AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez
 

 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Noé Montgomery
Noé Montgomery
Serpentard

Parchemins : 1526
Âge : 17 ans (mai 1998)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 13


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptySam 18 Avr - 15:43

Noé & Joséphine


Ce jour-là, Noé s’ennuyait ferme. Il avait déjà accompli sa marche matinale, son jogging et ses exercices de sport. Il avait cuit un gâteau au yaourt -et en avait déjà goûté deux parts (verdict : presque aussi bon que celui de sa mère)- avait commencé un livre et rédigé son devoir de vacances du jour. Il avait profité des premiers rayons de soleil de cette belle journée de juillet. Il ne savait plus quoi faire. Son père avait commencé la relecture de son dernier roman -ce qui signifiait qu’on ne pourrait pas le déranger avant une bonne semaine sous peine de mort immédiate, Opaline travaillait, sa mère travaillait, Chiara bossait déjà le programme de deuxième année de Potions et Candys cette lâcheuse était encore aux Etats-Unis chez la mère de Derek. Léo était en Jordanie, Alfie jouait au foot avec ses potes et même Harvey avait réussi à dénicher une fille qui arrivait à le supporter. Noé en avait marre de tourner en rond dans la grande demeure des Montgomery et se dit qu’il était bien dommage d’avoir réussi brillamment son permis de transplanage sans utiliser l’avantage d’être majeur pour pratiquer la magie quand il en avait envie. Aussi, il se décida à faire une petite surprise à sa mère à la pâtisserie Warldof de Londres. Noé aimait bien Traverse aussi, mais tout seul, ça avait moins de charme.

Noé atterrit dans une ruelle étroite, tout près du côté de la boutique qui n’était accessible qu’aux sorciers. Septième année arrivant oblige, il pensait beaucoup à son avenir. Noé avait toujours été quelqu’un de très réfléchi. Son besoin de tout contrôler était perceptible à l’apparence impassible qu’il s’efforçait de garder en toutes circonstances ainsi que dans le sérieux qu’il affectait pour ses devoirs. Si sa trajectoire ne lui apparaissait pas toute tracée, il savait où il atterrirait après Poudlard et à côté du chaos qui avait envahi sa vie sentimentale -à son grand damne d’ailleurs- cette donne le rassurait immanquablement. Mais il se posait beaucoup d’autres questions. Notamment le lieu où il vivrait. Peut-être que Candys habiterait avec Derek et si la séparation inévitable avec sa jumelle lui serrait un petit peu le cœur, elle s’insérait dans l’ordre logique des choses. Si les jumeaux étaient proches, complémentaires, ils n’entretenaient pourtant pas une relation fusionnelle. Ils appartenaient à deux cercles d’amis bien différents. Et même si Noé savait qu’il pourrait compter sur Candys toute sa vie, vivre uniquement tous les deux pendant des années n’avait jamais figuré parmi ses projets et puis pas sûr que Derek apprécie beaucoup que Noé dorme avec Candys un jour sur deux. Noé, lui, ne savait pas s’il resterait au manoir. Il aurait du mal à quitter le cocon familial, c’est certain, et les plats de sa mère lui manqueraient grandement oui il ne pense qu’avec son estomac mais il savait, surtout après sept ans d’internat, qu’il avait besoin d’une certaine indépendance. Il avait pensé à une colocation, avec Léo et Alfie évidemment encore plus de jeux d’alcool en perspective mais rien n’était encore acté. Et en même temps, rien ne pressait. Il restait encore de nombreux mois avant sa sortie de l’école.

Noé pénétra dans la boutique, saluant les clients présents et le personnel avec sourire. Évidemment, sa mère le gratifia d’un "mon lapin ! quelle surprise !" qui lui fit grincer des dents mais Noé avait abandonné toute velléité rebelle face à cette habitude d'employer son surnom d’enfant. Sa mère continuerait de l’appeler ainsi même lorsqu’il serait un adulte acariâtre du Ministère qui embêterait les sorciers pour une virgule de trop glissée dans leur dossier "Madame Tempérance Biel, c’est la troisième fois que vous remplissez ce document administratif et chaque fois il y a un problème ! La première fois des informations manquaient, la deuxième fois, vous aviez raturé partout et cette fois ci vous avez carrément renversé du café dessus ! Non, vraiment, il nous est tout à fait impossible de vous donner l’agrément nécessaire pour devenir concierge de Poudlard. Mettez-vous à notre place, on ferait prendre un risque trop grand aux élèves." « Salut M’man. Je suis venu te rendre une petite visite. Et me remplir le ventre, lui dit-il avec un sourire aux lèvres, comme si cela n’allait pas de soi. Tu as quoi à me proposer ? » La pâtisserie du jour était une religieuse au Fondant du Chaudron épicé. Noé en commanda une avec un thé glacé. Le transplage lui avait creusé l’estomac.


Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.


Dernière édition par Noé Montgomery le Sam 11 Juil - 0:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 1458
Âge : 17 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptySam 18 Avr - 20:32

[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Source

Fraîchement rentrée de Galway, Joséphine avait tenu ses promesses et mis son plan à exécution au plus tôt : elle se rendait à présent – n'en déplaise à ses parents – un jour sur deux sur le Chemin de Traverse, à Londres. Tantôt pour voir ses amis proches – elle avait certes vu Temp, Ted, Quino, Alan et Prue à Galway, mais ça n'empêchait pas de les retrouver en petit comité – tantôt pour voir de simples copains ou copines Victoire, Noé, et Erin.
Passant ses journées chez Florian Fortarôme, à la Jobarbille, à Gringotts parce qu'il fallait bien retirer des sous-sous, chez le Libraire, dans la boutique de Quidditch ou chez l'Apothicaire, la jeune fille était - aujourd'hui - particulièrement fière d'elle, puisqu'elle venait de réussir à trouver un travail. Oui, un petit travail pour quelques jours en août, comme vendeuse dans la boutique de Quidditch, mais tout de même.
Voilà qui lui ferait quelques sous pour les cadeaux de Noël de ses proches : c'était toujours ça de pris. Maintenant qu'elle était majeure, elle se devait de subvenir à ses besoins surtout si ses parents comptaient la foutre dehors l'an prochain.

Toute contente d'elle, la jeune fille décida – une fois n'est pas coutume – de sortir du Chemin de Traverse pour déambuler dans le Londres moldu. Elle était majeure après tout et avait le droit d'aller où bon lui semblait. Elle s'amusa à faire quelques boutiques, bien consciente qu'elle avait toutefois des moyens limités : pas de soucis, regarder n'avait jamais tué personne.
C'est en se fondant aux moldus que la jeune fille prit conscience de sa situation : ça y était, elle était une grande. Elle était majeure, même ! Elle pouvait transplaner, utiliser sa baguette en dehors des cours, aller où bon lui semblait : elle était donc une adulte. Adulte à ceci prêt qu'elle était toujours dans l'incapacité de savoir ce qu'elle allait faire l'an prochain. Son dossier scolaire n'était pas trop mauvais – elle n'avait pas encore passé ses ASPICs mais s'en était admirablement sorti à ses BUSEs - comprendre qu'elle avait plus que minimisé les dégâts en obtenant un Acceptable en Botanique et en Potions – elle n'était donc pas très inquiète.
La jeune fille en était là de ces interrogations quand elle heurta brutalement un homme qui venait juste de s'immobiliser, au milieu d'un trottoir, pile devant elle.

- Veuillez m'excusez. Articula t-elle, pour la forme.
- 'Pouvez pas faire attention non ?
Joséphine était en train de doubler le monsieur, quand elle s'interrompit brusquement.
- Pardon ?
L'homme avait une trentaine d'année, était vêtu plutôt simplement - pantalon en jean, polo gris - et avait son nez littéralement dans son smartphone. Il daigna le relever pour lancer à Jo un regard mi-agacé « Qu'est-ce qu'elle a cette dinde à me faire perdre mon temps ? », mi-agressif «  Elle me bouscule et en plus elle la ramène ? C'est quoi son soucis, à la gamine? »
- Quoi ? Faites attention où vous marchez, c'est tout. Se risqua le Londonien, le ton grave, sans trop mettre d'amabilité. Jo le prit comme une claque en pleine figure. Le toupet du gars quoi !
- Excusez-moi, Mister, mais c'est vous qui vous êtes arrêté en plein milieu du trottoir sans crier gare !

Jo s’apprêta à repartir quand le jeune homme lui rétorqua quelque chose qu'elle ne comprit pas, trop occupée à scruter l'énorme poireau qu'il avait sur la joue. Beurk. Elle ne trouva rien de plus intelligent à lancer au moldu que : «  Lâchez votre téléphone tiens, ça ne vous fera pas de mal.. Le jeune homme n'aurait pas paru plus choqué si Joséphine lui avait dit de déguster sa mère au repas du soir.
Elle lui tourna les talons, un peu agacée de cette micro-altercation, mais à la fois fière d'elle : elle n'avait pas de soucis à se faire pour sa vie professionnelle, pour sûr, du répondant elle en avait même en dehors de Poudlard.

Revenant vers le Chemin de Traverse, Joséphine trouva une pâtisserie aux airs accueillants dans une rue assez passante, et se dit qu'un peu de douceur lui ferait du bien. Elle entra alors s'en réfléchir : se faire des petits plaisirs pour goûter faisait vraiment partie de son quotidien, à n'en pas douter. Puis elle aimait aussi faire marcher les petits commerçants, surtout elle est comme ça Joséphine.
Le magasin n'était occupé que par un garçon, ma foi plutôt charmant de profil, occupé à parler à la vendeuse.
- Bonjour ! Lança Joséphine à la cantonade.
Le jeune homme se retourna en sa direction, Joséphine le scruta plus intensément. Vraiment il était très séduisant, mais attendez... Ce n'était Noé Montgomery quand même...
Un fou-rire nerveux la prit à la seconde où elle le reconnut.
Sans déconner ? Noé Montgomery ? Le Noé Montgomery ? Vraiment, le destin avait un sens de l'humour très particulier...
Incapable de s'arrêter de rigoler, la jeune fille faisait tous les efforts du monde pour y mettre un terme : la vendeuse devait se demander pourquoi une folle à lier de Ste Mangouste venait d’atterrir chez elle.


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Club_d10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Bam10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Beauxb10
Revenir en haut Aller en bas

Noé Montgomery
Noé Montgomery
Serpentard

Parchemins : 1526
Âge : 17 ans (mai 1998)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 13


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptySam 18 Avr - 21:43

Noé parlait tranquillement avec sa mère. La pâtisserie était vide, à l’exception d’eux deux, et sa religieuse pourrait encore attendre quelques minutes –un signe que Noé appréciait vraiment la discussion et son interlocutrice. Lorsque la clochette de la porte d’entrée teinta, il se dit que c’était le signal pour s’installer du côté salon de thé du commerce et laisser (enfin) sa mère vaquer à ses occupations. Ce n’était pas parce qu’il s’ennuyait qu’il devait l’empêcher de travailler après tout. Il se retourna vers le nouveau client, décidé à lui adresser les politesses d’usage avant de se réfugier vers une table pour manger son dessert.

Il la reconnut tout de suite, évidemment. Des petites rouquines aux yeux bleus, au regard volontiers féroce, il n’y en avait pas cinquante. Et celle-ci, il la voyait dans tous ses cauchemars. Bien qu’ils aient sacrément diminué depuis leur discussion, dans le couloir où tout avait commencé, et sa proposition de paix. Elle explosa de rire lorsqu’elle le reconnut et une part de lui, celle que dominait son ego, en fut vaguement vexé. Il ne voyait pas ce qu’il y avait de drôle. Il ne pouvait même pas avoir une tâche de chocolat sur la tronche, il n’avait pas encore mangé. Sa mère lui jeta un regard surpris, qui voulait dire "mon lapin, qu’est-ce que c’est cette folle qui vient de débarquer ?" et Noé se détendit. Joséphine agissait peut-être de manière encore plus dingue que d’habitude mais il s’était juré de faire des efforts avec elle et en plus, il était en vacances. Tous ses airs sérieux et coincés s’effondraient derrière sa profonde volonté de profiter de son dernier été d’insouciance avant de se retrouver dans les affres du Ministère coincé dans des ascenseurs avec des gens même pas capables de dire leur propre prénom, stagiaire chargé des photocopies d’archives poussiéreuses et livreur de café attitré du Magenmagot.

Noé pencha la tête et fourra ses mains dans les poches de son pantacourt. Ce jour-là, il avait troqué ses sempiternelles chemises contre un tee-shirt blanc et ses chaussures noires cirées contre des mocassins. « Je vais vraiment finir par croire que tu es bonne pour Ste Mangouste Joséphine » observa-t-il d’un ton traînant. Il sut, au regard que lui adressait sa mère, qu’elle comprenait que les deux adolescents se connaissaient. Et il sentit aussi qu’elle lui adressait une vague remontrance, l’invitant à se montrer plus poli avec une camarade de classe et une potentielle cliente. Noé n’avait pas besoin que sa mère s’exprime, il était assez proche d’elle pour comprendre tout cela en regardant ses yeux émeraude, cette couleur qu’elle avait légué à Candys et à Chiara. Aussi, il se dit que des présentations étaient de mise. « M’man, je te présente Joséphine de Guise première du nom, Celle-Qui-S’est-Fait-Détruire-Le-Brushing-Par-Weasley, reine des pénibles et fille la plus butée au monde, elle est dans notre année avec Candys. Elle m’a ordonné de me la fermer trente secondes après qu’on se soit adressé la parole pour la première fois puis m’a traité de crétin. Tu peux lui donner ton meilleur gâteau. » La malice brillait clairement dans les yeux marron de Noé. Il en voulait toujours à Joséphine -il avait la rancune tenace c’est pas un Serpentard pour rien- mais son ton était plus mordant que méchant. Sa mère lui adressa un regard, curieux cette fois ci. Ashaiah n’ignorait pas qu’il avait connu des problèmes cette année, elle s’en était bien rendu compte durant les vacances de Noël où le moral de son cher lapin était au plus bas, même si elle n’en connaissait pas la nature exacte. Noé s’était toujours montré secret, même avec ses parents, et elle le respectait. Ash savait qu’il trouvait en Candys une oreille attentive. Mais elle se doutait que tout était lié à une fille. C’était l’âge qui voulait ça, après tout. Et elle se demandait si cette fameuse fille était celle qui se tordait de rire devant son fils raté Maman je les préfère blondes et élancées comme toi il parait.

« Joséphine, ma mère, Ashaiah Montgomery »
termina Noé avec un sourire en direction de cette dernière. Si le jeune homme était d’une nature flegmatique, il était néanmoins beaucoup plus chaleureux et naturellement plus souriant en présence de ses proches. Des caractéristiques qu’il n’avait jamais montrées à la Poufsouffle.


Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 1458
Âge : 17 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyDim 26 Avr - 12:43

Joséphine cessa de rire quand elle réalisa que la vendeuse – non non vous n'êtes pas seuls – la dévisageait. Oups, la honte. Son regard n'avait été obnubilé que par Noé et il fallait dire que sa présence ici était pour le moins surprenante. Franchement, la coïncidence quoi ! Entourée que de moldus depuis plusieurs heures, voilà que le premier sorcier sur qui elle tombait était son Némésis attitré à Poudlard non pas Victoire, l'autre.

- Noé, qu'est-ce que tu fais là ?

Le Serpentard – qui pour le coup n'en était plus un, et ça faisait d'ailleurs une grosse différence : sans son uniforme son visage s'adoucissait le vert ne vous va pas au teint, mon bon Seigneur – lui rétorqua qu'il allait finir par croire qu'elle était bonne pour Ste Mangouste. Pour le coup, elle ne l'avait pas volé, ça.

Joséphine s'approcha un peu du sorcier, à la fois surprise de tomber sur quelqu'un de Poudlard ici, mais surtout heureuse de trouver Noé hors contexte scolaire. Elle n'aurait pas su l'expliquer, mais ça lui faisait presque plaisir : le voir là, pendant les vacances, redistribuait toutes les cartes, comme si Poudlard n'avait jamais existé.

Joséphine ne pouvait s'empêcher de sourire d'un air las quand Noé la 'présenta' à sa mère – car c'était elle – puisque le jeune homme ne manqua pas de revenir – une énième fois histoire de bien faire comprendre  à l'assemblée, que oui oui merci, mes TOCs vont bien – sur leur première rencontre. Des gens fiers, Jo en avait vu coucou Vic mais lui était particulièrement têtu : la jeune fille se promit d'ailleurs de faire attention à comment elle parlait aux gens à partir de maintenant. Certes, depuis l'an dernier Jo avait beaucoup changé mais il fallait reconnaître que sur le ton de l'humour la Française se permettait beaucoup de choses et que visiblement, ça ne passait pas toujours dans l'optique où bien sûr ça avait été de l'humour.

- Enchantée, Mrs Montgomery !

Lança Joséphine à la grande blonde derrière le comptoir, ne perdant pas son sourire poli : elle ne pouvait pas faire autre chose, Noé avait délibérément donné le ton. Jo – pas timide pour un sous - décida de s'engouffrer dans la brèche : de toute manière, ça ne pouvait que faire sourire la pâtissière ici présente.

- Je tenais à vous dire que votre fille est un vrai régal, Mrs Montgomery.

Comprenez donc que Noé ne l'est pas Elle regarda ensuite Noé d'un oeil torve, pour lui faire comprendre que Candys – elle – ne serait pas amusée à l'humilier ainsi devant ses parents. Et Jo non plus d'ailleurs – par peur peut-être d'être sermonnée – n'aurait jamais montré à sa mère l'animosité qui existait entre Noé et elle animosité, doux euphémisme.
Mais pour le coup, on pouvait noter dans le regard adressé à Noé une vraie douceur : Jo n'avait pas dit ça méchamment, ni en pensant à mal, c'était avant tout une boutade pour répondre à celle de son camarade. Elle ne se serait jamais permis de citer à la chêne la liste des torts qu'elle attribuait à Noé : déjà ça ne regardait pas sa mère et surtout Jo ne désespérait pas d'arranger un jour la situation.
Tiens, c'était vrai ça, d'où lui venait ce besoin irrépressible de vouloir s'entendre avec Noé ? Tout un tas de gens la détestait et elle s'en accommodait très bien – on ne pouvait pas plaire à tout le monde – alors, pourquoi lui ?

Mettant fin à la partie 'présentation', Joséphine décida de ne pas faire attendre la pâtissière plus longtemps, en commandant ce qu'elle voulait déguster. Elle comptait bien savourer son gâteau et si Noé était avec elle, c'était que ça voulait dire qu'il devait y être.

- Je vais vous prendre ce petit gâteau au chocolat, s'il vous plait.

Lança Joséphine en montrant du doigt un entremet individuel mousse au chocolat – biscuit dacquoise, craquant feuilleté et gelée de framboise. Elle paya la mère de Candys et Noé et décida, pour faire bonne mesure, de s'asseoir à la table du Serpentard. Voilà qui allait bien le calmer.


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Club_d10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Bam10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Beauxb10
Revenir en haut Aller en bas

Noé Montgomery
Noé Montgomery
Serpentard

Parchemins : 1526
Âge : 17 ans (mai 1998)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 13


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyDim 26 Avr - 15:54

Tomber sur un de ses camarades de Poudlard s'avérait courant à Traverse. Surtout que, désormais, les futures septièmes années étaient tous majeurs. Mais Noé ne s’attendait pas, en revanche, à croiser quelqu’un de sa connaissance à la pâtisserie Warldof dans laquelle sa mère travaillait –même s’il était vrai qu’elle était plutôt réputée. Surtout pas Joséphine. Elle n’était pas censée vivre dans un château situé dans une quelconque ville de France ? Qu’elle lui demande à lui, qui habitait en banlieue de Londres et dot la mètre bossait avec Cordélia, l’amusa. Il n’était pas rare de le voir traîner dans ce lieu. Noé adorait sa mère, il avait toujours été proche d’elle, et son amour immodéré pour les gâteaux lui venait sûrement de son habitude de gosse de cuisiner avec sa mère. « Je suis venu me remplir l’estomac. Ça fait au moins deux heures que j’ai pas mangé un truc sucré, répliqua-t-il, pince sans rire, et toi ? Je croyais que les sucreries étaient pas trop mauvaises en France. » Même s’il ne s’y était jamais rendu pour vérifier –un tort qu’il réparerait sûrement un jour José tu m’invites chez toi ? J’ai regardé sur Tripadvisor, la boulangerie à côté de chez toi est la mieux notée du coin.

Comme Noé pouvait difficilement continuer à taper la discussion avec Joséphine sans la présenter à sa mère, dont le regard émeraude ne cessait de passer de la rouquine à lui, Noé introduit son ancienne ennemie à sa mère, sans se faire prier pour glisser une petite boutade c’était dit sans mal José, pas la peine de sortir ta baguette, et la seconde femme de sa vie à Joséphine. Malgré sa raillerie, la Poufsouffle ne se démonta pas. Noé se fit la réflexion que, malgré tous les sentiments négatifs que lui inspirait la Française –et il y en avait beaucoup, il appréciait sa force de caractère. Le blond avait grandi entouré de filles caractérielles –Opaline en tête- c’était un trait de personnalité dont il avait l’habitude et qu’il appréciait. Un rire s’échappa d’ailleurs de sa gorge, ainsi que de celle de sa mère, lorsque Joséphine lui retourna sa plaisanterie. C’était de bonne guerre et Noé ne manqua pas de souligner avec humour : « Je ne suis pas sûr que tu connaisses la même Chiara que nous. » Evidemment, Joséphine ne parlait pas de Chiara, mais bien de Candys qui, le Serpentard le reconnaissait bien, était la bonne pâte de leur duo prends-le comme tu veux Candys, mais Noé n’avait pas su résister à l’idée de lancer une petite plaisanterie.

Le manège des présentations se terminant, Noé laissa Joséphine se commander le gâteau de son choix et s’assit tranquillement à une table de la partie salon de thé après avoir posé l’assiette qui contenait sa religieuse. Pressentant que Joséphine le rejoindrait, il croisa ses longues jambes et attendit qu’elle ne règle son dessert. Un détail le titillait. L’envie irrépressible de mettre les choses au clair le dévorait, sans qu’il ne comprenne totalement d’ lui venait ce désir qu’elle ne se fâche pas contre lui. Peut-être ne voulait-il pas gâcher sa journée avec un conflit inutile. Reste que lorsque la rouquine s’attabla en face de lui, Noé s’empressa de chuchoter –sa mère tendait l’oreille pour écouter leur conversation, il en aurait mis sa baguette au feu : « J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? C’était une blague, hein, devant ma mère. Je voulais pas te blesser. » Noé lui adressa un regard doux, rempli de considération. Depuis qu’il la connaissait, il ne s’était jamais trop montré ni délicat ni même agréable avec elle. Mais il était peut-être temps que cela change.


Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.


Dernière édition par Noé Montgomery le Mar 5 Mai - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 1458
Âge : 17 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyLun 4 Mai - 0:18

- Oh, elles le sont ! Mais en ce moment je passe plus de temps à Londres que chez moi. Je me prépare à ma future vie d'adulte.

Dis comme ça, on aurait clairement dit que Joséphine avait un projet de vie tout tracé et rigoureusement prédéfini : il n'en était rien. Si la jeune fille voulait faire 'de grandes choses', elle ne savait toujours pas comment. Marquer les esprits était la priorité numéro 1 de son ego, mais faire avancer les choses, aider,  était quelque chose qui la caractérisait mieux. Elle se voyait commencer en bas de l'échelle, comme tout le monde, tout en ne perdant jamais de vue qu'au bout du tunnel, il y'aurait une grande carrière. Elle le savait. Un destin exceptionnel : du moins, elle aimait le croire. L'exemple de sa mère l'inspirait aujourd'hui plus que jamais.

- Chiara ? C'est ta petite sœur ?

Bien évidement, si autre sœur que Candys il y avait, elle était forcément plus petite : les jumeaux étant déjà en 7ème année. Joséphine ignorait que Noé avait une sœur plus petite et une sœur qui, visiblement, avait du caractère. Tu m'étonnes ! Avec Noé dans la famille, ça n'avait rien de très surprenant. Quoi que, Candys était relativement agréable à vivre (pour ce qu'elle en voyait), à l'inverse de son jumeau vous auriez pas pu partager les gènes, non?

Une fois assise et installée, Joséphine lança un sourire à la maman de Noé vous pouvez disposer, merci puis se concentra sur le jeune homme à nous !. Elle attrapa son verre de thé glacé qui allait parfaitement bien avec son dessert et en but une gorgée pendant que le Serpentard se laisser aller à des excuses. Joséphine faillit s'étouffer mais n'en montra rien, poker face oblige et contenance constante : qui êtes-vous et qu'avez-vous fait à Noé Montgomery ?

Prenons un petit temps pour analyser tout ça : l'anglais venait de demander à Joséphine s'il avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas. Déjà, Jo eut du mal à encaisser : avait-elle mal comprit ? Était-il souffrant ? Qu'est-ce qui se passait ! Il lui asséna ensuite qu'il ne voulait pas la blesser et qu'il ne s'agissait QUE d'une blague. Jo – bien évidemment – cru d'abord à une plaisanterie. Noé Montgomery qui s'excusait pour un truc aussi anecdotique, c'était franchement suspect. Alors certes, ils avaient plus ou moins décidé de devenir amis, mais la transition était quand même un peu brutale !

Joséphine avait effectivement été un peu gênée que Noé l'affiche ainsi devant sa mère, mais il n'y avait certainement pas mort d'homme. Elle s'était sortie de situations bien pires «  Vous voulez me renvoyer, Madame Maxime ? C'est à dire ? Développez... ». Puis de toute façon, si elle avait vraiment été gênée, il n'y avait aucune raison de faire culpabiliser Noé plus encore, il avait l'air suffisamment désolé comme ça.

- Non, non, t'inquiète...

Lança Jo, en souriant un peu et en fermant les yeux une seconde pour montrer au Serpentard que tout allait bien. Tout allait bien, a priori, Noé Montgomery qui s'excusait à Joséphine de Guise par grand soleil devant une bonne pâtisserie, on pouvait difficilement faire mieux !

- Bon, alors, qu'est-ce que tu fais de tes vacances ?

Demanda t-elle, comme si leur passif mutuel avait toujours été rose et sans embûche. Plutôt que de revenir sur le passé et repartir en guerre ouverte encore une fois, Jo était plus partisane de partir sur du positif et de créer de bons souvenirs. A l'heure actuelle, ils n'en avaient aucun en commun.

(578)


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Club_d10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Bam10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Beauxb10
Revenir en haut Aller en bas

Noé Montgomery
Noé Montgomery
Serpentard

Parchemins : 1526
Âge : 17 ans (mai 1998)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 13


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyMar 5 Mai - 21:23

Que l’on soit bien clair sur une chose : Noé se fichait bien de l’emploi du temps de Joséphine de Guise durant les vacances d’été. Elle faisait ce qu’elle voulait, et si elle souhaitait camper nuit et jour sur le Chemin de Traverse en criant son amour pour Londres, grand bien lui fasse. Mais leurs chemins se croisèrent et comme elle s’interrogeait sur la raison de sa présence dans la pâtisserie Warldof, second lieu le plus cool après les cuisines de Poudlard selon Noé, il lui retourna naturellement la question. Désormais majeur, le Serpentard ne pouvait que comprendre l’envie irrépressible de transplaner un peu partout pour savourer la possibilité d’enfin pouvoir utiliser la magie à sa guise. « Oh. Et à quoi la vie d’adulte de Joséphine de Guise va ressembler ? » demanda-t-il du même ton sérieux qu’elle avait adopté. Même lui, pourtant si casse-bonbons rigoureux, ne prononçait pas ce genre de phrases. Ou en tout cas plus maintenant. En grandissant, il se rendait bien compte que planifier le moindre événement dans sa vie relevait d’une tendance obsessionnelle sans compter que, bien souvent, la vie s’amusait à vous jouer des tours sans que vous ne puissiez rien contrôler du tout.

« Oui. Elle va entrer en première année en septembre » répondit Noé, de cette voix douce qu’il prenait toujours lorsqu’il parlait de ses proches, concernant Chiara, sourire tendre aux lèvres, un éclat d’affection brillant dans ses yeux marron. Il considérait toujours Chiara comme un petit bébé, même s’il se gardait bien de le lui dire en face, mais elle était probablement la sorcière la plus brillante de sa génération objectivité zéro. Il se réjouissait de son entrée à Poudlard même si, il se montrait réaliste, la petite blonde n’allait probablement pas intégrer sa maison à Candys et à lui. « Tu as dû croiser Opaline quand tu es arrivée, aussi. Elle dirigeait Sterne et était capitaine de l’équipe des Gryffondors, ajoutea Noé. C’est ma tante mais je la considère comme ma sœur. » Noé n’allait pas déballer tout son arbre généalogique sinon il allait en avoir pour des heures, mais quitte à parler de Chiara, autant mentionner Line. Même si la brune était en réalité la sœur de son père, qu’elle ait moins d’écart avec les jumeaux que ceux-ci en avaient avec Chiara les avait rapprochés, sans compter que c’était ses parents qui avaient élevé l’ancienne lionne.

Vacances oblige, paix prononcée entre les deux camps, Noé se montrait bien plus cordial et sympathique avec Joséphine qu’il ne l’avait jamais été à Poudlard, en tout cas avec elle. La voir n’avait pas agité l’agacement qu’elle avait pourtant toujours suscité chez lui et il le considéra comme une victoire. Qu’elle arrive autant à le mettre sur les nerfs, lui l’impassible Serpentard l’avait souvent interloqué. Néanmoins, et comme il avait souvent joué au con avec elle, il l’avouait très honnêtement, il préféra lui préciser que sa petite présentation haute en couleurs à sa mère était une plaisanterie. La rouquine n’était, après tout, pas vraiment habitué à son humour douteux. « Tant mieux » dit-il simplement avant de déguster une grosse cuillerée de religieuse –délicieuse, comme il s’y attendait. « A part arpenter les pâtisseries londoniennes et quémander de bons gâteaux à ma mère tu veux dire ? répliqua-t-il, toujours pince sans rire. Pas grand-chose d’intéressant, j’en ai peur. Je lis, je cuisine, j’embête mes sœurs, je fais mes devoirs de vacances, je traîne avec Léo, Alfie, ou les deux. Je profite quoi. » Il n’était pas Tempérance lui, il ne lui arrivait pas tout un tas d’aventures dès qu’il mettait un pied en dehors de chez lui c’est gratuit Tempépé, profites. « Et toi ? T’en as marre de la Mère Patrie ? » articula-t-il après une autre bouchée de religieuse, lui retournant sa question.

634 mots



Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 1458
Âge : 17 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyLun 1 Juin - 19:41

A la question du Serpentard elle répondit, texto :

- Ah ça, c'est un grand mystère !

Lança t-elle, sincère, mais pas mystérieuse pour un sous : non, elle ne jouait pas la carte de la fille secrète, elle n'en avait juste aucune idée. Et se confier sur ce sujet à Noé était un tantinet précoce : elle assumait déjà mal elle-même de patauger dans la semoule, c'était à peine si ses parents Ted et Tempérance étaient au courant, alors mettre au courant un 'nouvel' ami' était prématuré. S'il lui demandait, elle réfléchirait à développer, mais de prime abord une réponse évasive et un sourire amical allait suffire. Ils avaient après tout un an pour parler 'futur' avant leur vie d'après Poudlard tu m'étonnes.

Quand Noé parla de sa sœur Chiara, un sourire ému s'étira sur ses lèvres et Joséphine ne put s'empêcher de voir poindre une once de fierté dans les yeux du vert et argent : il semblait très attaché de sa petite sœur. La sorcière laissa échapper un sourire malgré elle, touchée par cette soudaine tendresse. Il parla également brièvement d'Opaline, qu'en tant que fidèle de Quidditch Joséphine avait déjà vu briller sur un balai, et lui expliqua qu'il s'agissait de sa tante, mais qu'il la considérait comme sa sœur et ton père est aussi ton frère, c'est ça ?. La française avait déjà eu vent de la complexité abyssale des liens qui unissaient les membres de la famille Montgomery : à Poudlard elle connaissait déjà Lucas et Psychée, le professeur Montgomery-Bones et Noé et sa jumelle Candys. Bref, la noble maison des 'M' avaient de beaux jours devant eux.

- Oui, j'ai cru comprendre que les Montgomery étaient nombreux à Poudlard. Ta tante est sans conteste mon professeur préféré, d'ailleurs.

Elle ne savait d'ailleurs pas si Susan Montgomery-Bones la réponse est dans la question était la parente, ou l'épouse de la parente de Noé : mais elle avait sa petite idée là-dessus. Son professeur de sortilèges ne ressemblait à aucune autre personne à Poudlard : elle supposait qu'elle était donc l'épouse d'un Montgomery on ne parle pas assez à nos professeurs, tiens !, Noé pourrait lui lui confirmer, à l'occasion.

- Je vais faire du baby-sitting pour ses enfants, au fait – tes cousins donc – elle me la proposé.

La jeune fille avala une bouchée de son entremets – qui était à se damner – et jeta un bref coup d'oeil au Serpentard qui en faisait de même. Elle n'aurait su dire pourquoi, mais la lenteur des gestes du vert et argent, sa confiance en lui, la mastication forte de sa mâchoire carrée, son assurance, tout, lui donnait chaud.
Elle chassa cette sensation de son corps et attrapa son verre de thé glacé à la volée, afin de se désaltérer.

Le jeune homme lui détailla ensuite ce qu'il faisait de ses journées et la sorcière ne put s'empêcher de se crisper à la mention d'Alfie et Léo' : elle ne les connaissait pas bien, mais leur réputation à Poudlard n'était pas à faire. Elle avait donc du mal à les assimiler à Noé. La sorcière s'en voulait de suivre ce que des ragots disaient sur eux, mais au fond d'elle, malgré ça, après les avoir vu de nombreuses fois ensemble, elle ne pouvait s'empêcher de trouver Noé terriblement différent d'eux. Trop curieuse pour se taire, elle ne put s'empêcher de demander :

- Vous vous ressemblez beaucoup, avec Léo et Alfie ?

Jo savait Noé assez intelligent pour comprendre qu'elle parlait de personnalité, et pas de physique. Parce que même si les deux dragueurs de Poudlard étaient assez séduisants – dans leur style de petit crétin prétentieux – ils étaient loin d'égaler la beauté froide de Montgomery. Elle ne voulait pas en posant sa question que Noé se méprenne sur ses intentions : non elle ne jugeait pas les deux zigotos – pas encore du moins, elle attendait d'en savoir plus sur eux – mais elle voulait juste qu'il éclaire sa lanterne. Bien qu'elle détesta qu'on juge quelqu'un sur des ragots et qu'il y'avait toujours au moins deux versions à une histoire, dans le cas de Lloyd et Hartley, vu qu'il y'avait 150 histoires, ça faisait vite 300 versions. On pouvait donc dire qu'elle partait avec un léger a priori.

(699)


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Club_d10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Bam10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Beauxb10
Revenir en haut Aller en bas

Noé Montgomery
Noé Montgomery
Serpentard

Parchemins : 1526
Âge : 17 ans (mai 1998)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 13


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyDim 12 Juil - 1:27

Lorsque Joséphine lui avoua qu’elle n’avait aucune idée à quoi sa vie d’adulte ressemblerait, une lueur de surprise passa dans les yeux marron de Noé. Joséphine lui paraissait tellement déterminée comme fille, il aurait pensé qu’elle avait quelques idées pour sa future carrière. Mais finalement, beaucoup de septièmes années, à commencer par sa propre jumelle ne savaient pas ce qu’ils allaient faire après Poudlard les entretiens d’orientation ont été mal menés pour cette génération. En soi, ça n’avait rien de grave ou de préoccupant. Ils n’avaient que dix-sept ans. Déterminer le reste de sa vie alors qu’on est même pas encore sortis de l’adolescence, ce n’était pas facile. « Et du coup tu sais pas encore si tu restes en Angleterre ? » demanda-t-il (lui dire qu’elle finirait par trouver ce qu’elle voulait faire un peu bateau et il cherchait à savoir s’il aurait le malheur de la croiser au Ministère.) Joséphine était Française, peut-être comptait-elle retourner dans son pays d’origine. Mais certains élèves venus de l’étranger restaient au Royaume-Uni, comme Derek souhaitait le faire en attendant la sortie de Nono son amoureux caché Candys. Et Joséphine semblait si proche de Tempérance, et de Ted toujours au plus grand damne de Victoire, qu’il avait du mal à envisager la jeune fille loin de ses amis. Certaines personnes se perdaient de vue après Poudlard, bien évidemment, mais en tout cas lui ne renoncerait à l’amitié de Léopold, malgré son côté ronchon, et d’Alfie, malgré son humour pourri, pour rien au monde.

Un sourire amusé naquit sur les lèvres de Noé lorsque Joséphine dit que les Montgomery étaient nombreux. C’était effectivement le cas, mais sa grand-mère, qu’il n’avait pas eu la chance de connaitre, avait eu sept enfants alors forcément…Rien que son oncle Quentin avait eu quatre enfants quelle poule pondeuse celui-là. Et c’était sans compter les cousins du côté paternel comme du côté maternel. Joséphine évoqua sa tante, et beaucoup d’autres élèves l’avait déjà approché pour lui adresser de tels commentaires, dans l’objectif évident que Noé les rapporte et que cela améliore leur relation avec le professeur, mais il doutait que cela soit le cas de la rouquine. Noé supposait qu’elle parlait de Susan, mais comme il se sentait toujours d’humeur taquine, il lui lança : « Vraiment ? Je ne pensais pas que tu avais un si bon rapport avec notre maître des potions. » Heaven n’était pas vraiment sa tante, elle était la cousine de sa mère, tout comme Jensen n’était techniquement pas son cousin, mais c’était tout comme aux yeux de Noé. Le jeune homme haussa un sourcils lorsque Joséphine évoqua la progéniture nombreuse de Susan et de Quentin. « Et tu as accepté volontairement ? » De nouveau, il la charriait. Ses cousins n’étaient pas si terribles que ça –juste un peu turbulents pour le très calme Noé. Il n’aurait en tout cas jamais pensé que Susan proposerait à une de ses élèves du babysitting certainement pour aller picoler au bar du coin en plus alors qu’ils comptaient dans leur famille tout un tas d’autres gens prêts à le faire de manière bénévole mais pas lui, merci bien, d’autant qu’Eléonore était grande maintenant, elle était rentrée à Poudlard, et pouvait certainement veiller sur ses cadets.

Déguster tranquillement sa religieuse, assis dans sa pâtisserie préférée objectivité zéro…en face de Joséphine de Guise. Le moment paraissait ben étrange aux yeux de Noé. Et pourtant, il se sentait étrangement confortable avec elle. Le Serpentard n’était pas du genre à se retrouver mal à l’aise –il était trop impassible, avait trop de self-control pour ça- mais c’était la première fois qu’il éprouvait autant ce sentiment de paix avec la Poufsouffle. Qu’ils ne se soient pas encore hurlé dessus relevait un peu du miracle au vu de leurs dernières entrevues, mais c’était très agréable. Néanmoins, il fronça les sourcils à la mention des prénoms de ses deux meilleurs amis. « J’ai davantage de traits de personnalité en commun avec Léo, je crois. Alfie n’est pas typiquement le genre de personnes avec qui je m’entends de base, en tout cas quand j’étais plus jeune. Mais le courant est vite passé entre nous. » Il marqua une pause. Il n’était pas bien sûr de la raison pour laquelle Joséphine avait posé cette question. « Mais si tu parles de leur côté dragueur, c’est bien une caractéristique que je leur laisse à tous les deux. » Son ton avait retrouvé sa froideur habituelle, sans qu’il n’en ait réellement conscience. Il ne voulait pas critiquer ses meilleurs amis, il les défendrait toujours, même s’il ne partagerait jamais leur obsession à constituer le plus grand tableau de chasse possible, et la conversation, pour le moment assez chaleureuse surtout comparé aux autres, pouvait prendre un tout autre tournant si Joséphine s’avisait de juger les deux verts et argent.

800 mots



Home is wherever I'm with you
I stared up at the sun, thought of all of the people, places and things I've loved. I stared up just to see with all of the faces, you were the one next to me. If I lose myself tonight, it'll be by your side. If I lose myself tonight, it'll be you and I.
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 1458
Âge : 17 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] EmptyMar 4 Aoû - 19:21

Noé eut la délicatesse de ne pas creuser plus le sujet « mon avenir est un grand mystère » : peut-être qu'il s'en fichait, ou bien peut-être avait-il eu la présence d'esprit de se dire que si Joséphine voulait de toute manière lui en parler elle le ferait. Ce n'était évidement pas le cas, la jeune fille se gardait du temps pour réfléchir à tout ça, à son avenir, une fois le stage du Ministère terminé. Elle se disait que là-bas, une fois qu'elle aurait un pied à l'intérieur de l'institution, il lui serait plus facile de glaner des informations. Et si elle n'en avait toujours pas, demander de l'aide à sa directrice et à  ses professeurs à Poudlard serait peut-être une bonne idée. Le Serpentard lui demanda cependant si elle comptait rester ici ou repartir dans son pays on ne se débarrasse de moi pas si facilement, Mr Montgomery.

- Je suis sûre à 90% de ne pas revenir en France.

Pas parce qu'elle s'y sentait mal, mais parce que désormais sa vie était ici Pur et simplement : elle aimait voir Nathan et ses parents – bien sûr - mais ils faisaient désormais partie d'une vie parallèle, une vie qui faisait partie d'elle, mais qui ne devait plus lui prendre tout son temps. Joséphine se voyait très bien travailler sur Londres en y intégrant toujours naturellement Teddy, Tempérance et ses autres amis, tout en rendant régulièrement visite à grande famille. Poudlard avait changé beaucoup de choses et elle se surpris même à penser qu'elle n'aurait d'ailleurs pas cru que ce serait autant le cas.

Vint ensuite le sujet des tantes professeurs de Noé à Poudlard : visiblement dans 15 minutes, Joséphine allait apprendre que Minerva McGonagall était la sœur de la grand-mère de Noé par alliance, que Rusard était le domestique des Montgomery généreusement donné à Poudlard pour traumatiser Tempérance gérer l'entretien des locaux et que le professeur Binns – aha – était en fait un vieux patriarche à eux. Autant renommer Poudlard Montgomery tout de suite hein, étant donné qu'avoir pour effectif la moitié des élèves cousins, ce n'était manifestement pas assez.

- Il y'a un prof qui n'est pas de ta famille, sinon ? Rétorqua t-elle, joueuse. Elle savait qu'il se moquait d'elle, mais c'était quand même particulier d'avoir autant de monde connu dans le staff de son école, ça avait même un petit côté 'piston' t'as des trucs à me dire ?. Je parle du professeur Bones : je pense que notre professeur de potions préféré préférerait mourir que de me confier quoique ce soit. Et elle aurait bien raison. Même si depuis les BUSEs, Joséphine n'avait pas cassé quoi que ce soit en cours de potions juste mis le feu au cachots, de peur, mais c'est tout.

Le sorcier essaya même de lui faire peur en insinuant que ses cousins étaient difficiles à gérer : Jo n'avait peur de rien, elle avait Quino et Prue dans sa maison, à partir de là, le parcours du combattant c'était tous les jours.

- Pourquoi, ils sont pires que toi ?
Niveau relationnel entre Jo et Noé, on pouvait quand même difficilement faire plus explosif, la jeune fille doutait donc d'avoir pire en modèles réduits : puis quand elle voyait son professeur de sortilèges en classe, elle se doutait bien qu'à la maison sa progéniture ne devait pas ressembler à un Niffleur sous acide.

Quand Noé répondit à sa question sur Alfie et Léo, la rouquine se raidit un peu. Le sujet était malaisant pour elle, car elle redoutait la réponse. Un des pires côtés de Noé, à ses yeux, était le fait qu'il soit associé à deux sorciers vert et argent qui ne lui ressemblaient pas du tout (mais qui au demeurant, devaient forcément avoir des qualités). Du moins, elle l'espérait, persuadée avoir vu quelque chose qui échappait au tout Poudlard. Elle en eu confirmation quand il lui dit qu'il leur laissait volontiers le côté dragueur. Étrangement, elle fut soulagée et se radoucit un peu.

- Quel est le type de personnes avec qui tu t'entends, de base ? Rétorqua Joséphine, pleine de questions, réellement curieuse sur comment fonctionnait le sorcier assis devant elle. Elle ne connaissait pas Alfie et Léo et au fond elle se fichait bien d'y arriver un jour : ce n'était pas eux qui l'intéressaient, de toute manière. Non, la jaune et noir voulait en savoir plus sur son interlocuteur, c'était à lui qu'elle était confrontée de toute manière et il restait tellement souvent de glace, qu'il était périlleux d'arriver à le cerner.

A la mention du coté dragueur inexistant de Noé, Joséphine souffla brièvement par le nez, comme pour retenir un petit rire très vif : elle baissa les yeux et ne réagit pas. Elle n'aurait su dire pourquoi moi je sais mais cette information l'adoucit plus encore et fit monter en elle un nouveau sentiment d'affection la ménopause ?. Elle avala une nouvelle cuillère de gâteau et regarda soudainement par la fenêtre, légèrement gênée.
La situation était pour le moins extra-ordinaire : assise dans une pâtisserie Londonienne en plein été avec Noé Montgomery, relevait presque de la Science-Fiction. La posture détendue du Serpentard, ses habits estivaux, sa douceur, tout était presque irréel. Elle se demandait même s'il s'agissait bien du sorcier qu'elle avait connu à Poudlard et se demanda surtout si le fait d'y revenir – à Poudlard – aller redistribuer les cartes ou pas tout dépendra de ce qu'il se passera au Ministère de la Magie. Ce qui était sûr, c'était que ce moment était presque parfait.

- Ce gâteau est une dinguerie, je suis fan.

Et elle était à Poufsouffle, la maison de Poudlard qui avait la réputation de faire des gueuletons tous les soirs Réalité ? Mythe ? Mystère ! et dont les cookies et les verres de lait étaient à trois pas de la salle commune. Elle s'y connaissait en nourriture.

- C'est que le temps passe, je ne vais pas tarder à y aller...

Elle avait milles choses encore à faire et l'air de rien, elle était restée assise un petit moment. Elle se leva donc, finissant son gâteau et sa boisson et attrapa son sac à main : elle s'approcha du comptoir pour payer.

(1012)


[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Club_d10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Bam10 [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Beauxb10
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty
MessageSujet: Re: [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]   [Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Pâtisserie Warldof] Un gâteau ou un sort [Joséphine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: La ville-
Sauter vers: