AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur Logitech Z207 Système de hauts-parleurs Bluetooth pour PC ...
30 € 50 €
Voir le deal

Partagez
 

 Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Préfet de Serpentard

Parchemins : 276
Âge : 18 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 12


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyMar 2 Juin - 17:16

Alfie & Fiona


Septembre 2015

Qui dit rentrée scolaire dit retour à la cohabitation dans un dortoir bourré de testostérone et ce qui se dégageait surtout de celui des Serpentard de septième année, c'était des effluves d'alcool, synonymes de soirées arrosées à base de défis débiles en tout genre. Les garçons étaient désormais majeurs dans le monde sorcier et comme ils n'avaient pas attendu de franchir ce cap pour goûter aux boissons alcoolisées, ils avaient maintenant de la bouteille au niveau de la bouteille lol. À croire que pour plusieurs d'entre eux, la stupidité ne faisait qu'augmenter avec l'âge mais que voulez-vous, ils étaient jeunes et beaux et ils voulaient croquer la vie à pleines dents. En évoquant la notion de "stupidité", il n'y avait rien d'exagéré ; jugez donc par vous-même : l'un des défis, perdu par Alfie, l'avait contraint à boire trois shots entiers de Whisky Pur-Feu d'affilée, ce qu'il avait évidemment effectué sans ciller même si, par la suite, il avait eu la sensation que ses tripes avaient pris feu et qu'elles allaient perforer son estomac - mais bon, ce n'était que des détails. C'est bien connu, les effets de l'alcool étaient un peu comme une bombe à retardement. Aussi, pour l'instant, Alfie ne se sentait-il que vaguement pompette.

Sans surprise, une bonne demi-heure plus tard, le grand blond était occupé à danser torse nu sur son lit, une cravate à l'effigie de sa maison accrochée autour de la tête. La situation avait dégénéré très vite et Léopold et Harvey étaient désormais en train de se prendre dans les bras, au bord des larmes, et de bafouiller des paroles incompréhensibles dans le but d'exprimer leur amitié inébranlable. Même Noé avait un peu forcé sur la bouteille. Alfie était occupé à chanter sa chanson de rap préférée, pour le plus grand malheur des oreilles de ses camarades de dortoir quand une idée de génie lui vint en tête : pourquoi ne pas aller faire un tour dans le parc en cette si belle soirée ? Après tout, la température à l'extérieur était encore supportable et en Écosse il fallait saisir le moindre de ces moments de chaleur. Le jeune homme s'arrêta alors dans son karaoké improvisé et sauta de son lit pour atterrir maladroitement sur le sol. Il ne manquerait plus qu'il se foule une cheville et le tableau serait parfait. « Mes fidèles rate'pi ! » déclara-t-il pour interpeller son assemblée. « Votre très cher capitaine doit partir pour accomplir une quête de la plus haute importance ! » les prévint-il avant de se diriger vers la porte de leur dortoir, guidé par son instinct. Noé, qui devait être le moins bourré des quatre zigotos, eut la décence de mettre son meilleur ami en garde. « Mais attends, le couvre-feu est dans dix minutes, non ? »  lâcha-t-il, même s'il se doutait qu'il en faudrait plus pour stopper Alfie dans son élan. L'Anglais fit demi-tour et revint à côté du blondinet. « Mon p'tit Nono, dois-je te rappeler que je suis préfet maintenant ? » lui répondit-il en agitant son doigt vers lui d'une manière qui se voulait autoritaire et en se penchant vers lui, ou plutôt vers eux, car il avait désormais l'impression de voir deux versions du garçon. Ce dernier leva les yeux au ciel : son ami l'avait assez bassiné avec cette nouvelle pendant tout le mois d'août. Le batteur des vipères secoua alors sa tête avant de cligner des yeux avec toute l'élégance d'un Scroutt à Pétards. « Tiens, j'savais pas qu't'avais un jumeau Nono… » murmura-t-il d'une voix si peu audible qu'il doutait que quelqu'un l'ait entendu, même Noé qui se trouvait tout près de lui. Sa vision s'éclaircit un moment et le vert et argent en profita pour se redresser. « Enfin bref, du coup, je fais ce que je veux ! C'est pas ta meuf qui va me mettre une retenue hihihi… » déclara-t-il en riant avant de fuir le dortoir, avant que Noé n'ait le temps de réagir à sa petite pique.

Désormais hors de sa salle commune, Alfie se sentait libre comme l'air. Le couvre-feu n'était que dans dix longues minutes et de toute façon, il était persuadé qu'il pouvait faire ce qu'il voulait grâce à son badge. Il salua en agitant sa main bien trop rapidement les élèves qu'il croisait sur son chemin dans les cachots - des Serpentard prudents qui rentraient dans leur salle commune - sans chercher à comprendre pourquoi ils le regardaient bizarrement. Si ce n'était son état d'ébriété évident, il ne fallait pas oublier qu'il était toujours torse nu. Malgré un hoquet inarrêtable et des dalles qui semblaient lui jouer des tours (« Arrêtez de vous dédoubler dès que je fais un pas, bande de Snargaloufs ! »), le jeune sorcier atteint le Hall d'entrée en un morceau. C'est là qu'il repéra une connaissance qui allait bien vite regretter de s'être trouvée à ce moment-là à cet endroit.

« Fifiiiiii ! » s'exclama-t-il avant de courir vers elle pour la prendre dans ses bras. « J'suis trooooooooop content d'te voir. » avoua-t-il, un sourire niais au coin des lèvres, après l'avoir relâchée. Étant donné qu'il empestait le whisky, il n'était pas difficile de constater qu'il n'était pas vraiment dans son état normal - sans compter la cravate verte qu'il avait toujours nouée autour de la tête. Ni une, ni deux, il attrapa la jeune fille par le bras et l'emmena vers la cour de l'école qui se situait devant le Hall d'entrée. « T'allais dans le parc pour profiter du coucher de zoleil ? Quelle magnifique coïncidence, moi aussi ! ». Même si ce n'était pas le cas, l'étreinte d'Alfie empêchait la Serdaigle de fuir la destination mentionnée. « Quelle mauviette ce zoleil, il se couche déjà à cette heure-ci ! » renchérit-il en pointant la montre inexistante sur son poignet, dans une tentative de blague hilarante, tandis qu'ils franchissaient la grande porte pour sortir du château,. Le seul petit problème, c'était que ses plaisanteries, en étant sobre, n'étaient déjà pas au goût de tout le monde alors avec deux grammes dans le sang, c'était la cata.

[1079]
Revenir en haut Aller en bas

Fiona Quincy
Fiona Quincy
Serdaigle

Parchemins : 526
Âge : 17 ans { 12/01/1999 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyMar 2 Juin - 18:40

Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul
Fiona & Alfie

made by black arrow


Cette année-là, le retour à Poudlard paraissait moins abrupt à Fiona qu'au cours des cinq rentrées précédentes. Revoir une bonne part de ses camarades dès le mois d'août l'avait préparée à la reprise des cours, et à ses adieux auprès de ses amis de Bristol (qui l'appelaient désormais le Sous-Marin dès le mois de septembre venu, ce qu'elle n'appréciait guère : ce n'était pas un choix de n'avoir accès à rien, à part de vulgaires bouts de parchemin et des volatils vaguement agressifs prêts à traverser tout le pays pour délivrer une missive). Échapper à la grande-tante Celestine avait certainement été un soulagement - il y avait des limites au nombre d'histoires grivoises communiquées dans une épaisse brume alcoolisée qu'elle était capable de tolérer -, et la fin de l'été avait eu un goût doux-amer, la saveur des chaudes soirées d'août passées dans les rues de Bristol ou dans le jardin d'amis mêlée à l'anticipation d'une rentrée de plus à Poudlard - sa sixième et avant-dernière.

Depuis toute petite, Fiona dormait mal. Elle restait allongée, les yeux grands ouverts comme un hibou, attendant que le sommeil veuille se manifester, allant embêter ses parents pour qu'ils lui racontent une histoire, se créant ses propres jeux dans le silence de la nuit. En grandissant, la situation ne s'était pas particulièrement améliorée. Les soirées passées éveillée dans son lit à baldaquin, ou assise à boire lire dans la salle commune de Serdaigle étaient nombreuses, et ce d'autant plus en début d'année. Le stress mêlé à l'excitation, l'impatience de retrouver ses amis, l'angoisse de s'illustrer par des performances à peine acceptables en cours ou qu'on lui annonce qu'en fait, elle n'avait vraiment pas sa place à Poudlard ("Par contre on a besoin de quelqu'un pour faire le ménage, si tu veux ?"). Tout ça occupait son esprit, et le moindre bruit (à tout hasard, les ronflements de l'une de ses camarades de dortoir qu'elle ne parvenait pas à identifier, ou Ciara qui parlait dans son sommeil, déblatérant des paroles insensées "Oui Graham, je veux t'épouser grand fou") la maintenaient éveillée. Mais elle avait un plan, un plan dont la mise en application n'était que facilitée par une énorme prise de confiance de sa part en cette sixième année.

Une petite balade pré-sommeil ne pouvait que lui être bénéfique : ça l'aidait à se vider la tête. L'inconvénient, c'était cet embêtant petit couvre-feu, qui ne tenait vraiment pas compte de ses difficultés à elle. L'avantage, c'était que Fiona avait pris du galon - ou du moins, son cercle social était désormais composé de personnes influentes à Poudlard, et plus exactement : elle songeait qu'elle n'avait pas grand-chose à craindre des préfets. A Gryffondor, elle voyait difficilement Graham ou V la punir parce qu'elle avait mis le pied dehors une malheureuse minute trop tard. A Poufsouffle, il y avait Prudence (qu'elle ne connaissait pas, mais qui n'était pas réputée pour être très regardante sur le règlement), Lucas (qui était très sérieux, mais ne ferait-il pas une exception pour elle, sa vieille amie ? Comment ça non ?) et un petit Poufsouffle qui n'était qu'en troisième année bonne chance Ash, et à Serpentard, elle comptait sur sa camaraderie avec Peony et la notion très relative qu'Alfie devait avoir des mots 'responsabilités' et 'punition' sa réputation le précède. Restaient donc la préfète-en-chef, Candys, dont Fiona connaissait le jumeau par le biais de Graham (sa connexion avec le préfet de Gryffondor pouvait-elle lui garantir l'immunité ? La grande question à résoudre cette année népotisme) et la vraie menace : les préfets de Serdaigle. D'un côté, Dahlia, la jumelle de Peony, avec qui on partait sur un pile ou face clair et net (Forces : excellente en maléfices, quasi impossible à attendrir, impitoyable ; faiblesses : la peur de l'eau) et le petit Baker, si sérieux pour son âge (Forces : une connaissance exemplaire du règlement de l'école et une rigueur sans faille ; Faiblesses : les étagères trop hautes ? warf warf warf) Elle n'était pas du genre à jouer au poker, mais Fiona jugeait que ça se tentait - tant qu'elle ne tombait pas sur un prof (et là ce serait game over).

Ce soir-là, elle vadrouillait justement dans le château, l'esprit serein et espérant que la nuit serait clémente. Le couvre-feu n'était pas encore dépassé : elle n'était donc techniquement pas (encore) en tort. Elle passait dans le Hall, interrompant ses pas pour aviser l'extérieur du château, et se demandant si s'y promener serait pousser sa chance trop loin quand des bras se fermèrent autour d'elle agressiooooon et qu'un cri étonnamment strident lui indiqua qu'on s'adressait bien à elle. « Alfie ? » Les bras ballants, elle attendit que le blond la relâche, avant de tourner un regard surpris vers lui. Si elle considérait effectivement le Serpentard comme son ami - même s'il avait fait très mauvaise impression à V, et qu'il était insupportable avec Ringo -, ils n'avaient pas pour autant pour l'habitude de se faire des câlins émus c'est bien dommage. Elle fronça le nez. « Tu sens comme l'intérieur d'un pub. » lui fit-elle remarquer avant qu'il ne l'attrape sans cérémonie par le bras pour l'entraîner en direction de l'extérieur. « Je crois que le coucher de zoleil est déjà passé, Fifi. » lui indiqua-t-elle avec amabilité, un sourire des plus amusés aux lèvres. Cette personne était de toute évidence sous influence de l'alcool. Il y avait de quoi se divertir Fiona aurait dû finir à Serpentard. Entraînée dehors malgré elle - le blond avait une sacrée poigne, même avec ses sens altérés ! -, elle ne se sentait pas spécialement inquiète - elle était accompagnée par un préfet, après tout. Et puis, si Rusard venait à s'approcher de lui, il finirait sûrement complètement saoul grâce aux effluves de Whisky Pur-Feu dégagées par Alfie. « Il se passe quoi à Serpentard, vous avez mis une cuve de Whisky Pur-Feu dans votre dortoir ? » La vraie question était peut-être : est-ce que McGo était sous influence, quand elle avait choisi Alfie comme nouveau préfet ?

[ 1009 ]
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Préfet de Serpentard

Parchemins : 276
Âge : 18 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 12


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyDim 7 Juin - 23:07

Il ne fallut pas plus de deux secondes à Fiona pour remarquer l'état d'ébriété avancé de son ami. Sa remarque provoqua un rire de la part d'Alfie. « Ha ! Merci pour le compliment Fifi. » parvint-il à articuler. Puis, il décida que la jeune fille serait sa partenaire de ballade toute désignée pour ce soir. De toute façon, ils avaient probablement des tas de choses à se dire. La Serdaigle lui fit remarquer que le coucher de soleil - rebaptisé "coucher de zoleil c'est plus stylé" - était déjà passé. Le grand blond fronça alors les sourcils. Fichue salle commune qui donnait sur l'intérieur du lac… « Et il s'est couché sans me demander la permission ?! Ca va barder ! » déclara-t-il en accélérant le pas. Avec ses deux grammes dans le sang, il était bien parti pour aller régler son compte à cet astre de pacotille. Alfie n'avait même pas eu l'occasion de bien profiter de lui aujourd'hui !

Ensuite, Fifi demanda en quelque sorte au préfet des explications sur la cause de son état. « Une cuve de Whisky Pur-Feu dans le dortoir ?! Mais c'est une super idée ! J'me demande comment on pourrait faire rentrer ça inaperçu au château… Peut-être que Noé aura la solution ? On dirait pas comme ça, mais c'est une tête, l'air de rien. »  déclara-t-il d'une voix alcoolisée. Ce qu'il restait d'intact dans son cerveau s'était désormais mis à cogiter sur le meilleur moyen d'apporter une cuve entière de Whisky dans leur dortoir de Serpentard. Au final, avec la magie, il devait forcément y avoir moyen. Néanmoins, il restait le problème de la sécurité à Poudlard : depuis plusieurs années, Rusard cherchait toujours de nouvelles techniques pour tenter de stopper l'arrivée d'objets illégaux à Poudlard mais, apparemment, ses méthodes n'étaient pas encore au point. Seulement, même s'il était relativement facile de duper le vieux concierge, il restait le reste du corps professoral, et McGo' n'était pas connue pour être des plus tendres avec ce genre de délits.

Les deux étudiants arrivèrent finalement sur le pont suspendu et, jugeant qu'il pourrait libérer Fiona de son étreinte sans qu'elle se mette à fuir, il la relâcha et se tourna vers elle, bien qu'il parvenait difficilement à la distinguer dans la pénombre. « Alors Fifi, raconte-moi tout ! Tes vacances, ton groupe de danse là, Magique Mixte, mais surtout, dis-moi si t'as trouvé un ceum ! Si c'est pas le cas, j'ai un tas de potes à te présenter en commençant par McGowan ! »  Un frisson parcourut alors le corps du vert et argent. Bien qu'ils soient toujours au début du mois de septembre, Alfie n'avait pas prévu qu'il fasse si frisquet dehors. En même temps, l'absence de toute forme de vêtement sur la partie supérieure de son corps y était, aussi, un peu pour quelque chose. Pour ponctuer ce frisson, le jeune homme se mit à hoqueter de manière incontrôlée. « Hic ! »  Ce qui aurait dû lui faire prendre conscience de son état d'ébriété avancé n'eut pas l'effet escompté et il se mit alors à rire à chaudes larmes de son hoquet impromptu. Qu'est-ce que Fiona Quincy avait bien pu faire au bon Dieu pour se coltiner un empoté pareil ?

[565]
Revenir en haut Aller en bas

Fiona Quincy
Fiona Quincy
Serdaigle

Parchemins : 526
Âge : 17 ans { 12/01/1999 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptySam 20 Juin - 13:47

Fiona détailla la dégaine d'Alfie : torse nu, cravate autour de la tête, le look parfait pour un Very Bad Trip à venir. Il suffisait d'y ajouter son élocution douteuse (le coucher de zoleil, ça n'existe pas Monsieur Hartley !) et son haleine aux effluves de pub irlandais, et le préfet de Serpentard offrait un très beau tableau de déchéance à origine alcoolique. Préfet ou pas, Fiona doutait que le blond s'en sorte indemne, s'ils venaient à croiser le chemin de McGonagall. Prise au dépourvu, elle se laissa pourtant embarquer à l'extérieur (il faut dire qu'Alfie ne lui laissait pas vraiment le choix en la matière !), plutôt amusée. Elle espérait pour lui que le petit Baker n'était pas en charge des rondes ce soir, car il risquait sinon de passer un mauvais quart d'heure (et Baker aussi, connaissant les talents de fumisterie d'Alfie).

« Ce n'est pas un compliment, c'est pas avec cette haleine que tu vas pécho Hartley ! » le prévînt-elle tandis qu'il l'entraînait à grands pas hasardeux à travers le parc de l'école. « Attends, on fait quoi là ? On est un poil exposé, non ? » demanda-t-elle histoire de faire retrouver un semblant de raison à son ami. C'est-à-dire qu'elle n'avait pas hyper envie qu'il l'entraîne dans sa chute vers les bas-fonds académiques. Elle n'était peut-être pas brillante, mais au moins n'avait-elle aucun problème disciplinaire venant entacher son dossier - jusqu'à maintenant.

Les Serpentards de septième année étaient connus pour leurs frasques, et Fiona profita de l'état d'ébriété d'Alfie pour l'interroger sur les mystérieuses pratiques qu'ils avaient dans leur dortoir, pour parvenir à se mettre dans des états pareils. « La cuve à la limite, vide, ça passe, mais je vois difficilement comment vous pourriez la remplir ensuite. Et puis, vu ton état » Elle pointa l'index dans la direction générale de sa personne. « Pas sûre que t'aies besoin de ça ! Vous vous mettez vraiment des caisses à quatre ? Vous pourriez partager un peu. » lui fit-elle observer en haussant les sourcils. Il n'y avait pas de raison pour qu'ils ne s'amusent qu'à Serpentard, après tout.

Alfie la relâchant finalement alors qu'ils avaient atteint le pont suspendu, Fiona avisa les alentours tout en gardant un œil attentif sur le Serpentard -  c'était qu'il ne faudrait pas qu'il glisse telle Tempérance Biel et se débrouille pour tomber du haut de la falaise. Déjà, elle n'était pas sûre d'avoir les réflexes pour l'arrêter à l'aide d'un sort. Peut-être aurait-il dû choisir un meilleur compagnon de voyage qu'elle ? Jugeant qu'il ne risquait rien pour l'instant, Fiona répondit avec amusement aux questions indiscrètes d'Alfie : « Rien de très excitant à raconter, désolée ! J'ai vu mes copains de Bristol, et aussi quelques personnes de Poudlard. On est allé à un festival avec V ! Hyper cool. » Puis, rectifiant machinalement : « Tout va bien avec Magic Mix » Si ce n'était les tensions liées aux actions du garçon se trouvant juste en face d'elle, mais elle ne comptait pas se mêler de cette affaire-là, merci bien ! « On va essayer de recruter de nouvelles filles cette année. » Elle lança un regard aiguisé au préfet : « Tu fricotes encore avec Victoire toi d'ailleurs ? » Après tout, s'il se permettait de l'interroger sur sa vie amoureuse, rien ne l'empêchait de faire de même ! « Si tu parles de Harvey et Lloyd, je crois que je vais passer mon tour merci ! » l'avertit-elle en fronçant le nez. Le premier était réputé pour son manque absolu de subtilité, quant au deuxième, il paraissait bien trop froid pour elle - sans même évoquer la possessivité sans égale de Peony quand son aîné était concerné.

« Euh, Hartley ? T'as pété un boulon ? » Le Serpentard s'était en effet mis à rire comme un bossu, sans aucun signe annonciateur. « T'as pas un peu froid, dis ? J'ai un sweat dans mon sac, même si je doute qu'il soit tout à fait à ta taille... » proposa-t-elle en désignant ledit sac. Elle se voyait déjà devoir dégoter un sort pour rétrécir son pull après qu'Alfie l'ait déformé avec ses gros bras. Décidément, cette soirée était pleine de surprises !
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Préfet de Serpentard

Parchemins : 276
Âge : 18 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 12


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyMar 8 Sep - 1:49

Même si d'apparence, avec son sourire de séducteur et sa dégaine de beau gosse, Alfie avait l'air de quelqu'un de confiant et sûr de lui, parfois, il éprouvait des difficultés à garder cette image au quotidien. L'absence de sa mère dans sa vie - bien qu'il la voyait encore occasionnellement - en était indéniablement la cause principale. Ayant d'abord grandi avec son père comme unique figure parentale et ensuite, aux côtés d'un petit frère toujours prêt à le suivre dans ses aventures douteuses - parfois, à regret - on pouvait comprendre son envie constante de plaire ainsi que sa sale manie à draguer tout ce qui bouge. Il semblait avoir quelque chose à prouver, il voulait être quelqu'un pour avoir de la valeur aux yeux de sa mère. Bref, toujours est-il que la consommation d'alcool était un très bon échappatoire pour mettre de côté ces tracas l'alcoolisme commence vraiment tôt, selon lui minuscules, et garder son rôle de showman. Et ce soir-là n'avait pas échappé à la règle : bien décidé à faire profiter tout le château de son humble présence, il s'était mis en tête de partir explorer le château à une heure assez tardive, armé, entre autres, d'une cravate à l'effigie de Serpentard et de quelques grammes dans le sang.

Sur son chemin, il avait croisé cette chère Fiona, qu'il avait toujours trouvé très cool même s'ils n'était pas les meilleurs amis du monde. Elle avait au moins le mérite de supporter le grand blond par intermittence, étant donné qu'elle avait été répartie à Serdaigle. Cette fois, ils allaient pouvoir profiter de la soirée ensemble - qu'elle le veuille ou non - même si le nouveau préfet n'était pas dans son état normal. De toute façon, Fifi était "grave bonne ambi". « Sérieux ? » répondit-il, choqué. Dans son état, il était compliqué d'évaluer la gravité de sa mauvaise haleine. « Appelle tes copines, on va voir si c'est vrai ! » ordonna-t-il, oubliant momentanément que les téléphones portables n'étaient pas admis à Poudlard et surtout, que ce n'était pas le moyen de communication principal des sorciers. Seulement, il n'aimait pas partir perdant. Il aimait séduire et en aucun cas il ne voulait être en désavantage sur le plan de la drague. Peut-être que Fifi avait raison, après tout ? « Qu'est-ce que tu dis ? Qu'on est à poil ? Booooh arrête, t'as encore tous tes habits mais si tu veux ôter ton haut pour être à égalité avec moi, ne te gêne pas Fifi ! » Déjà qu'Alfie Hartley n'était pas connu pour être des plus raffinés - quoi que, par rapport à Derek, il ne faisait clairement pas le poids - l'alcool n'aidait pas à déclamer des belles tirades.

Pragmatique, Fiona décida quand même de donner de l'eau à son moulin au sujet de la cuve de Whisky Pur-Feu. « Merde, t'as raison, foutue magie qui empêche de faire apparaître de l'alcool… » La loi de Gamp stipulait bien qu'on ne pouvait pas créer de nourriture ou de boisson avec sa baguette magique… Puis, la jolie blonde souligna le fait qu'elle n'avait pas été invitée à leur petite sauterie entre Serpentard. « Oh, tu veux venir à la prochaine ? Faudra qu'on trouve un autre endroit alors. » dit-il avec un éclair de sagesse, car il était inévitable qu'ils allaient réitérer l'expérience. Une nouvelle recrue était clairement la bienvenue, de plus, Fiona ne semblait pas être du genre à aller rapporter ce genre d'activités illicites à tout le monde. Seulement, à première vue, le château ne semblait pas comporter de pièce propice à une soirée clandestine, qui plus est, dans laquelle l'alcool coulerait à flot.

Une fois dehors et presque à l'abri des regards indiscrets, le septième année s'informa sur les vacances d'été de son amie. « V, c'est Vanellope, la nouvelle préfète de Gris fond d'or ? Elle est pas un peu coincée du cul ? » déclara-t-il sans gêne, poussé par l'alcool. Le courant n'était clairement pas passé entre les deux étudiants lors du voyage retour du Poudlard Express l'année scolaire passée et ils allaient maintenant être amenés à partager des rondes ensemble. Ca promettait… « Du coup, c'était un festival de quoi ? Y avait Tyga ? Chris Brown ? Busta Rhymes ? » hasarda-t-il. Alfie et Fiona ne partageaient malheureusement pas les mêmes goûts musicaux mais peut-être que V, malgré son tempérament un peu frigide, écoutait de la bonne musique, tout comme le Serpentard ? « Ouais, enfin, c'est pareil. » commenta-t-il par rapport au nouveau girls band de Poudlard. « Vous allez être blindé si vous recrutez des nouvelles, non ? » demanda-t-il en observant tant bien que mal Fifi dans les yeux. Sans surprise, la Serdaigle aborda le sujet Victoire, car désormais toute l'école était au courant qu'ils avaient fricoté ensemble pendant un bon moment. « Nan, on faisait trop de jaloux. » dit-il en rigolant, bien qu'il y avait là-dedans une petite part de vérité. Alfie n'était pas au courant de la tension qu'il avait amené au sein de Magic Mix par rapport à Peony, en revanche, il avait bien compris que Lupin s'en était pris à lui parce qu'il kiffait trop Vic. Toutes les amourettes de Poudlard ne pouvaient pas forcément bien se dérouler… « Roh, tu sais pas ce que tu rates, c'est des crèmes ! » dit-il pour vanter ses meilleurs amis. Malheureusement, ce n'était pas vraiment le cas, surtout en ce qui concernait ce gros bourrin d'Harvey…

Par la suite, pris d'un hoquet incontrôlable, le poursuiveur des vipères s'était mis à rire de manière incontrôlable. Sérieux, quoi, un hoquet ! Qu'est-ce que ça pouvait être drôôôôle… « Mais wesh, j'ai pas pété, j'suis pas un porc ! » rétorqua-t-il, n'ayant encore compris que la moitié des paroles de son interlocutrice, le tout d'un air faussement offensé, avant de se remettre à rire et à hoqueter, ce qui laissait place à un spectacle tout aussi rigolo. « Hic ! J'ai jamais froid, moi ! » dit-il en croisant les bras et en bombant le torse, sauf qu'au même moment, un autre frisson le parcourut et il se mit à claquer discrètement des dents. Il avait une fierté aussi grosse qu'Hagrid, aussi préférait-il mourir de froid que d'accepter le pull d'une fille.

[1092]
Revenir en haut Aller en bas

Fiona Quincy
Fiona Quincy
Serdaigle

Parchemins : 526
Âge : 17 ans { 12/01/1999 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptySam 19 Sep - 22:37

Il n'y avait pas d'autre mot pour le décrire : Fiona avait été traquenardée par Alfie. Bourré comme un coing c'est la foire aux expressions, le nouveau préfet de Serpentard (la bonne blague !) l'avait entraînée dans son sillage jusqu'au parc du château, et réclamait à présent qu'elle contacte ses "copines" pour venir attester de son haleine fétide c'est cadeau. Elle haussa les sourcils, hésitant entre l'amusement et l'incrédulité : « Je pourrais être ivre juste en restant trop longtemps en contact avec les effluves d'alcool que tu dégages, Hartley. » lui déclara-t-elle en exagérant à peine. En plus, ses "copines" à Poudlard, c'était V, et Graham (même si elle doutait qu'il apprécie ce titre). C'est-à-dire les deux préfets de Gryffondor, et en plus, V ne l'aimait clairement pas. Il avait tout à gagner à ne pas les croiser, en fin de compte.

« Mais non gros bêta une insulte de haut-vol : Leith lui a tout appris je dis qu'on est exposé par rapport aux fenêtres du château » Elle désigna du pouce l'école, située derrière eux. « Sauf si t'as envie d'être viré, bien entendu. Et pour mon haut : dans tes rêves mon vieux. Je ne suis pas exhibitionniste, moi ! » lui déclara-t-elle très dignement, croisant les bras sur sa poitrine comme pour attester du fait. Qu'il ne se fasse pas d'illusions, elle n'allait pas se promener en petite tenue pour ses beaux yeux : elle n'était pas l'une de ses conquêtes.

Apparemment, Alfie était encore assez lucide pour se souvenir des lois fondamentales de la magie - ce garçon était décidément plein de surprise -, et Fiona l'écouta avec satisfaction confirmer qu'elle avait raison la phrase préférée des Serdaigles, après "il y a des soldes à la librairie". Elle haussa les épaules. « On ne fait jamais de soirées, ça pourrait être drôle. Enfin, sauf les soirs de victoire au Quidditch, mais c'est pas tous les quatre matins. » admit-elle en faisant la moue. Quant à l'endroit : « Il y a des salles vides où personne ne passe jamais. Tant qu'on n'est pas trop ça doit aller, non ? » proposa-t-elle, pensive. Une petite soirée, ça paraissait plutôt inoffensif. Il faudrait qu'elle voie avec ses amis Gryffondors ce qu'ils en pensaient, car elle ne se voyait pas participer à un tel événement sans eux, mais en même temps, ils étaient préfets. Elle savait que Graham criait sur tous les toits qu'il voulait être viré, mais entre le dire et le vivre, il y avait un fossé. De toute façon, ils n'en étaient pas encore là : encore faudrait-il voir si Alfie se souviendrait de cette conversation le lendemain.

« Gryffondor, et oui. » corrigea-t-elle machinalement. Puis, scandalisée : « Trop pas. Elle est pas du tout coincée, au contraire. Elle m'a dit que ça n'avait pas cliqué entre vous deux. En même temps » Elle plissa les yeux, lui adressant un regard accusateur. « T'as pas été très sympa. C'est bête, parce que c'est ma meilleure pote, et elle est vraiment hyper cool. » déclara-t-elle en haussant les sourcils. Que le Serpentard fasse ce qu'il voulait de cette information : elle, elle comptait bien être loyale envers V.

Elle secoua la tête en signe de dénégation au sujet du Downs : Alfie était en train de citer des artistes qui plairaient davantage à son demi-frère. « Non c'est plutôt du rock, genre Noel Gallagher. Et sinon de l'électro ! Pas trop, trop mon style de musique en vrai, mais l'ambiance était trop chouette. J'aimerais bien inviter des gens de Poudlard l'année prochaine si ça te dit. » Elle finirait par réussir à le forcer à se montrer aimable envers V, foi de Fiona. Elle aimait que ses amis s'entendent entre eux. Elle était habituée à avoir un grand groupe d'amis à Bristol, depuis l'enfance, et si elle réussissait enfin à émuler ça à Poudlard, elle serait comblée. « Par contre Chris Brown... » D'un air désapprobateur, elle mima le geste de se faire vomir.

Ne relevant pas (plus) au sujet du nom de Magic Mix, Fiona haussa les épaules en ce qui concernait l'augmentation de leur nombre : « J'sais pas, j'pense pas qu'il y ait tant de monde supplémentaire que ça non plus. Genre deux, trois autres filles peut-être ? Je crois que la cousine des Kostas fait de la danse, elle pourrait nous rejoindre. » suggéra-t-elle avec incertitude. Elle, tant qu'elle conservait sa place dans le groupe, ça lui allait (et qu'on ne l'obligeait pas à porter les talons de Geri dans Wannabe : elle avait ses limites).

Peu désireuse de s'attarder sur la brève histoire entre Alfie et Victoire Weasley (et qui avait été source de bien trop de tensions à son goût !), elle déclina ensuite poliment l'idée d'un rencart avec l'un des copains d'Alfie. A son affirmation comme quoi ils étaient "des crèmes", Fiona fit osciller sa main, peu convaincue. « De toute façon, Noé sort avec Dahlia, non ? Lloyd est beaucoup trop intense je trouve et Harvey… » Harvey était juste hors compétition : elle avait des principes, merci bien ! Non seulement elle ne le trouvait pas très beau, mais en plus, il semblait toujours occupé à raconter des blagues de mauvais goût dès qu'elle le croisait.

Pour parachever cette soirée lunaire, Alfie se mit à rire comme un bossu, et Fiona l'observa, clignant des yeux comme un hibou. Au moins, on ne pouvait pas dire qu'il avait l'alcool triste ! « Tu m'en vois ravie. » répondit-elle en écarquillant les yeux, pleinement consciente que cette conversation n'avait plus aucun sens. Levant les yeux au ciel alors qu'Alfie refusait son pull tout en grelottant, elle se mit à farfouiller dans son sac pour le récupérer. Elle le lui jeta au visage. « Tiens Gros Macho. Ne le déforme pas ! » avertit-elle avec sévérité. Il s'agissait d'un sweat de lycée, le genre que ses amis de Bristol avaient. En cela il était plutôt large, et pas nécessairement taillé pour une fille, alors elle jugeait qu'Alfie pourrait s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Préfet de Serpentard

Parchemins : 276
Âge : 18 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 12


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyLun 2 Nov - 20:30

Même si elle l'avait réalisé contre son gré, Fiona avait été bien courageuse de s'engager dans ce dialogue de sourds avec Alfie Hartley. Au moins, elle avait le mérite de ne pas avoir fui la scène - mais ce n'est pas comme si le nouveau préfet de Serpentard lui avait laissé le choix ; elle était restée pour s'assurer que son ami ne tombe pas entre de mauvaises mains Fiona Quincy, la pote qu'il vous faut !. Cependant, elle ne manquait pas une occasion de titiller son interlocuteur à propos de l'état dans lequel il se trouvait ce soir-là. « Mais c'est super, ça ! Ca te fait grave des économies. » assura-t-il, toujours dans l'humour. Il ne prêta pas forcément attention au fait que la Serdaigle avait esquivé sa demande pour ramener ses copines au final, en avait-elle seulement ?! Bisous Fifi. Les blagues étaient toujours la priorité dans les conversations du septième année.

Vu l'absence d'une partie de ses neurones déjà si peu nombreux à cause de l'alcool, Alfie ne comprenait pas toujours tous les mots prononcés par la blondinette. Aussi orientait-il, dès qu'il le pouvait, la discussion vers des thèmes plus légers. Qui ne tente rien n'a rien, après tout. Seulement, Fifi était loin d'être dans le même état que le vert et argent et elle avait encore le contrôle complet de son cerveau. « Boh, à ct' heure-ci, y a personne dans les couloirs normalement. » souligna-t-il, mais leur présence dans la cour de l'école confirmait bien l'exception. « T'inquiète, rien ne peut m'atteindre, je suis préfet ! » se vanta-t-il pour la centième fois de la semaine, bombant encore le torse tout en désignant l'endroit où était censé être accroché son badge. Puis, pour simple réponse au refus de Fiona d'enlever son haut, le tombeur déclara « Pfff, rabat-joie. » en souriant. À sa place, d'autres jeunes filles n'auraient pas hésité dix-sept ans et déjà un grand pervers !

L'une des phrases prononcées par la suite par la bleu et bronze interpella le grand blond. « Hein ?! Vous faites jamais de soirées ? » Puis, il tendit trois des doigts de sa main droite tout en faisant appel à son intelligence envolée pour compter correctement. « Ca vous fait que trois teufs potentielles sur l'année ?! » s'exclama-t-il, choqué, au sujet des victoires au Quidditch. Malheureusement, cela faisait un bout de temps que les aigles n'avaient pas gagné la coupe - et ce ne serait pas non plus le cas cette année car Serpentard était déterminé comme jamais ; après tout, c'était la dernière année d'Alfie à Poudlard. Ensuite, Fiona proposa un endroit envisageable pour leur prochaine sauterie. Heureusement qu'elle était à Serdaigle, cette bonne femme celle-là ! « Ouais, ça peut le faire. » admit-il, songeant qu'il n'inviterait que sa bulle sociale ses trois meilleurs amis pour une soirée clandestine.

Si Alfie n'avait aucun problème avec la plupart de ses collègues préfets, il y en avait bien une avec qui ça n'avait pas accroché : Vanellope. Et apparemment, c'était la meilleure amie de Fiona. Dommage. La Serdaigle accusa aussi le batteur des vipères de ne pas avoir été sympa avec la Gryffondor. Certain que le problème venait d'elle, le garçon haussa les épaules. « N'importe quoi, j'suis tout le temps sympa, moi. » se justifia-t-il. De toute façon, il avait déjà plein d'amis, il n'avait pas besoin de s'en faire de nouveaux.

L'Anglais n'était pas au courant que le demi-frère de Fifi était à Poudlard et que celui-ci partageait de nombreux points communs avec lui. C'est bien dommage, Alfie aurait pu prendre Leith sous son aile pour le mener dans le droit chemin pas sûr que tout le monde soit du même avis. Les genres musicaux cités par la jeune fille n'éveillèrent guère l'intérêt du Serpentard mais l'idée de faire la fête dans un festival moldu était alléchante. « Je connais pas Père Noël Gallagher mais pour le festival, je suis chaud ! » répondit-il, sans oublier de glisser une vanne au passage. Pour ce qui est de Vanellope, il pourrait tout simplement l'ignorer ou tenter de faire la paix avec elle mais il penchait plutôt pour la première option. « Hé là… » Il voulut envoyer un coup de poing léger dans l'épaule de Fiona mais loupa sa cible et chancela de plus belle. Heureusement, il ne termina pas le cul par terre et réussit même à lever un index dénonciateur devant lui. « Chris Brown est un très bon chanteur ! » intervint-il. Il ne devait forcément pas être le seul à penser ça dans le chateau.

Finalement, l'idée que le girls band de Poudlard s'agrandisse n'était pas si mauvaise : ça faisait plus de filles à mater pour Alfie. En plus de ça, la nouvelle venue d'Argentine était loin d'être moche. « Bon bah c'est cool alors. Je serai présent au premier rang à vos futurs concerts. » promit-il parce que, malgré tout, c'était un ami fidèle mais surtout un gros coureur de jupons.

Les camarades de dortoir du grand blond étaient forcément les meilleurs, de son point de vue, mais leurs défauts semblaient apparemment transparaître plus qu'il ne l'eut cru. « Wesh, Nono s'est enfin trouvé une meuf. Je suis fier de mon poulain. » commenta-t-il au sujet de son meilleur ami, le regard vide. En ce qui concernait Leopold et Harvey, Alfie ne voyait pas ce qu'il pouvait répondre. Fifi avait un peu raison. « Pas grave, je te présenterai d'autres potes à moi. » Après tout, ce n'était pas ça qui manquait.

Victime du taux d'alcoolémie élevé dans son corps, Alfie fut pris d'un fou rire, suivi directement d'un hoquet. Autant dire que la combinaison était plutôt comique. Toujours porté sur l'humour, il trouvait la compagnie de la Serdaigle fort plaisante et il devait avouer qu'il s'amusait comme un fou. Quand elle le força à porter son pull, le vert et argent se contenta de continuer à faire le clown, et il n'enfila le vêtement qu'à moitié sur son visage, laissant son torse toujours découvert, ce qui laissait place à une vision encore plus drôle qu'auparavant. « Hic ! Merci Fifi ! Hihihi… » furent les seuls sons qui sortirent de sa bouche : il se marrait vraiment comme un fou ce soir.

[1091]
Revenir en haut Aller en bas

Fiona Quincy
Fiona Quincy
Serdaigle

Parchemins : 526
Âge : 17 ans { 12/01/1999 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyVen 6 Nov - 2:04

« T'as raison ouais, tu devrais avoir ta propre chaîne Youtube : bons plans radins par Alfie. » suggéra-t-elle en secouant la tête, mais clairement amusée. Elle voyait bien Alfie avec sa propre chaîne en vérité, mais probablement plutôt un truc de muscu bien viril (ou en tout cas, se voulant viril !) "Salut les gars, c'est Alfie, et aujourd'hui, vous allez me regarder faire deux cent pompes - sans les mains..." Peut-être même qu'elle regarderait. Après tout, elle devait reconnaître qu'il possédait un physique assez avantageux. Par contre, en cet instant précis, il n'exposait pas vraiment ses qualités intellectuelles les plus avantageuses, et même être beau gosse ne pouvait le prémunir entièrement de l'air un peu idiot que lui conférait le fait d'être torse nu avec une cravate attachée autour du crâne.

Contrairement à Alfie, Fiona n'était pas complètement beurrée. Elle ne l'était même pas du tout. Aussi, elle était pleinement consciente du fait qu'ils pouvaient se faire surprendre à tout moment, et finir ainsi en colle pour le restant de leurs scolarités respectives. Peut-être qu'Alfie se disait que c'était sa dernière année, et que ça ne serait donc pas si long que ça, mais Fiona n'était qu'en sixième année, elle. Pas question de se coltiner deux ans de bagne, merci ! « Sauf les préfets qui font leurs rondes, et Rusard. » objecta-t-elle avant de songer qu'elle gaspillait sa salive pour rien : Alfie avait clairement quitté la strate intellectuelle lui permettant d'avoir conscience du danger. Il planait à dix mille, vivant un rêve éveillé où l'alcool coulait à flot et où les filles se promenaient en bikini dans le parc quand il faisait huit degrés. « Tu vas tellement te faire virer de ton poste avant la fin de l'année. » Elle lui tapota délicatement l'épaule nue cachez cette épaule que je ne saurais voir. Et aussi ce torse, au passage ! « Tu crois que McGo était bourrée quand elle t'a choisi ? Ou tu lui as fait un chantage que j'ignore ? » Elle l'observa d'un regard perçant. Si Alfie avait vraiment un secret à cacher, c'était le moment où jamais de le faire confesser : il n'était pas du tout en pleine possession de ses moyens. Elle hausa les épaules, sourire en coin aux lèvres quand il la traita de rabat-joie. Elle n'allait pas se mettre à poil pour ses beaux yeux, déso mais pas déso.

Quant aux soirées, elle supposait que d'autres Serdaigles en faisaient, mais en sixième année, ça n'était pas vraiment la grosse ambiance. Ses meilleurs amis à elle se trouvaient à Gryffondor, et les filles de son dortoir n'étaient pas des plus rigolotes (même si physiquement, elle supposait que Ciara aurait par exemple tout à fait plu à Alfie !) « Non, pas vraiment. » Elle haussa les épaules. « Oui par contre on a les soirs de victoire au Quidditch, c'est pas mal ça mais bon c'est pas tous les quatre matins... » Même si elle comptait bien faire en sorte que Serdaigle gagne cette année pour pouvoir se mettre des caissons : toujours garder le sens des priorités. N'empêche que quelques soirées un peu informelles n'auraient pas été de trop, et elle se disait qu'elle avait peut-être trouvé le bon filon avec Alfie. Les Serpentards de septième année aimaient faire la fête et maîtrisaient la logistique qui allait avec. Restait à motiver V et Graham à participer, car elle ne comptait pas se faire une soirée toute seule avec ces quatre énergumènes. Alfie et Noé, passe encore, mais Léopold et Harvey, c'était une toute autre paire de manches.

Elle n'insista pas davantage concernant V, elle aurait bien assez de temps pour essayer de réconcilier les deux élèves, et enchaîna plutôt sur son été. De manière prévisible, le rock et l'électro ne collaient pas aux goûts musicaux pourris d'Alfie. Il aurait dû s'estimer heureux, ce n'était pas comme si elle lui avait rabattu les oreilles avec une analyse détaillée de ses clips préférés des Spice Girls. « Cool ! » Elle leva les yeux au ciel à son jeu de mots, et éclata carrément de rire en voyant Alfie essayer de la viser, et échouer lamentablement. « Oui oui c'est ça, tu m'excuseras si j'ai du mal à te prendre au sérieux dans l'immédiat ! » Niveau crédibilité, il faut dire qu'il n'était quand même pas au top. D'un air très satisfait, elle se mit sur la pointe des pieds pour lui tapoter la tête cette fois, la condescendance était en bonus.

« Chouette, tu pourras faire la groupie ? J'ai toujours rêvé d'avoir des groupies. » déclara-t-elle avec un enthousiasme sincère, touchée qu'Alfie promette il n'a pas promis techniquement d'être là, même si elle soupçonnait que ça ne soit pas que pour des raisons innocentes. Les seules personnes encore moins innocentes que Alfie à sa connaissance étaient justement ses camarades de dortoir, que le Serpentard ne tarda pas à évoquer comme des prétendants potentiels pour Fiona. Cette seule idée fit prendre à son visage une expression de scepticisme qui semblait y être gravée à jamais. « Et tu t'entends bien avec la copine de ton poulain ? Vous avez pas tout à fait l'air d'avoir le même caractère, Dahlia et toi. Tu me diras, vous avez Léopold en commun. » Elle haussa les épaules à la suggestion suivante du blond, pas plus émue que ça : d'une part, il avait l'air vitreux d'une personne qui ne se souviendrait pas de tout le lendemain (le genre maquereau hors de l'eau), et de l'autre, elle prenait avec des pincettes tout rapprochement initié par Alfie. Comme elle venait tout juste de le démontrer, le garçon avait des fréquentations parfois douteuses bisous Nono.

Après qu'Alfie se soit mis à glousser dans la nuit tel un serial-killer, le tout en grelottant de froid, Fiona lui prêta (/jeta) aimablement un pull, dont il se saisit pour l'enfiler sur sa tête uniquement, exposant désormais la vision grotesque d'un torse nu surmonté d'un sweat à capuche du Bristol City Football Club. « Eh, ne désacralise pas mon pull avec ta grosse tête ! » lança-t-elle en s'approchant pour le lui reprendre. Plantée juste devant lui, elle récupéra - délicatement, contre toute attente - le vêtement, embarquant la cravate au passage, et se retrouvant ainsi nez à nez avec le blond. Elle cligna des yeux. « Boarf, bonjour l'haleine. » réitéra-t-elle, car d'aussi près, elle était tout à fait en mesure de confirmer sa plaisanterie précédente : ça sentait le Whisky Pur-Feu comme si elle était dans la bouteille. Ses yeux passèrent brièvement sur les lèvres du Serpentard, une pensée curieuse lui traversant l'esprit. Est-ce que l'embrasser aurait le même effet ? Alcoolisme me voici.

[ 1110 ]
Revenir en haut Aller en bas

Alfie Hartley
Alfie Hartley
Préfet de Serpentard

Parchemins : 276
Âge : 18 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 12


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyMer 11 Nov - 23:19

Alfie et Fiona avaient au moins un point commun étant donné qu'ils avaient tous deux grandi dans un environnement moldu. Du coup, ils n'avaient aucun problème pour se comprendre sur des sujets du monde non-sorcier. Sans doute que, si des sorciers de pure souche passaient à côté d'eux à ce moment-là, il les auraient regardé comme des aliens parlant une langue inconnue. « Baaaah eh là, n'importe quoi toi ! » furent les seules contestations qu'il parvint à rétorquer vu son état. En temps normal, il aurait carrément argumenté avec la jeune fille pour lui prouver qu'il avait complètement raison : il n'y a pas de petit profit. « C'toi qui es radine parce que tu veux pas faire quécro tes pineco. » ajouta-t-il avec difficulté, non pas par rapport au vocabulaire utilisé - Fifi était habituée avec Leith - mais parce qu'assembler des syllabes entre elles pour former une phrase compréhensible devenait de plus en plus compliqué.

« Ouais, t'inquiète, je les ai tous dans ma poche. » se défendit-il au sujet des préfets et de Rusard, en tentant d'adresser un clin d'œil à son amie, ce qui donna simplement lieu à un clignement maladroit des deux yeux. Quoi qu'il en soit, Alfie avait toujours mené un mode de vie insouciant, acceptant les retenues quand on lui en donnait, tant qu'elles ne coïncidaient pas avec un entraînement de Quidditch. De son point de vue, il n'avait pas encore été la source de débordements cette année - mais en même temps, il n'y avait même pas encore une semaine d'écoulée. « Pas grave, j'aurai pas de regret si j'en ai profité un max' d'ici là. » avoua-t-il au sujet de son poste de préfet. Lors de sa nomination, il avait été forcément surpris mais il commençait doucement à s'accoutumer de bon cœur aux devoirs qui étaient reliés à son nouveau rôle. Maintenant, il n'était pas fortuit qu'il perde son poste parce qu'il en aurait trop abusé, même si, à ses yeux, il n'exagérait jamais. Étant quelqu'un de plutôt tactile, le garçon ne fit même pas attention à la main de Fiona qui lui tapotait l'épaule. « Mdr, McGo' bourrée, j'aimerais bien voir ça ! » s'exclama-t-il, sur le point de rire à chaudes larmes, tandis qu'une vision de la directrice ivre dansant avec Rusard s'imposait dans son esprit, déviant carrément du sujet évoqué par la jeune Serdaigle. « Tu crois qu'elle peut transformer du mobilier en bouteilles de vin remplies ?? Ce serait trop stylé ! » continua-t-il, en s'appuyant à son tour sur l'épaule de son interlocutrice. Son cerveau n'était décidément pas prêt à se concentrer sur le sujet principal de la conversation. C'est donc, sans s'en rendre compte que le Serpentard avait évité de répondre à la question initiale de Fiona.

« Comment ça doit être trop triste chez vous ! En plus, il doit faire chaud… dans vos serres… d'aigle. » blagua-t-il, avant de pouffer de rire, ne pouvant plus se retenir. Déjà que c'était un grand plaisantin quand il était dans son état normal, il se sentait encore plus drôle quand il était saoul - si si, c'est possible ! Une fois remis de ses émotions, le septième année revint sur un sujet qui lui tenait forcément à cœur : le Quidditch. « En même temps, si vous étiez un peu meilleur au Quidditch, vous pourriez faire la teuf plus souvent ! » la nargua-t-il en rigolant à nouveau de manière incontrôlable. Décidément, Fiona était tellement fun ! En réalité, cette petite pique n'était pas justifiée. Quincy était étonnamment douée à son poste et Serdaigle avait finalement toutes ses chances de gagner cette année du moment que c'était pas Victoire qui repartait avec la coupe, c'était le principal. Pour ce qui était des soirées clandestines à venir, Alfie n'était pas sûr que le jour suivant il se souviendrait d'en avoir parlé mais il était toujours prêt à aider ses proches en quête de soirées inoubliables est-ce vraiment le mot adéquat ? !

La bleu et bronze se joint finalement à l'ambiance rigolote de la soirée, riant cette fois de la quasi chute de son ami. Loin de se laisser abattre, et après plusieurs tentatives, le préfet ancra ses pieds dans le sol « Vous arrêtez de me faire trébucher, maintenant ! et fixa fermement la blonde avec un regard désespéré. « Un jour, je referai ta culture musicale moldue… » promit-il, inconscient pour le moment qu'il allait être difficile de convaincre quelqu'un de son entourage de devenir un fan de hip-hop américain.

L'Anglais eut ensuite un rire dédaigneux quand Fifi suggéra qu'il joue le rôle de la groupie dans le public de l'une des représentations de Sterne (ou de Magic Mix, il ne savait plus vraiment, au point où il en était). « Enfin Fifi, je ne pourrais pas être une groupie. Einstein a bien dit : "Si le visage est le miroir de l'âme, alors il y a des gens qui ont l'âme bien laide." » Certes, cette citation n'avait absolument rien à faire dans cette discussion mais il était étonnant qu'Alfie Hartley ait retenu un tel dicton, et surtout qu'il ait réussi à le répéter sans bégayer. En fait, ce qu'il essayait de dire, c'est qu'il ne voulait pas, ou ne pouvait pas, devenir une groupie car il en était déjà entouré. Parfois, cette réalité l'avait mené à des situations bien problématiques, comme à Pré-au-Lard l'année scolaire passée, quand Victoire l'avait sauvé des griffes d'une pimbêche relativement collante. En ce qui concernait Dahlia, la copine de Noé, Alfie n'avait pas d'a priori négatifs à son égard. Comme elle était de la même famille que Léopold, il supposait que ce devait être une fille sympathique. Toujours est-il qu'il n'avait jamais eu de conversations endiablées avec elle. « Oh bah oui, elle va bien avec Nono. » expliqua-t-il, esquivant presque une nouvelle fois la question de Fiona. « Comment ça, on n'a pas le même caractère ? Je suis quelqu'un de très sérieux et appliqué dans mes études, moi, madame ! » se vanta-t-il d'un air supérieur, avant de retrouver son sourire taquin. Quiconque était proche du batteur des vipères savait que cette affirmation était complètement fausse.

Apparemment, la sixième année ne parut pas convaincu du nouvel accoutrement du vert et argent, aussi s'empressa-t-elle de récupérer son vêtement, ne manquant pas, au passage, de subtiliser la cravate du garçon. « Eh, tu m'as pris mon bandeau de pirate ! » s'indigna-t-il, car, selon lui, il était, aux yeux de tous, un grand capitaine propriétaire d'un énorme galion qui fendait les océans. La proximité soudaine de la blonde lui donna alors une idée eh oui, même bourré, il perd pas le nord, le bougre !. « Tu me dois au moins un bisou pour te faire pardonner. » suggéra-t-il, ignorant le commentaire de Fiona sur sa mauvaise haleine. En règle générale, le Serpentard se trimbalait toujours avec des chewing-gum à la menthe fraiche, afin que ce problème n'arrive jamais. Mais là, avec l'alcool, il avait dû les oublier dans le dortoir. Remarquez qu'il n'avait pas précisé l'endroit où devait atterrir ce baiser, aussi Fiona avait-elle le champ libre si elle songeait à rentrer dans son jeu. Alfie ne refusait jamais d'embrasser une jolie fille mais, à ce moment-là, dans le froid, en face de Fiona, il ne voulait pas la forcer.
Revenir en haut Aller en bas

Fiona Quincy
Fiona Quincy
Serdaigle

Parchemins : 526
Âge : 17 ans { 12/01/1999 }
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] EmptyMer 18 Nov - 0:03

Fiona leva les yeux au ciel, ne pouvant se retenir de rire en entendant Alfie se mettre à parler en verlan, avec une virtuosité assimilable à celle de Leith. « On croirait entendre Leith c'est fou. » remarqua-t-elle, plus pour elle-même que pour le réel bénéfice du Serpentard. Elle doutait qu'il connaisse son demi/quasi frère, qui était à Serdaigle et venait tout juste de rentrer à Poudlard (quoique, avec Leith, on ne savait jamais). Devait-elle s'attendre à ce que Leith ressemble de plus en plus à Alfie en grandissant ? Elle avait beau apprécier son ami de Serpentard, elle n'était pas sûre que ça soit souhaitable non plus. Le côté dragueur à toute épreuve d'Alfie n'était pas vraiment la qualité qu'elle préférait chez lui (ni ses petites tendances macho qui avaient tant agacé Vanellope !)

Elle ne vit pas d'intérêt à débattre davantage au sujet des préfets ou de Rusard. Au point où ils en étaient, ils verraient bien ce qui se passerait si jamais ils se faisaient vraiment choper. Fiona doutait grandement que Baker soit aussi conciliant que semblait le penser Alfie, quant à Graham, le connaissant, il voudrait peut-être négocier quelque chose en échange. Compréhensible : on ne savait jamais quand ce genre d'échange de bons procédés pourrait s'avérer utile. « N'hésite pas à faire profiter tes amis avant ta destitution ! » ajouta d'ailleurs Fiona, car elle non plus ne perdait jamais le nord. Graham, V, Alfie, Lucas, et même Peony, elle commençait à avoir pas mal de contacts parmi les préfets, et ça ne pouvait pas faire de mal. Certes, Fiona n'était pas une délinquante réputée, elle, mais les infractions au règlement pouvaient arriver aux meilleurs après tout.

Alfie était hilare devant l'image conjurée par Fiona d'une McGonagall ayant forcé sur la bouteille de whisky avant de le choisir à son poste. Fiona, elle, haussa les épaules : « Je ne crois pas que ça soit possible, tu ne peux pas conjurer de nourriture, si ? C'est une des exceptions à la loi de Gamp. Est-ce que le vin compte comme de la nourriture ? » Elle avait beau se sentir parfois inadéquate en tant qu'élève de la maison de Rowena, elle en avait quand même certaines caractéristiques, heureusement ! Parmi elles, une certaine assiduité en classe et une aisance à apprendre les choses par cœur, et notamment la théorie de leurs cours de Métamorphose. Alors certes, elle ne savait pas conjurer grand-chose, donc conjurer de la nourriture était le cadet de ses soucis en temps normal, mais ça l'intriguait quand même. Le vin ce n'était pas comme de l'eau l'alcool c'est de l'eau : exception, ou pas exception alors ? Ce qui était certain, c'était qu'elle n'allait pas s'essayer à ce genre de prouesse maintenant. En plus, au vu de son état, elle doutait que ce mystère intéresse grandement Alfie on révise les douze propriétés du sang de dragon Alfifie ?. Avec toutes ces bêtises, elle en avait carrément oublié sa question sur un éventuel chantage : Alfie avait-il suffisamment de maîtrise de lui pour ignorer volontairement sa question ? Elle avait ses doutes.

Son sourire s'élargit, clairement narquois. « T'as de la chance d'avoir cette face- » Elle secoua la main dans la direction générale de son visage façon Jack Sparrow. « Parce que c'est pas ton sens de l'humour qui t'aidera à gagner ta vie mon vieux. » lui dit-elle d'un air moqueur. Alors certes, elle frappait peut-être quelqu'un qui était déjà à terre au vu de l'état d'ébriété d'Alfie, mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. « T'inquiètes, on va gagner cette année. Prépare-toi à te prosterner devant moi, Hartley. » Elle s'avançait beaucoup, mais elle avait l'esprit de compétition, et elle comptait bien tout faire pour que Serdaigle se démarque au Quidditch cette année. Et ce n'était pas les sarcasmes d'un Alfie Hartley ayant visiblement ingéré son propre poids en alcool qui allait l'impressionner !

Ignorant gaiement les pseudo recommandations musicales d'Alfie (là-dessus il y avait moyen que leurs opinions soient irréconciliables car elle doutait qu'Alfie se passionne pour la pop moldue, lui !), elle s'enthousiasma plutôt à l'idée que son ami joue sa groupie. Malheureusement, cette proposition pourtant enviable ne trouva pas preneur. En revanche, une chose très curieuse se produisit : Alfie cita soi-disant Einstein appelez Sainte Mangouste ! « Quoi ? » Entre l'énonciation douteuse liée à l'ébriété, et cette citation sortie absolument de nulle part, Fiona était larguée. « Qu'est-ce que tu racontes ? » lança-t-elle en secouant la tête, stupéfaite. « Qui tu traites de laide wesh ?  » Déjà, elle était très sceptique de l'origine de cette phrase. D'autre part, elle ne voyait pas le rapport avec les groupies : elle n'était pas laide, elle, aux dernières nouvelles. Normale, admettons. Discrète. Mais il y avait des limites !

Elle ne surenchérit pas au sujet de Dahlia, qu'elle ne connaissait pas tant que ça, sa question étant davantage destinée à embêter Alfie (échec, il affichait l'air niais du mec se laissant porter par l'alcool), et souffla seulement un « Oui et moi je suis la future Miss Poudlard. Grosse année pour nous deux ! » teinté d'un sarcasme immanquable, même pour Alfie.

Puis vînt le moment auquel elle ne s'était pas attendue : prêter son sweat à Alfie paraissait être un acte de charité très simple, mais que le garçon parvînt à tourner une fois de plus en débâcle. Désireuse de sauver l'honneur du Bristol City Football Club BCFC, elle récupéra presque aussitôt son bien, un air courroucé sur le visage. Visage qui se trouvait plus près de celui d'Alfie qu'elle ne l'avait anticipé. Malgré elle, ses yeux passèrent sur les lèvres du blond. Il prétexta qu'elle lui devait un bisou et pendant un instant, elle fut tentée de l'embrasser, pour voir. Elle se rapprocha même pour le faire - ça n'aurait pas été son premier baiser, celui-là était déjà derrière elle, sur le port de Bristol l'été précédent, quand elle avait été en quête d'une solution pour oublier Louis. Seulement, elle n'était pas bourrée, elle. Alors quelle était son excuse ? Elle pensa à Magic Mix, et à la situation déjà compliquée entre Peony et Victoire, notamment à cause de l'énergumène qui se trouvait face à elle. Elle sourit, et déposa un baiser sur sa joue à la place. Reculant, elle lui adressa un clin d’œil. « Déso. » articula-t-elle avec plus d’aplomb qu'elle n'en ressentait - elle avait hésité. Puis, frissonnant à son tour, et décidée à laisser cet instant de flottement derrière elle, elle passa son bras sous celui du blond en soupirant : « Bon allez ça suffit Fifi, on rentre avant que tu nous chopes une hypothermie. » C'était un miracle qu'ils ne soit pas déjà fait attraper, il ne fallait pas trop tirer sur la corde non plus.

[ Terminé pour Fiona ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty
MessageSujet: Re: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'importe le flacon, pourvu qu'on soit saoul [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Lieux de passage :: Le Hall d'entrée-
Sauter vers: