin sur la question, mais s’était ravisée au dernier moment. Ce n’était sûrement pas la meilleure idée du monde. Une fois la porte passée, Candys aperçu Derek, confortablement installé dans la Salle Commune de Serpentard, et, comme elle le pensait, en compagnie de son jumeau, d’Alfie, d’Harvey et de Leopold. Candys retint une grimace, mais elle n’avait pas, ou plutôt plus le choix. Elle avait besoin de parler à Derek, parce que toute cette situation lui vrillait la tête. Elle s’avança vers le groupe et posa une main sur l’épaule de son petit ami, un sourire aux lèvres, saluant la petite troupe. Elle approcha ses lèvres de l’oreille de Derek, préférant être discrète plutôt que d’ameuter les curieux qu’étaient ses compères. Noé s’en ficherait probablement –il se douterait que Candys finirait par lui parler de ce qu’elle avait voulu demander à Derek- mais les trois autres… De vrais rapaces. « Est-ce qu’on peut parler, s’il te plait ? » murmura-t-elle doucement, entremêlant ses doigts à ceux de Derek, espérant qu’il la suive sans trop sourciller. Heureusement, son petit-ami ne semblait pas spécialement requis par ses amis pour l’instant et il se leva, visiblement surpris par la demande de Candys. « On peut aller autre part ? J’aimerais qu’on soit juste toi et moi. »

Elle savait que toute cette histoire devait avoir une drôle d’allure aux yeux de Derek. Elle espérait seulement qu’il ne pensait pas qu’elle voulait le quitter, car c’était vraiment la dernière chose dont elle avait envie. Bien au contraire. Quittant la Salle Commune, Candys emmena Derek dans la salle sur Demande. Ils y seraient au calme, et personne ne risquerait de venir les déranger. Cette dernière s’ouvrit sur le couple, et révéla un intérieur cosy, avec un feu de cheminée et des canapés confortables. Candys espérait que cela réchaufferait un temps soit peu l’atmosphère, puisque le trajet avait été relativement silencieux. Elle se doutait que Derek voulait sûrement lui poser cent milles questions, mais il s’était retenu, du moins, jusqu’à présent. S’asseyant sur un des canapés, elle tapota la place à côté d’elle. « Je pense que c’est mieux ici, que dans la Salle Commune… On est plus à l’abris des oreilles indiscrètes… » Elle esquissa un sourire, son regard émeraude fixant l’américain. Elle l’aimait, par Merlin, comme elle pouvait l’aimer ! Mais au fond d’elle, ses doutes et ses peurs étaient bien trop forts pour qu’elle puisse faire comme si de rien n’était.

acidbrain


• 713 •


scones & s'mores.
Revenir en haut Aller en bas
http://themorningrose.tumblr.com/

Derek Bradford
Derek Bradford
Indépendant

Parchemins : 286
Âge : 17 ans
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: Re: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain EmptyLun 20 Jan - 22:52

Les ASPICs approchaient et Derek n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire après l'école. Comment un adolescent de dix-sept ans, aussi majeur qu'il soit dans le monde magique, pouvait déjà être certain de son choix professionnel ? C'était bien trop de pression pour un si jeune homme. Néanmoins, il y avait des domaines qui l'intéressait déjà : il avait songé à lutter contre le mal en intégrant les rangs des Aurors mais il comptait quand même éviter de travailler pour le Ministère, quelle que soit la manière. Un seul pas de travers et il chopait un aller-simple pour la prison d'Azkaban étant donné qu'il avait eu la bonne idée de ne pas déclarer son animagie au registre officiel. Faire ça ferait échouer tout son plan élaboré depuis bientôt un an. Il avait une botte secrète contre Magicis Sacra et il comptait bien l'utiliser à l'avenir. Peu importe la voie qu'il prendrait l'année suivante, il n'allait pas se laisser faire face à la Menace ; elle lui avait trop pourri la vie et Derek était plutôt du genre rancunier.

Étant relativement doué au quidditch, le capitaine avait aussi songé à tenter sa chance au niveau professionnel. Il n'avait rien à perdre, en soi. En tout cas, à ce moment-là de sa vie, il ne voyait que cette option-là pour le maintenir loin des barreaux d'une cellule. Rien n'était gratuit dans la vie d'un sorcier et il y avait forcément des conséquences à payer quand on maîtrisait une forme de magie rare. Quoi qu'il en soit, le jeune homme essayait d'éviter de penser trop à son avenir. Il lui restait tout de même un peu moins de deux mois à Poudlard et il comptait bien en profiter jusqu'au bout, notamment avec sa copine ou ses amis. En parlant de ces derniers, il était actuellement en leur compagnie dans la Salle Commune, du moins, ceux de ses amis qui étaient à Serpentard c'est-à-dire ses seuls amis. D'un an leur aîné, Derek s'entendait plutôt bien avec la bande des Dom Juan de Poudlard, bien qu'il soit clairement plus sage qu'eux. En revanche, jamais il n'irait les réprimander sur leur comportement car ça le faisait marrer. Léopold, Alfie et Harvey arrivaient toujours à partager des débats animés sur "qui était la plus belle conquête ?" de l'un ou de l'autre et en général, Noé et lui les écoutaient en rigolant de leur manque de modestie. Le frère de Candys faisait aussi partie des plus calmes du groupe même si, aux dernières nouvelles, il semblait moins distant des filles qu'auparavant. Derek l'avait d'ailleurs taquiné sur le fait qu'il ait été assis juste à côté de la soeur cadette de Léopold lors du cours spécial sur les sortilèges de projection.

Une douce chaleur suivie d'un léger frisson parcoururent le corps de l'Américain, tandis que sa copine posait sa main sur son épaule et approchait sa bouche de son oreille. La requête tombait à pic car Léopold et Harvey étaient en train de débattre si oui ou non, sortir avec la sœur d'un pote était autorisé ou non. Alfie semblait clairement contre l'idée et évitait le débat, préférant reluquer les jolies vipères qui faisaient des va-et-vient dans la Salle Commune. Aussi le blondinet remarqua-t-il quand Derek répondit « Oui, bien sûr. » et qu'il se mit à suivre sa copine vers la sortie. Le blondinet ne put donc s'empêcher de crier « Eh, pas de bêtises hein, les amoureux ! » Alfie, ou la classe incarnée. En ce point, il rejoignait beaucoup son capitaine, qui avait évidemment rigolé à sa remarque. Candys semblait un peu stressée, ce qui inquiéta le septième année. Il fit quand même l'effort d'attendre qu'ils arrivent à destination avant de faire tout commentaire à ce sujet.

À sa grande surprise, la préfète-en-chef l'emmena à la Salle sur demande. Une fois le couple à l'intérieur, Derek s'assit sur le canapé et montra son appréhension. « Tiens c'est sympa cette salle, je connaissais pas Qu'est-ce qui se passe ? Tout va bien ? » demanda-t-il. Candys ne lui avait pas fait part de quoi que ce soit qui la troublait, récemment. Aux yeux du Serpentard, tout allait comme sur des roulettes entre les deux étudiants. Forcément, il se prit à imaginer les pires - ou les meilleurs - scénarios. Soit elle voulait le quitter, soit elle voulait pousser leur relation encore plus loin. Un garçon pouvait bien rêver, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Candys Montgomery
Candys Montgomery
Préfète en chef Serpy

Parchemins : 930
Âge : 17 ans [05.1998]
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 3


PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: Re: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain EmptyJeu 26 Mar - 11:48

A la remarque d’Alfie, Candys leva les yeux au ciel. Bien évidement, il avait fallu qu’un de ces idiots fasse une remarque que la préfète-en-chef trouvait plus que déplacée. Ils n’avaient vraiment que cela en tête, pas vrai ? Elle était toutefois soulagée de savoir que son frère n’était pas comme cela -ou du moins l’espérait-elle !- et de voir que Derek ne surenchérissait pas. Connaissant le phénomène, il en aurait été largement capable.

Candys n’était pas à l’aise, et cela se voyait, se sentait. Ce n’était pas Derek qui la gênait, loin de là, elle avait appris à connaître l’américain et se sentait étrangement bien avec lui. Malgré tout, elle ne lui avait jamais dit ce qu’elle ressentait. Pour sa défense, Derek n’avait, lui non plus, jamais dit à Candys ce qu’il ressentait. Donc peut-être, au fond, qu’elle était la seule à avoir de vrais sentiments, et qu’il restait avec elle juste par dépit, qu’en savait-elle ? Être aussi pessimiste n’était pas vraiment son genre, elle laissait plutôt cela à son frère, surtout vu les derniers évènements. Mais sur ce canapé, peut-être, qu’enfin, ils pourraient mettre les points sur les i et voir si un futur était possible pour eux, ou si leur histoire allait devoir s’arrêter là. « Oui ça va. Je voulais juste qu’on discute, au calme, sans les garçons. » Parce qu’en tant que Capitaine, Derek était rarement seul. Surtout qu’avec le temps, sa bande de copains s’était étoffée. Noé d’abord, puis Leopold et Alfie. Ils formaient tous les quatre un quatuor relativement complémentaire, étant presque tous sur la même longueur d’onde. Elle repensa d’ailleurs à ce que son frère lui avait dit, aux vacances de Noël, à sa discussion avec Tempérance. Elle ne pouvait pas garder cela pour elle plus longtemps, il était largement préférable qu’elle dise tout ce qu’elle avait sur le coeur à l’américain, advienne que pourra. Elle se redressa un peu, se rapprochant au passage de Derek et pris une grande inspiration.

« Je t’aime. » Elle fixa le brun de ses yeux émeraudes, puis reprit. « Je t’aime, et je ne sais pas quoi penser. J’ai peur parce que tu vas partir à la fin de l’année et que je ne sais pas ce qu’on va devenir. J’ai peur que tu ailles voir ailleurs, parce qu’une fille dehors t’apportera plus que moi et… Et je ne sais pas ce que toi tu ressens. » Elle avait tout enchaîné, ne laissant pas le temps à Derek de répondre. Mais maintenant qu’elle avait finit, qu’elle avait enfin avoué qu’elle l’aimait mais également qu’elle avait peur de le perdre, elle se demandait ce qui allait se passer. Allait-il éclater de rire et la laisser en plan, comme une vieille chaussette ? Prendre ses jambes à son cou, et ne plus jamais revenir ? Ou se pouvait-il que lui aussi l’aime vraiment et que peut-être, seulement peut-être, il avait peur de la perdre tout autant qu’elle? Elle avait bien le droit d’espérer non ? Après tout, elle avait tout de même ouvert son coeur, ce n’était pas rien… Mais en même temps, on parlait de Derek Bradford, pas forcément connu pour être le mec le plus romantique de la terre non plus…

acidbrain


• 535 •


scones & s'mores.
Revenir en haut Aller en bas
http://themorningrose.tumblr.com/

Derek Bradford
Derek Bradford
Indépendant

Parchemins : 286
Âge : 17 ans
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: Re: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain EmptyDim 29 Mar - 17:18

Derek était habitué aux remarques de ses amis de Serpentard. Ca faisait partie d'eux, surtout d'Alfie, qui cherchait toujours le mot pour rire, bien que son humour reste discutable aux yeux des autres élèves du château. Par expérience, l'Américain savait que le sens de l'humour de sa copine n'était pas aussi ouvert que le sien. Il ne fut donc pas étonné de sa réaction à la suite de la remarque du blondinet. Boys will be boys

Les deux étudiants se mirent ensuite à l'aise dans la Salle sur Demande et Derek ne put s'empêcher de demander ce qui tracassait Candys, car il n'était pas dupe, il voyait bien qu'elle était tracassée. Il préférait ne pas s'imaginer le pire et décida de l'écouter. Elle avait voulu être à l'abri des regards, ce qui était compréhensible. « Ok, je t'écoute. » déclara-t-il, curieux de connaître la suite des événements. Il espérait que rien de grave ne ressortirait de cette conversation. Malgré un début catastrophique, les deux Serpentard avaient fini ensemble, à la grande surprise de la moitié de l'école. Il faut dire qu'à l'époque, le capitaine n'était pas le seul prétendant à être tombé sous le charme de la jolie préfète-en-chef. À côté des Serdaigle insipides, elle avait fait le bon choix, que voulez-vous ?

Candys s'approcha de son petit ami et déballa ce qu'elle avait sur le cœur. Derek s'était imaginé ce scénario plusieurs fois, aussi sut-il comment il devait réagir en cet instant. Lui-même n'était pas un professionnel en amour, il était donc content que la jeune fille fasse le premier pas et lui avoue ses sentiments. Malgré la longueur considérable de leur relation, ils avaient toujours gardé ça pour eux, sûrement trop fiers ou trop timides pour l'avouer. Les lèvres du vert et argent s'étirèrent en un sourire sincère en entendant ces paroles. S'il n'avait pas autant voulu garder cette image de bonhomme en toutes circonstances, il aurait même pu verser une petite larme, qui sait ? Cependant, pas question de céder face à ses émotions. Il pouvait gérer tout ça. Une fois que la préfète eut fini de lui faire part de ses craintes, le garçon attrapa les mains de sa copine et vint poser ses lèvres sur les siennes. Un baiser on ne peut plus sincère, un baiser qu'il voulait transmetteur de message. Candys n'avait pas à s'en faire : il n'y avait qu'avec elle qu'il se sentait aussi bien, aussi ne comptait-il pas la lâcher de sitôt.

Il éloigna finalement son visage de celui de sa dulcinée et continua à lui sourire. Il prit une grande inspiration et entreprit d'admettre ses sentiments. « Moi aussi, je t'aime. » affirma-t-il, sentant qu'il se débarrassait d'un sacré poids. Il regarda sa belle petite amie dans les yeux avant de lui dire : « Arrête de dire n'importe quoi. On a très bien tenu l'été dernier alors ça ira très bien l'année qui vient. Et dis-moi un peu ce qu'une autre fille aurait de plus que toi parce que moi je vois pas du tout ! » Il n'était pas certain que c'était la tournure de phrase la plus romantique mais il travaillait encore sur ce point-là. Il fallait pas trop lui en demander non plus. Il espérait que le message était passé. Que c'est compliqué l'amour !

[588]
Revenir en haut Aller en bas

Candys Montgomery
Candys Montgomery
Préfète en chef Serpy

Parchemins : 930
Âge : 17 ans [05.1998]
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 3


PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: Re: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain EmptyDim 29 Mar - 23:49

Après avoir balancé à Derek tout ce qu’elle avait sur le coeur, ses peurs, ses doutes et ses sentiments, la jeune fille se sentait beaucoup plus légère. Elle avait pris son courage à deux mains, et maintenant, c’était à Derek de choisir ce qui allait se passer. Est-ce qu’il allait la lâcher pour la première venue qui lui offrirait son lit ? Est-ce qu’il serait prêt à lui donner lui aussi son coeur ? Elle devait l’avouer, elle avait peur. Alors certes, cela faisait déjà plus d’un an et demi que les deux jeunes Serpentards étaient en couple, mais Candys n’avait pu s’empêcher de ne rien dire à Derek. Pourquoi ? Elle ne savait pas. Noé lui avait dit qu’elle devait prendre son courage à deux mains à Noël, et voilà qu’elle le lui disait seulement cinq mois plus tard. Comme quoi, elle avait un sacré travail à faire sur elle-même. Pas sur ses sentiments, car après sa discussion avec son frère, elle avait bien compris qu’elle était réellement amoureuse de Derek. De tout son coeur, de toute son âme et de tout son frêle petit corps. Alors lui avoir dit tout ça la rendait enfin un peu plus sereine. Elle se sentait enfin en paix avec elle-même, et tant pis si Derek l’envoyait balader, au moins elle savait qu’elle avait fait ce qu’il fallait pour son propre bien-être.

Elle s’attendait donc à tout. Elle s’attendait à ce qu’il éclate de rire, à ce qu’il s’excuse et s’en aille, à ce qu’il lui dise qu’elle était idiote et que ce n’était qu’une amourette d’école. Mais Derek, une fois encore, réussit à la surprendre. Quand elle vit son sourire étirer ses lèvres, elle n’avait pas trop su quoi en penser. Mais quand il l’embrassa, elle était prête à s’abandonner à ses bras. Un simple baiser, qui n’avait rien à voir avec les deux premiers qu’ils avaient échangés. Et, même s’ils étaient ensemble depuis un an, ce baiser là, avait une saveur différente. Candys se sentit sourire pendant qu’elle prolongeait le baiser. Quand les lèvres de Derek avaient touché les siennes, toutes ses peurs s’étaient envolées pour de bon. Il n’avait pas eu besoin de parler pour qu’elle soit sûre de ce qu’il ressentait.

Quand il s’éloigna d’elle, et qu’il lui avoua que lui aussi, l’aimait, Candys sentit son coeur manquer un battement. Un sentiment de bonheur s’empara d’elle et elle fut à deux doigts de se jeter à son cou, sauf qu’elle aurait donc fini allongée sur lui et qu’elle n’était pas spécialement certaine de ce que cela produirait comme effet. Par contre, pour le reste, Derek n’était -comme elle s’y attendait- pas du tout sur la même longueur d’ondes qu’elle. Là où elle paniquait, il trouvait que tout allait très bien. « Ce n’est pas n’importe quoi ! L’été dernier, j’ai passé deux semaines chez toi et tu es venu deux semaines au Manoir… Là, il va y avoir un an !! » Et même si elle savait qu’ils pourraient se voir de temps en temps, à Pré-au-Lard ou pendant les vacances de Noël, ça n’empêchait rien. « Je ne sais pas moi, elle pourrait te donner son... son corps… » Chose que Candys n’avait pas encore fait. Elle y avait pensé et avait bien sûr réfléchi à la question depuis que sa mère lui avait parlé du sujet. Et la discussion qu’elle avait eu avec Tempérance l’avait également aidé à se sentir moins étrange. Ils étaient jeunes, ils avaient les hormones en ébullition, c’était normal d’y penser. Mais elle n’avait pas envie d’imaginer Derek dans le lit d’une autre fille quand elle serait coincée à Poudlard !

acidbrain


• 605 •


scones & s'mores.
Revenir en haut Aller en bas
http://themorningrose.tumblr.com/

Derek Bradford
Derek Bradford
Indépendant

Parchemins : 286
Âge : 17 ans
Actuellement : Indépendant


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: Re: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain EmptyHier à 15:10

Derek n'était pas du genre à penser tant que ça à son avenir. Évidemment, il avait envisagé des possibilités de carrières car sa dernière année à Poudlard touchait à sa fin mais pour lui, après avoir passé autant de temps avec Candys, il ne se voyait pas l'abandonner comme une vieille chaussette. Il se sentait bien en sa présence et il savait qu'il pourrait faire durer cette relation. Il avait déjà songé à rester au Royaume-Uni, le temps de la septième année de sa copine, histoire de ne pas être à des milliers de kilomètres d'elle. Et puis, avec les sorties à Pré-au-Lard régulières et les vacances, il y aurait moyen d'entretenir leur couple. Du moins, c'était le point de vue de l'Américain. La préfète-en-chef semblait bien plus inquiète à ce sujet.

Derek fit donc de son mieux pour rassurer sa petite amie. « Quatre très belles semaines, si tu veux mon avis ! » déclara-t-il, d'un air détendu. Ces deux visites avaient constitué une étape plutôt sérieuse dans leur relation. Depuis que les deux Serpentard étaient ensemble, la jeune fille avait toujours été là pour lui, en particulier quand le capitaine avait perdu son deuxième match face à Serdaigle, plaçant définitivement les vert et argent hors-course. Il n'y avait qu'elle (et Julian) pour réussir à le calmer quand il jouait à fond son rôle de mauvais perdant. Il ne se voyait pas aux côtés de quelqu'un d'autre. « C'est que dix mois, ça passera vite ! » lui assura-t-il, essayant de voir la vie du bon côté. Comme quoi, ce n'était pas toujours quelqu'un de pessimiste. Que voulez-vous, Candys réveillait chez lui ses meilleurs facettes. Quand elle lui exposa ses craintes, Derek continua de la fixer, ses doigts toujours entrelacés dans ceux de la jolie brune. N'étant toujours pas un grand romantique, il répondit du tac-au-tac : « Je m'en fous du corps des autres filles. C'est le tien que je veux. » L'Américain restait un adolescent avec les hormones en ébullition, seulement, il ne voulait pas faire fuir sa copine. Il regretta alors instantanément la tournure de sa phrase. « Enfin, tu m'as compris… » corrigea-t-il, bien qu'il eut été étonnant que Candys ait interprété correctement ses propos. Mais bon, maintenant qu'il avait mis les pieds dans le plat, autant aller au bout de la discussion. Il prit alors une grande inspiration et tenta à nouveau d'apaiser la préfète. « Écoute, tu es la seule qui occupe mes pensées. Et, forcément que je pense aux… relations intimes mais je veux attendre qu'on soit prêt tous les deux. » avoua-t-il, car c'était toujours plus facile à dire qu'à faire. Cette fois, c'était lui qui priait pour que son interlocutrice ne prenne pas ses jambes à son cou.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





PV • You're the medicine and the pain Empty
MessageSujet: Re: PV • You're the medicine and the pain   PV • You're the medicine and the pain Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PV • You're the medicine and the pain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Pour aller plus loin :: Le retourneur de temps-
Sauter vers: