AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment : -30%
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
Voir le deal
133 €

Partagez
 

 Journal de thérapie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Erin Hazzard
Erin Hazzard
Serpentard

Parchemins : 408
Âge : 17 ans {01.07.1998}
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Journal de thérapie Empty
MessageSujet: Journal de thérapie   Journal de thérapie EmptyMer 6 Mai - 18:16




Première page

15 août 2015

Je vais parler de tout ce qui n’a rien de magique dans ma vie.

On m’a donné un cahier vierge et on m’a dit que je devrais y écrire. J’ai demandé « quoi ? ». On m’a répondu « ce qui vous vient » alors me voilà. C’est le soir, je suis seule dans ma chambre. Je suis en « cure » dans un monde sans magie. En même temps, qu’y aurait-il de magique dans un centre pour adolescents dépressifs, je vous le demande ? Alors je vais parler de tout ce qui n’a rien de magique dans ma vie, comme ça, n’importe qui pourra lire ce journal, y compris ces psychiatres curieux qui me tournent autour comme des vautours.

Parler de moi ne me dérange pas. Je ne crois pas que je sois mon problème.

Je m’appelle Erin Hazzard, j’ai dix-sept ans et je suis en dernière année dans un internat très sélect’. Mon père vient d’une famille plutôt aisée, je n’ai jamais manqué de rien vu qu’il a aussi toujours eu un bon travail. Ma mère est asiatique, même si elle est née en Angleterre. Ma grand-mère est japonaise, mon grand-père venait du Vietnam mais sa propre mère était coréenne. On me dit souvent que je ressemble beaucoup à ma mère, et si c’est sûrement vrai, les gens le remarquent surtout parce que j’ai moi aussi des traits asiatiques. Il est déjà arrivé qu’on ne me croit même pas anglaise alors que je n’ai jamais été en Asie qu’en touriste.

Actuellement, mes cheveux sont blonds, mais au naturel ils sont raides et noirs. J’ai aussi les yeux marron très foncé. Ma peau est pâle et supporte assez mal le soleil. Physiquement, il n’y a pas grand-chose à dire, j’ai une morphologie assez banale et c’est tant mieux, j’ai déjà bien assez à faire avec mon visage. Martin Luther King disait « une loi ne pourra jamais obliger un homme à m’aimer, mais il est important qu’elle lui interdise de me lyncher » : malheureusement, et bien que le racisme soit bien considéré comme un facteur aggravant en cas d’attaque par un tiers dans notre pays, rien ne pouvait empêcher les enfants de mon école primaire de me maltraiter. Ils me tiraient les cheveux, m’appelaient « grain de riz », et me faisaient subir toutes sortes de petites humiliations quotidiennes. Mes parents ont bien essayé de faire quelque chose, mais j’étais une enfant trop différente à bien des égards. Toutes les familles de notre connaissance autour de notre village, les Weasley ou les Lovegood, n’avaient pas d’enfant de mon âge. Et les autres étaient horribles.

Chez moi, j’étais tranquille. Et mes parents m’avaient dit qu’une fois en internat, pour le collège, ça irait bien mieux. Ça a effectivement été vrai un temps… Quand j’étais en première année dans ma nouvelle école, je me suis fait mes premiers vrais amis. J’avais bien l’intention d’être aimée cette fois-ci, et populaire. J’y ai mis du mien, je me suis rapidement inscrite dans le club sportif le plus en vu, ainsi que dans celui de danse. J’aidais mon binôme en classe, Tempérance, à ne pas tout faire exploser aux moindres travaux pratiques, et aussi occasionnellement à ne pas trébucher dans les escaliers. Mon goût pour la mode était partagé avec mon autre amie, une camarade de dortoir, Candys. Je m’entendais aussi très bien avec Noé, le jumeau de Candys. Je dois dire que quand j’avais onze ans, je n’en demandais pas plus.

Le racisme n’était pas chose fréquente dans cette école. En revanche, une certaine rivalité entre dortoirs persistaient. Le mien n’était pas très aimé parce que, ironie du sort, il avait abrité pas mal de tortionnaires dans un passé peu glorieux de l’école. Il y a quelques années – je ne sais même plus très bien quand tout ça a commencé, la chronologie devient floue à force -, cette rivalité a été exacerbée. Tous ceux de mon dortoir ont été ostracisés. Les plus forts des autres dortoirs ont du sentir que j’étais une victime idéale, ils s’en sont assez rapidement pris à moi. Une fois, ils m’ont même enfouie sous la neige, sans l’intervention de Tempérance, je serais peut-être morte de froid…

Il s’est passé pas mal de choses ensuite, des choses que je ne veux pas, que je ne peux pas écrire. Je pense même que je continuerai seulement demain, je commence à être lasse à repenser à tout ça, et on peut dire que question présentation, j’ai fait le tour.

{736}
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Erin Hazzard
Erin Hazzard
Serpentard

Parchemins : 408
Âge : 17 ans {01.07.1998}
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Journal de thérapie Empty
MessageSujet: Re: Journal de thérapie   Journal de thérapie EmptyJeu 7 Mai - 11:26




Deuxième page

16 août 2015

Ils m’ont brisé le cœur. Deux de mes amis les plus proches.

Tempérance… comment vous décrire ma meilleure amie. C’est une jolie blonde. Elle n’est pas bête mais sa maladresse peut laisser une fausse impression sur elle. Celle d’une charmante idiote. Et de la même façon que Victoire plaît par sa superficialité, Tempérance plaît parce que quand elle tombe, on peut la rattraper. Voilà plusieurs années que je me dis que là où je me suis trompée dans ma recherche de popularité et d’amour, c’est que je n’ai pas ce genre de défaut. J’en ai, bien entendu, comme tout le monde, mais les miens n’attirent pas le regard. Lorsque Victoire fait une crise ou que Tempérance fait exploser quelque chose en travaux pratiques, tous les regards se tournent vers elles.  Moi, je me fais oublier : mes années à l’école primaire m’ont appris que ça ne m’apportait rien de bon d’être dans la lumière. Ou, en tout cas, c’est ce que j’ai cru pendant un certain temps. Après tout, c’est bien plus simple de se faire remarquer quand on n’a rien à se reprocher sur son physique : belles, blondes, blanches et minces… si on peut discuter sur des points de leurs caractères, au niveau de leurs physiques, ces deux filles ne sont pas seulement dans la norme, elles sont superbes.

Mais Tempérance est quand même ma meilleure amie. Elle déteste le conflit, c’est quelqu’un de profondément gentil, et elle se soucie réellement des autres, même si elle ne s’élève pas vraiment contre l’injustice car cela lui demanderait de se faire violence à elle-même. Tempérance adoucit les gens qu’elle côtoie, je suppose que je suis devenue une meilleure version de moi-même grâce à elle. Malheureusement, sa tendance à vouloir la paix à tout prix l’aveugle. Elle n’a pas vu que Noé était amoureux d’elle, parce que ça aurait pu causer des tensions dans son couple et qu’elle aurait pu se brouiller avec Noé, perdre un ami. Elle n’a pas vu non plus que j’étais amoureuse de lui, de Noé, parce que comme elle avait accepté d’aller au bal organisé par notre école pour Noël avec lui, cela aurait signifié qu’elle se dressait contre moi. Bien entendu, qu’elle ne le voit pas ne changeait rien à la réalité des faits, c’était juste plus facile pour elle, pour Noé aussi dans un premier temps.

Ils m’ont brisé le coeur. Deux de mes amis les plus proches. J’ai encore du mal à ne pas être amère quand j’y pense. Pourquoi entre toutes les filles de l’école Noé avait-il choisi ma meilleure amie ? Je savais qu’il ne m’aimait pas et qu’il finirait, fatalement, par en aimer une autre. Mais Tempérance ? J’ai conçu beaucoup de colère de cette situation. Néanmoins, j’en ai fait quelque chose de plutôt constructif : j’ai décidé de changer. On ne me remarquait pas. Et bien maintenant on ne pouvait plus me louper ! J’avais troqué mon look plutôt sage qui respectait strictement le règlement contre des tenues voyantes et moulantes, des bijoux clinquants et un maquillage prononcé. Au bal j’ai mis une robe rouge, longue, bouffante avec un bustier ouvragé. Mon cavalier était le préfet en chef, une sorte de super délégué, qui doit obligatoirement ouvrir le bal. Ouvrir le bal avec moi. Cette fois, on me voyait.

Après ce bal, durant lequel j’ai profité de ma mise en lumière pour régler mes deux problèmes, Tempérance et Noé, j’ai continué d’évoluer, de me montrer. J’ai lancé mon groupe en m’inspirant des idoles japonaises et coréennes. J’ai prospecté et trouvé quatre autres filles pour le faire avec moi, dont Victoire. On s’appelle les Magic Mix. Et j’adore cette nouvelle moi. J’ai toujours aimé dansé, je suis dans le club de danse depuis ma première année dans l’école, et j’ai découvert que j’aime aussi chanter. Ça me défoule… et maintenant, on me remarque, au moins un peu plus qu’avant.

638
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Erin Hazzard
Erin Hazzard
Serpentard

Parchemins : 408
Âge : 17 ans {01.07.1998}
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Journal de thérapie Empty
MessageSujet: Re: Journal de thérapie   Journal de thérapie EmptyHier à 11:00




Troisième page

17 août 2015

Car oui, mon monde est un microcosme. On ne se mélange pas beaucoup avec le reste de l’humanité. Tout le monde connaît tout le monde, au moins de nom.

Il paraît difficile de parler de mes divers problèmes sans évoquer Noé de façon plus approfondie. On était très proche avant toute cette histoire. Contrairement à Candys, Tempérance, Louis et Graham, je gardais l’impression que Noé pouvait me comprendre. Non seulement nous fonctionnions un peu de la même manière, dans le sens où nous ne sommes pas très expansifs ni l’un, ni l’autre, mais nous avions aussi des points communs factuels : comme moi, il s’était fait manipuler par des adultes (j’y reviendrais… peut-être!) et bien que ça ne se remarque pas au premier coup d’œil, son arbre généalogique n’était pas aussi blanc que d’autres dans Poudlard. Cela valait aussi pour sa sœur jumelle – logique ! -, Candys, qui est mon autre meilleure amie. Je complexe moins vis-à-vis de Candys que de Tempérance, peut-être à cause de ça : même si ça ne se voit pas, son arrière grand-mère est japonaise, moi c’est ma grand-mère, ça nous fait quand même plus d’origine commune qu’avec la plupart de nos camarades. Il paraît que leur grand-mère était métissée mais moins que moi. Vu le nombre d’enfants qu’elle a eu qui ont eux-même engendrés un bon paquet de mes camarades de classe, c’est une femme plutôt connue. Elle est morte il y a très longtemps – avant que je naisse quoi -, c’est dommage : si j’avais pu la connaître et la rencontrer, ça m’aurait peut-être permis un autre point de vue sur ma propre situation. L’arrière-grand-mère des Montgomery est encore vivante mais elle ne donne pas très envie de lui parler, dans notre univers dans lequel tout le monde a une réputation plus ou moins acquise au fil du temps et des ragots, cette femme passe pour un dragon irascible.

Car oui, mon monde est un microcosme. On ne se mélange pas beaucoup avec le reste de l’humanité. Tout le monde connaît tout le monde, au moins de nom. Même si je voulais désormais éviter Noé, je ne pourrais pas. On vit en internat dix mois sur douze, et même si nous allons faire notre dernière année dans cette école, je sais que je continuerai de le croiser toute ma vie… Ne serait-ce que parce que je fais de la musique avec sa cousine et que sa sœur jumelle est ma meilleure amie. Même en sachant ça, j’éprouve encore un peu d’aigreur quand je pense à Noé.

Ayant toujours su que mes sentiments n’étaient pas partagés, j’ai surtout été en colère après l’épisode Tempérance parce qu’ils étaient aussi aveugles l’un que l’autre. Je croyais que Noé me comprenait, alors j’aurais aimé qu’il voit tout l’amour que j’avais pour lui (ce à quoi Viska me répondrait que c’est beaucoup demander à un homme). Pour lui faciliter les choses après ma déclaration – et un peu aussi parce que je l’ai pas faite de manière très correcte, la colère et l’amertume n’aidant pas -, j’ai commencé à sortir avec Ted. J’aime bien Ted, vraiment, tant qu’à avoir un petit ami de decorum, il est parfait. On n’était pas très amis avant de sortir ensemble, on voguait juste dans les mêmes cercles... décider de former un couple nous a rapproché. Je suis sûre qu’on s’entend mieux que la plupart des couples amoureux ! Mais c’est là que le bas blesse, on n’est pas amoureux. Lui il aime Victoire (une autre blonde parfaite mais avec un caractère moins facile que Tempérance), pas qu’il me l’ait vraiment dit, mais il n’a pas besoin, toute notre école le sait ! C’est bien pour ça qu’il avait besoin d’un alibi, comme moi pour donner le change à Noé.

Donc, comprenons-nous bien : ce n’est pas désagréable d’être avec Ted, mais je n’aurais pas fait ça si je n’avais pas pensé au bien commun et au fait qu’on n’a pas trop le choix, dans le monde dans lequel on vit, que de se supporter. En plus je vis très mal les ambiances gênées même si je suppose que depuis le temps je devrais y être habituée. Bref, Noé s’est remis de Tempérance (tant mieux pour lui hein…), tout ça pour finalement sortir avec Dahlia Lloyd ! Remarquez, au moins, avec celle-ci, je n’ai aucun lien. Je suis amie avec sa sœur, Peony, mais Dahlia et moi n’avons jamais vraiment parlé. Non seulement elle est plus jeune que nous qui allons entrer en dernière année mais comme Noé et moi, ce n’est pas une gaie luronne.

Et alors là, il va vraiment falloir qu’on m’explique ! Je pouvais encore comprendre n’être pas le genre de Noé, surtout si son genre c’était Tempérance. Quelque part, j’en avais fait mon deuil, parce qu’à l’impossible nul n’est tenu vous voyez ? Mais Dahlia… la différence entre elle et moi n’est vraiment que physique. Je suis aussi plus sportive, sauf que je ne vois pas en quoi c’est un défaut ! Je suis excessivement agacée par ce nouveau développement. Et en même temps, je suis soulagée de réaliser que ça me vexe plus que ça ne me fait de la peine. Finalement, la morale de tout ça, c’est que je croyais que Noé me comprenait et vice-versa, mais c’était une idée que je me faisais. Je suppose qu’à ce sujet on peut me taxer de naïveté, moi je dirais plutôt que c’était de l’inexpérience. Je suis tombée amoureuse de Noé petit à petit, au fil de notre amitié. Je ne savais clairement pas ce qu’était l’amour avant lui et l’expérience m’a surtout appris que j’étais peut-être trop sensible pour ça. Je sais qu’avec Ted ça ne durera pas éternellement mais c’est peut-être une relation apaisée dans ce style (avec un brin plus de sentiments) qu’il me faut, un truc simple, sans drama… je me demande si ça existe vraiment, mais quand je vois les autres, ça a l’air, non ? Tout le monde n’est pas dans un triangle amoureux pourri avec sa meilleure amie (phrase qui vaut presque autant pour moi que pour Ted notez) ! Louis et Payton par exemple, ils ont une relation simple et saine.

Mais je m’égare un peu : tant que Ted aura besoin de moi, je resterais avec lui. Ce n’est pas comme si j’étais particulièrement pressée de passer à autre chose. Peut-être même qu’après Ted, une période sans mec me ferait du bien ? Je dis ça, mais je respire romantisme depuis que j’ai six ans et que je mariais mes poupées pour ainsi dire tous les jours (avec le même, car même les femmes en plastique doivent être fidèles!). Laisser tomber complètement les histoires de cœur paraît difficilement réalisable... même si mieux choisir le prochain élu serait vraiment une riche idée.

1 101
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Journal de thérapie Empty
MessageSujet: Re: Journal de thérapie   Journal de thérapie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de thérapie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Pour aller plus loin :: Parchemins froissés-
Sauter vers: